La théorie détermine l'observation

Discussion dans 'Sophrologie - Bien être et Développement Personnel' créé par correia, 21 Octobre 2008.

  1. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Vous croyez que Dieu existe ?
    Et bien vérifiez par vous même, et vous constaterez que cela est vrai, que c’est l’évidence par dessus tout.
    Vous croyez que Dieu n’existe pas, que l’Univers n’est que pur hasard et vide de tout sens ?
    Et bien vérifiez minutieusement, faites des recherches, et vous en arriverez à la conclusion que cela ne peut être que vrai.
    Vous croyez que l’être humain est mauvais ?
    Observez, comparer, lisez et vous aurez la preuve de vos croyances.
    Vous croyez qu’il est dangereux de ce promener tard le soir dans les quartiers de banlieue ?
    Allez y et vous constaterez que effectivement, c’est dangereux.
    Vous croyez que l’être humain est bon de nature ?
    Et bien c’est vrai vous avez raison. L’être humain est bon et il ne tend en définitive que vers le meilleur de lui même.
    Quoi que vous croyez, vous remarquerez que c’est vrai, et vous en trouverez les preuves. C’est l’évidence même, vous avez raison.
    Alors choisissez avec soin vos croyances, car cela peut avoir de grandes conséquences sur votre vie. Chose importante : Est ce vous qui avez choisi vos croyances, ou est ce quelqu’un d’autre qui l’a fait à votre place ?
    Est ce que ces croyances vous aident dans votre vie ?
    Quand je dis que vous avez raison sur ce que vous croyez être vrai, cela n’est que ma propre croyance.
    Enfin pour finir, vous croyez que la théorie ne détermine pas l’observation, et que cet article n’est pas dans le vrai ? et bien c’est vrai, c’est même complètement vrai, qu’en pensez vous ?
     
  2. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Si la théorie détermine effectivement l'observation
    Si l'observation détermine effectivement la théorie
    Et vice versa

    c'est effectivement l'hypnogénésique le truc...

    8)
     
  3. ravecarl

    ravecarl

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Bonjour,
    On voit ce que l'on croit :wink:
     
  4. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    hypnogénésique :shock: ??? c'est quoi exactement ?
     
  5. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Quand on en croit plus que ce qu'on en voit on l' est !

    = hypno générateur

    = Qui génére (de) l'hypnose

    = Inducteur de la réponse évidente ou de l'évidente réponse, génétiquement parlante

    ==Qui génére (de) l'hypnose par elle même

    = autohypnogénétique


    = Donc de l'autohypnose gratuite !


    merci pour ce truc, correia !


    8)


    En PNL, quand le tourne en rond se décadre, il devient spirale de réussite...
     
  6. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    HYPNOGENESIQUE

    un mot qui au jour d'aujourd'hui n'existe pas

    sur le web, sur google

    mais d'ici peu il y sera référencé quand même...

    et sur ce site en plus...


    Comme quoi l'Hypnose est bien hypnogénésique par elle-même !



    Ce Surderien
    que de folles inventions et autoinventions
    pire que géo trouve-tout
    un vrai personnage
    pour la bande à Disney !

    :roll:


    "Disney, un modèle de modélisation"
     
  7. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Ah ! oui bien sur, OK, je viens de comprendre, c'est donc ça, mais ou avais je la tête. Mais oui c'est donc évident, c'est un peu comme de l'auto hypnose qui génère de l'hypnose auto-generateur par lui même mais de manière inversée deux fois.
    Bien sur c'est évident et en plus tout à fait en rapport avec le sujet d'origine.
     
  8. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    :shock: "Quand je dis que vous avez raison sur ce que vous croyez être vrai, cela n’est que ma propre croyance"


    8) OK confirmation du bogue control !


    :) Cordialement et à + correia
     
  9. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Pouvez vous nous en apprendre un peu plus sur la notion de bogue-control ?
    Personnellement je ne connais pas, cela ne fait que peu d'années que je m'intéresse à l'hypnose.
     
  10. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Le bogue control s'apparente au gate control dans la douleur :cry:


    Schématiquement quand la morphine et ses dérivés ne marchent pas on peut avoir recours à d'autres techniques

    qui shuntent ce "controle" classique : les antiépileptiques et l'hypnose en font partie :)


    Quand on bloque toute issue mentale par une phrase à double sens bloquante :twisted: (l' exemple de la double contrainte)

    des stratégies "hors normes sont à utiliser, donc à imaginer :idea:

    Si un médecin a un malade atteint d'une maladie pour lequel il n'y a aucun traitement efficace, il a le droit d'en inventer un qui marche :arrow: ...

    A lui de posséder ou d'avoir recours à toutes les connaissances actuelles de la science pour pouvoir justifier son attitude de la "dernière chance" et ne pas être poursuivi pour traitement "délirant" hors des propositions de traitement codifiées classiques :!:


    Qui était en premier, l'oeuf ou la poule ?

    Dieu est partout,
    nous n'avons pas pû regarder partout,
    donc Dieu existe

    Mais l'Energie Divine qui les anime n'est elle pas d'origine hypnogénétique ?

    çà vient peut-être d'être démontré, ici même à l'instant !

    L'avenir nous le dira...



    "Quand je dis que vous avez raison sur ce que vous croyez être vrai, cela n’est pas que ma propre croyance"

    A suivre


    :roll:
     
  11. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonsoir,

    Voici un bon moyen de vous éviter un début de migraine : ne lisez pas ce qui suit... (ma remarque en écho à surderien)


    La théorie du Gate control dans la douleur, décrit la possibilité d'inhiber une voie sensorielle (certains neurones transmettant une sensation douloureuse) grâce à l'activation d'une autre voie sensorielle (des neurones spécialisés dans la sensibilité cutanée fine).

    L'application très simple est bien connue : souffler sur sa main quand on vient de se brûler sur une petite surface (avec le four ou le fer à repasser) : alors que la sensation de brûlure est une douleur assez vive (lésion cutanée -> message transmis par des fibres spécialisées), la sensation légère mais plus large du souffle sur la peau (sensibilité épicritique) réussit à inhiber l'expression du message douloureux.

    NB : il est possible de frotter doucement, mais frotter fort n'aura pas l'effet espéré.

    Autre application : les méthodes TENS : stimulation électrique (différents courants sont employés) par des électrodes appliquées dans une région douloureuse (douleurs chroniques).

    Ne retenez pas cette reformulation trop résumée de la théorie de Melzack et Wall (1965) sur l'effet portillon :


    Une action inhibitrice présynaptique s’exerce directement sur les afférences qui alimentent ces neurones (fibres A-delta et C, spécifiques de la sensation douloureuse, parvenant à la corne postérieure de la moelle) de telle sorte que les interneurones inhibiteurs (neurones intermédiaires entre ceux qui apportent la sensation et ceux qui montent vers les centres supérieurs ; situés dans la moelle épinière) régulent l’accès des informations au système nerveux central. L’activation des fibres sensitives de gros calibre (sensitives mais pas dévolues à la douleur) augmente l’activité des inter-neurones, fermant ainsi le portillon ; alors que la mise en jeu des fibres sensitives de petit calibre déprime le tonus inhibiteur, entraînant alors l’ouverture du portillon et donc l’activation des neurones convergents puis des structures supra-spinales impliquées dans la transmission du message nociceptif (message douloureux).
    La fermeture du portillon par la stimulation des fibres myélinisées (donc plus rapides ! que les fibres prévues pour la douleur) de gros calibre, est réalisée dans l’utilisation thérapeutique de la neurostimulation transcutanée. Dans ce cas, la stimulation des fibres A active les cellules T de la corne postérieure de la moelle et inhibe la transmission de la douleur.


    On peut en effet parler pour l'hypnose employée dans la lutte contre la douleur, d'une action située au-delà de ces étapes tissulaire vers médullaire, en fait plutôt au niveau d'un Contrôle inhibiteur descendant : il s'agit d'une sorte de réglage provenant de l'étage cérébral, jouant un rôle modulateur sur le message que la moelle épinière va adresser au cerveau.

    A titre personnel, je pense donc pouvoir affirmer que dans ce cas d'emploi de l'hypnose (cas d'un emploi efficace tant qu'à faire) le message douloureux ne va pas s'inscrire à l'étage cérébral de la même manière que lors d'une anesthésie générale : à mon sens, dans ce dernier cas il y a bien un message douloureux (au moins : plus fort, plus susceptible de laisser des traces) qui est transmis au cerveau, mais les produits anesthésiants sont amnésiants et le dissimulent.
    Sauf que... cette amnésie chimique peut à mon sens se lever (au moins partiellement) quelques semaines plus tard.
    Ce qui me paraît expliquer un certain nombre de syndrômes post-opératoires bizarres et pénibles, je devrais dire post-anesthésie générale ; que l'on ne constate pas lorsqu'est employée l'association anesthésie locale + hypnose (+/- sédatif léger).

    Conclusion (il en faut une pour résumer) : l'hypnose n'agit en effet pas comme les drogues antalgiques ni anesthésiques habituellement employées.
     
  12. Roudil-Paolucci nathalie

    Roudil-Paolucci nathalie

    Inscrit:
    15 Mars 2007
    :D MERCI BRILLANT CASTORIX !! :idea:
     
  13. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    axiome 1: on ne trouve que si on cherche
    axiome 2 : on cherche pour trouver
    axiome 3 : si on trouve c est que l on a cherché
    axiome 4: on peu chercher et jamais trouver
    axiome 5: on peu trouver quelque chose que l on ne cherchait pas
    axiome 6 : on peu trouver quelque chose sans jamais l avoir cherché
    axiome 7 : on ne trouve que ce que l'on cherche

    Mais tout cela est contradictoire, et alors ?

    La Vérité est un leurre, il n 'existe que des vérités, parcellaires et momentanées.
    Tout ça c est comme le gruyère plus ya de gruyère plus ya de trous et plus ya de trous moins ya de gruyère.

    Z auriez pas un peu d aspirine !!!!
     
  14. ravecarl

    ravecarl

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    axiome 8 : plus on cherche moins on trouve.
    axiome 9 : plus on trouve moins on cherche.
    axiome 10 : on est sûr de rien.
    :shock: :shock: :shock:
    La vérité est que tout est vrai et que tout est faux . Chacun a sa vérité et pour lui (elle) c'est cette vérité qui est juste. :lol:

    Pour info : le gruyère n'a pas de trous c'est l'emmental qui a des trous. Celle-ci est une vérité vraie. Tous les suisses vous le dirons. Eux ils croient à cette vérité pas moyen de la leur faire changer. (chacun a le droit de se tromper) :p .Même si le monde entier crois le contraire.
    Pourtant le monde entier est sûr que c'est le gruyère qui a des trous. Ils sont sûr de manger du gruyère quand ils mangent de l'emmental sans savoir quel gout a le gruyère. C'est une vérité celle-ci ?

    Combien de vérités comme celle-ci circulent ?
     
  15. ravecarl

    ravecarl

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Un jour je me suis coincé 1 doigt dans une porte de voiture :? . Je ne vous décris pas le mal (Rien à voir, rien à ressentir, rien à écouter) :evil: . Trop de mots difficiles à écrire :p . Après qq minute j'ai réussi à calmer la douleur en AH :shock: .
    C'est du Gate control?
     
  16. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Ben, tu l'as dit, c'est de l'auto-hypnose...

    Utiliser l'effet portillon (gate control) ç'aurait été p. ex. frotter les doigts voisins avec douceur...
     
  17. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    :idea: il n 'existe que des vérités, parcellaires et momentanées. Tout ça
    c est comme le gruyère plus ya de gruyère plus ya de trous et plus ya de trous moins ya de gruyère.

    :p Quand j'étais enfant, ce que j'aimais surtout dans le gruyère ( ou dans l'emmental...) c'était ...évidemment ...les trous

    :) Et plus il y a de trous, meilleur c'est car il n'y a pas de cholestérol dans les trous !

    Et pourtant paradoxalement le gruyère fait partie des fromages les plus gras :twisted:


    :idea: French cheese paradox...
     
  18. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Surderien a écrit le 21 octobre 2008 :


    HYPNOGENESIQUE

    un mot qui au jour d'aujourd'hui n'existe pas

    sur le web, sur google

    mais d'ici peu il y sera référencé quand même...

    et sur ce site en plus...

    Comme quoi l'Hypnose est bien hypnogénésique par elle-même !




    Et bien voilà c'est fait :

    C'est répertorié désormais mondialement sur le net :


    et c'est la démonstration qu' avec l’hypnogénèse tout est bien possible, tout est bien réalisable :


    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=hyp ... ique&meta=


    Ce qui n’existe pas existe, il suffit de l’imaginer et çà marche



    8)
     
  19. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    et c'est la démonstration qu' avec l’hypnogénèse tout est bien possible, tout est bien réalisable

    C'est le grand jeu de la vie moi c est robert mais par chez moi on m'appelle RORO ........

    lol
     
  20. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour à toutes et à tous,


    La physiologie de la douleur nous apprend que « le message nociceptif (douloureux) résulte d'une stimulation douloureuse au niveau des terminaisons nerveuses des tissus cutanés, musculaires et articulaires ainsi que les viscères. Ce message est ensuite véhiculé par les "nocicepteurs"(voies afférentes) qui sont des fibres spécifiques des nerfs. »

    Or, il y a différents types de douleurs : les douleurs aiguës et chroniques ; les douleurs par excès de nociception ; les douleurs neurogènes ; les douleurs psychogènes etc. Toutes ces douleurs peuvent d'ailleurs être évaluées sur des échelles unidimensionnelles et/ou pluridimensionnelles.

    Deux questions me viennent à l’esprit :

    La première est la suivante : « L’hypnose a-t-elle le même impact sur chaque type de douleurs ? »

    Dans le traitement de la douleur, tel que Castorix l'a décrit, la médecine adopte un processus qui permet d’en modifier la perception (la perception de cette douleur) ; pour cela, elle utilise la neurostimulation, c’est-à-dire : un procédé qui permet de stimuler électriquement le système nerveux. La neurostimulation électrique transcutanée aurait donc pour effet d’inhiber la transmission du message « douleur » à la corne postérieure de la moelle épinière ? Cela ne fonctionnerait-il pas un peu comme un by-pass : une sorte de porte que l’on ouvre ou que l’on ferme selon les besoins ? On pourrait ainsi maintenir cette porte fermée en stimulant d’autres fibres nerveuses comme, par exemple, les fibres myélinisées qui sont des fibres relativement grosses et de diamètres variés.

    Vaincre la douleur naturellement constitue, pour la science, un enjeu formidable. Il s’agit d’un véritable challenge; on sait, aujourd’hui plus qu’hier, que le corps humain a des ressources non encore exploitées. Prenons le cas de l’acupuncture, ou, plus exactement, celui de l’électrono-acupuncture dont l’objectif est d’utiliser le courant électrique pour inciter le corps à sécréter dans l’organisme une hormone proche de l’opium. L’effet antidouleur localisé qui en découle est non seulement immédiat, mais il se maintient, durant un certain temps, après stimulation.

    Prenons encore ces deux exemples tout à fait d'actualité : « Les endorphines (de morphine et endogène) sont des neurotransmetteurs agissant sur les récepteurs opiacés. On les retrouve entre autres dans le cerveau et la moelle épinière ainsi que dans le système digestif. L'enképhaline, par contre, est une catégorie de neurotransmetteurs libérés par des neurones lors d'une sensation douloureuse trop intense. Leur rôle est l'inhibition des potentiels d'action responsable de la propagation du message douloureux jusqu'au cerveau. Cette inhibition correspond à une analgésie »


    La seconde question est, par conséquent : "Comment expliquer, physiquement, biologiquement et chimiquement la non perception de la douleur qui survient chez une personne hypnotisée, sachant que, comme le souligne FAYMONVILLE, « D'aspect extérieur, le patient est très somnolant. Il a généralement les yeux fermés et d'ailleurs, quand on regarde l'électro-encéphalogramme, c'est un tracé qui peut rappeler une somnolence »

    On sait déjà que « L’étude de la douleur avec l’imagerie cérébrale a permis au Prof. Faymonville d’identifier une région très précise du cerveau qui module la douleur sous hypnose. Une région elle-même en connexion avec d’autres régions. »

    Quel pourrait être le modèle permettant, en fonction de nos connaissances actuelles, de préciser le processus bio-chimico-physique intervenant dans le corps humain lors de sa mise en hypnose ?

    Bien à vous.

    Peter.



    Sources bibliographiques consultées :

    Etudiants : Cours, Physiologie, La douleur, http://www.infirmiers.com/etud/cours/an ... ouleur.php page consultée le 3 avril 2009.

    Site sur la chirurgie de l’obésité en vidéos, http://www.delplanche.be/bypass/ page consultée le 3 avril 2009.

    Conscience, Peut-on donner une définition de la conscience sur base des connaissances actuelles?,
    http://www.lintelligence.be/pensee/conscience.htm page consultée le 3 avril 2009.

    Wikipédia, l’encyclopédie libre, http://www.infirmiers.com/etud/cours/an ... ouleur.php page consultée le 3 avril 2009.

    Dossier, Marie-Elisabeth Faymonville - Anesthésiste réanimateur CHU de Liège, http://old.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_s ... print.html page consultée le 3 avril 2009.
     
  21. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonjour,

    Pardonnez-moi de résumer ma remarque mais c'est souvent bien plus complexe que cela, surtout dès lors que l'on reçoit des personnes souffrant de douleurs chroniques.

    Houlala, vous citez pêle-mêle des classifications différentes et en partie superposables...
    Ce qui fait que cela nous aidera bien peu à répondre à votre première question ci-dessous :

    Il me semble que lorsque je m'adresse à une douleur aiguë d'une part et à une douleur chronique d'autre part, c'est plutôt à la demande singulière d'une personne que je réponds.
    Et cette demande une fois explorée, peut se révéler fort différente de ce que le soignant imaginerait au premier abord (ceci étant je crois très important à souligner) ; bien différente également, aux yeux du sujet lui-même, par rapport à ses représentations initiales... ce qui est une caractéristique essentielle... (voir les notions de changement de type 1 et changement de type 2, dans des ouvrages que j'ai déjà largement cités, comme ici https://www.transe-hypnose.com/sujet/peut-on-marier-lhypnose-et-une-analyse-systemique.933/)

    J'emploie ainsi souvent des stratégies bien différenciées, on peut même dire (pour se placer selon un certain angle) que parfois on cherche à profiter d'une dissociation partielle et parfois globale, alors que dans d'autres cas on cherchera à réassocier...
    Je vois mal comment décrire un processus systématique en fait.


    Il conviendrait Peter, d'élargir avec vous la définition de l'adverbe "naturellement" !! :)

    Je pense simplement qu'il ne s'agit pas d'une absence de perception.
     
  22. chadoc

    chadoc

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    Je panse... là où il s'agit d'une perception modifiée de confiance :idea:

    Les voies inhibitrices de la douleur ne sont pas aussi impénétrables que celles du Seigneur :)
    Chacun peut les activer avec un certain entraînement
     
  23. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour,

    A propos de la douleur :


    Alors, pour élargir quelque peu ces divers champs de vision, ne faudrait-il pas aussi s’intéresser – ce serait peut-être le compromis - à la théorie représentationnaliste de la douleur ? (1)

    Vous trouverez, à ce sujet, un article (2) très bien fait (sous fichier pdf gratuitement téléchargeable) s’intéressant précisément aux états phénoménaux, c’est-à-dire « aux états mentaux pour lesquels cela a un sens de parler de l’effet que cela fait de s’y trouver ». Ainsi, d’après l’auteur de cet article, « La douleur [constituerait] un paradigme de cette sorte d’états : chacun [s’accordant] en effet pour reconnaître que cela fait un certain effet d’avoir mal ».

    Ma conclusion est donc la suivante : en appréhendant la douleur par le biais de cette théorie, on peut alors construire un modèle de la douleur qui n’a pas (ou plus) besoin de prendre appui sur les sciences biologiques, chimiques ou physiques, mais, sur les possibilités et ressources du mental humain. Les hypnotiseurs, hypnologues et /hypnothérapeutes mentalistes (3) apprécieront à sa juste valeur cette approche, pour le moins originale, de la douleur."

    Très cordialement.

    Peter.





    (1) Selon le représentationnalisme, “Tous les faits mentaux sont des faits représentationnels” (F. Dretske, 1995).
    (2) La théorie représentationnaliste de la douleur : une défense
    http://web.mac.com/cludwig/Site/Recherc ... r2.rtf.pdf page consultée le 4 avril 2009.
    (3) "Mentaliste : Spécialiste de la gestion du mental humain dans ces diverses possibilités et ressouces (sensorielles et extra-sensorielles)"
     
  24. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour à toutes et à tous,

    Plusieurs d'entre vous n'ont pas eu le plaisir de rencontrer Anita VIOLON, cette Belge, docteur en psychologie et hypnothérapeute spécialisée dans le traitement de la douleur; Voici l'exposé (1) qu'elle a fait, sur ce sujet, à Amiens : j'espère qu'il retiendra toute votre attention !

    Bien à vous.

    Peter.


    (1) Pour écouter cet exposé, se rendre sur le site concerné à l'adresse précise suivante : http://www.canal-u.tv/producteurs/canal ... rs_morales
     
  25. chadoc

    chadoc

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    De quoi apporter de l'eau à votre moulin, Peter: vous lirez dans le dernier n° hors série de la revue Hypnose et Thérapies brèves un extrait du Journal du Magnetisme qui rapporte un cas étonnant d'amputation de la jambe sous "sommeil magnétique"réalisé en 1842. Tout s'est passé comme si, effectivement, la patiente n'avait absolument rien ressenti. On a beau se dire que la douleur n'est pas une simple perception, que c'est une construction complexe du cerveau en réponse à une menace de l'intégrité physique et / ou psychique du sujet... la performance est quand même bien au delà de ce qui est fait actuellement en hypnoanalgésie ou en hypnosédation dans nos hopitaux belges ou français!
     
  26. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    cela n est pas nouveau dèjà Braid chirurgien de sa très gracieusemajesté opérait en analgésie hypnotique a la fin du 19 ème.
    En fait c 'est l'arrivée du chloroforme qui a mit fin a ce courant.
    Il faut noter un phénomène curieux que decrit Braid dans ses séries c'est la différence très significative de complication infectieuse en postoperatoire
     
  27. Belphegor

    Belphegor

    Inscrit:
    3 Février 2008

    C'est pas l'éther ? puis ensuite le chloroforme !
     
  28. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    oui peut etre aucune importance ce fut le glas de l'hypnoanalgesie !
     
  29. Klok

    Klok

    Inscrit:
    21 Février 2009
    tu développerais ?

    hihihihi :D

    très hypnotique, en effet...
    n'est ce pas la mise en place d'un protocole scientifique qui permet de sortir de ce raisonnement ?

    Jean claude vandamme ?
     
  30. ninanaima

    ninanaima

    Inscrit:
    7 Octobre 2010
    bonjour je suis nouvelle sur ce site et c est l hypnose qui ma mené a ce forum , mais je suis agréablement surprise de trouver de personne qui penses que nous somme le créateur de notre vie que tout ce qui nous arrive , n est du qu a n au propre pensées bonne ou mauvaise
     
Chargement...