Le laboureur et ses enfants

Discussion dans 'Sophrologie - Bien être et Développement Personnel' créé par surderien, 18 Août 2011.

  1. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue.

    Il va voir, et déterre un coffre rempli de pièces d'or.

    Une fortune pour lui ! Il l'enterre au fond de son jardin. Qu'en
    faire ? Il imagine quantité d'achats possible et décide finalement...
    de ne rien décider. Ce coffre de pièce d'or, ce trésor sera sa
    sécurité en cas de coup dur.

    Et cette sécurité change son caractère : de tendu, le voilà relaxé,
    de grincheux il devient aimable, d'intolérant il devient tolérant...

    ... Il vit une belle vie, heureuse, sachant que quoiqu'il lui
    arrive de matériel, il pourra faire face.

    Sa dernière heure arrive, avant d'expirer, il réunit autour de lui
    ses enfants et leur livre son secret. Puis il meurt.

    Le lendemain, ils creusent à l'endroit indiqué, et trouvent le coffre,
    mais... il est VIDE !

    Le laboureur s 'était fait voler son or des dizaines d'années
    auparavant !

    Ce qui est intéressant dans cette histoire, c'est de voir que
    ce n'est pas le fait d'être riche qui lui donnait de la sécurité
    et du bonheur, mais l'IDEE qu'il en avait.

    Non pas le fait lui-même mais son interprétation.

    Lorsque vous avez une idée qui vous fait du mal, pensez à cette
    histoire. Est-ce vraiment le fait lui-même qui vous fait du mal,
    ou les pensées que vous lui accordez ?

    Et comment changer ses pensées en pensées positives

    :)


    Il y a d'autres leçons à tirer de cette histoire. Retrouvons-nous
    sur le forum:
    http://www.urmla.org/IMG/pdf_8-_Rapport ... edical.pdf
     
  2. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Héhé....merci 8)
     
  3. Berserker[Red]

    Berserker[Red]

    Inscrit:
    14 Août 2011
    Intéressante histoire !
    Comme tu dis, moralité : l'idée compte plus que la réalité.
     
  4. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    restons en effet dans le rêve :lol:
    en général les personnes qui expérimente les conséquences d'un vol on un grand sourir 8)

    de cette fable, peux on en déduire que quand on est riche le mieux est d'avoir le plus de coffre enterré possible ?
    en effet c'est ce qui est observé :wink:

    une invitation a procastiner et a rêver d'après vous cela profite qui ?
     
  5. Berserker[Red]

    Berserker[Red]

    Inscrit:
    14 Août 2011
    Non, ce n'est pas une invitation à rêver ou à procrastiner, mais au contraire une invitation à vivre sa vie sans se préoccuper de ce qui pourrait arriver (ce qui a pour conséquence peur, doutes, stress) :

    Et dans la fable, il est clairement dit que le laboureur vit une belle vie, heureux. Alors qu'on lui a volé son argent.
     
  6. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008

    "Vaut-il mieux être pauvre, aimable et imaginatif ou riche, grincheux et blasé ? "

    :)
     
  7. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Quel con il aurait tout du dépenser !

    S'il avait vérifie la cachette, il se serait aperçu qu il n'y avait plus rien et aurait été malheureux jusqu'à la fin de ses jours. Heureusement il n'a pas vérifie.

    Moralité: dépensez avant qu on vous vole tout!
     
  8. Brieuc du Garay

    Brieuc du Garay

    Inscrit:
    11 Septembre 2010
    Ou cachez mieux le tout !
     
  9. undy

    undy

    Inscrit:
    26 Mai 2011
    Suite de l'histoire:

    Les enfants qui ,après avoir entendu l'histoire de leur père, avaient déjà entrepris de grandes dépenses, furent retrouvés pendus le jour où ils cherchèrent le trésor.

    Moralité: on peut toujours trouver une situation très positive, tant qu'on ne regarde pas assez loin.


    Bon ok, c'est un peu glauque, mais les conclusions que je vois sur cette histoire sont un peu rapides.
    On peut interpréter ça comme une glorification de l'égoïsme et du "ce seront les générations futures qui paieront".

    Dangereux et discutable comme "stratégie de la réussite".
     
  10. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    S'il n'avait pas trouve de trésor, il aurait jamais risque de le perdre.

    Une histoire peut être lue et comprise de bien de manières différentes.
    Comment savoir qui interprète quoi comment ?

    Ayant connue une personne a qui on
    a vole un tresor qu elle croyait bien cache et dont elle s'est aperçue. Les fils ne se sont pas suicides, mais n'ont pu faire d' études, et ça a modifie route leur vie.
     
  11. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    C'est là toute la stratégie de l'utilisation de la métaphore !

    "comment faites vous pour ne pas avoir envie de choisir que cette histoire se termine au mieux ?"

    "et que vous ne soyez pas heureux thérapeute, ni pour les autres, ni pour vous mêmes ? "

    :roll:
     
  12. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Comment faites vous pour ne pas avoir envie que cette histoire se termine au mieux ?

    C'est très simple. Si l'histoire devait bien se finir... et les enfants dans leur précipitation avaient creusé au mauvais endroit. Quelques jours plus tard, ils décidèrent d'élargir le trou et decouvrirent le trésor.

    Voilà belle histoire...

    Il a quand même vraiment mal caché son argent, ça n'a pas été perdu pour tout le monde, et lui était heureux de ce qu'il croyait avoir et le voleur de ce qu'il avait ! Il y avait peut être 2 heureux ?

    Le jour où on a besoin de fric, l'idée d'en avoir, quand y en a plus, n'est pas suffisante. En gagner, plutot que de découvrir des mauvaises cachettes, serait à prescrire. :wink:

    L'ignorance peut être heureuse, mais aussi malheureuse !
     
  13. Berserker[Red]

    Berserker[Red]

    Inscrit:
    14 Août 2011
    Certes, on peut interpréter la morale d'une histoire de plusieurs façons, mais je pense qu'inventer une suite, c'est ré-inventer l'histoire.

    A mon avis, par le fait qu'on retrouve les enfants pendus, je pense que la moralité est simple : on accorde trop d'importance à nos impressions, autant le laboureur à son coffre (qui n'existait plus, mais qui lui a permis d'être heureux), autant les enfants qui croyaient avoir le coffre (qui se suicident alors que s'ils n'avaient jamais su qu'il y avait un coffre, leur vie aurait continué normalement).

    En gros, sans le coffre, qui finalement n'était qu'une simple idée (puisque volé), le laboureur et ses enfants auraient continué leur vie comme d'habitude, il a suffit d'une simple idée pour boulverser leur destin, juste par une simple impression.

    Et finalement, c'est un peu ce qui nous arrive au quotidien, il suffit que 3 personnes pendant la journée nous ai dit "Tiens, t'as pas l'air en forme", et nous finissons par avoir l'impression de ne pas être en forme, alors que ce ne sont que des mots, des idées...
     
  14. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Ca me fait penser au personnage d'Harpagon.

    S'il n'avait jamais eu sa caissette de louis d'or, il n'aurait pas eu peur de la perdre.

    Moralité: soyez pauvre alors ?

    L'histoire étant inventée, on peut la réinventer, non ?
     
  15. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    si tu sais comment faire pour que cette histoire se termine au plus mal, c'est que tu sais bien comment faire pour écrire des histoires !

    des mauvaises ou des bonnes qui se terminent au plus bien...

    alors oui, le but est bien de savoir ré-ércrire cette histoire...

    de la ré-inventer dans le sens qu'on veut lui donner...

    8)


    mais alors pourquoi n'écrit-on pas sa propre histoire au mieux, alors qu'on a tous les éléments pour le faire ?

    :roll:
     
  16. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Morale de l'histoire:

    Les enfants ayant vécus avec un père qui nageait dans un profond bonheur sécurisant sourirent quand ils virent le coffre vide.

    Parce qu'ils comprirent que leur papa avait eu besoin de sécurité matérielle pour être heureux et se sentir en sécurité, alors qu'il avait transmis à ces enfants la sécurité intérieure du bonheur constant.

