Toc

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Anonymous, 24 Octobre 2005.

  1. Quelle thérapie suivre pour un TOC ?
     
  2. electroflesh

    electroflesh

    Inscrit:
    18 Août 2007
    Je te conseille une psychothérapie chez un psychiatre qui connait bien le problème
     
  3. hypno36

    hypno36

    Inscrit:
    12 Septembre 2005
    L'hypnose est également eficace
     
  4. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Aout 2007....
    Sujet lancé par Invité:
    -Quelle thérapie suivre pour un TOC ?

    Hypno36, vous avez répondu:
    L'hypnose est également efficace..

    vous pouvez nous en dire pluss..le sujet est d'actualité sur ce forum .( sourire)
    Merci .
     
  5. hypno36

    hypno36

    Inscrit:
    12 Septembre 2005
    le traitement des toc avec l'hypnose c'est comme toutes les pathologies, il n'y a pas de règle, c'est au cas par cas.

    Désolé pour ta curiosité.
     
  6. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Cette question était pour ceux qui ont des Tocs et qui attendent des réponses,

    comme le papa du petit garçon agé de 10 ANS qui a écrit sur ce forum et tous les autres.

    Se n'était pas de la curiosité...

    vous avez écris que l'hypnose était efficace..
    là je vois : traitement/ pathologies...rien d'autres ???
     
  7. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Je suis très observatrice, donc, je vais mettre en évidence ceci:
    - L'hypnose qui soigne:
    SUJET : TOC - Vu : 660 fois.

    Il est très regardé, ce qui veut dire que les gens cherchent des réponses.

    - Alors je vais "insister"..
    si vous aviez quelqu'un face a vous avec des tocs et qui a besoin d'aide,
    qu'est-ce que vous lui diriez...sachant qu'il ne connait pas l'hypnose ou très peu.
    Là, je parle pour les gens qui veulent se tourner vers l'hypnose mais ..qui ne savent pas trop si c'est efficace ou pas..comment ça se passe !!..pleins de questions fusionnent dans leur tête .
    que leur diriez vous ?
     
  8. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Bonjour,

    En fait, c'est le problème récurent de l'hypnose, les gens n'en connaissent que ce que l'on nous montre à travers les spectacles.

    Pour simplifier, je dirais qu'il faut d'abord faire prendre conscience à la personne intéressée que c'est au niveau de l'inconscient que réside son programme de fonctionnement, l'inconscient a été programmé, formaté par notre éducation, par la société, par les différentes choses qui se sont passées dans notre vie. C'est en fonction de toutes ces choses que nous pensons, agissons. :D
    Et si nos pensées présentent des troubles, des obsessions, il faut aller reprogrammer cet inconscient, et l'hypnose permet cette reprogrammation. :arrow:
    Oui, je reconnais, c'est un peu simpliste comme explication, et si après, la personne désire des précisions, on peut approfondir. :?

    Bien à vous,

    Jurgen :wink:
     
  9. hypno36

    hypno36

    Inscrit:
    12 Septembre 2005
    Avec moi une séance dure 1h30, d'abord on discute , de sa vie, de son vécu, et de ses désirs, ce que cela va changer pour lui... ensuite la séance d'hypnose débute, la personne ne dort pas elle est consciente et aussi un petit peut ou beaucoup ailleurs, elle peut mentir si je lui pose une question mais elle est également en contact avec sa partie inconsciente qui va l aider a faire un travail profond...

    Je lui dirai aussi de se donner 3 séances pour juger des résultats, après il décide

    voila ! :wink:
     
  10. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour à toutes et à tous,

    Voici, en ce qui concerne la recherche, ce que certains auteurs ont écrit à propos des "TOC". Ce n'est peut-être pas inutile de le rappeler :


    "Le traitement des troubles obsessionnels-compulsifs facilité par l’hypnose - Peut-il être fondé sur l’expérience clinique? (1)

