1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

resistance à l'induction hypnotique

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par hypnotherapie32, 22 Décembre 2010.

  1. hypnotherapie32

    hypnotherapie32 Membre

    Inscrit:
    16 Décembre 2010
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour,

    Quelqu'un pourrait il m'aider car j'ai rencontré une personne qui souffre d'un état dépressif important depuis 2 ans. Certes personnes n'arrive plus à s'endormir le soir sans somnifère. Ceci doit être du à une certaine accoutumance mais également au fait qu'elle n'arrive plus à se détendre, à se relaxer. De ce fait lors de l'induction hypnotique, sa résistance inconsciente a été très forte et elle n'a pas trouvé les ressources nécessaires pour entrer en transe. Que faire pour aider les gens qui résistent à l'induction? Merci de votre aide.
     
  2. MARY3

    MARY3 Membre

    Inscrit:
    15 Décembre 2009
    Messages:
    122
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1620
    Localité:
    Mouscron Belgique
    Il se peut que lors d'un premier essaie l'induction ne marche pas, pour pleins de raisons.
    La personne à peur d'entrer en hypnose, ou elle a un stress trop grand ce jour là, ou elle agit plus en tant qu'observateur de ce qui va se passer plutôt que de se laisser aller...
    Je ne crois pas que le fait d'avoir pris des somnifères pendant longtemps soit une raison qui entre en ligne de compte pour rendre impossible l'induction.
    Et peut être une idée me vient, lui faire vivre lors d'une prochaine induction les sensations d'endormissement qu'elle ressent lorsqu'elle a pris son somnifère ...
    Il faut parfois à la personne plusieurs essaies pour qu'elle ait confiance en ses possibilités.
     
  3. Couchetard22

    Couchetard22 Membre

    Inscrit:
    4 Juillet 2009
    Messages:
    402
    J'aime reçus:
    11
    Points:
    1880
    Localité:
    Bretagne
    Bonjour Hypnothérapie, tu peux lu suggérer l'inverse, à savoir:
    -surtout soyez attentive à ce qui se passe en vous pour ne pas entrer en transe et si vous sentez que malgré tout, vos sensations changent en vous, à chaque respiration...
    _ un autre exemple vécu, après plusieurs inductions différentes et infructueuses, j'ai dit d'un ton brusque et très motivé "Bon, on fait une pause" et il est parti d'un seul coup...
    Demander un coup de main à son inconscient avnt une séance, çà peut servir.
    De la même façon pour ses insomnies, tu peux lui donner comme consigne de se coucher le soir et de résister au sommeil, etc...
     
  4. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    je ne suis pas un professionnel
    voici un truc empirique je j' ai trouvé pour moi.
    je suis en horaire atypique,

    et je me suis astreint le régime suivant :
    noter soigneusement l'heure ou je m' endors
    juste avant, le noter le plus tard possible
     
  5. hypnotherapie32

    hypnotherapie32 Membre

    Inscrit:
    16 Décembre 2010
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    Merci à vous pour vos réponses aussi rapides. Je prends note de ce que vous venez d'écrire. Merci encore.
     
  6. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    demande à l'incosncient de la personne d'adapter tes paroles pour qu'elles soient plus aidantes au lacher prise.

    essaie la confusion, la saturation psychique et la spirale sensorielle en même temps dans une même induction...
    comment? par une description chaotique, sans queue ni tete de payasage bizarre, donnant envie de rêver plus profondémment, entrecoupée de suggestipons de détente.
    des fois, je fais l'induction comme si cela s'appliquait à moi, je me mets dedans, je dis "je", puis "je me détends"... ca aide aussi.. la personne se sent moins contrainte, donc elle peut se mettre plus dedans...

    en désespoir de cause, je fais l'induction avec des tapotements alternatifs sur les genoux, au rythme de la marche (35 coups d'un coté, 35 de l'autre, en 1 min environ). ca aide aussi.

    Valikor
     
  7. hypnotherapie32

    hypnotherapie32 Membre

    Inscrit:
    16 Décembre 2010
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    valikor, merci encore une fois pour ton aide précieuse, à bientôt
     
  8. amrita

    amrita Membre

    Inscrit:
    1 Décembre 2010
    Messages:
    310
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    Localité:
    isere
    Bonjour,
    lui suggérer qu'à chaque respiration elle va aller en transe hypnotique, 2 fois plus profondément que la plus profonde des transes qu'elle aie imaginé.
     
  9. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonsoir,

    OUI à toutes les propositions de Valikor bien sûr.

    Mais malgré tout, on ne dira pas souvent assez le problème qu'ajoute un somnifère pris depuis longtemps.

    Prenons l'exemple d'un produit "prescrit pour se détendre et favoriser l'entrée dans le sommeil".

    Imaginons que ce soit du lorazépam, ou du nordazépam, si ce n'est pas du clorazépate dipotassique (!) et -hypothèse - qu'il soit toujours pris après plus de trois mois, et alors que la personne a passé une période moins pénible, plus favorable, mais que le produit n'ait pas été cessé.

    Choisissons l'hypothèse la plus favorable : le sujet n'en prend qu'avant le coucher.
    Allons voir dans le Vidal. Demi-vie d'élimination : c'est la durée nécessaire en moyenne pour éliminer la moitié de la substance.

    Pour le bromazépam une vingtaine d'heures.
    Pour les autres cités : souvent bien plus, parfois environ 65 heures.

    Alors je vous la fais rapide : chaque soir je reçois 10 euros, ce n'est qu'au bout de 20 heures que j'en rends 5, et ça tous les jours, je vais vite amasser un certain paquet non ?!

    En résumé quand on a autant de produit dans l'organisme le jour que la nuit OU PRESQUE, comment fait l'organisme pour récupérer un cycle physiologique ?

    Hélas Mary3 je crois que les prescriptions qui s'étirent en longueur, lorsqu'il s'agit de benzodiazépines et apparentés, n'ont pas l'effet bénéfique que prescripteur et consommateur en espéraient (et en obtenaient probablement) initialement.

    Je crois que c'est un grave problème et personnellement je n'accepte plus de prendre en séance d'hypnose quelqu'un qui serait, hélas pour cette personne, sous doses fortes de ces BZD.
    Car pour moi il est alors prioritaire - bien sûr avec une attention portée aux détails de la situation personnelle - d'évaluer s'il n'y a pas un syndrome anxieux lié à ce traitement (s'il est abusivement prolongé c'est hélas très très fréquemment le cas) etc, et d'agir en fonction de cela.

    Car dans ces traitements au long cours (avec des 1/2 vies longues) on constate pour une certaine fraction de la population des effets indésirables notables : les mêmes que décrits dans les syndromes de sevrage (cf le Vidal pour chaque cas particulier).

    Comme il est mentionné dans le Vidal : lors de la prescription initiale on doit déjà envisager selon quelles modalités le traitement par BZD sera (une fois la période la plus aiguë dépassée) réduit puis cessé !

    Or en France les exceptions à ce principe de Bonne pratique de prescription, les exceptions sont la règle la plus fréquente...

    Et je ne crois pas être en dehors du thème de l'hypnose, ni du sujet proposé.

    Dans certains cas ce n'est évidemment pas possible de dire à une personne "je ne suis pas sûr(e) que votre médecin fasse assez attention à cela" d'autant que l'on ignore quelle insistance la personne a pu mettre à réclamer des renouvellements successifs (et d'ailleurs ce n'est pas adapté de s'en mêler comme ça),
    mais on risquera de se sentir impuissant, tout simplement.
     
  10. Métaphore

    Métaphore Invité

    Ben pour moi c'est plus qu'une évidence, d'où justement la prise de ces médocs liée à une profonde anxiété (et non le contraire) par contre je suis étonnée de votre refus de prendre en consultation ce type de personne, car justement elle a besoin de vous... étonnante votre réponse... :shock: vous dites que c'est un grave problème mais vous ne souhaitez pas prendre le risque de l'aider à sortir de cet engrenage qui est évidemment lié à une forte anxiété.
     
Chargement...
Vous aimerez:
  1. CarltonGary
    Réponses:
    4
    Affichages:
    524
  2. Trust
    Réponses:
    67
    Affichages:
    4342
  3. Kbou
    Réponses:
    23
    Affichages:
    9315
  4. waddle
    Réponses:
    9
    Affichages:
    2458
  5. jamesmamx
    Réponses:
    15
    Affichages:
    1169