1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose? Posez là sur le Forum!

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

s'éloigner d'un pervers narcissique

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par lolopich, 21 Décembre 2016.

  1. theraTER

    theraTER Membre

    Inscrit:
    30 Août 2016
    Messages:
    7
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    280
    Localité:
    COMPIEGNE
    Bonjour
    Je suis psychologue. L'hypnose aide beaucoup pour les victimes de ce type de relations. Effectivement c'est complexe et long. Il faut bien realiser que victime et agresseur sont liées toutes deux par des points communs curieusement notamment la peur de l abandon et de la solitude. Cette relation est complexe et aliénante effectivement. Curieusement l'agresseur s'accroche à sa victime comme une antidote à sa souffrance qu'il ne conscientise pas, et la victime s'obstine souvent à résoudre la situation avec l'agresseur. La victime n'arrive pas "à passer à autre chose". Souvent elle exprime une peur plus grande encore: que va t'elle faire seule? A quoi sert t'elle...comment faire face au vide? La victime est inconsciente des capacités positives qu'elle met en oeuvre pour survivre ( un premier pas est de l'aider à mieux se connaître).
    Souvent les victimes à l'âge adulte de PN ont expérimenté dans l'enfance des relations perverses sur un mode ou sur un autre. Ainsi les personnes qui se positionnent en victimes ont ancré dans l'enfance des croyances notamment qu'elles ne peuvent échapper à l'agresseur sans se soumettre. Qu'elles ne peuvent échapper à cette auto destruction, car elles sont nulles. Elles peuvent avoir appris à déclencher des processus de déni de la souffrance pour survivre ( elles ont plus conscience de la souffrance des autres que de la leur alors que l'agresseur est dans le déni de la souffrance des autres).
    Quoi qu'il en soit les victimes sont convaincues que ce qui leur arrive est de la faute de l'autre, de même que l'agresseur. Ils cherchent l'un et l'autre toujours la solution A lEXTERIEUR. Je dis souvent à des personnes victimes qui me disent "il/elle me fait souffrir" de commencer à dire pluttôt " "je me laisse maltraiter"..De prendre une posture plus responsable , c'est à dire plus autonome, de réaliser qu'elles peuvent y faire qq chose.
    L'hypnose en soi aide mais un accompagnement dans la durée par un spécialiste peut etre souvent nécessaire, complémentaire sûrement.
     
    Nossolar apprécie ceci.
  2. lolopich

    lolopich Membre

    Inscrit:
    6 Décembre 2016
    Messages:
    33
    J'aime reçus:
    7
    Points:
    830
    Localité:
    Metz, France
    Merci bcp theraTER.
    Cette réponse corrobore tout ce que j'ai pu lire et je retrouve complètement ma consultante dans ce tableau.
    Effectivement la peur de l'abandon supplante tout le reste . Entre parenthese, On retrouve cette peur chez tellement de gens ... comment y remédier? Développer l'amour de soi est ce suffisant?
    Je vais effectivement conseiller à ma consultante d'entamer une thérapie auprès d'un psychologue en parallèle.
    Merci encore pour vos mots éclairants
     
    moune apprécie ceci.
  3. Nossolar

    Nossolar Membre

    Inscrit:
    22 Juillet 2015
    Messages:
    871
    J'aime reçus:
    345
    Points:
    3980
    Localité:
    Belgique
    On a souvent peur d'être abandonné parce que bien souvent c'est plus facile de sentir les autres qui nous poussent que de nous pousser nous même, on est donc dans une croyance limitante.

    Une sorte de rejet des ses propres responsabilités, pourquoi m’aimerai-je puisque les autres le font pour moi et s'il m’abandonne alors je ne vaux pas la peine d'être aimé.
    Il y à donc un gros oubli de sois même, souvent les gens qui ont peur d'être abandonné déteste l’égoïsme, leur méthode de pensées est qu'elles doivent tout donner aux autres, afin que les autres le leur rendent, s'il ne le rendent pas alors il y a crise d'abandon.

    Une solution est donc d'apprendre l’égoïsme, bien sur par a outrance, sinon la on se crée un personnage narcissique.

    Peut-être aussi bosser sur l’ego.
     
  4. Frank Lacal

    Frank Lacal Membre

    Inscrit:
    28 Novembre 2012
    Messages:
    2
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    560
    Localité:
    Varades
    Bonjour,

    Avoir affaire à un pervers narcissique à travers un patient est ce que j'aime peut-être le moins ! C'est l'alliance entre la victime et le bourreau qu'il va falloir dénouer ... C'est donc l'association, pour ne pas parler de dépendance, parfois, entre une personne qui est naturellement tournée vers les autres et d'une autre qui cherche à se faire occuper d'elle, à utiliser les autres ! En dehors de situations dures où la victime se fait rejeter violemment et où les risques d'effondrement sont alors bien là, c'est arriver à se (re)construire, se connaître, apprendre à s'occuper de soi qui compte ... C'est un peu long à faire ...

    J'ai déjà utilisé l'hypnose en visualisant l'emprise comme une chape, un couvercle qui se lève progressivement ; d'autres images en provenance du patient peuvent être utilisées comme le sang qui revient dans les veines après avoir été vampirisée. L'hypnose peut aussi être utilisée pour "régler ses comptes" pendant la transe, ce qui permet de dépasser dans le temps la situation (bien que l'emprise soit parfois si forte que même avec de l'hypnose, ça peut avoir un peu de mal à marcher), voir le "vrai visage" du bourreau aussi, à chaque fois qu'il disqualifie.

    Des oppressions anxieuses sont parfois très fortes, là encore, il est possible d'y faire quelque chose avec de l'hypnose. Enfin, "s'occuper de soi en vidéo" peut permettre des résultats parfois surprenants, réparer son cœur ...

