1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Utilisation des fusibles

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Phoenix135, 20 Avril 2006.

  1. Phoenix135

    Phoenix135 Membre

    Inscrit:
    13 Avril 2006
    Messages:
    3
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    960
    Localité:
    Région parisienne

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour,

    J’aimerais en savoir un petit plus sur l’outil « fusible » qui est utilisé par certains d’entre-vous.

    Apparemment l’utilisation de fusible permet de ne pas provoquer de choses incontrôlables lors d’une séance, c’est le principe du fusible : bien placé il évite une catastrophe.

    J’aimerais savoir avec un peu de plus de précision comment l’on peut éviter le déclenchement d’une Bouffée Délirante Aigue par exemple devant un patient ayant un noyau psychotique (insoupçonné ou non : ce qui implique deux types de réponses).

    Peut-on vraiment éviter ce genre de désagrément par l’utilisation de fusible ?

    Si vous pouvez citer un livre traitant des fusibles cela m’intéressera moins et certainement d’autres membres de ce forum.


    Cordialement
     
  2. Anonymous

    Anonymous Invité

    Le "fusible" n'est pas une technique permetant de soigner ce type de patient.

    Le fusible est un outil du thérapeute (il peut être également appliqué à soi même en auto hypnose) . Cet outil lui "assure" le fait que ses paroles ne soient pas mal interprétées par le patient et donc, d'éviter les suggestions dangeureuses ou inadaptées.

    Exemple simple : "et si mes mots sont incorrects, tu peux les changer,... les remplacer... pour d'autres mots qui te conviennent mieux... et qui te permettront, de trouver des solutions ... etc "

    Le fusible évite au patient d'être "mal" pendant la séance (genre , avoir des nausées car ce que dit le thérapeute heurte son écologie interne).
     
  3. Anonymous

    Anonymous Invité

    J'avais mal lu ton message...

    Comment éviter une bouffée délirante (provoquée par une mauvaise parole du thérapeute, j'imagine, et qui n'aurait pas posé de fusible)chez un patient psychotique...

    L'hypnothérapeute évite les patients psychotiques dans tous les cas, car l'hypnose a tendance à renforcer le "côté créateur", donc par la même occasion, la psychose...
    Le patient psychotique est déjà dissocié... l'hypnose va renforcer cette disociation... alors que le remède serait plutôt la "réassociation"

    donc le thérapeute peut poser des fusibles... à mon avis... cela ne sert pas à grand chose, sauf s'il pose comme fusible de rester bien dans l'ici et maintenant :D

    De toute fàçon, sauf dans les hôpitaux, il est rare d'avoir ce type de patient pour un thérapeute en cabinet privé. Il vaut mieux pour lui qu'il l'envoie vers des structures plus adaptées.

    bonne soirée
     
  4. Anonymous

    Anonymous Invité

    bonjour,

    d'abord merci pour cet exemple de fusible (ayant posé la même question ailleurs sur le site, je n'avais eu aucune réponse... claire).
    en effet je ne crois pas à l'utilité de ce procédé pour un psychotique.

    cependant certains amis de mon groupe de formateurs m'expliquent avoir eu recours à l'hypnose (certes pas tjrs strictement formalisée) pour des stratégies limitées telles que le renforcement de l'observance au traitement.
    ce matin encore, j'usais de tactiques d'hypnose conversationnelle pour une indication semblable : une patiente psychotique qui me demandait de réduire son traitement : "ça me fatigue, je suis de plus en plus faible..." etc
    je suis parti d'un poème qu'elle avait rédigé et porté à ma connaissance, ai exploré les sub-modalités visuelle et auditive (elle est Ki) et... j'ai dévalorisé le résultat de ce que donnerait la baisse du trt.
    alors... d'un coup elle m'a expliqué une frustration de la veille au soir, basée sur la jalousie liée à un processus un peu délirant (ou au moins interprétatif) érotomaniaque
    et elle est repartie sans plus souhaiter la baisse des neuroleptiques (qui l'améliorent !)

    aussi, ne pas se hâter de remiser nos belles techniques hypnotiques... :wink:
     
  5. Anonymous

    Anonymous Invité

    oui, je suis tout à fait d'accord avec vous.
    Il est possible d'utiliser certaines techniques de PNL ou même une certaine forme de langage liée à l'hypnose sans risque d'agravation de la psychose pour traiter ou dimininuer des symptômes associés. (ou faire accepter une suggestion à un patient),

    je rajoute juste une précision (et cela rejoint mon message précedent):
    d'éviter à tout prix une transe hypnotique moyenne ou profonde.
    Rester conscient ou une légère transe de surface... peut permettre ce type de travail pour le patient sans aggravation de la dissociation.
    Le "langage de l'hypnose" peut toutefois être conservé.

    Voilà le fameux fusible :wink:
     
  6. Phoenix135

    Phoenix135 Membre

    Inscrit:
    13 Avril 2006
    Messages:
    3
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    960
    Localité:
    Région parisienne
    j'ai du mal comprendre les dires du membre qui me répondait (selon moi) "On peut éviter les BDA, suffit d'utiliser les fusibles" en gros même pour les début de psychose selon lui....


    Je trouvais ça un peu surréaliste en fait

    Merci de vos précisions
     
  7. Anonymous

    Anonymous Invité

    Il est difficile de donner des précisions car, je ne sais pas ce qu'à voulu dire ce "membre" en question..
    Peut être ne savait il pas bien ce qu'est un fusible, ou ne parlait il pas de la même chose...

    J'ai trop peu d'éléments pour pouvoir répondre... :(
    De plus, je n'ai pas suivi l'authentique discussion que vous avez eu avec lui.
     
  8. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    (dsl, je n'étais pas connecté pr mon message à 7:55 pm)

    En effet je comprends qu'une clé de cet emploi de techniques PNL, doit pour ces cas délicats que sont les psychoses, être de rester dans une recherche de transe légère (ou très légère...).

    mais je vois un autre verrou : celui de la maîtrise par le thérapeute, d'une certaine capacité diagnostique (le garde-fou, quoi... ;-) )

    je ne suis pas en train de relancer la polémique de "l'hypnose médicale seule méritante", en effet je crois au partage des rôles et des tâches dans une démarche thérapeutique.
    je vois cependant ici l'occasion de prôner la responsabilisation de chacun : ne pas se lancer (dans n'importe quoi avec n'importe qui) sans une certaine expérience, c'est peut-être plus facile si le(s) formateur(s) n'adopte(nt) pas le style gourou enthousiaste qui "met un tigre dans votre moteur d'hypnothérapeute" pour vendre les clés de contact sans avoir permis d'apprendre le code de la route...
     
  9. Anonymous

    Anonymous Invité

    Quel rapport avec le sujet castorix ?

    Nous parlions en effet des fusibles, et de ses applications, mais pas de la guerre des thérapeutes médicaux ou non, des gourous , ou de l'incompétance des uns et des autres...

    Votre disours me semble en effet très déplacé.

    N'a t'on plus le droit de s'exprimer sur un sujet dans ce forum sans parler systématiquement des droits des uns et des obligations des autres...
    ou de s'excuser à l'avance de mettre tout ces "baratins" de côté ?

    C'est bien triste :(
     
  10. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    hum, hum...

    désolé de vous attrister ainsi... (et au lieu d'avoir l'air de présenter des excuses par avance, me voilà conduit à en présenter après coup... ?!)

    en effet je faisais référence à d'autres discussions, parfois... animées, lues sur ce site par exemple.

    faisons si vous le préférez abstention de cette référence intrusive

    je peux alors écrire :
    - la précaution que se veut être le fusible, ne dispense certainement pas d'une bonne connaissance du consultant, et une bonne préparation de la séance, qui impliquent aussi une solide formation.
    ... peut-être cela est-il moins déplacé...
     
Chargement...