Concours de métaphores mensuel

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Prudence, 26 Octobre 2015.

  1. HypnoSup45

    HypnoSup45

    Inscrit:
    13 Avril 2017
    Bonjour, le travail métaphorique avec les personnes sourdes, mal-entendantes, aveugles. Agréable journée à tous !
     
  2. moune

    moune

    Inscrit:
    24 Juillet 2015
    Le travail par le corps, les sensations, perso je les refuse
     
  3. HypnoSup45

    HypnoSup45

    Inscrit:
    13 Avril 2017
    Tu les refuse ???? Et pour quelle raison ? Et les handicapés tu les refuse aussi ? Parce que moi je le suis ! Tout le monde a le droit au soin ! C'est véritablement scandaleux !!!!!!!!!!
     
  4. Prudence

    Prudence

    Inscrit:
    29 Août 2011
    Juste pour info, il n'y a plus de concours mensuel de métaphores. Mais rien ne vous empêche de faire des posts dédiés aux thématiques que vous souhaitez voir abordées.
     
  5. Singin

    Singin

    Inscrit:
    9 Août 2010
    On peut peut-être continuer sur celui-là ?

    sujet proposé par idehypno
    - permettre à un enfant de dormir sans subir ses terreurs nocturnes


    Ses parents ayant déménagé à la limite de la ville, et pour tout dire presque en pleine campagne, un petit garçon se désespérait à l'idée de parcourir quelques kilomètres à pied tous les jours ou presque pour aller à l'école.
    Il devrait se lever pratiquement dès l'aube et n'aurait que peu de temps pour faire ses devoirs en rentrant le soir.
    Mais le jour de la rentrée, il reçut en cadeau un superbe vélo tout neuf et tout brillant.
    En échange, il devait s'engager à ranger son vélo dans le garage et à le maintenir très propre.
    Ce qui n'était pas trop difficile.
    Pendant des semaines, il roula autant sur le chemin de l'école que sur les sentiers avoisinants et se sentait aussi heureux que libre.
    Mais un soir, alors qu'il enlevait la boue accrochée aux pneus, il entendit comme un bruit de chaînes dans le garage.
    Une sorte de grincement.
    Ou de crissement.
    Il suspendit son geste.
    Tous les sens en alerte.
    Et attendit.
    Mais il n'y eut pas de nouveau bruit.
    Ce qui faisait encore plus peur.
    Ne pas entendre un bruit qui pourtant était là puisqu'il l'avait entendu était encore plus inquiétant que de l'entendre.
    Il sortit du garage en courant et se réfugia dans sa maison.
    Il aurait voulu parler à ses parents du bruit de chaînes mais il avait trop peur qu'ils le traitent de bébé ou de froussard.
    Pourtant, à n'en pas douter, il y avait quelque chose, ou quelqu'un, dans le garage.
    Invisible.
    Le matin, il prit très vite son vélo, et le soir, il le rangea plus vite encore.
    Et plus il entrait dans le garage, et plus il avait peur.
    Mais il n'avait pas le choix, il devait entrer dans le garage.
    Deux fois par jour.
    Une fois pour prendre son vélo.
    Une fois pour le ranger.
    Il ne mangeait plus.
    Il ne dormait plus.
    Il avait des mauvaises notes à l'école.
    Parfois même, il n'avait pas la force d'entrer dans le garage pour ranger son vélo et le laissait dehors sous les réprimandes de ses parents.
    Il détestait même son vélo.
    Il aurait voulu le casser, le mettre en miettes.
    Mais il devait aller à l'école.
    Et pour cela, il fallait un vélo.
    Parfois, il pleurait tout seul contre un vieux mur.
    A l'abri de tous les regards.
    Excepté un.
    Le regard d'un vieux voisin.
    Un jour, le vieux voisin s'approcha.
    - ça n'a pas l'air d'aller, ces temps-ci. Aurais-tu besoin d'aide ?
    - Non, répondit l'enfant.
    - Je suis un vieux bougre et on ne me la fait pas. Tu peux choisir de pleurer pendant des années tout seul dans ton coin ou tu peux choisir de me dire ce qui ne va pas.
    - Vous allez vous moquer de moi.
    - Non, promis-craché.
    Alors le petit garçon raconta le vélo et le bruit dans le garage.
    - Oh c'est rien, c'est juste un monstre, dit le vieil homme.
    - Là! Vous voyez, vous vous moquez de moi! s'exclama le petit garçon très en colère.
    - Non, pas le moins du monde. Si je te dis que c'est un monstre, c'est que c'est un monstre et si tu me dis qu'il faisait un bruit de chaînes, alors c'est un monstre méchant. Bon, on va prendre les choses tranquillement. Est-ce que tu es sorti du garage après avoir entendu le monstre ?
    - Eh ben oui, puisque je suis là, répondit le petit garçon tout étonné de la question.
    - Ce sont tes parents qui t'ont sorti du garage ?
    - Non, c'est moi tout seul.
    - Alors tu as été plus fort que le monstre méchant ?
    - Oui, mais j'ai couru et peut-être qu'un jour le monstre méchant sera plus fort que moi.
    - C'est une possibilité, mais je vais te confier un secret. Les monstres méchants on peut les vaincre facilement. Tu as sans doute entendu l'expression bête et méchant. Eh bien voilà, les monstres méchants sont bêtes. Mais il y a des monstres gentils qui, eux, sont intelligents. Alors, quand il y a un monstre méchant quelque part, si tu appelles un ou plusieurs monstres gentils ils viendront t'aider. Ce qui est normal puisqu'ils sont gentils. Tu n'as même pas besoin de les appeler à voix-haute, ils entendent quand on les appelle tout au fond de soi.
    - C'est vrai ce que vous me dites ?
    - Absolument.
    Le matin suivant, le petit garçon entra dans le garage, en ayant peur sans doute, mais aussi en appelant les monstres gentils, et jours après jours, la peur diminua jusqu'à s'évaporer totalement.
    Le petit garçon retrouva le bonheur d'aller à l'école en vélo et de rouler le soir sur les sentiers.
    Et, en plus, le vieux voisin était devenu son ami.
     
Chargement...