    Claire Frederick

    Résumé : Il ne manque pas de directives fondées sur l’expérience clinique pour traiter les troubles obsessionnels-compulsifs (TOC) à l’aide de médicaments, de thérapies comportementales ou de thérapies cognitives. Pourtant, il reste encore un pourcentage élevé de patients dont les symptômes demeurent plus ou moins réfractaires aux traitements standardisés. Cette situation pourrait trouver son origine dans l’hétérogénéité phénotypique de ces troubles ainsi que dans leur forte comorbidité psychopathologique. Des études ont également démontré que les TOC sont associés à un haut degré de dissociation. Cet article examine ce qu’exigerait l’élaboration de thérapies facilitées par l’hypnose et fondées sur l’expérience clinique pour traiter les TOC résistants aux traitements. Il fournit une introduction à la complexité des questions relatives au traitement des TOC et examine tant les avantages que les inconvénients d’une méthode fondée sur l’expérience clinique, dans le traitement faisant appel à des psychothérapies facilitées par l’hypnose.
    "

    Conclusion :

    Cet article de Claire Frederick tend donc à confirmer, sur base de l'expérience clinique, que l'hypnose peut faciliter les psychothérapies destinées à "endiguer" les "TOC".

    Bien à vous.

    Peter.

    (1) IJCEH, International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis http://www.mut506.be/jsp/index.jsp?lang ... lderid=416 As the leading voice in hypnosis, your essential resource for the latest developments in hypnosis.
    http://www.ijceh.com/index.php?option=c ... &Itemid=48 , page consultée le 31 mars 2009.
     
  11. Eluno

    Eluno

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    J'ai lu ça dans un livre, et je m'y suis tout de suite retrouvé.
    Je ne sais pas si on parle du même type de dissociation, mais lorsqu'un patient (ou non) a un symptôme psychopathologique, du style TOC ou tics nerveux, il s'en dissocie. Il n'accepte pas cette partie de lui, et donc "la sort de lui", s'en dissocie.

    Résultat : le trouble se développe seul, et a une vie prore. Il est totalement autonome. Pour cela qu'avant le traitement de TOC, certains thérapeutes (je l'ai déja lu) demandent dabord si le patient serait prêt à garder ce "trouble" comme un signal, plutôt que de s'en débarrasser totalement (chose à laquelle j'ai eu le droit sur ce forum pour mes tics nerveux :D)

    Une première étape possible vers la guérison serait donc la réassociation de ce trouble, puis de reprendre le contrôle sur lui.
     
  12. Joey

    Joey

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    La dissociation provient certainement du fait que le sujet ne peut pas nier son comportement, et n'étant pas consciemment d'accord avec celui-ci, le rejete ou pense qu'il est un comportement indépendant de lui.

    Une première chose à faire, a mon avis est un recadrage sur le toc. celui-ci existe et fait partie de lui. En effet, le Toc est avant tout une stratégie mise en place par l'inconscient. celle-ci a certainement été utile (et donc positive) au sujet à un moment, cependant la généralisation de cette stratégie à outrance en devient nocive.
    Ensuite, je pense que le thérapeute doit tenter de mettre cette stratégie à nu, c'est à dire de déterminer la suite d'opérations mentales qui la définissent et qui s'enchainent tel les maillons d'un cercle viscieux pour aboutir au comportement compulsif.
    Puis ensuite, de modifier ou de supprimer certains maillons pour en modifier le résultat et donc casser le cercle.
     
  13. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Du nouveau dans le traitement des "TOC" ? :roll:

    Traiter les TOC (1)

    "La stimulation électrique d'une zone cérébrale profonde est une piste prometteuse pour soigner les troubles obsessionnels compulsifs.
    Bénédicte Salthun-Lassalle.

