Formation Hypnose

Risques ?

celinemily

Membre
Je ne suis pas formée à l'hypnose, j'ai eu seulement 3 séances pour une formation à l'auto-hypnose à visée antalgique. Je pratique quotidiennement depuis 2 ans. Il y a peu de temps je me suis retrouvée face à une situation où voulant gérer un petit en pleine crise d'angoisse, je l'ai fait glisser en hypnose. Ca s'est fait assez naturellement en fait, sans que j'y réfléchisse (prise de court, c'est la seule chose qui m'est venu en tête, mais je pensais juste le relaxer, je ne pensais pas qu'il allait partir en transe). Comme j'ai vu qu'il partait, j'ai pris soin de poser les fusibles comme je l'ai appris grace à ce forum, j'ai approfondi, travaillé le bien être puis le retour ici et maintenant en pleine forme. Y a t- il un risque à cette démarche ? J'étais très étonnée d'avoir pu si aisément le faire rentrer en transe et voir si rapidement les changements opérer sur lui mais en même temps j'ai vraiment eu l'impression de jouer à l'apprenti sorcier en me disant "tu n'as aucune formation, tu ne sais pas où tu mais les pieds, s'il y a un pb, tu ne seras pas armée pour gérer". J'ai lu sur le forum à propos des abreactions. J'avais mis en place la safe place avec lui (en me souvenant de ma 1ère séance avec ma thérapeute) mais en cas d'abreaction, faire aller la personne dans sa safe place ne suffit pas je suppose, se serait trop simple... Bref, tout ca pour savoir si je prends des risques à renouveler l'expérience (mes amis et mon mari me demandent souvent de leur faire une séance, et j'ai toujours refusé). Ils n'ont pas de troubles psychotiques. Donc de ce côté là,au moins, suis tranquille, mais risqué ou non sans formation de faire une séance ? (qui bien sur n'aurait pas de visée thérapeutique juste de leur faire ressentir cet état de plénitude, de bien être)
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
des abreactions
Je pratique depuis 2013 et je n'ai jamais eu d'abréation.
Sachez qu'en hypnose "le retour" est toujours possible(heureusement). Si vous avez le moindre soucis ,il vous suffit de demander à la personne de revenir "ici et maintenant",vous pouvez passer par sa safe place,le retour en sera que meilleur et plus confortable ,et lui demander d'oublier tout ce qu'il a besoin d'oublier ,tout ce qui n'est pas important pour lui pour ne pas qu'il fixe cet évènement désagréable.
J'apprends toujours la safe place et leur dit qu'elle pourra être utile en cas de séance qui remonte une sorte de "cauchemar"....cet enseignement est appris dès la première séance avec les patients.

Imaginez tout simplement que votre enfant vive ,pendant son sommeil, un cauchemar,comment allez vous vous y prendre pour le réveiller,le rassurer,lui dire que ce n'était qu'un mauvais rêve,que la réalité est autre...?

Les abréations sont des trauma non "digérés" qui surgissent,car justement l'inconscient,n'est pas arrivé à les traiter seul.Si ça vous arrive et que vous ne vous sentez pas de les traiter ,proposez à la personne d'aller voir un spécialiste pour les travailler afin qu'il ne la dérange plus.
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
Je pratique depuis 2011 et j'ai eu une seule fois une abréaction: dans ce cas, tu peux laisser la personne évacuer, en ratifiant ses émotions (il ne faut pas avoir peur des émotions, même si c'est impressionnant, et d'autant plus que tu risques de communiquer ta peur), et en lui disant qu'après ça ira mieux, qu'elle a le droit d'évacuer, de prendre son temps pour vivre ça et le laisser sortir une bonne fois pour toute. Ensuite comme dit Moune, orienter vers un professionnel pour traiter ce qu'il peut rester et voir s'il n'y a pas autre chose à refaire.
Je trouve que tu as très bien réagit. Et l'enfant va bien. Les enfants partent très vite en transe, c'est plus évident pour eux, d'ailleurs quand ils jouent, on les voit bien qui vivent leurs jeux, que le rêve se superpose à la réalité comme un filtre visible d'eux seuls.
Une séance d'hypno-relaxation, et de safe-place/ lieu sûr présente assez peu de risque.
Les risques associés à l'hypnose sont très rares et comme tu le sais déjà tes proches n'ont pas de troubles psychotiques, qui est la principale contre-indication à l'hypnose (et encore ce n'est pas une contre-indication absolue, c'est juste qu'il faut vraiment quelqu'un de formé spécialement à ces populations).
Comme le dit Moune, le retour est toujours possible, d'autoriser une amnésie si la personne en ressent le besoin. J'adore ta comparaison avec le cauchemar, effectivement c'est désagréable de se réveiller d'un cauchemar, mais on s'en remet, on s'en sort et on reprend contact avec une réalité plus rassurante.

Juste un petit ajout: pour les relaxations et lieux-sûrs, pensez juste à bien utiliser l'imaginaire de la personne. En ce moment je travaille avec une personne qui pratique la plongée et nous avons utilisé ces expériences pour rejoindre un état de transe (en induction et non en lieu-sûr), là j'étais au courant de l'endroit et surtout que c'était un lieu déjà agréable et confortable, dans la réalité pour la personne. Je ne m'amuserai jamais à lancer une plongée sous marine sans renseignements sur la personne: trop de risques d'une hydrophobie, d'un traumatisme lié à l'eau, de la peur d'une noyade... Le plus souvent, pour le lieu-sûr, je ne précise rien ou donne des exemples qui partent dans tous les sens pour stimuler la liberté d'inventer, mais ce n'est pas moi, en tant qu'accompagnatrice, qui plante le décor, c'est vraiment la construction propre de la personne qui vit et choisi son expérience.
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
J'apprends toujours la safe place et leur dit qu'elle pourra être utile en cas de séance qui remonte une sorte de "cauchemar"....cet enseignement est appris dès la première séance avec les patients.

Imaginez tout simplement que votre enfant vive ,pendant son sommeil, un cauchemar,comment allez vous vous y prendre pour le réveiller,le rassurer,lui dire que ce n'était qu'un mauvais rêve,que la réalité est autre...?
J'adore ton analogie!
C'est intéressant cette idée de safe-place en première séance. Je ne le fais pas de cette manière, je borde le chemin de balises rassurantes et d'autorisations ("quoiqu'il se passe c'est ok", "vous êtes celui·celle qui décide ce qui se passe dans votre tête", "je ne fais que suggérer, vous avez tout le contrôle pour adapter tout ce dont vous avez envie ou besoin pour plus de confort"...) mais le premier palier en est en quelque sorte un (puisqu'il y a du confort, de la sécurité etc. mais sans le nommer en tant que tel) et en sortie je rappelle les compétences et capacités de la personne ("vous avez su créer ce grand confort, cette détente, c'est vous qui l'avez créé et vous saurez donc le créer à nouveau si vous en avez envie ou besoin..."). Tu le nommes et le défini en tant que safe-place/lieu-sûr? Par ex: "Vous êtes dans un lieu de sécurité, rassurant, agréable, et vous pourrez rejoindre cet endroit, ce lieu-sûr, à tout moment"?
 

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Dans la dernière formation que j'ai suivie,le psychiatre a dit toute l'importance de créer une safe place avec des amis dedans,car se sont eux qui nous révèlent nos propres valeurs...."on existe qu'à travers les autres","seul on est rien"...
Dans la revue "hypnose et thérapies brèves",certains font des séances qu'avec la safe place ,disant toute l'importance qu'elle a .

Je leur demande d'imaginer un endroit réel ou imaginaire où ils se sentent en parfaite sécurité,avec le plus de détails possibles(VAKOG) avec des gens qu'ils apprécient et qui les apprécient...Que font ils ,comment sont ils habillés,les bruits,.....,les odeurs,....?D'y retourner chaque fois qu'ils en ont besoin pour ressentir cet état de mieux être....de relaxation....de bonheur....
 
Une abréaction c'est un mot qui fait très peur.
Mais cela n'a rien de catastrophique pour autant.
C'est tout simplement une réaction émotionnel intense et spontanée. Et cela se termine aussi vite qu'elle apparait.
Le pire serait de traiter l'abréaction de manière ultra sérieuse, dans le sens où la personne pourrait comprendre que ce qu'il se passe est anormal et qu'elle ne va pas bien ( suggestion ... tout ça)
Pleurer n'est pas nécessairement négatif. Juste accépter l'état de la personne et dès que le pic émotionnel est passé (je n'ai pas d'autre terme) suggérer par exemple qu'après la pluie vient le beau temps ;)

L'abréaction est un terme de la psychanalyse, et peut être volontairement provoqué en thérapie (mais ne pas faire n'importe quoi non plus hein ?).
C'est du wiki mais il n'est pas si mal : https://fr.wikipedia.org/wiki/Catharsis

Pour ce qui est des risque lié uniquement à la pratique de l'hypnose, il a été mesuré que certaines pratiques pouvaient amener cher le patient/volontaire des maux de tête, vertiges , nausée... lié à un mauvais "réveil" (je ne parle pas de la suggestion de réveil où l'on suggère de l'énergie et du dynamisme).

Un risque est encore de tomber sur une personne avec des troubles dissociatifs.
Enfin "risque" enfin surtout le principe de précaution en fait.
Car elles ne sont pas plus vulnérable que de personnes ne souffrant pas de troubles dissociatifs. (putnam et al. 1986)
 

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
Dans la dernière formation que j'ai suivie,le psychiatre a dit toute l'importance de créer une safe place avec des amis dedans,car se sont eux qui nous révèlent nos propres valeurs...."on existe qu'à travers les autres","seul on est rien"...
:eek: Des gens dans ma safe-place! Quelle horreur! Inenvisageable pour moi et je ne comprends pas qu'on veuille l'imposer, le proposer pourquoi pas mais dire que c'est important et qu'"on existe qu'à travers les autres" et que "seul on est rien" c'est complètement à l'opposé de ma pratique et de mon vécu personnel. Je trouve ça violent comme phrases, comme si c'était des vérités absolues.
 

nattur

Membre
Dans ma pratique, la safe-place est un endroit complètement imaginaire que le client choisi lui-même et je précise qu'il y est seul, en totale sécurité. C'est un endroit qui lui est très confortable. Je lui demande de me le détailler ce qu'il voit, ce qu'il entend.

Il y est seul car s'il y a d'autres personnes, ces personnes risquent de faire vivre des émotions que je ne veux peut-être pas que mon client vivent à ce moment. Même chose pour un endroit où le client aurait déjà été.

Alors je crée à partir de l'imaginaire et mes clients réutilisent leur safe-place à tout moment en-dehors des séances pour retrouver le bien-être et le calme. Ça fonctionne parfaitement bien.
 

jumb

Membre
Des gens dans ma safe-place! Quelle horreur! Inenvisageable pour moi et je ne comprends pas qu'on veuille l'imposer, le proposer pourquoi pas mais dire que c'est important et qu'"on existe qu'à travers les autres" et que "seul on est rien" c'est complètement à l'opposé de ma pratique et de mon vécu personnel. Je trouve ça violent comme phrases, comme si c'était des vérités absolues.
Au départ dans ma safe place, jusqu'il y a 4 ou 5 ans, il n'y avait personne. Si j'y avais rajouté des personnes ou même qu'une seule, le lieu ne représentait simplement plus le "safe". Je peux donc parfaitement comprendre que pour certaines personnes, ce ne soit pas vraiment leur tasse de thé d'y rajouter du monde.

En jouant le jeu un peu plus, si on m'avait forcé à mettre du monde et que ce ne soit pas dans mon idée, cela aurait généré de l'anxiété ou une forme de mal-être. L'endroit qui se devait d'être sécurisant aurait eu presque l'effet inverse.

Maintenant, il s'avère que je rajoute des proches, personnes aimées dans la safe place. Pour cela, un changement s'est opéré en moi. Clairement, il y a vraiment des bénéfices à le faire, mais quand ce n'est pas le moment ou que la personne n'est pas prête, ou encore pas son envie, il n'est alors pour moi pas pertinent de le faire.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Intéressant d'explorer sa "safe place" +++

Sa zone refuge...
Une bulle sécuritaire...
Son espace de jeu...
Une oasis mentale idéale...
Une superbe plage au soleil, une île avec des palmiers, et/où tout ce qu'on peut imaginer de plus confortable...
Un home sweet home...

Cette zone refuge de confort en cas d'orage mental ou de panique
Est source d'une sensation de bien être et de calme
Cette superbe ressource peut être "ouverte en cas d'urgence" par ancrage ou disjoncteur fusible
En appuyant sur un bouton d'urgence qui ouvre en grand sur l'état-ressource préalablement choisie...

Il suffit de bien préparer la personne à sa technique d'accès.

Une visualisation sécure.

Que ce soit un enfant ou un psychotique
Il suffit de bien la programmer selon son monde et son écologie...

Anticiper et avoir structuré sa solution de sauvetage.

Quand une personne par vrille, c'est qu'elle est vraiment dans une hypnose profonde que toute technique d'hypno-assistance peut réguler, modifier et inverser +++

:)
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
:mad:Quand je pars vraiment en bad trip, en bas astral, je suis tellement Mal que je m'en rends compte.

J'inverse cette transe d'envoûtement et retourne dans ma bulle de super atelier d'hypno thérapie métaphorique ...;)

L'exorcisme, la transe mutation est immédiate et je retrouve tous mes beaux projets thérapeutiques, comme ici...:rolleyes:
 

Nossolar

Moderateur
Membre de l'équipe
Dans ma safe-place je n'aurais placé personne, mais en y réfléchissant un peu plus, mon arrière grand mère, personne avec qui j'ai passé pas mal de temps dans mon enfance, je sais que je peux la placée dans ma safe-place, on avait un lien "spécial", cela a comencé dès ma naissance, puisque je suis née le même jour et le même mois qu'elle !

mes amis et mon mari me demandent souvent de leur faire une séance, et j'ai toujours refusé
je ne vois pas ou est le soucis du moment que c'est fait avec de la bienveillance et que cela ne tourne pas au thérapeutique.
 

Jeanefraise

Membre
Bonjour '
Brève intervention de ma part.
Dans ma safe place, il y a l'océan, je suis sur l'île d'yeux, il y a le soleil le vent et mes 2 garçons enfants, qui fouillent entre le rochers pour trouver des coquillages . Et moi je les regarde et suis dans le même état qu'eux, c'est à dire dans mon univers inetrieur, en paix, au calme loin de tous ceux qui peuvent et veulent m'agresser

Une question, quel type d'organisme peut me former à l'auto hypnose , pour calmer mes montées de stress

Merci à tous
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut