1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

A LA RECHERCHE DE SOLUTIONS...

Discussion dans 'Présentation des membres' créé par RENARDOS, 12 Février 2011.

  1. RENARDOS

    RENARDOS Membre

    Inscrit:
    10 Février 2011
    Messages:
    10
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    760

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour à tous,
    J'ai 35 ans,, 2 supers enfants, un mari adorable, je suis bien entourée et j'ai la chance de voir s'ouvrir à moi de nouvelles et belles perspectives dans le cadre professionnel... D'un tempérament plutôt dynamique et ouvert, je suis néanmoins, dans le cadre professionnel uniquement, une phobique sociale et eurotophobe. Cela m'empêche d'aller de l'avant. Mes phobies ont des hauts et des bas (cela dépend du temps, de ce que dégagent les personnes qui m'entourent, de l'intérêt que je porte au sujet ou à la situation,...). Bref, l'idée de parler en public, de prendre la parole au cours d'une réunion - est souvent- source d'une angoisse profonde. Et professionnellement, c'est parfois difficile. Bref, je ne vais pas raconter toute ma vie mais j'ai fait 3 séances d'EMDR. J'ai beaucoup de difficultés à me remettre en situation, je ne parviens pas à laisser sortir l'émotion. Je me demandais si l'hypnose ne pourrait pas m'aider. Merci à vous pour vos conseils.
     
  2. Métaphore

    Métaphore Invité

    Intéressant ce que vous dites, cette phobie sociale ne se manifeste donc que dans le cadre professionnel ?... toutefois depuis quand date ce trouble ? ainsi que votre Eurotophobie ?

    Car vous dites que cela vous empêche d'aller de l'avant, pourtant si je comprends bien votre situation, de nouvelles et belles perspectives professionnelles s'ouvrent à vous, donc,a priori, vos troubles ne vous bloquent pas autant que vous le ressentez ?... :roll:


    Vous dites que vos phobies ont des hauts et des bas, mais ce que vous décrivez pas la suite est un peu normal, et je ne sais pas si vraiment votre trouble s'associe à une phobie sociale, mais plutôt à un schéma d'imperfection, d'avoir le sentiment de ne pas être à la hauteur alors que vous l'êtes...

    Vous dites avoir fait 3 séances d'EMDR, depuis quand date ces séances ? quels résultats avez vous obtenu ? a priori pas grand chose, donc oui l'hypnose peut plus facilement vous aider, car l'EMDR sans hypnose ne fait que, soit amplifier le malaise, soit le sujet se dissocie trop et ne ressent pas les émotions.

    Une question, lors de vos séances d'EMDR, avez vous travaillé directement sur les causes problématiques ou ont-elles été précédées d'ancrage positif, avec les stimulations alternatives?

    Avez vous arrêté ces séances uniquement pour les raisons que vous évoquez ? en avez vous parlé à votre thérapeute ?
     
  3. RENARDOS

    RENARDOS Membre

    Inscrit:
    10 Février 2011
    Messages:
    10
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    760
    Bonjou et merci pour votre message. En fait, je dois être ainsi depuis l'enfance. En parlant avec la psychothérapeute que je consulte pour l'emdr, je vivais cette phobie à l'école : angoisse des exposés , peur de prendre la parole... Je piquais des fards et tout le monde se moquait de moi. En primaire, je me suis souvenue avoir ressenti beaucoup d' humilation et d'injustice de la part de la maitresse qui me faisait mettre debout sur une chaise devant le miroir de son placard car je m'étais fait un nœud dans les cheveux en tournant une mèche entre mes doigts. Je me souviens de la honte ressentie, du poids du regard des autres, de leurs rires... En grandissant, j'ai essayé de prendre sur moi et de donner une impression d' assurance en parlant beaucoup et en plaisantant beaucoup mais il n'empêche que j'ai beaucoup de mal à gérer. Je participe donc beaucoup moins que je ne pourrai et suis maladroite. Combien de fois ai-je failli sortir de réunion car la panique m'envahissait. Cette peur de rougir est constante. je n'ai pas arrêter l'emdr mais j'ai l'impression de ne pas avancer, c'est pourquoi je m'interroge sur l'aide que l'hypnose pourrait m'apporter...
     
  4. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    A quel point vous ressentez qu'elle fait partie de vous cette peur de rougir? sur une échelle de 0 à 10?

    si c'est très fort, cela expliquerait pourquoi elle n'y arrive pas, il faut aussi vous aider à débarrasser votre moi de votre peur, sinon, tant que vous ressentirez que ca fait partie de vous, alors pas de résolution.

    Si cela fait beaucoup partie de vous, dites le à votre psychothérapeute qui fait de l'emdr que ca fait partie de votre identité et qu'il faut alors traiter l'impression qu'une bonne partie de votre vie cela a fait partie de vous.

    Valikor
     
  5. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Bienvenue Renardos

    je suis néanmoins, dans le cadre professionnel uniquement,

    pourquoi uniquement dans ce cadre plus précisément ?

    8)
     
  6. Métaphore

    Métaphore Invité


    Merci pour ces précisions qui ne m'étonnent guère en fait... depuis quand consultez vous ? et en avez vous parlé à votre thérapeute que vous ne ressentez pas les émotions ? car vous n'avez pas répondu à mes questions...

    Pouvez vous m'expliquer comment se déroulent vos séances d'EMDR.

    Je ne partage pas le commentaire de Valikor, mais il sait pourquoi, nous n'avons pas la même approche des stimulations alernatives...

    Pour les sujets hyper angoissés l'EMDR provoque ce que j'ai dit précédemment, il faut pratiquer d'autres techniques, ou des ancrages positifs avant de s'attaquer aux tramas de l'enfance... L'EMDR sans hypnose est parfois trop violent pour le sujet qui se dissocie et ne ressent donc pas les émotions.
     
  7. Métaphore

    Métaphore Invité

     
  8. Métaphore

    Métaphore Invité

     
  9. RENARDOS

    RENARDOS Membre

    Inscrit:
    10 Février 2011
    Messages:
    10
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    760
    Merci pour votre intérêt... (ça aussi, ça fait partie de moins, je suis toujours étonnée que l'on puisse s'intéresser à moi!!!)
    Je vais donc répondre à chacun de vous en essayant d'être la plus claire possible :

    Réponse à Valikor : Effectivement, j'ai l'impression que cette peur de rougir fait partie de moi --> 10

    Réponse à Surdérien : je pense que cela est lié à l'autorité (instit, responsable hiérarchique...).
    J'ai un grand besoin de plaire et de me sentir aimée pour me sentir en confiance, ce qui est le cas avec mon environnement proche (famille, amis). En revanche, dans le cadre professionnel, les relations sont différentes, on rencontre fréquemment de nouvelles têtes. Je vais prendre confiance si je suis au sein d'un petit groupe de personnes que je connais. Je pense qu'il y a un vrai problème de confiance en moi, peur de ce que les autres peuvent penser de moi, peur qu'ils me jugent mal et ce sans fondements particuliers, dois-je avouer..mais c'est ancré en moi.

    Réponse à Métaphore :
    Ces phobies, comme je le disais, remontent à l'enfance mais je pense que j'avais réussi à prendre confiance en moi et à "gérer". J'ai eu une expérience professionnelle il y a quelques années qui a du raviver et renforcer mes blessures (directeur tyrannique avec tout son personnel, colérique et leader en humiliation). J'ai quitté cette société mais je sens que cela a contribué à raviver les phobies que j'ai aujourd'hui. Je suis à présent dans une entreprise tout à fait différente, (beaucoup de communication, d'esprit d'équipe et de respect) donc des conditions idéales pour moi... mais le problème c'est que je suis constamment dans l'anticipation, à imaginer que je vais me retrouver "fatalement" dans une situation ou je vais me sentir mal, qu'il y en a bien un qui va être irrespectueux,....etc et cette simple idée m'obsède et provoque cet état de panique (palpitations, sentiment que tout le monde me regarde, que je suis rouge, etc)
    Ce qui est assez curieux, c'est que les autres sembent toujours surpris quand je dis que je suis timide. Je donne une toute impression mais je suis si mal à l'intérieur.
    Quand on me félicite, sur le moment, je suis fière de moi puis après coup, je me demande si cela était sincère, si quelque chose ne se cache pas derrière... donc manque de confiance également envers les autres --
    J'ai commencé l'EMDR en novembre dernier. Nous avons parlé longuement avant de consulter les séances mais nous avons beaucoup de difficultés à remonter à l'origine de mon problème. J'ai beaucoup de difficultés à situer mes souvenirs. Nous avons fait une première séance en essayant de me replonger dans mon ressenti (scène avec la maitresse). Je m'en souviens comme si c'était hier mais malgré cela, je ne suis pas parvenue à ressentir la moindre émotion. La psychothérapeute agitait des doigts puis s'arrêtait ponctuellement pour me demander ce que je ressentais.... et rien.
    2ème séance : je venais d'avoir une réunion ou je m'étais sentie mal. Nous avons donc essayer de nous replonger dans la situation. J'ys suis parvenue, j'ai senti mes yeux "chauffer", les larmes monter. Puis au fur et à mesure, je n'ai plus rien ressenti.
    NOus avons ensuite tenté de revivre un moment fort d'humiliation (avec mon ex-directeur) ; je n'ai pas senti d'émotion.
    En parallèlle, entre la 2ème et la 3ème séance, je me sentais beaucoup mieux, plus confiante, j'avais le sentiment de moins stresser, de moins "penser". Nous avons donc convenu d'espacer nos séances et de nous revoir lorsque je serais davantage en "souffrance". Nous devons nous revoir la semaine prochaine et la dernière séance remonte à décembre. Je sens que j'ai besoin d'aide car je me suis retrouvée dans des situations ou j'ai senti la panique m'envahir et ces bouffées de chaleur insupportables. Cela ne serait pas aussi problématique si je n'occupais pas un poste (et à l'avenir encore plus) ou je suis régulièrement exposée (réunions, séminaires, ...) d'où urgence !!!
    N'étant pas bien familière des psychothérapies et du vocabulaire utilisé, quand vous parlez d'ancrage, peut-être parlez-vous de la description de son ressenti avec la pensée positive qu'il convient d'associer (ex : je me sens nulle et sans intérêt --> je suis intéressante ) ? Si c'est cela, effectivement, nous le pratiquons avant la séance.
    Elle a essayé également en me tapotant les genoux mais cela n'a pas mieux fonctionné.
    J'ai donc l'impression que je ne parviens pas me laisser aller, comme si tout était bloqué, enfoui, par tant d'années de tentative de contrôle. J'ai suggéré l'hypnose à ma psychothérapeute mais elle me l'a déconseillée. Comme je suis malgré tout entêtée et surtout à la recherche de solutions, je me disais, en parcourant les forums, que l'hypnose faciliterait peut-être le "laisser-aller" qui me manque... A vous lire
     
  10. Métaphore

    Métaphore Invité

    Renardos, je constate que vous avez compris parfaitement votre fonctionnement, et mis en évidence d'une façon claire vos schémas erronés, même mieux que votre thérapeute... et quand vous répondez à Valikor que cette impression de peur de rougir fait partie de vous à > 10, et pourtant que vous ne ressentez aucune émotion, cela permet un éclairage sur la non pertinence de la pratique de l'EMDR sans hypnose.

    Il faut donc utiliser une autre méthode. Si votre thérapeute ne connait que cette technique et n'utilise pas l'hypnose, ben j'aurais envie de vous dire de trouver qqu'un d'autre avec une approche multiréférentielle, intégrative...(c'est à dire utilisant plusieurs approches thérapeutiques).

    :arrow: N'étant pas bien familière des psychothérapies et du vocabulaire utilisé, quand vous parlez d'ancrage, peut-être parlez-vous de la description de son ressenti avec la pensée positive qu'il convient d'associer (ex : je me sens nulle et sans intérêt --> je suis intéressante ) ? Si c'est cela, effectivement, nous le pratiquons avant la séance.

    Heu... je ne crois pas vraiment :roll: ..on part toujours d'un lieu sûr, d'un endroit confortable, on pratique des stimulations alternatives, soit auditives, tactiles, ou visuelles, où on demande au sujet son ressenti, et un mot clé, ex : calme, sérénité, confiance, etc... on peut renforcer cet ancrage positif avec des stimulations alternatives, ensuite on passe à la situation problématique, où on demande au patient les émotions ressenties, si vous ne ressentez rien, il peut y avoir 2 problèmes, le 1er vous avez un problème d'énergie (3 possibilités de problème d'énergie), ou bien il y a un état du Moi qui bloque, c'est à dire un autre aspect de vous qui rentre en conflit avec votre personnalité, le thérapeute doit être à même d'identifier l'une des possibilités.

    :arrow: J'ai suggéré l'hypnose à ma psychothérapeute mais elle me l'a déconseillée.

    Alors là je serais curieuse de savoir pourquoi ? bien au contraire, c'est tout à fait conseillé dans votre cas, et même cela devient évident vu ce que vous évoquez...

    :arrow: Nous avons donc convenu d'espacer nos séances et de nous revoir lorsque je serais davantage en "souffrance".

    Curieuse remarque de votre thérapeute.... quelle est la fréquence de vos consultations ? car vous dites avoir commencé en Nombre 2010 avoir fait 3 séances et nous sommes au 12 février 2011, ça fait donc 1 séance par mois c'est vraiment pas beaucoup...

    Comment vous sentez vous avec cette thérapeute ? discutez vous beaucoup avant ou après les séances ? comment vous sentez vous quand vous sortez des séances ? quel est votre ressenti ? faites vous des rêves particuliers après vos séances ?
     
Chargement...