1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Résilience et traits de caractère ayant de l’impact dessus.

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par valikor, 29 Novembre 2011.

  1. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Ce post est la reproduction d'un article sur mon blog.

    Qu'est ce que la Résilience ?

    C'est la capacité qu'à une personne de digérer ou de surmonter au fur et à mesure les expériences négatives. Cela peut prendre plus ou moins longtemps.

    Après un traumatisme, certains se relèvent très vite, d'autres ne se relèvent jamais. Certains prétendent que cette capacité est innée ou qu'elle est liée à un environnement suffisamment positif dans l'enfance qui a pu conférer de l'amour et une bonne confiance en soi.

    Le but de cet article est de remettre à plat tout cela afin de clarifier les idées.

    Personnellement, je pense que si l'on ne sait pas expliquer cette capacité, c'est qu'on a pas compris ce qui fait que les personnes peuvent aller mal et qu'on ne sait pas ce qu'il faudrait faire pour les aider à aller mieux... (voir article précédent : théorie, logique et thérapie).

    Différences entre une personne qui va mal et une personne qui va bien?

    Une personne qui va bien est sereine (par opposition à anxieuse = se faire du soucis, s'angoisser, se faire peur, ressasser, s'inquiéter, vision négative des choses, difficulté à lâcher prise...) et n'a que peu de ressentis négatifs vis à vis de son passé et de son présent.

    Une personne qui va mal, elle, peut être anxieuse, stressée, ressent plein de choses négatives vis à vis de son présent et de son passé. Quant aux symptômes alors, ce ne sont que des signes qui montrent que cela ne va pas mais comme ils ne sont pas compris, ni acceptés, ils sont sources supplémentaires de mal-être... Bref, cela s'auto-amplifie.

    Evolution d'une personne allant bien et recevant un choc


    Prenons l'exemple d'une personne allant bien et ayant un décès dans son entourage. Elle se sent moins bien et peut perdre un peu de confiance en soi. Au bout d'une certain temps, la douleur, le manque, les regrets et tous les ressentis négatifs, auront disparus et la personne ne ressentira que des choses positives par rapport au disparu.

    Donc, les ressentis négatifs liés à cette expérience ont diminué dans le temps, c'est ce qui lui a permis de revenir à son état antérieur.

    Conclusion : Pour aider une personne à aller mieux, il est important de diminuer les ressentis négatifs. Ces ressentis diminuent dans le temps, par le biais des rêves et de l'effet des traits de caractère sur ce vécu traumatique dans le temps.

    Voici pour moi, grâce à ma pratique, les traits de caractère ou croyances qui permettent d'être résilient =

    • Ne pas être attaché au passé;
    • Le passé ne fait pas partie de soi;
    • Le passé n'est pas important, c'est ce qui est à venir qui est important;
    • Etre libre / au passé, / mes parents et les autres
    • Etre capable d'un bon lâcher prise = d'accepter les choses que l'on ne peut pas changer;
    • Pas rancunier;
    • peut être juste sans que l'injustice soit un problème qui fait souffrir;
    • Etre serein (=ne suis pas anxieux = se faire du soucis, s'angoisser, se faire des films, vision négative, se faire peur...)
    • Je vis un truc négatif, c'est pas grave, dans peu de temps j'aurais surmonté et cela ne me fera plus rien;
    • Avoir déjà surmonté des choses négatives, on s'en remettrais;
      capable de relativiser : rien n'est grave, rien n'est important au regard de ce que vivent certains;
    • Mon but dans la vie c'est d'être heureux, c'est comme un voyage, il peut y avoir des tours et détours, des nids de poule, des accidents, mais je m'en fous car je profite des aspects positifs, je fais tout pour qu'il y en ait d'ailleurs plein, et je reste concentré dessus;
    • Faire de l'hypnose, de l'autohypnose, de la méditation, du taï-chi, du Qi-quong...;
    • Prendre soin de soi;
    • Un bon problème, c'est un problème résolu, pas un truc qu'on fout dans un coin en espérant qu'il passera tout seul (du coup le stress provoqué par les problèmes sera réduit);
    liste non limitative bien sûr.

    Une commentatrice à fort à propos rajouté : décider d'aller mieux aussi!



    Et tous ces traits de caractères peuvent se modifier. Un bon thérapeute d'ailleurs doit évoluer sur ces traits de caractère là.
     
  2. Kamou

    Kamou Membre

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Messages:
    616
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    juste une question : l'anxiété, se faire peur, n'est pas un bon moteur d'après toi? Faut il nécessairement l'exclure, ou vaut il mieux la réserver à certains cadres dans lesquels sont impact sera plus positif?
     
  3. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    5
    Points:
    2330
    Localité:
    Montréal Québec
    C'est très bien mais y'a un point plus qu'important ici. Une "personne bien qui reçoit un choc" C'est bien théorique.

    D'abord cette "personne" est-elle un enfant? Ça change absolument tout. Est-ce que le choc vient de la maltraitance parentale, d'une certaine négligence ou nonchalance? Est-ce que le choc vient de l'extérieur alors que le contexte parental est tout à fait sain?

    Par exemple, si l'on vient vous consulter pour un "choc" qui s'est passé l'année passée alors qu'on était déjà bien adulte et que l'on a eu une enfance "nutritive" affectivement, ça va se régler très vite. Parce que la personne est résiliente de par son enfance saine.

    Si l'on vient vous consulter pour un "choc" et que ce "choc" s'est d'avoir souffert de la haine de son père ou de sa mère, là c'est tout autre chose.

    Et là le trauma est proportionnel à la résilience innée. Mais la résilience innée est bien peu de chose devant une enfance merdique.

    Mais si l'on vous consulte pour un "choc" subit à l'âge adulte, par une personne qui a souffert de la haine de son père ou de sa mère en plus, c'est encore autre chose. On a probablement pas la résilience acquise alors. On pourrait avoir la résilience innée mais y'a eu l'enfance...

    Bref, je crois en effet qu'il y a deux formes de résilience. Celle qui est innée. C'est à dire celle qui est en rapport avec la sensibilité innée de l'individu à son environnement. Et il y a celle acquise qui vient effectivement d'une enfance "nutritive" affectivement. Tout cela m'apparaît très simple et fera une différence. Une différence qui se démontrera pas mal dans la liste de choses que vous énumérez.
     
  4. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    une petite peur de temps en temps ok, mais se faire peur en permanence c'est tout simplement un gros problème... un bon moyen d'etr stressé et de manquer d'efficacité.
     
  5. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    - si l'enfance va bien avec des parents qui vont bien, il y aura très peu de traits de caractères négatifs donc la personne sera plus résiliente.

    - Si l'enfance est pourri les parents aussi donc impossible d'etre résilient.

    rien de spécial à voir avec l'affectif, c'est juste un facteur de plus ou de moins, sans plus.

    pour preuve : j'ai eu des personnes sans manque affectif, avec aucune résilience : parents dépressifs et anxieux mais aimants... encore plus dur du coup de se détacher d'eux même !!!!
     
  6. Intemporelle

    Intemporelle Invité


    PS: Néanmoins je ne répond qu'à votre dernier message, je lirais l'ensemble quand j'aurais plus de temps.
     
  7. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    La question du temps reste dans le flou. En effet combien de temps pour aller bien ou a nouveau bien après un
    deuil ou un choc ?
    Quel délais s accorder pour aller mal ou récupèrer ses esprits ?

    Et surtout va t on vraiment mal ou est ce qu on ne se sent juste pas bien ?

    Le "fond" de la personnalité est elle atteinte ou que superficiel ?

    Pour etre résilient faut il tomber au fond du trou ?

    N est ce pas une simple question de recadrage, d' ecrire une histoire autrement ?
     
  8. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    plus le temps passe, plus l'état négatif fait de + en + partie de soi, donc devient un trait de caractère... pas bon du tout.... surtout qu'alors l'anxiété s'autoamplifie...

    pas besoin de toucher le fond pour décider d'aller mieux...
     
  9. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Tiens, en lisant tes écrits me vient la chanson de brel..avec le temps, va tout s'en va...

    Ainsi que par la suite me vient celle de piaf, non rien de rien, non, je ne regrette rien, tout le bien, tout le mal, tout ça m'est bien égal, non, rien de rien...

    Puis je comparée celà a une cuisinière....la cuisinière créera son plat (bon ou mauvais) elle le fera mijoter selon SES besoins (celà peut en effêt mijoter plusieurs heures (ressasser)) puis quand elle a fini de mijoter on passe à table.

    La résilience est un peu comme cette métaphore...un faitou dans lequel on peut bouillir, mijoter le temps qu'il faut pr préparer son repas...on peut comme une cocotte minute y laisser même sortir la vapeur tellement que c chaud mais va plus vite en cuisson ;) pour finalement passer à table et déguster ce repas.

    Chaque repas étant different à chauqe fois ce qui évite de tourner (mijoter) la même chose :)
     
  10. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    :arrow: C'est la capacité qu'à une personne de digérer .....

    voilà pourquoi ma cuisinière digèrera et évacuera son repas après l'avoir mijoter ;)
     
Chargement...