Formation Hypnose

Pour Paulélie ou autres Banyaniens...Keiniens...

Leo Lavoie

Membre
Ce qui me turlupine dans les cours, les livres, les conférences des maîtres c'est toujours ces damnées incongruités ou incongruences ou incongruismes...Bref je ne sais plus le terme français qui veut dire qu'une chose dite n'est pas en phase ou est totalement en contrephase avec une autre.

Dans ce cas-ci c'est Banyan qui, par ailleurs, me semble un vrai de vrai de l'hypnose quand même... Peut-être quelqu'un peut m'éclaircir l'esprit?

J'entends qu'il faut parler à quelqu'un qui est en régression; disons, à l'âge de 5 ans, comme à un enfant qui a 5 ans... Ok...

D'un autre côté j'entends que la personne qui est en régression se servira de sa compréhension d'adulte pour comprendre et que l'enfant de 5 ans comprendra alors...Y'a contrephase ici.

Une autre contrephase est quand on dit que l'inconscient prend les choses littérallement... Il ne le nie pas mais il le contredit dans sa façon de faire.

De plus, il se sert largement et librement, il me semble, de négation dans ses suggestions... Chuis un peu confus... :shock:

Ceci dit, je suis prêt à entendre et à considérer qu'il pourrait être bien vrai que l'inconscient ne prend PAS tant que ça les choses littéralement et qu'il est prêt à comprendre que " ne pas avoir peur" ne veut pas dire "avoir peur"... Mais qu'on se fasse une idée boudiou! :lol:
 

Altmaier

Membre
Leo Lavoie a dit:
Ceci dit, je suis prêt à entendre et à considérer qu'il pourrait être bien vrai que l'inconscient ne prend PAS tant que ça les choses littéralement et qu'il est prêt à comprendre que " ne pas avoir peur" ne veut pas dire "avoir peur"..:
Bonjour léo,

Je serais assez d'accord avec vous sur cette dernière phrase

Jurgen :wink: 8)
 

Leo Lavoie

Membre
Ben oui en fait ce post s'adresse à tout les hypnos ici... :roll: Surtout pour ce qui est de ce sujet de la négation...Merci de votre opinion..

Je sois souligner que ce n'est pas nécessairement ce que je pense mais juste que je suis ouvert à l'idée si je trouve qu'elle se confirme.

Je voudrais bien moi que les choses soient bien plus claires si elle ne peuvent pas être limpides comme une science exacte.

C'est évident que dans l'hypnose, il s'est dit tout et n'importe quoi. J'aimerais que mon passage dans ce monde de l'hypnose aie contribué à écumer le beurre fondu un peu.

Je surveille tout et, bien sur, je cherche les failles. Mais ce n'est que pour faire avance "la cause" et voilà.
 

Joey

Membre
Je vais tenter d'apporter mon point de vue sur les questions posées ici.

J'entends qu'il faut parler à quelqu'un qui est en régression; disons, à l'âge de 5 ans, comme à un enfant qui a 5 ans... Ok...

D'un autre côté j'entends que la personne qui est en régression se servira de sa compréhension d'adulte pour comprendre et que l'enfant de 5 ans comprendra alors...Y'a contrephase ici
En fait la regression va aller retrouver un évènement traumatisant dans le passé. Pour réaliser correctement cette régression, le sujet doit se réaproprier une partie de son environnement de l'époque, ses souvenirs, comme la façon dont on lui parle, comme ses préocccupations de l'époque. Il doit se réassocier en quelque sorte à ce moment, à cette époque.
Evidemment, il y a des limites à cette réassociation (et c'est pourquoi précisément que la régréssion va fonctionner). En effet, le sujet va garder quelques repères et expériences vécues entre temps, il va aussi garder une certaine logique et point de vue.

A partir de là, le sujet va ré-explorer l'expérience traumatisante avec un nouveau point de vue, des repères et expériences qui lui ont manqué à l'époque, ressources qu'il possède aujourd'hui. Ainsi il va de lui-même opérer un véritable recadrage en réinterpretant l'expérience traumatisante d'une façon beaucoup plus actuelle, beaucoup moins traumatisante. Il va redéfinir l'expérience, lui donner un nouveau sens puis va l'intégrer de façon plus positive.

