Formation Hypnose

Comment vous faites ?

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
. Comment vous faites ?

- pour réussir à ne pas réussir tout ce que vous entreprenez ?

- pour toujours échouer dans tous vos projets ?

- pour qu’une succession d’ échecs finissent par aboutir à des associations d’idées et de projets ?




30 ans, 13 ème tentative de suicide, et à deux doigts d’y rester !

Il y avait urgence dans ce camion de SAMU où je l’accompagnais

Son 13 ème suicide en ce 13 Février…sa chance était là…et me mettait en transe…

A moi de la saisir et de la lui montrer, l’urgence de cette chance

Son visage était grave et répondait à peine. L’oxygène ne colorait que peu son visage grisâtre.

J’avais du temps, peut-être 13 minutes, ce trajet, jusqu’aux urgences…

Je lui pris la main et lui demandais doucement :


« comment vous faites pour réussir à ne pas réussir tout ce que vous entreprenez ? »


ma phrase était si spontanée que sa réponse en fût de même…

elle en ouvrit les yeux et me dit : « parce que ma mère »…et elle les referma doucement

J’avais le mode de réponse que j’attendais…Le déclic avait lieu…

Parce que ma mère ?

« Parce que m’a mère a toujours eu le don de me foutre ma vie en l’air »

Et elle est alors partie à me raconter tout ce qu’il ne faut pas dire aux gens pour qu’ils n’osent plus réussir

un don bien transmis dans sa famille...

tout ce que sa mère lui avait fait endurer en n’écoutant pas son cœur


Avec empathie, j’écoutais cette vérité, celle qu’elle aurait bien voulu que sa mère ait écouté

« Elle n’a jamais voulu que je fasse ce que je fasse »

« Comme que je fasse ce que j’ai encore fait aujourd’hui »

un projet que vous ne vouliez donc pas faire ?

« Elle ne m’a jamais donné la chance de réussir »

Bon sang, elle venait de dire le bon mot …celui que j’attendais qu’elle se donne…

J’avais créé cet espace de sauvetage inter-dit et mon empathie, mon silence, dans l’écoute ont fait le reste

Elle était entrain de ré-assembler les éléments de sa vie

Mais elle ne disait plus rien, car allongée, elle souriait ...

Ses couleurs étaient revenues …


Je me souvenais de mon vieux patron qui disait que dans les heures qui suivent ( l’échec de) son suicide,

le suicidé est dans un état tel qu’il va dire des choses qu’il n’aurait jamais osé dire en d’autres circonstances :

il appelait çà la lune de miel du suicidant…

Il comprenait ainsi des choses que les autres ne comprendraient pas, et qu’il n’aurait jamais pu confier à quelqu’un d’autre.

J’ai eu ainsi la chance, dans des situations identiques, d’en tenter l’expérience… et à chaque fois il a eu raison…


A l’arrivée à l’hôpital, elle fût prise en charge comme d’habitude par l’équipe d’infirmières, et le psychiatre de garde qui,

par chance, la connaissait déjà…et je suis repassé un peu plus tard pour entendre son avis

« C’est bizarre, aujourd’hui ce n’est pas comme d’habitude, aujourd’hui elle a un projet : elle m’a parlé de vacances… »


Tout à l’heure je l’avais comme projetée au delà du présent, et maintenant elle était dans son futur

d’ habitude on les protège…on les retient dans leur passé…


Il lui resterait à assurer l’atterrissage…la sortie de sa lune de miel…en organisant ses vacances…un peu de ce qu’elle souhaitait…


Je l’ai revue deux ans plus tard, de par les hasards de la vie

Elle avait failli accoucher dans l’ambulance… juste avant d’arriver aux urgences où sa mère l’attendait…

Je n’avais pas perdu mon sourire, elle elle l’avait gardé aussi, et l’avait transmis à sa famille


C'était une bien belle histoire que rien n'est perdu d'avance …



Je remercie ici Jean Touati, de par les informations qu’il a transmis sur son site, de m’avoir fait prendre conscience de cette intuition,

que j’ai toujours eu, de savoir désintriquer les histoires de famille mal remodélisées :


https://www.transe-hypnose.com/sujet/regression-hypnotique-demarche-rhv.2651/


8)


PS : toute référence à cette présentation devrait en faire figurer sa source :

https://www.transe-hypnose.com/sujet/comment-vous-faites.2680/
.
 
M

Métaphore

Invité
Surderien, avez vous suivi cette femme en thérapie ? ou a t-elle été suivie par la suite ?

Car si je comprends bien l'histoire, ce serait votre unique intervention de 10 mn qui lui a redonné goût à la vie ou qui lui aurait déclenché ce "déclic" ?

J'avoue que j'ai du mal à le penser...désolée... :oops:
 

esperence

Membre
Surderien, merci pour ce beau partage...

Dix minutes, c'est énorme.
( prise de conscience, autorisation pour enfin se libérer de certaines choses auprès de quelqu'un qui va vous écouter et vous entendre ( sans porter de jugement) L'empathie qui passe.
On vous parle, on vous écoute, on vous ENTEND, on vous voit enfin.
Vous EXISTER. :) :)
 
M

Métaphore

Invité
Métaphore a dit:
Surderien, avez vous suivi cette femme en thérapie ? ou a t-elle été suivie par la suite ?

Car si je comprends bien l'histoire, ce serait votre unique intervention de 10 mn qui lui a redonné goût à la vie ou qui lui aurait déclenché ce "déclic" ?

J'avoue que j'ai du mal à le penser...désolée... :oops:
Je voulais préciser quand même qu'il est certain qu'une écoute particulière de 10 mn avec empathie a un impact certain mais ce que je voulais dire c'est que c'est très loin d'être suffisant pour une personne qui est à sa 13ème tentative de suicide.

Sinon je vais croire que vous êtes un Dieu vivant... :lol:
 

corfinas

Membre
La lune de miel du suicidant ... je ne connaissais pas. Effectivement quand on y réfléchit, qqn sur le point de mettre fin à ses jours, l'état émotionnel doit être "particulier", quand on est prêt à tout lâcher, alors pourquoi pas lâcher l'inutile, et changer du tout au tout, en un instant de grâce où le bon mot au bon moment décide d'une vie, et peut transformer l'urgentiste en "Dieu vivant" :D

a+
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Dans ces pathologies qui se prolongent et s'éternisent l'important c'est le déclic

https://www.transe-hypnose.com/sujet/citation-de-jacques-lacan.2662/

Le praticien doit y croire et l'anticiper...

Et comme poser un « ancrage » pour qu'il s'auto-entretienne

Le plus dur pour moi a été de reconnaître cette capacité qu'ont tous les bons médecins d'avoir cette stratégie...

en utilisant intuitivement des stratégies hypnotiques non reconnues par la faculté, et donc de prendre le risque de passer pour un Docteur House...

C'est vrai que ce jeu inter-dit, je le faisais en tête à tête avec le consultant, parfois avec les couples en déclenchant un ping-pong

positif et vertueux entre les deux conjoints ( en remplaçant leur ping-pong bloquant un peu comme celui sans fin sur ce forum...)

Je travaille actuellement avec une infirmière qui aime aussi, intuitivement, jouer à ce ping pong positivement thérapeutique...

et tiens, à y réfléchir, çà ressemble étrangement aux techniques d'entretien motivationnel...

Et là en écrivant ces lignes, je réalise que je me suis pris spontanément dans ce jeu motivationnel...qui entretient les déclics...

Et je pense que c'est çà qu'on appelle vraiment l'hypnothérapie...

Savoir entretenir ce jeu hypnotique...

De multiplier les déclics...

Et pour moi ce forum y participe...

8)
 
M

Métaphore

Invité
Si ça vous plait de le croire Surderien... néanmoins avec moi ça ne marche pas vraiment, et aucun déclic ne se produit dans vos lectures, et limite ça me saoule, comme vous expliquez ça ? suis je hermétique à vos belles paroles ?... :?
 
Quand j'ai lu cette histoire
Ca m'a mis en hypnose
Le téléphone a sonné
Et il y a eu la magie qui a opérée
Un déclic pour mon interlocutrice

C'est marrant, je n'avais pas vu votre réponse Métaphore.... enfin pour moi, çà a fonctionné pour ce soir et cette histoire.
 
