1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Hypnose naturelle VS induction.

Discussion dans 'Les différentes Techniques & Se Former-S'Informer' créé par Triggermind, 12 Janvier 2012.

  1. Triggermind

    Triggermind Membre

    Inscrit:
    15 Octobre 2009
    Messages:
    310
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    1380
    Localité:
    Lille

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Etant médecin, c’est curieusement en assistant à un spectacle que je me suis intéressé à l’hypnose.
    J’avoue que ce spectacle très classique ne me passionnait pas particulièrement jusqu’au moment où une de mes connaissances était en catalepsie entre deux tabourets,
    et que l’hypnotiseur casait un parpaing à coup de masse sur son abdomen…
    J’ai encore en mémoire les réactions de cette personne « au réveil », regardant d’abord les débris sur le sol, puis levant la tête pour voir si le plafond ne s’était pas effondré,
    signe d’une amnésie spontanée de ce qui s’était passé en état d’hypnose.

    A l’époque, cela remonte au siècle dernier, je me tournais fréquemment vers des techniques ostéopathiques en cas de résistance aux traitements médicaux classiques,
    l’un des but de l’ostéopathie est d’obtenir un relâchement musculaire important et durable,
    et j’ai tout de suite pensé que si on pouvait obtenir une détente musculaire aussi puissante que la catalepsie en hypnose,
    cela permettrait de résoudre bien des problèmes de douleur chronique.

    J’ai donc commencé à expérimenté l’hypnose avec des inductions classiques,
    sur un premier cobaye heureusement très réceptif,
    puis devant le taux de réussite de ces inductions classiques, environ 25 pour cent,
    je me suis tourné rapidement vers des techniques qualifiées d’ Ericksoniennes.

    Lorsque j’ai commencé à pratiquer l’hypnothérapie, mon approche de l’induction était donc Ericksonienne,
    mais il n’est pas rare qu’un patient, lors d’une deuxième séance, évoque l’hypnose « vue à la télé »,
    et, sachant pratiquer les inductions directes, je n’hésitais jamais à lui proposer une induction classique.
    On notera que le taux de réussite d’une induction classique, quand elle est demandée par un patient ayant déjà été mis en état d’hypnose,
    est proche des cent pour cent dans mon expérience personnelle.
    Cependant, si une troisième séance était nécessaire, le patient préférait systématiquement l’induction Ericksonienne.

    Après des années de pratique, force a été de constater que la phase de travail sous hypnose était plus profitable au patient lorsque l’induction était progressive que quand elle était « classique ».
    Bien souvent, pour un problème traité habituellement en deux séances, un patient évoquant son désir d’une induction classique nécessitait une séance de plus.
    La séance était aussi globalement ressentie plus positivement quand l’induction était progressive.

    Mes réflexions et l’hypothèse que je formulerais est que, naturellement, nous entrons en hypnose de deux façons :
    - L’une progressive, quand l’environnement ne nécessite plus l’intervention du conscient et laisse émerger l’état d’hypnose, un état très positif où l’on a accès à toutes les ressources, les expériences, les apprentissages que renferme notre inconscient.
    - L’autre brutale, quand une situation est insoutenable et qu’elle provoque une démission du conscient , nous faisant basculer dans le rôle de refoulement et de protection de l’inconscient.
    C’est le cas par exemple dans un choc émotionnel intense.
    Il est tentant de faire correspondre ces deux façons naturelles d’entrer en hypnose à l’induction « Ericksonnienne » d’une part et à l’induction classique d’autre part.
    Et de justifier ainsi un travail plus positif en hypnose induite de façon Ericksonienne.

    Je n’ai pas retrouvé d’élément sur ceci dans la littérature, si vous en avez ou si vous avez une expérience qui semblerait confirmer ou infirmer ce concept, merci d’en faire part.
     
  2. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    je dirais que non.

    en classique, la personne attend tout de l'hypnotiseur, elle est totalement en attente, donc aucun des processus d'autoguérison n'est actif....
    ce qui n'est pas le cas en induction plus ericksonienne, la personne est plutôt dans une démarche où le thérapeute est là pour aider, mais avant tout, les processus d'autoguérison sont actifs....
    et insuffisants car sinon la personne n'aurait pas de problème pour commencer....
     
  3. papusza

    papusza Membre

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    Messages:
    300
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Est on malade ?

    Y a rien à guérir, juste à changer pour ce qui est psy.
     
  4. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Il me semble assez évident qu’une entrée en hypnose, brutale, provoquera plus facilement à un moment ou un autre, une sorte de peur liée à la perte de contrôle, un mal être, et donc, finalement une résistance : en tout cas, pour ce qui est de la thérapie. L’hypnose Ericksonienne, à l’inverse, est donc surtout plus écologique pour la majorité des gens.

    Mais, d’un autre coté, certaines personnes réagissent plus facilement à l’hypnose classique qu’à l’Ericksonienne et l’hypnose, la meilleure, reste probablement celle « taillée sur mesure » en fonction de la personne.

    Il y a aussi, évidemment, comme le dit Valikor, que la personne qui veut une hypnose traditionnelle cherche une baguette magique pour guérir… plutôt qu’un thérapeute. "Une petite hypnose et ça repart !"

    Et puis, finalement, d’une certaine manière vous parlez d’une part de l’hypnose positive-détente, d’autre part de l’hypnose négative-hérisson. L’une de type maternelle et affective, l’autre de type paternelle et autoritaire. Mais finalement, ne peut-on pas être paternel et affectueux ou… maternel et autoritaire ? Ou même : comme le hérisson, fuir toutes les réalités, attendre que l'orage passe, et se sentir ensuite vraiment détendu…
     
  5. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    superbe !

    +1
     
Chargement...