Formation Hypnose

Préférences des thérapeutes...

  • Initiateur de la discussion Anonymous
  • Date de début
A

Anonymous

Invité
Je reprends ce message d'un autre topic, pour ne pas être HS, car je suis intéressée par ce que dit Diane au sujet de son aversion pour l'arrêt du tabac...


DianeV à dit:
C'est normal que je n'ai pas encore une tonne de clients, je VIENS d'arriver dans ma nouvelle ville. Une clientèle se bâtit pas aussi rapidement.

Les raisons pour lesquelles je ne fais pas d'arrêt de fumer c'est juste parce que j'ai un dégoût profond envers la cigarette, et que je n'aime pas ces cas-là. Alors, autant les laisser à mon collègue qui en fait pas mal son dada. De la même façon, lui me laisse pratiquement 100% des cas de phobies car j'aime travailler cette problématique !

Vous parlez des phobies simples ou des phobies d'anxiété sociale qui peuvent être plus complexes?

Ou votre champ d'application s'arrête aux phobies pour l'instant ?


Votre aversion pour le tabac voudrait-il dire que vous ne traitez pas les dépressifs chronique par exemple, si vous ne supportez pas la détresse?...

Et si je sais que mes clients sont satisfaits c'est par un moyen très sophistiqué et évolué! Ça s'appelle la communication. Ben oui !! À la fin d'un rendez-vous, on revoit tous les deux la nécessité d'un prochain rendez-vous, et normalement on prend la décision d'un commun accord. On appelle ça la fin d'une relation thérapeutique. C'est super pratique, ça permet de voir avec la personne si elle a rempli ses objectifs, et si non comment on peut modifier pour les atteindre :)
OK, mais c'est une réponse un peu simpliste... :lol: ; je peux vous dire que certains personnes ont préféré dire qu'ils allaient mieux à leur thérapeute pour aller voir qqu'un d'autre, j'ai eu quelquefois le cas, j'ai, reçu des clients qui ont donc menti à leur précédent thérapeute, d'où ma question initiale...
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
Personnellement ça ne m'étonne pas et me parait normal. Si je pense qu'avoir fait une thérapie, un nettoyage etc est bon avant de se lancer comme thérapeute, je pense également que les psychopraticien & co restent des êtres humains avant tout et que ça implique certaines capacités, certaines sensibilités, certaines facilités et certaines choses avec lesquelles on est moins à l'aise. Que ce soit en rapport avec notre passé (ex: décès dans la famille lié au tabagisme), avec nos sensibilité (ex: pudeur et ne pas être à l'aise dans le domaine de la sexologie), des courants (ex: certaines personnes ne sont pas à l'aise avec les enfants et d'autres le sont plus qu'avec des adultes), on peut aussi ne pas être à l'aise avec des sujets qu'on ne maîtrise pas ou où l'on peut se sentir à côté de la plaque (ex: gérer sa vie avec un handicape, la prostitution, les privations de liberté... qui ne sont pas des choses auxquelles on est confronté tous tous les jours) etc.
 

DianeV

Membre
Un peu simpliste? Oui, la réponse est simple, je considère que je ne suis pas la personne pour les aider!
Je fais beaucoup plus que des phobies (simples ou non), je dis simplement que c'est une problématique que j'aime travailler. Pas que je ne fais que ça!

Je n'ai aucun problème avec la détresse, mes stages en soins infirmiers et mon vécu personnel m'ont permis de me forger une carapace. Toutefois, si c'était le cas effectivement j'aurais possiblement de la difficulté à prendre ces cas.
Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles. Et non, je ne TRAITE pas les dépressifs, je ne suis pas un médicament, et surtout pas médecin :)

Personnellement, si les clients me mentent et préfèrent aller voir ailleurs c'est tant pis pour eux, je ne prends pas le blâme de leur malaise à m'avouer ne pas voir de résultats. C'est eux les pires!
Je ne vais pas commencer à devenir paranoïaque à penser que les clients qui ne reviennent pas me mentent, c'est pas très bon pour l'équilibre mental ;)
Je suis beaucoup plus zen avec ça, et me dis que le libre-arbitre existe, et que s'ils vont voir ailleurs c'est que j'étais pas la personne pour eux!
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
Un peu simpliste? Oui, la réponse est simple, je considère que je ne suis pas la personne pour les aider!
Je fais beaucoup plus que des phobies (simples ou non), je dis simplement que c'est une problématique que j'aime travailler. Pas que je ne fais que ça!

Je n'ai aucun problème avec la détresse, mes stages en soins infirmiers et mon vécu personnel m'ont permis de me forger une carapace. Toutefois, si c'était le cas effectivement j'aurais possiblement de la difficulté à prendre ces cas.
Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles. Et non, je ne TRAITE pas les dépressifs, je ne suis pas un médicament, et surtout pas médecin :)

Personnellement, si les clients me mentent et préfèrent aller voir ailleurs c'est tant pis pour eux, je ne prends pas le blâme de leur malaise à m'avouer ne pas voir de résultats. C'est eux les pires!
Je ne vais pas commencer à devenir paranoïaque à penser que les clients qui ne reviennent pas me mentent, c'est pas très bon pour l'équilibre mental ;)
Je suis beaucoup plus zen avec ça, et me dis que le libre-arbitre existe, et que s'ils vont voir ailleurs c'est que j'étais pas la personne pour eux!
Merci pour votre réponse et votre franchise :)

Par contre je ne comprends pas la majuscule dans cette phrase :shock: :
Et non, je ne TRAITE pas les dépressifs, je ne suis pas un médicament, et surtout pas médecin

Moi non plus je ne suis pas médecin et ne prescrit donc aucun médoc, néanmoins je prends en charge des dépressifs, il y a une grande demande, autant que pour le tabac je dirais...

Je ne suis pas non plus friandes non plus des arrêts tabac, et mon discours au tél est assez directif sur leur motivation de changement, ce qui fait qu'il ne prenne pas de RDV, tant mieux... :roll:
 
A

Anonymous

Invité
Prudence à dit:
Personnellement ça ne m'étonne pas et me parait normal. Si je pense qu'avoir fait une thérapie, un nettoyage etc est bon avant de se lancer comme thérapeute, je pense également que les psychopraticien & co restent des êtres humains avant tout et que ça implique certaines capacités, certaines sensibilités, certaines facilités et certaines choses avec lesquelles on est moins à l'aise. Que ce soit en rapport avec notre passé (ex: décès dans la famille lié au tabagisme), avec nos sensibilité (ex: pudeur et ne pas être à l'aise dans le domaine de la sexologie), des courants (ex: certaines personnes ne sont pas à l'aise avec les enfants et d'autres le sont plus qu'avec des adultes), on peut aussi ne pas être à l'aise avec des sujets qu'on ne maîtrise pas ou où l'on peut se sentir à côté de la plaque (ex: gérer sa vie avec un handicape, la prostitution, les privations de liberté... qui ne sont pas des choses auxquelles on est confronté tous tous les jours) etc.
Je ne partage pas ce message, si un thérapeute est passé par la case thérapie, il ou elle peut traiter toutes personnes en détresse, quelque soit le motif, j'ai traité des personnes avec des parcours de vie similaires au mien, et je me suis fait la remarque après la séance que finalement même si j'était en empathie, je n'étais pas bouleversée alors que si je n'avais pas travaillé sur tous ces aspects j'aurai eu du mal à recadrer la séance...

Bien sûr après on peut avoir ses préférences, mais comme Diane je n'aime pas traiter les arrêts tabac.
 

DianeV

Membre
Il est en majuscules car c'est vous qui avez dit "Votre aversion pour le tabac voudrait-il dire que vous ne traitez pas les dépressifs chronique par exemple, si vous ne supportez pas la détresse?..."
;)
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
Il est en majuscules car c'est vous qui avez dit "Votre aversion pour le tabac voudrait-il dire que vous ne traitez pas les dépressifs chronique par exemple, si vous ne supportez pas la détresse?..."
;)
Heu... OK, néanmoins cela ne répond pas à la suite de votre phrase...
Et non, je ne TRAITE pas les dépressifs, je ne suis pas un médicament, et surtout pas médecin

Pourquoi donc, les dépressifs c'est pas votre truc ? ... :roll:
 

DianeV

Membre
Le "je ne suis pas un médicament" c'était une blague dans le sens que ce sont les anti-dépresseurs qui traitent la dépression hihi ! Je travaille avec les dépressifs pour les aider, là est la nuance ;)
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
Le "je ne suis pas un médicament" c'était une blague dans le sens que ce sont les anti-dépresseurs qui traitent la dépression hihi ! Je travaille avec les dépressifs pour les aider, là est la nuance ;)
Ha OK, ou bien sûr, toutefois, certains dépressifs ne prennent rien, disons les plus légers, car dans la dépression il y a plusieurs degrés, plusieurs formes...

Disons que les antidépresseurs restent un pansement à leur souffrance, mais n'est pas la guérison...

Et dans ces cas là aussi en 3 ou 4 séances vous avez terminé avec ce type de client ?
 

DianeV

Membre
Les anti-dépresseurs sont nécessaires, la dépression est une maladie physique causée par des déséquilibres de neurotransmetteurs ... on a beau méditer, bouger, bien manger, les antidépresseurs sont un mal nécessaire, du moins pour un temps.
Je n'ai pas eu des tonnes de cas de gens dépressifs, mais ceux que j'ai eu ont demandé plus de séances effectivement.
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
Les anti-dépresseurs sont nécessaires, la dépression est une maladie physique causée par des déséquilibres de neurotransmetteurs ... on a beau méditer, bouger, bien manger, les antidépresseurs sont un mal nécessaire, du moins pour un temps.
Je n'ai pas eu des tonnes de cas de gens dépressifs, mais ceux que j'ai eu ont demandé plus de séances effectivement.
Vous me rassurez presque...

Pour le reste, je ne suis pas d'accord sur votre vision de la dépression, même si je suis d'accord sur la consommation de ceux ci, mais ils ne guérissent pas...(les médocs)

La dépression n'est pas une "maladie", mais un dérèglement effectivement et la prise de médicament est souvent indispensable pour rétablir ces neurotransmetteurs, mais parallèlement il est indispensable d'entreprendre une approche thérapeutique, sinon c'est les médocs à vie...
 

DianeV

Membre
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
Oui en effet, j'ai une psychiatre en séances en ce moment, elle a 60 ans passés... :idea:
 
C'est quoi le rapport, Hypno-transe, dans votre dernier message ?

Dites moi Hypno-transe, en vrai, vous faîtes quoi dans la vie ? Car bon, depuis le début, vous relevez des détails qui ne sont choquants qu'à vos yeux, puisque le reste est implicite, et vous en prenez à Diane par sa jeunesse, après l'avoir fait pour Gaetan...

Un complexe sur l'âge ? Sur un ratio compétence/age trop élevé par rapport à vous ? En gros, c'est quoi votre problème ?

:roll: :roll: :roll: :roll: :roll:

Si vous avez été banni plusieurs fois, je suppose que ce n'est pas pour rien ? :roll:
mindy à dit:
Personne ne vous a jamais demandé d'être mielleuse juste correcte et respectueuse c'est différent.

Adressez vous aux intervenants sans les agresser, sans les traiter de charlatans, sans considérer que ceux qui ne pensent pas comme vous méritent d'être insultés et sont de sales incompétents et vous verrez que vous ne serez plus jamais bannie, peu importent vos idées. Essayez vous verrez bien.
 

thérapie29

Membre
en parlant dépression, j'ai écris un article là dessus ici:
http://www.therapeute-finistere.fr/les- ... apeutique/
voilà.
 

HYPNOMED

Membre
Certaines personnes font des généralisations à partir de leur petit cas perso car elles ne connaissent pas les lois scientifiques statistiques et ne tiennent alors compte que de probabilités très faibles et les prennent pour référence normative.
Métaphore semble faire partie de cette minorité qui se revendique le droit de se situer hors la norme et compte tenu de sa formation hors norme et au vu de ses interventions sur ce forum, se lancer dans la thérapie des psychiatres semble tout à fait dans sa logique !
 

thérapie29

Membre
c'est une inépuisable sourcedevie!
Généralisation/distorsion/ omission, quand tu nous tiens...
en pnl, c'est sympa car on claissifie, et du coup ça permet de comprendre très vite de quoi il s’agit, sur la forme et non le fond.
Pour le message "je reçois une psy en thérapie...", ça s’appelle "la communication du snob" qui fait partie de la classe des manipulations qui en contient 4 sortes (pour info, hein?) :lol:
 

HYPNOMED

Membre
Se situer hors du nombre semble être sa préférence de thérapeute, mais le danger c'est alors de se retrouver hors du monde des vrais thérapeutes !
 

thérapie29

Membre
ça viendra avec la confiance...il faut bien comprendre qu'elle ne parle pas de nous, mais d'elle. Allé, sourdevie, on t'aime bien quand même.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pour aider une psychiatre déséquilibrée, faut-il une hypno déséquilibrante qui puisse rétablir l'équilibre ?