C'est très utile parfois.... surtout pour apprendre l'hypnose...

Une chemise avec des rayures noires et blanches me suffit pour entrer en hypnose.... de la regarder un peu et voilà.
Pas besoin de 20 minutes pour m'hypnotiser.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Métaphore a dit:
Si ça vous plait de le croire Surderien... néanmoins avec moi ça ne marche pas vraiment, et aucun déclic ne se produit dans vos lectures, et limite ça me saoule, comme vous expliquez ça ? suis je hermétique à vos belles paroles ?... :?
L'important c'est que vous même vous puissiez déclencher des déclics en thérapie. Pour moi l'un ne va pas sans l'autre....

8)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
La nuit apporte toujours conseil..


Mais quand ai-je donc acquis cette intuition de déclencher des déclics ?

La réponse m'en est venue cette nuit grâce à ce post...

J'ai développé mon intuition « hypnotique » dans cette curiosité de poser des questions bizarres,

qui amène, inconsciemment, à poser les bonnes questions en thérapie

celles qui elles déclenchent de l'hypnose et du déclic


Mais qui m'a donc permis de développer initialement cette curiosité ?

Quelle a été la source de mes re-présentations ?


Par ma grand mère !

ma grand mère qui passait ses moments de vide à regarder les vieilles photos de famille et elle me racontait alors plein d'histoire sur ces gens,

en me montrant le bon côté curieux et positif de chacun...

Elle me montrait ce qu'il y avait de bon en eux, car elle avait cette capacité, cette curiosité précieuse de toujours repérer

le bon mode de fonctionnement chez les gens

Et si elle repérait ce comment ils fonctionnaient mal, elles leur faisait comprendre « hypnotiquement » et intuitivement

en leur posant des questions bizarres adaptées à un meilleur fonctionnement (qu'on adoptait si on voulait...)

Elle savait déclencher chez les gens une curiosité hypnotisante, ou une hypnose curiosante, en quelque sorte...

l'un n'allait pas sans l'autre...


La curiosité d' apprendre à faire des déclics

La curiosité d' apprendre à faire de la thérapie

Elle m'a fait thérapie, et elle m'a donné la clef de mon inconscient...

Désormais l'un ne va plus sans l'autre pour moi


C'est ma façon depuis de fonctionner en ce mode thérapique et j'en suis désormais...

plus que conscient...

8)


PS : Développer cette curiosité hypnotique...

ce serait donc pour cela que tant de personnes viendraient visiter ce site...

Par / pour
la curiosité...
d'explorer...
un nouvel espace...
secret...
d'hypnose...
de curiosité...
permanente...
thérapeutique...
hypnotique...

et cela entre autres choses...

:roll:
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
C'est très utile parfois.... surtout pour apprendre l'hypnose...

Une chemise avec des rayures noires et blanches me suffit pour entrer en hypnose.... de la regarder un peu et voilà.
Pas besoin de 20 minutes pour m'hypnotiser.
c'est que vous lachez très facilement prise... très bon signe que vous vous rapprochez de l'état d'une personne qui va bien
 

valikor

Membre
surderien a dit:
à poser les bonnes questions en thérapie
ah! tout un art pour arriver à déceler si un évènement produit des dégâts ou non....

petite métaphore mathématique :
ds un souvenir, il y a le vecteur "informations" et le vecteur "ressentis" et tant que la norme du vecteur "ressentis" est forte, le trauma/mauvais souvenir produit des dommages...
le soucis c'est que ces vecteurs peuvent avoir énormément de dimensions... autant de questions...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
oui et si l'on tient compte que la génération de ces vecteurs est multifactorielle, c'est qu'on doit aussi intégrer des composantes physiques
dans cette métaphore mathématique.
 
M

Métaphore

Invité
surderien a dit:
Et si elle repérait ce comment ils fonctionnaient mal, elles leur faisait comprendre « hypnotiquement » et intuitivement en leur posant des questions bizarres adaptées à un meilleur fonctionnement (qu'on adoptait si on voulait...)

Elle savait déclencher chez les gens une curiosité hypnotisante, ou une hypnose curiosante, en quelque sorte...
Et pourtant je ne pense pas que votre grand mère avait appris l'hypnose, la PNL, ou des trucs du genre, c'était son naturel, sa générosité, son empathie,... c'est ce que je disais précédemment, il y a des choses qui ne s'apprennent pas, qui sont innés. Elle vous a peut être transmis son mode d'écoute, ce qui a été un moteur pour vous plus tard, j'en sais rien...

Mais ce que je veux dire que les questions bizarres ça ne marchent pas avec tout le monde, certains préfèrent les questions directes ou suggestions directes, c'est pour ça que je ne suis pas pour un fonctionnement unique mais vous avez l'air de soutenir ce mode d'intervention.
 
M

Métaphore

Invité
valikor a dit:
petite métaphore mathématique :
ds un souvenir, il y a le vecteur "informations" et le vecteur "ressentis" et tant que la norme du vecteur "ressentis" est forte, le trauma/mauvais souvenir produit des dommages...

Je dirais oui et non, car à 1ère lecture cela paraît évident comme raisonnement, mais en thérapie, plus le trauma sera important chez le sujet, plus il sera amené à être dissocié et donc aura des difficultés à ressentir ses émotions.

Donc l'échelle de 0 à 10 a besoin d'avoir des confirmations.


le soucis c'est que ces vecteurs peuvent avoir énormément de dimensions... autant de questions...


Si cette notion de dissociation est occultée, on ne travaille qu'en surface et non en profondeur.
 

xorguina

Membre
J'ai été touché par ton histoire surderien.....je n'ai rien dit car je ne sait, pour une fois rien , et encore maintenant tjrs pas quoi en dire........je ne connaissait pas non plus la lune de miel du suicidant.......la lune de miel, je voit le nuage mais plutôt rose ! cette euphorie douce......le suicide,plutôt nuage noir ! embrumé,esprit vide,arrêt,deconnection..............le seul ppoint commen serait peut être cette sensation de ne pas être soi même mais pris par l'émotion......
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Métaphore a dit:
surderien a dit:
Et si elle repérait ce comment ils fonctionnaient mal, elles leur faisait comprendre « hypnotiquement » et intuitivement en leur posant des questions bizarres adaptées à un meilleur fonctionnement (qu'on adoptait si on voulait...)

Elle savait déclencher chez les gens une curiosité hypnotisante, ou une hypnose curiosante, en quelque sorte...
Et pourtant je ne pense pas que votre grand mère avait appris l'hypnose, la PNL, ou des trucs du genre, c'était son naturel, sa générosité, son empathie,... c'est ce que je disais précédemment, il y a des choses qui ne s'apprennent pas, qui sont innés. Elle vous a peut être transmis son mode d'écoute, ce qui a été un moteur pour vous plus tard, j'en sais rien...

Mais ce que je veux dire que les questions bizarres ça ne marchent pas avec tout le monde, certains préfèrent les questions directes ou suggestions directes, c'est pour ça que je ne suis pas pour un fonctionnement unique mais vous avez l'air de soutenir ce mode d'intervention.
j'aime votre remarque...

Je n'ai pas l'impression d'être dans un mode de fonctionnement unique, loin de là...

Mais c'est vrai qu'un certain profil de consultant, qui tournent en rond en ne trouvant pas la solution à leur problème, est trés sensible aux injonctions paradoxales hypnotiques

Quand les personnes sont accessibles ( "des gens normaux" juste un peu malades) je passe par des "suggestions" banales de la vie de tous les jours : de la thérapie classique sans utiliser de technique hypnotique.

Quand je vois des patients difficiles (antécedents "lourds" avec échec des traitements classiques, alors j'ai recours à un autre mode de prise en charge en l'adaptant à chaque anamnèse particulière.

8)
 
M

Métaphore

Invité
surderien a dit:
Métaphore a dit:
surderien a dit:
Et si elle repérait ce comment ils fonctionnaient mal, elles leur faisait comprendre « hypnotiquement » et intuitivement en leur posant des questions bizarres adaptées à un meilleur fonctionnement (qu'on adoptait si on voulait...)

Elle savait déclencher chez les gens une curiosité hypnotisante, ou une hypnose curiosante, en quelque sorte...
Et pourtant je ne pense pas que votre grand mère avait appris l'hypnose, la PNL, ou des trucs du genre, c'était son naturel, sa générosité, son empathie,... c'est ce que je disais précédemment, il y a des choses qui ne s'apprennent pas, qui sont innés. Elle vous a peut être transmis son mode d'écoute, ce qui a été un moteur pour vous plus tard, j'en sais rien...

Mais ce que je veux dire que les questions bizarres ça ne marchent pas avec tout le monde, certains préfèrent les questions directes ou suggestions directes, c'est pour ça que je ne suis pas pour un fonctionnement unique mais vous avez l'air de soutenir ce mode d'intervention.
j'aime votre remarque...
:oops:

Je n'ai pas l'impression d'être dans un mode de fonctionnement unique, loin de là...

Peut être dans votre quoditien, mais là sur le forum, vous me donnez cette impression.

Mais c'est vrai qu'un certain profil de consultant, qui tournent en rond en ne trouvant pas la solution à leur problème, est trés sensible aux injonctions paradoxales hypnotiques.

Possible je n'ai jamais dit le contraire, c'est là où vous ne comprenez pas ma remarque, c'est que l'impression que vous me donnez sur le forum c'est de l'utiliser pour tout le monde quelque soit le problème.

Quand les personnes sont accessibles ( "des gens normaux" juste un peu malades) je passe par des "suggestions" banales de la vie de tous les jours : de la thérapie classique sans utiliser de technique hypnotique.

Quand je vois des patients difficiles (antécedents "lourds" avec échec des traitements classiques, alors j'ai recours à un autre mode de prise en charge en l'adaptant à chaque anamnèse particulière.

Là vous voyez je ne suis pas d'accord, il ne me semble pas que les sujets avec de lourds antécédents préfèrent les injonctions paradoxales hypnotiques.

Ce que je disais précédemment, ces personnes sont souvent dissociés et ont du mal à ressentir les émotions en hypnose, même la régression n'est parfois pas suffisante, alors peut être que votre méthode sera intéressante, mais je ne suis pas sûr qu'elle le soit pour tout le monde, les états du moi sont à mon avis le plus indiqué.


Mais effectivement, cette méthode a des intérêts pour certains patients, mais de là à devenir une méthode unique pour des patients résistants, je ne crois pas... :roll:
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Métaphore, j'ai ici des choses importantes à préciser dans le sens de ma thérapie, comme de la votre.

Votre remarque du modèle unique m'a particulièrement amusé...

C'est vraiment le reproche qui prouve que vous n'avez rien compris à la modélisation, dont je vous casse les oreilles depuis bien longtemps déjà...

La technique de la modélisation c'est de réaliser (et de se réaliser dans) des modèles qui décadrent et sortent du quotidien ordinaire où les gens "normaux" se piègent dans un modèle de "normalité" dont ils ne sont pas conscient qu'il est remodélisable.

Vous vous êtes piégée dans un modèle analytique pseudo-hypnotique : vos analyses permanentes (dont celle des rêves) virent ainsi en controverses permanentes. Ce n'est pas de l'hypnose métaphorique (donc non-analytique), c'est de l' analytique intégratif, et hypnotique (!) d'aprés vous.

Pour moi vos analyses ne sont de l'hypnose que par le nom.

Je suis convaincu que tant que vous n'aurez pas eu le déclic d'une thérapie hypnotique vous persisterez à vous fourvoyer dans votre pseudo-hypnose analytique.

Prenez ce post comme sans aucune injonction paradoxales dont vous ne voyez pas l'intérêt pratique.

Il contient mon analyse directe qui est de vous conseiller de faire une thérapie hypnotique pour devenir thérapeute à part entière et savoir gérer la transe.

L'agressivité dans vos messages ne fait que refléter cette ignorance.

Vous n'avez pas conscience en vous et cette incrédulité envers vous même explique que vous ne compreniez pas le décadrage qui consiste à sortir de son propre modèle dans une vraie thérapie sous hypnose.


J'ai dû moi-même sortir de moi-même pour écrire cette analyse ( me mettre hors de moi !)

Elle ne me fait pas plaisir mais mon superviseur m'a aidé à y voir clair.

"Que parfois il faut dire directement les choses que de passer par des suggestions interposées"

Et si j'ai bien compris vos messages, c'est cette méthode directe qui vous convient.

Vous devriez donc, cette fois, en accepter clairement le message !

8)
 
Passez par la case "sujet" comme on passe par la case départ au Monopoly... , c'est une nécessité...

Apprendre à faire confiance à un th, à entrer dans différentes sortes de transes, pour pouvoir donner confiance plus tard à vos patients, pour comprendre ce qui peut les faire resister.

Apprendre à lacher prise... car l'analyse est plus du domaine de la psychologie ou de la psychanalyse...

ou peut être faire de l'analyse si ça vous convient plus....
 
M

Métaphore

Invité
Surderien voilà un message compréhensible pour moi, vous avez "enfin" compris que la méthode directe c'est ce qui me parle.

Néanmoins votre message m'a bien amusé et dire que vous avez dû vous mettre hors de vous pour l'écrire, et même d'avoir besoin de votre superviseur à y voir clair, et bien pour moi c'est très clair, c'est vous qui ne comprenez pas mes messages, et vous mélangez tout.

D'une part effectivement, j'analyse les rêves sur une méthode Jungienne, qui fait partie d'une méthode analytique, 2) je travaille sur le rêve éveillé libre, thérapie à part entière (http://www.reve-eveille-libre.org/)

Et ensuite je travaille sur l'hypnose intégrative qui n'a rien à voir avec les 2 premiers, quoique dans le rêve éveillé, il y a un besoin d'ECM.


:arrow: Pour moi vos analyses ne sont de l'hypnose que par le nom.

Je n'ai jamais dit que l'analyse c'est de l'hypnose, ce sont 3 méthodes différentes.


Donc je vous trouve très présomptueux de dire que je me fourvoie dans ma pseudo-hypnose-analyse alors que que vous ne parlez que d'HE, je trouve donc que vos propos sont très réducteurs.

J'ai très bien compris votre technique de modélisation. Alors comprenez bien que ce n'est pas parce que je n'ai pas compris que je ne suis pas d'accord avec vous, ça vous évitera de devenir agressif... :?

Moi j'ai mis 5 mn pour vous écrire, j'espère que vous n'aurez pas besoin de vous mettre en transe pour comprendre ... :lol:

M. ERICKSON doit être fier de sa descendance, tout le monde se croit des petits Ericksonniens en puissance... :shock:
 
Comment vous faites ?

Pour tourner en rond ainsi ?

Dans ce dialogue de sourd ?

On entre irrémédiablement dans le schéma

opposition-justification :?

Un psychanalyste fait sa propre analyse avant d'exercer son métier, tout comme pour un hypnoth faire une hypnothérapie...
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Un psychanalyste fait sa propre analyse avant d'exercer son métier,

Oui il n'a pas le choix, c'est une condition sine qua non..


:arrow: tout comme pour un hypnoth faire une hypnothérapie...

C'est loin d'être une obligation pour faire ce métier.
 

xorguina

Membre
Tiens tiens...ça ma rappelle la conversation d'hier en mp métaphore !!

Quel belle synchronisation :D est ce que tu la voit ?

Et que tu traites surderien de présompteux. :roll: .....il me semble que c'est de toi qu'on parle dans tes enfermements, ton mental, ta analyse, ta prison,ton orgueil.......fais gaffe, je t'assure que ton mental a pris le dessus sur toi !! et il ne te rends vraiment pas belle......

Reconnaître une fois !! une seule fois !! serait avancer......pour toi et pour les autres !!
 
M

Métaphore

Invité
Et blabla et blablabla...

Je crois que que c'est vous même qui tourné en rond, et peut être êtes vous Katia tellement hypnotisé par certains que vous en perdez votre libre arbitre, votre esprit critique ?... :roll:
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Haut