1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Quelle différence entre délire et transe ?

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par surderien, 3 Février 2009.

  1. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6108
    J'aime reçus:
    457
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    :shock: Un petit exercice de style :


    Quelle différence faites vous entre un délire et une transe ?



    :roll:
     
  2. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    J'étais justement en train de réfléchir à un prochain message pour poser la même question...
    Je laisse répondre, et j'interviendrais ensuite
     
  3. MENGAL

    MENGAL Membre

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Messages:
    238
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Localité:
    Namur
    En analysant les contenus des deux définitions que voici et en les confrontant, vous aurez peut-être déjà une première réponse à votre question !

    Transe :

    A. − Le plus souvent au plur. Inquiétude, appréhension très vives. Transes continuelles, perpétuelles; vivre dans les transes. Il eut tout loisir d'ailleurs pour fréquenter cette maison qui apaisait, avec sa placidité béate de gens heureux, les angoisses et les transes qui l'opprimaient (Huysmans, Sœurs Vatard, 1879, p. 284). Mon cher ami, Avez-vous des nouvelles de la dactylographie de l'Otage? J'avoue que je suis dans les transes jusqu'à ce que je l'aie reçue, car je ne possède pas de duplicata du manuscrit (Claudel, Corresp. [avec Gide], 1910, p. 149).
    ♦ Être dans les transes de + inf.; être dans les transes que + subj. Appréhender fortement. Je m'aperçois tout à coup que dans un moment de distraction, il a déchiré toutes les marges des premières pages. Et je suis dans d'horribles transes que Nadar ne s'en aperçoive, que Nadar ne découvre l'état du malheureux (Goncourt, Journal, 1871, p. 828). Le dîner, dont je n'avalai pas une bouchée, me parut interminable, et je fus dans des transes mortelles d'arriver en retard (A. France, Vie fleur, 1922, p. 384).
    B. − PARAPSYCHOL. État du médium sensible aux effets de phénomènes parapsychiques. Transe médiumnique; entrer en transe. Chez le mystique l'extase, chez le médium la transe. L'un et l'autre phénomènes peuvent comporter des symptômes organiques communs: aliénation des sens, refroidissement des extrémités, ralentissement de la respiration, souvent rigidité, anesthésie totale, catalepsie (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 163).
    C. − État d'exaltation d'une personne qui se sent comme transportée hors d'elle-même et en communion avec un au-delà. Les jeunes négresses, surtout, entraient dans la transe la plus affreuse, les pieds collés au sol et le corps parcouru, des pieds à la tête, de soubresauts de plus en plus violents à mesure qu'ils gagnaient les épaules (Camus, Exil et Roy., 1957, p. 1674).
    − En partic. État de l'artiste saisi par l'inspiration. J'avais pensé et naïvement noté (...) que si je devais écrire, j'aimerais infiniment mieux écrire en toute conscience et dans une entière lucidité quelque chose de faible, que d'enfanter à la faveur d'une transe et hors de moi-même un chef-d'œuvre d'entre les plus beaux (Valéry, Variété II, 1929, p. 207).
    − P. métaph. [À propos d'un inanimé] Ce n'était plus la transe de la forêt, mais la possession lente de la terre et des hommes par la chaleur, l'établissement d'une implacable domination (Malraux, Voie roy., 1930, p. 224).
    D. − PATHOL. Sorte de sommeil pathologique ou d'altération de la conscience avec indifférence aux événements extérieurs et dont il est difficile de faire sortir le sujet. Transe hypnotique, alcoolique (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Un homme d'une trentaine d'années, bien bâti, aux cheveux bouclés, au grand nez, était agité d'une sorte de transe hystérique (...). Les yeux lui sortaient de la tête. Il finit par s'engouer dans sa fureur et par tousser (Giono, Hussard, 1951, p. 98).
    E. − Fam. Entrer, être en transe. Être hors de soi, manifester un état d'excitation extrême. Chaque fois qu'une étymologie m'intéresse, me retient, m'amuse, les spécialistes entrent en transe et me démontrent aussitôt que cette étymologie est fantaisiste (Duhamel, Manuel du protestataire, 1952, p. 55 ds Rob. 1985, s.v. étymologie).
    Prononc. et Orth.: [tʀɑ̃:s]. La finale -anse se prononce partout [-ɑ̃:s] (v. Mart. Comment prononce 1913, p. 319). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1165 la transe de la mer « passage, traversée de la mer » (Troie, 978 (et non 9783) ds T.-L.); fin du xiiie s. [date du ms.] le transse de la vie « cours de la vie » (Vie et mir. de plus. s. confess., Maz. 1716, fo 235a ds Gdf.); 2. mil. du xiie s. [ms. de la fin du xiiie s.] estre en transe « agonie » (Alexis, 980, éd. G. Paris et L. Pannier, rédaction interpolée du xiie s., p. 249); xiiie s. gesir en trance (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, Appendice, II, 33, p. 213); fin xive s. estre en grans transses et en peril « être en danger de mort » (Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, t. 11, p. 79); 3. ca 1225 transse « fête de la mort d'un saint » (Pean Gatineau, St Martin, 7154 ds T.-L.); 4. a) 1245 (mis en) transe « extase, songe » (Vie St Edward le Confesseur, éd. K. Y. Wallace, 1291 et 1318); b) 1422-25 « extase » (Pastoralet, éd. J. Blanchard, 7710); ca 1430 « extase mystique (en parlant de l'état de l'amoureux) » (Dame leale en amours ds Romania t. 30, p. 328, 161: « estre en tel transe »); 1437 (Charles d'Orléans, Ballades, 71a, Songe en complainte, 433 ds Poésies, éd. P. Champion, t. 1, p. 114: « ravy en transse »); c) fin xive s. estre en grandes transses « être très anxieux » (Froissart, op. cit., t. 10, p. 234); ca 1450 « état de grande anxiété » (Arnoul Greban, Passion, éd. O. Jodogne, 12338); ca 1500 « inquiétude mortelle » (Miracle de Saint Nicolas et d'un juif, éd. O. Jodogne, 26). II. 1. 1884 trance « état particulier d'hypnose et d'angoisse où les médiums prétendent se trouver au moment où l'esprit se manifeste en eux » (d'apr. Mack. t. 1, p. 247); 1891 transe (Huysmans, Là-bas, t. 1, p. 215); 2. 1929 « état de l'artiste inspiré » (Valéry, loc. cit.). I déverbal de transir. Sa vigueur nouv. au xve s. (4), pourrait être due à l'angl. trance (lui-même empr. au fr.; att. vers 1374 au sens de « anxiété, appréhension » et en 1434 au sens de « exaltation, extase » (NED)) notamment chez Charles d'Orléans. Voir G. Roques, Anc. et moy. fr. transir, transi, transe ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 20, 1 1982, pp. 44-45 et Mél. Planche (A.) 1984, pp. 425-427. II empr. à l'angl. trance « ravissement d'esprit, exaltation, transport », att. en occultisme dès 1825 (NED). Fréq. abs. littér.: 284. Fréq. rel. littér.: xixe s.: a) 174, b) 357; xxe s.: a) 395, b) 629.

    Délire :

    A.− MÉD. Trouble mental manifesté par un verbalisme incohérent.
    1. PATHOL. État accidentel entraînant l'abolition de la conscience, et symptomatique de certaines fièvres ou intoxications. Être en délire; être plongé dans le délire; les délires de la fièvre. − Madame a eu le délire huit jours (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 245).
    2. PSYCH. Altération profonde du psychisme et de la personnalité, n'entraînant pas forcément l'abolition de la conscience, et caractérisée par de fausses interprétations ou de fausses perceptions. Les délires qui cèdent à l'immersion subite dans l'eau froide, et les folies plus lentes dont plusieurs médecins ont triomphé (Cabanis, Rapp. phys. mor. de l'homme, t. 2, 1808, p. 369).
    SYNT. Délire aigu, alcoolique, chronique, collectif, onirique (ou onirisme), paranoïaque, systématisé, verbal; délire de culpabilité (ou d'autoaccusation), de grandeur, de persécution.
    − P. compar. :
    1. Je reste une minute dans cette soirée, et je sors avec une espèce d'horreur de la chose. Là, dans cette atmosphère, les gens les plus intelligents prennent tout à coup une officialité qui semble les détacher de l'humanité; vos amis ne sont plus vos amis, ne sont plus à vous, dans un enorgueillissement idiot, dans une sorte de délire des grandeurs.
    Goncourt, Journal, 1878, p. 1226.
    − P. anal. [En parlant d'une chose concr.] :

    2. − Société, tout est rétabli : − les orgies
    Pleurent leur ancien râle aux anciens lupanars :
    Et les gaz en délire, aux murailles rougies,
    Flambent sinistrement vers les azurs blafards!
    Rimbaud, Poésies, L'Orgie parisienne, 1871, p. 104.
    B.− P. ext., cour. Exaltation, excitation extrême. Un moment de délire; le comble du délire; tourner au délire.
    1. [En parlant d'une pers. ou de ce qui lui est propre] Délire de l'âme; le cerveau en délire; le délire chorégraphique.
    SYNT. Délire de l'esprit, de l'imagination, des sens; le délire universel, la foule en délire; un amoureux, un pieux délire; le délire musical; un délire de poésie.
    2. [En parlant d'un trait de caractère, d'une passion] Le délire de l'amour, de la volupté. Le divin disciple de Socrate, dans le délire de sa vertu, vouloit spiritualiser les hommes terrestres (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 255).
    − Péj. Excitation hystérique :
    3. Le totalitarisme tourne ici proprement au délire. On pense à ces fakirs de l'Inde qui tombent terrassés par l'ivresse extatique.
    Barrès, Mes cahiers, t. 3, 1902-04, p. 221.
    Prononc. et Orth. : [deli:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1478 deslere méd. (G. de Chauliac, Chirurgie, f. 169 ds Sigurs); av. 1709 « exaltation poétique, égarement de l'imagination » (Regnard ds Guérin). Empr. au lat. impérial delirium « délire, transport au cerveau ». Fréq. abs. littér. : 1 886. Fréq. rel. littér. : xixe s. : a) 3 523, b) 2 508; xxe s. : a) 2 212, b) 2 339. Bbg. Quem. 2e s. t. 1 1970.

    Pour plus amples renseignements, consulter le lexique qui se trouve à l'adresse suivante :http://www.cnrtl.fr/definition/délire
     
  4. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    5
    Points:
    2330
    Localité:
    Montréal Québec
    La transe ne serait elle pas le résultat d'une tentative consciente d'entrer en communication avec l'inconscient?

    Alors que le délire serait la prise de la bastille du conscient par l'inconscient?

    Ainsi, le psychotique délire et l"hypnotisé est en transe. La transe est une permission, un libre passage. Le délire est un passage forcé inverse.
     
  5. chadoc

    chadoc Membre

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    Messages:
    167
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1920
    Localité:
    BORDEAUX
    Oui, je dirais à peu près la même chose d'une autre façon:
    La transe, on en sort quand on veut;
    le délire, malheureusement non, ce n'est pas la volonté qui décide...
     
Chargement...