    Deux pour cent des Français souffrent de troubles obsessionnels compulsifs ou toc, la quatrième pathologie psychiatrique. Obsédés par la propreté, l'ordre, la symétrie ou bien submergés par des doutes et des peurs irrationnels, les patients effectuent des rituels de rangement, de lavage ou de vérification qui peuvent durer chaque jour plusieurs heures. Aucune cause neurologique n'est identifiée, mais on s'accorde sur un dysfonctionnement de certaines régions profondes du cerveau. Dans les formes les plus graves, les traitements – thérapie comportementale et antidépresseurs – sont inefficaces et les patients sont confrontés à de grandes difficultés d'insertion sociale, professionnelle, voire familiale. L'équipe inserm de Luc Mallet à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, a testé la technique dite de stimulation cérébrale profonde, déjà utilisée avec succès pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson, chez 16 patients atteints de toc sévères et résistants à tout traitement. Les premiers résultats sont encourageants.
    En 2002, en soignant des patients atteints de la maladie de Parkinson – qui se caractérise par des mouvements anormaux –, les neurobiologistes de l'inserm ont constaté que la stimulation cérébrale profonde réduisait les troubles obsessionnels dont souffraient par ailleurs certains des malades. La technique consiste à implanter deux électrodes dans une région cérébrale bien identifiée et à les relier à un stimulateur implanté sous la peau ; ce dernier délivre un courant électrique qui module l'activité électrique des neurones. Tout se passe dans les noyaux dits sous-thalamiques. Selon la localisation des électrodes dans ces noyaux, les neurobiologistes ont constaté qu'ils peuvent modifier le comportement moteur, social ou affectif du patient.

    Parmi les 16 patients souffrant de toc graves et recrutés dans dix centres hospitaliers universitaires français, huit ont eu trois mois de stimulation électrique active, puis trois mois de placebo ; les huit autres patients ont été traités par un protocole inverse. Le traitement s'est révélé efficace dans sept cas sur dix, les symptômes étant diminués de plus de 25 pour cent. Grâce à ce traitement, 60 pour cent des sujets ont retrouvé une vie familiale et professionnelle quasi normale. Divers réglages (l'intensité des stimulations et la position des électrodes par exemple) sont encore nécessaires, d'autant que l'opération neurochirurgicale a parfois des effets secondaires délétères. Il ne s'agit que d'une toute première tentative, mais elle a permis à des personnes que leur maladie coupait du monde de se réinsérer dans la société
    ."

    Conclusion :

    Dans le cas des "TOC" l'expression bien connue : "La fin justifie les moyens" prend ici tout son sens.

    Les lecteurs et lectrices noteront que ces informations récentes ont été croisées avec d'autres. (2)


    Bonne découverte.

    Peter.

    Références bibliographiques :

    (1) Pour la science.fr, le magasine de référence de l'actualité scientifique, http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f ... -18975.php, page consultée le 31 mars 2009.

    (2) La recherche, Vous êtes sur ACTUALITE > article[1] L. Mallet et al., NEJM, 359, 2121, 2008. PSYCHIATRIE | 20.01.2009 | 10h50 "La stimulation électrique réduit les TOC"
    http://www.larecherche.fr/content/actua ... l?id=24697, page consultée le 31 mars 2009.
     
  14. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Errata !

    Ce message concerne mon courriel précédent !

    Désolé, mais, les adresses ont été transformées lors de l'envoi sur le site.

    Je suppose que c'est le séparateur utilisé (la virgule) qui en a été la cause.

    Nouvel essai :

    Références bibliographiques :

    (1) Pour la science.fr, le magasine de référence de l'actualité scientifique, http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f ... -18975.php page consultée le 31 mars 2009.

    (2) La recherche, Vous êtes sur ACTUALITE > article[1] L. Mallet et al., NEJM, 359, 2121, 2008. PSYCHIATRIE | 20.01.2009 | 10h50 "La stimulation électrique réduit les TOC"
    http://www.larecherche.fr/content/actua ... l?id=24697 page consultée le 31 mars 2009.

    Peter.
     
  15. MENGAL

    MENGAL

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Bonjour Eluno,

    Pour répondre à votre question, il me semble que l'exposé de cet hypnothérapeute belge bien connu, Eric MAIRLOT, semble tout indiqué :

    Hypnose et dissociation psychique (1)

    Eric MAIRLOT, psychiatre belge, explique, dans son exposé reproduit sur le site signalé en bas de page (1), ce que représente, pour lui, la dissociation psychique.

    Selon lui, « la compréhension de l’utilité de la dissociation permettrait de développer des techniques efficaces (hypnotiques ou stratégiques) pour traiter des pathologies [qui résistent] aux thérapies classiques », parmi lesquelles, il cite précisément les « TOC ».

    Les lecteurs et lectrices intéressés par ce qu'il appelle la « dissociation psychique » sont invités à aller sur le site dont l’adresse est reprise ci-dessous, la page consultée n’ayant pu être recopiée par un "copier - coller" traditionnel. Vous pouvez même écouter son intervention en cliquant sur l'endroit indiqué sur cette page.

    Bonne lecture.

    Peter.



    (1) Eric MAIRLOT, Paris, 08 et 09 octobre 2004, Colloque international francophone,
    http://www.hypnosemedicale.com/colloque ... airlot.htm page consultée le 31 mars 2009.
     
  16. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Merci

    Altmaeir , Hypno36 et à vous Mengal pour vos réponses.
     
  17. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    oups, j'avais pas vu la suite...
    donc pas lu Eluno et Joey..merci à vous aussi.
     
  18. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Joey a dit :
    Une première chose à faire, a mon avis est un recadrage sur le toc. celui-ci existe et fait partie de lui.
    En effet, le Toc est avant tout une stratégie mise en place par l'inconscient.
    celle-ci a certainement été utile (et donc positive) au sujet à un moment,
    cependant la généralisation de cette stratégie à outrance en devient nocive.

    Ensuite, je pense que le thérapeute doit tenter de mettre cette stratégie à nu, c'est à dire de déterminer
    la suite d'opérations mentales qui la définissent et qui s'enchainent
    tel les maillons d'un cercle viscieux pour aboutir au comportement compulsif.

    Puis ensuite, de modifier ou de supprimer certains maillons pour en modifier le résultat et donc casser le cercle.



    Je rajouterai sous une forme métaphorique un peu différente :

    Notre cerveau est dans l’effervescence permanente

    Trouver des stratégies de contrôle, de régulation de cette effervescence il en a la capacité

    Mais parfois il se laisse emballer par son effervescence…

    Lorsque les associations d’idées prennent le dessus, en boucle, un cercle vicieux s’installe

    quand le cerveau s’est laissé dépasser


    Alors seule une aide extérieure peut réinitialiser les choses, comme pour un ordinateur

    l’hypnose permet alors d’accéder à la régulation du système

    Et le cerveau reste maître du jeu tout en se faisant aider

    Quand il en a compris tout l’intérêt par hypnose, il en est doublement gagnant



    :)
     
  19. ocd tired

    ocd tired

    Inscrit:
    7 Octobre 2009
    bonjour je suis une grande anxieuse et jai beaucoup de tocs, tellement que je en pourrais pas les citer, mon angoisse me fait souffrir..
    Je voudrais savoir si la pnl peut maider.
    Jai vu un psy qui ma dit qe je ne pourrai jamais guérir, qe jétais structurée comme ça, pourtant je ne lui ai quasiment rien raconté..
    je nai pas de vie sociale, souvent je narrive pas à prononcer certains mots, je dois faire des efforts énormes, je bégaie..
     
  20. Et bien j'espère que vous ne le voyez plus ce psy à 2 balles... :?
    en tout cas l'hypnose est une thérapie tout à fait adaptée à votre cas, si vous trouvez le bon thérapeute.

    Alors n'hésitez pas à consulter les pages jaunes de votre région.
     
  21. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    alors c'était un psy qui n'y connaissait rien.... tout le monde peut y arriver, c'est juste plus ou moins long et plus ou moins facile.
    trouvez la bonne personne et cela sera bien plus facile.
    Laquelle est-ce? celle qui vous semblera heureuse et avec laquelle le courant passera bien (en ayant vérifié sa formation éventuellement).
     
  22. ocd tired

    ocd tired

    Inscrit:
    7 Octobre 2009
    re
    je nelai pas revu depuis non, franchement jai commencé à lui dire que étant enfant je calculais le nombre de lettres dune phrases...Et il s'est basé seulement sur ça, ne m a pas laissée dire un mot. C'était "mr je sais tout".

