Formation Hypnose

Plusieurs questions...

Et la suite est une vrai énigme ? je me demande quelles sont vos lectures pour avoir un tel raisonnement ?...ces pilules bleues c'est quoi ?
Pilules bleues = viagra, cialis. Il doit y avoir un besoin terrible car nous sommes envahies de pubs télé de ces produits en soirée...

Je le dis bien métaphore, ce sont MES propres observations en tant que chamane... Je ne suis pas psychologue mais quand ce symptôme survient chez une cliente, je lui explique simplement de cette façon et elle comprends très bien sans que j'ai à lui faire un dessin...


------------------------------
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Excusez moi mais là j'aime !


J'ai jamais entendu ça, un fort désir sexuel ?...

J'aurais plutôt dit le contraire, mais en fait je ne vois pas le rapport... vous pouvez développer ?...


je me demande quelles sont vos lectures pour avoir un tel raisonnement ?...ces pilules bleues c'est quoi ?

:arrow: C'est ce que j'appelle un "symptôme" de conscientisation...

c'est un symptôme physique et très palpable... je dirais. :lol:


Ah bon ? et quel est ce symptôme physique et très palpable ?...

Je ne vous suis pas du tout... :shock:


= Voilà de bons éléments pour construire une belle métaphore et faire le deuil d'une impuissance en sexothérapie !



8)

et elle comprends très bien sans que j'ai à lui faire un dessin...
 

xorguina

Membre
Petit fleur.....Tu veux dire qu'on tombe amoureuse de son frère !! ou de son père...vois des deux??????...et ça quelque part au fond c'est pas réglé et c'est pour ça que sa marche pas très bien sexuellement pour l'homme..il le sent????
 

xorguina

Membre
Surderien !!...c'est vrai qu'avec l'esprit "tordu" ou bien "droit" ça dépends comment tu palpes :wink: j'aime aussi :lol: sans méchanceté :D
 
Chez les loups, le chef de la meute doit être le premier à s'accoupler avec sa femelle. Les autres membres de la meute doivent attendre et se lècher la patte en attendant (ici, ça veut dire attendre son tour).

Imagine que le chef de la meute est ton père, le premier amour de ta vie qui habite toujours ton inconscient. L'homme, s'il est le moindrement sensible à ce monde invisble, c'est à dire cet amour exclusif inconscient de la femme pour son père, il pourrait avoir effectivement des problèmes d'érection ou d'éjaculation précoce...

-----------------
 
M

Métaphore

Invité
Ben écoutez Petite Fleur, si vos clientes comprennent tant mieux, parce que moi ça ne me parle pas du tout votre rapprochement ... :shock:
 
M

Métaphore

Invité
Petite fleur à dit:
Chez les loups, le chef de la meute doit être le premier à s'accoupler avec sa femelle. Les autres membres de la meute doivent attendre et se lècher la patte en attendant (ici, ça veut dire attendre son tour).

Imagine que le chef de la meute est ton père, le premier amour de ta vie qui habite toujours ton inconscient. L'homme, s'il est le moindrement sensible à ce monde invisble, c'est à dire cet amour exclusif inconscient de la femme pour son père, il pourrait avoir effectivement des problèmes d'érection ou d'éjaculation précoce...

-----------------
Oulala, partant dans ces considérations, le père est le chef de la meute, on n'est pas sorti de l'auberge...et la suite...je traduis ce que je comprends : cela voudrait dire qu'une femme qui serait toujours amoureuse de son père (...) et que de cet fait l'homme avec qui elle serait aurait des problèmes d'érection ...


Ou vous voulez dire qu'inconsciemment cette femme (petite fille) recherchera l'amour d'un papa à travers un homme et qui au final tombera sur des hommes incapables de la satisfaire sexuellement car inconsciemment elle choisira ce type d'homme ne pouvant faire l'amour avec son père ? c'est de cela que vous parlez ?

Je pense que Léo pourra vous expliquer dans les moindres détails le processus du détachement normal et anormal père/fille et/ou mère/garçon...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
en tant que chamane

plus sérieusement, là je te suis petite fleur

aprés un deuil il y a libération d'énergie

notre conditionnement culturel occidental va plutot dans la répression et la dépression et d'entretenir malheur et tristesse physiologique ...

et parfois jusqu'au pathologique : vêtements noirs, quand dira-t-on etc


cette libération peut aller aussi dans le sens de + profiter de la vie sur tous les plans...

8)
 
Le premier partenaire que l'on choisi n'est il pas souvent à l'image de son père ?
Et parfois même encore par la suite ?

Combien d'hommes nous comparent à leur mère... dont ils peuvent encore être "amoureux" jusqu'à la fin de leur vie....

Pas étonnant que ça refroidisse....
 
Donc, faire le deuil de ce parent libère cette énergie sexuelle qui était jusque là "exclusive".

L'homme retrouve ses moyens et la femme devient plus "authentique". Elle pourra désormais s'abandonner totalement à son homme, et vice et versa.
 
Surderien, ça fait pas très classe de dire cela ou petite fleur... n'empêche que cela est....

L'expression du deuil est codifié....
En Alsace, après l'enterrement, il y a un repas où tout le monde se retrouve, qui est même joyeux, ou on se souvient de la personne....

Je trouvais cela plutot lugubre au début, et ça peut en choquer certains, mais finalement (si on habite loin, ça permet de recharger les batteries) et c'est un moment de partage qui ne s'inscrit pas dans la tristesse....

J'ai changé d'avis....
 
Je pense que Léo pourra vous expliquer dans les moindres détails le processus du détachement normal et anormal père/fille et/ou mère/garçon...[/color]
Hé bien, il est là tout le problème.

Très rare sont ceux qui se détache véritablement de leur parent...

-----------------------
 

xorguina

Membre
Et tu crois que c'est possible du vivant faire le deuil? car pour moi si plus d'amour plus de vie quelque part !! et je ne me voit pas ne plus aimer mon père....
Alors pour ce qui est de mon père,ouai je l'ai idolatré longtemps d'ailleurs malgrès tous ce qu'il n'a pas pu m'apporter,les autres n'ont franchement pas fait mieux alors......celà veut dire que c'est de ma faute...parce que j'ai jamais voulu qu'ils soient plus haut que mon père? et que si ça a foiré c'est en partie parce que ça??? hum hum hum.....le père de ma fille n'a jamais eu de panne sexuelle en 13ans voir le meilleur amant que je n'ai jamais plus eu.........par contre oui je l'ai tjrs dévalorisé par rapport a mon père ...mais parce qu'il me faisait des saloperies pire que mon père aussi !!!!! alors...si je n'avais pas,( et là je suis bien encore dans les remords,regrêts car je sait que j'ai ma part de responsabilité)laissé autant de place a mes parents sur mon couple ça aurait été mieux...c'est ce que je me suis dit,(il aurait bien voulu de la distance voir être faché)mais je me dis aussi que non que finalemnt ça n'aurait de toute façon rien changé a son caractère alors...... jvois pas comment me détacher de mes parents petit fleur...ça me fait mal rien que d'y penser :?
 
Pour les pannes sexuelles, je parle bien d'une possibilité. Je n'ai pas généralisé...

Mais oui c'est possible ce deuil et c'est même très libérateur. Mais xorguina, il faut comprendre qu'il n'est nullement question de ne plus aimer mais plutôt d'aimer mieux, d'un amour plus authentique.
 

xorguina

Membre
Oui mais c'est quoi mieux amié pour toi petite fleur....je ne pense pas vouloir faire l'amour a mon père tu vois :lol: ni avoir des sentiments d'amor et de jalousie ou possession envers ma mère tu vois :lol: ....jcrois juste l'aimé très très fort....comme ma mère alors jvois pas comment tu fais la différence...tu peux m'expliquer stp? :wink:
 

valikor

Membre
Petite fleur à dit:
J'ai jamais entendu ça, un fort désir sexuel ?... J'aurais plutôt dit le contraire, mais en fait je ne vois pas le rapport...
vous pouvez développer ?...
Enfin, ce sont mes propres observations...

