Formation Hypnose

burn out out

  • Initiateur de la discussion rinnzai
  • Date de début
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
katia (zoulouk) à dit:
Tout à fait exact : ce qui démontre que l'on a bien fait un burn out, c'est qu'on en fera jamais deux"

C'est absolument impossible, comme il est impossible de poser deux fois sa main sur le même fourneau brulant, quand enfant on a identifié que ça brulait !

Plus clairement ça fait tellement mal qu'on y revient plus. Donc on est vacciné.

Si ce n'est pas le cas et qu'on pense pouvoir "rechuter", on est plus dans le burn out, mais dans autre chose.

Je partage entièrement le message de Surderien sur l'expérience la plus dissociative qui soit.

Je l'exprimerais de façon plus poétique par un corps sans âme qui va au travail, qui vit comme une ombre dans son environnement.
C'est une destruction psychologique au sens profond du terme : autrement dit tout s'effondre, il y a plus que des ruines.

On est très proche de la mort psychique et mort physique tout court.

On peut le voir en terme d'expérience initiatique, soit vous y restez, soit vous n'êtes plus comme avant.

Donc plus fort, car il y a renaissance de ses cendres.

Et le meilleur a parfois besoin de cela pour s'exprimer, pour sortir de ses carcans de pensées.

Quand il ne reste plus rien, on peut tout recréer...

mettre sa main sur le feu n'apporte rien qu'une brulûre au 2e ou 3e degré c'est sûr :D je veux dire qu'il n'y a aucun avantage.
maintenant en situation professionnelle, vous pouvez ressentir un certain besoin (complètement paradoxal) à vous mettre dans une situation à risque... par besoin de reconnaissance par ex.
enfin il me semble qu'il y a un risque tant que la personne ne s'est pas prise en charge et qu'elle retourne dans le même type de job (ce que l'on retrouve dans le témoignage de Nicole du québec...).

C'est une destruction psychologique au sens profond du terme : autrement dit tout s'effondre, il y a plus que des ruines.
On est très proche de la mort psychique et mort physique tout court.


Ca ne pourrait pas mieux décrire ce que j'ai vécu. :)
Maintenant n'est-ce pas là le propre d'un état dépressif ? Peut être que l'on joue sur les mots, mais finalement il y a une certaine importance, car j'imagine que le traitement ne sera pas le même en cas de burn-out ou en cas de burn-out + dépression...
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
Euh pourquoi retourner dans le même type de job, si on en a déjà bien bavé ?

Ce que vous soulevez est des plus interessants.

Un besoin de reconnaissance qui serait plus fort que la souffrance engendrée par la situation à risque, alors en quelque sorte on tire sur la corde sur la corde, à la poursuite de quelque chose d'inaccessible...?

Parce que fort bien les collegues peuvent se dire "quel con, il se détruit pour le sourire de son patron... "

Et finalement ce qui pourrait engendrer de la dépression, c'est de ne pas y être arrivé et de vouloir recommencer pour espérer trouver le succès dans une seconde entreprise identique ?

A travailler ici le besoin de reconnaissance, + +, pour arriver au - -, et vivre sa vie en fonction de ses propres potentiels, sans être tributaire de la reconnaissance d'autrui, ou très peu.

Et donc d'être libre de mener sa barque, sans entrer dans les conduites à risque.

Ce qui ne va pas à mon sens, ici, c'est le besoin de reconnaissance toujours présent, et finalement de le savoir (ce qui va) et donc de pouvoir s'en débarasser... (ce qui ira)

L'expérimentation de à quoi ça peut mener (épuisement professionnel, phénomènes dépressifs) , peut vous servir de vaccin.

Est ce vous cette personne qui se tue au travail pour l'amour des autres ou autre raison ? Est ce cela que vous voulez ?

Et si vous vous aimiez ?
Vous apprenez à le faire en prenant conscience que ça pourrait re-commencer, que vous n'êtes pas encore assez sur de vous.

Cest un travail sur les traits de caractère.

Et si votre travail vous plait et que c'est celui là que vous avez envie nde faire, vous serez alors à même de le faire en respectant vos limites et d'y être plus heureux.

Que des avantages... et fort à parier, paradoxalement vous risquez d'être mieux vu surtout de vous même, et alors souvent des autres aussi.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
katia (zoulouk) à dit:
Euh pourquoi retourner dans le même type de job, si on en a déjà bien bavé ?

parce qu'on ne sait pas faire autrement...
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
................. !!!!!!!!!


Que peut il arriver de pire que de se consumer littéralement au travail ?

Réponse : vraisemblablement rien

On sait faire plein de choses, l'être humain se caractérise par sa plasticité, on peut avoir besoin de la réapprendre peut être, mais on SAIT.

On a oublié qu'on savait

On n'est pas né en burn out, donc pour sur on sait faire autre chose.

On peut donc ré-apprendre à faire autrement

Pour aller mieux, ça en vaut le coup !
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
valikor à dit:
katia (zoulouk) à dit:
Euh pourquoi retourner dans le même type de job, si on en a déjà bien bavé ?

parce qu'on ne sait pas faire autrement...


L'expérience d'un burn out extrême vous permettra de continuer le même job, mais d'une façon radicalement différente, tout en sachant gérer le regard des autres !

les autres ne peuvent qu'aggraver le burn outé tellement ils ont la trouille que çà leur arrive de péter les plombs comme çà...vous êtes un anormal et pas eux, donc pas de risque pour eux en vous mettant ainsi en quarantaine définitive ( au placard ! hors jeu !) c'est leur mode de protection...

lorsque j'ai appelé au secours un collègue psychiatre, tout ce qu'il a trouvé à me dire c'est que "nous les psychiatres nous sommes tous en burn out aussi actuellement"...

Je comprends maintenant à quel point au lieu d'aider il ne pouvait qu'enfoncer...en dédramatisant une situation imminente de mort physique et mentale...

Seul un burnouté qui s'en est sorti peut comprendre çà !

que personne autour ne peut aider si cette personne n'a pas connu l'hypnose du burn out.

:(


On est très proche de la mort psychique et mort physique tout court.

oui, on a même clairement dépassé ce stade si on s'en est sorti !

8)
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
rinnzai à dit:
PS : "Ce qui démontre que l'on a bien fait un burn out, c'est qu'on en fera jamais deux."

j'espère que vous avez raison... !! à voir certains témoignages, il semblerait que certaines personnes peuvent en faire plusieurs... mais enfin je sais pas dans le détail comment elles se sont prises en charge...

première séance d'hypnose ericksonienne agendée avant la fin du mois :D

Trés rapidement, à une des séances, mon hypnoformateur m'a dit : est-tu d'accord pour qu'on se donne 20 minutes de pétage de plomb ?

C'était un pro, il savait...

Il a repris tous les éléments les pires de ma vie et de sa vie en dramatisant au pire, à l'extrême, la crise, le sans aucune issue

et il a soudain regardé sa montre et dit : pile 20 minutes, maintenant on ré-inverse tout...

On s'est retrouvé 20 minutes plus tôt...et on s'est mis en hypnostratégie de choisir une meilleure option...

il avait sû me montrer le truc

Je n'ai jamais sû s'il avait connu un vrai burn out, mais sûr qu'il savait en inventer des plus vrais encore

Puisse votre hypno vous montrer que la fin du voyage n'est alors qu'un commencement du meilleur, hypnotiquement parlant !

8)
.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
katia (zoulouk) à dit:
................. !!!!!!!!!


Que peut il arriver de pire que de se consumer littéralement au travail ?

Réponse : vraisemblablement rien

On sait faire plein de choses, l'être humain se caractérise par sa plasticité, on peut avoir besoin de la réapprendre peut être, mais on SAIT.

On a oublié qu'on savait

On n'est pas né en burn out, donc pour sur on sait faire autre chose.

On peut donc ré-apprendre à faire autrement

Pour aller mieux, ça en vaut le coup !

tu as le raisonnement et les possibilités de quelqu'un qui va bien pas de quelqu'un qui est en plein dedans... c'est aussi parce qu'il ne pense pas comme cela, qu'il ne perçoit pas les choses comme cela qu'il en est arrivé là.
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
Merci pour ce partage.

je me permet du coup de poser une autre question et de rebondir...
sur ce forum...
 
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
katia (zoulouk) à dit:
................. !!!!!!!!!


Que peut il arriver de pire que de se consumer littéralement au travail ?

Réponse : vraisemblablement rien

On sait faire plein de choses, l'être humain se caractérise par sa plasticité, on peut avoir besoin de la réapprendre peut être, mais on SAIT.

On a oublié qu'on savait

On n'est pas né en burn out, donc pour sur on sait faire autre chose.