    Pour couronner le tout il ma prescrit un médicament pour les schizophrènes bipolaires..! Je lui avais pourtant dit que je nentendais pas de voix..

    Je nai pas pris ce médicament, les effets indésirables faisaient peur: mort soudaine inexpliquée...Dailleurs aux usa de nombreuses personnes ont porté plainte contre le labo car il augment la glycémie énormément et il y a eu des morts..
    regardez c'est ceci:

    http://www.dailymotion.com/video/x44aad_zyprexa-danger_tech

    pour quelquun qui a des tocs et suis très angoissée voilà ce quil ma prescrit sans même mavoir écoutée...

    Il y a une psychologue qui fait de lhypnose dans une ville près de chez moi.
    Mais jene sais pas si elle est efficace et si cela marchera sur moi, en plus ce n'est pas remboursé nest ce pas? Et c'est assez cher.En tout cas cest clair que ça vaut le coup si ça marche.

    Le problème c'est que jai tellement de problèmes que je ne saurais même pas tout lui lister. Je ne sais plus où jen suis.

    eT EN CE QUi concerne la pnl, y a il des écrits sur les tocs?

    Merci.
     
  23. ocd tired

    ocd tired

    Inscrit:
    7 Octobre 2009
    ça aussi ça fait peur:

    http://www.hypnose-ericksonienne.com/bi ... ockert.htm

    quand je pense que jai une toute petite tension (entre 8 et 10 et des fois moins), il majuste dit que je risquais davoir la bouche sèche.
     
  24. Vous n'avez pas eu de chance la 1ère fois, mais puisque vous dites qu'un psy de votre ville pratique l'hypnose pourquoi ne pas tenter, vous verrez de suite sa prise en charge, écoute attentive, etc...

    La PNL fait partie de l'hypnose, l'hypnose englobe plusieurs techniques, dont certaines plus adaptées pour certains troubles, mais tout cela à l'intérieur de la pratique hypnotique.

    Effectivement ce n'est pas remboursé, mais quelle libération après...

    A vous de voir :wink:
     
  25. Mais qui vous a prescrit ce type de médicament ? votre médecin généraliste ? car un psychologue ne prescrit pas de médicament, il n'y a que les psychiatres qui peuvent le faire.
     
  26. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Bonjour à tous,

    ayant souffert de troubles du comportement alimentaire et actuellement de colopathie fonctionnelle,je souhaitais témoigner ici.

    Après avoir été suivie par maintes psychiatres pendant des années et ne voyant pas le bout du tunnel, j'ai décidé de tenter l'hypnose.
    Mon hypnothérapeute m'avait d'abord dit qu'au bout de 4 séances je ressentirais du mieux, qu'elle avait déjà traité la colopathie puis en fin de compte elle est revenue sur ces dires...et j'ai fait confiance en allant jusqu'à 7 séances à 65 € la séance. Malheureusement, pas de grandes avancées et j'ai donc décidé d'arrêter. Cependant les séancesm'ont permie de me rendre compte que j'étais capable de me détendre et d'être bien. Rien que cela ça aide!!

