Métaphores ou suggestions directes

Discussion dans 'Les différentes Techniques & Se Former-S'Informer' créé par Altmaier, 18 Octobre 2008.

  1. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Bonjour,
    Nous sommes, je pense, tous d'accord pour dire qu'il y a une hypnose, et que ce qui change, suivant les écoles et les praticiens, ce sont les méthodes d'induction et de suggestion.
    Pour ma part, j'ai beaucoup pratiqué avec différentes éthnies qui ne comprenaient pas toujours très bien le Français, et donc le sens des mots que j'utilisais. Un enfant n'aura pas non plus la même perception, d'un mot qu'un adulte. J'ai donc admis que la compréhension de l'inconscient, et sa "symbolique", étaient très importantes quand aux succès des séances. Quand je parle de symbolique, je veux dire par là que si on évoque un "Chat", cela n'aura pas la même symbolique pour Pierre, Paul ou Jacques. Comment donc être sur, lors d'une métaphore, que l'inconscient du sujet va percevoir l'image de la façon la mieux appropriée à son cas?
    Voila, je lance le débat et je suis sur qu'il y aura des réponses pertinentes.
    Cordialement.
    Jurgen
     
  2. chadoc

    chadoc

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    Bonjour Jurgen
    Une bonne manière de faciliter l'utilisation d'un mot ou d'un symbole par l'inconscient du sujet est d'accompagner notre discours par moulte permissions et présuppositions positives sur les capacités de cet insconscient à utiliser ce que nous proposons. C'est tout l'art de l'hypnose Ericksonienne que de se positionner sans savoir sur le contenu précis ni l'interprétation exacte que va produire notre sujet tout en facilitant le processus d'une manière optimale. Avez-vous lu "L'hypnose orientée vers la solution" de B. O'HANLOON? Vous y trouverez de très bonnes illustrations sur cette position de non-savoir du thérapeute. A mon avis, il n'y a pas à se poser la question: "l'inconscient du sujet va-t-il percevoir l'image de la façon la mieux appropriée à son cas?" car on risque d'induire un doute chez la personne sur les capacités de son inconscient. Il y a simplement à être convaincu soi-même que le sujet a toutes les ressources pour bien utiliser ce que nous disons. C'est cet acte de foi, selon moi, qui est la clé de l'efficacité thérapeutique.
     
  3. paul-rené

    paul-rené

    Inscrit:
    9 Décembre 2006
    En état hypnotique; le sujet est, peut-être, plus "intelligent" à "interpréter" la sémantique de l'hypnotiseur.

    Cordialement :)

    Paul-rené
     
  4. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Comment donc être sûr, lors d'une métaphore, que l'inconscient du sujet va percevoir l'image de la façon la mieux appropriée à son cas ?

    Une question superbe !

    Je pense simplement que l'intuition y est essentielle

    La meilleure solution obtenue, on peut toujours regretter de ne pas l'avoir trouvée par une méthodologie plus rapide...

    et on peut toujours continuer à la chercher ...

    de façon plus appropriée ...

    avec le client suivant...

    8)

    l' Hypnose , une stratégie sans fin...
     
  5. paul-rené

    paul-rené

    Inscrit:
    9 Décembre 2006
    Il est, peut-être, possible que le langage non verbale puisse expliquer l'efficacité des messages transmis entre l'émetteur-hypnotiseur et le récepteur-hypnotisé.
    Le langage est un tout. Il utilise plusieurs canaux. Si l'un n'est pas dans l'opérationnel, un des autres canaux peut prendre le relais et provoquer l'induction hypnotique. :)

    L'intuition est très certainement un facteur essentiel, comme les aptitudes du cerveau a décodé son environnement interne et externe. :)

    Une hypnose, c'est aussi dans ce cadre, l'auberge espagnole. :)

    Cordialement

    Paul-rené
     
  6. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    paul-rené, j'aime bien cette image de l'hypnose "auberge espagnole" :)

    Dans la vie tout est la résultante de multiples facteurs, dont certains inconnus sont toujours en cours d'exploration...

    C'est ce qui intéresse aussi les jeunes hypnogastronomes en culotte courte ! :)

    8)
     
  7. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonsoir,

    Avec ce point précis, vous soulignez ainsi combien il peut être utile de partager le modèle du monde de la personne (p. ex. et en se penchant sur le niveau technique : reprendre ses termes, de préférence à ceux que nous avons l'habitude d'employer). Cette exigence est à mon sens (et cette fois au niveau de la réalité de 2ème ordre, dont parlait Paul Watzlawick (*)), contenue dans la définition de l'empathie...

    Plus généralement : le message que j'émets a pour seule valeur, le message qui est reçu (croyance personnelle ; sans oublier que cette manière de parler de message est un peu un artifice : en fait Thérapeute et Patient ou sujet participent ensemble à la communication qui les réunit).
    En tant que T. je m'interroge : - Est-ce que je prends toujours bien soin de confirmer ce qui est compris à partir de ce que j'ai dit ?

    Sinon, votre question :
    Je pense que l'on n'est jamais tout-à-fait sûr... (du moins pendant cette séance, sauf s'il y a échanges en paroles, favorisant une certaine correction de la trajectoire (et encore).

    Pour vous Jurgen, je complète mes remarques ainsi : ce qui peut être nettement différent en HE et en Hypnose classique, c'est justement cette réalité de 2ème ordre (on peut résumer par : le type de relation qui unit ces deux personnes, le T et le P.).


    (*) Watzlawick P. : La réalité de la réalité, 1978 (éd. fr.) ; Ed. du Seuil - Points ; notamment p. 137-8.
     
  8. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Merci pour tous ce commentaires qui m'eclairent un peu sur vos croyances. Oui, toutes les religions le disent, "c'est la foi qui sauve."
    Et bien que je sois persuadé que les suggestions mentales données par télépathie (que j'utilise d'ailleurs) sont une des "forces" essentielles utilisées dans la pratique de l'hypnose, je reste plus a l'aise avec mes suggestions directes qu'avec les metaphores. Et comme c'est ma croyance......
    Dautres commentaires?
    Jurgen :lol: :D :idea:
     
  9. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    Déjà que le patient conscient n entend que ce qu il veut bien entendre !

    Alors inconsciement !!

    Mais bref de galéjade je pense que nous sommes (je suis ) comme un semeur, je sème des mots, des phrases, et comme des grains de blé certains vont pousser, d autre non, certain vont mettre du temps a germer, d autre iront plus vite.

    En fait l inconscient va saisir au vol ce dont il a besoin et même parfois reconstruire quelque chose a partir de ce que nous n avons pas dit.

    Mais contrairement a vous je n utilise jamais de suggestion directe, elles sont toujours masqués (au sens de l utilisation du langage Erick. ) et le plus souvent couvrante.

    Par contre les métaphores en long en large et en travers !
    Et le plus souvent actives.
     
  10. paul-rené

    paul-rené

    Inscrit:
    9 Décembre 2006
    Bonjour,

    Il existe de nombreuses méthodes pour mener à bien son hypnose. Je pratique une certaine " télépathie" depuis une lecture personnelle d'un ouvrage intitulé l'ABC de l'hypnose et j'ai mes "résultats". La suggestion
    " télépathique " est une réalité.

    Cordialement :)

    Paul-rené
     
  11. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    Pour aller dans ce sens, avez vous déjà essayé d'échanger en charabia entre T et C? dans ce cas, on s'affranchit complètement du sens des mots puisque ce que l'on dit n'a pas de sens littéral. C'est donc le ton, le rythme, les sonorités, les silences etc. sont les véhicules du message. C'est une expérience surprenante qui marche très bien quand on sait se relier au C et être curieux, en état de non savoir et écouter.
     
  12. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Bienvenue, Inspiral, et à bientôt de vous lire.
    Jurgen :wink: :lol: :3:
     
  13. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    merci, j'aime beaucoup la fleur :eek:
     
  14. Merc

    Merc

    Inscrit:
    30 Octobre 2008
    Je trouve très intéressant ce débat et celà soulève de nombreuses questions concernant tous les types de communications.

    Je rejoins Papiter sur son image du semeur et Paul René sur le langage non verbale.

    Ce qui est particulièrement intéressant au niveau hypnotique c'est la notion de mimétisme. Utilisé pour conduire le sujet en transe il est comme le sous bassement de cette relation hypnotisé hypnotiseur. S'il est présent (inconsciemment) dans la relation consciente (ce qui introduit déjà d'autres niveaux de communications) il s'emplifie dans la relation hypnotique.

    Le nourrisson pour construire les expressions liées aux émotions utilisés communément par les êtres humains mime les expressions de la mère (celà justifie l'exagération spontanée que montre les adultes lorsqu'ils parlent à un bébé). Je crois que c'est dans le livre de Stern : "le monde interpersonnel du nourrisson" qu'il expose une expérience où des mères et leur nourrisson sont filmés. En passant les images au ralenti on se rend compte que le nourrisson contracte les mêmes muscles faciaux que ceux de la mère de manière légérement décalé une manière d'apprendre les expressions (autre notion celle de l'empathie...).

    Je me suis souvent demandé si l'hypnose par l'introduction d'un mimétisme ne réactivait pas le même processus cognitif, une forme de régression à cet état primaire qui permet de communiquer d'inconscient à inconscient (sauf qu'entre temps nous avons acquis du matériel).

    Avec certains patients celà se fait spontanément, les images, les métaphores semble couler d'elles mêmes c'est comme une évidence tandis que pour d'autres celà demandera "plus de travail".

    Aujourd'hui tandis que je faisais une séance avec un patient, je lui parlais. Tout à coup j'ai pris conscience que depuis un petit moment je me frottais le nez car il me chatouillait. J'en ai pris conscience de ce chatouillement quand j'ai vu mon patient se frotter le nez lui aussi, il a fallu qu'il le fasse plusieurs fois pour que que je réalise que je faisais de même depuis un petit moment. La communication des sensations est alors aussi curieuse tout autant que celle des images.

    Donc pour répondre à votre question altmaier : Comment donc être sur, lors d'une métaphore, que l'inconscient du sujet va percevoir l'image de la façon la mieux appropriée à son cas?

    Je crois que les techniques ont une limite comme la conscience et que c'est ce petit quelque chose qui nous échappe et que nous ne pouvons justement pas contrôler qui fait tout la différence :wink: . Nous pouvons le remarquer au moment où nous le vivons mais nous ne pouvons pas le prévoir.
     
  15. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    Ce que vous décrivez est en lien avec la fabuleuse découverte de Rizzolatti des neurones mirroirs. C'est une avancée dans les sciences, qui est du m^me ordre pour certains que la découverte de la structure de l'ADN de Watson et Crick. Dans l'exemple de l'apprentissage du langage chez les nourrissons, c'est la vision des mimiques de la mère qui active des neurones qui traitent non seulement les signaux visuels perçus, mais aussi interviennent dans la contraction musculaire. Leur activité est donc double: quand je vois qq faire quelque chose, dans mon cerveau, la zone motrice relative à ce mouvement vu est en même temps activée. c'est comme si en voyant, je suis préparé à faire la même action. ça soutient l'hypothèse de l'apprentissage du langage par le mimétique, et puis aussi les mécanismes d'empathie. Je vois les signes de l'émotion de qq et je la ressent aussi dans mon corps.
    Ce qui est fou est que cela fonctionne avec la vision, mais aussi l'audition, l'odorat etc. Chez les oiseaux (travaux actuels), un oiseau qui entend le champ d'un autre oiseau a dans son cerveau des zones activées qui sont les mêmes que si lui m^me chantait.

    Alors, dans la relation T/C, j'accompagne mon C dans sa transe et je suis persuadée que ma capacité à entrer en contact avec moi même et me relaxer est un élément fondamental qui entraine la transe du C. Il y a une connection entre les deux qui est, selon Gilligan, essentielle à la transformation.
    Milton Erickson ne savait pas à l'avance de quoi il allait parler, il se mettait en rapport avec son C et racontait des histoires aussi bien pour lui même que pour son patient!
     
  16. chamala

    chamala

    Inscrit:
    6 Décembre 2006
    Intuition déjà évoquée... ou disons aussi, s'abandonner totalement à cette intelligence dont il est question dans un autre sujet... langage vague, laissant place à une multitudes d'interprétations... et surtout intention ; l'intention profonde, la connaissance parfaite de l'état ou des transformations que nous voulons mettre en place chez le patient, et "notre" Conscience fera le reste ; c'est elle qui choisit quasiment les mots, le rythme, l'intonation etc. Certains parleront d'inconscient, je préfère parler de conscience, sachant qu'elle fait en quelque sorte partie de cet inconscient tant qu'elle n'est pas connue.

    Mais la dernière option nécessite tout de même un certain cheminement que l'on peut qualifier de spirituel, dans le sens où elle recquiert une certaine transcendance du mental, de la pensée, pour une très bonne connection avec l'état de pure conscience, de vide, qui n'existe pas puisqu'il n'y a que du plein... hehehe

    Consciemment :)
     
  17. Belphegor

    Belphegor

    Inscrit:
    3 Février 2008
    Que de contradictions avec :
    "Comme on dit d'un sage, dont le corps est "vide", il n'y a plus personne dans le corps d'un tel être, il n'est plus identifié, il n'est que pure conscience, pure présence, pure intelligence. Il n'a plus d'inconscient, il n'y a plus "untel" qui est intelligent ou conscient, il n'y a que pure intelligence. "

    Mais je croyais, d'après vous, que :"de vide, qui n'existe pas puisqu'il n'y a que du plein... hehehe"

    ah, les croyances !!! hahaha
     
  18. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    Bien dit! ça fait plaisir d'entendre cet écho!

    Et là, on est plus en train de faire quelque chose "à " quelqu'un par des suggestions directes, on est et fait "avec" quelqu'un. Le T bénéficie aussi de travail.

    Comme le souligne Gilligan qui a des milliers d'heures de transe à son compteur, le chemin est long, très long pour le thérapeute et de nature spirituelle, cela va sans dire. Il est dans cet état de non savoir, de vide/plein et de demande auprès du C "apprends moi". On est loin du thérapeute qui sait,ou contrôle en détail jusqu'au choix de ses métaphores. :wink:
     
  19. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    oups, j'ai oublié de dire que je faisais référence au message de Chamala...
     
  20. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bonjour,

    Je pense que, hypnose ou pas, ce processus est en effet à l'oeuvre en thérapie : la vision du monde du T interpénètre à un moment la vision du monde du P, et ce d'autant plus facilement que le T aura accepté dans un premier temps de se rapprocher de celle de son P (opération qui sous-tend bien sûr l'instauration préalable de la relation empathique).


    Nous serons sans doute à peu près tous d'accord.
    Après, il nous appartient de ne pas faire obstacle aux phénomènes qui aident le P, de savoir les favoriser, et ensuite :
    je pense que lorsqu'une situation "thérapeutiquement idéale" se présente (plus ou moins construite par le T, on pourrait en discuter) là il convient de savoir le repérer et savoir positionner ce qui pourra rendre le meilleur service, tenant compte des attentres et objectifs.

    Je veux dire qu'on n'en décide en effet pas réellement ; mais lorsque cela se profile, le geste de renforcer et rehausser ce qui est en train de se faire (se faire peut-être) au lieu de continuer à conduire un peu plus loin, est me semble-t-il le "plus" thérapeutique.
     
  21. Inspiral

    Inspiral

    Inscrit:
    7 Novembre 2008
    Pas de soucis puisque la réalité est paradoxale:
    Le physicien danois Nils Bohr, qui a proposé un des premier modèle de l'atome, dit qu'il y a deux sortes de vérités: une vérité superficielle et une vérité profonde.
    Selon Bohr, " dans une vérité superficielle, l'opposé est le faux. Dans une vérité profonde, l'opposé est aussi la vérité"
    :D
     
  22. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Comme le souligne Gilligan qui a des milliers d'heures de transe à son compteur, le chemin est long, très long pour le thérapeute T

    et de nature spirituelle, cela va sans dire.

    Il est dans cet état de non savoir, de vide/plein et de demande auprès du C "apprends moi".

    On est loin du thérapeute qui sait,ou contrôle en détail jusqu'au choix de ses métaphores.




    Ces échanges me font penser à un enseignant qui parlait du Thérapeute T comme " le Sujet Supposé Savoir : S "

    en face l'autre sujet, le Client à la fois Patient P, était en fait celui qui détenait la clef du savoir S Thérapeutique pour lui-même

    et le thérapeute n'en savait rien du T raitement qui allait marcher...

    Un profond mystère qui était détenu par le S


    J'ai enfin compris pourquoi je suis Surderien S en hypnose : c'est le Patient qui est Surdetout S sans le savoir

    car il a lui même en son for intérieur la clef C du traitement T !

    Juste à moi de lui montrer la serrure sûre S qui cache la clef du savoir T !


    En fait c'est donc toujours Pareil, le Patient P est bien en fait son propre Praticien P par T hérapie inter-posée...


    Complétement P/T le mec...

    Qui ? le Praticien ou le Patient ?

    tous les deux en Transe hyPnotique...

    :roll:
     
  23. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Bonjour,
    Je voudrais revenir au sujet initial. Bien sur, je suis d’accord avec vous tous pour admettre que la communication non verbale est très importante. J’utilise toujours dans mes séances la télépathie, et quand je l’oublie, je constate que les résultats sont moins bons.
    Je voudrais quand même vous soumettre quelques cas que je rencontre parfois.
    Quand je pratique le test de chute en arrière, puis en avant, puis sur le coté, il arrive que je dise clairement, « vous basculez sur la gauche », en même temps je visualise le sujet en train de basculer vers la gauche, et pourtant, le sujet bascule vers la droite. (sujet qui confond gauche et droite)
    Un autre test que je réalise parfois, c’est de faire tendre les doigts, paumes vers le haut. Puis je suggère que les doigts s’écartent tout en restant tendus, là pas de problèmes, mais quand je suggère que « maintenant les doigts vont se plier, se replier sur eux même » alors parfois, au lieu de se plier, les doigts se remettent à leurs position initiale, car l’inconscient aura compris « replier », donc se remettre comme ils étaient.
    Je pourrais donner d’autres exemples où chaque fois, je visualise bien ce que je dis, et malgré tout, le sujet fait autre chose.
    Avez-vous peut être des explications à ces phénomènes.
    Bonne journée à vous tous.
    Jurgen
     
  24. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    au lieu de se plier...

    je visualise bien ce que je dis, et malgré tout, le sujet fait autre chose.

    au lieu de se plier


    peut être que cela confirme simplement qu'en hypnose on ne peut pas obliger le client à faire des choses qu'il ne souhaite pas

    Il garde toujours son libre arbitre en bonne thérapie +++


    Mon impression du moment

    Merci Jurgen !
     
  25. chadoc

    chadoc

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    Bonjour Jurgen
    La confusion proprioceptive est une réponse hypnotique banale; déjà, même conscient, il y a une équivoque possible quand le sujet entend "vers la droite": est-ce vers sa droite ou vers la votre? s'il va à gauche, il va vers votre droite, il a donc bien obei à votre demande imprécise, "télépathie" en renfort ou pas :) ; pour les doigts qui se retournent au lieu de se replier, si vous aviez dit "les doigts peuvent se refermer sur la paume", je pense que vous auriez obtenu ce que vous attendiez... ou le contraire, mais ça n'a aucune importance, comme se plaisent à le dire les Ericksoniens :wink:
    C'est pourquoi ces derniers trouvent plus d'intérêt à avoir des formulations permissives et à choix multiples, ce qui me paraît personnellement plus élégant :) quitte à être déçu par la faiblesse de mon pouvoir télépathique :roll:. Mais bon, des fois c'est quand même mieux de ne pas savoir ce que les gens pensent :lol:
     
  26. chamala

    chamala

    Inscrit:
    6 Décembre 2006
    La vie est un infini paradoxe cher Belphegor... Peut-il y avoir le vide s'il n'y a point de plein ?... Quelles croyances ?? Il n'y a aucune croyance. La croyance n'existe que pour ton mental, pour ta pensée. Il n'y a que ce qui est, et cela se passe de toute croyance, comme de toute discution ;-)
     
  27. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Hum, ça fait un peu "penser moins pour se tromper moins", ce genre de phrase...
     
  28. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Dans la vie dès qu’on exprime une pensée, en verbal ou en non verbal on exprime une croyance
    Et là par le seul fait d’écrire j’en exprime une
    Et là par le seul fait de me lire vous comparez à vos croyances
    Et là c’est aussi c’est une autre croyance en miroir que j’exprime

    Piégé dans les croyances …
    Encore une croyance
    Comment s’en sortir ?



    En arrêtant de penser ce qu’on croit penser ?

    :roll:
     
  29. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Piégé dans les croyances …
    Encore une croyance
    Comment s’en sortir ?

    que de toute façon la conscience du piège n'est pas le piège de ma conscience !

    8)
     
  30. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Entièrement d'acord, c'est ce que je dis depuis le début, même en hypnose traditionnelle, le sujet reste libre et autonome.
    Mais je continue à me poser des questions, (heureusement!!!)

    Merci surderien :lol:
     
Chargement...