Je vais donner un exemple; un homme de 40 ans, papa de 3 enfants, regresse jusqu'à l'age de 5 ans, moment où il a rencontré une expérience traumatisante avec son père. Il se réassocie avec le contexte, ressent les émotions désagréables, et va êre guidé pour retrouver des ressources qu'il possède aujourd'hui pour réinterpreter la situation. Dans son rôle de père (homme de 40 ans), n'aurait il pas agit de la même facon? quelle était la véritable intention de son père à l'époque? (peut etre voulait il simplement l'écarter d'un danger..)

Bref, le sujet va lui même donner un nouveau sens à cette expérience (par exemple, en se posant les bonnes questions, il va découvrir que son père avait à l'époque voulut le protéger, il va lui pardonner, il va se poser la question comment lui -meme aurait réagit à la place de son père...)
Ce nouveau sens plus positif donné à l'expérience va permettre de mieux l'intégrer et de diminuer l'effet traumatisant du début. Pour moi, la régression est un recadrage.
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Je voudrais bien moi que les choses soient bien plus claires si elle ne peuvent pas être limpides comme une science exacte.
Je surveille tout et, bien sur, je cherche les failles. Mais ce n'est que pour faire avance "la cause"

Et moi donc!!!

Alors j'ai envie de donner mon point de vue malgré que je ne suis pas une professionnelle, j'ai quand un système de réflexion qui me permet d'apporter des points de vue par rapport à mon apprentissage.

Pour revenir à votre exemple, une personne qui a régressé à l'âge de 5 ans, parlera avec une voix et des mots de son âge. Quand on fait régresser une personne, on induit dans la suggestion que si tel ou tel évènement s'est produit avant l'âge où il peut parler, c'est la partie devenue adulte qui pourra s'exprimer à sa place, mais il revivra les émotions de l'âge où le trauma s'est passé.

Pour la suite j'ai pas trop compris ce que vous cherchiez à savoir, que la négation peut être prise en considération par l'inconscient ? mais uniquement en regression ou de façon globale ?
 

Joey

Membre
[/quote] Une autre contrephase est quand on dit que l'inconscient prend les choses littérallement... Il ne le nie pas mais il le contredit dans sa façon de faire.

De plus, il se sert largement et librement, il me semble, de négation dans ses suggestions
Il s'agit de la suggestion négative paradoxale; l'emploie, de la négation.

C'est une des bases de l'hypnose, le cerveau se concentre sur ce que vous lui donnez; " ne pensez pas à un éléphant rose !"
La seule façon de ne pas penser à un éléphant rose est justement d'y penser!!! Par exemple se créer une image de l'éléphant rose et d'y ajouter une croix dessus (symbole d'interdiction).

Si je vous dis :'je ne vous trahirai pas', que faites vous sinon que d'aller chercher dans vos souvenir des expériences où une personne vous a trahit, en faisant remonter tous les sentiments négatifs qui vont avec bien sûr. Du coup, cette phrase va avoir pour effet d'apporter de la méfiance à votre égard.

A partir de là, la suggestion négative paradoxale peut devenir un outils. "ne vous concentrez pas sur les sensations agréables qui ..."

D'où l'importance de définir les objectifs de façon claire et positive.
 
Je vais rajouter une autre question: si on veut regresser ou faire regresser entre 0 et 3 ans?
Avant que le "je" ne soit construit ou avant la parole?
Quel langage utiliser?

les paroles pourront elles agir sur un traumatisme de naissance par exemple, ou faut il réexpérimenter par le corps?

je pencherai en faveur de la deuxième solution, un réequilibrage par le toucher ou par le biais de l'affectif.

Mais bon, il s'agit d'un questionnement...
 
M

Métaphore

Invité
Zoulouk, ça tombe bien, ce week-end lors de mon séminaire d'hypnose, on a expérimenté la régression, qu'on appelle le "pont d'affect".

Déjà je voulais vous dire que la régression se fait souvent très naturellement sans même la provoquer, quelque soit l'âge du trauma, le sujet peut le revivre soit par des émotions/sensations dans le corps ou par des images, quelque soit l'âge du trauma, lors de la séance on induit que même si la situation angoissante remonte à l'âge BB ou même avant, le sujet pourra utiliser la parole de l'adulte qu'il est aujourd'hui.

Le thérapeute lui parle toujours normalement et clairement et fait très attention aux réactions du sujet, car pour une simple question de ballonnement fréquent chez une femme (expérience de ce week-end), elle a remonté à sa vie utérine, alors qu'on étudiait le "pont d'affect", il a été obligé de passé par une correction d'un état du moi (hypnose profonde) entre cet état du moi "oppressé" et l'état du moi "ressources" (je ne rentrerais pas dans les détails) afin de pratiquer un reparentage entre ces 2 états du moi, en passant par la thérapie du champ mental (points énergétiques), cette séance qui au départ devait durer une demi heure, a duré plus d'une heure, car le thérapeute ne peut réveiller le sujet tant qu'il ressent des sensations ou émotions désagréables, tant que l'évaluation qu'il demande au sujet n'a pas atteint le niveau 0, il continue la désensibilisation.(Evaluation de 0 à 10).

Cela répond t-il à votre question ?
 

Leo Lavoie

Membre
Bah vous êtes tous bien aimable de suivre ce poste mais y'a rien ici qui réponde à mes questions du début, sauf peut-être Mr Altmaier qui, lui, ne semble pas croire que parce qu'on dit "tu n'auras plus peur" ça voudrait dire "tu auras plus peur" ou "tu auras peur" à cause que l'inconscient le comprendrait de cette manière là.

Mes questions parlent de dissonnance entre ce qu'on dit de tout bord tout côté sur l'hypnose. Et là je ne parle pas de débutants en la matière.

Dans les régressions par exemple, l'inconscient semble s'accomoder de passer du présent au passé sans problèmes. Quand il est à 5 ans, on lui parle comme à un enfant de 5 ans mais on lui dit de retourner à maintenant et de retourner à 5 ans et ainsi de suite. Tout ça sonne faux et je ne veux pas que ça sonne faux. Des explications plus scientifiques ou plus rationelles feraient sonner tout ça moins faux.

Le concept de régression curative, je le connais très bien... Pas là le problème. Le problème c'est que c'est échevelé dans la pratique on dirait.
 
M

Métaphore

Invité
Désolée Léo, mais votre question était ambigue et le sujet de la négation avait déjà été abordé largement donc je ne voyais pas ce que vous souhaitez savoir de plus, pour moi il reste que l'insconcient ne comprend pas la négation.

Pour la régression, personnellement je n'ai jamais dit qu'un sujet qui régressait à l'âge de 5 ans on lui parlait comme à un enfant de 5 ans, j'ai bien dit que le thérapeute parle toujours normalement, c'est le sujet qui peut prendre des attitudes ou des mots d'enfants suivant l'âge où il régresse, et encore ce n'est pas une obligation.

:arrow: l'inconscient semble s'accomoder de passer du présent au passé sans problèmes.

Mais pas du tout, je n'ai jamais dit ça.

Je ne comprend pas ce qui n'est pas compréhensible dans ce que je dis ou ce qui vous dérange ?

Car j'ai l'impression là que vous vous adressez à tout le monde...
 

Leo Lavoie

Membre
Ben voyons...Ce n'est pas à vous que je m'adresse. Je reviens à mes questions initiales c'est tout. :shock: :)

C'est que je vois Cal Banyan "proférer" des négations dans ses suggestions et elles ne semblent pas être des négations doubles qui impliquent une affirmation que l'on souhaite faire passer indirectement.

C'est pour ça le titre de la question initiale. :)
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Ben voyons...Ce n'est pas à vous que je m'adresse.

