Formation Hypnose

amnésies

MARY3

Membre
Milton Erickson provoquait souvent des amnésies lors des séances. pourquoi ?
A quoi celà sert-il vraiment d'oublier ce qui sait passé, celà empêche la personne de le refaire en auto-hypnose.

Les résultats sont-ils meilleurs lorsque l'on demande à la personne d'oublier ?
 
A quoi sert il d'oublier ce qui s'est passé ?

Quand on oublie ce qui s'est passé durant une séance d'hypnose, à mon sens, ça évite d'exercer son esprit critique sur le contenu de la séance et donc peut être de faire échouer la séance....

Il y a des sujets au contraire quand ils se souviennent de ce qui s'est passé lors de la séance et que consciemment ce qui a été fait leur correspond, ils vont s'en servir comme levier de motivation. C'est à dire que le contenu ou suggestions de la séance leur ont bien "parlé" et que ça correspond à l'idée de guérison qu'ils se font, ils vont le refaire en ah... en se disant que c'est la bonne méthode...

Je dirais pour les gens qui ont tendance à avoir un esprit critique bien développé, il est mieux qu'il y ait de l'amnésie... et qui vont naturellement penser à l'échec des choses.

C'est un avis assez perso et non argumenté en fonction d'Erickson.
 
katia (zoulouk) à dit:
A quoi sert il d'oublier ce qui s'est passé ?

Quand on oublie ce qui s'est passé durant une séance d'hypnose, à mon sens, ça évite d'exercer son esprit critique sur le contenu de la séance et donc peut être de faire échouer la séance....
Je suis aussi de cet avis, Je dirais que, après avoir travaillé sur le fond du problème du patient en hypnose Ericksonienne, pouvoir en fin de séance
(ou mieux après une sortie de transe et une ré induction) placer quelques suggestions directes avec amnésie facilite le changement. Je l'utilise couramment dans les sevrages (tabac, alcool )...
 

Molaco

Membre
D'accord avec trigger et katia, ça permet d'empecher l'esprit critique , mode rétro actif, mais ça permet aussi de ne pas faire "remonter à la surface" des choses désagréables/douloureuses.
Mais qd la tanse a été correcte, et que le sujezt se réveille (et c vrai aussi en conversationnelle (meme couverte)), si des objection au meme facteur critique n'ont pas été trop franches, l'oubli reste assez systematique....
 

MARY3

Membre
katia (zoulouk)"]A quoi sert il d'oublier ce qui s'est passé ?

Quand on oublie ce qui s'est passé durant une séance d'hypnose, à mon sens, ça évite d'exercer son esprit critique sur le contenu de la séance et donc peut être de faire échouer la séance....


D'où ma question, ce qui est oublié est oublié et donc nous ne sommes pas certain qu'il reste quelque chose pour la transformation souhaité
 
MARY3 à dit:
katia (zoulouk)"]A quoi sert il d'oublier ce qui s'est passé ?

Quand on oublie ce qui s'est passé durant une séance d'hypnose, à mon sens, ça évite d'exercer son esprit critique sur le contenu de la séance et donc peut être de faire échouer la séance....
Je viens de relire ce que j'ai écrit, et je constate qu'on peut lire cet écrit de deux façons d'où la très grande pertinence de cette question, Mary 3

D'où ma question, ce qui est oublié est oublié et donc nous ne sommes pas certain qu'il reste quelque chose pour la transformation souhaité
La question que je pose alors, est ce qui est oublié continue d'agir ou non ? Et de quelle façon ?

Peut être une piste interessante est de suggérer à la personne de garder ce dont elle a besoin de la séance pour continuer d'évoluer et d'oublier ce qui est inutile à son mieux être ?
 

Kamou

Membre
Un évènement traumatisant et refoulé continue d'agir, non?

Ce n'est pas là l'origine de bon nombre de phobies "inexplicables"?
 

xorguina

Membre
Je ne sait pas si tout ne garde pas en mémoire une trace......je pense aux pierres qui sont chargées de mémoire, dont un souvenir que j'ai ayant touché une pierre d'un chateau extérieur et des flash me sont venus sur une des histoires historique.....je me demande si les arbres c pas pareils, alors nous aussi :roll: nos pensées etc....
 
Kamou à dit:
Un évènement traumatisant et refoulé continue d'agir, non?

Ce n'est pas là l'origine de bon nombre de phobies "inexplicables"?
oui mais les affects mémorisés vont s'entrelacer et se recombiner...

Ainsi on peut en cours d'entretien avec un arachnophobe lui demander comment il fait pour ne pas avoir peur des serpents ( par exemple) alors qu'ils peuvent être beaucoup plus dangereux...

Et dériver tranquillement sur d'autres choses qu'il cherche aussi à éviter dans sa vie par ses comportements

Là la personne part en association d'idées pour explorer ce comment tout s'est agencé et elle découvre le fonctionnement de sa mémorisation et comment travailler plus en conscience

Et même si elle reste arachnophobe, çà lui permettra de réagencer d'autres recombinaisons antérieures plus subtiles... de façon inconsciente...

et on lui aura rendu service de la laisser parler d'autre chose que de sa problématique directe mais qui est sur la même longueur d'onde

:)
 

xorguina

Membre
Si l'on admets que les mémoires, "traumatismes " compris s'ancrent dans l'adn, alors on peut également admettre que certaines phobies ne nous appartiennent pas, mais sont les phobies d'autres transmis.

Celà peut donc remonter à très loin, bien plus qu'ancestral non ?

Les peurs ,même primaire de la simple sécurité,ne sont elles pas inscrites dans nos gènes depuis la nuit des temps ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Mais n'est-ce pas une des possibilités les plus excitantes de l'hypnose que d'aller explorer les abysses de notre psyché ?

les fins fonds de la nuit des temps ?

le fin fond de nos amnésies ?

:roll:



N'est on pas obligé de tout oublier pour trouver la jouissance de tout redécouvrir ?

Tout ce qu'en fait on n'a pas vraiment vraiment oublié et qu'on garde depuis toujours au fin fond de soi quand même ?

Et que plus c'est profond à trouver, plus c'est bon ?

:shock:
 

ArLeKiN

Membre
xorguina à dit:
Si l'on admets que les mémoires, "traumatismes " compris s'ancrent dans l'adn, alors on peut également admettre que certaines phobies ne nous appartiennent pas, mais sont les phobies d'autres transmis.

Celà peut donc remonter à très loin, bien plus qu'ancestral non ?

Les peurs ,même primaire de la simple sécurité,ne sont elles pas inscrites dans nos gènes depuis la nuit des temps ?
Quelqu'un a posté ici sur le sujet de la théorie du dédoublement.

Nos réponses se trouvent peut être en fait, dans notre futur?
Le chaton a t il peur du chien parce qu'une partie en lui l'a, depuis toujours, identifié comme un danger, ou bien parce qu'une partie de lui, a vu dans le chien, un futur danger?

Ou peut être sommes nous sur le fil, entre ces deux vies, une passée et une futur, toujours sur ce fil de l'ici et maintenant, mais bien souvent ailleurs...

Je m'égare...
 
MARY3 à dit:
katia (zoulouk)"]A quoi sert il d'oublier ce qui s'est passé ?

Quand on oublie ce qui s'est passé durant une séance d'hypnose, à mon sens, ça évite d'exercer son esprit critique sur le contenu de la séance et donc peut être de faire échouer la séance....


D'où ma question, ce qui est oublié est oublié et donc nous ne sommes pas certain qu'il reste quelque chose pour la transformation souhaité
Soyons simples et pragmatiques, c'est oublié pour le conscient mais pas pour l'inconscient.
Je termine souvent la séance d'hypnose par une phrase du style: " Tout ce qui doit être laissé à l'inconscient restera à l'inconscient et vous pouvez tout oublier de cette séance d'hypnose" quand je pense qu'une amnésie est utile.
 
surderien à dit:
Mais n'est-ce pas une des possibilités les plus excitantes de l'hypnose que d'aller explorer les abysses de notre psyché ?

les fins fonds de la nuit des temps ?

le fin fond de nos amnésies ?

:roll:



N'est on pas obligé de tout oublier pour trouver la jouissance de tout redécouvrir ?

Tout ce qu'en fait on n'a pas vraiment vraiment oublié et qu'on garde depuis toujours au fin fond de soi quand même ?

Et que plus c'est profond à trouver, plus c'est bon ?

:shock:

Plus c'est profond à trouver, plus c'est bon.... je dirais pas forcément cela...
 

xorguina

Membre
ArLeKiN à dit:
xorguina à dit:
Si l'on admets que les mémoires, "traumatismes " compris s'ancrent dans l'adn, alors on peut également admettre que certaines phobies ne nous appartiennent pas, mais sont les phobies d'autres transmis.

Celà peut donc remonter à très loin, bien plus qu'ancestral non ?

Les peurs ,même primaire de la simple sécurité,ne sont elles pas inscrites dans nos gènes depuis la nuit des temps ?
Quelqu'un a posté ici sur le sujet de la théorie du dédoublement.

Nos réponses se trouvent peut être en fait, dans notre futur?
Le chaton a t il peur du chien parce qu'une partie en lui l'a, depuis toujours, identifié comme un danger, ou bien parce qu'une partie de lui, a vu dans le chien, un futur danger?

Ou peut être sommes nous sur le fil, entre ces deux vies, une passée et une futur, toujours sur ce fil de l'ici et maintenant, mais bien souvent ailleurs...

Je m'égare...
Wi je connais, c moi qui l'ai posté il y a quelques temps maintenant et nous en avions parlé un peu :wink:


https://www.transe-hypnose.com/sujet/le-dedoublement.2866/

Oui une ligne du temps... ou serait inscrite toutes mémoires passé, présent , içi déjà passé :lol: et avenir....

Si l'on reste sur la ligne du temps, alors le passé sera dissocié du présent et du futur.....oui mais voilà ! y a t'il une réelle dissociation ? :wink:

Le passé n'est t'il pas présent en mémoire ? et l'avenir n'est 'il pas présent en projection ou en projection de mémoire du passé ?

Le içi et maintenant serait donc réellement le présent s'il était entièrement neuf dans sa création.

Et pas sorti de toutes nos mémoires de peurs, traumatismes, émotions....

 

xorguina

Membre
surderien à dit:
Mais n'est-ce pas une des possibilités les plus excitantes de l'hypnose que d'aller explorer les abysses de notre psyché ?

les fins fonds de la nuit des temps ?

le fin fond de nos amnésies ?

:roll:



N'est on pas obligé de tout oublier pour trouver la jouissance de tout redécouvrir ?

Tout ce qu'en fait on n'a pas vraiment vraiment oublié et qu'on garde depuis toujours au fin fond de soi quand même ?

Et que plus c'est profond à trouver, plus c'est bon ?

:shock:
Oui, l'homme a bel et bien décidé de sortir de son amnésie et de re/trouver ses mémoires, ses réelles origines, sa source 8)


:arrow: Et que plus c'est profond à trouver, plus c'est bon ?
Mis à part que (j'aime quand c profond) j'adhère à toute profondeur, trouver, re/trouver sa source dasn toutes ses mémoires n'est de jugement de valeur puisqu'elle est .
 

xorguina

Membre
Méditez...

Un homme vit un papillon luttant pour émerger de son cocon. Il essaya de l'aider en prenant une paire de ciseaux et en coupant la chrysalide pour lui permettre de voler aussi vite que possible. Qui aurait pensé que ce papillon agiterait un peu ses ailes, tomberait à terre et ramperait. Incapable de voler davantage, il fut mangé par un oiseau peu après.

Quand un papillon sort de sa chrysalide, il doit passer par une période d'obscurité et de douleur, personne ne peut l'aider, car toute aide extérieure amènera sa mort.


De la même façon, chacun de nous doit faire sa propre expérience des choses en grandissant. Il n'est pas possible d'être tout le temps heureux, et il n'est pas nécessairement mauvais de faire l'expérience de la tristesse.

La théorie de la relativité d'Einstein ne nous enseigne-t-elle pas que rien n'est absolu en ce monde. S'il y a du Ying, alors il y a du yang; s'il y a de la laideur, alors il y a de la beauté; s'il y a de la complexité, alors il y a de la simplicité; s'il y a de la douleur, alors il y a du bonheur.

Ainsi, nous devons prendre les épreuves de la vie comme des opportunités de nous entraîner à être plus résistants, plus réfléchis, plus murs et plus confiants
 
xorguina à dit:
Méditez...

Un homme vit un papillon luttant pour émerger de son cocon. Il essaya de l'aider en prenant une paire de ciseaux et en coupant la chrysalide pour lui permettre de voler aussi vite que possible. Qui aurait pensé que ce papillon agiterait un peu ses ailes, tomberait à terre et ramperait. Incapable de voler davantage, il fut mangé par un oiseau peu après.
Une même anecdote est relatée dans un ouvrage de Carlos Castaneda, je ne sais plus lequel, à propos d'un apprenti qui déplace un escargot et qui en voulant le sauver, le condamne à sa perte.

Ceci pose la question, du que faire, et que parfois à vouloir trop bien faire, on peut faire ce qui peutcauser la perte...
Quand agir et quand ne pas agir ?

Prenons l'exemple, d'une personne qui est sur le bord d'un pont, en hiver, lestée d'un sac, prête à se donner la mort... qui est sur le parapet ... Qu'est ce qu'on fait ? Vous passez votre chemin ?

Et si cette personne vous parle et vous dit "je veux mourir ? Que faites vous ?

Il y a des personnes qui passent leur chemin, en se disant si la personne veut mourir et bien qu'elle meure, d'autres qui préviendraient les secours, et d'autres qui préviendraient les secours et essaieraient d'éviter que la personne le fasse ou encore d'autres attitudes ?

Pour des sujets moins graves que celui-ci, de la vie courante, comment prenez vous la décision d'agir ou de ne pas agir ?
 

Kamou

Membre
katia (zoulouk) à dit:
xorguina à dit:
Méditez...

Un homme vit un papillon luttant pour émerger de son cocon. Il essaya de l'aider en prenant une paire de ciseaux et en coupant la chrysalide pour lui permettre de voler aussi vite que possible. Qui aurait pensé que ce papillon agiterait un peu ses ailes, tomberait à terre et ramperait. Incapable de voler davantage, il fut mangé par un oiseau peu après.
Une même anecdote est relatée dans un ouvrage de Carlos Castaneda, je ne sais plus lequel, à propos d'un apprenti qui déplace un escargot et qui en voulant le sauver, le condamne à sa perte.

Ceci pose la question, du que faire, et que parfois à vouloir trop bien faire, on peut faire ce qui peutcauser la perte...
Quand agir et quand ne pas agir ?

Prenons l'exemple, d'une personne qui est sur le bord d'un pont, en hiver, lestée d'un sac, prête à se donner la mort... qui est sur le parapet ... Qu'est ce qu'on fait ? Vous passez votre chemin ?

Et si cette personne vous parle et vous dit "je veux mourir ? Que faites vous ?

Il y a des personnes qui passent leur chemin, en se disant si la personne veut mourir et bien qu'elle meure, d'autres qui préviendraient les secours, et d'autres qui préviendraient les secours et essaieraient d'éviter que la personne le fasse ou encore d'autres attitudes ?

Pour des sujets moins graves que celui-ci, de la vie courante, comment prenez vous la décision d'agir ou de ne pas agir ?


Mourir en publique peut être un bras d'honneur, ou un appel a l'aide.

J'imagine que le mieux est d'intervenir quand on y est appelé par la personne?
La question serait donc de savoir comment faire la différence entre ce qui est un appel et ce qui ne l'est pas?
 

xorguina

Membre
Certaines personnes ne se souviennent pas qu'ils sont déjà mort plusieurs fois, ils ont donc encore besoin d'apprendre; d'autres le savent ....c'est aussi ça l'amnésie de l'homme, son ignorance....

Quand je doute, c que c la peur, le cerveau gauche qui se met en marche.....

Quand je suis du côté droit, j'agis ou n'agis pas ,c'est mon intuition qui me guide, partie droite, préséance féminine, la partie gauche est plus lente....voilà "la" difference.

Ce que je voulais surtout dire en exposant ce passage à méditer c'est que rien n'est absolu et donc de méditer la peur que tu peux transmettre Katia là
:arrow: Plus c'est profond à trouver, plus c'est bon.... je dirais pas forcément cela...
 
Plus c'est profond à trouver, plus c'est bon... j'aurais pas dit comme cela...

En hypnose, on peut être d'accord... mais que des choses reviennent que la personne ne savait plus, et qu'elle ne sait pas les gérer après... c'est problématique.

Quand il n'y a pas hypnose, ça peut être le cas... bon nombre de personnes en font état, maintenant je sais, et je fais quoi, c'est encore pire qu'avant.
(on pourrait faire un parallèle avec les enfants qui sont à la recherche de leurs parents, qui les retrouvent, et qui après passent une étape très difficile...peut être passage nécéssaire dans leur évolution)

Parfois on pourrait se noyer dans cette ombre... et je pense que c'est mieux de le faire accompagné ou avec de l'auto-hypnose...
 

jeangeneve

Membre
ha , la croyance du "il faut souffrir pour aller mieux"

je crois que çà marche plus trop ce truc et les "thérapies de surfaces" on encore un bel avenir.

oui des fois on aimerais bien oublier, personnellement, j'aime asser le concept d'induire un ami imaginaire en hypno un cousin un oncle, un avatar hypnotique soutenant l'inconscient.

oui il y a des choses qu'il vaut mieux oublier, c'est trop tard on là vécu et faut faire avec.
il faut juste s'abstenir de vouloir le faire vivre aux autres.

se laisser le droit a l'oublis pour soit et pour les autres aussi .
 

xorguina

Membre
jeangeneve à dit:
ha , la croyance du "il faut souffrir pour aller mieux"

je crois que çà marche plus trop ce truc et les "thérapies de surfaces" on encore un bel avenir.

oui des fois on aimerais bien oublier, personnellement, j'aime asser le concept d'induire un ami imaginaire en hypno un cousin un oncle, un avatar hypnotique soutenant l'inconscient.

oui il y a des choses qu'il vaut mieux oublier, c'est trop tard on là vécu et faut faire avec.
il faut juste s'abstenir de vouloir le faire vivre aux autres.

se laisser le droit a l'oublis pour soit et pour les autres aussi .

l'image X au milieu...

la jonction des deux pyramides ? le sablier ! c beauuuuuu j'aime :D



LA JOIE





Toutes les religions du monde qui ont dominé l’humanité pendant des siècles sont anti-vie. Leur fondement même, c’est que cette vie est une punition.



Selon le christianisme, vous êtes né du péché parce qu’Adam et Eve ont désobéi à Dieu. C’est incroyable à quel point on peut étirer une fiction. Même si Adam et Eve ont désobéi à Dieu, je ne vois aucune relation avec vous ou moi. Et deuxièmement, la désobéissance n’est pas nécessairement un péché. Parfois, c’est peut-être ce qu’il y a de plus vertueux à faire.



Mais toutes les cultures, toutes les sociétés veulent l’obéissance. C’est un autre nom pour l’esclavage, pour l’emprisonnement spirituel. Quel mal Adam et Eve ont-ils fait en mangeant le fruit de l’arbre de la connaissance ? La sagesse est-elle un péché ? L’ignorance est-elle une vertu ? Et Dieu leur a interdit de manger de deux arbres : l’un était celui de la sagesse et l’autre celui de la vie éternelle. Qui a commis un péché ? Adam et Eve ou Dieu ? Ni la sagesse, ni l’aspiration à la vie éternelle ne sont quelque chose de mal ; elles sont absolument naturelles. C’est la prohibition qui est fausse, et leur désobéissance est parfaitement juste. Ils furent les premiers révolutionnaires du monde, les premiers êtres humains à avoir de la dignité.






Il ne s’agit pas que du christianisme ; les autres religions trouvent d’autres raisons pour condamner la vie. L’hindouisme, le jaïnisme, le bouddhisme, tous disent que vous souffrez, que vous êtes misérables et que vous ne pouvez pas vous en sortir, car c’est une punition pour les actes mauvais que vous avez commis dans des vies passées. A présent, ce qui a été fait dans une vie passée ne peut pas être défait ; vous devez souffrir. Cette misère, cette souffrance, cette anxiété, vous les avez créées vous-même, et tout ce que vous pouvez faire, c’est souffrir patiemment afin d’être récompensé dans une vie future. Un argument étrange !


Si vous faites quelque chose de mal dans cette vie, vous devriez être puni dans cette vie. En fait, les causes et les effets vont toujours ensemble. Mettez simplement votre main dans le feu : pensez-vous que vous serez brûlé dans une vie future ? Vous serez brûlé ici et maintenant. Chaque acte a sa propre récompense ou sa propre punition. Cette distance dans le temps est une ruse pour vous faire accepter la vie à son minimum, et toutes ces religions vous enseignent à renoncer à la vie. Ceux qui renoncent à la vie deviennent des saints ; ils sont vénérés. Ceux qui vivent pleinement, totalement ne sont vénérés par personne ; personne ne les apprécie. Au contraire, on les condamne.

Toute notre éducation s’oppose au plaisir, à la joie, au sens de l’humour, au fait de se réjouir des petites choses de la vie : chanter une chanson, danser, jouer de la flûte. Personne ne vous qualifiera de saint parce que vous jouez si bien de la flûte – à part moi




Je vous qualifierai de saint si vous dansez si totalement que vous en disparaissez que seule la danse demeure ; le danseur est complètement dissout, fondu, il est devenu la danse. Si vous jouez de la flûte si totalement que vous vous oubliez complètement vous-même, il ne reste que le chant, et vous n’êtes pas le chanteur, mais juste celui qui écoute, alors la flûte est sur les lèvres de Dieu.


Osho
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut