suggestions indirectes de Jacques Antoine Malarewicz

Discussion dans 'Les différentes Techniques & Se Former-S'Informer' créé par Leo Lavoie, 21 Avril 2009.

  1. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    À la fin de son livre "cours d'hypnose" Jacques Antoine Malarewicz a inclu les sripts de trois séances ou il fait de la suggestion indirecte après avoir passé par l'induction indirecte...

    Ciel que je déteste ça... Je crois que si j'étais le sujet je ferais plus que résister, je lui sommerais de me dire à quoi il veut en venir, et à chaque phrase pas claire je lui demanderais de clarifier! :lol:

    Je n'aime pas ça du tout. J'ai suivi aussi en audio avec Brooks ce genre de suggestions indirecte. Je n'aimerais pas le faire en tant qu'hypno ni le faire en tant que sujet.

    "et peut-être que la main droite voudrait être la main gauche au moment ou la gauche est à droite et la droite est à gauche ou au centre de la gauche de la droite..."

    Faudrait que je sois sous la morphine pour que ça ne m'énerve pas...C'est trop indirectement stratégique et trop stratégiquement indirect... :roll: On dirait vraiment un vendeur d'occases qui veut vous rouler...
     
  2. hypnofeel

    hypnofeel

    Inscrit:
    9 Avril 2009
    C'est donc un avis ou un jugement ?

    cordialement,
     
  3. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Mais vous voulez absolument que je me prononce vous! :lol:

    Ça vous insécurise les commentaires sans conclusions à l'emporte pièce? :wink:

    Je ne me moque pas de vous, croyez moi, je rigole un peu avec vous.

    C'est un avis bien personnel. Pas un jugement. Bien que j'ai toujours un doute sur l'efficacité de la chose sur ceux qui ont subi des abus sexuels avec des commentaires des abuseurs qui sont toujours indirects comme ça. Y'a des ressemblances et ça m'énerve.

    Mais ici, c'est un avis très personnel. Je dis ce que serait ma réaction avec une technique hypnotique indirecte... Ça aurait été juste intéressant de savoir si quelqu'un d'autre réagirait aussi comme moi.

    Faut dire aussi que les gens qui ont été entourés de savants manipulateurs du genre charismatique qui font de l'hypnose un peu naturellement par intuition et besoin maladif de manipuler, en ont soupé des trucs indirects des autres. Ce ne fut pas mon cas mais ça m'énerve tout de même... Je dois dire aussi qu'avec ma pratique analytique j'ai tellement vu de cas que j'ai une vision très élargie des possibilités de résistances due à des traumatismes de l'enfance.
     
  4. Encore une fois je partage votre point de vue Leo Lavoie, disons que je suis en accord avec ce que vous dites, je suis dans le même ressenti concernant les suggestions indirectes.

    D'une manière plus générale, pensez vous qu'il est possible que 2 individus, patient et hypnothérapeute peuvent être en désharmonie pour cette thérapie, car dans cette pratique tout se passe d'inconscient à inconscient, et on s'est que l'humain n'est pas fait que de matière, donc l'énergie (invisible) qui passe entre ces 2 personnes peuvent-elles être opposées ? moi je pense que oui, enfin je ne sais pas si c'est clair mon message ?...
     
  5. hypnofeel

    hypnofeel

    Inscrit:
    9 Avril 2009
    Donc peut-être est-ce pour cela qu'il y en a ?

    Je plaisante avec vous et aussi avec plaisir !

    amitiés...
     
  6. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Mais oui, c'est bien pour cela que l'on enseigne ce que représente le "rapport" et que l'on dit bien que l'on ne doit pas se retenir de référer un sujet à quelqu'un d'autre.

    Le rapport est fait de tout. Même les phéromones entrent en jeu. D'ailleurs le problème peut aussi être dans une trop grande attirance sexuelle apparemment inexplicable et qui serait à la base d'une résistance impénétrable.

    En psychanalyse comme en thérapie analytique, c'est pareil. Les inconscients ont une communication...euh...inconsciente... et elle peut être positive ou négative, fructueuse ou non (elle peut aussi être négative et fructueuse) mais si elle alimente la résistance alors faut référer.

    On dit que l'on peut utiliser la résistance du sujet pour "l'inviter" en transe...Bien sûr... mais alors ce doit être une résistance un peu faible ; un peu en surface.
     
  7. Leo Lavoie

    Vous pouvez m'expliquer cette phrase en plus clair ?

    :arrow: Mais oui, c'est bien pour cela que l'on enseigne ce que représente le "rapport" et que l'on dit bien que l'on ne doit pas se retenir de référer un sujet à quelqu'un d'autre.

    et

    :arrow: mais si elle alimente la résistance alors faut référer :

    c'est à dire de façon plus simple si c'est possible.

    Mais si non oui je pense comme vous concernant la communication des inconscients, ainsi que les phéromones qui entrent en jeu, c'est assez drôle quand on y pense...
     
  8. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Je crois que le terme est différent en français mais j'utilise ici le terme "rapport" sous son sens anglophone. C'est une relation d'échange qui coule bien et qui est agréable.

    Autrement dit, la relation entre l'hypno et le patient est importante et meilleure elle est tout en restant platonique alors meilleure sera la séance d'hypnose. Si elle n'est pas bonne cette relation, alors il faut donner au patient les coordonnées d'un autre hypno avec qui ça cliquera mieux peut-être. C'est ce que je veux dire par référer le patient.

    Pour ce qui est de la communication d'inconscient à inconscient elle peut être la base même de la résistance du patient à l'hypnose; le rapport n'est pas bon, ça ne clique pas du tout même malgré une courtoisie sans faille.
    Alors là aussi on donne au patient les coordonnées d'un autre hypno. (évidemment pas si le patient est un dangereux individu).

    Il peut arriver tellement de choses de personne à personne. On est pas fait de bois et on est encore des animaux à bien des égards. D'un autre côté, nos particularités humaines peuvent tellement se trouver aux antipodes les unes des autres. On a les névroses qui "clashent!"
     
  9. OK Leo Lavoie

    Ca répond bien à mes questions et corroborent ce que je pensais, ça me rassure quant aux remarques de certains, par exemple l'histoire du commercial sur un autre post.
     
  10. lina66

    lina66

    Inscrit:
    4 Décembre 2007
    Bien évidemment nous sommes d'accord sur le fait qu'un thérapeute ressentira un feeling différent avec chaque patient. Et c'est sans doute une preuve d'humilité de la part du 1er que de savoir reconnaître son incapacité à aider efficacement le 2nd.

    Néanmoins je vois une nuance de taille entre avoir cette humilité et ne pas se sentir capable d'aider toute personne dont la morale pourrait être différente de celle du thérapeute. Auquel cas cela pourrait p-e indiquer que le thérapeute ne se connaît pas suffisamment et que ses différences avec la patient résonnent encore trop en lui (elles le dérangent ce qui est significatif), il ne serait donc pas apte à accueillir les différences d'un 'autre lui'. Votre point de vue d'analyste m'intéresse à ce sujet Léo.
     
  11. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Ben ce n'est même pas un point de vue d'analyste en tant que tel mais je dirais que si vous êtes devant une personne ou un patient différent par semaine que vous ne pouvez pas blairer alors faudrait consulter, se faire superviser un peu.

    Mais si cela arrive une fois par année, ben alors ce serait peut-être utile d'aller au fond des choses pour comprendre pourquoi mais si on a le temps.

    Pour ce qui est des valeurs morales, il est préférable qu'un psy aie une morale orientée vers des valeurs humaines. d'amour universel et de liberté qui va jusqu'à celle de l'autre et pas plus loin .

    Avec juste cela comme base, laissez moi vous dire que ça entre déjà en collision avec bien des pratiques religieuses et moi, je dis ce que j'ai à dire. Non pas sans courtoisie et diplomatie mais je ne marche pas sur des oeufs non plus.

    Par exemple si on me consulte en me disant que maman nous interdisait de se masturber et que l'on se faisait surveiller pour pas que ça arrive parce que c'est écrit dans le petit cathéchisme alors, tout en retenant l'écume qui me monte à la bouche, je me dois d'expliquer, à ce moment là ou un autre, que maman avait grandement tort et que cela a nui au développement normal de la personne et lui a causé un traumatisme. Et vlan dans les dents... Pour moi, c'est un fait, et si ça ne va pas, alors qu'on aille voir ailleurs si je n'y suis pas.. Moi, contrairement aux psychanalystes orthodoxes, je parle et j'interviens.

    Bref, ça risque plus de déranger le patient que moi et c'est un peu mon rôle de le déranger un peu, ne serait-ce que pour brasser la cage de l'inconscient en douceur. Vous savez, la religion et la psychanalyse ont toujours été en conflit. Ben ce n'est pas surprenant, même quand pour le psy (comme moi) tout n'est pas synonyme de sexe.
     

  12. Si je comprends bien Lina, avec vous, c'est tout l'un ou tout l'autre, soit on gobe tout soit on rejète tout, et si on rejète c'est qu'on est incapable d'accepter l'autre, je ne suis pas du tout d'accord avec ça.

    Moi je pars du principe, que si l'autre ne rentre pas en résonnance avec mes convictions profondes humaines, aussi bon enseignant soit-il mais "puant", il me sera incapable d'être en phase avec ce type de personnage.

    Et je rejoins de nouveau Léo, quand il dit qu'en tant que thérapeute, ce n'est pas une défaillance du thérapeute de ne pas se sentir "capable" de suivre un patient qu'on ne peut pas blairer mais au contraire très responsable.

    Si je me trompe Léo, reprenez moi.

    Cela va sans dire, qu'un thérapeute expérimenté a tout de même une large vision empathique de l'individu, et ne rejètera pas toute personne qui ne pense pas comme lui, car là évidemment, il vaudrait mieux qu'il change de métier...

    Et la petite histoire de Léo concernant sa patiente, je suis parfaitement dans cette optique de déranger la personne, comme vous dites c'est aussi le but.

    Personnellement et à une autre dimension, concernant l'analyse des rêves (Jungienne), les croyances du rêveur font très souvent erruption, et là il est bon de signaler au rêveur sa valeur erronné et le conditionnement qu'il a amené à ces comportements, etc... bien sûr on ne va lui dire d'emblée, ce que vous pensez ou ce qu'on vous a appris c'est des conneries, il y a une manière de faire et de l'amener à cette prise de conscience, mais il se peut que le rêveur se braque (résistances) mais parfois la prise de conscience se fait très vite, après tout dépend encore une fois de la relation.

    Pour moi, ce que vous avez dit Léo, même si je le pensais déjà, que les relations d'ordre générale pas seulement en thérapie (et d'autant plus en thérapie) se passe déjà d'inconscient en inconscient, et l'histoire des phéromones aussi joue un rôle important dans la relation avec le sexe opposé.

    Un exemple, il y a quelques années comme tout le monde, je suis rentrée dans l'analyse afin de mieux comprendre mes blocages et mon fonctionnement interne, entre nous très difficile de trouver un bon thérapeute par rapport à tout ce qu'on vient d'évoquer.

    Non seulement ce psychnalyste/psychothérapeute était très très cher, 110 € il y a environ 5/6 ans (je ne l'ai vu que 2 fois), 1ère fois devant lui,
    1er obstacle, très bel homme séduisant,
    2ème obstacle il a essayé de m'embrouiller en disant qu'à la prochaine séance au niveau du prix on s'arrangerait (car je lui ai dit que je ne pourrais pas continuer avec lui vu ses tarifs), lors de la 2ème séance, j'ai rien compris à son arnaque, mais le prix était le même, donc

    Finalité, il m'était impossible de continuer avec ce psy, trop cher, trop séduisant et je n'avais plus confiance en lui, ça fait beaucoup et même s'il ne restait qu'un critère de cette sélection, c'était déjà trop pour moi...

    Voilà ma petite histoire pour corroborée tout ce qui a été dit sur la relation et la confiance.
     
  13. lina66

    lina66

    Inscrit:
    4 Décembre 2007
    Et donc vous le rejetez dans sa globalité...

    Si vous m'avez bien lue, vous aurez noté que de mon côté je ne cherche pas à tout gober ou à tout rejeter mais plutôt à considérer que chaque personne présente des qualités et des défauts, les 2 aspects étant intéressants lorsque l'on veut apprendre sur l'humain.

    Leo semblait dire que cela pouvait lui arriver de manière très rare et que c'était une occasion d'apprendre à mieux se connaître soi-même en cherchant ce qui nous dérange tant chez cette autre personne. On continue donc à apprendre sur soi et sur les autres avec ce type de rencontre et c'est bien cela qui me paraît intéressant et positif.
     
  14. Lina,

    Vous jouez vraiment avec les mots, et je ne vais pas m'amuser à reprendre phrase par phrase ce que vous avez dit, car je ne cherche à démontrer qui a tort ou raison mais bien comment moi je vois et ressens les choses, maintenant si vous ne partagez pas cette optique, libre à vous, c'est ce qu'on appelle le libre arbitre.

    Dans cet échange que l'on a sur ce post, effectivement il est très constructif, car comme je vous écoute ou plutôt comme je vous lis, et si vous etes vraiment ce que vous écrivez, il est fort peu probable que je puisse entretenir dans la vie une relation émotionnelle (amicale, professionnelle,...) avec vous, (sans jugement de ma part), seulement c'est une question de feeling, et finalement tout part de là, cela ne veut pas dire que je vous rejète, je vous lis, j'observe vos réactions mais je ne les partage pas, et pourtant je vous réponds, cela est donc pour vous un rejet car je ne partage pas votre point de vue ? dans un certain sens oui, mais alors là on pourrait se demander qui rejète l'autre ?
     
  15. lina66

    lina66

    Inscrit:
    4 Décembre 2007
    Je pense que nous n'avons pas la même façon d'appréhender la chose effectivement.

    De mon côté j'aurais par exemple beaucoup de difficultés à dire à une personne au bout de 3 messages que je ne pourrais sans doute pas entretenir de relation émotionnelle avec elle pour la bonne raison que cela reviendrait à réduire cette personne à ses quelques messages. J'ai tendance à penser (et vous avez le droit de percevoir les choses différemment bien sûr) qu'une personne est infiniment plus que 3 messages...

    Il est à mon avis dommage de ne s'intéresser qu'à ce qui nous ressemble parce que souvent ce que nous rejetons est une partie de nous que nous préférons ne pas voir.
     
  16. Je pense que Léo sera plus à même de répondre à ce dernier message de part son expérience en matière humaine et relationnelle.

    Vous savez ce que l'on dit en communication, pour convaincre, il suffit de 5 mn, bien sûr nous ne sommes pas du tout dans cette optique là mais effectivement quelques échanges sont assez parlant, à moins que l'autre ne se fourvoie dans ses écrits pour tester l'autre, ou pour se tester lui même, alors là nous ne sommes plus dans un échange authentique.

    :arrow: Il est à mon avis dommage de ne s'intéresser qu'à ce qui nous ressemble parce que souvent ce que nous rejetons est une partie de nous que nous préférons ne pas voir.

    Je ne suis pas sûre du tout de cette valeur qu'on emploie souvent à tout venant, il est facile de rejeter la responsabilité sur l'autre quand l'autre n'est pas d'accord.

    Il se peut effectivement que dans certains cas il s'agisse d'un effet miroir et donc déplaisant mais c'est loin d'être toujours le cas, c'est mon avis perso.
     
  17. lina66

    lina66

    Inscrit:
    4 Décembre 2007
    Il n'était pas question ici de responsabiliser l'autre, au contraire il s'agissait plutôt de mesurer l'impact de l'autre sur soi pour au final mieux l'appréhender et si possible mieux s'appréhender soi-même.
     
  18. Comme quoi la communication verbale/écrite est déjà très compliquée, alors une relation hypnotique...

    Mais pour réagir à votre dernière phrase, dit comme ça, je suis plutôt d'accord mais cela ne change en rien ce que j'ai dit précédement.
    :roll:
     
Chargement...