    J'ai par hasard écrit sur ce forum et j'ai eu deux contacts privilégiés : Cath et Espérence.
    Cath m'a envoyé son CD et Espérence m'a proposé son aide. Cela s'est produit la semaine dernière. J'ai passé une semaine sans crise de mal de ventre, je me snetais soutenue par quelqu'un, je ne saurias vous l'expliquer, tout paraissait moins lourd à gérer. Sa pratique est simple, elle est à l'écoute, on échange de nombreux écrits (cf hypnose conversationnelle) et on s'est appelée deux fois pour entendre le son de nos voix. Elle m'aide beaucoup, on continue encore un peu de chemin ensemble.
    Elle est tellement tendre, à l'écoute, raisonnée, simple, ça fait du bien, et ça vaut toutes les thérapies.
    Je ne dis pas que je suis guérie, j'ai encore du chemin à faire, c'est une petite pierre à l'édifice chaque jour, tenter de reprendre confiance, vivre le présent, être consciente de ce que j'ai, de ce que je peux faire actuellement que je ne pourrai pas à 80 ans, de ce que j'ai su faire, etc ne pas être aussi exigeante...
    En parallèle, bien que j'ai arrêté le suivi avec le psychiatre, je rencontre tous les mardis une psychologu pour parler avec quelqu'un de neutre et qui peut m'aider à trouver des solutions pour cheminer dans la vie et comprendre mon fonctionnement personnel.
    Tout ça, sans dépenser plus un centime. Espérence est tellement humaine, douce compréhensive qu'elle ne vous demande rien si ce n'est de témoigner et la psychologue est une psy du CMPP, onc pas de coût: s'est fini, je ne dépenserai plus des sommes folles au motif que ce qui a de la valeur a un prix, car je veux guérir mais pas me retrouver à la rue à cause de gens qui sont prêts à vous mettre dans la mouise!! j'ai autre chose à faire de mon argent, faire plaisir à mon fils, mon mari et à moi avec des petites choses au quotidien, des choses simples, qui font du bien!

    Voilà, c'est mon témoignage. Je ne dis pas que les psy sont inefficaces, mais aucun n'a le même langage que son confrère et ils sont prêts à s'écraser les uns les autres et se dire tout puissant. Quelle mièvrerie...Ils m'ont fait faire tellement d'erreur : le 1er m'a diagnostiqué anorexique et m'a fait arrêter la Fac, le second m'a hopsitalisé et mise sous contrta de poids et à l'issue j'ai démissionné de l'enseignement, le troisième m'a fait prendre des médicaments qui m'ont bousillé les hormones, et le dernier m'a fait un peu plus perdre confiance en moi, je doute encore plus de tout...

    A bientôt.
    Ceux qui veulent discutter avec moi peuvent m'envoyer un mail privé et éventuellement échanger les numéros de tel...
    Sève.
     
  27. Petite fleur

    Petite fleur

    Inscrit:
    18 Juillet 2009
    Merci de votre témoignage laprun

    Cela prouve encore une fois que l'aide dont nous avons besoin se trouve là où on ne s'y attends le moins !

    Bonne chance dans votre cheminement.
     
  28. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Peut être bien que pour vous alors ce problème ou votre passé font partie de vous et que pour le résoudre, il faut d'abord le sortir de vous....
     
  29. esperence

    esperence

    Inscrit:
    6 Novembre 2008
    Je voudrais vous remercie Séverine...je m'attendais pas à vous lire ici ( sourire).

    J'ai proposé mon aide à Séverine..une aide particulière ( à distance, par le biais du magnétisme et de l'écriture).
    Je travaille sur elle a heure fixe convenue ensemble. Nous avons fais un échange de voix à deux reprises.
    Le jour ou j'ai décidé de l'aider, vous aviez écrit Cath à Séverine ceci :

    "Pourtant :
    Après avoir été suivie par médecins, psychologues et psychiatres, une demi-douzaine de séances chez un hypnothérapeute n'ont pas apporté de changement dans ta situation et tu continues de souffrir.
    Ta colopathie et tes troubles alimentaires traduisent sans doute un trouble plus important qu'un simple manque de confiance en soi.

    Poubelle ? régression hypnothique ? "Il y a bien une technique qui s'avérera efficace pour toi" et un thérapeute qui saura déclencher le processus de guérison.

    et je me suis dis, rien est hasard... :)
    Séverine sait que je ne lui ai rien promis...et que je travaille sur elle avec sincérité

    Je l'invite a se regarder différement, a s'aimer..à aimer la femme qu'elle est
    "et" a continuer a aller voir un psy pour "Parler". :)
    Hier, j'ai entendu sa voix et j'étais heureuse...beaucoup de soleil.
    Je l'invite à continuer sur ce chemin..

    :) Espérence
     
  30. hypnofeel

    hypnofeel

    Inscrit:
    9 Avril 2009
    Une belle rencontre !
    :lol: :lol: