Formation Hypnose

Présentation, cjoueptte qui ne sort plus

Bonjour
Malheureusement pour moi depuis deux mois mes nuits sont chaotiques, blanches, je vis un enfer.
Tout a commencé avec un stress au travail, rien de plus banal en soi d'habitude je gère , et là, l'accumulation, la pression qui ne redescendait pas le soir... je m'endormais vers 3h ou 4h sur la canapé, épuisée physiquement.
Maintenant je suis épuisée moralement : j'ai essayé la mélatonine (qui avait bien fonctionné même s'il avait fallu attendre 3 semaines environ en juin lors de la ma précédente période d'insomnie), le doc ma prescrit des anxiolitiques en me demandant de les prendre 1 semaine. Etant réticente à ces molécules je ne les ai pris qu'un soir sur deux pendant presque 3 semaines. Je dormais normalement un soir sur deux, le soir suivant je pense que mon cerveau inconsiemment se disait que je serai mieux d'en prendre, que ça m'aiderait... Le fait de savoir la boîte à coté du lit est à la fois raussrant et dangereux. Ancienne fumeuse c'est comme si je gardais un paquet de cigarettes à la maison.
Je l'écris sans difficultés mais là nuit je ne fais pas la fière : pendant les vacances de Toussaint j'ai décidé d'arrêter tout anxiolitique et forcément c'était loin d'être ça, c'était même pire : insomnies totales, je dormais 6h en 4 nuits, j'ai cru devenir folle. Sans compter que je n'aurai pas du prendre les cachets 1 soir sur 2, merci les symptomes de rebond. J'ai fait de l'automédication avec des plantes qui se sont avérées plus boostantes que calmantes.
Le doc m'a alors passée sous somnifère sinon selon lui j'allais aller chez fous... Après 14 jours sur somnifère qui m'ont permis de récupérer même si c'est loin d'etre la panacée (7 jours avec 1 puis le reste avec 1/2) j'ai des nuits blanches, je n'ai réussi qu'une seule fois mercredi dernier à m'endormir normalement et naturellement, parce que ce soir là je me sentais détendue.
Mon problème n'est pas le sommeil en soi (avant je dormais super bien, d'une traite), ce sont les fichues difficultés voire impossibilité d'endormissement, dûes au stress, au cerveau qui mouline, puis l'angoisse s'en est mélée : peur que ça ne passe pas, peur de rester insomniaque pour toujours, peur à l'endormissement "je dois dormir sinon comment vais je faire demain pour travailler etc" bref je me suis conditionnée avec à lespsrit le fait que je n'allais peut être pas dormir, et bien souvent c'est ce qui se passe. Les médicaments ne sont pas la solution et je le sens ne m'aident pas. J'ai peur de tomber dedans par épuisement.
Je me dis que l'hypnose pourrait peut être m'aider ? A ne plus paniquer la nuit quand je vois l'heure qui tourne ? A m'endormir sans avoir le cerveau qui mouline ? A arrêter d'avoir peur quand je me couche ? A ne plus y penser en journée ?
Mon médecin traitant dit que cela donne de bons résultats dans l'insomnie, mais pour l’anxiété qu'en pensez-vous ? Pour la peur de ne pas dormir?

Merci à celles et ceux qui m'ont lue (désolée pour le pavé) et pour leurs réponses.
 

jumb

Membre
Hello,

J'ai connu l'insomnie, suite à du stress au travail. Je ne sais pas si c'est le cas pour toi, mais je n'avais pas envie de me lever pour aller à ce travail, et du coup, je ne m'endormais pas avant des heures comme les tiennes, ce qui faisait que j'avais dormi une heure ou deux quand il fallait se lever. Le résultat a été une baisse de performance, de me faire engueuler, des arrêts maladie, en fait une accroissement du stress allant vers une situation de plus en plus impossible. Ca c'est résolu en quittant mon emploi de l'époque.

Les médicaments sont comme des pansements, mieux vaut soigner la plaie, même si un pansement ça peut être utile. C'est peut-être le moment de faire un point, un bilan sur ta vie, sur ce que tu aimerais faire, tes projets, te reconnecter sur ce qui marche, sur ce que tu aimerais changer etc... et bien sûr l'hypnose peut t'aider dans ta démarche.

Je dors comme un bébé maintenant, s'endormir est presque une fatalité.
 
Bonsoir jumb
merci pour ta réponse.
j'aime beaucoup mon travail. Je suis bien avec mon fils et mon compagnon. Quand jai réussi a dormir sans médicament mercredi dernier le jeudi matin j'étais si enjouée. Je veux juste retourner à ma vie d'avant sans ce souci d'insomnie. Je ne veux pas sombrer.
tu as fait de l'hypnose toi?
 

mrdeep32

Membre
Bonsoir,

Je pense que oui l'hypnose et la découverte de l'auto hypnose peuvent t'être grandement utile.
Tu vas pouvoir notamment travailler sur l'appréhension au moment d'aller au lit, que faire lorsque ces pensées se bousculent ...
Pour ma part je n'avais pas de soucis d'endormissement, mais depuis que je pratique l'auto-hypnose (énormément de ressource sur ce forum et internet pour apprendre) je ne me suis jamais endormis si vite, à tel point que mes séances d'AH ne se termine jamais, je m'endors avant ;)

Mais voici quelques pistes déja pour toi


Bonne soirée à toi, et bon courage pour la suite
L'hypnose est un monde merveilleux qui s'ouvre à toi :)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Kevin donne la méthode pour quitter cette boucle d'insomnie en ré-amorçant à partir d'une autre idée, une association de pensées sympas qui deviennent libératrices ( hypnogenes)

A l'inverse on peut travailler sur son réveil

Es tu en forme quand tu te lèves ?

Avec quelle idée attaques-tu ta journée ?

:(


Kevin propose de travailler sur les idées d'avant le sommeil, d'avant de s'endormir, d'avant de se coucher : regarder certains types de film à la télé juste avant de se coucher facilite ou ne facilite pas le sommeil selon les stimulus contenus...

On peut proposer de travailler sur les idées juste après le sommeil, juste après le réveil, juste après lever. afin d'amorcer très positivement sa journée

On peut se construire une méthode infaillible pour rentabiliser son tout début de journée ce qui fait qu'on s'endort très facilement en toute fin de journée

Et que ma journée se passe aussi bien que mes nuits

C'est un exercice sympa :cool: à inventer et à répéter qui rend l'apprentissage automatique
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
Bonjour Choupette,

Il y a un truc qui m’embête dans ton discours.
Tout a commencé avec un stress au travail, rien de plus banal en soi d'habitude je gère , et là, l'accumulation, la pression qui ne redescendait pas le soir...
Ensuite tu dis.
j'aime beaucoup mon travail.
Sais-tu en dire plus ? Car on dirait qu'il y a contradiction.

je dois dormir sinon comment vais je faire demain pour travailler etc
Phrase à bannir, car cela augmente le fait de ne pas réussir à s'endormir, au mieux lire un livre ou faire autre chose, comme tester les astuces de Finel :)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Une autre technique c'est de penser à retrouver ses "rituels" d'enfant...
Qui se sont endormis au fond de soi.

" Choupette, dans l’intimité de ton endormissement, tu peux te souvenir du temps où tu prenais ton doudou, que tu faisais ce petit truc si sympa et si rassurant qui t’emmenait dans ce monde agréable, de rêve et de bien être et que tu te souviens comme çà te convenait et tu t’endormait si facilement, comme cela t’endort de nouveau là maintenant aussi rapidement et aussi si facilement, rien que d'y repenser, à ce bon temps là…"

Tu peux aussi retranscrire un script plus personnalisé et plus adapté à tes souvenirs d'enfance, d'ado, etc...

:rolleyes:

Peut-être que lorsque tu étais enfant tu dormais bien ? et que tes journées se passaient bien ?
Peut-être que parfois tu dormais moins bien ? Parce que tu ruminais un peu plus sur le contenu de tes journées qui s'étaient passées moins bien ?
Peut-être que souvent on ne se rend pas compte de ce qui nous empêche de voir parce qu'on n'y fait pas attention ?
 
Bonjour à tous
Nossolar, je ne trouve pas que ce soit si contradictoire. Enfin, pas consciemment. J'ai des journées au travail qui sont parfois stressantes parce que grosse charge de travail, par exemple, mais j'aime ce que je fais, j'y vais de très bon coeur le matin, j'en pars aussi de bon coeur, c'est juste que parfois je n'arrive pas à faire redescendre la pression (même positive) de la journée. L'heure passe vite le soir, je rentre à 18h00, tout s'enchaine et bientôt arrive l'heure du coucher et parfois j'ai encore le cerveau qui pense. Au travail mais pas forcément, à une émission de télé que j'ai vu, aux personnes que j'ai vu, à ce que j'ai fait, bref, j'ai du mal parfsoi et depuis deux mois plus précisément à mettre mon cerveau en mode off - je sens mon corps épuisé mais mon cerveau a encore en tête à 2h du matin une musique de fun radio par exemple ...
Alors au début on le gère comme on peut, puis on stresse encore plus et la peur de rester comme ça s'installe.
J'essaie de bannir les mauvaises phrases, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. J'essaie de me relever, de lire si je ne dors pas, je ne fais jamais de sieste en journée pour que la pression du sommeil soit la plus forte possible, mais je stresse malgré tout, plus l'heure passe, plus je compte le temps qu'il me reste avant de me lever (cela peut arriver même un week-end où je ne bosse pas le lendemain). La peur de ne pas réussir à dormir s'est installée. Il faudrait presque que j'arrive à m'en "foutre" de dormir ou pas. Que je lâche prise. Mais là encore, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Surderien,
J'essaie de penser à des choses enthousiasmantes du lendemain, ou des choses rassurantes, prendre un mouchoir dans ma main comme quand j'étais enfant. J'essaie de respirer calmement par le ventre, de relativiser, de me dire que ce n'est pas si grave, mais c'est loin d'être si simple.
Quand je me lève le matin, je suis bien, enfin quand j'ai dormi, mais même à la limite quand j'ai pas ou peu dormi, je suis soulagée de me lever et que le calvaire soit terminé pour cette fois-ci (car rester éveillée toute la nuit est un calvaire alors qu'en lisant un livre le soir il me tombe des mains tellement je suis fatiguée...), je suis occupée en journée donc je ne pense pas ou moins à ces problèmes d'endormissement : j'aime passer du temps avec mon compagnon, notre fils, sortir, nous promener, lire, manger au restaurant ... Comme avant. Je voudrais seulement retrouver la confiance en l'endormissement que j'ai perdue.
 
Dernière édition:
Précision utile j'ai rendez vous avec un maître praticien en hypnose ericksonnienne bientôt, j'espère qu'il aura une piste ou deux pour moi.
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
j'espère qu'il aura une piste ou deux pour moi.
Rien qu'a lire tes quelques posts, je pense que plusieurs personnes de ce forum ont déjà des pistes, alors ton hypno en aura aussi :) (et encore plus avec l’anamnèse)

L'heure passe vite le soir, je rentre à 18h00, tout s'enchaine et bientôt arrive l'heure du coucher et parfois j'ai encore le cerveau qui pense
Et si tu créais une déconnexion ? j'ai l'impression que tu ne souffle jamais, que tu continues sans arrêt, fait une activité (une passion) qui t'animes, là tu verras que tu vas automatiquement déconnecter.(simplement marché dans un bois ou une forêt, cela a pour effet de nous déconnecter de ce monde tellement habituelle)

Il faudrait presque que j'arrive à m'en "foutre" de dormir ou pas. Que je lâche prise.
Oui tout a fait, si je suis fatigué le lendemain et bien c'est la vie, si je suis absente au boulot et bien c'est la vie, si j'ai envie de lâcher la pression et bien c'est la vie ;)
 
Bah oui relativiser. Facile sur le papier mais la vie de tous les jours ne l'est pas forcément.
Il faut être debout, pas forcément pour aller au travail, mais porter mon fils à l'école, le rechercher, m'occuper de lui... Si je ne tiens pas debout parce que j'ai des vertiges parce que la fatigue des insomnies s'accumulent je fais comment ? Le quotidien nous rappelle vite à l'ordre.
Je suis loin d'être la seule dans ce cas je pense. Je ne voudrais pas être jugée en tous les cas, comme si ce n'était rien, comme si c'était si simple.
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
Non non je ne te juge pas ! On a chacun nos soucis et chacun essaye de se prendre en charge du mieux qu'il peut....c'est ce que tu essayes de faire, donc tu sembles être sur la bonne voie.

Quel age ton fils ?

Moi j'ai une fille de 7 ans :)
 

Singin

Membre
choupette à dit:
Présentation, cjoueptte qui ne sort plus

Est-ce que tu prends encore le temps de sortir, de faire la fête avec des amis, de voir l'aube se lever avec des chansons plein les oreilles ?
Peut-être que c'est de ce genre d'insomnies dont tu as besoin et ton inconscient te les donne comme il peut.
 

hibou13

Membre
Petite précision de modération
La présentation de choupette à été posté plusieurs fois. Cela arrive parfois.
Le temps que j’efface les doublons , jumb avait répondu sur ce post qui était le seul avec les fautes ("sort" au lieu de "dors" sur les autres).
C'est donc celui-ci qui est resté.
 
Singin oui jessaie de vivre chaque jour aussi intensément que je le peux. mais c'est dur de ne pas sombrer et de rester positive quand tu ne dors plus....
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Singin oui jessaie de vivre chaque jour aussi intensément que je le peux. mais c'est dur de ne pas sombrer et de rester positive quand tu ne dors plus....
Tu as besoin de somnifères mais tu as peur de la dépendance...
Il y en a qui ne donnent pas de dépendance et si tu dors bien, un peu de psychothérapie ( relaxante et/ou anti stress ) te permettra parallèlement ensuite de t'en passer
Peut être y a t il des neurologues compétents en somnologie près de chez toi ?
Ils connaissent bien cela
L'hypnose fait aussi partie de leurs outils
 
Le problème c'est que je tombe de sommeil mais j'ai des sursauts d'endormissements, notamment dans les jambes d'après mon mari, qui me réveillent.
quand j'ai dormi ce problème s'atténue voire disparait mais quand je ne dors pas...
Les somnifères malheureusement me font dormir 4h d'un faux sommeil.
 

jumb

Membre
A la lecture des différents posts sur ce sujet, j'ai l'impression que tu fais plein de choses en journée, et quand c'est l'heure de te coucher, tu es encore sur le rythme de ta journée, un peu comme quand on fait du sport le soir, et qu'on s'endort trois heures plus tard. Et si tu ralentissais le rythme du soir, pour trouver plus vite de tranquillité ? ( en plus bien sûr de toutes les bonnes suggestions postées avant)

C'est quoi la différence entre faux et vrai sommeil ?
 
Pourtant, par exemple, je lis une heure ou deux confortablement installée. jusqu'à ce que mes yeux me piquent et que je ne comprenne plus ce que je lis.
Le faux sommeil comme je dis c'est que lorsque tu te réveilles, tu n'es pas reposé, pas de bien être. La nuit est passée, certes, j'ai dormir certes, mais je ne suis pas reposée.
4 h sous zolpidem c'est moins reposant au réveil que 3h de sommeil naturel.
Je tourne en rond. Au début j'avais du stress, puis l'angoisse s'est installée, maintenant mon corps n'en peut plus et se rajoutent des symptomes tels que myoclonies (sursauts à l'endormissement qui me réveillent et que recommencent dès que je me rendors).
Je sature.
J'ai commencé une cure de magnésium ce matin. Ca ne peut pas me faire du mal.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Haut