Le parent (mais dans les familles nombreuses, ça peut être un frère ou une soeur ainé (e)) est le premier grand amour de notre vie, celui qui colore toutes nos relations futurs.

Faire le deuil de ce premier grand amour libère en quelque sorte une sexualité que je qualifierais "d'exclusive" ...

Pour aller encore plus loin dans mes observations, l'homme n'aurait sans doute plus besoin de ces petites pilules bleues si la conjointe faisait le deuil définitif de son père. Le processus est le même pour la femme.

C'est ce que j'appelle un "symptôme" de conscientisation... c'est un symptôme physique et très palpable... je dirais... :lol:

-------------------------
pas spécialement remarqué mais je creuserais....merci :)
 

corfinas

Membre
xorguina à dit:
Oui mais c'est quoi mieux amié ....
Hello,

Pour moi "mieux aimer ses parents" à un niveau symbolique c'est quand on peut imaginer le lien entre ses parents et soi comme un rayon de lumière large et diffus au lieu d'une chaine, d'une corde ou d'un fil par exemple.

a+
 

corfinas

Membre
Petite fleur à dit:
... comment percevez-vous chez l'autre qu'un deuil est fait ?
Re hello,

Pour moi un deuil est fait quand il n'y a plus de manque, ni colère, c'est à dire que la personne pense à l'absence avec la sensation d'une présence réconfortante, ressourçante. Quand je pense à cette entité disparue du réel, j'ai en moi le réconfort de l'avoir eu à un moment dans ma vie, son souvenir me réchauffe, je pourrai dire merci d'avoir été là.

a+
 

Leo Lavoie

Membre
Ce que petite fleur appelle un deuil "sexuel" envers le parent du sexe opposé (ou le grand frère ou la grande soeur) j'appelle cela la résolution de la phase oedipienne...

Et non, ce n'est pas sexuel. C'est affectif. Et, oui une meilleure relation de couple passe par la résolution de cette phase.

En principe cette phase se résout dans l'enfance dans le temps de la phase même. Elle commence vers 4 ou 5 ans (ça varie beaucoup). Mais, comme le dit petite fleur, elle est très rarement résolue et cause des problèmes de couple.

L'enfant a en lui, de façon naturelle, une pulsion qui n'est pas sexuelle et qui se manifeste à une certaine étape de son enfance. C'est la pulsion de "s'ouvrir un dossier" pour fin de procréation. Un "dossier" hétérosexualité. Pour cela il "exercera" son futur pouvoir de séduction envers la mère (pour le garçon) et souhaitera voir son père s'effacer du portrait. Mais sans réaliser vraiment ce qu'il pense ou ressent.

C'est ici qu'il faut mettre les pendules de Freud à l'heure. L'enfant ne désire pas sexuellement son parent du sexe opposé. Il veut l'avoir pour lui tout seul affectivement et voit le conjoint comme un rival.

La résolution de cette phase passe par deux choses. La réorientation qui vient de la mère avec le "gentil refus" des demandes de mariage de son fils (toujours pour les garçons, c'est un peu l'équivalent pour les filles avec quelques différences). Et le père qui ne s'efface pas et qui est, de toute évidence, choisi par la mère pour être le seul amoureux. La mère dit au garçon que quand il sera grand, il épousera une femme de son âge, comme son père l'a fait avant lui.

Cependant, je le répète. Le problème est souvent dans la relation mère fille, pour ce qui est des femmes. Et de la perception des hommes qui a été transmise par la mère. Et , très souvent, ce que la femme cherche en l'homme c'est sa mère et non pas son père. Quand aux petites pilules bleues, elle ne devraient être prescrite que quand l'érection est un problème vasculaire mais bon...

Les hommes qui ont des problèmes d'érection on souvent eu une mère qui allait chercher un peu trop d'affection chez lui quand il était enfant. On ne peut pas tellement donner trop d'affection mais quand on la "prend" de l'enfant alors c'est différent. Ça castre les garçons psychologiquement. Mais y'a aussi d'autres causes, bien sûr.
 
Ce que petite fleur appelle un deuil "sexuel" envers le parent du sexe opposé (ou le grand frère ou la grande soeur) j'appelle cela la résolution de la phase oedipienne...
non Léo, je n'ai pas parlé de deuil "sexuel" mais d'un symptôme physique lors de la conscientisation du deuil d'un parent...

Sur ce... je ma casse de ce sujet !
 

xorguina

Membre
Très jolie image corfinas...oui un rayon de lumière plutôt qu'une chaine :D je retiens...merçi :wink:

Ben alors zorro ??? des problèmes avec les pillules bleus :lol: :lol: ???tiens tiens ça me dit quelque chose :roll: rappelle une histoire déjà vu ou vécu :roll:
 

saladerouge

Membre
A un moment donné tout est choix et continuer de souffrir pour une chose passée devient un choix... Je suis la somme de mon vécu peut-être un peu tant que j'y crois... Toutes mes cellules se sont renouvelées, mon esprit, mes sentiments peuvent en faire autant... Il est inutile de s'accrocher comme il est inutile de renier, il est bon d'être ce je suis aujourd'hui capable, la métamorphose consciente... L'abus, une expérience sur ma route, ni diablerie, ni quelque chose intraversable, grossir ou dimuner, c'est faire d'une chose autre chose, regardons uniquement ce qui est maintenant, qu'est-ce qui reste ou, comment ???
 

Leo Lavoie

Membre
Petite fleur à dit:
Ce que petite fleur appelle un deuil "sexuel" envers le parent du sexe opposé (ou le grand frère ou la grande soeur) j'appelle cela la résolution de la phase oedipienne...
non Léo, je n'ai pas parlé de deuil "sexuel" mais d'un symptôme physique lors de la conscientisation du deuil d'un parent...

Sur ce... je ma casse de ce sujet !
Je le sais bien que vous n'avez pas parlé de "deuil sexuel" en tant que tel. C'est un terme que j'ai "sorti" pour conclure ce que j'ai compris de vos écrits. Si j'ai mal saisi alors je m'excuse de cette conclusion qui est peut-être réductrice.

L'important est tout de même la résolution de la phase oedipienne que Freud a confondu avec un truc de désir sexuel. Ça n'a de sexuel qu'au niveau organisationel de l'enfance. L'enfant n'est pas un être "pervers polymorphe" comme l'a dit Freud, il est un être en organisation. La nature ne trouve aucune utilité à l'enfance autre que de devenir un adulte qui peut procréer et faire évoluer l'espèce. L'enfant est donc en processus de complétion et c'est le pourquoi de cet apparent polymorphisme.
 
Mais oui Léo, je sais bien que c'est la résolution de la phase oedipienne, mais n'empêche qu'adulte, cette résolution se manifeste par la sexualité. Freud n'avait peut-être pas si tord que ça !

Malgré la risée de certains forumeurs, je ne reviens pas sur mes conclusions.
 

Leo Lavoie

Membre
Petite fleur à dit:
Mais oui Léo, je sais bien que c'est la résolution de la phase oedipienne, mais n'empêche qu'adulte, cette résolution se manifeste par la sexualité. Freud n'avait peut-être pas si tord que ça !

Malgré la risée de certains forumeurs, je ne reviens pas sur mes conclusions.
Vous, vous n'avez pas tort dans ce que vous venez d'écrire mais Freud, oui. Bien sûr que ça se manifeste dans la sexualité de l'adulte puisque c'est le but de la phase oedipienne.

Freud parlait vraiment de sexualité de l'enfant comme si l'enfant avait des désirs sexuels qui ne se manifestent qu'avec des hormones que les enfants ne produisent pas ou en quantité très incomparables avec celles d'après la puberté.

Et, croyez moi, j'ai tout fait pour comprendre autre chose dans mes études de Freud mais voilà, il confond vraiment la sexualité et l'affectivité. Donc pour l'enfant qui est bien plus "affectif" que "sexuel" la confusion s'étend à lui qui est pourtant très loin de la conception sexuelle de l'adulte et qui n'y comprend rien du tout, et pour cause.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut