Formation Hypnose

onychophagie quel technique ?

Quel genre de technique ou de métaphores vous utiliseriez pour une jeune fille qui souffre onychophagie du au stress et a une retenue d'agressivité ?
 
Bonjour,
En règle générale, je travaille surtout sur le stress, sur la confiance, et je suggère qu'il est malsain de se mutiler, également que le gout des doigts, des ongles va devenir désagréable, voire écoeurant. mais pour que cela marche sur le long terme, il faut parfois trouver l'origine du trouble en faisant une ou plusieurs régressions, et parfois provoquer une abréaction.
 
Merci pour ces informations, j'ai pu faire ma séance aujourdhui, j'ai travailler sur la technique du traumatisme, car tout à commence à la suite d'un traumatisme, qui n'a pas été digéré, avec petite métaphores. Et je ferais une deuxième séance dans 15 jours à 3 semaines avec un recadrage et métaphore du dégout.
 

undy

Membre
Ne soyez pas trop prompts à vous jeter sur du dégoût et tout ça.
Moi je ronge mes ongles parce que je fais un meilleur et moins dangereux travail que des ciseaux ou autres outils.
Je crois que l'expression appropriée est "ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain", bref savoir où s'arrêter.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Mais qu'à force de trop vous ronger les ongles, vous finirez par vous en mordre les doigts...

:(
 

amrita

Membre
La distorsion du temps, l'envie de porter la main à la bouche va durer un dizième de seconde.... l'amnésie, dès que la main part vers la bouche pour se ronger les ongles, l'intention est immédiatement oubliée et remplacée par.... un autre de ses comportements moins pénalisants.
 
Ou peut-être travailler sur le stress sous jacent ? Tout dépend effectivement de la raison pour laquelle on se ronge les ongles, non ? S'il s'agit d'un trauma, peut-être qu'il faudra liquider le trauma. S'il s'agit d'un manque de confiance en soi qui génère de l'anxiété, peut-être qu'il s'agit de travailler sur la confiance en soi... Et si l'agressivité est retenue et que cela semble être la cause, peut-être qu'il s'agit d'apprendre à s'affirmer sans agresser....
Effectivement, il y a surement autre chose à faire de son stress, que de se ronger les ongles.
 
Pensez également au temps passé avec cette mauvaise habitude : comment allez-vous occuper ce temps gagné une fois que vous serez libéré de cette habitude ? Qu'allez-vous faire à la place ?
C'est parfois utile d'envisager les choses de cette manière afin de verrouiller le changement. Personnellement, je démarre toujours mes accompagnements avec des objectifs de développement personnel ce qui, en fin de compte, permet de réinvestir l'énergie du symptôme sans que ce problème se pose...
 
E

EPHEMERE

Invité
Ivan Schmitt à dit:
Pensez également au temps passé avec cette mauvaise habitude : comment allez-vous occuper ce temps gagné une fois que vous serez libéré de cette habitude ? Qu'allez-vous faire à la place ?
C'est parfois utile d'envisager les choses de cette manière afin de verrouiller le changement. Personnellement, je démarre toujours mes accompagnements avec des objectifs de développement personnel ce qui, en fin de compte, permet de réinvestir l'énergie du symptôme sans que ce problème se pose...
Ok, et si la personne vous répond, j'en sais rien, je suis déprimée, et n'ai envie de rien... quel serait votre discours ?
 
Je ne vois pas d'inconvénient à formuler un ou des objectifs, si la personne est déprimée. Elle aura probablement plus de difficultés à contacter ses désirs, à les exprimer, ou à éviter les "Je ne veux plus ceci et je ne veux plus cela"... mais dans sur le fond, ce n'est pas très différent. Maintenant, évidement, si elle est en pleine crise d'angoisse... il y a peut-être des choses plus urgentes à faire.
 
E

EPHEMERE

Invité
Ivan Schmitt à dit:
Je ne vois pas d'inconvénient à formuler un ou des objectifs, si la personne est déprimée. Elle aura probablement plus de difficultés à contacter ses désirs, à les exprimer, ou à éviter les "Je ne veux plus ceci et je ne veux plus cela"... mais dans sur le fond, ce n'est pas très différent. Maintenant, évidement, si elle est en pleine crise d'angoisse... il y a peut-être des choses plus urgentes à faire.
Ce que je voulais dire c'est qu'une personne peut vous consulter pour ce type de problème (se ronger les ongles) mais en fait le problème n'est pas là, et même si votre proposition est juste, elle peut paraître insuffisante, car celui qui se ronge les ongles est souvent un angoissé.
Mes questionnaires sont très intéressants pour justement évaluer le degré d'anxiété, ainsi que les questionnaires sur les schémas. Mais bon il faut avoir travailler dessus pour comprendre de quoi je parle...

Amicalement :D
 
EPHEMERE à dit:
Ivan Schmitt à dit:
Je ne vois pas d'inconvénient à formuler un ou des objectifs, si la personne est déprimée. Elle aura probablement plus de difficultés à contacter ses désirs, à les exprimer, ou à éviter les "Je ne veux plus ceci et je ne veux plus cela"... mais dans sur le fond, ce n'est pas très différent. Maintenant, évidement, si elle est en pleine crise d'angoisse... il y a peut-être des choses plus urgentes à faire.
Ce que je voulais dire c'est qu'une personne peut vous consulter pour ce type de problème (se ronger les ongles) mais en fait le problème n'est pas là, et même si votre proposition est juste, elle peut paraître insuffisante, car celui qui se ronge les ongles est souvent un angoissé.
Mes questionnaires sont très intéressants pour justement évaluer le degré d'anxiété, ainsi que les questionnaires sur les schémas. Mais bon il faut avoir travailler dessus pour comprendre de quoi je parle...

Amicalement :D
J'ai également des questionnaire pour évaluer l'anxiété et je connais le YSQ. Ce que je voulais dire de mon coté, c'est qu'une partie de l'angoisse provient également d'un avenir incertain. De fait, en donnant un sens à l'avenir, cela aide la personne à reprendre "les choses en mains". C'est évidemment insuffisant...
...encore que : tout dépend aussi de l'angoisse. Clarifier des objectifs, c'est très bien pour l'anxiété d'anticipation, par exemple...

A bientôt ;-)
 
E

EPHEMERE

Invité
Yvan, nous n'avons pas la même définition de l'anxiété, l'anxiété est une chose normale avant qu'elle ne soit pathologique, l'angoisse est déjà d'un niveau plus élevé.

Pour ma part, on ne peut donner des objectifs tant qu'on n'a pas renforcé l'estime de soi quand l'individu fonctionne sur un mode d'anxiété généralisé. Donner des objectifs directement à des personnes angoissées vont les angoisser encore plus, car souvent elles n'ont pas la force de se projeter, je pense qu'il faut bien comprendre cela. Après c'est cas par cas.
 

Paul Elie

Membre
je rejoins ivan et jurgen dans leurs reponses,car il est evident pour moi que de "traiter un effet sans en savoir la cause est comme faire des ronds dans l'eau ou tout du moins a la meme efficacité!
et il est clair qu'il s'agit d'un trauma,appris ou experimenté dans le passé
quand je dis trauma ,ce n'est pas necessairement traumatique au sens psy...
mais un evenement associé a une emotion qui fait resurgir le besoin!
ex: le client a vu sa mere se ronger les ongles,qui semblait y prendre une certaine satisfaction, ou une contenance
ex:le client a souffert, enfant quand on lui coupait les ongles!
2 cas qui semblent logique

mais il y a aussi ces cas ou le "trauma" n'as rien a voir avec les ongles, je veut dire consciement...et ou l'effet onychophage est accident
c'est pour cela qu'il faut trouver la raison, car si vous agissez seulement sur l'effet le client fera un transfert sur une autre activité plus destructrice,plus auto mutilante...il y a un risque!
 
E

EPHEMERE

Invité
Paul Elie à dit:
je rejoins ivan et jurgen dans leurs reponses,car il est evident pour moi que de "traiter un effet sans en savoir la cause est comme faire des ronds dans l'eau ou tout du moins a la meme efficacité!
et il est clair qu'il s'agit d'un trauma,appris ou experimenté dans le passé
quand je dis trauma ,ce n'est pas necessairement traumatique au sens psy...
mais un evenement associé a une emotion qui fait resurgir le besoin!
ex: le client a vu sa mere se ronger les ongles,qui semblait y prendre une certaine satisfaction, ou une contenance
ex:le client a souffert, enfant quand on lui coupait les ongles!
2 cas qui semblent logique

mais il y a aussi ces cas ou le "trauma" n'as rien a voir avec les ongles, je veut dire consciement...et ou l'effet onychophage est accident
c'est pour cela qu'il faut trouver la raison, car si vous agissez seulement sur l'effet le client fera un transfert sur une autre activité plus destructrice,plus auto mutilante...il y a un risque!
Et pourtant vos commentaire reprennent exactement ce que j'ai développé contrairement à Ivan..., auriez vous du mal à vous concentrer... :roll:
 
EPHEMERE à dit:
Yvan, nous n'avons pas la même définition de l'anxiété, l'anxiété est une chose normale avant qu'elle ne soit pathologique, l'angoisse est déjà d'un niveau plus élevé.

Pour ma part, on ne peut donner des objectifs tant qu'on n'a pas renforcé l'estime de soi quand l'individu fonctionne sur un mode d'anxiété généralisé. Donner des objectifs directement à des personnes angoissées vont les angoisser encore plus, car souvent elles n'ont pas la force de se projeter, je pense qu'il faut bien comprendre cela. Après c'est cas par cas.
La littérature est assez confuse, au sujet des distinctions entre anxiété et angoisse. Habituellement, l'anxiété doit se comprendre comme synonyme d'inquiétude, de peur diffuse... à degré d'intensité très variable. Elle peut être pathologique, cf par exemple, le trouble "anxiété généralisée" du DSM. On considère souvent, effectivement, que l'angoisse représente un degré plus élevé que l'anxiété... et parfois, (pas toujours selon les connaissances des auteurs), que l'anxiété se distingue de l'angoisse parce que, dans cette dernière on trouvera également des manifestations neurovégétatives : sueurs, palpitations, nausées etc...
Voilà un peu pour un consensus de définitions. Pour le reste, tout dépend de la manière dont on prescrit les objectifs : je prends toujours soin de dire qu'il s'agit de "direction pour l'esprit" et qu'il n'est pas important de les atteindre, mais, qu'il est plutôt important "d'aller vers". On évite ainsi l'effet paradoxal de rendre le client plus anxieux à cause d'une prescription d'objectif.
L'ACT par exemple prône des principes tout à fait équivalent aux miens et, notamment, qu'il est très utile de se concentrer sur ce qui va bien .... plutôt que seulement le symptôme et le trauma. Encore une fois, je pense qu'il y a complémentarité entre une stratégie trauma ciblée et une autre axée développement personnel : les deux solutions permettent d'aller mieux, même si c'est plutôt la première qui soignera...
 

Paul Elie

Membre
EPHEMERE à dit:
Paul Elie à dit:
je rejoins ivan et jurgen dans leurs reponses,car il est evident pour moi que de "traiter un effet sans en savoir la cause est comme faire des ronds dans l'eau ou tout du moins a la meme efficacité!
et il est clair qu'il s'agit d'un trauma,appris ou experimenté dans le passé
quand je dis trauma ,ce n'est pas necessairement traumatique au sens psy...
mais un evenement associé a une emotion qui fait resurgir le besoin!
ex: le client a vu sa mere se ronger les ongles,qui semblait y prendre une certaine satisfaction, ou une contenance
ex:le client a souffert, enfant quand on lui coupait les ongles!
2 cas qui semblent logique

mais il y a aussi ces cas ou le "trauma" n'as rien a voir avec les ongles, je veut dire consciement...et ou l'effet onychophage est accident
c'est pour cela qu'il faut trouver la raison, car si vous agissez seulement sur l'effet le client fera un transfert sur une autre activité plus destructrice,plus auto mutilante...il y a un risque!
Et pourtant vos commentaire reprennent exactement ce que j'ai développé contrairement à Ivan..., auriez vous du mal à vous concentrer... :roll:
non je ne lis pas vos messages car ils ne m'interressent plus, vous etes ici avec une posture toxique,engagez des discussions si on repond uniquement sur votre terrain,n'avez aucun respect de votre interlocuteur
en un mot tant que vous aurez cette attitude,je vous ignore ,mieux je court circuite par l'antidote!
c'est presque poetique!
oui je sais vous me pensez malade....toute occuppée que vous etes a "soigner" votre apparence virtuelle ( un peu comme leo, mais avec une strategie differente)
il ya d'autres interlocuteurs ici, qui meme si en desacord , peuvent discuter et ont un sens de l'humour certain!
pour moi, meme si les idées que vous avez sur la pratique sont souvent juste... votre attitude dominatrice et hautaine me fais vomir, or j'ai autre choses a faire que de deglutir a votre encontre!
 
E

EPHEMERE

Invité
Paulélie, je pense que vous avez vraiment un gros problème relationnel... , perso vos commentaires n'ont pas beaucoup d'intérêt pour moi, et n'en n'ont jamais vraiment eu... vous êtes toujours à côté de la plaque dans les réponses. Votre discours est toujours le même, vous crachez sur tout ce que vous ne connaissez pas... faites quelque chose une bonne fois pour toutes car vous devenez très lassant.

D'ailleurs je ne perdrais plus de temps à vous répondre !
 
lyamcarter à dit:
juste un retour
la séance a très bien fonctionné. Le gamin a des ongles magnifiques et en ai fier

"Le gamin a des ongles magnifiques et en ai fier " en 3 semaines ?

BRAVO !
Il est passé au dessus de tous ces discours et vous avez su gérer le problème malgrès certains messages discordants.
Comme quoi les avis diffèrent la thérapie avance quand même et vous avez réussi à faire le bon choix.
Le travail n'est peut être pas terminé mais en bonne voie. Encore bravo !
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
lyamcarter à dit:
juste un retour
la séance a très bien fonctionné. Le gamin a des ongles magnifiques et en ai fier
là je me ronge les ongles de savoir comment vous avez fait...

Quelques infos en plus ou çà restera votre arme secrète ?

:wink:
 

undy

Membre
lyamcarter à dit:
juste un retour
la séance a très bien fonctionné. Le gamin a des ongles magnifiques et en ai fier
Un changement de point de vue esthétique et un changement de sexe, quel résultat magnifique.
Pas de bol qu'il n'y aie rien sur le stress et la retenue d'agressivité, mais on peut pas gagner partout :roll: :lol:
 
autant pour moi j'ai pas fais attention en écrivant le message. Enfin bref de toute façon elle était là pour ces ongles, maintenant elle en a, et c'est tout ce qui compte.

Sa devient vite pénible de discuter avec certain sur ce forum c'est vraiment dommage !
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Lyamcarter, merci de m'en dire un peu plus sur la façon de faire de votre réussite en mp

çà m'intéresse...

8)
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut