1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Bonnes résolutions pour... l'année prochaine...

Discussion dans 'Sophrologie - Bien être et Développement Personnel' créé par surderien, 31 Décembre 2012.

  1. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    454
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
  2. pierre710

    pierre710 Membre

    Inscrit:
    1 Janvier 2013
    Messages:
    8
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Merci de l'appréciation, je suis Pierre de etpourtantelletourne.com
    Voici la suite de l'article *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    Si je peux être utile à qui que ce soit, je pratique la PNL depuis 1983 et la plupart des méthodes de développement personnel depuis une quarantaine d'années.
    Encore merci d'avoir relayé mes liens et Bonne Année à tous.
     
  3. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    On est début 2013, 2012 vient de se terminer.

    Et si nous reprenions les projets que nous avons menés à terme (ceux que nous avons réussi), ceux qui sont en cours (délais fixé non respecté) , et ceux dans lesquels nous avons échoués.

    Je viens de faire ce bilan.

    Et la question que je me pose, qu'est ce qui fait la différence entre les projets menés à terme, ceux encore en cours et ceux où je suis passée à coté (qui ont très peu avancés)

    1er constat: beaucoup de réussite dans ce qui se classerait dans la rubrique "imprévu", dans ce qui n'était pas programmé, où ce n'était pas important de réussir ou de rater, où il n'y avait pas de je "veux", juste une envie de faire...

    2eme constat : Dans ce qu'il faut faire, alors là un projet réussi dans la grande douleur, et un autre très peu de résultats.
    Le IL FAUT, très grand ennemi.

    3eme constat: ce qui dépend uniquement de moi beaucoup plus facilement réussi (ex perdre du poids, reprendre le sport...)

    4eme constat : ce qui permet un départ de l'action rapide (régime) sans beaucoup de préparatifs, est aussi plus facilement réussi, qu'un projet nécessitant plein d'étapes et plus éloigné dans le temps. Exemple pour faire un footing, suffit de chausser ses baskets.
     
  4. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    Le terme "je veux" est pour moi un puissant inducteur d'echec par le stress de l'objectif à atteindre.

    Je veux = je rate

    Donc pour le régime, à la place de je veux être plus svelte ou avoir tel poids, je remplace par je suis svelte et je me comporte comme quelqu'un qui est svelte et le devient.

    Alors la réussite dépend de comment je suis capable de m'investir dans le personnage que je me suis crée. Et je fais comme l'acteur qui apprend son rôle.
     
  5. pierre710

    pierre710 Membre

    Inscrit:
    1 Janvier 2013
    Messages:
    8
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    460
    Bonjour Katia,
    Nous sommes en plein dans ce qu'Emile Coué définissait comme étant la lutte entre "l'imagination" et "la volonté".
    Je ne sais pas si j'ai le droit de poster des liens sur ce forum, je vais donc me contenter de vous mettre un extrait d'un de mes articles.

    Dès qu’un conflit se fait jour, c’est toujours l’imagination qui prend le dessus sur la volonté et il n’y a pas d’exception à cette règle.
    Criez « Au feu ! » au milieu d’une foule, et vous verrez presque automatiquement une débandade. Alors qu’il n’y a pas de danger avéré, les gens s’imaginent qu’ils vont périr brûlés.
    Cet exemple montre la puissance énorme de l’imagination, autrement dit, de l’inconscient dans sa lutte contre la volonté. Il y a des fumeurs qui voudraient bien ne plus toucher à la cigarette, mais qui ne peuvent s’empêcher d’en allumer à tout moment de la journée. Si vous leur posez la question, le plus sincèrement du monde, ils vous répondront qu’ils voudraient s’arrêter mais qu’ils ne peuvent pas s’en empêcher.

    Partant de là, votre interprétation "Je veux = je rate" prend toute sa valeur. Toutes vos suggestions doivent faire intervenir en premier lieu votre imagination et non votre volonté.

    Bonne journée !!!
     
  6. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Et la place du "je suis"?
     
  7. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    Imaginez que vous preniez la décision de bouger votre gros orteil du pied, et que vous donnez cet ordre a votre corps et que l'orteil ne bouge pas. il ne se passe rien, vous ne pouvez actionner la commande. On peut supposer que vous avez un problème mécanique ou neurologique vous empêchant de bouger ce doigt de pied.

    Imaginiez que vous preniez une décision et qu'il ne se passe comme pour le doigt de pied rien, malgré vos efforts. Vous vouliez manger moins par exemple et vous vous empiffrez pareil... et pour un autre décision de se coucher plus tôt votre résolution aboutit.

    Rien ne distingue peut etre l'un de l'autre , et dans une situation échec et l'autre réussite, c'est troublant, non ?
     
  8. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Pour aller plus loin au sujet de la lutte entre l'imagination et la volonté, on peut encore l'expliquer ainsi :

    D'un coté, "je veux". De l'autre "j'ai envie".

    Le "je veux" est conscient. Le "j'ai envie", est plus global, plus général, plus inconscient.
    S'il y a un conflit entre je veux et j'ai envie, bien sûr, c'est l'envie qui va l'emporter.
    Peut-être, Katia, qu'en disant "je veux", ton "je veux" est trop dissocié de tes envies. Tes envies, elles, prennent en compte la globalité des connaissances que tu as sur toi-même... et plus particulièrement, ton écologie mentale et relationnelle. A ne pas écouter cette écologie, cela peut effectivement provoquer l'effet paradoxal "quand je veux quelque chose, c'est le meilleur moyen d'avoir envie d'autre chose"

    Parfois, il faut changer les "je veux", parfois il faut changer les "j'ai envie". L'idéal, est souvent que les deux s'accordent plus ou moins bien.
     
  9. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    454
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Personnellement je ne vois pas de différence entre "je veux" et "il me faut" ( nécessité immédiate =survie=cerveau reptilien )

    par contre "j'aimerais bien" ou "j'ai envie de" me fait entrer dans le monde du désir...corticalisé...

    Question d'éducation, de formatage mental ?

    :shock:
     
  10. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Peut-être que ça change en fonction des gens... mais je suis étonné de te voir dire qu'un désir serait plutôt d'ordre cortical. Idem pour le il faut, qui, même s'il tient de la survie, ne me semble pas de nature corticale : la logique de survie ayant émergé bien avant le cortex et étant plutôt de nature émotionnelle. Pour le reste, je pense aussi qu'il n'y a pas de véritable différence entre je veux, il faut, je dois, je devrais etc... bien que cela s'oppose à j'aimerais, j'ai envie, je désire... comme le conscient s'oppose à l'inconscient.
    Enfin, Beck, et surtout me semble-t-il avant lui Elis, avait énormément insisté sur le problème des fausses obligations (les je veux, je dois...) dans le domaine des TCC
     
Chargement...