1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Aller bien ou aller mal...une question de choix ?

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par katia (zoulouk), 15 Octobre 2013.

  1. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Aller bien ou aller mal face à une situation, face à la vie, question que l'on ne se pose pas souvent, que l'on vit plutôt.

    Au réveil, ce matin il y a eu cet état de pleine conscience où j'ai clairement ressenti qu'on pouvait faire ce choix et de décider.. L'impression est très particulière.

    La décision prise fut d'aller mal, voire très mal... Curieux certes.. et alors j'ai décidé d'explorer ce aller mal, dans le futur, comment il allait évoluer et quel en serait les conséquences en plongeant dans le ressenti.

    Tout cela pour s'apercevoir que ce mal être était la solution la plus positive trouvée, à défaut d'une autre, et que le résultat obtenu pouvait sans doute être obtenu sans aller mal... :lol:

    Que le mal être permettait quelque chose qui ne serait pas permis autrement sans aller mal... un prétexte en somme.. :oops:

    Conclusion : c'est très éclairant d'aller voir vers quoi mènerait le mal être et de se diriger vers la solution sans aller mal...
     
  2. Prudence

    Prudence Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Messages:
    3728
    J'aime reçus:
    452
    Points:
    6780
    Localité:
    Nancy
    Oui. Parfois on n'a plus vraiment le choix parce qu'on s'est englués dans des mauvaises pensées et qu'on ne voit plus la lumière, la sortie, l'espoir, la solution. Mais en dehors de la dépression on peut choisir.
    Choisir de ce que l'on veut voir, mettre en valeur, choisir notre point de vue et en faire une habitude. Choisir de voir le beau tout en sachant que le laid existe. Accepter la réalité avec ses ombres et ses lumières mais choisir de regarder avant tout la lumière. Oui, c'est un choix, pour certains cela se fait naturellement, pour d'autres il faudra l'apprendre.

    Pour la suite je ne suis pas sûre d'avoir compris. Le mal être comme tremplin? Comme période sombre pour explorer quelque chose qu'on ne voit pas en pleine lumière? Pourquoi pas, mais je ne suis pas sûre d'avoir compris vraiment l'idée.
     
    Egun on Lalie apprécie ceci.
  3. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Une autre métaphore c'est qu'on remonte toujours très vite dès qu'on a touché le fond

    juste qu'il faut savoir aller très vite et pas se noyer juste avant d'avoir touché le fond...

    et savoir donner un grand coup de pied dans le fond.

    paradoxe des paradoxes.

    :roll:

    Moi j'ai vraiment touché le fond un jour de mon existence, et depuis je sais désormais comment remonter très vite en thérapie !
    .
     
  4. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    L'idée est que l'on met longtemps à toucher le fond, ça ne se fait pas en un jour, ni en une semaine, cela peut être long et difficile de s'en approcher.

    Pour reprendre la métaphore de noyade de Surderien, l'image est particulièrement appropriée... et traduit bien ce que je voulais exprimer:
    savoir aller très vite dans le fond pour ne pas boire boire la tasse avant et ne plus pouvoir remonter !

    Il y a une dimension supplémentaire, c'est celle de ressentir quelle serait la libération acquise par le mal être et d'aller ainsi directement à ce qui ferait que ça pourrait aller mieux..

    Aller à la case départ sans passer par la prison en ayant sauté dans le puits avant
     
  5. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    Comment tu décrirais ce phénomène de remontée Surderien ?

    Quel est le ressenti, ou le(s) faits qui vont être déclencheurs de la remontée pour toi ?

    Et surtout sommes nous identiques face à cela ?
     
  6. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Aller au delà de la mort, au delà de la folie, au delà de la souffrance et revenir à la case départ en le sachant.

    Savoir "psychologiquement" aller au delà du pire du pire, et en revenir en toute confiance dans un présent pas si pire désormais...

    8)
    .
     
  7. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    La propension à catastropher à l'extrême est donc un atout, alors que peut-être le paradoxe de ceux qui vont longtemps mal, c'est qu'ils n'arrivent pas à atteindre le fond assez vite.

    Ils tentent désespérément d'y arriver sans y parvenir stagnant dans des eaux troubles

    Cette lecture est quelque peu particulière... en fait ils ne savent pas vraiment aller mal très vite et de façon extrême.. et font donc durer leur supplice
     
  8. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6104
    J'aime reçus:
    455
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    S'ils le considèrent comme un "supplice" sans fin, ils peuvent penser qu'ils n'ont plus d'autre solution que la solution "finale" de se flinguer en croyant pouvoir supprimer ainsi leur supplice !

    je parlerai donc plutôt d'expérience et qu'il y a une solution mais qui n'est pas suicidaire mais réactionnaire +++ :

    comme de se faire aider et accompagner dans son expérience par quelqu'un d'indépendant qui peut aider à lutter et à trouver plus rapidement une solution qu'on n'arrive pas à trouver soi-même.

    comme quelqu'un qui a déjà vécu une expérience similaire...

