Rire et surprise en psychothérapie - hypnothérapie

Discussion dans 'Les différentes Techniques & Se Former-S'Informer' créé par jean touati, 30 Novembre 2010.

  1. jean touati

    jean touati Membre

    Inscrit:
    30 Juin 2006
    Messages:
    30
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1520
    Localité:
    Paris
    Dans cette article je montre comment l'humour, le rire, la surprise prennent place dans ce jeu relationnel entre patient et thérapeute ; un jeu qui est par lui-même thérapeutique. Au cours de cette réflexion, je partage quelques saynètes se déroulant au cours de la thérapie d'une patiente souffrant d'une phobie sociale. La patiente exprimera à la fois son étonnement mais surtout les bienfaits, pour elle qui suit depuis 11 ans une cure psychanalytique, de cette approche se situant un peu en dehors de certains schémas sérieux et empesés du travail psychothérapeutique.

    Lire l'article : *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***

    Au plaisir d'échanger.
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    article : *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***


    Quand je mets un vert,
    ça ne veut pas dire de l'herbe

    Quand je mets du bleu,
    ça ne veut pas dire du ciel.

    Henri Matisse
     
  2. Arobaz

    Arobaz Membre

    Inscrit:
    25 Novembre 2010
    Messages:
    137
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    1520
    Tout à fait interessant !
    Merci
     
  3. Métaphore

    Métaphore Invité

    Votre article commence par :

    :arrow: Les bienfaits de l'hypnothérapie ne proviennent pas uniquement du « pouvoir thérapeutique » de la transe hypnotique.


    Déjà je suis d'accord avec cette phrase et puis avec tout le reste également... comme toujours... j'aime beaucoup la façon dont vous développez votre art de professionnel.


    Néanmoins surfer sur le terrain de la séduction est risquée, la frontière entre le dérapage et la confusion est très limite, et donc parfois difficile de s'aventurer sur ce terrain si on ne maîtrise pas tout l'art thérapeutique...
     
  4. corfinas

    corfinas Membre

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Messages:
    1109
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2180
    Localité:
    Lyon
    Hello Mr Touati,

    J'avoue que, sans tomber dans l’extrême de l'érotomanie, je vois aussi un risque à jouer sur la séduction.
    Mes questions sont peut-être naïvement sur le "transfert" mais:
    Qu'en pensez vous ?
    Voyez vous aussi ce risque et si oui comment le gérez vous ?

    a+
     
  5. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    Oui, jouer avec la séduction thérapeutique demande, de la part du thérapeute, une éthique sans faille.

    Aprés une formation dans un cadre médical ou para médical pour savoir gérer OK !

    Sinon danger !

    :!:
     
  6. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2350
    Avec la séduction il y a toujours danger... car n'importe qui peut plaire à n'importe qui d'autre...

    Car jusqu'où une seduction peut être considérée comme thérapeutique ?
    Jusqu'où un th peut il aller ?
     
  7. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    jusqu'au risque de fusionner avec son patient

    de fusionner avec la pathologie de la personne et de se laisser emporter par elle...

    :(
     
  8. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    Tout manipulateur peut user de son jeu de séducteur pour parvenir à ses fins

    Une des principales stratégies du thérapeute c'est aussi de savoir utiliser la séduction pour mettre en confiance et manipuler éthiquement le consultant, dans le sens qu'il a clairement défini au départ : le motif initial de sa consultation.

    En cours d'entretien métaphorique, tout peut changer...Le décadrage déplaçant les limites...

    Là est toute la compétence du thérapeute de travailler dans un cadre institutionnel et éthique stable pour finalement stabiliser ses patients.

    Moi, j'ai la chance de travailler en équipe, ce qui assure un feed back permanent ré-équilibrant pour les soignants comme les soignés


    Attention aux hypnomanipulateurs en solo...

    Un thérapeute doit clairement montrer le cadre thérapeutique dans lequel il intervient :

    l'hypnothérapeute ne peut donc pas y échapper et se doit de s'y référer en permanence

    Même si c'est un professionnel du décadrage permettant de déplacer les limites...

    8)


    Jusqu'où un th peut il aller ?

    je dirai : jusqu'où il lui sera nécessaire d'aller pour remplir le contrat (éthique, thérapeutique,) défini avant de commencer la thérapie !

    Tout en faisant découvrir le plaisir de la thérapie et la capacité de le garder à distance...

    Comme grâce aux articles de Monsieur Touati...

    :)


    PS je crois que je n'ai pas perdu le fil initial du sujet, finalement !

    :roll:
     
  9. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4342
    J'aime reçus:
    22
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    il n'y as pas de limites!
    séduction ne veut pas dire abus....
    la séduction peut être un jeu pour amener la confiance!
    le cadre est toujours l'intégrité dictée par les règles déontologiques...
    il y a sans aucun doute toujours des tentations!
    les desirs...les transfers.... etc
    mais tant que l'on a des DO clairs et précis et , un amour du métier qui implique une réputation impeccable....le problème est résolu avant d'être posé!
     
  10. Métaphore

    Métaphore Invité

    >Paulélie écrit : le cadre est toujours l'intégrité dictée par les règles déontologiques...

    Je pense qu'il ne s'agit pas du cadre déontologique mais de l'intégrité du thérapeute lui même.

    Il est évident que le jeu de la séduction est partout, mais par rapport au lien de M. TOUATI et de son exemple, en tant que thérapeute il faut savoir si ce jeu relationnel ne va pas mettre une confusion chez la patiente, pas qu'elle se sente agressée, mais au contraire prenne plaisir à ce jeu, donc c'est là le risque ne pas se laisser séduire par le jeu lui même, de part et d'autre (th/patient), et c'est là tout l'art thérapeutique avec un certain recadrage. Il est impératif que le thérapeute soit clean avec lui même, son passé, etc...

    Mais je pense que M. TOUATI a toutes les compétences d'après tout ce que l'on peut lire sur son site et la manière dont il rédige ses exemples de séances
    .

    Mais j'aimerais bien savoir comme le demandait Corfinas, à quel moment sait-on qu'il faut recadrer ? M. TOUATI cela vous est-il déjà arrivé de faire un recadrage directif afin de ne pas tomber dans la confusion de part et d'autre ?...
     
  11. Paul Elie

    Paul Elie Membre

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    Messages:
    4342
    J'aime reçus:
    22
    Points:
    3530
    Localité:
    lacaune
    l'intégrité du thérapeute dépends évidement de son choix déontologique personnel! et donc du son cadre.....
    pour ce qui est de recadrage ,il faut toujours recadrer sans cesse!
    pour éviter le moment ou les impulsions pourrai prendre le pas des DO....
    c'est non seulement un cadre sécurisant.... mais aussi pour le thérapeute une remise en question permanente qui laisse ouvert au possible
    a mon sens, la séduction est un outil qui va installer une confiance et qui vite va être abandonné au profit du travail de profondeur....
    qui devrai être la cible a atteindre!( la therapie proprement dite!)
    j'ai dit de profondeur et pas nécessairement en profondeur! car certain cas ne demande pas nécessairement une hypnose profonde....
    et puis c'est un choix de thérapeute.... que je ne partage pas, mais que j'accepte!
     
  12. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    Métaphore a écrit :

    Mais je pense que M. TOUATI a toutes les compétences d'après tout ce que l'on peut lire sur son site et la manière dont il rédige ses exemples de séances.

    Un peu rapide comme évaluation !

    Je me suis bien gardé d'un quelconque commentaire de ce type !

    Le site et les articles de Monsieur Touati sont séduisants, agréables, probablement éthiques, rigoureux et efficaces.

    Mais...je ne m'avancerai pas plus, ne le connaissant pas personnellement

    Mais peut-être que dans votre formation Métaphore, vous a-t-on formé à de telles évaluations ?

    Sur quels critères vous basez vous pour penser cela ?

    :roll:
     
  13. Métaphore

    Métaphore Invité

    Si vous relisez bien le début de ma phrase, il n'y a pas d'affirmation, mais "je pense que"...


    PS : La formation c'est une chose, le discernement et l'intuition une autre... :wink:
     
  14. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    Alors pourquoi nous rabattez vous sans cesse les oreilles avec la rigueur incontournable de votre formation

    si c'est finalement pour nous soumettre à la seule subjectivité de vos impressions personnelles ?

    :shock:
     
  15. Métaphore

    Métaphore Invité

    Quel rapport avec le topic ? :shock:

    Mon impression personnelle sur ce post au sujet de M. TOUATI, n'exclue en aucune façon la rigueur incontournable de ma formation... mais quel est votre problème Surderien ?... :roll:
     
  16. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    Bien,
    je vois bien des points positifs:

    en effet parfois les consultants sont dans des situations ou un fonctionnement qui les rendent vulnérables,
    mon opinion personnelle ( qui vaut pas grand chose) une supervision ou étude de cas me semble en effet une bonne mesure, le travail en réseau et de pourquoi pas de temps en temps assister ou co-consulter (co-former)
    serais une bonne alternative.
    difficile a mettre en place, tant il me parais difficile vous réunir par région dans une démarche volontaire.
    tout espoir n'est as perdu si on lit attentivement certaines propositions de ces derniers jour ...
    en effet, si on est en quelques sorte spirituel et que l'on trouve les ressouces pour rebondir a propos, pourquoi pas.
    si le consultant est venu vous voir vous, c'est juste pour vos entendre juste dire: humm, bien, autre chose?

    je pense mais j' en suis pas sur il y a des éceuils avec la "séduction"
    c'est peut-être une croyance a vous de recarder, mais on crée une sorte de dépendance.
    je me dit aussi qu il est possible que la séduction vienne du consultant.

    si la thérapeute ne ' répond pas subliminalement un peu.
    le consultant risque de vous trouver rigide (sans jeux de mot)

    le consultant peu aussi vouloir faire plaisir a son thérapeute ( en cas d'injonction th)
    ( ce qui est très utile, il veux me faire plaisir, je lui fait plaisir en le fesant changer, j'active en quelque sorte un circuit de récompense du changement** j'y pense ce serais pas super motivant ?** )

    je me plante ?

    il reste une marge avant de penser sexe.
    ou alors il ne faut surtout pas être emphatique et ne jamais se synchroniser.
     
  17. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    je vous parlais des critères de rigueur et d'évaluation en thérapie pour éviter le risque de dérapage notamment lors de l'utilisation de la "séduction" envers le patient...

    Mon problème, si vous voulez m'en trouver un, c'est ce perfectionnisme auquel ma formation officielle contraint, en accréditation et en évaluation qualité, afin de rester critique sur la gestion de ses jugements et de ses évaluations.

    8)
     
  18. Métaphore

    Métaphore Invité

    Voici le récapitulatif de vos interventions sur mes messages, que dois-je en retenir à part des interrogations subjectives de votre part ?... :roll:

    1)
    2
    A quel moment vous me parlez des critères de rigueur et d'évaluation en thérapie pour éviter le risque de dérapage notamment lors de l'utilisation de la "séduction" envers le patient... :shock:
     
  19. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6523
    J'aime reçus:
    630
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    mais quel est votre problème Surderien ?... :roll:


    Mon problème c'est que vous n'avez pas de problème.

    Mais que vous n' arrivez pas à m'en persuader.



    Mais comme vous allez me répondre que c'est réciproque, çà va encore durer longtemps... :roll:
     
  20. Métaphore

    Métaphore Invité

     
  21. Couchetard22

    Couchetard22 Membre

    Inscrit:
    4 Juillet 2009
    Messages:
    402
    J'aime reçus:
    12
    Points:
    1880
    Localité:
    Bretagne
    Si un patient vient avec son fonctionnement de séduction, çà reste son problème! Le thérapeute est là pour aider la personne à résoudre sa problèmatique en suivant une méthodologie qu'il doit adapter au patient, pas pour rentrer dans un jeu relationnel qui me semble malsain!
    Les outils premiers du thérapeute sont d'abord:
    - son empathie
    - sa synchro
    - les techniques et croyances en cohérence avec ce qu'il a appris dans son école
    - basta! :roll:
     
  22. Singin

    Singin Membre

    Inscrit:
    9 Août 2010
    Messages:
    617
    J'aime reçus:
    291
    Points:
    4230
    Je suis entièrement d'accord et j'ajouterais qu'un thérapeute n'a pas à proposer ce genre de relation qui peut casser la confiance.
     
  23. Métaphore

    Métaphore Invité

    Avez vous lu le lien de M. TOUATI et la séance qu'il évoque avec Clarissa ? c'est à partir de ce texte que je pose mes questions. (car il ne s'agit pas du tout de la phrase que j'ai souligné... :roll: )

    Quand on lit l'histoire, il me semble que cette femme a vécu cette séance d'une manière troublante cette "complicité" soudaine dont elle parle avec son thérapeute, et c'est là où je veux en venir, à quel moment le thérapeute doit sentir qu'il faut stopper dans cette complicité... lui même n'est pas à l'abri d'un ressenti particulier...
     
  24. Singin

    Singin Membre

    Inscrit:
    9 Août 2010
    Messages:
    617
    J'aime reçus:
    291
    Points:
    4230
    Il me semble que la complicité et la séduction sont deux sentiments totalement différents, voir même opposés. Non ?
     
  25. Métaphore

    Métaphore Invité

    Ah pas du tout, je dirais même qu'ils sont très proches, et parfois si proches qu'on peut tomber justement dans un lien relationnel compliqué dans le cadre thérapeutique.
     
  26. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    donc basta

    humm. pas si sur, la syncro est une technique de séduction et avec le landig vous menez la danse.

    moi je ne dirais pas basta d' une facon si absolue, de plus si vous ne répondez pas un tout petit peu, vous n'êtes plus en syncro.
     
  27. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    oups je suis désolé je me rend compte que je viens de faire un double lien .

    c'est pas très tholèque

    pardon a tous
     
  28. Singin

    Singin Membre

    Inscrit:
    9 Août 2010
    Messages:
    617
    J'aime reçus:
    291
    Points:
    4230
    Je vais répondre selon ma propre thérapie. Il y a avec mon thérapeute, une très grande complicité qui me fait avancer, mais, jamais, absolument jamais, je n'y ai vu de la séduction venant de mon thérapeute, et je n'ai jamais essayé de le séduire. ça me semblerait totalement stupide. Cette complicité est basée sur le partage de l'hypnose. C'est une complicité de thérapeute à patiente et surtout pas d'homme à femme. Je pense qu'il convient de faire la différence.
    Si je pensais une seule seconde que mon thérapeute est dans la séduction ou que je suis dans la séduction, j'arrêterais la thérapie. Il me semble que c'est justement parce qu'il n'y a pas de séduction que la complicité peut-être aussi forte.
    Mais il faudrait peut-être dire ce qu'on entend par complicité et séduction.
     
  29. Métaphore

    Métaphore Invité

    Si vous ne l'avez jamais ressenti, très bien ... mais il se peut dans la multitude de personnalité et de pathologie dans un cadre thérapeutique, qu'à un moment la complicité rejoigne la séduction ou vice versa... sans aucune volonté de part et d'autre...

    Singin, je parlais encore une fois du lien de M. TOUATI et de sa patiente Clarissa , et je ne faisais pas une généralité.

    C'est difficile de se faire comprendre... :roll:
    je là parle de l'exemple de la séance racontée par M.TOUATI avec sa patiente, on est d'accord ?
     
  30. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    2058
    J'aime reçus:
    49
    Points:
    3480
    Localité:
    là bas,
    OUI Singin,
    j'osais pas le dire, merci.
    le complice du changement et du mieux

    que c'est tellement séducteur que l'on est pas sur d' y retourner.
     
Chargement...