On serait alors en pleine thérapie provocative ?

Mais qui en vérité ré-équilibrera le plus l'autre ?

:shock:
 

jeangeneve

Membre
thérapie29 à dit:
ça viendra avec la confiance...il faut bien comprendre qu'elle ne parle pas de nous, mais d'elle. Allé, sourdevie, on t'aime bien quand même.
Même là, c'est bourré d'innés-exact-atitudes,
 
A

Anonymous

Invité
Et bien on s'amuse sur mon topic, ça fait du bien de vous défouler un peu ? :? ..je vois que le ton est toujours à l'attaque personnelle..


DianeV à dit:
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
Oui je me souviens d'avoir été sur le site de votre école d'hypnothérapie, d'ailleurs assez surprise d'y voir qu'on y parlait d'ésotérisme alors que vous ne donnez pas dans ce gerne là... bref...

Tout ça pour dire que j'ai une approche en psychopathologie, et en fin d'année un complément est prévu, même si je suis loin des 400 heures obligatoires pour être psychothérapeute, mais ce n'est pas mon but non plus.

Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

De même je suis formée en hypnothérapie pour les enfants, et j'ai reçu en début d'année une petite fille de 4 ans, sans rentrer dans les détails, une séance et tout est rentré dans l'ordre.

Mais, pour l'instant, mon expérience est avec les adultes, je m'y sens plus à l'aise.

surderien à dit:
Pour aider une psychiatre déséquilibrée, faut-il une hypno déséquilibrante qui puisse rétablir l'équilibre ?

On serait alors en pleine thérapie provocative ?

Mais qui en vérité ré-équilibrera le plus l'autre ?

:shock:
Quelle finesse de langage... vous adressez vous de cette façon à vos patients ?... :?
 

DianeV

Membre
Non non, quand je parle de soins infirmiers en psychiatrie ce n'est pas à l'école d'hypnose que je suis allée ! L'école d'hypnose m'a servi à avoir un papier en hypnose, rien de plus. Je n'adhère pas à TOUS les cours et ateliers offerts, mais bon, une école privée ça a besoin de sous alors faut offrir pour tous les goûts ...
 
A

Anonymous

Invité
DianeV à dit:
Non non, quand je parle de soins infirmiers en psychiatrie ce n'est pas à l'école d'hypnose que je suis allée ! L'école d'hypnose m'a servi à avoir un papier en hypnose, rien de plus. Je n'adhère pas à TOUS les cours et ateliers offerts, mais bon, une école privée ça a besoin de sous alors faut offrir pour tous les goûts ...
OK, je comprends, mais vous êtes en train de me dire que vous avez appris plus dans vos soins infirmiers en psychiatrie ? ou bien c'est seulement pour répondre au sujet de la "dépression", ce que je crois...

Travaillez vous toujours en tant qu'infirmière ? Je pense qu'en étant déjà dans le domaine de la santé, vous pourrez beaucoup plus facilement développer votre activité de thérapeute. Et je pense aussi qu'au QUEBEC, c'est beaucoup plus facile de s'installer, la mentalité est très différente, beaucoup plus ouverte..

J'étais en train de visionner vos vidéos avec votre collègue (je suppose...)Journée mondiale sans tabac 2013
Quiz semaine 10 - Hypnose et phobies

Je m'attendais à plus de détails sur votre approche sur les phobies, mais bon vous êtes toujours très naturelle même si j'ai toujours un peu de mal avec votre accent... :wink:
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
DianeV à dit:
Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles.
+1

Hypno-transe à dit:
Prudence à dit:
Personnellement ça ne m'étonne pas et me parait normal. Si je pense qu'avoir fait une thérapie, un nettoyage etc est bon avant de se lancer comme thérapeute, je pense également que les psychopraticien & co restent des êtres humains avant tout et que ça implique certaines capacités, certaines sensibilités, certaines facilités et certaines choses avec lesquelles on est moins à l'aise. Que ce soit en rapport avec notre passé (ex: décès dans la famille lié au tabagisme), avec nos sensibilité (ex: pudeur et ne pas être à l'aise dans le domaine de la sexologie), des courants (ex: certaines personnes ne sont pas à l'aise avec les enfants et d'autres le sont plus qu'avec des adultes), on peut aussi ne pas être à l'aise avec des sujets qu'on ne maîtrise pas ou où l'on peut se sentir à côté de la plaque (ex: gérer sa vie avec un handicape, la prostitution, les privations de liberté... qui ne sont pas des choses auxquelles on est confronté tous tous les jours) etc.
Je ne partage pas ce message, si un thérapeute est passé par la case thérapie, il ou elle peut traiter toutes personnes en détresse, quelque soit le motif, j'ai traité des personnes avec des parcours de vie similaires au mien, et je me suis fait la remarque après la séance que finalement même si j'était en empathie, je n'étais pas bouleversée alors que si je n'avais pas travaillé sur tous ces aspects j'aurai eu du mal à recadrer la séance...

Bien sûr après on peut avoir ses préférences, mais comme Diane je n'aime pas traiter les arrêts tabac.
Voilà ses préférences. Mais je ne pense pas que l'on puisse tous traiter tout le monde, même après une thérapie réussie, je ne pense pas qu'on soit forcément à l'aise avec tous les sujets et qu'on ait la capacité à tout gérer.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Hypno-transe à dit:
Et bien on s'amuse sur mon topic, ça fait du bien de vous défouler un peu ? :? ..je vois que le ton est toujours à l'attaque personnelle..


DianeV à dit:
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
Oui je me souviens d'avoir été sur le site de votre école d'hypnothérapie, d'ailleurs assez surprise d'y voir qu'on y parlait d'ésotérisme alors que vous ne donnez pas dans ce gerne là... bref...

Tout ça pour dire que j'ai une approche en psychopathologie, et en fin d'année un complément est prévu, même si je suis loin des 400 heures obligatoires pour être psychothérapeute, mais ce n'est pas mon but non plus.

Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

De même je suis formée en hypnothérapie pour les enfants, et j'ai reçu en début d'année une petite fille de 4 ans, sans rentrer dans les détails, une séance et tout est rentré dans l'ordre.

Mais, pour l'instant, mon expérience est avec les adultes, je m'y sens plus à l'aise.

surderien à dit:
Pour aider une psychiatre déséquilibrée, faut-il une hypno déséquilibrante qui puisse rétablir l'équilibre ?

On serait alors en pleine thérapie provocative ?

Mais qui en vérité ré-équilibrera le plus l'autre ?

:shock:
Quelle finesse de langage... vous adressez vous de cette façon à vos patients ?... :?
J'ai l'habitude de dire la vérité aux "patients" qui parfois sont aussi mes collègues ! et de vous la dire tout autant sur ce forum !

vous critiquez l'attitude de la jeunesse, vous critiquez les thérapeutes officiels médecins et psychiatres et vous venez nous dire que vous avez en entretien
une psychiatre de 60 ans ! Une psychiatre qui a donc la sagesse de l'expérience de l'âge ? Alors que vient elle faire chez vous ?

:shock:

Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

vous continuez à vous imaginer supérieure sur votre piédestal : je vous y laisse.

:roll:


Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles

absolument, et bien avant de prétendre reconnaître celles des autres...

8)
 
A

Anonymous

Invité
surderien à dit:
Hypno-transe à dit:
Et bien on s'amuse sur mon topic, ça fait du bien de vous défouler un peu ? :? ..je vois que le ton est toujours à l'attaque personnelle..


DianeV à dit:
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
Oui je me souviens d'avoir été sur le site de votre école d'hypnothérapie, d'ailleurs assez surprise d'y voir qu'on y parlait d'ésotérisme alors que vous ne donnez pas dans ce gerne là... bref...

Tout ça pour dire que j'ai une approche en psychopathologie, et en fin d'année un complément est prévu, même si je suis loin des 400 heures obligatoires pour être psychothérapeute, mais ce n'est pas mon but non plus.

Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

De même je suis formée en hypnothérapie pour les enfants, et j'ai reçu en début d'année une petite fille de 4 ans, sans rentrer dans les détails, une séance et tout est rentré dans l'ordre.

Mais, pour l'instant, mon expérience est avec les adultes, je m'y sens plus à l'aise.

surderien à dit:
Pour aider une psychiatre déséquilibrée, faut-il une hypno déséquilibrante qui puisse rétablir l'équilibre ?

On serait alors en pleine thérapie provocative ?

Mais qui en vérité ré-équilibrera le plus l'autre ?

:shock:
Quelle finesse de langage... vous adressez vous de cette façon à vos patients ?... :?
J'ai l'habitude de dire la vérité aux "patients" qui parfois sont aussi mes collègues ! et de vous la dire tout autant sur ce forum !
idem

vous critiquez l'attitude de la jeunesse, vous critiquez les thérapeutes officiels médecins et psychiatres et vous venez nous dire que vous avez en entretien une psychiatre de 60 ans ! Une psychiatre qui a donc la sagesse de l'expérience de l'âge ? Alors que vient elle faire chez vous ?
Critiquez la jeunesse ? où avez vous lu ça ? :shock: ; et quel rapport avec la suite ?...
On m'a recommandé auprès de cette psychiatre, et oui Monsieur ! et tout se passe très bien!



Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

vous continuez à vous imaginer supérieure sur votre piédestal : je vous y laisse.
Merci c'est gentil... :D


Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles

absolument, et bien avant de prétendre reconnaître celles des autres...

8)
Je suis d'accord, mais je reconnais autant mes valeurs que mes limites, donc tout va bien...
 

mindy

Membre
Je suis d'accord, mais je reconnais autant mes valeurs que mes limites, donc tout va bien...[/quote]

D'accord et quelles sont vos limites? En quoi vous sentez-vous perfectible?
 
A

Anonymous

Invité
mindy à dit:
Je suis d'accord, mais je reconnais autant mes valeurs que mes limites, donc tout va bien...
D'accord et quelles sont vos limites? En quoi vous sentez-vous perfectible? [/quote]

Ce genre de choses, je le partage avec des personnes de confiance, ne m'en voulez pas... :idea:
 

matadore

Membre
Hypno-transe à dit:
surderien à dit:
Hypno-transe à dit:
Et bien on s'amuse sur mon topic, ça fait du bien de vous défouler un peu ? :? ..je vois que le ton est toujours à l'attaque personnelle..


DianeV à dit:
On ne doit pas venir de la même école ;) Je suis formée en soins infirmiers psychiatriques, et on m'a appris de cette façon !
Oui je me souviens d'avoir été sur le site de votre école d'hypnothérapie, d'ailleurs assez surprise d'y voir qu'on y parlait d'ésotérisme alors que vous ne donnez pas dans ce gerne là... bref...

Tout ça pour dire que j'ai une approche en psychopathologie, et en fin d'année un complément est prévu, même si je suis loin des 400 heures obligatoires pour être psychothérapeute, mais ce n'est pas mon but non plus.

Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

De même je suis formée en hypnothérapie pour les enfants, et j'ai reçu en début d'année une petite fille de 4 ans, sans rentrer dans les détails, une séance et tout est rentré dans l'ordre.

Mais, pour l'instant, mon expérience est avec les adultes, je m'y sens plus à l'aise.

surderien à dit:
Pour aider une psychiatre déséquilibrée, faut-il une hypno déséquilibrante qui puisse rétablir l'équilibre ?

On serait alors en pleine thérapie provocative ?

Mais qui en vérité ré-équilibrera le plus l'autre ?

:shock:
Quelle finesse de langage... vous adressez vous de cette façon à vos patients ?... :?
J'ai l'habitude de dire la vérité aux "patients" qui parfois sont aussi mes collègues ! et de vous la dire tout autant sur ce forum !
idem

vous critiquez l'attitude de la jeunesse, vous critiquez les thérapeutes officiels médecins et psychiatres et vous venez nous dire que vous avez en entretien une psychiatre de 60 ans ! Une psychiatre qui a donc la sagesse de l'expérience de l'âge ? Alors que vient elle faire chez vous ?
Critiquez la jeunesse ? où avez vous lu ça ? :shock: ; et quel rapport avec la suite ?...
On m'a recommandé auprès de cette psychiatre, et oui Monsieur ! et tout se passe très bien!



Je ne suis pas du tout certaine que les thérapeutes qui ont répondu à ce message ont cette approche ce qui me permet d'avoir un éventail plus large en clientèle.

vous continuez à vous imaginer supérieure sur votre piédestal : je vous y laisse.
Merci c'est gentil... :D


Je crois qu'il est important, en tant que thérapeute, de reconnaître ses propres limites personnelles et professionnelles

absolument, et bien avant de prétendre reconnaître celles des autres...

8)
Je suis d'accord, mais je reconnais autant mes valeurs que mes limites, donc tout va bien...
Tout vous semble bien aller

mais votre comportement sur ce forum montre une face de votre personnalité que vous ne maitrisez manifestement pas du tout

mais cela n'a pas d'importance car c'est vraiment celle que l'on adore chez vous : celle de votre auto-hypnose matadorienne !


:twisted:
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Haut