    8)
     
  9. jeangeneve

    jeangeneve Membre

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Messages:
    1973
    J'aime reçus:
    18
    Points:
    2180
    Localité:
    là bas,
    hé bien voilà simplement ce qui peu se produire avec une personne qui vas globalement bien.

    ensuite on vois bien des présupposé et autres affirmations des plus positives...
    tant mieux si c'est orienté positivement.

    insi donc il faudrait du temps pour se retrouver au fond du trou...
    alors que la même préopinante affirme implicitement y être arrivée à son premier post.

    souvenez-vous aussi cette métaphore qui ma tenus ces propos que c'est un choix d'être déprimé,
    que je doit grandir.. ext...
    cela m a plus exaspéré plus que autre chose...
    tu cela c'est des croyances psycodynamiques si répandues si universelles appliquée partout .
    que nous les dépressif on a vraiment l'impression que on nous prend pour des con.
    c'est infantilisant cette attitude condescendante, pour ensuite nous scier que quand on veux on peut.
    I provocant et de mon point de vue très dangereux.
    l'hétéro-agressivité cela existe.
    les RH qui se font flinguer ca existe.

    quand à la solution finale
    c'est là encore un point de vue
    il est bien plus question de délivrance que de solutions.
    d'ailleurs quand on nous demande sans cesse de lâcher prise...
    est il si étonnant que certains ayent cette idée ?

    et puis je comprend pas... dans ce pays ou 12 millions de personnes sont sous psychotropes, que le suicide soit autant combattus que cela choque autant.
    que ca marque autant dans un pays en pleine régression, en fahite , avec une explosion de chômage. cela vous semble intolérable.
    il y beaucoup de déshonneur à finir sa vie sous neuroleps avec une rente handicapés, ou bonnser comme un malade sous antidépresseurs pour un SMIG.

    et justement le suicidant il passe à l'action, il agis, il a pis une décision.
    il vas d'ailleurs bien mieux après ca ( si il y a un après )
    69% des tentatives sont du à des difficultés matérielles (OMS)
    en france c'est que le début, quand tous ces gens de la "crise" arriverons en fin de droits...
    quand ils vont comprendre qu'ils vont plus jamais trouver un job...
    les banlieues vont flamby.
    et le mieux seras de faire comme en suisse, de détaxer l'alcool.
    ensuite en 7 ou 10 ans c'est la mort quand même .
    faut juste éviter qu'ils fassent des gosses sinon tout seras à refaire dans 20 ans...
    enfin c'est insi que pense la classe dirigeante suisse .

    il y a plus de perspectives dans cet UE, même plus de combats ou quelque chose à défendre sauf elle même .
    offrez nous quelque chose, un perspective, un combat, une cause...
    là ce n'est que arnaques, une seule alternative cracher aux bassinet !
    est les psys ne sont pas les plus avares à ce genre d'arnaques aliénantes.

    des fois on en ai tellement fatigué que on en prend plus les médocs, et c'est là que on vas mieux ...
    alors peu importe...
    au gaz, ou en sautant, il peu parfois s'agir d'un acte sanitaire, de salut publique..
    en Grèce les suicides ont augmenté de 300%.
    à lui seul le suicide réglera les problèmes économiques dans les 7 ans ..
    faut juste encore un peu baisser les rentes des retraités, pour éviter de les payer ensuite...

    d'ailleurs qui crois encore à flamby chez vous ?
    que vous reste il comme alternative ?

    moi je vous trouve déprimant a vouloir nous faire toujours et encore le coup des bisonours positivistes.
    des fois on se demande si vous vous croyez et quand vous allez craquer ...

    voilà qui devrais plaire à surderien...
     
  10. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    aller bien ou aller mal ce n est pas un etat de fait..

    il y a quelque chose qui se passe dans le mental qui fait pencher la balance d un cote ou de l autre. Les conditions materielles, des excuses ! Des pretextes !

    Ca vaut le coup de deprimer pour du fric, ça vaut le coup de deprimerr tout court ?

    Je reponds Non... ! A partir de là, tu peux commencer à avancer....
     
Chargement...