    Les enfants refermèrent le coffre le trou et préparèrent un bon repas ou l'honneur de leur père et de sa trans/mission de sérénité accomplit :D

    Le laboureur avait bien préparer la terre pour semer a ses enfants a ceux qu'ils s'aiment....


    [​IMG]
     
  17. Berserker[Red]

    Berserker[Red]

    Inscrit:
    14 Août 2011
    A vrai dire, je ne sais pas.

    D'un côté, ré-inventer l'histoire à sa manière, c'est bien parce qu'on peut choisir le destin que prennent les personnages, tirer sa propre morale (qu'on a déjà).

    Mais si on fait ça, le message que veut transmettre l'auteur de la fable n'est pas compris. On finit par se fermer à ce que veulent nous faire comprendre les autres et on ne peut pas apprendre davantage, on finit par stagner à mon avis. On peut inventer beaucoup de morales, mais pour l'auteur, il n'y en a qu'une seule.
     
  18. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Xorguina, tu ecris de belles histoires...

    Il y a les evènements de la vie, dans quelle mesure avons nous prise sur eux ? Il y a celui qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment et se fait renverser par une auto, et celui qui cherche un boulot et va se rendre chez le bon recruteur en une après midi.

    Un fait advient, ensuite on peut l'ecrire, le ré-écrire, l'insérer dans une histoire, dans une nouvelle histoire, mais le fait on l'a néanmoins vécu.

    On peut agir, réagir, et il y a les impondérables.

    Là où je pense que le bas peut blesser, c'est que notre histoire, c'est pas uniquement notre histoire. On interagit avec d'autres. Et ça ne va pas forcément comme on veut.. et quand le reel ne va pas comme on le veut, (alors qu'on devrait ne rien en vouloir et le vivre au mieux) , parfois c'est difficile.

    La difference entre la réalité de ce qu'on désire et ce qui est et qu'on n'aimerait qui soit autrement.

    A cause de cela qu'on vit mal... (à mon sens)

    En résumé: changer ce que l'on peut changer, et avoir la sagesse d'accepter ce qu'on ne peut changer en sachant faire la différence entre les deux
     
  19. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Je raconte ce que l'histoire m'a inspiré...ce à quoi elle me sert !

    Quand j'ai lu cette histoire, le papa m'a sauté aux yeux...

    Il est celui qui trans/met, c'est sa mission en tant que père, a ses enfants.

    Il a été heureux pensant qu'il avait une sécurité matérielle, ct son idée la plus haute...

    Mais les enfants eux ne le savaient pas....ils ont donc vécu et reçu un enseignement serein, un bonheur quoi qu'il arrive, une confiance inébranlable...

    Alors quand ils ont su d'où venait cette confiance inébranlable, ils ont vérifié et en effêt le coffre était vide...

    Il y a de quoi rire !! car les enfants ont eux appris a être heureux et confiant sans matériel caché...

    Voilà ce que leur père leur a finalement transMis....la confiance en toute circonstance....alors c'est pas des voleurs qui auraient pu faire perdre la confiance du père qui lui savait ou il avait placé sa confiance aurait pu défaire la confiance que les enfants avaient mais intérieurement.

    Merci à papa, de n'avoir rien dit, de n'avoir rien dépensé, de n'avoir pas vérifié car par ce geste, il a fait de ses enfants des êtres confiants, heureux avec une idée plus haute du bonheur que celui du matériel :D
     
  20. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Perso...je préfère placé mon bonheur dans mes capacités de richesse intérieure plutôt qu'extérieure...

    La richesse extérieure peut contribuer au bonheur, la preuve pour le papa....mais les enfants ont eux apprise la richesse intérieure.

    Et là, je trouve que c'est ça, la vrai richesse..le trésor caché en soi a retrouver :wink:
     
  21. Berserker[Red]

    Berserker[Red]

    Inscrit:
    14 Août 2011
    Oui je suis d'accord, finalement, sa confiance ne venait pas du coffre plein d'argent, mais de lui-même.
     
Chargement...