1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

une société peut-elle devenir dépressive?

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par valikor, 31 Mars 2011.

  1. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Salut,

    mon impression est que la société devient de plus en plus anxieuse, voire angoissée, peut elle à votre avis devenir carrément dépressive?

    Quelle en serait les signes?

    Vos avis m'intéressent.

    Valikor
     
  2. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    humm, vaste question, d'ou viens cet impression ?

    avons nous une perception faussée par quelque chose ?
    j'ai u cette impression au delà des années 2000.
    vers 2003 et depuis les signaux s’accumulent.

    dépression ?, je ne sait pas, tous ses signaux sont certainement anxiogènes.
    d'un coté strictement personnel, depuis quelque années j'ai acquis une croyance on est en régression.
    de là peut ton en déduire que c'est anxiogène ?

    c'est en effet juste une impression, je vois beaucoup de signes de saturation aussi .

    pourtant il y a rien de coérant de clair.

    comment interpréter les constats généralement admis suivant ?

    environnement : depuis 1996 forte augmentation du recul des glaciers, forte augmentation du rendement des installations hydro électriques baisse de 2% chaque année de l'irradiation solaire.

    art de vivre, développement personnel
    population vieillissante, stagnation plus d'évolutions, plus de projets, plus d'initiatives
    renoncements ou non remplacement de projets existant en fin de vie
    exemple concorde, mars.
    quasi impossibilité de faire mieux que lq génération précédente.

    explosion des coûts des besoins de base
    sur 20 ans:
    eau 200%
    logement 130%
    santé 230%
    ouf la nourriture que 35%
    on peu en faire des pages

    et puis l'endettement ca c'est un truc qui pourris la vie et hautement anxiogène.
    là il y a un vrais problème qui ici est a zéro ?
    on a tous u un jour un besoin, on anticipe, et futurise en nous le pourrissant.

    la il y a de quoi disserter endettement = anxièté ?
    vivre aux dépend des autres ? une croyance?
    solidarité oui mais ou ?
    solidarité une bonne combine pour nous assécher ?

    et puis il y a le moi moi moi et encore moi !
    moi d'habord.
    confidence en moi, moi je ... (cerveau gauche)
    moi aussi je suis un pro de cela.

    alors VOUS, vous en penser quoi ?

    perception faussé de la réalité ?
    la pensés positive nous aveugle et nous encourage pas a agir...

    mais pourquoi pas continuer a positiver a fond et avoir confience
    confidence = crédulité?

    autre question l'impuissance, la non maîtrise, le lâcher prise ce serais pas un peu anxiogène ?
     
  3. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    mon impression provient de cela : des choses qui étaient acceptées avant deviennent inacceptables....donc un manque de lâcher prise qui s'accroit.
    l'apparition d'un principe de précaution : la peur du risque dans toute sa splendeur!!!!
     
  4. xorguina

    xorguina Membre

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Messages:
    4321
    J'aime reçus:
    48
    Points:
    4480
    Localité:
    Pays basque
    Mon avis est que les gens ouvrent enfin les yeux bien grand ! magrès leur soi disant démocratie et sécurité ils voynet qu'ils n'en est rien, que tout est mensonge, illusion, pouvoir ect...

    Ce qui fait qu'ils leur est difficile d'accepter cette réalité, de prendre et voir leur responsabilité.

    Désillusion sur le bon berger qui a bien tondue ses moutons et continueras jusqu'au bout, jusqu'a ce qu'ils comprennent et dépassent leur peur !

    C'est l'ouverture de conscience .
     
  5. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    ouiii d'accord...


    alors deux réponses...
    n'avez vous pas l'impression que nous sommes pas invité à "lacher prise"
    de plus en plus souvent et sur de plus en plus de choses ?
    mon expérience personnelle tend a me faire penser que ce sur quoi j'ai laissé coulé, a fait de moi quelqun de moin bien loti que ceux qui se sont battu bec et ongles pour de petites broutilles.
    seulement voilà c'est trop tard après ...

    la prise de risque...
    problème spécifiquement français ?
    72% des élèves de première veulent devenir fonctionnaires !
    comment changer/créer dans un pays le plus communiste pardon le plus collectiviste, comunautariste, et solidaire d'Europe ?

    sans entrer dans des considérations trop personnelles...
    d'ou proviennes vos principales difficultés a votre reconversion et a votre prise de risque ?

    en France ambition = caca !

    et puis il y a un mot de plus en plus bafoué
    ce mot est liberté.
    au nom de l'intérêt général or celui-ci vous est'il toujours autant perceptible ?

    quand on met en prison des gens qui essaye de gagner leurs vie sous prétexte que cela nuis a une autre communauté (hypnose médicale)
    quand les revenus sont taxé a 66% et que ensuite tous achats de biens est taxé à19% que reste t'il ?

    avez vous l'impression que cette solidarité a fait avancer quelque chose ?
    moins de pauvreté moins de misère ?

    n c'est en fait la guerre permanente a celui qui gueule le plus fort, qui cède pas qui réussi...

    autrement on peu rester fluide, conscient, faire le mouton et... attendre la récompense de ... dieu, *libéré pour bonne conduite*

    ca marche plus çà, flutte

    une bonne douleur et une douleur partie...
    une bonne douleur est de ne pas en avoir et de ne pas en provoquer
    alors vivre dans la lenteur ?

    bon hop au lit pour une inactivé cérébrale bien méritée
     
  6. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    454
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Les médias n'entretiendraient ils pas un fond dépressif pour mieux manipuler l'opinion publique ?

    En un mot l'excès d'informations ne permettrait-il pas efficacement de tuer...l'information ?

    :roll:
     
  7. Kamou

    Kamou Membre

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Messages:
    616
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Anomie, concept qu'on doit a Emile Durkheim.
    La perte des valeurs communes et de la cohésion sociale. D'après lui l'isolement croissant des individus et la perte du sentiment d appartenance a un tout bien organisé crée un désordre psychologique et social, favorisant les comportements anti sociaux, la dépression, les suicides.

    A l'époque ou il écrivait ces mots la société était en profonde mutation, et sa théorie soutenait que l'anomie allait grandissante. Cela était vérifiable notamment par la montée des taux de suicide, fulgurante a l'époque dans certaines couches de la société.
    Il faut noter que quand il écrit ceci une grande partie de la population est ouvrière, dans les conditions qu'on sait et qui ont disparues dans nos pays de nos jours (en tous cas elles avaient disparues)
    Apparemment il s est trompé puisque les taux de suicides se sont finalement stabilisés.
    Cpdt dans des pays comme l'Inde ou la Chine ou on voit une perte des anciennes valeurs qui sont remplacées en grande partie par l'individualisme, le suicide "anomique" est devenu un véritable problème contre lequel les autorités tentent de lutter.

    1 element de réponse donc, avec l'anomie.

    Ensuite on s'est rendu compte que le travail remplaçait en grande partie le "vieilles" valeurs sociales, et qu'il redonnait de la cohésion. le travail a une époque était encore signe d'épanouissement et de réussite potentielle. C'était la l'erreur de Durkheim, il n'a pas envisagé que le travail puisse prendre une telle part dans la vie sociale des gens, et qu'il puisse les satisfaire.

    Problème : si le travail va mal, toute la société perd son ciment.

    2eme élément de réponse.

    Ensuite, certains sociologues ont remarqué qu'il est des pays ou le travail est extrêmement précaire, mais ou on ne remarque pas de perte de la cohésion. Ils ont mis en évidence le rôle fondamentale, dans nos sociétés orientées autour du travail, que joue la mobilité professionnelle, et les perspectives d'évolution. A savoir que dans ces pays très libéraux (US, Australie etc.), le travail va et vient certes, mais il y en a toujours, et ceux qui travaillent peuvent rapidement monter en grade avec de l'investissement personnel.

    Donc, le travail peut aller mal, mais avec assez de mobilité et de dynamisme, on n assiste pas a une perte de cohésion.

    En france aujourd hui :
    Le travail va mal, les gens perdent de leur pouvoir d achat, et 0 mobilité, vous avez un diplome vous savez a quel niveau vous allez évoluer tte votre vie. Au mieux, vous verrez des changements horizontaux (changement de secteur/entreprise) mais très difficilement des changements verticaux (montée dans la hiérarchie). C'est la dictature des diplômes.

    Du coup : perte de valeur des diplomes : tt le monde est diplomé, les étudiants n ont aucune perspective. Ils savent pertinament (et on leur rappel) qu'ils auront beau être bons, il y a des milliers d autres étudiants qui auront le même diplome qu'eux, et que ce diplome n aura aucune valeur, si ce n'est de les garder d'etre tout en bas de la chaîne.
    Donc politique de l'autruche! On n'étudie plus parce qu on rêve d un boulot, mais parce qu on cauchemarde les boulots d en bas.

    La perte de perspectives est extrêmement mauvais signes!!

    On remarque également que nous sommes mieux informés du monde que n'importe quelle autre époque avant nous. Malgrès les théories conspirationnistes qui plaisent tjs autant, il faut avouer qu'on en a jamais su autant sur les gouvernements, la vie politique, les évènements a l étranger.

    Il y a clairement une perte de confiance en le système politique, et c'est un maillon entre les gens de plus qui saute!

    Voila donc quelques éléments de réponse, a compléter si d autres choses me viennent en tête.

    Les signes :

    augmentation des dépenses de santé, augmentation des comportements anti sociaux, également des petites et grandes délinquances.

    Augmentation des taux de suicides (notamment chez les jeunes en perte de perspectives)

    Montée des extremismes, et de manière générale, des idéologies "dures"
    Ce qui correspond a une recherche desespérée de valeurs solides auxquelles se referer.
    On assiste effectivement a une montée des extrêmismes politiques (FN, cocos, Anars, nazis etc), mais surtout religieux. Et la je vous entend d'ici penser "islam" et bien NON! La religion qui se déploie le plus dans l extremisme est... la religion catholique!

    Cependant, il est possible, et c est un théorie qui monte en puissance dans le monde de la socio, qu''il s agisse en réalité d un problème d accordement entre la vitesse d evolution de la société (informations, technologies, marchés financiers, idéologies) qui est en pleine explosion et la vitesse d'évolution... des générations! Ce serait un peu comme si un gamin de 4 ans venait de manger une pomme d un coup : il faut un temps pour que la pomme fasse son chemin, soit digérée, ors aujourd hui l information va plus vite que les hommes.
    Il faudrait donc que les choses se tassent un peu.

    Et puis il faut évoquer aussi ce que dit surderien : la profusion d information désinforme plus qu autre chose.


    Dans le même sens, de nouvelles perspectives se dessinent grâce aux outils informatiques, qui ont désinformé mais qui pourraient devenir bien plus que ce qu'ils sont, sujet dont je parlerais plus tard si vous le voulez, car j'ai déja fait un gros post.
     
  8. valikor

    valikor Membre

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    Messages:
    2340
    J'aime reçus:
    13
    Points:
    2780
    Localité:
    lyon
    Merci!!!!!!!!!

    Valikor
     
  9. Kamou

    Kamou Membre

    Inscrit:
    8 Novembre 2010
    Messages:
    616
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Je m'apercois que mon post est très noir quand même.

    Je vous donnait les causes d'une potentielle depression de la société, mais la question de base était peut on dire que notre société est depressive si j ai bien compris.

    Ma réponse serait non.

    Une partie de notre société l'est, notamment celle qui est directement liée au secteur economique et qui ne vit que par lui. car je crois que mis a part quelques patrons, tous les autres triment dans la brume.

    Au dela de ca une chose m exaspère assez au niveau des médias ; ils font depuis des années l impasse totale sur "l'enfant" caché de notre société, sorte de batard non reconnu, naît d'idéologies de groupes et d individualisme, et qui est en plein essort.

    Je m'explique.

    Les années 90 2000 ont vu naître toutes sortes de mouvements alternatifs. Des mouvements qui se nourrissent essentiellement d'idéologie.
    La nouveauté vient du fait qu'on ne veut plus changer le monde.

    On a vu les marxistes, les communistes, les anarchistes, les fachistes etc. Toutes ces idéologies ont une chose en commun et c'est que leur but premier, même s il n est pas avoué, est de s etendre a l ensemble de la société, de changer le monde.

    c'est fini. Mis a part les ecolos, les "idéologistes" de gauche comme de droite ou même au dela de l'éventail politique, forment aujourd hui des communautés qui se suffisent a elle même dans leur fonctionnement et qui ne tendent plus a ramener tout le reste de la société.

    Personne n en parle, car personne n y a vraiment interet, ni ces groupes (ils cherchent tout sauf les ennuis, donc ca passe par une certaine discretion), ni les médias (ca se vend mal), ni les autorités (qui ont besoin de garder un max de gens dans la machine economique)

    Et ces "mouvements alternatifs" poussent aujourd hui comme des champignons! Plus ou moins loin des autoroutes économiques. La chose est extrêmement compliquée a étudier, notamment sur le plan sociologique, puisqu en soit ils ne sont pas liés, mis a part par un désintérêt pour l'activité économique, et comme je le disais, par le fait qu'ils se suffisent a eux même et n'ont pas de prétention a l'élargissement.

    Je parle pour ceux que je connais personnellement des centaines de fermes bio ou on travail contre le logement et la nourriture, des squats qui respectent leur squat, parfois en accord avec les autorités locales, des itinérants, des communautés qui vivent en otarcie, des milliers de gens qui vivent dans les forets du massif centrale abandonnées par les autorités (ils avaient investi dans le bois juste avant l arrivée du gaz, d ou une devalorisation énorme de ces terres, qui se vendent contre des bouchées de pain car on ne peut rien en faire) dans des villages ou se cotoient et se relaient demandeurs sociaux et travailleurs sociaux, bref tout un tas de groupes disséminés et autonomes, qui vont de communautés de quelques centaines a quelques dizaines de personnes. Je pense que cela forme non seulement une masse considérable de personnes (difficile d avoir des chiffre de part leur nature) mais surtout une perspective, une alternative nouvelle vouée a s'élargir encore et encore au fur et a mesure des déceptions et desillusions du monde économique.

    En fait c'est très compliqué de les réunir car elles n ont rien a voir.

    Toujours est il que tous ces "invisibles" sont bien la, a l ombre des caméras, qui font leur bout de chemin tranquilles et qui eux, se portent relativement bien dans l'ensemble.

    Je ne pense pas que la société soit en dépression, je crois qu'elle est en phase de changer profondément, et que ca va passer par un certain mal être social pendant une période.

    Enfin pour revenir a ce que je disais sur l'internet, on voit emerger aujourd hui quelque chose de nouveau qui serait l'internet democraty.

    Par exemple, au US et en GB, des chercheurs ont questionné des milliers d internautes sur la façon dont ils jugent certains délis. "pas grave" "grave" "très grave". Ils en tirent des statistiques qui a terme, si les autorités ne s y opposent pas, viendraient compléter le système juridique, pour une justice en accord avec ses citoyens, plus démocratique.

    Je crois qu internet peut devenir le support d un nouveau genre de démocratie, et qu il est en phase de devenir le ciment principal de toute notre société. Ca, par contre, c est ma théorie a moi, et je me trompe peut être totalement. Toujours est il qu'au vue de la synthèse des choses qu'on m'apprend en socio, je pense que les beaux jours se trouvent devant.

    Ressentez vous, vous même dans votre pratique, un mal être social généralisé qui influe sur votre boulot?

    D ou venait ce questionnement?
     
  10. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    ha la croyance du grand soir...
    le changement, bientôt, tout près
    la continuité dans le changement une belle idée...

    on a pas fini d'en baver :D

    bon je crois que je vais organiser des stages de body paintting en altitude
     
Chargement...