1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

LE CERVEAU GAUCHE ET LES DELIRES DU DROIT

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par nate, 18 Juillet 2009.

  1. nate

    nate Membre

    Inscrit:
    5 Juillet 2009
    Messages:
    395
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Si l’on déconnecte les 2 hémisphères cérébraux et si l’on présente un dessin humoristique à l’œil gauche (correspondant à l’hémisphère droit) tandis que l’œil droit (correspondant à l’hémisphère gauche) ne voit rien, le sujet rira. Mais si on lui demande pourquoi il rit, le cerveau gauche n’en sachant rien ignorant la blague, inventera une explication à son comportement et dira, par exemple : « Parce que la blouse de l’expérimentateur est blanche et que je trouve cette couleur hilarante. »

    Le cerveau gauche invente donc une logique du comportement parce qu’il ne peut pas admettre d’avoir ri pour rien ou pour quelque chose qu’il ignore.

    Mieux : Après la question, l’ensemble du cerveau sera convaincu que c’est à cause de la blouse blanche qu’il a ri, et oubliera le dessin humoristique présenté au cerveau droit.

    Durant le sommeil, le gauche laisse le droit tranquille. Celui-ci enchaine dans son film intérieur : Des personnages qui vont changer de visages durant le rêve, des lieux qui sont sans dessus dessous, des phrases délirantes, des coupures soudaines d’intrigues avec d’autres intrigues qui redémarrent, sans queue ni tête… Dès le réveil, cependant, le gauche reprend son règne décrypte les souvenirs du rêve de manière à ce qu’ils s’intègrent à une histoire cohérente (avec unité de temps, de lieu, d’action) qui, au fur et à mesure que la journée va s’écouler, va devenir un souvenir de rêve très « logique ».

    En fait même en dehors du sommeil, nous sommes en permanence en état de perception d’informations incompréhensibles interprétées par notre hémisphère gauche. Cette tyrannie de l’hémisphère gauche est cependant un peu difficile à supporter. Certains s’enivrent ou se droguent pour échapper à l’implacable réalité de leur demi-cerveau. En usant du prétexte de l’intoxication chimique des sens, l’hémisphère droit s’autorise alors à parler plus librement, délivré qu’il est de son interprète permanent.

    L’entourage dira du protagoniste : « Il délire, il a des hallucinations », alors que celui-ci n’aura fait que se soulager d’une emprise.

    Sans la moindre aide chimique, il suffirait de s’autoriser à admettre que le monde puisse être incompréhensible pour recevoir en direct les informations « non traitées » du cerveau droit.

    Pour reprendre l’exemple cité plus haut, si nous parvenions à tolérer que notre hémisphère droit s’exprime librement, nous connaitrions la première blague. Celle qui nous a vraiment fait rire.
     
  2. nathalie75

    nathalie75 Membre

    Inscrit:
    11 Mai 2009
    Messages:
    49
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    ça marche aussi qd on est gaucher?
     
  3. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonjour Nate,

    J'ai repris votre phrase, en tronquant pour élargir... :oops: :wink:

    Pour moi ce mécanisme de biais cognitifs, au sens large, est absolument essentiel dans le fonctionnement psychique qui conduit à des troubles rencontrés très fréquemment :
    - troubles anxieux, phobiques ou obsessionnels
    - mais aussi troubles psychotiques.

    On rejoint plutôt des théories appartenant aux thérapies cognitives, ce qui probablement gêne beaucoup certaines personnes pour s'y intéresser, et des modèles théoriques de la psychologie sociale, assez mal connue des cliniciens.

    Le caractère systématique de ce genre de fonctionnement a été étudié dans d'autres cas précis, comme l'exemple de l'Erreur fondamentale d'attribution nous le montre (Ross, 1977 : voir sur Canal U).

    Plus généralement, les biais cognitifs sont intéressants à considérer dans les modèles de la réduction de dissonnance cognitive (voir le Petit traité de manipulation... de Beauvois et Joule).

    Pour le thérapeute, à mon sens la connaissance de ces mécanismes fournit un guide intéressant pour choisir le point d'appui de certaines séances d'hypnose.
     
  4. nate

    nate Membre

    Inscrit:
    5 Juillet 2009
    Messages:
    395
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560
    Bonsoir Castorix…

    Mais bien sure tronquez à votre guise. :wink:
    (Source : Nouvelle Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu de Bernard Weber)


    Ah bon ? Et en quoi est-ce essentiel ?
     
  5. nate

    nate Membre

    Inscrit:
    5 Juillet 2009
    Messages:
    395
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1560
    :lol: :wink:
     
Chargement...