    Voila, quelques idées mais "se connaître" fait partie - selon moi - de ce qui est à faire. Je n'ai jamais cherché à travailler en tant que tel sur la culpabilité : trop forte ! Ce qui est par contre important, c'est de nommer la structure de personnalité du manipulateur.

    Cordialement.

    Frank
     
  5. lolopich

    lolopich Membre

    Inscrit:
    6 Décembre 2016
    Messages:
    33
    J'aime reçus:
    7
    Points:
    830
    Localité:
    Metz, France
    France, merci mille fois pour votre commentaire que je lis et relis. Si vous pouviez préciser " s'occuper de soi en video"
    Merci
     
  6. nransonk

    nransonk Membre

    Inscrit:
    10 Janvier 2017
    Messages:
    1
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    50
    Localité:
    Montréal, QC, Canada
    Moi je passerais par la dedramatisation avec le pere, c'est a dire de suggerer a la fille que l'on ne change pas ses parents, donc de se detacher de la relation pere/fille original et conventionnelle pour amener a une relation unique entre eux qui n'implique personne d'autres comme une dissociation de sa vie reel, social et amoureuse vis a vis du pere.
     
    lolopich apprécie ceci.
  7. Frank Lacal

    Frank Lacal Membre

    Inscrit:
    28 Novembre 2012
    Messages:
    2
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    560
    Localité:
    Varades
    Bonjour,

    Je reviens avec un petit délai ...

    @ lolopich : merci de votre commentaire !

    Un petit mot sur la "thérapie vidéo" : il s'agit d'aller se voir en vidéo (ou au cinéma) dans une situation difficile et de se laisser aller à prendre soin de celui ou celle que l'on voit dans cette situation, à le ou la réconforter, à lui dire qu'il a fallu être vraiment très fort pour arriver à faire face à un évènement aussi difficile. Dans un deuxième temps, il faut aussi aller voir toutes les libertés que cette situation a pu enlever, tous les renoncements auxquels elle a pu amener, ce qui est toujours le cas dans les situations de manipulation. Ce "protocole" est emprunté et adapté de Bandler et Grinder (en PNL) où ils faisaient visionner le film d'une situation traumatisante en lecture arrière rapide.

    C'est la lecture d'un article sur les neurones miroirs qui m'a fait penser à cette façon de faire : se laisser aller à l'empathie naturelle qu'on peut avoir pour une situation difficile ou émouvante que l'on voit en vidéo (d'où le nom de "thérapie vidéo"). C'est une manœuvre que j'utilise pour les traumatismes mais pour toutes les situations où il faut "prendre soin de soi", sachant que la personne la mieux placée pour savoir de quoi on a besoin c'est ... soi-même ; surtout que si la personne manifeste un manque (de réconfort, par exemple) c'est obligatoirement quelque chose qu'elle connaît dans la mesure où quelque chose dont on ignore l'existence ne peut pas manquer ! C'est donc une manœuvre d'un usage assez général mais qui peut aussi s'avérer extrêmement puissante pour "prendre soin de soi plus petit" par exemple.

    Le protocole est le suivant :

    Induction par une "place sûre" réelle ou imaginaire de façon à ce que ce soit un "refuge de protection privé rien que pour soi", à la manière d'une cabane d'enfant,

    Faire venir un lecteur vidéo, un téléphone ou une tablette, ordinateur en insistant bien sur les menus déroulants, les réglages et toutes les possibilités de trucage, de réglage de contrastes, ... et bien sûr les commandes classiques de lecture, pause, avance et retour rapide, le stop.

    Annoncer que sur la vidéo, le reportage sur la situation difficile, il va être possible de se voir, ou plutôt de voir celui ou celle que la personne était au moment de l'évènement, comme si c'était son double (accentuation de la dissociation) et à partir de ce moment, parler de "celui" qui est dans la vidéo.

    Ensuite, il va être possible de le réconforter, de l'aider, de lui donner de l'espace là où c'est serré, d'adoucir là où ça en a besoin, ...

    Ensuite, lui dire que vous voyez bien que "c'est dur" et qu'il faut être fort pour faire face à la situation, que "vous vous en rendez bien compte", mais pas lui et qu'il va être essentiel de lui dire parce qu'il ne s'en rend pas compte.

    ... et ...avancer dans le film ..... suggérer au fil de l'avancement que "ça va de mieux en mieux" ....

    Ensuite, après avoir atteint la fin du film ou presque, il va falloir lui donner un titre, un titre qui dise bien ce que le patient a fait "pour celui qui est dans le reportage" ... Ce titre est important pour avoir la tonalité de ce que le patient vient de faire !

    Après avoir si bien dissocié, Ilva falloir réassocier, reprendre "au dedans de soi" celui qui est maintenant plus fort et sentir la force à l'intérieur de soi.

    Et lentement ramener le patient "ici et maintenant"

    Voila, il y manque plein de considérations et de détails mais pour l'essentiel, tout y est ... Ca peut durer des fois 45 minutes ....


    Voila, j'espère avoir été un peu plus clair ...

    Bien cordialement.

    Frank
     
  8. Lizaliza

    Lizaliza Membre

    Inscrit:
    12 Janvier 2017
    Messages:
    8
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    250
    Localité:
    Metz, France
    Bonjour ... je me permets d'intervenir ayant connu personnellement le PB ... je conseille des séances de groupe psychothérapique pour les victimes de violence ... Elles sont très bénéfiques ... Tout d'abord pour une prise de conscience que nous sommes tout d'abord les victimes et ensuite pour nous permettre de parler librement ... Un suivi psychologique est vitale afin de ne pas tomber en grave dépression ...
     
    surderien et hibou13 aiment ça.
Chargement...