1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Processus hypnotiques

Discussion dans 'Les différentes Techniques & Se Former-S'Informer' créé par Ivan Schmitt, 18 Décembre 2011.

  1. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Le début de cette conversation se trouve ici :
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***

    En résumé
    Janet avait défini que la caractéristique principale du somnanbulisme était que l'individu ne se souvenait plus, à son réveil, de son état de somnanbulisme hypnotique. Ainsi il avait plongé Rose en état de somnanbulisme et l'avait laissé dans cet état. Elle devenait donc Rose 1. Puis, à un moment, il se décidait a plonger Rose 1 dans un nouveau sommeil hypnotique sommanbulique et Rose devenait Rose 2. Puis encore une fois, pour qu'elle devienne Rose 3.
    Rose 3, se souvenait de Rose 2 et de Rose 1. Mais Rose 1 ne se souvenait pas de Rose 2 et 3.

    Voici la portion de texte qu'il me semble intéressant de réfléchir :

    Tout de même, ces quelques lignes éclairent la signification de ce qu'est un état hypnotique face à la suggestion, face à la dissociation. En gros, j'étais quand même en train de dire que
    - la seule manière de vraiment dissocier, c'est le changement d'état.
    - Que la valeur ajoutée de la transe hypnotique sur la suggestion, est la dissociation.
    - Que le changement d'état n'est pas réversible (ce n'est pas la même chose d'aller d'un état 1 à un état 2, que de faire l'inverse)
    Pour pousser les choses encore plus loin, tout cela trouve encore un écho avec la théorie des ensembles (qui est un bon concept explicatif des paradoxes) puisque l'état 2 est un ensemble qui contient l'état 1 ; que donc l'état hypnotique est un ensemble qui contient l'état de veille, alors que l'inverse n'est pas vrai...
    Et je ne parle même pas de ce que cela peut encore inspirer comme conséquences sur la définition de ce qu'est un état...

    J'ajoute également :
    Qu'en pensez-vous ?

    PS : ce texte rassemblant plusieurs concepts théoriques susceptibles d'interprétations différentes, n'hésitez à demander des éclaircissements si ces quelques lignes vous semblent indigestent...
     
  2. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Pour donner un exemple plus explicite :
    La transe autohypnotique du conducteur : je conduis et je suis plongé dans mes pensées. Tout à coup, je suis surpris d'être déjà arrivé à destination.
    Etre plongé dans ses pensées est donc une transe somnanbulique (= Etat 2)
    L'état de somnanbulisme est ici démontré de par le fait, qu'arrivé à destination, on est étonné. Donc revenu dans l'état 1 on perd le souvenir de l'état 2
    ....
     
  3. pattes

    pattes Membre

    Inscrit:
    14 Décembre 2011
    Messages:
    57
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1150
    Localité:
    Nîmes
    Donc, tout ce qu'on oublierait, parmi ce qu'on n'aurait pas du oublier en si peu de temps et en admettant que nous n'ayons pas de maladie comme l'alzheimer, serait issu d'un état de transe hypnotique ? Ca me semble juste, étant donnée que pour démonter une hypothèse, il suffit d'y apporter un contre-exemple viable et que je n'en trouve pas... Le somnambulisme, le conducteur, la télévision, mais c'est une théorie que tu avances ou bien est-elle prouvée ? Parce que d'après ce que tu dis, cela semble déjà exister, et dans ce cas, je ne vois pas pourquoi tu soumets cette théorie... Tu ne veux donc qu'en discuter pour trouver l'étendue de ses conséquences au quotidien ?
     
  4. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    C'est vrai que plus on réfléchit à ce que je viens de dire, plus cela résonne comme du déjà connu, déjà su. En même temps, on sent également qu'il y a quelque chose de plus compliqué dans tout cela...
    Alors effectivement, comme tu le dis, c'est dans le but de trouver l'étendue des conséquences au quotidien.

    Parce qu'avec ce que je viens de dire, il y a bien des choses qui vont changer dans ma manière de comprendre l'hypnose.
    C'est déjà le cas avec l'exemple du conducteur d'avant : jamais personne n'aurait osé l'affirmation que c'est une transe somnabulique ! En même temps, si je dis ça à un hypnotiseur il va me répondre : hum, oui, en un sens tu as raison.
    Et nous avons déjà une conséquence à cela : le somnanbulisme n'est pas une transe profonde, comme c'est écrit dans de nombreux ouvrages. Nous savons aussi, que ce qui caractérise le somnanbulisme, c'est l'oubli : nouvelle confirmation qu'il s'agit bien d'une transe somnanbulique. Nous avons une caratéristique du somnanbulisme et un repère qu'il s'agit bien de somnanbulisme.

    En fait, ce que je tente de faire, et cela a toujours été ma démarche : je veux simplifier ! Vois-tu, la grande différence entre les exploits d'Erickson et ceux des hypnotiseurs traditionnels, c'est qu'Erickson avait une compréhension fine des processus hypnotiques. Mentalement, il les avait simplifié, et il voyait l'hypnose partout.

    Or, rien n'est plus compliqué que de simplifier... D'ou l'exposé un peu technique de tout à l'heure.

    En outre nous avons également un modèle clair de ce qu'est la dissociation : j'ai affirmé l'autre jour dans un post que la dissociation n'existait pas et qu'on ne pouvait dissocier qu'en se réassociant a autre chose (Si je veux oublier A (ou me dissocier de A), je dois penser à B et ainsi je dissocie A de B). En fait, ce n'était donc pas tout à fait juste : il y a bien un processus, probablement phyiologique, qui provoque la dissociation et le seul que je connais à l'heure actuelle, c'est donc le changement d'état. Ce dernier donne tout sa valeur à la transe. Ca aussi, ça semble juste (surtout à la lumière des exemple vu tout à l'heure), alors qu'auparavant il aurait été plus difficile de l'affirmer de cette manière.

    Evidemment, tout ces simplifications, clarifications, auront des conséquences pratiques (autant qu'elles en ont eu pour Erickson face aux hypnotiseurs traditionnels)
     
  5. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    "L'hypnose n'est qu'un changement d'état".
    Ca aussi, de le dire comme ça, ça porte à conséquence...
     
  6. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    me viens une question...

    pourquoi c'est si important pour vous tout ça ?
     
  7. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6108
    J'aime reçus:
    457
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Peut-être que çà entretient ainsi une communication hypnotique ?

    une prise de conscience du processus complexe universel de la communication ?

    de communiquer le processus qui permet d'accéder à cet entretien ?

    :shock:
     
  8. Kamou

    Kamou Membre

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Messages:
    616
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Bravo Ivan pour cet exposé assez clair je trouve.
    As tu essayé de te pencher sur le fait que malgré associations et dissociations, tout se produit dans un continuum? A vrai dire, dans un entremêlement de continuums, pour être un peu plus juste.
    Je pense que si tu y réfléchissais (il est possible que tu l'ai déjà fait d'ailleurs) ça pourrait enrichir ta réflexion, même si à priori ça la rend plus lourde et moins simple à articuler mentalement, il me semble que c'est une chose qu'on ne peut pas vraiment ignorer, et une fois épurée et ordonnée ça peut donner encore plus de vie à ta pensée. Je vais essayer moi même de faire ça mais je suis pas certain d'arriver à quelque chose de clair.
     
  9. Kamou

    Kamou Membre

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Messages:
    616
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460

    A mon avis la clef se trouve peut être dans les mots et leurs ressorts,
    Et la serrure se trouve dans ce que ne considère pas la théorie des ensembles ; les interactions entre sous ensembles, et entre ensembles. Car si la conceptualisation demande de l'ordre, des frontières, des ensembles, c'est bien parce qu'en réalité tout ceci est absolument interactif et bordélique à souhait.

    Et ton cerveau en tant que réalité est bien l'ensemble qui contient tes perceptions, cependant "ton cerveau", lui est un sous ensemble langagier qui ouvre une voie (voix?) vers cet ensemble.

    L'hypnose s'intéresse justement tout particulièrement à cette voix, à la clef qui permet de passer d'un ensemble à un autre, voir même à les fusionner pour considérer leur cohérence.
     
  10. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Merci pour ces remarques Kamou !
    Pour ce qui est de la question des paradoxes et des ensembles, j'ai répondu un peu à cette question avec Surderien en traitant de la question de la conscience (qui réfléchit comme un miroir) et en cumulant ce concept avec la notion de conscience comme des points fixe de l'impermanence inconsciente, ici
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    (D'ailleurs c'était le prolongement d'une de nos précédentes conversation Kamou...)
    En fait :
    Si on met un loupe sur une image, on n'a plus la même image, mais pour autant, on n'a pas à faire à un nouvel ensemble. Cette phrase contient l'explication possible de la plupart des paradoxes !

    Ensuite, sur la question des associations qui se dissocient en même temps... a la fin du compte il y a surement de cela : la logique circulaire ; la cause est également la conséquence (ou tout au plus, il n'y a plus moyen de savoir si c'est une cause ou une conséquence)... ce sont des causes-conséquences du processus.
    Mais, a moins que tu trouves un bon exemple permettant d'appréhender dès maintenant cette hypothèse, ça me semble prématuré d'essayer de comprendre le choses de cette manière. Je préfère essayer de comprendre les processus dans un logique linéaire et, lorsque décidemment, je n'y arrive plus, j'affirme l'existence du multifactoriel (presque comme preuve de ma méconnaissance...)
     
Chargement...