Formation Hypnose

hypnose et alcool

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
messages
8074
Points
9360
Localisation
Suscinio 56
Bonjour anonyme34

D'abord je crois ( j'espère qu'on ne redébattra pas des croyances qui à un moment donné sont des vérités à reconsidérer
comme devant évoluer et c'est une des capacités de l'hypnose) que le message de paulelie était trés réfléchi :

l'alcoolique comme le drogué s'est installé dans un style de vie qu'il doit radicalement changer... changer d'amis,
de fréquentations, d'amants etc. car en général il existe un réseau de support autour de la dépendance.


Mais je pense que les causes intérieures et les capacités intérieures suffisent souvent pour développer un réseau intérieur
de changement par de nouvelles découvertes et de nouvelles rencontres par le mental

L'action de l'autohypnose par les CD intervenant alors ainsi à ce niveau

Partant de là quel CD choisir ?

Privilégier des sons agréables qui vont se substituer au effets mentaux d'une substance sans en avoir les effets néfastes ?

Choisir un CD de technique qui va permettre d'inverser le cercle bloquant de toujours prendre une mauvaise substance ?

Un contenu de CD qui permette de choisir un CD de bon contenu ?

Je sais les pannes d'ordinateur sont souvent trés bizarres et le lendemain parfois en se levant tout est rentré dans l'ordre

surtout si on y croit

:)
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
l'alcoolisme est une maladie mentale et l'alcool est le médicament...
c'est aussi un vide spirituel que l'on veut creer chaque fois que l'on va vers la bouteille...notre vie est peuplée d'emotions heureuse et de souffrances.
ce que l'alcool va adoucir et anesthesié sont les souffrances...
qui sont enterées dans notre subconscient grace a un mecanisme d'auto defense...la seule façon d'erradiquer ce mal est de faire un menage...
de repartir sur des bases propres...
ce que l'hypnose peut apporter pour ce but...doit etre profond...radical...sans concessions car la maladie est plus forte que l'individu quand il /elle a ce probleme...je ne pense pas qu'un cd puisse vous aider...
il vous faut un therapie serieuse ou vous allez vous engager..remettant en cause toutes autre valeur.
il faut se reconstruire ,après avoir fait le ménage sur des valeur apprises qui vous ont menées ou vous en êtes maintenant. Il n'y a pas de raccourci.
comme dit justement AA c'est avant tout une maladie de l'âme.
souvent qui a des racines traumatiques sérieuse, avec lesquelles il ne faut pas négocier...il faut les reconnaitre...pardonner ceux qui vous ont fait du mal
vous pardonner pour avoir pris ce chemin. et admettre une force spirituelle dans votre vie.
sous dépendance nous sommes sous l'effet du déni...il faut casser ce cycle...
ce n'est pas facile mais au combien,récompensé par un accès au bonheur!
 

correia

Membre
messages
76
Points
2220
Localisation
77184 Emerainville
"l'alcoolisme est une maladie mentale"
"la maladie est plus forte que l'individu quand il /elle a ce probleme"

Merci Maître Paul Elie, vous etes un thérapeute hors du commun qui sais comment orienter les gens vers la solution. Ce qui est remarquable chez vous c'est votre maitrise du language hypnotique, en quelques mots vous savez tout de suite cibler la ou ça fait mal. Je me met un instant à la place d'un alcoolique, et franchement ça va tout de suite mieux. Allez, à la votre !
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
messages
8074
Points
9360
Localisation
Suscinio 56
l'alcoolisme est une maladie mentale et l'alcool est le médicament...

sous dépendance nous sommes sous l'effet du déni...il faut casser ce cycle...



Pour moi l'essentiel est effectivement dans ces deux phrases


L'alcool est un médicament dont l'alcoolique ne peut plus se passer

et pour casser le cycle il faut le remplacer par quelquechose que seul la thérapie peut identifier


ce n'est pas facile mais au combien, récompensé par un accès au bonheur!

.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Top Posteur du mois
messages
8074
Points
9360
Localisation
Suscinio 56
Sur le plan symbolique...

CD est trés riche en résonnances : s'aider...céder....


"L'action de l'autohypnose par les CD intervenant alors ainsi à ce niveau"


Mais votre inconscient l'avait déjà compris...

:roll:
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
correia à dit:
"l'alcoolisme est une maladie mentale"
"la maladie est plus forte que l'individu quand il /elle a ce probleme"

Merci Maître Paul Elie, vous etes un thérapeute hors du commun qui sais comment orienter les gens vers la solution. Ce qui est remarquable chez vous c'est votre maitrise du language hypnotique, en quelques mots vous savez tout de suite cibler la ou ça fait mal. Je me met un instant à la place d'un alcoolique, et franchement ça va tout de suite mieux. Allez, à la votre !
votre ironie ne change rien au faits:
qui sont: je choisi de ne pas mentir!
meme si la verité est difficile a accepter ,il n'y en a qu'une!
a toutes maladie grave il faut repondre par une therapie profonde et serieuse...
mettre un pansement sur une jambe de bois n'a jamais gueri personne de l'alcoolisme!
ce pourait etre un choix de suggerer que tout va aller tres bien et que si vous acheter la pillule bleu tout rentrera dans l'ordre! c'est un choix que je ne fait pas
car le deni n'a jamais guerit le deni!
vous voulez être hypnotherapeutes?
il va falloir prendre les bonne et les mauvaises nouvelles , sans les séparer... rappelons que l'hypnose n'est en fait que de l'auto hypnose guidée...et que pour que ça "marches" le prerequisit est
une motivation de béton..de la part de l'utilisateur...
sans motivation pour guérir il n'y auras pas de guérison!
 
M

Métaphore

Invité
Malgré que ce post date, j'ai quand même envie de rebondir dessus et notament sur le message de paulelie que je partage totalement.

Paulelie s'exprime sur un forum, cela ne veut pas dire non plus qu'il/qu'elle (?) emploi ce même vocabulaire face à un dépendant de l'alcoolisme, néanmoins son discours tient debout : mettre un pansement sur une jambe de bois n'a jamais gueri personne
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
face a l'alcoolisme il n'est q'une seule guérison possible
l'abstinence...
la gestion de la consommation n'est en fait qu'une justification pour
remettre sa propre tête dans le sable!
le probleme de l'alcoolique est enterré dans le subconscient et enregistré comme médicament...a chaque fois que survient une idée qui ne trouve de réponse que dans l'ivresse
cette idée est souvent associé dans le subconscient a un traumatisme...
perçu comme grave et insurmontable...
c'est de ce traumatisme qu'il faut s'occuper et résoudre avant toute chose pour avoir l'assurance de la résolution du probleme.
dans toute gestion de traumatisme il y a 2 paramètres:
la reconnaissance du trauma objectivement...
ce qui veut dire de l'extérieur sans le teinté d'émotivité
le deuxième est le pardon...ce qui veut dire que vous n'avez pas a aimer ceux qui vous ont fait du mal....mais ne plus en avoir peur!
le pardon implique le pardon de soi en +

l'hypnose peut aider tout comme autre thérapie a vous maintenir dans une zone grise ...je dirai acceptable socialement
et vous abonner a une autre dépendance ...celle de votre thérapeute!
mais cela ne résoudra pas le probleme qui ressurgira lorsque vous ne vous y attendez le moins..
ce qu'il faut faire si vous vous voulez vous en débarrasser d'une façon permanente...c'est de trouver l'origine et une fois pour toute...
y faire face!
une thérapie radicale et définitive.
qui va changer votre environnement, votre approche du tout
et vous permettre de sortir du cycle une fois pour toute
cette thérapie...décrite sur mon site (gratuit!)
http://paulelie.com/5phases.html
est la seule réponse de traitement que j'ai trouvé et pratiquée et qui offre une garantie prés de 100% de réussite.*

bien sur c'est une mauvaise nouvelle pour les thérapeutes qui croient que la santé de leur propre porte monnaie passe avant le bien être de leur patient:
médecine traditionnelle/industrie pharmaceutique/vendeur d'alcool/ et certains thérapeutes( hypno!) dites de médecine douces qui veulent abonner leur clients!

ceux dont je ne fait pas partie! pour moi un bon client est un client guéri...

ce qu'il faut savoir s'est que les structures de notre société favorise l'esclavage sous toutes ces formes et que les dépendances en sont les manifestations...l'alcoolisme en étant une des plus apparente.
l'argent une des plus insidieuse...
il ne s'agit pas de juger ou d'en faire une tribune révolutionnaire...
mais pour l'individu de trouver le bonheur. ce qui pour beaucoup de nous autre est en soi une révolution!
 

castorix

Membre
messages
1179
Points
4860
Bonjour,

J'hésitais un peu à poster la réponse ici puisqu'un sujet a démarré ailleurs sur le thème des TCC, des addictions.

Pour rester simple et tout en proposant que nous poursuivions ailleurs : https://www.transe-hypnose.com/sujet/he-et-les-autres-approches-notamment-pour-les-addictions.1936/

je me contenterai de dire que le modèle de la dépendance développé par Prochaska et Di Clemente depuis les années 1980 et sans cesse repris et amélioré encore depuis (au moins 4 publications successives) postule justement que (nous sommes dans un modèle s'appliquant au cas général) la thérapie s'adressant à une personne souffrant de troubles en rapport avec l'abus de l'alcool, n'a pas à prendre pour postulat de départ que l'objectif du patient doit être de cesser le produit.

Je suis tout à fait en accord avec cette vision des choses, qui se base ni plus ni moins que sur les principes de l'empathie chère à Carl Rogers, et qui ne présuppose pas des objectifs que le patient pourra ultérieurement se fixer, après certaines phases de travail.
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
ben voyons...
avez vous discuter avec les millions de personnes qui s'en sont sorti avec l'aide d'alcooliques anonymes?
vraiment du n'importe quoi!
est le médecin qui parles? honte sur vous
et les drogués doivent ils continuer aussi? sans parler des pédophiles ou des serials quillers!
vous êtes complètement irresponsable que de dire des choses pareilles en public!
seriez vous en train de justifier votre consommation ?
des coup de pied au cul se perdent...
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
je ne panique pas..je sais que vous etes une personne surement gentille et sympathique...
mais vos discours intellectuels n'apportent rien de précis de tangible
a propos de l'alcoolisme quand vous pourrez appuyer ce que vous noyer dans l'intellect et la foison de livres que vous nous conseillez de lire, par des exemples de cas vécus..alors je serai content d'en discuter....
pour l'instant jusqu'à présent votre attitude pontifiante,
m'as rebuté
il m'as semblé sentir que vous n'aimiez pas du tout l'hypnose et mon n'analyse m'as prêté a suspecté que vous êtes ici plutot pour la combattre et comme la plupart des pshy et medic qui utilisent peu ou prou l'hypnose ...
sont ici pour démolir plus que pour construire.
voila j'ai lâché le morceau..secrètement j'espère que j'ai tords!
point de colére ici ,
je sens le poids de l'age et ai d'autres chat a fouetter!
non je ne pratiques pas en ce moment....mais j'ai une certaine expérience et une formation exemplaire , quand on a appris a jouer de la flute!
on oublie jamais!
pour revenir a l'alcool j'ai eu 2 clients car je les "filtrais" du a la difficulté et le risque...mais ces 2 clients ne boivent plus et leur vie a changé d'une façon dramatique a tous les niveau...un jour j'écrirai ce qui c'est passé dans le cabinet.... car c'est très extrême et éducatif pour tout apprenti hypno...
je lirai volontiers ce que vous écrirez sur le sujet .. si c'est a propos d'une expérience vécue....
cordialement.
 

nathalie75

Membre
messages
49
Points
2090
ce post m'intéresse personnellement, et je voudrais avoir si possible des précisions sur les dépendances et l'hypnose (si on a déjà répondu, je m'excuse d'avance):

-une personne alcoolique, ou dépendante de ses médicaments (antidepresseurs, anxiolytiques) l'est souvent au départ à cause d'un autre problème antérieur, traumatisme de l'enfance par ex...
dans ce cas, l'hypnose sera utilisée plutôt pour soigner la névrose ou l'addiction?
 

Altmaier

Membre
messages
1477
Points
4480
Localisation
Nouvelle Calédonie
nathalie75 à dit:
.
dans ce cas, l'hypnose sera utilisée plutôt pour soigner la névrose ou l'addiction?
A mon avis, d'abord la névrose, sinon la personne aura besoin d'une autre addiction.
Et quand il n'y a plus de névrose, l'addiction peut très bien disparaitre tout seul. A condition que cette addiction soit due à une névrose.

Je voudrais quand même faire une différence entre la dépendance physique, qui est due à une drogue, (physique) et l'addiction du à un problème psychologique.
En principe, pour le tabagisme, la dépendance est purement physique, sauf certaines exceptions, il faudra donc travailler essentiellement sur cette dépendance physique, et dans des transes suffisamment profondes, cela est très facile.
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
CQFD!
pour les hypnotherapeutes qui ont lus mes précédents messages et joutes a propos de l'utilité de la régression dans un travail thérapeutique....
altmaier vous avez raison...et la dépendance physique et psychologique souvent peuvent être soignée avec la même méthode....
progressivement...
dans les 2 cas il faut faire une anamnèse précise et une confirmation par la régression en allant "visiter" le trauma....
mettant le client en spectateur et/ou acteur...pour être sur que les souvenirs ne sont pas fabriqués!
pour cela il est nécessaire d'avoir un niveau profond, testé de somnambulique...
la thérapie dure entre 4 et + séances...selon le confort et l'expérience du thérapeute.
la peur d'utiliser la regression est en fait ,le résultat d'une formation incomplete et /ou de l'absence d'une thérapie personnelle du thérapeute.
car après l'avoir expérimenté comme client la peur disparait....
conclusion :
si vous voulez devenir hypnotherapeute....faites une thérapie....!
oui je sais quelques forumeurs objecterons en disant qu'ils n'ont pas de problèmes! ...mais ce n'est pas la la question!
pour pouvoir franchir la barrière de nos peurs nous nous devons de faire l'expérience....
 

castorix

Membre
messages
1179
Points
4860
Bonjour,

Une petite divergence avec votre message Jurgen :

Altmaier à dit:
En principe, pour le tabagisme, la dépendance est purement physique, (...)
Si c'était le cas, pourquoi y aurait-il autant de rechutes à plus de trois mois après l'arrêt ?! (l'arrêt du tabac ou de ses substituts éventuels).

Pourquoi (quelques exemples des plus fréquents) certaines femmes diraient-elles : "j'ai pris trop de poids, il a fallu que je reprenne le tabac"
ou certains hommes : "j'ai rechuté quand mon patron m'a fait comprendre que j'allais perdre ma place" ou encore "au moment du divorce" ?

ou d'autres personnes encore : "deux ans plus tard, j'en ai repris une à une soirée entre amis, je croyais que je pourrais m'arrêter là ; ce soir là je n'en ai fumé qu'une mais dix jours plus tard j'ai racheté un paquet et c'est reparti comme avant" ...

Et on pourrait multiplier les citations d'expériences du quotidien.
Pour rester simple je ferai ce commentaire : pour chaque fumeur en demande d'arrêt, il est possible de mettre en évidence 5 à 15 situations dans lesquelles le comportement (fumer) a été associé à une intention.

L'examen (personnalisé) de ces intentions est justement une étape importante de la prise en charge en TCC de l'addiction au tabac.

Par exemple : se calmer dans un moment de stress, s'isoler, se donner une assurance, se couper l'appétit, offrir qqe ch ou partager un moment, faire comme les grands, sont des intentions fréquemment citées.

Voilà peut-être pourquoi je n'aurais jamais l'idée de "traiter" un fumeur en demande d'aide à l'arrêt, par quelques simples suggestions adversives, comme on le lit parfois.
 

Altmaier

Membre
messages
1477
Points
4480
Localisation
Nouvelle Calédonie
castorix à dit:
Si c'était le cas, pourquoi y aurait-il autant de rechutes à plus de trois mois après l'arrêt ?!
Bonjour castorix,

Pour répondre à votre interrogation, je ne vous apprendrai rien en vous disant que le tabagisme, comme l'alcoolisme est une maladie qui une fois contractée, dure toute la vie.

Et les tabagiques qui rechutent quelques semaines, quelques mois ou voire quelques années plus tard c'est parce qu'ils ne savent pas qu'ils sont vulnérable, physiquement.

Je suis moi même un tabagique, et après avoir arrêter de fumer à l'age de 25 ans, j'ai rechuté après trois années, simplement parce que lors d'un repas entre amis, on m'a pratiquement "forcé" à allumer une cigarette, ce qui a réveillé le besoin de nicotine et donc l'envie de fumer.
Je peux vous préciser que si aujourd'hui, vous me proposiez un million d'euro pour que je rallume une cigarette, je vous dirais de garder votre million.

Quand je parle de dépendance purement physique, je pense savoir de quoi je parle, et peut être que votre formation théorique vous empêche de bien apprécier le vrai problème du tabagique.
Je ne pense toutefois pas que ma théorie soit applicable à 100% des cas, mais qu'il faille en tenir compte.

Mais je précise que ce n'est là que ma croyance basée sur ma propre expérience.
Elle vaut ce qu'elle vaut

Bien à vous,

Jurgen
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
>>>>>>>Si c'était le cas, pourquoi y aurait-il autant de rechutes à plus de trois mois après l'arrêt ?!

parce que du point de vue de l'hypnotherapeute...
doc.
les dépendances comme tous les maux....(pas les maladies bactériennes...quoique enfin c'est une autre discussion!)
physiques ou psychiques...sont en fait les mêmes choses!
au niveau du subconscient
ont une commune origine...un trauma qu'il faut résoudre...
léger ou lourd peu importe!
la thérapie sera courte ou plus longue...

pour preuve les clients qui viennent nous voir sont souvent désespérés et ont essayé nombre de thérapies!
avec le sucés que vous savez....
une autre preuve est la tentative de récupération et d'intégration que les dit doc and psy...font pour apprendre l'hypnose...
la classifier en même temps qu'ils essaient de l'interdire a ceux qui ne sont pas des officiels de la "santé"....
tous ces doc et psy qui rejoignent nos rangs ont une raison pour le faire...
et c'est tant mieux...
mais la bataille fait rage!
c'est peut être ça qui motive (car je n'ai que faire de la justifier!)
mon agressivité gentille!
 

Paul Elie

Membre
messages
4289
Points
6110
Age
62
Localisation
lacaune
pour repondre +precisement a votre post....
la reponse est en fait dans la question....
castorix à dit:
Bonjour,

Une petite divergence avec votre message Jurgen :

Altmaier à dit:
En principe, pour le tabagisme, la dépendance est purement physique, (...)
saufs cas exeptionnels!

Si c'était le cas, pourquoi y aurait-il autant de rechutes à plus de trois mois après l'arrêt ?! (l'arrêt du tabac ou de ses substituts éventuels).
parce que la therapie n'as pas attaqué l'origine du trauma!

Pourquoi (quelques exemples des plus fréquents) certaines femmes diraient-elles : "j'ai pris trop de poids, il a fallu que je reprenne le tabac"
ou certains hommes : "j'ai rechuté quand mon patron m'a fait comprendre que j'allais perdre ma place" ou encore "au moment du divorce" ?
une autre preuve que les evenements sont en fait pour le subconscient des gachettes qui declenchent une alarme...que le subconscient resouds avec ce qu'il a appris comme mecanisme d'auto defense....la dependance qui va soulager temporairement un echappatoire de la realité!

ou d'autres personnes encore : "deux ans plus tard, j'en ai repris une à une soirée entre amis, je croyais que je pourrais m'arrêter là ; ce soir là je n'en ai fumé qu'une mais dix jours plus tard j'ai racheté un paquet et c'est reparti comme avant" ...
a ce' moment quelque chose s'est declenché...et le client n'en etait pas conscient!

Et on pourrait multiplier les citations d'expériences du quotidien.
Pour rester simple je ferai ce commentaire : pour chaque fumeur en demande d'arrêt, il est possible de mettre en évidence 5 à 15 situations dans lesquelles le comportement (fumer) a été associé à une intention.
d'ou vient cette intention?

L'examen (personnalisé) de ces intentions est justement une étape importante de la prise en charge en TCC de l'addiction au tabac.

Par exemple : se calmer dans un moment de stress, s'isoler, se donner une assurance, se couper l'appétit, offrir qqe ch ou partager un moment, faire comme les grands, sont des intentions fréquemment citées.
exactement mais d'ou viennent ces besoin de securité?

Voilà peut-être pourquoi je n'aurais jamais l'idée de "traiter" un fumeur en demande d'aide à l'arrêt, par quelques simples suggestions adversives, comme on le lit parfois.[/color]
c'est un peu plus que de donner quelques simples suggestions adversives....
que nous faisons,avec la regression et l'hypnose !
votre suggestion essaie de diminuer le succés que nous avons?
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 33 000 Membres + Accès Privé

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Accéder librement aux Vidéos MP3 et Livres d'Hypnose
Haut