Formation Hypnose

Protocole de dépendance affective ...

  • Initiateur de la discussion Métaphore
  • Date de début
M

Métaphore

Invité
corfinas à dit:
Métaphore à dit:
Et qu'entendez vous par protocole de dépendance affective ?
Pour la dépendance affective, je vous ferai un topo quand j'aurai une minute, ouvrez un post dessus, j'y répondrai.
Pour reprendre le sujet, j'ai repris nos échanges de l'autre post :

corfinas à dit:
le dépressif profond aura du mal à répondre et le praticien peu expérimenté aura peut-être du mal à le guider.

Encore que ... si la personne ne sait pas par où commencer, je crois qu'on peut volontiers lui proposer de travailler sur la relation avec ses parents et notamment avec sa mère avec un protocole de dépendance affective par exemple.

Heu... pourquoi un protocole de dépendance affective ?...je ne comprends pas...


Et puis même sans ça, on peut proposer aussi de contacter des ressources de confiance en soi, de bien-être et les faire grandir, les "multiplier". Ou bien, autre proposition, faire aussi une prise de recul général par rapport à son passé qui de toute façon fera du bien ou peut-être des deuils à faire.
Donc il y a des choses efficaces à faire, à proposer en tout cas, même sans pistes précises initiales de la part de la personne.


Mais souvent la personne n'a aucun souvenir d'un seul moment agréable, a grandi de façon complètement destructurée, pas de personne nourricière, pas de repères, etc... il est très difficile dans ce cas de contacter les ressources de confiance en soi...

Dans votre formation, travaillez vous sur toutes les suggestions de renforcement du moi en AH ? car personne n'en parlent sur le forum , et je trouve qu'elles sont indispensables surtout dans le cas des dépressifs..
 

corfinas

Membre
Hello,

Oui donc le protocole de dépendance affective peut-être utilisé souvent pour les parents, notamment la mère, il améliore la relation et c'est toujours bénéfique. C'est dans ce sens que je disais qu'on peut l'utiliser volontiers avec presque tout le monde.

Le principe de base est de faire définir par la personne le lien symbolique qui la relie à sa mère (qu'elle soit vivante ou pas d'ailleurs).

Par exemple la personne peut dire qu'elle voit le lien comme une ficelle, ou comme une chaine. On demande comment serai le lien idéal entre les deux, par exemple de la lumière.

Ensuite on demande ce que le lien apporte à chacun par exemple la sécurité, le sentiment d'exister.

Ensuite on crée une image d'un "moi" idéal plein de la valeur trouvée au dessus.

On débranche la chaine ou la ficelle et la rebranche sur le moi idéal.

On intègre le moi idéal dans la personne.

Du coup entre les deux personnes il ne reste que la lumière.

En gros c'est ça bon allez bonne nuit.

a+
 
M

Métaphore

Invité
C'est bien joli tout ça.... cela serait magique si ça pouvait fonctionner de cette manière, et j'ai du mal à me faire à ce protocole.... :shock:

Et dans le cas où la personne ne voit ni chaîne, ni ficelle, mais un grand vide ? quel serait votre protocole ?

Votre appellation de protocole de dépendance affective ne correspond pas à votre définition décrite.

Car une dépendance affective représente donc une dépendance, on est d'accord, et le terme de protocole est une méthode qui permet la communication entre des processus pour mettre en oeuvre une démarche efficace et positive.

Donc protocole de dépendance affective = ensemble d'un processus qui irait dans la sens non voulu (de la dépendance affective)

Pour moi, c'est très contradictoire cette appellation...

Disons que moi je dis travailler sur un shéma de dépendance affective et j'utilise donc un protocole soit les signaux idéo moteurs, soit les états du moi, etc...

Encore une question de vocabulaire ?... :roll:

 

corfinas

Membre
Hello,

Le "vrai" nom c'est "protocole pour se libérer d'une dépendance affective", c'est comme si j'avais dit "protocole pour le tabac", c'était effectivement un abus de langage.

Si la personne ne voit rien, à mon avis c'est rare mais pourquoi pas, dans ce cas et si on veut quand même aborder le thème de la relation avec autrui on peut toujours faire des jeux de rôles en faisant prendre à la personne la place de l'autre par exemple.

Pour le coté "magique" de ce protocole, le mieux c'est de le tester ...

a+
 
M

Métaphore

Invité
OK Corfinas pour l'abus de langage... :wink:

Mais pour le reste, vraiment ça m'intéresse de savoir ce que vous pourriez mettre en place si la personne vous parle d'un vide concernant le lien qui la relie à la mère, un trou noir, afin rien qui la relie ?

:arrow: Si la personne ne voit rien, à mon avis c'est rare (? :roll: ) mais pourquoi pas, dans ce cas et si on veut quand même aborder le thème de la relation avec autrui on peut toujours faire des jeux de rôles en faisant prendre à la personne la place de l'autre par exemple.

Ok, mais si la personne prend le rôle de la mère et reste muette, et rien ne sort ? ou vous dit je ne ressens rien, comment procèderiez vous ?

 

corfinas

Membre
Rien, rien, rien ...

Là comme ça, ce qui me viendrai c'est que cette personne se serai dissociée sans doute pour se protéger de quelque chose d'ingérable pour elle, quelque chose de trop grand, de trop fort, peut-être à une époque révolue aujourd'hui mais la dissociation persiste.

Peut-être que je reviendrai à ce que veux la personne, comment elle souhaiterai que la relation soit ? comment elle imaginerai alors le lien idéal ? et comment elle se sentirai avec un tel lien ?

Ou alors allez contre cette dissociation en demandant des détails très précis sur l'image de la mère ce qui devrai mener à une ré-association et donc un ressenti.

Qu'en pensez vous ?
 
M

Métaphore

Invité
Ce que j'en pense ?...

Et bien oui je pense que cette personne serait dissociée, par contre je ne suis pas d'accord sur votre formulation, désolée... :oops: mais vous dites : cette personne se serai dissociée sans doute pour se protéger de quelque chose, peut-être à une époque révolue aujourd'hui mais la dissociation persiste.

Non la dissociation c'est maintenant qu'elle l'a, au moment des évènements vécus négativement il ne s'agissait pas de dissociation mais de refoulement où elle a adopté un état du Moi problématique afin de s'adapter à la situation, qui aujourd'hui l'empêche de se reconnecter avec sa ses émotions relatives à sa mère (= dissociation).

Donc pour moi il s'agirait de travailler sur les états du moi.

Par contre j'ai pas saisi votre dernière phrase ou enfin si, c'est possible si c'est seulement une résistante mise en place, mais sans connection avec ses émotions, s'il s'agit réellement d'un état du moi problématique.

Enfin c'est mon point de vue...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
les mots sont source de conflits !

dissociation en psychiatrie ne signifie pas les mêmes choses qu'en analyse et qu'en hypnose

ce conflit de mots est sorce d'échange et d' entretien...

L'absence de mot dans le "rien" serait vide ?

non, car il a forcément plusieurs sens ...car le "rien" est différent de "quelque chose" mais en lui-même

il signifie bien des choses dans sa signification

si le mot rien ne vaut rien et définitivement rien, comme les vauriens...qui n'ont rien à dire de bien par rapport à nos croyances ...

dites donc cela à un vaurien qui n'a "rien" à dire en entretien et vous verrez qu'il en aura quelque chose à dire...

:roll:
 

xorguina

Membre
Bon rien à voir.......surderien !!! ton nouveau avatar top de chez top :D ....une envie irresistible quand je le regarde d'y aller :wink: comme aspirer 8) .......voilà....bizzzzzzz
 

Leo Lavoie

Membre
surderien à dit:
les mots sont source de conflits !

dissociation en psychiatrie ne signifie pas les mêmes choses qu'en analyse et qu'en hypnose

ce conflit de mots est sorce d'échange et d' entretien...

L'absence de mot dans le "rien" serait vide ?

non, car il a forcément plusieurs sens ...car le "rien" est différent de "quelque chose" mais en lui-même

il signifie bien des choses dans sa signification

si le mot rien ne vaut rien et définitivement rien, comme les vauriens...qui n'ont rien à dire de bien par rapport à nos croyances ...

dites donc cela à un vaurien qui n'a "rien" à dire en entretien et vous verrez qu'il en aura quelque chose à dire...

:roll:
En effet, il y a dissociation et dissociation et j'ajouterais dissociation... C'est vrai qu'il y a des termes dont le sens change un peu selon la discipline. J'ai remarqué cependant que finalement, le sens est souvent le même si on va au delà de la surface ou si l'on se rabats sur le sens propre du mot en tant que tel. Il est temps de concilier pas de scinder tout...On l'a déjà assez fait au détriment des gens qui souffrent.
 
M

Métaphore

Invité
En effet, il y a dissociation et dissociation et j'ajouterais dissociation... C'est vrai qu'il y a des termes dont le sens change un peu selon la discipline.

Possible, néanmoins ici on parle d'hypnose que je sache... et souvent ici on parlait de dissociation en technique hypnotique alors que moi je parlais souvent de la dissociation de l'individu lui même, post que j'avais créée justement à ce sujet...et qui parlait des Etats du Moi.

Et oui Léo être astineuse permet de faire avancer les choses, sinon on ne sait plus de quoi on parle... sinon on pourrait dire qu'un dépressif, c'est un parano, pourquoi pas, en fait il est malade, vous voyez cela n'a aucun sens...


Vous n'êtes pas d'accord, c'est pas grave, y a pire ici sur le forum, et cela m'amuse beaucoup ...
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut