Formation Hypnose

centre de formation PSYNAPSE ???

Sitar

Membre
Intemporelle à dit:
Sitar à dit:
D'accord aussi ! après c'est comme relire un livre technique, avec une période de pratique et de l'expérience en plus, tu y vois des choses différentes la deuxième fois.
C'est bien vrai ça... , mais je me demandais si à l'ARCHE, vous avez des supports de cours après chaque séminaire de formation ?... cela évite de revenir aux formations et d'en faire une pub par la suite... :idea:
J'imagine que tu sais très bien qu'un support de cours ne vaut pas un suivi en live, quelqu'un qui t'explique et te suis dans chaque exercice.

Si tu ne le sais pas, soit tu es très douée, soit tu n'as jamais connu ce que c'était qu'un suivi de qualité en formation ;)
 
I

Intemporelle

Invité
Sitar à dit:
Intemporelle à dit:
Sitar à dit:
D'accord aussi ! après c'est comme relire un livre technique, avec une période de pratique et de l'expérience en plus, tu y vois des choses différentes la deuxième fois.
C'est bien vrai ça... , mais je me demandais si à l'ARCHE, vous avez des supports de cours après chaque séminaire de formation ?... cela évite de revenir aux formations et d'en faire une pub par la suite... :idea:
J'imagine que tu sais très bien qu'un support de cours ne vaut pas un suivi en live, quelqu'un qui t'explique et te suis dans chaque exercice.

Si tu ne le sais pas, soit tu es très douée, soit tu n'as jamais connu ce que c'était qu'un suivi de qualité en formation ;)
Vous par contre, vous avez du mal à lire ce que j'écris, ou déformez à votre convenance mes propos. Votre commentaire n'a rien à voir avec ce que j'explique... mais ça commence à devenir fatiguant de vous en faire la remarque à chaque fois, j'espère que vous suivez mieux en formation...
 

Arobaz

Membre
Intemporelle vous écrivez ; cela évite de revenir aux formations
Ce que vous ne comprenez peut être pas c'est que avoir l'opportunité de refaire une ou plusieurs fois l’intégralité de la formation est une chance incroyable .Chaque cours,chaque technique est compris a un autre niveau et s’intègre différemment .C'est la possibilité d'approfondir des connaissances ,d’acquérir de nouvelles expériences ,de s'enrichir de la créativité des autres.
 

Sitar

Membre
J'avais écris un roman mais je crois que ça ne sert à rien. Si vous souhaitez croire qu'un support de cours permet de mieux réviser que de refaire une formation, avec d'autres personnes, une autre expérience, et d'en apprendre encore autre chose d'une façon différente, alors soit. J'imagine que lorsque vous lisez un livre ou un voyez un film la seconde fois, l'expérience est exactement la même que la précédente, quelle monotonie !

Si en plus vous vous croyez maline à faire croire que je ne comprends pas vos posts...j'ai envie de dire "au secours !"...j'ai connu des enfants de 10 ans plus fins.

Bref, merci de ne plus me répondre et de me parler autrement ainsi que d'arrêter de rebondir bêtement sur l'enseignement des écoles. Vous n'avez aucun argument à part "pub", c'est puéril. On dirait des jeunes manisfestants à qui on demande "pourquoi vous manifestez ?" "euh..parce qu'on est pas d'accord !!"...

Très constructif.
 

K.Finel

Membre
Bonjour à tous,

Après avoir lu l'intervention de Trigermind, il me semble utile de me joindre au débat et d'apporter un point de vue sur deux points évoqués ici :


Le premier est celui de l'apprentissage de l'hypnose : vous le décrivez comme facile et je ne peux pas être en accord avec cette affirmation.

Il serait tout aussi discutable d'affirmer qu'il est facile d'apprendre à être un écrivain : Je pense qu'il faut savoir ici de quoi on parle et ne pas perdre le sens de la mesure.
Mettre un sujet réceptif en transe, oui cela peut s'apprendre en quelque heures. De même, constituer des phrases en mettant des mots les uns après les autres, cela s'apprend très vite, mais ce n'est pas cela être écrivain. Savoir faire cuire des pâtes ne signifie pas être cuisinier. Que certains s'en contentent, pourquoi pas, mais personnellement je trouve cela dangereux quand on agit sur un tiers.

Apprendre VRAIMENT l'hypnose, demande pas mal d'efforts, du travail, de la persévérance. Un travail interne ET un travail externe. Interne car le praticien EST un outil, externe car il doit manier avec aisance des outils complexes dans une interaction par essence imprévisible avec un patient/client. Pourquoi complexe ? Parce que si en spectacle créer un effet hypnotique est simple, dans un accompagnement créer un changement demande du doigté. En hypnose de spectacle (et je précise ici que je ne dénigre nullement cette pratique passionnante et riche), la seule résistance est liée à l'hypnose elle-même. En accompagnement, elle est liée à de nombreux autres facteurs : l'enjeu est un changement, souvent déterminent !

Vous créez ensuite une confusion entre le fait d'être thérapeute et celui d'utiliser l'hypnose dans le cadre de la thérapie. Il est évident qu'on peut peut être thérapeute sans faire de l'hypnose... On peut aussi apprendre comment avoir une action dont les conséquences sont thérapeutiques, en passant par l'hypnose.
Plus généralement, on peut apprendre à agir sur les mécanismes inconscients au sens large avec l'hypnose, ce qui englobe la thérapie et d'autres domaines aussi. Certaines écoles forment à ce travail, dont la mienne. Je me doute bien que vous n'êtes pas le genre de personne a avoir un avis définitif sur les choses sans les connaître, aussi quand vous affirmez que "cela dépasse certainement de loin l'enseignement apporté dans les écoles d'hypnoses", vous avez sans doute une connaissance profonde du contenu des enseignements de ces écoles et pas juste un vague à priori. J'ai en tout cas la naïveté de croire que nous sommes dans un débat de fond et non pas sur de l'attaque gratuite.
Aussi, j'aimerais que vous puissiez me détailler ce qui n'existe pas dans ces écoles et qui permettrait de combler ce que vous semblez considérer comme un manque.

Certes, on lit parfois de drôle de choses, qui peuvent inquiéter sur le niveau de certains praticiens : j'ai lu sur ce site même quelques messages de personnes qui ne comprennent même pas l’intérêt de la finesse de langage qu'on apprend en maniant les processus issus de palo alto ! Cela me fait le même effet que quelqu'un qui dirait : "un ordinateur c'est bien trop compliqué, et ça ne sert à rien : on fait la même chose avec un crayon et du papier..."
Ici, je vous rejoins pleinement ! Toutefois, je pense que vous faites une erreur de diagnostic : ces personnes n'ont justement pas suivi un cursus complet dans une école digne de ce nom.

Je précise aussi que j'interviens dans plusieurs cursus universitaire (psychopathologie clinique à l'université entre autre), aussi je connais d'autres formes d'enseignements, plus "conventionnelle", mais j'affirme pourtant que l'enseignement public à ce jour n'est pas en mesure de former des psychothérapeutes compétents car elles ne sont que théoriques : il manque la pratique et le travail personnel, qui constituent à mon sens 90% du travail du praticien. La théorie - les 10 autres % - peut s'apprendre dans les livres... mais ne prend sens que dans l'action.


Non, l'hypnose ne s'apprend pas en quelques heures, pas en tout cas l'hypnose que l'on pratique en thérapie. Elle demande de la finesse, du doigté, des qualités de communiquant, de la répartie, de l'adaptation, et cela seule une formation complète le permet. On peut trouver simple de créer une induction, mais créer un changement sous hypnose... cela demande connaître les fonctionnements de l'inconscient, se savoir dépasser les résistances, et dans ce cadre elles sont multiples.



Le second point que je veux aborder ici concerne les "attaques personnelles". Je me doute bien que vous ne pensez pas à mal, Triggermind, mais quand même, vos mots sont forts... pensez-vous que ce soit agréable pour moi de lire sur ce forum que je suis un "excellent commercial" ? D'autant que certains en profitent pour les reprendre, la médisance semble en faire saliver plus d'un ! C'est cela que vous cautionnez ? Je ne le pense pas.

Il est si simple de critiquer, de détruire... aussi, j'aimerais exposer des faits, eux seuls sont parlants et je ne désire pas être jugé autrement qu'à leur lumière.

Je dirige en effet une école, qui se trouve être celle qui forme le plus de personnes en France. Je pense que son développement s'est construit sur une éthique, sur une responsabilité et sur un fonctionnement qui est tout sauf commercial :

Nous avons été les premiers à proposer la supervision des praticiens, à réhabiliter le compagnonnage au sein de la profession, ces deux éléments aussi gratuits, ce qui ne me semble pas être une pratique commerciale - je vous ferais noter que le compagnonnage est même sans doute à l'opposé de l’intérêt commercial d'une école...

Nous sommes les seuls à faire le lien entre hypnose médicale et hypnose non médicale. Les seuls à nous intéresser à l'éducation, à financer des recherches indépendantes menées par des cliniciens : actuellement 3 chercheurs travaillent en relation avec notre centre de thérapie pour mettre en place une évaluation scientifique de la pratique de l'hypnose.

Nous sommes les seuls à créer des partenariat avec des grandes écoles et l'université, à organiser des conférences où tous les courants de l'hypnose sont représentés sans discrimination ou prosélytisme.

Nous sommes les seuls à créer des événements grand public pour démystifier l'hypnose, à faire un travail de fond pour diffuser auprès des médias une hypnose thérapeutique crédible et sérieuse, à avoir mis en place un cursus de psychopathologie en complément de la formation à l'hypnose pour ceux qui se destinent à la pratique en psychothérapie, ou encore à créer des connexions entre les disciplines (Systémique, gestalt, analyse...).

La liste peut s'allonger si vous le souhaitez... Ne trouvez vous pas cela intéressant ? Moi en tout cas je suis assez à l'aise avec la direction de mon école. Je suis aussi assez confiant quant à la compétence des personnes qui valident leur cursus et non, je ne pense pas que cela soit une gestion commerciale.

Prenons maintenant 3 exemples actuels qui concernent tout le monde ici et qui vont encore un peu plus loin dans cette direction :

- Je propose une conférence le 28 février sur les problématiques juridiques et l'hypnose, une conférence qui est destinée à toute la profession, y compris bien entendu aux personnes qui ne sont pas formées chez moi. La encore c'est gratuit. Pourtant vous imaginez bien que le conférencier n'est pas un avocat bénévole... mais je pense qu'il est de ma responsabilité, en tant que directeur de la principale école d'hypnose en France d'informer, de mettre à disposition des connaissances précises. Ici même j'ai aidé un praticien qui a connu des ennuis avec la justice suite à une dénonciation abusive, j'ai mis à sa disposition un avocat à mes frais qui l'a renseigné et conseillé. Il n'était pas pourtant formé dans mon école... Au passage je n'ai même pas eu droit à un merci, mais j'ai la satisfaction d'avoir fait ce qui me semblait juste.

- Actuellement, je négocie avec une grande compagnie d'assurance la prise en charge et le remboursement partiel des séances d'hypnose. Je ne le fais pas pour moi : tout le monde va y gagner, les praticiens et le public.

- Je crée en ce moment un magasine en ligne sur l'hypnose, il sera lui aussi gratuit et ses rubriques seront tenues par des hypnos de grande qualité, formés dans toutes les écoles : hypnose médicale, hypnose dans l'enseignement, étude de cas, neurosciences...

Allons encore un peu plus loin.... dans quelque mois j'ouvre à Paris des nouveaux locaux. Un espace sera à disposition de tous les praticiens en hypnose, avec une bibliothèque très complète sur tout ce qui touche à l'hypnose, ancienne et moderne, des appareils de biofeedback, des abonnements aux revues scientifiques et l'accès à toutes les recherches publiées, des archives de toutes nos conférences et pas mal d'archives de thérapeutes de renoms... L'accès sera ouvert et gratuit aux professionnels de l'hypnose, y compris à ceux qui n'ont pas été formé à l'ARCHE. Vous connaissez les prix des surfaces à Paris j'imagine : tout cela a un coût. Mais il me semble important de donner les moyens à l'hypnose d'avancer, de gagner en qualité, en profondeur.

Je serais d'accord si vous me disiez que ce que je vous dis là n'est pas suffisant, qu'on peut faire mieux encore. Du reste, si vous avez des propositions, nous en parlerons avec plaisir. Et si vous voulez participez à des projets qui permettent de développer l'hypnose, je vous propose même de les étudier avec vous et de faciliter leur réalisation.

Bien à vous,

Kévin FINEL
 
K.Finel à dit:
Le second point que je veux aborder ici concerne les "attaques personnelles". Je me doute bien que vous ne pensez pas à mal, Triggermind, mais quand même, vos mots sont forts... pensez-vous que ce soit agréable pour moi de lire sur ce forum que je suis un "excellent commercial" ? D'autant que certains en profitent pour les reprendre, la médisance semble en faire saliver plus d'un ! C'est cela que vous cautionnez ? Je ne le pense pas.

Il est si simple de critiquer, de détruire... aussi, j'aimerais exposer des faits, eux seuls sont parlants et je ne désire pas être jugé autrement qu'à leur lumière.
Bonjour,

Bien évidemment il n'y a rien de personnel, et je ne pensais même pas que vous liriez ce post.
Hormis le fait que j'ai aussi écrit que vous étiez certainement un bon praticien de l'hypnose, le mot commercial n'a rien de péjoratif.
Comme vous le rappelez, vous dirigez le premier centre de formation en hypnose de France, c'est aussi un certain succès commercial, ce qui n'enlève rien par ailleurs a ses qualités.

Je ne critique que les choses qui le méritent, la critique pouvant être positive car je pense avoir dit que les écoles d'hypnoses prodiguaient sans doute un enseignement tout à fait correct de l'hypnose.
Enfin, et pour couper court à toute reprise médisante de mes propos,
si je voulais "casser" de l'école d'hypnose, ce ne serait pas sur l'ARCHE que je jetterais mon dévolu, d'autres aux dérives plus ésotériques, teintées de physique quantique et autres théories du dédoublement seraient des cibles plus faciles.

Vous le savez parfaitement, Mr Finel, l'hypnose reste largement sous utilisée dans le domaine médical, et mon intention n'est pas non plus de supposer qu'elle devrait être réservée aux médecins.
Si j'évoquais les raisons de cette sous utilisation je me ferais pas mal d'ennemis et ce n'est pas le but ici.

L'hypnose est aussi encore très mal connue du grand public, quel que soit son niveau intellectuel, beaucoup tout simplement "n'y croient pas", ou pensent que cela ne "marchera" pas sur eux car réservé à des personnes "psychologiquement faibles".

Alors bien sur il est souhaitable que l'hypnose soit plus et mieux connue,
et le premier centre d'hypnose de France que vous dirigez à certainement un rôle à jouer.

Ce qui me semble dangereux actuellement, et on s'en rend compte sur ce forum, c'est que des personnes puissent penser que l'hypnothérapie c'est somme toute assez facile, pas très long à apprendre, sans danger pour le patient, alors pourquoi pas moi?, je me verrais bien hypnothérapeute.

Et c'est vrai que la politique de communication des écoles peut faire penser cela, alors que comme vous le rappelez dans ce post, ce n'est pas le cas:
K.Finel à dit:
Apprendre VRAIMENT l'hypnose, demande pas mal d'efforts, du travail, de la persévérance. Un travail interne ET un travail externe. Interne car le praticien EST un outil, externe car il doit manier avec aisance des outils complexes dans une interaction par essence imprévisible avec un patient/client.
Non, l'hypnose ne s'apprend pas en quelques heures, pas en tout cas l'hypnose que l'on pratique en thérapie. Elle demande de la finesse, du doigté, des qualités de communiquant, de la répartie, de l'adaptation
C'est pour cela que je fais la différence entre l'hypnose, qu'un adolescent peut pratiquer de façon ludique avec ses amis, cela se voit de plus en plus, et l'hypnothérapie qui est quelque chose de bien plus complexe.

Je n'ai pas plus envie que vous de partir dans une querelle stérile, je m'estime au dessus de cela (Mon égo!) et je pense que vous l'êtes aussi.
Ce qui manque à la formation dans les écoles?
Je pourrais vous répondre la confrontation réelle à des patients en proie à une intense douleur physique ou morale, telle que celle que l'on peut voir chez des patients où les soins ne peuvent être que palliatif,
la pharmacologie est elle abordée suffisamment? un hypnothérapeute peut il reconnaitre un antipsychotique pris par un patient?
connait il les effets secondaires que présente un patient sous antidépresseur, que ce soit un IRS, un tricyclique, un IMAO?
Je pourrais continuer longtemps, embrayer sur la physiopathologie, la sémiologie, la connaissance ou la reconnaissance de maladies, d'autant que, vous le savez, un patient est loin de nous dire d'emblée la vérité sur son parcours médical tant que sur ses prises médicamenteuses.

Tout cela serait stérile d'autant plus que je suis prêt à reconnaître
que l'on peut se limiter à traiter ce que l'on connait.
Sans parler du développement personnel et du coaching...

Mais tout cela m'amène à évoquer un problème de fond, c'est que tant que la thérapie sera réservée au médical, et je n'en suis pas partisan,
la pratique de l'hypnothérapie sera légalement difficile.
Et on en arrive à une nécessité pour tout les praticiens de l'hypnose,
c'est de nier les dangers de l'hypnose.

Et c'est une question de crédibilité de l'hypnose dans l'esprit du grand public, d'une part ce serait bien le seul "médicament" efficace mais sans danger, d'autre part les rassurer sur ce qu'il peuvent voir en spectacle en mettant en avant le coté protecteur de leur inconscient passe mal.

Je passerai pour le moment sur les risques éventuels d'une personne mal intentionnée, vous y avez répondu lors d'une interview radio en disant, non pas que ce n'était pas possible, mais que ce seraient alors d'autres moyens que l'hypnose qui seraient employés.

Vous avez dit aussi qu'une expérience vécue par l'inconscient, même en rêve, était validée et reconnue comme un apprentissage...

Que pensez vous de l'innocuité d'un numéro de Messmer, que beaucoup ont vus à la télé en fin d'année, où il provoque des suggestions de douleur abdominale chez un homme, (Quel inconscient accepterait la douleur s'il avait le choix de la refuser?) pour lui annoncer ensuite qu'il va accoucher et lui fait vivre la naissance de son enfant?

Quand on connait l'importance de la différenciation sexuelle dans notre construction psychique, l'importance de la conception et de la naissance d'un enfant,
faire vivre un accouchement à un homme dans son inconscient et dire que cela n'auras aucun impact pour son futur, c'est prendre un bien grand paris que personnellement je ne prendrai pas.

Quand on dit que l'on est toujours libre d'accepter ou de refuser une suggestion,
Qui accepterait de violentes douleurs sans raison? ( A ce moment là il ne savait pas qu'il allait accoucher).

Je ne suis certainement pas le seul hypnothérapeute à avoir constaté que Messmer nous donnait là, bien involontairement, la preuve qu'en état d'hypnose on n'était pas libre de refuser une suggestion.
Car si je ne fais pas d'erreur, l'évitement de la douleur fait bien partie des principes inconscients qui nous gouvernent...

Vous êtes de fait une référence en hypnose, votre avis sur cette question serait très intéressant.

Pour ma part je pense que tant qu'il y aura cette lois du silence, cette omerta sur les dangers de l'hypnose, nous ne serons pas crédibles.
 

HYPNOMED

Membre
Je me permets de remercier Triggermind et Kevin Finel pour ces échanges importants

Je tiens à souligner le danger de jouer à déclencher un état confusionnel et dissociatif chez la première personne venue, et en public !

Les psychothérapeutes ont une solide formation qui permet de comprendre et de guider, car la personne risque toujours de "déraper"

Qui se lancerait à être guide de haute montagne en n'en n'ayant pas l'expertise ?
 

Marc1963

Membre
Bonjour K Einel,



D'abord, j'aimerais te tirer mon chapeau pour ta participation au forum, car on ne peut pas dire que les fondateurs des écoles se bousculent sur le forum, du moins à visage découvert. De plus, si on regarde ton site on s'aperçoit, que tu nous épargnes les témoignages de témoins qui ne sont pas identifiables (on se sent vraiment pris pour des gogos par cette pratique de marketing, très utilisées sur de nombreux sites d'écoles et de thérapeutes).

Je trouve l'idée des cabinets publics est une excellente idée, après il faut voir les modalités.

Ceci dit, je ne suis pas d'accords avec tout ce que tu as écrit
Exemple :

K.Finel à dit:
Certes, on lit parfois de drôle de choses, qui peuvent inquiéter sur le niveau de certains praticiens : j'ai lu sur ce site même quelques messages de personnes qui ne comprennent même pas l’intérêt de la finesse de langage qu'on apprend en maniant les processus issus de palo alto ! Cela me fait le même effet que quelqu'un qui dirait : "un ordinateur c'est bien trop compliqué, et ça ne sert à rien : on fait la même chose avec un crayon et du papier..."
Dis autrement tous les hypnos avant Palo Alto n'avaient pas les véritables connaissances pour soigner. Liebeault, Bernheim et leurs patient entre autres doivent se retourner dans leur tombe.
Tu pourras me dire, que maintenant vous obtenez de meilleurs résultats.
Alors que l'hypnose a même intégré les hôpitaux et le milieu médical.
Nombreux sont les fumeurs qui désirent arrêter définitivement de fumer.
Nombreux sont les personnes en surpoids qui désirent perdre du poids définitivement.

Où sont les résultats !

Cela me rappelle les publicités des banques, elles proposent des produits qui sont beaucoup plus avantageux que la concurrence.

Penses-tu réellement, que si une banque, proposait un produit financier avantageux, exemple un produit correspondant dans les modalités au livret A, mais rémunéré à 5% net. Il leur soit nécessaire de faire beaucoup de pub pour que tout le monde soit au courant ?


La douleur réelle, elle est aussi un point sur lequel le sujet ne peut pas tricher pour se faire et/ou faire plaisir à l'hypno. Dans les temps anciens on parvenait à amputer une jambe sans aucune anesthésie. Les anesthésistes que j'ai contacté, dont une des plus renommée, m'ont indiqué qu'il était impossible d’amputer un membre avec seulement l'hypnose comme anesthésie et même sous hypnosédation celle-ci étant réservée à certaines intervention chirurgicale dite de surface, exemple : celle de la thyroïde.

De même, extraire une molaire encore innervée sous hypnose sans aucune anesthésie locale a déjà était fait dans les temps anciens. IL serait pourtant simple et sans danger de réaliser ce type de soin dentaires, car comme vous le savez, si le patient ressent la moindre douleur, il suffit de passer à l'injection d'une anesthésie locale traditionnelle, et cela en très peu de temps. Pour le moment je n'ai trouver aucun dentiste qui pouvaient faire un tel soin sous hypnose, même ceux qui laissent supposer le contraire dans leur publicité.



Pour gagner de l'argent et pour notre ego, il est nécessaire de rendre la chose simple compliquée. :wink:

Ne dit-on pas : Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer !
 

Marc1963

Membre
HYPNOMED à dit:
Je me permets de remercier Triggermind et Kevin Finel pour ces échanges importants

Je tiens à souligner le danger de jouer à déclencher un état confusionnel et dissociatif chez la première personne venue, et en public !

Les psychothérapeutes ont une solide formation qui permet de comprendre et de guider, car la personne risque toujours de "déraper"

Qui se lancerait à être guide de haute montagne en n'en n'ayant pas l'expertise ?
Salut HYPNOMED,

Si on remonte ne serait-ce que 50 ans en arrière. De très nombreux spectacles d'hypnose ont été faits en France, le nombre de personnes hypnotisées de cette façon (en public) se compte en millions. Trouve moi, trois, voire, un seul cas connu d'hypnotisé qui aurait "dérapé" ?

Dire que les hypnotiseurs manient une technique dangereuse est très valorisant pour eux. De plus, cela suggère que l'hypnose est très efficace.

Ceci dit, il est vrai qui ne faut pas s'occuper de personnes ayant une psychose, si on est pas psychiatre..
De ne pas enlever une douleur sans qu'il y ait eu un diagnostique fait par un médecin.

Voilà ce que disait JANET à propos des dangers de l'utilisation de l'hypnose :
Remarquons que si l'hypnothérapie ne comportait aucun péril, son action thérapeutique pourrait peut-être être mise en doute. Partant du postulat qu'un médicament n'est réellement puissant que s'il présente un danger, JANET (1919, p303) allait jusqu'à dire que "l'hypnotisme et la suggestion sont malheureusement très peu dangereux"
 

HYPNOMED

Membre
Marc1963 à dit:
HYPNOMED à dit:
Je me permets de remercier Triggermind et Kevin Finel pour ces échanges importants

Je tiens à souligner le danger de jouer à déclencher un état confusionnel et dissociatif chez la première personne venue, et en public !

Les psychothérapeutes ont une solide formation qui permet de comprendre et de guider, car la personne risque toujours de "déraper"

Qui se lancerait à être guide de haute montagne en n'en n'ayant pas l'expertise ?
Salut HYPNOMED,

Si on remonte ne serait-ce que 50 ans en arrière. De très nombreux spectacles d'hypnose ont été faits en France, le nombre de personnes hypnotisées de cette façon (en public) se compte en millions. Trouve moi, trois, voire, un seul cas connu d'hypnotisé qui aurait "dérapé" ?

Dire que les hypnotiseurs manient une technique dangereuse est très valorisant pour eux. De plus, cela suggère que l'hypnose est très efficace.

Ceci dit, il est vrai qui ne faut pas s'occuper de personnes ayant une psychose, si on est pas psychiatre..
De ne pas enlever une douleur sans qu'il y ait eu un diagnostique fait par un médecin.

Voilà ce que disait JANET à propos des dangers de l'utilisation de l'hypnose :
Remarquons que si l'hypnothérapie ne comportait aucun péril, son action thérapeutique pourrait peut-être être mise en doute. Partant du postulat qu'un médicament n'est réellement puissant que s'il présente un danger, JANET (1919, p303) allait jusqu'à dire que "l'hypnotisme et la suggestion sont malheureusement très peu dangereux"
Attention risque de dérapage...

La question de départ c'était :

"J'aimerais savoir ceux que vous pensez de ... et de la qualité de sa formation d'hypnotherapeute? "

Triggermind prenait l'exemple de cet homme a qui on a suggérait qu'il était enceint et qu'il accouchait !

Où est l'écologie psy là dedans ? Est-ce de l'expérimentation hypnotique humaine, pour le fun ?

Si un grimpeur glisse un peu plus à chaque fois et que le guide part devant s'occuper des clients plus brillants et plus riches, tant pis pour lui !

Je pense que nombreux sont les candides qui se lancent sans les moyens suffisants dans des perspectives de fonction d'hypnothérapeute
alors qu'ils ont encore tout à découvrir avant de partir seul en montagne.

En me balladant en montagne ( avec mes crampons médicaux) j'en ai sortis plus d'un de la crevasse où ils étaient tombés !

Mais j'avais un équipement de sauveteur, pas de touriste en short pour le fun.
.
 

jeangeneve

Membre
bonjour,

il est parfois amusant de voir certains casser du petit bois sur des formateurs, pour ensuite les remercier de leurs présences.
mais passons

je me permet de faire remarquer que en quelque sorte cela permet d'élever un peu le niveau épisodiquement.
probablement que l'on peut aisément imaginer qu'il y a mieux a faire que devoir se défendre ici .

j'aimerais attirer votre attention sur quelque chose que j'aimerais relever...
ce serais bien présomptueux de ma part de présupposer les intentions de M. Finel.
n'empêche que souvent les rares interventions de M.Finel cache une main tendue à quelqu'un.
tout a fait en dehors du spectacle que l'on donne de nous même ici...
ce qui me permet du coups une belle pirouette pour ne pas répondre aux questions de fond soulevée.
mais bon c'est juste une envie là au présent.
 

Marc1963

Membre
Triggermind à dit:
Que pensez vous de l'innocuité d'un numéro de Messmer, que beaucoup ont vus à la télé en fin d'année, où il provoque des suggestions de douleur abdominale chez un homme, (Quel inconscient accepterait la douleur s'il avait le choix de la refuser?) pour lui annoncer ensuite qu'il va accoucher et lui fait vivre la naissance de son enfant?
Bonsoir Triggermind

Je ne sais plus de qui vient cette citation, mais dans certains cas je la trouve très pertinente

Entre l'hypnotiseur et l'hypnotisé, le plus hypnotisé des deux n'est pas nécessairement celui qu'on croit.


Nombre d'hypnotiseurs de spectacle ont suggéré aux hypnotisés de plonger dans une piscine (qui n'existait pas) et de nager.
Triggermind, combien connais-tu de sujets qui se soient fendus le crane ?

Quand on voit la difficulté pour produire une véritable anesthésie. :roll:

Aujourd'hui il y a eu sur la 5, à 13h25 dans le magazine :
In vivo, l'intégrale : Chirurgie sous hypnose.



Si un membre peu récupérer en vidéo TOUTE l'émission cela serait super. La citation ci-dessus, prend malheureusement tout son sens. :wink:
 

Sitar

Membre
Les émissions de france 5 sont disponibles le jour même ou le lendemain sur leur site il me semble.

http://www.france5.fr/sante/le-magazine ... 2012-02-03

C'est ce que tu cherches ?
 

Marc1963

Membre
Salut Sitar,


Je te remercie, mais ce n'est pas l'émission.


Voici le lien :

http://www.pluzz.fr/in-vivo-l-integrale ... 13h30.html

Je ne parviens pas à la récupérer.

Si un membre peut l'enregistrer et la mettre sur une plateforme, cela serait super sympa.
 

HYPNOMED

Membre
Marc1963 à dit:
HYPNOMED à dit:
Je me permets de remercier Triggermind et Kevin Finel pour ces échanges importants

Je tiens à souligner le danger de jouer à déclencher un état confusionnel et dissociatif chez la première personne venue, et en public !

Les psychothérapeutes ont une solide formation qui permet de comprendre et de guider, car la personne risque toujours de "déraper"

Qui se lancerait à être guide de haute montagne en n'en n'ayant pas l'expertise ?
Salut HYPNOMED,

Si on remonte ne serait-ce que 50 ans en arrière. De très nombreux spectacles d'hypnose ont été faits en France, le nombre de personnes hypnotisées de cette façon (en public) se compte en millions. Trouve moi, trois, voire, un seul cas connu d'hypnotisé qui aurait "dérapé" ?

Dire que les hypnotiseurs manient une technique dangereuse est très valorisant pour eux. De plus, cela suggère que l'hypnose est très efficace.

Ceci dit, il est vrai qui ne faut pas s'occuper de personnes ayant une psychose, si on est pas psychiatre..
De ne pas enlever une douleur sans qu'il y ait eu un diagnostique fait par un médecin.

Voilà ce que disait JANET à propos des dangers de l'utilisation de l'hypnose :
Remarquons que si l'hypnothérapie ne comportait aucun péril, son action thérapeutique pourrait peut-être être mise en doute. Partant du postulat qu'un médicament n'est réellement puissant que s'il présente un danger, JANET (1919, p303) allait jusqu'à dire que "l'hypnotisme et la suggestion sont malheureusement très peu dangereux"
Janet était un puriste de l'hypnose en disant cela

J'étais convaincu que le mec qui avait "accouché" hypnotiquement était un complice qui jouait le jeu, et prendre au hasard un homme dans le public et lui faire assumer cela me parait tout à fait non éthique : supposons qu'il s'agisse d'un homme qui, à son grand désespoir, n'a pas pû avoir d'enfant avec sa femme par exemple parce qu'il est stérile !

En psychothérapie, rien ne s'envisage sans un minimum d'anamnèse pour se situer écologiquement dans le "monde" du consultant, si on veut être trés rapidement inductif.

Erickson savait le contexte de son consultant et au fur et à mesure de son entretien, il voyait les réactions (mirroring) qu'entrainaient ses inductions et il adaptait en fonction pour établir parallèlement des ancrages

Rien ( ou trés trés peu pour la plupart) de tout çà dans l'hypnose de spectacle !

Vous paraissez être un adepte de la pure hypnose des temps jadis : mais les choses ont évolué, surtout en pratique d'hypnose médicale éricksonienne, mais on n'en est pas encore à une hypnose "chirurgicale" mais çà viendra peut-être ?

Merci pour ce mirroring questionnel !

Hypnomed.
 
Marc1963 à dit:
Salut Sitar,


Je te remercie, mais ce n'est pas l'émission.


Voici le lien :

http://www.pluzz.fr/in-vivo-l-integrale ... 13h30.html

Je ne parviens pas à la récupérer.

Si un membre peut l'enregistrer et la mettre sur une plateforme, cela serait super sympa.



Merci pour le lien. C'est dommage que l'on est vu que des personne se faisant retirer une thyroide. C'était intéréssant.
J'ai une question : Est ce obligatoire cette facon de parler de hacher les mot, cette lenteur extreme?
 

K.Finel

Membre
Bonjour Triggermind,

Je vous remercie pour votre réponse. Vous soulevez des questions qui méritent sans doute mieux que la 5e page d'un post écarté de son sujet initial...

Sur le contenu de la formation je reprends vos propositions :
"la confrontation réelle à des patients en proie à une intense douleur physique ou morale, telle que celle que l'on peut voir chez des patients où les soins ne peuvent être que palliatif, "
C'est en effet une difficulté dans une formation, pour l'instant la seule solution que nous avons mis en place est le compagnonnage. Elle présente de nombreux avantages tout en protégeant encore l'apprenant. C'est là aussi qu'elle n'est pas suffisante. Je pense que quand l'hypnose sera plus largement reconnue et intégrée, d'autres possibilités vont s'ouvrir, sur la gestion de la douleur par exemple.

"la pharmacologie est elle abordée suffisamment? un hypnothérapeute peut il reconnaitre un antipsychotique pris par un patient?"
Non, en effet et c'est en effet un manque. J'ai prévu cette année d’intégrer un cours à ce sujet. Nous avons mis en place depuis peu un cours de psychopathologie, c'est l'étape suivante. La difficulté était pour moi que les stagiaires ne venaient pas, en premier lieu, chercher cette connaissance dans la formation. Je redoutais que les stagiaires me disent "oui, c'est intéressant, mais je ne paye pas pour ça". On a donc décidé de le proposer comme un stage à part et gratuit. Je discute actuellement avec plusieurs personnes qui pourraient l'animer. L’intérêt de notre plate forme vidéo prend ici tout son sens : comme il s'agit d'un cours théorique, il sera filmé et accessible à toutes les personnes formées pour quelques euros.

Je pense après qu'un hypno peut se limiter (selon sa pratique bien entendu) à des connaissance de base dans ces matières, dans le sens ou il travaille avant tout en vue d'atteindre un objectif et non sur une pathologie. Je ne suis pas de ceux qui estiment que 400 heures sur la psychopathologie sont essentielles à toutes les formes de psychothérapie. Là encore, plus que la discipline, c'est le domaine d'action qui est déterminent pour décider du degré de formation nécessaire.



"Mais tout cela m'amène à évoquer un problème de fond, c'est que tant que la thérapie sera réservée au médical, et je n'en suis pas partisan, la pratique de l'hypnothérapie sera légalement difficile."
Je ne pense pas que cela soit inévitable, mais évidemment, si les professionnels non médecins ne travaillent pas un minimum ensemble et ne sont pas capable de dépasser les querelles de chapelle, il sera difficile de proposer une alternative.

Toutefois, au fond, l'hypnose n'a rien à voir avec la médecine et n'est pas une thérapie dans le sens définie par la loie (l'usage déforme le sens du mot) . Par contre sur certains points, des liens existent. Nous avons une position un peu particulière puisque nous sommes les seuls à proposer des formation pour les professions de santé d'un côté et pour l'accompagnement (psychothérapie, coaching) d'un autre. Cependant, ces deux formations sont totalement différentes. Pour les professions de santé (médecins, dentistes, infirmières, kiné...) nous proposons une forme d'hypnose qui vient les aider dans leur activité, des outils simples : de l'hypnose semi classique et de la communication hypnotique (assez peu d'Ericksonnien et de PNL). Pour eux une induction longue n'a pas de sens, et savoir gérer un deuil est hors sujet !
Aussi, les médecins ne maîtrisent souvent qu'une petite partie de l'hypnose, celle qui correspond à leur besoins.
L'hypnose est plus large, et je défend une vision "artistique" de la pratique, c'est à dire libre, multiple, basée sur le rapport humain et la capacité de discernement et d'adaptation d'un praticien. Cette vision, si elle se développe, peut empêcher la récupération par le seul domaine médical.



Vous en venez ensuite aux dangers de l'hypnose, et là encore je vous rejoins. Je n'ai pas de réponse complète et définitive à cette question, et je me la pose moi-même régulièrement. Sur une émission de radio, je ne peux que proposer une réponse simple... et insuffisante.

Ce qui est régulièrement annoncé, le fait que l'hypnose ne présente aucun danger est à la fois vrai et faux, selon la façon dont on donne son sens à cette affirmation :

Tout d'abord, l'état hypnotique étant un état naturel, en lui-même il n'est pas dangereux.
Maintenant, certaines expériences qui utilisent l'hypnose peuvent être un peu plus risquées... couper une douleur utile par exemple amène à se poser la question de la façon dont conscient et inconscient choisissent leur priorité ? Sans doute que l'histoire personnelle d'un sujet vient mettre aussi son grain de sel dans un tel choix !

Cela demanderait aussi d'être au clair avec ce qui fait ou non partie de l'hypnose : est-ce que la rhétorique est de l'hypnose ? Est-ce que la séduction est de l'hypnose ? Est-ce que le story telling en fait partie ?
Et nous revenons ici sur le cas de personnes mal intentionnées : quelle est la limite ? A mon sens, il y en a peu, d'où l'importance de l'éthique dans les formations et de la vision Ericksonienne qui fait de l'hypnose une technique de pédagogie mentale plus que de thérapie (c'est à mon sens le principal apport d'Erickson, bien avant la suggestion indirecte)

Je viens de co-écrire un livre avec Jean Dupré, dont le titre évocateur est "Démocratie sous hypnose". Il s'agit d’analyser et d'expliquer les outils de manipulation présents dans le jeu politique... dans ce livre nous prenons le partie que toute communication contient une dose hypnotique, volontairement ou non, dès lors qu'elle atteint l'inconscient. Ici, séduction, biais cognitifs, suggestions indirectes, story teling font partie des outils hypnotiques. Mais les praticiens en hypnose sont loin de tous partager cet avis.

Mon idée est que la connaissance est la seule protection contre les dérives de la manipulation, cela passe donc par le conscient et non pas l'inconscient ! Nous en revenons à la pédagogie.


Quant à l'hypnose de spectacle, je suis partagé. Je rejoins une analyse d'Erickson sur le fait que l'hypnose de spectacle ne crée pas des états similaires à l'hypnose utilisée dans un cadre thérapeutique. Il insistait notamment sur le fait que le spectacle reposait sur une grande complaisance des sujets. C'est aussi mon analyse quand je vois que dans ce genre de spectacle il y a un "sur-jeu" de la part des sujets, à tel point qu'ils donnent souvent l'impression d’être de mauvais acteurs... alors que dans une séance personnelle, il y a une sincérité, une vérité des émotions vécues et non jouées. (Je précise ici que j'ai appris et que je pratique aussi les formes d'hypnose utilisées en spectacle)

Derrière votre question sur notre capacité à refuser des suggestions, se cache aussi celle de la part consciente et de la part inconsciente dans l'acceptation. Je n'ai pas de certitude à ce niveau seulement des observations dues à ma pratique :

- En cas de danger extérieur réel ou supposé, une personne sort spontanément de l'état d'hypnose.
- En cas de projection personnelle de l'opérateur : en état de conscient une personne peut accepter facilement (cold reading) et peut au contraire sortir de l'expérience si elle est sous hypnose. Certaines techniques semblent toutefois atténuer la portée des projections. J'en déduis toutefois que le conscient est souvent plus facile à abuser que l'inconscient !
- L'inconscient semble accepter une suggestion plus facilement si elle n'est pas en lien avec l'identité d'une personne : les suggestions publicitaires passent facilement.
- L'inconscient n'accepte pas les même suggestions dans tous les contextes
- Des leviers comme la peur permettent de lever des résistances inconscientes (Situation de stress par exemple. On note aussi qu'une anesthésie est plus facile à obtenir en cas de douleur forte ou dans une situation d'urgence)

La liste n'est pas complète, et nous manquons d'expérience pour mettre ces observations - et d'autres encore - en lien entre elles. Toutefois, nous sommes sans doute en lien avec de nombreux paramétrés qui nous obligent à considérer chaque cas de figure de façon indépendante et nous empêchent de déduire une seule règle générale.

En fait votre question donne surtout envie d'écrire un article sur le sujet ... !


A bientôt,
Kévin
 

K.Finel

Membre
Bonjour Marc,

Merci à vous.

Je reprends quelques ponts de votre message :

Dis autrement tous les hypnos avant Palo Alto n'avaient pas les véritables connaissances pour soigner. Liebeault, Bernheim et leurs patient entre autres doivent se retourner dans leur tombe.
Je pense que mon propos prêtait à confusion. Non, bien sur que non : j'ai beaucoup d'estime pour ces personnages et d'autres qui étaient souvent en avance sur leur temps. Loin de moi l'idée de remettre en cause leurs résultats !
Je pense par contre que les outils qu'ils utilisaient n'étaient pas encore véritablement codifiés. Il a fallu attendre palo alto et la convergence de plusieurs disciplines (ethnologie, linguistique, psychothérapie...) pour qu'ils soient étudiés et véritablement compris.

Maintenant, oui je pense que nous avons beaucoup progressé dans la compréhension des mécanismes de l’hypnose.
Il faut tempérer cela avec le fait que ce qui fonctionnait il y a un siècle ne fonctionnerait sans doute plus maintenant : les hypnos ont évolués, les "patients" aussi ! Plus d'esprit critique, moins de référence externe, moins de superstitions ...
Au final, il serait difficile de savoir si nos résultats sont vraiment meilleurs que ceux de ces précurseurs.


Nombreux sont les fumeurs qui désirent arrêter définitivement de fumer.
Nombreux sont les personnes en surpoids qui désirent perdre du poids définitivement.
Où sont les résultats !
Bon, ils existent nous le savons :)
Maintenant, si on prend les problématiques du poids, elles sont la partie apparente d'un problème de fond lié à l'évolution de notre société. Nous avons comme limite de proposer des solutions individuelles quand les problèmes viennent d'une communication de masse... en résumé on se défend avec des sarbacanes contre des pesticides ! Mais là on rentre dans un regard sociologique. A un niveau individuel, un suivi en hypnose pour une personne qui veut perdre du poids apporte une aide considérable. On avait recensé quelques études à ce sujet quand on a commencé à travailler sur le protocole qui est actuellement testé dans notre centre, je peux vous les retrouver si vous voulez.



La douleur réelle, elle est aussi un point sur lequel le sujet ne peut pas tricher pour se faire et/ou faire plaisir à l'hypno. Dans les temps anciens on parvenait à amputer une jambe sans aucune anesthésie. Les anesthésistes que j'ai contacté, dont une des plus renommée, m'ont indiqué qu'il était impossible d’amputer un membre avec seulement l'hypnose comme anesthésie et même sous hypnosédation celle-ci étant réservée à certaines intervention chirurgicale dite de surface, exemple : celle de la thyroïde.

De même, extraire une molaire encore innervée sous hypnose sans aucune anesthésie locale a déjà était fait dans les temps anciens. IL serait pourtant simple et sans danger de réaliser ce type de soin dentaires, car comme vous le savez, si le patient ressent la moindre douleur, il suffit de passer à l'injection d'une anesthésie locale traditionnelle, et cela en très peu de temps. Pour le moment je n'ai trouver aucun dentiste qui pouvaient faire un tel soin sous hypnose, même ceux qui laissent supposer le contraire dans leur publicité.
Oui...
Je suis en partie en accord avec vous. J'imagine savoir à qui vous faites allusion, je vous avoue que je ne partage pas ses conclusions, d'autant qu'elles me semblent plus en liens avec des limites personnelles et des intérêts qui se placent à un autre niveau. Dans certains milieux il est sans doute préférable que ça ne fonctionne pas trop bien...

Il existe des personnes qui pratiquent l'anesthésie de façon plus poussée, elles sont moins médiatiques certes, mais elles proposent un travail de grande qualité. Après il faut étudier en détail ce qu'elles proposent... J'espère proposer un cycle de conférences sur ce sujet d'ici peu !

Là aussi je pense que le débat mérite d'être élargi : est-ce que les dentistes par exemple ont besoin de l'anesthésie ? J'en connais qui l'utilisent, mais plus pour leur plaisir qu'autre chose : cela prend trop de temps, ce qui signifie que ça coute cher.

Ils vous diront aussi qu'ils ont pratiqué depuis des années avec une seringue, que ça fonctionne bien et qu'il n'y a pas de raison de changer. Par contre, ils voient en l'hypnose d'autre possibilités plus pertinentes pour eux.... (La je reprend à peu près le discours d'un dentiste que je connais bien, qui intervient dans un de nos modules de formation et qui passe de temps en temps sur ce forum....). Au final, poser un ancrage de dissociation pour que le client ne bouge pas trop, pour qu'il soit "un peu ailleurs" pendant le soin et se sente à l'aise, détendu et rassuré...Intéresse souvent plus les dentistes : là, ils gagnent du temps, les clients sont contents et eux même dépensent moins d'énergie !

On dissocie ici la pratique expérimentale (anesthésie complète) et la pratique réelle.

Mais je suis d'accord avec vous, c'est un peu frustrant !

Kévin FINEL
 

HYPNOMED

Membre
Kevin a écrit :

Bonjour Triggermind,

Je vous remercie pour votre réponse. Vous soulevez des questions qui méritent sans doute mieux que la 5e page d'un post écarté de son sujet initial...


Je crois que là est toute la question de la vulgarisation de l'hypnose : les dérives de tous ordres, et politico-sectaires ! D'où la prudence des sociétés savantes médicales pour protéger l'éthique.

Ce que je constate c'est que nombreux sont ceux qui souhaitent faire une formation d'hypnothérapeute, alors qu'au fond, inconsciemment peut-être, ils cherchent une formation pour "s'auto-théraper" et confondent ainsi le développement personnel avec la thérapie professionnelle.

La plupart des "bons" thérapeutes ont toujours utilisé des outils hypnotiques, sans les avoir clairement identifiés.

L'engouement actuel pour l'hypnose me semble un effet "mode", alors que la modélisation hypnotique est enseignée depuis toujours et cela de façon spontanée, dans le compagnonnage médical au lit du malade.

Mais actuellement la clinique semble dépassée par la technique, et la réalité par la virtualité.

A suivre...

Hypnomed
 

xorguina

Membre
Je pense que toute personne qui vient se former trainent ses casseroles.

Rare seront ceux qui viendront faire une formation en ayant rien a travailler sur eux .

Je pense donc qu'obligatoirement en faisant une formation d'hypnothérapeute nous passons par un dévelopement personnel .

 
I

Intemporelle

Invité
K.Finel à dit:
Je dirige en effet une école, qui se trouve être celle qui forme le plus de personnes en France. Je pense que son développement s'est construit sur une éthique, sur une responsabilité et sur un fonctionnement qui est tout sauf commercial :

Rien qu'une annonce promotionnelle sur un forum a un but commercial, donc ne dites pas de bétises...

Nous sommes les seuls à faire le lien entre hypnose médicale et hypnose non médicale. Les seuls à nous intéresser à l'éducation, à financer des recherches indépendantes menées par des cliniciens : actuellement 3 chercheurs travaillent en relation avec notre centre de thérapie pour mettre en place une évaluation scientifique de la pratique de l'hypnose.

Faux je ne vais pas développer par manque de temps, mais il existe des écoles d'hypnose clinique avec leur propre formateur clinicien

Nous sommes les seuls à créer des partenariat avec des grandes écoles et l'université, à organiser des conférences où tous les courants de l'hypnose sont représentés sans discrimination ou prosélytisme.

Faux, cela existe également dans d'autres écoles d'hypnose.

Nous sommes les seuls à créer des événements grand public pour démystifier l'hypnose, à faire un travail de fond pour diffuser auprès des médias une hypnose thérapeutique crédible et sérieuse, à avoir mis en place un cursus de psychopathologie en complément de la formation à l'hypnose pour ceux qui se destinent à la pratique en psychothérapie, ou encore à créer des connexions entre les disciplines (Systémique, gestalt, analyse...).


Faux, cela existe déjà, et j'en ai donc profité, je ne dirais pas le nom de l'école car je ne fais ferais pas de pub, pensez ce que vous voulez.


Par contre, je ne nie pas l'intérêt de vos ateliers en soirée afin de démystifier l'hypnose et de la rendre accessible à un grand nombre d'individus.

Sur ce, je retourne à mes occupations.
:D
 

HYPNOMED

Membre
L'hypnose est une rare discipline où on parle énormément d'auto-hypnose pour s'équilibrer soi-même !

En thérapie somatique on ne parle pas d'auto-cardiologie ou d'auto-psychiatrie parce que cela n'a pas de sens.

Cela me pousse à penser que l'hypnose est beaucoup plus proche du développement personnel et confortif que du côté thérapeutique,

pour le psychosomatique et le comportemental oui, pour équilibrer ( tabac, comportement alimentaire, phobies, )

pour le somatique vrai,elle n'a aucune efficacité à part entière, et là le terme thérapie s'applique logiquement ( et la logique peut faire loi) au médical.

Et attention aux dérapeutes qui se prennent pour des thérapeutes.
 

xorguina

Membre
HYPNOMED à dit:
L'hypnose est une rare discipline où on parle énormément d'auto-hypnose pour s'équilibrer soi-même !

En thérapie somatique on ne parle pas d'auto-cardiologie ou d'auto-psychiatrie parce que cela n'a pas de sens.

Et pourtant...non ?

Cela me pousse à penser que l'hypnose est beaucoup plus proche du développement personnel et confortif que du côté thérapeutique,

pour le psychosomatique et le comportemental oui, pour équilibrer ( tabac, comportement alimentaire, phobies, )

oui

pour le somatique vrai,elle n'a aucune efficacité à part entière, et là le terme thérapie s'applique logiquement ( et la logique peut faire loi) au médical.

Je ne sait pas, je ne connaîs pas , mais j'ai plus qu'une croyance que l'on peut agir sur l'adn.
Pour preuve la momification du steack et de l'oeuf que j'ai exposé sur le forum.....Alors pourquoi pas aller plus loin avec l'hypnose ?


Et attention aux dérapeutes qui se prennent pour des thérapeutes.
 
HYPNOMED à dit:
L'hypnose est une rare discipline où on parle énormément d'auto-hypnose pour s'équilibrer soi-même !

En thérapie somatique on ne parle pas d'auto-cardiologie ou d'auto-psychiatrie parce que cela n'a pas de sens.

Cela me pousse à penser que l'hypnose est beaucoup plus proche du développement personnel et confortif que du côté thérapeutique,

pour le psychosomatique et le comportemental oui, pour équilibrer ( tabac, comportement alimentaire, phobies, )

pour le somatique vrai,elle n'a aucune efficacité à part entière, et là le terme thérapie s'applique logiquement ( et la logique peut faire loi) au médical.

Et attention aux dérapeutes qui se prennent pour des thérapeutes.
Mais où s'arrête le psychosomatique et ou commence le somatique vrai?
Comment par exemple classer les acouphènes qui répondent souvent si bien à l'hypnose et si mal aux traitements médicamenteux?
Les dérèglements du système immunitaire, les allergies, l'asthme, la sclérose en plaque, maladie de Crohn?
Les problèmes de lombalgie ou cervicalgie qui répondent aussi très bien à l'hypnose?
Le problème de l'hypnose c'est que la médecine n'en veut pas vraiment, et les non médecins doivent se limiter dans les indications.
 
I

Intemporelle

Invité
Triggermind à dit:
HYPNOMED à dit:
L'hypnose est une rare discipline où on parle énormément d'auto-hypnose pour s'équilibrer soi-même !

En thérapie somatique on ne parle pas d'auto-cardiologie ou d'auto-psychiatrie parce que cela n'a pas de sens.

Cela me pousse à penser que l'hypnose est beaucoup plus proche du développement personnel et confortif que du côté thérapeutique,

pour le psychosomatique et le comportemental oui, pour équilibrer ( tabac, comportement alimentaire, phobies, )

pour le somatique vrai,elle n'a aucune efficacité à part entière, et là le terme thérapie s'applique logiquement ( et la logique peut faire loi) au médical.

Et attention aux dérapeutes qui se prennent pour des thérapeutes.
Mais où s'arrête le psychosomatique et ou commence le somatique vrai?
Comment par exemple classer les acouphènes qui répondent souvent si bien à l'hypnose et si mal aux traitements médicamenteux?
Les dérèglements du système immunitaire, les allergies, l'asthme, la sclérose en plaque, maladie de Crohn?
Les problèmes de lombalgie ou cervicalgie qui répondent aussi très bien à l'hypnose?
Le problème de l'hypnose c'est que la médecine n'en veut pas vraiment, et les non médecins doivent se limiter dans les indications.
Sans parler de la fibromyalgie, où l'hypnose est très intéressante.

Mise à part que je partage votre dernière phrase (et le reste d'ailleurs), je pense que l'implication du sujet n'est pas toujours aussi présente que leur souffrance, souvent les individus veulent du rapide, pour ne pas dire de l'immédiat, mais ne souhaite pas s'investir dans des techniques que le praticien lui apprend et également pratiquer l'AH. ou exercices à la maison, ...
 

Marc1963

Membre
K.Finel à dit:
C'est aussi mon analyse quand je vois que dans ce genre de spectacle il y a un "sur-jeu" de la part des sujets, à tel point qu'ils donnent souvent l'impression d’être de mauvais acteurs...
Bonjour Kevin Finel,

Tu soulèves là, l'incompétence de la plupart d'hypnotiseurs de spectacle. Au lieu de tenir la position du véritable hypnotiseur, ils la travestissent, pour se mettre dans la peau d'un animateur comique. Il est vrai que cette dernière est de très loin beaucoup plus facile à tenir que la première. D'ailleurs le public ne s'y trompe pas, il s'esclaffe de rire. Alors qu'une bonne prestation serait mystérieuse, étonnante, il pourrait y avoir quelques rires, mais ces rires seraient pour décompresser.

J'aime bien prendre en exemple cette vidéo, car si les sujets ont pu être en hypnose au début du spectacle, il n'en est rien de cette partie du spectacle.

 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Aucune étude scientifique cas témoins ne permet actuellement d'affirmer un effet de l'hypnose sur les dérèglements du système immunitaire, les allergies, l'asthme, la sclérose en plaque, la maladie de Crohn.

Les lombalgies et cervicalgies de fatigue sont calmées par la simple relaxation.

La fibromyalgie est rattachée à la spasmophilie et aurait remplacé l'hystérie (qui a été retirée du DSM IV) dixit un éminent neurologue.

8)
 

Sitar

Membre
Sur les allergies il y a quelques études qu'on peut trouver sur pubmeb, je n'ai pas tout lu, si ça t'intéresse :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?cmd ... uerykey=18
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1246 ... 2_blank%22

Et la plupart des liens vers les études (titres en français mais on les trouve sur pubmeb en tapant leur nom anglais) :

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A ... Unc4KYinrg

Certaines études ou articles sont payants donc je n'en sais pas plus.
 
I

Intemporelle

Invité
surderien à dit:
Aucune étude scientifique cas témoins ne permet actuellement d'affirmer un effet de l'hypnose sur les dérèglements du système immunitaire, les allergies, l'asthme, la sclérose en plaque, la maladie de Crohn.

Les lombalgies et cervicalgies de fatigue sont calmées par la simple relaxation.

La fibromyalgie est rattachée à la spasmophilie et aurait remplacé l'hystérie (qui a été retirée du DSM IV) dixit un éminent neurologue.

8)
Parfois même souvent pas besoin d'attendre des preuves scientifiques quand l'expérience empirique a fait ses preuves sur un grand nombre d'individus.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A ... Unc4KYinrg

ce sont de vieux articles datant des années 1960 dont 1 de 1944 ! peu fiables avec la méthodologie de l'époque.


http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1246 ... 2_blank%22

cette série de 300 enfants n'est pas randomisée me semble-til

si l'on avait pris 300 enfants similaires parallèlement traités par placebo ou relaxation, aurait -on eu moins d'effet ?

lorsqu'on s'intéresse à un malade avec un minimum de psychologie, les choses vont le plus souvent mieux, même si ce n'est pas strictement de l'hypnose !

Dans le cadre du colon irritable ( irritable bowel) des études sont en faveur de l'efficacité de l'hypnose, mais la psychosomatique intervient beaucoup dans ces troubles.

Ici une étude non randomisée et rétrospective :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1246 ... 2_blank%22

8)
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Haut