On peut donc ré-apprendre à faire autrement

Pour aller mieux, ça en vaut le coup !

ha mais tu as entièrement raison :D
et heureusement je n'ai pas répété la situation... et puis je me soigne :D

le problème bien souvent n'est pas que l'on ne peut pas faire autrement, mais que l'on croit que l'on ne peut pas faire autrement !
les croyances !
une programmation qu'il faut identifier, puis désamorcer... je n'ai pas encore fait d'hypnose donc pour l'instant ça prend du temps...

L'expérience d'un burn out extrême vous permettra de continuer le même job, mais d'une façon radicalement différente, tout en sachant gérer le regard des autres !

c'est la question qui se pose aujourd'hui... j'ai commencé les démarches pour faire totalement autre chose... bien qu'ayant conscience que ce n'est pas ça qui va régler le problème... mais il faut bien manger et puis je ne me vois pas actuellement reprendre le même job.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
mais il faut bien manger et puis je ne me vois pas actuellement reprendre le même job.

moi non plus, mais je savais rien faire d'autre !

j'ai donc dû me résigner à voir mon job autrement, à gérer différemment...

m'aménager du temps hypnotique

savoir en aménager pour les autres

savoir aider les autres à s'en aménager, et à m'en aménager en feed back...

une expérience hypnotique à développer sans modération...

:D


le problème c'est qu'on croit souvent que l'on ne peut pas le faire autrement !
.
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
[/quote] On est très proche de la mort psychique et mort physique tout court[/i]

oui, on a même clairement dépassé ce stade si on s'en est sorti !
J'exprimerais cette idée par l'image du funambule en équilibre sur son fil et que le fil craque. Il n'est alors plus possible d'y rester. Soit il y a un arbre pour amortir la chute, soit il n'y en a pas.

L'idée de la fin (comme pour une NDE d'ailleurs) est clairement ressentie. J'y fais volontiers un parallelle. Soit il y a un retour vers la vie, donc un avant, puis un après. La même chose n'est plus possible, puisque le processus est allé si loin que la compréhension se fait.
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
Aussi cette réponse, tout le monde est en burn out, c'est bien une réponse anti-thérapeutique.

Finalement le burn out en lui même, ses symptômes sont bien pire que la situation qu'on veut éviter.

C'est quand notre remède devient la pathologie, et qu'on s'y accroche déséspérément.

Et finalement aussi de rester fidèle à soi même, dans le contrat mental auquel on s'est lié (être cohérent) et dans lequel on a investi de l'energie et qu'on perdrait alors le fruit de son colossal effort si on se relachait.

De toute façon, le fruit des efforts sera perdu... mais on se le cache... qu'on y arrivera pas à ce rythme pendant une éternité.

Il est possible de faire le même travail différemment (pas toujours certes si vous êtes un monteur de pneus hyper cadencé) si c'est vous qui vous avez mis la pression.

S'amenager du temps (hypnotique ou non), c'est savoir se prendre des petites pauses, s'étirer, boire un café, plaisanter, refuser quand c'est trop, moins prendre les choses à coeur, relativiser, préserver des moments en famille ou pour du sport, pour ce qu'on aime, avoir plusieurs centres d'intérets (ne pas tout miser sur une chose etc...)
 
castorix

castorix

Membre
messages
1 179
Points
4 860
Bonsoir,

surderien à dit:
Pour moi le burn out est l'expérience la plus dissociative qui soit

Vraiment d'accord pour « expérience dissociative ».

Mais « la plus dissociative » :shock: heu, comment on fait pour comparer, on fait deux dissociations en même temps et on mesure ?? :roll:
... nous n'aurions pas l'idée de comparer les patients les uns avec les autres ?! :wink: 8)

(parce que, si c'est ça, j'ai vu pire que des burn out comme décompensation :cry: )


surderien à dit:
cette expérience permet alors, si (...)

de découvrir réellement tout son potentiel profond

ce qu'il y a de meilleur qui n'apparaît que lorsque tout s'est effondré.
Heu ce n'est pas de Surderien que j'attendais ce genre de proposition... :roll:

A la rigueur, face à une personne, recadrer en expérience positive la chute qui l'a conduit à prendre enfin une décision et à réagir, OK ;
mais aucune piqûre de mouche ne me fera dire, comme pour énoncer une croyance concernant une Vérité immanente,
qu'il est nécessaire d'aller mal pour (ensuite) aller bien ! :oops:


surderien à dit:
Ce qui démontre que l'on a bien fait un burn out, c'est qu'on n'en fera jamais deux.

Hmm, là non plus...
Sauf si j'ajoute :

Ce qui démontrerait que l'on a bien fait un burn out mais qu'on l'a vraiment dépassé,
c'est qu'on en fera jamais deux du moins deux fois de la même manière et pour les mêmes "causes"
(ça y est, si je me mets à parler de causes, ça va mal...)
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
on chipote ?

ça sens le vécu...

il généralise, certes car c'est et de loin son expérience la plus dissociatiative .
je ne suis pas TH. j'aurais tendance à... lui donner raison, pas forcément juste pour la congruence.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
castorix à dit:
Bonsoir,

surderien à dit:
Pour moi le burn out est l'expérience la plus dissociative qui soit

Vraiment d'accord pour « expérience dissociative ».

Mais « la plus dissociative » :shock: heu, comment on fait pour comparer, on fait deux dissociations en même temps et on mesure ?? :roll:
... nous n'aurions pas l'idée de comparer les patients les uns avec les autres ?! :wink: 8)

(parce que, si c'est ça, j'ai vu pire que des burn out comme décompensation :cry: )


surderien à dit:
cette expérience permet alors, si (...)

de découvrir réellement tout son potentiel profond

ce qu'il y a de meilleur qui n'apparaît que lorsque tout s'est effondré.
Heu ce n'est pas de Surderien que j'attendais ce genre de proposition... :roll:

A la rigueur, face à une personne, recadrer en expérience positive la chute qui l'a conduit à prendre enfin une décision et à réagir, OK ;
mais aucune piqûre de mouche ne me fera dire, comme pour énoncer une croyance concernant une Vérité immanente,
qu'il est nécessaire d'aller mal pour (ensuite) aller bien ! :oops:


surderien à dit:
Ce qui démontre que l'on a bien fait un burn out, c'est qu'on n'en fera jamais deux.

Hmm, là non plus...
Sauf si j'ajoute :

Ce qui démontrerait que l'on a bien fait un burn out mais qu'on l'a vraiment dépassé,
c'est qu'on en fera jamais deux du moins deux fois de la même manière et pour les mêmes "causes"
(ça y est, si je me mets à parler de causes, ça va mal...)

si l'on en fait un deuxième c'est que le premier n'a pas été une consumation totale mais juste un départ de feu mal éteint

c'est que tout ne s'est pas vraiment effondré et que des éléments de cause ont survécu

8)
.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
rinnzai à dit:
surderien à dit:
m'aménager du temps hypnotique

savoir en aménager pour les autres

au travail ?

oui, c'est un peu le principe du coaching en entreprise

sauf qu'il se fait sous contrôle des DRH...qui sont eux mêmes à l'origine de la cause première pressurisante...et qui ne font alors qu'en remettre une couche...

:(
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
[/quote] si l'on en fait un deuxième c'est que le premier n'a pas été une consumation totale mais juste un départ de feu mal éteint

c'est que tout ne s'est pas vraiment effondré et que des éléments de cause ont survécu
Sans doute impossible à savoir pour ceux qui ne le connaissent que de théorie. (y compris thérapeutes malheureusement)

Quand tout a brulé, le feu ne prend plus. On replante les arbres.
 
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
j'ai commencé une thérapie par hypnose ericksonienne sur le burn out.

après 3 séances je suis un peu dubitatif...

1e séance, pas mal de discussion sur le but de la thérapie (le burn out, et la confiance en soi, l'affirmation de soi, etc.) et une question intéressante : qu'est-ce que l'être humain pour moi. dans ma réponse, j'en oublie de mentionner le corps et du coup ça oriente sur un éventuel problème à ce niveau, acceptation corporelle ou autre.
ok je trouve ça intéressant. Même si je suis assez content de mon corps globalement, il est vrai que je ne sais pas l'écouter...

2e séance, exercice de rentrer en contact avec son corps, ressentir les impressions, etc. Ce qui revient à un exercice de relaxation finalement. L'exercice n'apporte rien de vraiment nouveau si ce n'est peut être la difficulté à entendre son corps...
il me rapelle des techniques de relaxation issues que j'ai appris en sophrologie, et que je décide de repratiquer seul (la sophro donc), vu qu'à ce moment je pas bien du tout du tout...

3e séance, hypnose assez générale, sur la capacité de l'inconscient à trouver des solutions par lui-même. Comme une sorte de suggestion à l'inconscient. J'ai l'impression que c'est une approche extrêmement générale...

A chaque séance je suis assez dubitatif et je me demande si je vais continuer... la thérapeute le voit bien et on en discute... :
il est vrai que l'hypnose véhicule une image de thérapie brève extrêmement efficace (et que j'ai peut être surestimé son pouvoir) ...

il est vrai aussi que je n'apporte aucune matière à travailler en consultation. Mais je suis ouvert à toutes les questions... et je m'imaginais certainement qqch de plus dirigé... ceci n'est pas une psychothérapie après tout et j'attends de la thérapeute qu'elle oriente les questions...

Je ne sais pas trop ce que vous en pensez ici ??
Est-ce que je suis trop exigeant ?
Est-ce que vous avez une démarche assez précise quand vous abordez un prbl comme le burn out ? ou au contraire vous y allez au total feeling ?
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
Bonjour,
hé bien difficile à dire là comme cela .
je ne vois pas comment et de quel droit on/je saurais ce qui est bon pour vous.

vous vous poser des questions... cherchez peut-être ailleurs AVANT de renoncer ou de changer ...

Ce que vous décrivez est assez répandu et souvent dépend des croyances et de la pratique de votre thérapeute.

très souvent le thérapeute est congruent et vas dans votre sens et donc pratique ce qu'il sait de l'hypnose.
souvent des protocoles déjà enseigné dont le/la praticienne ne dérogeras pas...
pour ensuite entrer dans une démarche psychothérapeutique, voir analytique .
souvent il y a la croyance que cela ne se règle pas en 5 séances, que c'est un traitement de surface et que le patient en a pour des années.

Ces interrogations vous devriez les poser à votre thérapeute .
et voir ses intentions en y allant indirectement .
si cela reste vague, flou, là je m'interrogerais plus avant sur ma volonté de continuer avec ce th .
vous pouvez multiplier aussi les approches .

Reste la question : se livrer complètement alors que vous vous poser ces questions ?
seriez vous prêt pour faire un travail sur plusieurs années en profondeur ?
c'est une question personnelle ...
qu'imaginez vous en thérapie ?
du rapidement profond ?
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
le but de la thérapie

quel objectif souhaitez vous à court terme ? et à long terme ?

:(
 
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
jeangeneve à dit:
Bonjour,
Reste la question : se livrer complètement alors que vous vous poser ces questions ?
seriez vous prêt pour faire un travail sur plusieurs années en profondeur ?
c'est une question personnelle ...
qu'imaginez vous en thérapie ?
du rapidement profond ?

pour ce qui est du travail de fond, je suis actuellement une psychothérapie. c'est intéressant et je me réjouis d'y retourner à chaque fois, j'apprends toujours qqch.

j'attends autre chose de l'hypnose... une prise de conscience accélérée de certains processus de guérison... qqch de rapidement profond probablement oui :)
enfin c'est que semble suggérer la littérature sur le sujet et également ce qu'on peut en lire sur le net et sur le forum ici.

s'il faut plusieurs années également en hypnose pour arriver à un résultat, alors l'hypnose n'est pas une thérapie brève, et surtout je ne peux pas me permettre financièrement de suivre deux thérapies sur le long terme.
 
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
surderien à dit:
le but de la thérapie

quel objectif souhaitez vous à court terme ? et à long terme ?

:(

sur le court terme : ne plus m'épuiser au travail
sur le long terme : ne plus m'épuiser au travail

càd gagner en autonomie, en confiance en moi, en estime de moi-même, être capable de guider et prendre les bonnes décisions sans m'épuiser après x journées de travail, ne plus me laisser bouffer par les autres.

C'est avant tout un problème relationnel :
par rapport à moi même : qui je suis, ce que je veux, etc. et ça c'est pas gagné...
par rapport aux autres, avoir une relation avec les autres qui puisse être neutre, qui ne m'épuise pas, ne me prenne pas la tête.
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
Ne plus m'épuiser au travail en travaillant ou en ne travaillant pas ?

A quoi tu peux constater que tu n'es plus épuisé par le travail ou peut-être que tu es suffisamment reposé à ton gout ?

Quels en sont les signes concrets ? A quoi tu vas pouvoir mesurer que l'objectif est atteint ?

Qu'est ce que cela va t'apporter de ne plus être épuisé par le travail ? (à quoi va servir cette energie à nouveau disponible ?)

N'est ce pas un ancien problème d'ailleurs ?
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Est-ce qu'en général tu travailles avec plaisir ?

As tu de la satisfaction /valorisation en travaillant ?

Quels sont les éléments qui interviennent sur ces facteurs ?

:?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
rinnzai à dit:
jeangeneve à dit:
Bonjour,
Reste la question : se livrer complètement alors que vous vous poser ces questions ?
seriez vous prêt pour faire un travail sur plusieurs années en profondeur ?
c'est une question personnelle ...
qu'imaginez vous en thérapie ?
du rapidement profond ?

pour ce qui est du travail de fond, je suis actuellement une psychothérapie. c'est intéressant et je me réjouis d'y retourner à chaque fois, j'apprends toujours qqch.

j'attends autre chose de l'hypnose... une prise de conscience accélérée de certains processus de guérison... qqch de rapidement profond probablement oui :)
enfin c'est que semble suggérer la littérature sur le sujet et également ce qu'on peut en lire sur le net et sur le forum ici.

s'il faut plusieurs années également en hypnose pour arriver à un résultat, alors l'hypnose n'est pas une thérapie brève, et surtout je ne peux pas me permettre financièrement de suivre deux thérapies sur le long terme.

avec l'hypnose comme avec toute therapie, les résultats sont très thérapeute-dépendant....
 
R

rinnzai

Membre
messages
52
Points
1 520
non je n'ai jamais vraiment été à l'aise dans le travail actuel. le travail n'a jamais été un plaisir.
j'ai décidé une reconversion. reprendre ce que je faisais avant n'est pas envisageable. il faut que je me reconstruise... et il faut que je gagne ma vie...

l'objectif serait donc plutôt une reconversion réussie. j'entends par là de trouver / développer une activité ni trop stressante ni trop chiante, et qui permette d'avoir une vie à côté, càd d'avoir l'esprit libre durant et en dehors du travail. ne pas devoir lutter contre une fatigue permanente.

je suis conscient qu'un minimum de stress et de fatigue sont inévitables, mais pas au point de ne plus pouvoir lire un bouquin le soir car complètement lessivé par sa journée de taf.

la plus grande satisfaction est d'être content de se lever le matin avant d'aller au travail. mieux de ne pas avoir l'impression de travailler. que le travail soit qqch de naturel, rien de plus qu'un processus, qu'une partie de la journée. pas une corvée. comment éprouver une telle satisfaction de manière durable ? ça c'est un grand mystère...

ce sont des exigences nombrillistes en ces temps de crise ? très possible oui... mais je veux juste ne plus revivre ce pétage de câble qui vous consume et vous vide de votre substance...
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
Chaque fois que je me suis dit au cours de ma vie qu'il fallait que je gagne ma vie, et tout ce que j'ai fait parce que je devais gagner ma vie, ça a été une corvée !

Parce qu'autrement je ne l'aurais pas fait. J'y allais donc à reculons et pas de plaisir. J'ai jamais eu d'heureuse surprise quand je pensais il faut.

Et pourquoi faudrait il gagner sa vie ?

Un jour j'ai compris que le il faut, c'est vraiment dans la plupart des cas, un grand toxique qui éloigne du plaisir.

A partir du moment où j'ai décidé de vivre ma vie (ce qui n'empêche pas de la gagner), eh bien, le spectre du burn out s'est bien éloigné.

Se lever et avoir envie de travailler, c'est vraiment possible dans un métier qui correspond à nos gouts.
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
Une question que je me pose parfois : que ferais tu si tu avais beaucoup d'argent ?

Souvent on s'aperçoit qu'on peut faire presque la même chose avec beaucoup moins d'argent !

Ex de réponse je ferais le tour du monde... On peut choisir un métier où l'on voyage beaucoup... Prendre une dispo etc....
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
rinnzai à dit:
la plus grande satisfaction est d'être content de se lever le matin avant d'aller au travail. mieux de ne pas avoir l'impression de travailler. que le travail soit qqch de naturel, rien de plus qu'un processus, qu'une partie de la journée. pas une corvée. comment éprouver une telle satisfaction de manière durable ? ça c'est un grand mystère...

Te souviens tu de ces matins où tu étais heureux et de te lever pour...

:)
 

Vous aimerez:

Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut