Merci la psychanalyse

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Prudence, 12 Octobre 2015.

  1. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Je voulais dire merci à la psychanalyse et à son influence sur certaines représentations en France. Merci la psychanalyse de m'avoir offert cette fin de séance aujourd'hui.
    Il s'agit d'un rendez-vous avec une personne que je voyais pour la première fois. Quelques difficultés à trouver ce qu'elle souhaite, mais on arrive sur deux objectifs. A la fin de la séance je lui propose qu'elle fasse quelque chose qui lui fait du bien et qu'elle prenne juste conscience des moments agréables dans sa vie. Je sens que quelque chose coince, la gêne, après un petit moment elle fini par m'expliquer qu'elle ne comprend pas que je lui propose des solutions sans la connaitre (comprendre les tâches au bout de 30-40 minutes), elle me demande ce que j'utilise, je réponds donc pas mal de TCC avec explications, hypnose, art-thérapie etc. Et il y a encore cette gêne, je continue à investiguer et là le couperet tombe "on ne peut pas changer comme ça", moi: "bah si... non?", "bah non il faut parler, je viens, je dépose et peut être qu'après avec tout ce matériaux on saura et que je pourrai changer" moi "vous ne voulez pas changer? pour plus de bien être, des sensations plus agréables?" réponse "ah! si on pouvait changer comme ça!". Après je lui ai conseillé d'aller voir un psychanalyste. Elle suivait déjà une "psychothérapie" (qui devait être analytique).
    Ça a été la séance la plus décevante que j'ai eu (l'impression de ne pas pouvoir aider à aider, d'être à côté de la plaque) et je voulais remercier la psychanalyse. C'était la première fois que quelqu'un venait me voir en voulant que rien ne change et ne savait absolument pas pourquoi il était là au final.
    Ca m'a fait penser à cette interview proposée par Dragon Bleu que, hasard?, j'ai vu ce matin même:

    Merci la psychanalyse de faire croire que le changement est impossible ou intervient éventuellement après de très longues heures payées très chères...
    Rien à faire mais je ne partage pas ces valeurs. :(
     
  2. Nossolar

    Nossolar

    Inscrit:
    22 Juillet 2015
    Si je comprend bien c'est "en fait je peux changer, mais pas comme vous le voulez et surtout c'est vous qui devez me dire si je peux changer et quand je vais le faire"....
    J'aime bien cette phrase qui fait partie d'un croyance comme quoi on ne change pas du jour au lendemain, c'est vrai il faut parfois du temps pour avoir le déclic, ce déclic qui pour moi prend 1 dixième de seconde pour changer directement certains l'on vite d'autre moins vite...

    Cela me fait penser a cette blague.

    Dans une industrie on vient d'installer un gros moteur hightech, beaucoup d'ingénieurs s'activent mais le moteur ne démarre pas, après plusieurs semaines toujours rien, il décide d'aller chez le petit mécano d'en face qui vient, prend un tournevis et tourne d'un quart de tour une vis, le moteur démarre le patron est très content et lui demande d'envoyer sa facture.
    Il reçoit la facture et voit 10.000 euros pour le travail, le patron revoit une lettre en disant, vous avez du faire une erreur car vous êtes resté 5 min, merci de renvoyer une facture correcte.
    Le mécano refait une facture avec les détails suivant, tourner la vis 1 euro, 9.999 euros pour la connaissance de savoir quel vis tourner.

    Tu es tombée sur une personne qui recherche la "connaissance" du pourquoi changer, la vis, le déclic je ne pense pas qu'elle le recherche.
     
  3. jamesmamx

    jamesmamx

    Inscrit:
    27 Mars 2015
    Non c'est exagéré de croire ainsi; le changement en psychanalyse peut intervenir très vite selon les patients mais il emmène toujours vers de nouvelles réflexions psychanalytiques.

    Tu as oublié quelque chose de fondamentale, si cette patiente pense que le temps est nécessaire à sa guérison, pourquoi allez contre sa croyance. Elle est sure de ne pas pouvoir guérir rapidement mais presque convaincu de le pouvoir dans un futur indéterminé. C'est déjà très positif, il ne te reste plus qu'à voir avec elle, le temps qui lui semble raisonnable pour guérir.
     
  4. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Je ne pense pas la revoir, elle verra, on n'a pas pris de rendez-vous elle va voir.
    Le truc c'est qu'après avoir réussi à trouver un objectif (deux même) elle m'a dit qu'en fait elle ne venait pas pour ça.

    C'est peut être un peu exagéré la manière dont je l'ai dit mais quand tu parles avec des psychanalystes dès que tu parles TCC ils te répondent très souvent dressage et déplacement de symptôme.
    Je suis tout à fait d'accord que chacun aille à son rythme mais si déjà tu veux pas de changement c'est... problématique. James quand tu dis
    En fait ce n'est même pas ça puisqu'elle voulait me voir sans fixer d'objectif. Elle ne voulait pas guérir ou aller mieux, elle voulait parler et éventuellement il y aurait pu avoir des effets positifs. C'est quand même une idée psychanalytique et c'est pour ça que je lui conseillé si c'est bien ce qu'elle voulait d'aller plutôt voir un psychanalyste.
    Là elle me disait qu'on ne pouvait absolument pas changer, personne, avant d'avoir écouté pendant longtemps. C'était présenté comme une vérité absolue.
     
  5. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Pourquoi était elle venue?-parce qu’elle a vu de la lumière;j'en doute.
    Elle n'a pas su formuler sa demande et du coup a essayé de se réfugier dans les techniques que vous proposez sans même essayer de les comprendre ou de les essayer...
    Ne le voyez pas comme un échec,mais comme une patiente qui n'était pas prête.
    Il vaut mieux ne rien faire ,plutôt que s'essouffler à lui prouver l'efficacité d'une technique plutôt qu'une autre...
    J'ai ce type de personne qui dit avoir tout essayé et que rien ne marche..n'avoir aucun bon souvenir,que du négatif...
    C'est là que je gratte un peu et l'aide a trouver du positif dans une vie de "merde"...et au final le changement s'opère ;mais je ne parle jamais de changement,simplement
    d 'exercices à essayer et leur dit bien qu'il n'y a jamais d'obligation de résultat.
    Courage,tous ne sont pas ainsi...
     
  6. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    En fait elle semblait ne pas comprendre que je lui propose de faire des choses entre les séances, mais c'était vraiment étrange. A la fin elle m'a demandé s'il fallait qu'elle ait une recommandation pour aller voir un psychanalyste (non médecin).
    Avec quelques heures de recul et après un bon bain chaud, je me dis que c'est peut être un problème de carte du monde. Normalement je m'adapte mais là les choses n'étant pas formulées (sur le type d'aide qu'elle attendait) ça a... crissé. Il y a eu aussi le soucis qu'elle devait partir à une heure précise donc pas de possibilité de déborder un peu pour éclaircir mieux.
    Je suis ok, avec l'idée de juste essayer les exercices et de voir ce que ça donne puisque je lui ai moi même dit de juste le faire et de regarder les résultats... j'ai vraiment l'impression que l'idée même de tâche, d'exercice, ou d'intervention active de ma part lui posait problème (comme si je devais me taire tout le long et encaisser l'argent). J'ai déjà eu des personnes qui se demandaient si j'allais faire ça mais c'est la première fois que je vois quelqu'un qui semble vouloir que je fasse ça. Je ne sais pas si c'est clair. Il me reste un arrière goût d'incompréhension... à revoir en supervision.
     
  7. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Peut être avait elle besoin de beaucoup de silence?l'exercice des mains de Rossi est génial ,car on n'a pas besoin de connaitre le problème pour avoir un résultat
    Si elle y mettait une contrainte de temps ,cela va toujours dans le même sens,de ne pas s'impliquer et d'aller irrémédiablement vers un échec.
     
  8. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Bonjour prudence
    Je peux te donner ma vision qu'en hypnothérapeute... (et non généraliste des TCC)
    En premier lieux, tu n'as pas pus obtenir de "signes d'acceptations" du consultant, qui sont important pour avancer vers la proposition d'une séance ou d'un objectif.
    En second lieux, tu expliques "qu'après la séance..." (de quelle séance et sur quoi ?) tu lui propose "...quelque chose pour aller bien..." C'est à dire que tu induit que la "séance" n'as servie à rien, qu'il en faut plus (un exercice apparemment) ...
    Et paf, conflit entre ta séance et ses représentations, sont esprit analytique. Retour direct à ce qui rassure, semble utile, compréhensible, normal, donc l'analyse.
    Bon je vais vite mais tu vois ce que je veux dire, j'espère.
    Pour moi (facile à dire en même temps...) Le coté "solution" doit être accepté, tout comme l'objectif, tout comme doit être accepté la coopération volontaire avant une séance d'hypnose.

    Un peu à coté : La prescription de tache est quelque chose de très délicat. Évident en théorie, formidable quand on lis les "grands" mais subtil au possible. C'est que mon avis, mais moi j'hésite et pour ne pas planter, je crois qu'il est plus sur d'être en confiance (personne vraiment motivé qui "accepte" ou après 2 ou 3 séance)
     
  9. jamesmamx

    jamesmamx

    Inscrit:
    27 Mars 2015
    Oui je comprends mieux ton point de vue.

    Je trouve ton raisonnement très intéressant. Mais on ne pourrait pas présenter les taches comme un travail complémentaire personnel ?
     
  10. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Oui jamesmamx, mais à ces conditions. (je dis bien, pour moi).
    La première des conditions pour faire un travail thérapeutique est d’obtenir la coopération volontaire du consultant.
    Le plus souvent on l’obtient naturellement ou après/pendant la première anamnèse.
    Il faut également être certain soit même du bien fondé de la prescription et de l'utilité de la prescription elle même..

    Il me semble difficile de prescrire une tache à une personne par exemple très "résistante" tant qu'elle n'a pas constaté un "mieux", une évolution qui la rendra confiante dans une seconde séance. Le rapport entre elle et nous sera consolidé et plus propice. N'oublions pas que la tache est effectué consciemment et non comme un ancrage en "automatique" si j'ose dire.
     
  11. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Intéressant, merci de vos réponses.
     
  12. Snips

    Snips

    Inscrit:
    9 Septembre 2015
    Tu as pu en savoir plus sur cette "psychothérapie" en cours ?
     
  13. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Non (mais elle vient de changer de ville c'était ailleurs et elle n'est plus en court), tout est parti de traviole vers la fin de la séance et elle devait partir à une heure précise, sinon j'aurai pu prendre le temps de débrouiller plus cette séance qui me laisse un goût d'incompréhension.
    Après une nuit de sommeil je pense que je suis complétement passée à côté d'un présupposé qu'elle avait sur la thérapie, je ne vois pas encore comment j'aurai pu éviter ça mais je continue à chercher. Pour le moment je pense quand même que je ne devais pas être la bonne personne pour l'accompagner (je pense qu'on ne peut pas convenir à tout le monde). Je vais aussi le voir en supervision, ça m'aidera à progresser.
     
  14. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Prudence, pour moi, ce n'est pas la fin de séance qui est importante mais le petit détail en cours de séance

    Cette personne, tu l'as écoutée et c'est ce dont elle avait le plus besoin ?
    Ensuite çà va se décanter pour elle
    Tu l'a accompagnée un moment, vous avez eu du feed back et même du feed back négatif a des effets positifs lorsqu'on est en attitude d'écoute mutuelle
    tu lui as forcément envoyé des éléments hypnotiques, à un moment ou un autre, qui vont participer à son mûrissement au décours, comme du tien, comme du notre en te lisant...

    La thérapie c'est un accompagnement, en respectant son originalité, sans obligation de comprendre ou de trouver une cause, sans s'obliger à un changement .

    Tu l'as laissée libre : psychanalyse...hypnose...autre...à elle de voir. Pour moi c'est là l'essentiel, ce n'est pas un échec, c'est toute liberté

    Peut être que c'est ce qu'elle voulait entendre ? Et avec un peu de chance, tu auras de ses nouvelles ? c'est tout ce que je lui souhaite...
     
  15. Singin

    Singin

    Inscrit:
    9 Août 2010
    Ma thérapeute actuelle m'a demandé, pour la prochaine séance, de faire le point sur les changements concrets qui ont eu lieu depuis qu'on a commencé la thérapie.
    Je me suis dit que ce serait rapide.
    En fait, la liste était un peu plus longue que prévu, mais les progrès n'étaient quand même que des petits trucs insignifiants.
    Pourtant, en regardant de plus près, j'ai pu me rendre compte que ces progrès s'étendaient sur une grande portion de ce qu'on appelle la maladie, autant dans les phobies, que dans les relations sociales, que dans l'affirmation de soi.
    En thérapie, les thérapeutes sèment des graines de bien-être et de guérison.
    Parfois tellement minuscules qu'elles sont invisibles.
    Après, les graines poussent toutes seules, ou avec un autre jardinier.
    Mais peu importe tant qu'elles grandissent et s'épanouissent.
     
  16. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Merci de vos messages tous et là à tous les deux ;).
    Oui, Surderien, je pense l'avoir écoutée et c'est important je pense ce que tu me dis sur la fin de séance, ce n'était pas toute la séance, c'est les 5- 8 dernières minutes où il y a eu comme un dés-accordage. Pour le coup je n'avais pas pensé à dézoomer, merci de me le rappeler.
    Merci Singin, tu sais que les graines ça me parle bien ça! Et c'est justement une métaphore que j'avais lu ou entendue je ne sais plus et qui disait exactement ce que tu me dis, le thérapeute (comme tout dans la vie, les autres, les événements...) sèment des graines: des fois ça pousse, des fois non, des fois plus tard.
     
Chargement...