Très bien, ça fait plaisir... :? pas très aimable ce soir... :roll:, c'est pas grave je pense avoir répondu à Zoulouk alors...
 

nate

Membre
Bonsoir,

Novice passionnée d’hypnose, et ne demandant qu’à faire grandir mes toutes petites connaissances en la matière, J’ai malheureusement pu constater que tous les post ne sont pas bon à être ouverts. Mais là, j’ai trouvé la question de Leo Lavoie très pertinente, et la réponse de Joey (entre autre) très intéressante.
Donc Merci. :lol:
P.S. Pardon par ces propos que je me dois quand même de développer un minimum. Il s’agit de certaines personnes qui au travers de questions posées, au départ digne d’intérêt, s’amusent à régler leur compte et polluent le fil d’éventuelles dialogues autrement plus captivants.
Et c’est bien dommage.
 

Altmaier

Membre
nate a dit:
certaines personnes qui au travers de questions posées, au départ digne d’intérêt, s’amusent à régler leur compte et polluent le fil d’éventuelles dialogues autrement plus captivants.
Et c’est bien dommage.
Comme vous avez raison :roll: :wink: 8)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Posteur du mois
Joey a dit :

A partir de là, la suggestion négative paradoxale peut devenir un outils.

"ne vous concentrez pas sur les sensations agréables qui ..."



cette suggestion me parait trés intéressante car à partir de là la personne ressent qu'elle peut faire des choix

en travaillant sur ses ressentis :


- se concentrer ou ne pas se concentrer

- sensations agréables ou peu agréables...ou désagréables...

- sensations agréables qui...çà va plus loin...au choix de son ressenti...

simplement jouer avec ses ressentis et les manipuler en se les appropriant en conscience et en confiance...


8)
 

valikor

Membre
Leo Lavoie a dit:
Ce qui me turlupine dans les cours, les livres, les conférences des maîtres c'est toujours ces damnées incongruités ou incongruences ou incongruismes...Bref je ne sais plus le terme français qui veut dire qu'une chose dite n'est pas en phase ou est totalement en contrephase avec une autre.
des incohérences pour être précis.

Dans ce cas-ci c'est Banyan qui, par ailleurs, me semble un vrai de vrai de l'hypnose quand même... Peut-être quelqu'un peut m'éclaircir l'esprit?
tout le monde peut se tromper. même lui.

J'entends qu'il faut parler à quelqu'un qui est en régression; disons, à l'âge de 5 ans, comme à un enfant qui a 5 ans... Ok...
pas nécessaire. c'est une croyance.

D'un autre côté j'entends que la personne qui est en régression se servira de sa compréhension d'adulte pour comprendre et que l'enfant de 5 ans comprendra alors...Y'a contrephase ici.
incohérence : forcément, c'était une croyance.

Une autre contrephase est quand on dit que l'inconscient prend les choses littérallement... Il ne le nie pas mais il le contredit dans sa façon de faire.

De plus, il se sert largement et librement, il me semble, de négation dans ses suggestions... Chuis un peu confus... :shock:
Même quelqu'un de doué peut faire des erreurs.... si il a été très marqué par des tournures de phrases négatives, cela peut être dur pour lui de faire des phrases exclusivement positives...


Ceci dit, je suis prêt à entendre et à considérer qu'il pourrait être bien vrai que l'inconscient ne prend PAS tant que ça les choses littéralement et qu'il est prêt à comprendre que " ne pas avoir peur" ne veut pas dire "avoir peur"... Mais qu'on se fasse une idée boudiou! :lol:
comprendre pleinement une phrase négative demandera plus de temps car c'est un processus en 2 temps, mais reste possible.
il restera toujours plus efficace de tourner la phrase de façon à ce qu'elle reste positive intégralement.


cela répond à tes questions léo?

Valikor
 

Joey

Membre
[/quote]comprendre pleinement une phrase négative demandera plus de temps car c'est un processus en 2 temps, mais reste possible.
il restera toujours plus efficace de tourner la phrase de façon à ce qu'elle reste positive intégralement.
Exactement, et puis cela va forcer le sujet à se concentrer justement sur la chose que vous vouliez éviter.
Maintenant, il est difficile de ne pas utiliser la négation, nous avons tous pris de mauvaises habitudes (notre éducation), et puis il est souvent plus facile de dire :
'voici ce que je ne veux pas' plutôt que de savoir exactement 'voici ce que je veux!' (l'engagement n'est pas le même!)
Une dernière remarque, n'oublions pas que tout dépend du contexte, donc si je suis en face d'un sujet en transe, j'éviterai la négation ou bien m'en servirai comme outils, si je suis dans une simple discussion, j'utiliserai probablement la négation, même si je tend à me corriger pour aller vers ce que je veux, plutôt que d'eviter quelque chose; question d'évolution personnelle positive
 

Leo Lavoie

Membre
valikor a dit:
Leo Lavoie a dit:
Ce qui me turlupine dans les cours, les livres, les conférences des maîtres c'est toujours ces damnées incongruités ou incongruences ou incongruismes...Bref je ne sais plus le terme français qui veut dire qu'une chose dite n'est pas en phase ou est totalement en contrephase avec une autre.
des incohérences pour être précis.

Dans ce cas-ci c'est Banyan qui, par ailleurs, me semble un vrai de vrai de l'hypnose quand même... Peut-être quelqu'un peut m'éclaircir l'esprit?
tout le monde peut se tromper. même lui.

J'entends qu'il faut parler à quelqu'un qui est en régression; disons, à l'âge de 5 ans, comme à un enfant qui a 5 ans... Ok...
pas nécessaire. c'est une croyance.

D'un autre côté j'entends que la personne qui est en régression se servira de sa compréhension d'adulte pour comprendre et que l'enfant de 5 ans comprendra alors...Y'a contrephase ici.
incohérence : forcément, c'était une croyance.

Une autre contrephase est quand on dit que l'inconscient prend les choses littérallement... Il ne le nie pas mais il le contredit dans sa façon de faire.

De plus, il se sert largement et librement, il me semble, de négation dans ses suggestions... Chuis un peu confus... :shock:
Même quelqu'un de doué peut faire des erreurs.... si il a été très marqué par des tournures de phrases négatives, cela peut être dur pour lui de faire des phrases exclusivement positives...


Ceci dit, je suis prêt à entendre et à considérer qu'il pourrait être bien vrai que l'inconscient ne prend PAS tant que ça les choses littéralement et qu'il est prêt à comprendre que " ne pas avoir peur" ne veut pas dire "avoir peur"... Mais qu'on se fasse une idée boudiou! :lol:
comprendre pleinement une phrase négative demandera plus de temps car c'est un processus en 2 temps, mais reste possible.
il restera toujours plus efficace de tourner la phrase de façon à ce qu'elle reste positive intégralement.


cela répond à tes questions léo?

Valikor
Ben oui, de votre point de vue à vous, oui... Mais c'est ce que je demande; les points de vue. Merci d'avoir pris le temps.

Je vois que les "disciples" des Kein et Banyan sont rares ici, et pour cause évidemment, ce sont des amerloches; je comprends très bien ça. Mais je me disais que peut être y'avais plus de lecteurs silencieux qui étaient familiers avec eux et qui pourraient me répondre de ce qu'eux ont compris et de ce que moi je n'aurais pas compris.

Je m'accomode très bien habituellement de jongler avec les inexactitudes et les différentes écoles de pensées; Principalement parce que je me fais mon idée à moi à partir de mes conclusions. Mais avec l'hypnose, c'est ce que je veux justement finir par être capable de faire, mais pour ça il faut des bases solides. Et je n'ai pas encore trouvé de bases solides ni de personne ressource. Partout, on enseigne les techniques avant les principes parce qu'on connait mal les principes. Moi, je veux connaitre tous les principes.

Je connais une femme qui maîtrise les principes de la chimie culinaire pour ce qui est des pâtisseries. Eh bien elle n'a pas besoin de recette pour faire des gâteaux. Elle ne fait pas toujours les mêmes 4 ou 5 recettes...Elle fait ce qu'elle veut. Elle peut être créative.

D'autres ont appris à suivre des recettes sans jamais savoir pourquoi il faut des trucs pour faire lever la pâte et sans connaître leur principes actifs.... Il font des gâteaux eux aussi mais pour la créativité, on oublie ça.

Moi je suis du même type que cette femme. J'ai besoin de connaître les raisons de faire ce que je fais.
 

valikor

Membre
C'est parce qu'en formation on apprend à utiliser une technique, un outil et que très peu savent réellement construire un meuble ou le réparer...

du coup tout plein de rafistolages et de techniques ont été conçues... mais comment désassembler pour reconstruire... bien peu savent comment faire.
 

Leo Lavoie

Membre
valikor a dit:
C'est parce qu'en formation on apprend à utiliser une technique, un outil et que très peu savent réellement construire un meuble ou le réparer...

du coup tout plein de rafistolages et de techniques ont été conçues... mais comment désassembler pour reconstruire... bien peu savent comment faire.
Z'avez bien raison...mais "très peu" c'est qui??? Dites le moi et je le contacte de ce pas. Est-ce Rossi? Elman? Dois-je voir du côté des plus anciens?
 

valikor

Membre
ceux qui pratiquent hypnose ET emdr et qui ont une très bonne clientèle et dont le nombre de séances, pour aider une personne à aller bien, est faible.

parce que c'est théoriquement possible d'aller bien vite.

-L'esprit est bien plus souple et rapide que le corps, d'accord?
l-e corps, quand tout va bien dans la tête, peut guérir rapidement de ses blessures, d'accord?
-donc, si l'esprit est bien plus souple et rapide que le corps, il doit alors arriver à guérir plus souplement et rapidement que le corps aussi.

exemple : un bon recadrage ou une bonne prise de conscience peut très rapidement faire évoluer le ressenti de la personne (et donc elle se sentira mieux très vite).

corollaire: si l'esprit n'arrive pas à guérir vite c'est que :
-soit il ne sait pas comment faire;
-soit il s'est bloqué lui-même (croyances bloquantes);
-soit il utilise une méthode mais elle n'est pas assez efficace (pour différentes raisons probablement, pas uniquement dues à la méthode elle-même).


en l'occurrence, c'est pas sur la technique léo que la marge de progression et d'amélioration est la plus importante, c'est sur le contenu, les actions, la méthodologie...
 
Valikor, j'aimerais que vous précisiez l'idée: si le corps ne guérit pas vite, c'est qu' il ne sait pas comment faire?

Est il parfois possible que l'inconscient n'ait pas de solution?
Parfois cela me semble le cas.
Et comment réagir en ce cas là?

Qu'est ce qui pourrait l'empêcher d'agir? (autre qu'une histoire de contenu ou méthodologie, ou croyance limitante) Ou agir dans une autre direction que celle souhaitée?
Y a t'il des possibilités de conflits intérieurs source de blocage? C'est à dire que l'approche pourrait consister en une réunification des différentes parties (csct/icst) pour aller en un sens cohérent?
 

valikor

Membre
zoulouk a dit:
Valikor, j'aimerais que vous précisiez l'idée: si le corps ne guérit pas vite, c'est qu' il ne sait pas comment faire?
relisez plus attentivement ce que j'ai écrit. C'est l'esprit des personnes qui bien des fois ne sait pas comment faire pour aller mieux.

Est il parfois possible que l'inconscient n'ait pas de solution?
oui par manque d'information : si vous ne savez pas quoi faire pour résoudre votre problème ou si vous persistez à pensez que ce n'est pas cela le problème, forcément, cela va devenir alors très difficile de le résoudre...

Parfois cela me semble le cas.
Et comment réagir en ce cas là?

Qu'est ce qui pourrait l'empêcher d'agir? (autre qu'une histoire de contenu ou méthodologie, ou croyance limitante) Ou agir dans une autre direction que celle souhaitée?
Y a t'il des possibilités de conflits intérieurs source de blocage? C'est à dire que l'approche pourrait consister en une réunification des différentes parties (csct/icst) pour aller en un sens cohérent?
essentiellement :
-un trop grand besoin de controle, réaction due à une impression de manque de controle dans une partie de sa vie genre nos parents nous controlaient trop ou un évènement ou nous avons perdu le controle de la situation....
-une programmation type : "je dois satisfaire aux besoins des autres", implantée dans l'enfance par les parents, renforcée par d'autres valeurs/croyances erronées...

croyance limitante typique : "mon passé, c'est ma vie, c'est moi". Croire cela fait que le passé devient extraordinairement dur à changer, donc la personne ne peut plus évoluer ou très très lentement...
ou croire que de toutes les façons on ne peut pas changer, ou la peur que tout reviendra....plein de moyen de se pourrir la vie...

il peut manquer aussi une décision (ce qui est l'apanage de la conscience) pour que l'inconscient fasse son boulot...

que faire? voir un thérapeute.
 
Ce sont des limitations conscientes contre lesquelles avec un esprit ouvert on peut lutter assez facilement...
Pourquoi essayer de changer si on n'y croit pas, qu'on le peut?

Un changement peut impliquer un conflit avec ce qu'on est, ou croit, et là effectivement il peut y avoir problème...
La congruence me semble un état à rechercher. Toute division est source de limitation et souffrance.
 

Paul Elie

Membre
bon je vais vous donner mon avis personnel .....
Leo Lavoie a dit:
Ce qui me turlupine dans les cours, les livres, les conférences des maîtres c'est toujours ces damnées incongruités ou incongruences ou incongruismes...Bref je ne sais plus le terme français qui veut dire qu'une chose dite n'est pas en phase ou est totalement en contrephase avec une autre.

la raison majeure que je reconnais pour l'avoir experimentée au debut....
est que la logique du subconscient dans les decisions qu'elle prends pour nous proteger n'as rien a voir avec la logique consciente....
donc celle que vous utilisez pour essayer de comprendre une theorie qui s'applique au subconscient....


Dans ce cas-ci c'est Banyan qui, par ailleurs, me semble un vrai de vrai de l'hypnose quand même... Peut-être quelqu'un peut m'éclaircir l'esprit?

J'entends qu'il faut parler à quelqu'un qui est en régression; disons, à l'âge de 5 ans, comme à un enfant qui a 5 ans... Ok...

D'un autre côté j'entends que la personne qui est en régression se servira de sa compréhension d'adulte pour comprendre et que l'enfant de 5 ans comprendra alors...Y'a contrephase ici.

non pas du tout la personne ne se servira pas de compréhension...pendant la regression nous faisons seulement un travail d'investigation qui n'a aucun effet sur la vie présente du client....
c'est seulement apres avoir decouvert l'origine du mal que vous passez a la therapie...


Une autre contrephase est quand on dit que l'inconscient prend les choses littérallement... Il ne le nie pas mais il le contredit dans sa façon de faire.
oui c'est vrai mais je ne voie pas de contradiction eclairez moi!

De plus, il se sert largement et librement, il me semble, de négation dans ses suggestions... Chuis un peu confus... :shock:

Ceci dit, je suis prêt à entendre et à considérer qu'il pourrait être bien vrai que l'inconscient ne prend PAS tant que ça les choses littéralement et qu'il est prêt à comprendre que " ne pas avoir peur" ne veut pas dire "avoir peur"... Mais qu'on se fasse une idée boudiou!

c'est pour cela que l"'ecole " kein /banyan/mottin separe l'inconscient et le subconscient comme 2 choses differentes avec des responsabilitées differentes et des utilisation differentes
et c'est pour cela que j'insiste sur mon preambule :
comment l'esprit fonctionne qui est des plus important et que
impatient que nous sommes de savoir....
souvent ignorons! :D
mais qui est fondamental pour comprendre la suite!
:lol:
ps: quand vous aurez des questions vous devriez me les poser directement....
je ne regarde pas tous les postings de ce forums et suis très occupé en ce moment!
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut