Thérapeutes et thérapie

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par EPHEMERE, 22 Décembre 2012.

  1. Je serais curieuse de savoir si tous les thérapeutes de ce forum sont tous passés par la cas départ, c'est à dire avez vous fait votre propre travail personnel ?

    Une question que j'aime bien poser, quelle est ou a été votre motivation pour faite ce métier ? La réponse classique c'est "aider les autres", oui mais pourquoi ? C'est là où votre motivation transparaît...

    Êtes vous clair avec vous même ? :roll:
     
  2. lyamcarter

    lyamcarter

    Inscrit:
    30 Janvier 2012
    Pour moi, la réponse est oui. Je n'envisageait pas de pouvoir aider quelqu'un en ayant moi même, certain blocage, certaine peur. Donc effectivement, j'ai suivi une thérapie en hypnose avec mon formateur ( je viens de terminer et je reprendrais certainement, je pense avoir d'autre chose a régler, mais chaque choses en sont temps).
    J'estimais que je ne pouvais pas demander aux gens de se livrer à moi, sans avoir fais ma propre introspection.
    Pourquoi l'hypnose. Pour moi en faite, je l'ai fait égoistement en pensant a moi, et au bien que cela pouvait "éventuellement" me procurer.
    J'ai eu la chance de tomber sur un formateur, simple, gentil et ouvert. Je me suis senti rassuré de suite. Et puis on nous donne des outils, mais ces comme conduire une voiture vous venez d'avoir le permis, mais vous ne savez pas conduire. Alors je me suis mis a lire encore et encore a chercher un peu partout, sur tout, trouver sur quoi j'allais me sentir a l'aise. Certain dans ma session sont tous parti sur l'arret tabac, la sexotherapie, mais sa ne me parlais pas. Donc j'ai cherché à trouver ce qui me parlait, et sa a été une évidence en fin de compte et depuis , j'apprends encore et encore. Je débute donc rien n'ai parfait. Je suis les conseils qui me paraisse utile, et voilà le but n'étant pas de rendre dépendant les gens qui viennent nous voir , mais bien au contraire de leurs rendres les clés de la maison si je puis dire (croyance, corps, etc)
    Je trouve ce métier passionnant autant pour les résultats qu'ils procurent autres, que pour les connaissances qu'il m'apporte.
     
  3. Merci pour votre honnêteté. Pensez vous que votre formation est suffisante ou complète pour aborder toute la complexité de l'individu en souffrance ?
     
  4. mindy

    mindy

    Inscrit:
    23 Août 2009
    Bonne question, de votre côté avez-vous effectué ce travail Ephémère? Pendant combien de temps? Quelles méthodes ont été utilisées?
     
  5. Touche "historique" vous aurez tout!
    Et vous ? Car c'est le but de mon topic, ayez le courage d'y répondre...
     
  6. mindy

    mindy

    Inscrit:
    23 Août 2009
    Le but n'est pas de relire 5000 messages Ephémère...

    De mon côté bien évidemment, une thérapie est absolument nécessaire pour pratiquer de façon sérieuse.

    A vous
    :wink:
     
  7. lyamcarter

    lyamcarter

    Inscrit:
    30 Janvier 2012
    Comme je vous l'ai dis, on nous donne des outils, la façon de faire, ect, après je pense que certain ce contente de cela. Certain pense pouvoir résoudre tout les problèmes en une séance, moi je ne pense pas, et la dessus mon formateur a été plus que clair, on est pas dieux, et on ne fait pas de la magie. Personnellement, je pense que cela ne suffit pas, qu'il y a tout une part de perfectionnement, de recherche, sur soi et sur l'affinement du travail. La formation est quelque part identique a celle que l'on apprends partout. Elle n'ai pas marketing (on était 10 par session). La personne qui la fait est pédagogue, disponible et l'écoute, de bon conseils, il est pas das le moi je sais écouter ! . On pratique comme partout. Alors, je ne cherche pas le perfectionnisme a tout prix, je veux juste être a l'aise avec ce que je fais ( le comprendre au mieux pour le transmet). La chance que j'ai eu lors de ma formation, c'est d'avoir eu de bonne relation avec certain de mes comparses, qui était dans des métiers plus médicales ( médecin, psy, magnétisseur, kiné ect ) et qui connaissent le corps et ces réactions. Et c'est le prochain truc que je dois perfectionner, sans devenir médecin, parce qu j'en ai pas les capacités.
    Par exemple un acouphène. Si vous le traiter sans savoir et prévenir la personne avant d'aller consulter un dentiste ou un ostéo, votre séance peut avoir moins d'impact, ou pas du tout.
    Il faut également, je pense, savoir se dire que l'on est pas capable de résoudre tel ou tel cas, il faut savoir renvoyer les gens sur des personnes plus compétentes pour traiter leurs problèmes.
     
  8. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    La question du "travail personnel" est toute relative.
    Il est bon de faire le point sur soit et évidement de la faire avec une tierce personne compétente. Ce connaitre et reconnaitre ses peurs ses blocages, croyantes et si nécessaire travailler dessus.
    J'approuve le fait que ce soit nécessaire et j'ai réalisé un certain travail en ce sens.

    Est ce la case départ? Pas certain...

    Est il pour autant obligatoire de faire une analyse au sens psychanalytique?
    Pas certain non plus.

    Amicalement
     
  9. Le but de ce topic n'est pas que je répète 5000 fois la même chose, vous qui suivez de près mes interventions, j'aurai pensé que rien ne vous échapperez..., mais là en l'occurrence vous ne répondez pas à l'objet de mon topic...
     
  10. mindy

    mindy

    Inscrit:
    23 Août 2009
    La question est bien de savoir si les thérapeutes ont eux-mêmes fait une thérapie, ma réponse est oui comme écrit ci-dessus. Et la vôtre?
     
  11. Quand je parle de travail personnel, je parle bien sûr de thérapie avec les mêmes outils de formation, car ce n'est pas les quelques exercices en formation que je considère une thérapie.

    Et oui je pense indispensable que tout hypnotherapeute passe par là. Comment pourrait il amener l'autre vers la guérison si lui même n'est pas au clair avec lui même et n'a pas intégré dans sa thérapie les outils qu'il propose...
    Mais quelle a été votre motivation pour faire ce métier ? La question de mon topic...cette question est valable pour Mindy qui tourne autour du pot comme elle sait si bien le faire...
     
  12. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Absolument d'accord et je parlais également de ce genre de "travail".

    Répondre à votre question sur la motivation à exercer (je vais pinailler)
    s'est accréditer ce qui semble votre postulat.
    Le besoin d'entrer dans cette voie, répond, en premier lieu à résoudre un "conflit (complexe ou autre..) inconscient non résolu".

    Dans la réalité cela peut être vraie, mais pas toujours et heureusement.
    Pour la psychanalyse c'est toujours vraie et il faut en avoir conscience.

    Dans le premier cas, on peut concevoir ce travail "indispensable" à la pratique, de façon simple et "tranquille".(je pense avoir suivie cette voie)
    Dans le second, si on va au bout de la logique, l'analyse ne ce terminera jamais..

    Pour mon cas, le point de départ de ma motivation est très ancienne et liée à une passion pour les "sciences humaine", le reste est question de parcours, de rencontres etc...
     
  13. Pour répondre a Hibou,:
    Vous pensez que la plupart des individus qui ont envie de régler leurs conflits intérieurs vont vers ce métier de thérapeute ? Ce qui implique qu'ils sont conscients de leur fonctionnement ?
    Contrairement à vous, ce ne sont pas les rencontres mais mon vécu qui m'a fait cheminer vers la psychologie, l'analyse, et la spiritualité, et je pense surtout une recherche d'authenticité...
     
  14. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Envie, non, ces serait plutôt inconscient si le cas existe (et il doit exister).
    Je n'ai jamais jamais pensé celà : que "...la pluspart des individus.."

    Et Il me semble plutôt que c'est vous dans la formulation de votre question (sujet de ce post) qui induisez cette hypothèse.



    hors sujet
    En passant, je viens de m’apercevoir d'une des raison qui fait que vous avez souvent des débats "houleux" avec les participants..
    Relisez votre phrase (en citation ci-dessus)

    Vous formulez une affirmation (qui est votre interprétation d'une intervention) et vous finissez par le point d'interrogation.

    Je me suis rendu compte qu'en lisant votre question, j'ai ressenti un petit malaise, vous me prêtez des idées que mes propos n’ont jamais suggéré ici.
    On peut répondre à une question, mais ici, cela me place à répondre à un "jugement" d'une certaine façon.
    Cela vous arrive souvent il me semble.

    re hors sujet
    Il faut traduire vos questions et c'est pas facile.
    Le sujet de votre post n'implique pas que l'on parle de nos motivations!
    Votre question est :
    la suite est pour moi un commentaire
    Je pense que c'est pourquoi Mindy de bonne foi pense vous avoir répondu.

    Vous terminez par : Êtes vous clair avec vous même ?
    Ce qui sous entend, que celui qui inaccompli pas ce travail (je dis travail et non thérapie volontairement) ne serais pas clair. i
    Cela resterait à démontrer.
     
  15. Pour Hibou,

    Désolée, mais mes questions sont claires et sans ambiguïté, si elles vous dérangent vous n'êtes pas obligé d'y répondre...

    Quant aux réponses de Mindy, j'ai rarement vu une personne aussi peu authentique, perfide et avec un certain machiavélisme.

    Quant aux conversations houleuses, et bien vous savez à quel le politiquement correct est une façon de fonctionner pour beaucoup...

    J'ai cru comprendre que je vous paraissait franche et authentique, je me trompe?

    Bref, oui je confirme qu'un thérapeute qui n'a pas fait sa thérapie, j'ai de gros doutes sur sa capacité à aider l'autre, et que la motivation pour faire ce métier est également un indice de taille, bien plus qu'on ne pense.
     
  16. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
     
  17. Pour Hibou,

    Pour faire court, je partage le fait que sur un forum on fait dans le raccourci ce qui implique parfois effectivement des incompréhensions, néanmoins certains se cache parfois dans ce type d'échanges, la confusion, chère à certains...

    Bref, si vous avez des questions ou si vous pensez que j'ai émis des jugements à votre égard, vous pouvez rectifier le tir, comme ça, ça sera clair pour tout le monde.
     
  18. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Bonsoir

    Parmi tous les thérapeutes que j'ai rencontré, les uns ( la plupart) n'ont jamais eu besoin de thérapie perso car ils ont toujours fonctionné spontanément en life

    les autres ont travaillé leur développement personnel pour se développer un peu plus

    certains un peu psy sont restés un peu psy ( des psychiatres ou des psychanalystes en général ???) malgré une auto-thérapie très intensive :lol:

    quelques autres sont réussi à être un peu plus hors du commun, peut-être la plupart de ceux de ce forum ?

    le principal c'est peut-être que la personne en face trouve simplement une aide pour avancer, changer, évoluer, vivre en free sa vie ?

    avec ou sans hypnose ?

    avec ou sans thérapie ?

    :)
     
  19. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Merci, mais je n'ai rien à ajouter à mes précédent messages.
    Et je dois dire que j’apprécie que nous puissions dialoguer sans nous invectiver bêtement.
     
  20. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Bonsoir surderien

    Le tableau que vous dressé ressemble fort à ce que je pense.
    Il y à beaucoup de "cas" de figure.

    Autant je suis d'accord sur le fait qu'il est utile de vivre par soit même la technique que l'on va utiliser. Qu'il soit utile de faire un petit point sur soit et un travail si nécessaire.
    Autant le terme "suivre une thérapie" me gène, cela impliquerait que nous sommes tous au départ forcement "malade" ou souffrant de quelques chose, c'est pourquoi je préfère le terme "faire un travail".
     
  21. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    des neuroscientifiques disent que nous avons tous une personnalité psycho-pathique équilibrée, sauf ceux qui n'ont pas trouvé l'équilibre ou qui ne tiennent pas à vivre en équilibre !

    :)
     
  22. Concernant le message de Surderien, c'est ce que j'appelle un discours politiquement correct ou il ne s'implique pas du tout mais généralise ma question, mais souhaite participer au débat sans y apporter un discours personnel, pour moi aucun intérêt !

    Les êtres hors du commun ? C'est loin de vous représenter Surderien :lol:

    Hibou, pourquoi le terme de thérapie vous renvoie t'il une image aussi négative ? Un travail sur soi, ok mais avec les outils qu'on utilise pour ces patients me semble fortement cohérent.

    Sur ce faites de beaux rêves !
     
  23. hibou13

    hibou13

    Inscrit:
    7 Octobre 2012
    Pour EPHEMERE
    Hibou, pourquoi le terme de thérapie vous renvoie t'il une image aussi négative ?

    Parce que dans ce cas précis, ne s'adressant pas à un patient, mais à un futur thérapeute. La position lapidaire du type : il faut suivre absolument une thérapie pour être soir même thérapeute. Me renvoi à la grande influence des psychanalystes en la matière (qui déteint sur les autres psychothérapie) et à leur propre pratique pour entrer en formation.
    Hors, il n'en résulte à la finale des êtres pas plus équilibré que les autres et les exemple de psychanalystes totalement égocentrique et suffisant sont foison.
    Il ne me semble pas que cette pratique (de thérapie préliminaire à ...)soit une garantie d’efficacité.

    D'un point de vue plus général, quand je lis ces gens cracher des insultes à la moindre critique de leur "pape" idolâtré, quand je lis leurs critiques des autres thérapies souvent à base de calomnies infondées (par simple jalousie), quand j'ai lu leur position hystérique et crispé dans le débat récent sur l'autisme. Ils ne me semblent pas franchement ni équilibrés et ni maîtriser leurs nerfs.
    Et pourtant ils sont tous passés par leur propre thérapie!

    Donc je préfère le terme travail quand nous n'avons pas affaire à une personne présentant à priori un symptôme particulier. Et vouloir être thérapeute n'est pas forcement le symptôme d'un problème à régler.
     
  24. mindy

    mindy

    Inscrit:
    23 Août 2009
    Une thérapie c'est savoir se remettre en question je pense. Par exemple quand Hibou13 s'ajoute à la très longue liste des personnes qui vous parlent d'un ressenti négatif lorsqu'ils dialoguent avec vous Ephémère vous bottez à nouveau en touche avec des résistances évidentes ("c'est de la franchise" ou "allez voir ailleurs si j'y suis"). Comment se fait-il qu'autant de personnes vous fassent cette réflexion à vous et à vous seule? Sauf à considérer que vous êtes la seule personne franche ici il se peut tout de même que le problème ne vienne pas forcément (ou pas que) des autres.

    Considérons que vous avez effectué une thérapie Ephémère (puisque vous avez bc de mal à en parler sur ce post), le prolongement de votre question pourrait alors être: la poursuivez-vous de manière active? Continuez-vous à consulter ce thérapeute?
     
  25. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Intéressante question " Médicus cura te ipsum"
    Je dois avouer qu exerçant hors d un cadre analytique, n étudiant ni les phénomènes de transferts ni de contre transfert, je me me suis jamais posé la question ...
    D ailleurs je n ai pas posé à mes collègues psychiatres cette question mais compte tenu de la longueur des études il ne peuvent matériellement pas tous le faire ...
    Au total, je ne me sens qu un névrosé très ordinaire, et j ai la faiblesse de croire que mon jugement n influe pas sur la thérapie ...Par ailleurs, le type même de thérapie que je pratique semble me préserver de jugements à l emporté pièce car il prend le discours du patient comme une forme de vérité,qu il convient de traiter en tant que telle ... Par ailleurs mon leit motiv est que je ne cherche pad pourquoi le symptôme est apparu mais comment en débarrasser le patient ; thé problem id not thé problem ... Thé problem id chat hou think about thé problem ...
     
  26. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    peut-être parce qu'elle fait partie des personnalités psycho-pathiques qui précisément entretiennent par la thérapie qu'elles pratiquent le type de personnalité psycho-pathique qu'elles tiennent à avoir

    Etant juge et parti, leur auto-thérapie en boucle les comble alors de tout manquement.

    Et pas besoin de supervision : elles l'ont elles-mêmes sur elle-mêmes !

    :wink:
     
  27. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Tss tsss Surderien vous n êtes pas très charitable ...
    Il est très confortable d avoir des certitudes inébranlables dans la vie ...
    Malheureusent en vieillissant je me rend compte que la plupart de mes certitudes se sont effondrées et j en suis profondément attristé voire aigri selon les jours ...
    J ai eu la chance d avoir un vieux formateur ,très pragmatique,très pédagogue ,qui nous a fait part de son intérêt pour les thérapies brèves et l hypnose en prenant bien soin de ne pas être dogmatique ,en nous expliquant que chacun pouvait adapter à sa personnalité ce qu il nous apprenait essayant de nous faire apparaître ce qui est indispensable et ce qui est futile ...Nous expliquant que sa stratégie de soin c est f être toujours ou le patient ne l attend pas, à l affut du changement, à l écoute pour mieux diriger,nous expliquant qu il n est pas nécessaire de prévoir 5 séances si on peut "traiter" en une seule. Bref je ne peux que louer ce personnage extraordinair
    e qui m a appris que si la parole peu blesser à coup sûr en quelques secondes, elle est aussi efficace pour guérir aussi rapidement .....
     
  28. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    tout à fait d'accord.

    niveau perso, en repensant à mon historique, j'ai fait un travail perso en remettant toute mon éducation à plat.
    tout est parti d'une fois où je me suis aperçu que mes parents s'étaient trompé (dans leur jugement sur une catégorie de personne) ce qui impliquait qu'ils pouvaient s’être trompé bien davantage... donc examen de ce qui a été inculpé, comparaison avec la société, les autres, et verdict : on garde ou pas...
    bien avant que je découvre l'hypnose, je faisais sans doute de l'auto hypnose sans le savoir vu que je suis très rêveur...
    Ce qui fait que j'ai débuté ce métier en allant plutôt bien, en ayant déjà depuis longtemps pleinement confiance en moi.

    bref oui je suis complètement au clair avec mes motivations pour être thérapeute :
    -avoir un revenu tout en aidant les autres, si je peux, sans se sacrifier.
     
  29. Pour Hibou,

    Merci d'avoir pris le temps de m'expliquer ce qui vous a froissé dans ma question. Toutefois je vous rappelle que je ne n'appartient à aucun courant d'hypnose puisque ma formation est multi référentielle/intégrative...

    Je viens de me rendre compte qu'en fin de page en cours sur la gauche il y a des sujets qui rappellent des mots clés, et le 1er lien me rappelle des souvenirs.... :wink:
     
  30. Philou13

    Philou13

    Inscrit:
    13 Décembre 2012
    Éphémère j en suis désolé mais votre modestie vous égaré parfois ...
    Tout thérapeute est content de ce qu il fait ... Lui dire qu il se met le doigt dans l œil jusqu au coude depuis tant d année est un recadrage difficile ... Laissez nous le temps de le digé rer ...
     
Chargement...