Formation Hypnose

Pourquoi les gens s'intéressent-ils à l'hypnose ?

HYPNOMED

Membre
messages
309
Points
2850
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !


Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
 
M

Métaphore

Invité
HYPNOMED à dit:
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !

Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
:4:
 
M

Métaphore

Invité
Singin à dit:
A changer -
. Les prix qui seraient adaptés à la situation financière et médicale du client.

Oui et non, car cela dépend surtout de l’investissement personnel pour un résultat.

. Une obligation de résultat. Vous établissez un contrat avec le client pour chaque problème à traiter, avec le prix, le nombre et la durée des séances, et si vous ne parvenez pas à un résultat, remboursement des séances ou séances gratuites jusqu'à résultat, voire dédommagement s'il y a amplification des symptomes.

Heu… le résultat ne dépend pas que du thérapeute mais aussi et surtout du client et son investissement dans cette démarche.

. Séances à domicile pour les agoraphobes et en situation pour les autres problèmes à traiter, sans majoration de prix.

Oui pourquoi pas…

Je voudrais bien savoir combien de thérapeutes continueraient à exercer. :roll:
J'oubliais. Lorsqu'on voit que les thérapeutes ne sont même pas d'accord sur les méthodes et se battent à coups de posts qui ne sont compréhensibles que par eux-même, on se dit qu'il est préférable de ne pas trop s'approcher de l'hypnose. De plus, lorsque vous voulez acheter un livre ou un DVD, vous n'avez que le titre pour vous guider. Ce qu'il y a dedans, aucune idée. Et au prix, où ils sont vendus, il faudrait être un peu cinglé, ou millionnaire, pour en essayer plusieurs. Quant aux stages et autres formations, en dehors de Paris, il n'y a rien.
Je pense que ce qui bloque l'hypnose, ce sont les thérapeutes.
Et pourtant, qu'est-ce que j'aime l'hypnose.
Si on me cherche. :arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow:
Oui on peut se bloquer ainsi, mais voyez vous Singin, sur ce forum comme sur d’autres, il y a des thérapeutes qui partagent ou non les points de vue de chacun et pour les personnes en demande, il est normal que ces derniers ne puissent comprendre les désaccords des thérapeutes… mais je pense qu’il est utile pour vous de prendre ce qu’il vous convient et de rejeter le reste, vous pensez vraiment que ces désaccords existent que sur un forum entre hypnothérapeutes ?...
Je pense que ce que dit Hypnomed juste au dessus est assez clair…



Ensuite vos exemples pour les livres ou DVD, et bien c'est comme quand vous achetez des fruits ou légumes, vous ne voyez que l'extérieur du produit, vous ne savez jamais s'ils sont bons ou mauvais avant de les goûter, donc là c'est un faut débat... Idem quand vous achetez un bouquin ou allez voir un film au ciné, on vous montre que la meilleure partie, mais de là à que le film vous mette en transe, c'est autre chose, donc tant qu'on ne s'implique pas, on ne sait pas...
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
laurenzo à dit:
Il s'agit simplement de constater que faute de preuves scientifiques et de résultats à 'grande échelle', les médecins (pas tous bien sûr mais une assez grande majorité) orientent très peu les malades vers cette méthode et démontrent un certain scepticisme à son encontre. Vous en donniez une très bonne illustration avec le retour de votre amie qui travaille dans un hôpital.
il sera très difficile de faire des essais en double aveugle comme en temps habituel vu qu'en thérapie, le thérapeute fait partie de l'expérience et qu'ils ne sont pas intercheangeables...
pas plus que ne sont leurs compétences et l'alliance thérapeutique qu'ils pourront construire...
et les gens non plus ne sont pas intercheangeables...
c'est cependant possible si on sait ce qu'on fait et si on utilise la logique de construction de l'esprit des personnes...

et puis, les preuves scientifiques ne suffisent pas forcément.... regardez allègre, malgré son passé de scientifique, il n'accepte toujours pas la réalité et les causes du changement climatique pourtant amplement démontrées...
 
M

Métaphore

Invité
Les schémas erronés (ou attitudes dysfonctionnelles)reposent sur des distorsions cognitives, et ces schémas sont résistants au changement, il faut bien les comprendre, ils sont installés depuis de nombreuses années, alors travailler dessus remet en cause tout notre fonctionnement et cela peut paraître pour certains encore plus difficile à vivre ne serait-ce que temporairement et donc résiste au changement.

Rappelons qu’un TOC est ce besoin absolu et impératif de vouloir vérifier et revérifier la validation d’une chose… et que ce soit dans n’importe quel domaine… cette vérification quand elle devient obsessionnelle est évidemment handicapante et maintient la résistance au changement qui ne peut se faire…
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Singin à dit:
laurenzo à dit:
Quant au tarif, même s'il peut paraître bloquant à 1ère vue, il ne me semble pas être un élément réellement pertinent d'explication du manque de notoriété de l'hypnose.
Je pense au contraire que les tarifs sont un des éléments majeurs qui bloquent la notoriété de l'hypnose. Par ces tarifs non accessibles à beaucoup, et notamment les plus démunis, comme les malades, les retraités, les chômeurs, qui ont des difficultés pour manger ou payer un loyer, les séances sont impossibles à payer. Ou alors, en empruntant et remboursant sur des années quand on peut emprunter et qu'on n'est pas déjà en surendettement. De plus, on ne sait jamais le nombre de séances qui seront nécessaires et on n'a aucun moyen de savoir si le thérapeute est vraiment compétent et s'il pourra nous guérir. Et même si la guérison sera durable.
Il est évident que l'hypnose, telle qu'elle est pratiquée actuellement est réservée à une élite qui peut la financer, ou à des gens qui sont prêt à tout pour essayer de guérir. Mais payer une thérapie par hypnose veut dire aussi se priver au quotidien, non sur le superflu, mais sur les dépenses de base.
A changer -
. Les prix qui seraient adaptés à la situation financière et médicale du client.
. Une obligation de résultat. Vous établissez un contrat avec le client pour chaque problème à traiter, avec le prix, le nombre et la durée des séances, et si vous ne parvenez pas à un résultat, remboursement des séances ou séances gratuites jusqu'à résultat, voire dédommagement s'il y a amplification des symptomes.
. Séances à domicile pour les agoraphobes et en situation pour les autres problèmes à traiter, sans majoration de prix.
Je voudrais bien savoir combien de thérapeutes continueraient à exercer. :roll:
J'oubliais. Lorsqu'on voit que les thérapeutes ne sont même pas d'accord sur les méthodes et se battent à coups de posts qui ne sont compréhensibles que par eux-même, on se dit qu'il est préférable de ne pas trop s'approcher de l'hypnose. De plus, lorsque vous voulez acheter un livre ou un DVD, vous n'avez que le titre pour vous guider. Ce qu'il y a dedans, aucune idée. Et au prix, où ils sont vendus, il faudrait être un peu cinglé, ou millionnaire, pour en essayer plusieurs. Quant aux stages et autres formations, en dehors de Paris, il n'y a rien.
Je pense que ce qui bloque l'hypnose, ce sont les thérapeutes.
Et pourtant, qu'est-ce que j'aime l'hypnose.
Si on me cherche. :arrow: :arrow: :arrow: :arrow: :arrow:
Je suis plutôt d'accord sur une bonne partie de votre post même si on vous répondra sans doute que si la thérapie ne fonctionne pas c'est parce que le patient ne veut pas aller mieux et donc que votre proposition n'est pas tenable.

Concernant les tarifs et le fait qu'ils ne sont, à mon sens, pas si bloquants que cela (même si élevés), je les comparais à ceux d'autres thérapies (analyse par exemple) autrement plus élevés et qui pourtant ont un succès certain (en nombre de patients).
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
HYPNOMED à dit:
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !


Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
La question serait alors: Pourquoi aussi peu de psychiatres hypnothérapeutes? Pourquoi aussi peu de psychologues hypnothérapeutes?
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
Les schémas erronés (ou attitudes dysfonctionnelles)reposent sur des distorsions cognitives, et ces schémas sont résistants au changement, il faut bien les comprendre, ils sont installés depuis de nombreuses années, alors travailler dessus remet en cause tout notre fonctionnement et cela peut paraître pour certains encore plus difficile à vivre ne serait-ce que temporairement et donc résiste au changement.

Rappelons qu’un TOC est ce besoin absolu et impératif de vouloir vérifier et revérifier la validation d’une chose… et que ce soit dans n’importe quel domaine… cette vérification quand elle devient obsessionnelle est évidemment handicapante et maintient la résistance au changement qui ne peut se faire…
Tous les scientifiques souffriraient donc de TOC?
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
valikor à dit:
laurenzo à dit:
Il s'agit simplement de constater que faute de preuves scientifiques et de résultats à 'grande échelle', les médecins (pas tous bien sûr mais une assez grande majorité) orientent très peu les malades vers cette méthode et démontrent un certain scepticisme à son encontre. Vous en donniez une très bonne illustration avec le retour de votre amie qui travaille dans un hôpital.
il sera très difficile de faire des essais en double aveugle comme en temps habituel vu qu'en thérapie, le thérapeute fait partie de l'expérience et qu'ils ne sont pas intercheangeables...
pas plus que ne sont leurs compétences et l'alliance thérapeutique qu'ils pourront construire...
et les gens non plus ne sont pas intercheangeables...
c'est cependant possible si on sait ce qu'on fait et si on utilise la logique de construction de l'esprit des personnes...
Mais par exemple, pourquoi des études sortent-elles sur l'EMDR ou sur les TCC?
 
A

Anonymous

Invité
Laurenzo

il y en a pleins, ils ne se vantent pas ...
ils pratiquent sans jamais prononcer le mot HYPN0SE
 
M

Métaphore

Invité
laurenzo à dit:
Métaphore à dit:
Les schémas erronés (ou attitudes dysfonctionnelles)reposent sur des distorsions cognitives, et ces schémas sont résistants au changement, il faut bien les comprendre, ils sont installés depuis de nombreuses années, alors travailler dessus remet en cause tout notre fonctionnement et cela peut paraître pour certains encore plus difficile à vivre ne serait-ce que temporairement et donc résiste au changement.

Rappelons qu’un TOC est ce besoin absolu et impératif de vouloir vérifier et revérifier la validation d’une chose… et que ce soit dans n’importe quel domaine… cette vérification quand elle devient obsessionnelle est évidemment handicapante et maintient la résistance au changement qui ne peut se faire…
Tous les scientifiques souffriraient donc de TOC?
Ou d'autres troubles.... :roll: , je pense que vous mélangez souvent l'intellec et l'aspect émotionnel. Certains personnes peuvent être des génies dans leur domaine professionnel, et avoir une vie affective ou amicale désastreuse à cause de certains troubles émotionnels...

Et pour répondre à votre question précédente, et bien ça commence à se développer, néanmoins certains préfèrent rester cantonner dans leurs croyances, vous savez ce que c'est ?... une croyance c'est résistant... :idea:
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Métaphore à dit:
Les schémas erronés (ou attitudes dysfonctionnelles)reposent sur des distorsions cognitives, et ces schémas sont résistants au changement, il faut bien les comprendre, ils sont installés depuis de nombreuses années, alors travailler dessus remet en cause tout notre fonctionnement et cela peut paraître pour certains encore plus difficile à vivre ne serait-ce que temporairement et donc résiste au changement.

Rappelons qu’un TOC est ce besoin absolu et impératif de vouloir vérifier et revérifier la validation d’une chose… et que ce soit dans n’importe quel domaine… cette vérification quand elle devient obsessionnelle est évidemment handicapante et maintient la résistance au changement qui ne peut se faire…
Tous les scientifiques souffriraient donc de TOC?
Ou d'autres troubles.... :roll: , je pense que vous mélangez souvent l'intellec et l'aspect émotionnel. Certains personnes peuvent être des génies dans leur domaine professionnel, et avoir une vie affective ou amicale désastreuse à cause de certains troubles émotionnels...
Bien sûr, par contre je ne vois pas le rapport entre mélanger l'intellect et l'aspect émotionnel. :?

Maintenant je trouve surprenante votre association entre chercher des preuves (ce que tout scientifique par exemple s'applique à faire) et TOC...
 
M

Métaphore

Invité
laurenzo à dit:
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Métaphore à dit:
Les schémas erronés (ou attitudes dysfonctionnelles)reposent sur des distorsions cognitives, et ces schémas sont résistants au changement, il faut bien les comprendre, ils sont installés depuis de nombreuses années, alors travailler dessus remet en cause tout notre fonctionnement et cela peut paraître pour certains encore plus difficile à vivre ne serait-ce que temporairement et donc résiste au changement.

Rappelons qu’un TOC est ce besoin absolu et impératif de vouloir vérifier et revérifier la validation d’une chose… et que ce soit dans n’importe quel domaine… cette vérification quand elle devient obsessionnelle est évidemment handicapante et maintient la résistance au changement qui ne peut se faire…
Tous les scientifiques souffriraient donc de TOC?
Ou d'autres troubles.... :roll: , je pense que vous mélangez souvent l'intellec et l'aspect émotionnel. Certains personnes peuvent être des génies dans leur domaine professionnel, et avoir une vie affective ou amicale désastreuse à cause de certains troubles émotionnels...
Bien sûr, par contre je ne vois pas le rapport entre mélanger l'intellect et l'aspect émotionnel. :?

Maintenant je trouve surprenante votre association entre chercher des preuves (ce que tout scientifique par exemple s'applique à faire) et TOC...
Car certains ne fonctionnent que sur l'intellectualisation et donc ces derniers ont beaucoup de mal à se connecter aux émotions, ceux qui sont résistants à la thérapie hypnotique par exemple...

Et si vous ne comprenez pas mon association, ben tant pis, car je ne cherche en rien à vous convaincre.... ni à vous ni aux autres d'ailleurs...
 

Singin

Membre
messages
858
Points
5560
C'est ce que j'avais cru comprendre. Les thérapeutes et les malades sont dans deux univers différents. Les malades sont dans la réalité de la maladie, les thérapeutes sont dans la théorie. Ou plus exactement dans les théories. Je comprends que certaines réponses ne sont qu'une méconnaissance de ce que l'on peut éprouver lorsqu'on est malade. Et peut-être que si j'étais thérapeute, je répondrais la même chose, étant donné que j'aurais appris la même chose.
En tant que malade, je suis désespérée par les certitudes des thérapeutes. Si Monsieur Erickson était un si grand thérapeute, c'est qu'il n'était pas dans la théorie, mais dans la maladie. Je ne souhaite bien sûr pas aux thérapeutes d'être malades, mais seulement qu'ils comprennent que ce qui est facile pour eux, ne l'est pas pour un malade. Les guérisons en deux coups de cuiller à pot, ou alors, c'est la faute du malade, sont une double souffrance infligée au malade, celle de la culpabilisation, et celle du mensonge qui casse la confiance.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
Car certains ne fonctionnent que sur l'intellectualisation et donc ces derniers ont beaucoup de mal à se connecter aux émotions, ceux qui sont résistants à la thérapie hypnotique par exemple...
Certains oui, un peu comme cela peut être le cas d'un cuisinier ou d'une secrétaire. Heureusement on ne généralisera pas ce raisonnement à tous les scientifiques qui pour la plupart cherchent à formaliser les connaissances et ne souffrent pas de troubles psy pour autant.

Métaphore à dit:
Et si vous ne comprenez pas mon association, ben tant pis, car je ne cherche en rien à vous convaincre.... ni à vous ni aux autres d'ailleurs...
Vous-même alors? :wink:
(à prendre sur le ton de l'humour)

Bonne soirée !
 

HYPNOMED

Membre
messages
309
Points
2850
laurenzo à dit:
HYPNOMED à dit:
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !


Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
La question serait alors: Pourquoi aussi peu de psychiatres hypnothérapeutes? Pourquoi aussi peu de psychologues hypnothérapeutes?
Les psychiatres sont formatés avec une obscession : la peur de la dissociation !

De là vient probablement leur difficulté de vivre l'expérience de l'hypnose..

Là je rejoins peut-être un peu Singin : tant qu'ils n'ont pas pris conscience qu'en bonne thérapie, on se dissocie soi-même pour comprendre

la problématique du patient, et ce sans aucun risque si on a compris comment renvoyer les infos en miroir...

Ils n'oseront pas l'hypnose.

H.
 
M

Métaphore

Invité
Singin à dit:
C'est ce que j'avais cru comprendre. Les thérapeutes et les malades sont dans deux univers différents. Les malades sont dans la réalité de la maladie, les thérapeutes sont dans la théorie. Ou plus exactement dans les théories. Je comprends que certaines réponses ne sont qu'une méconnaissance de ce que l'on peut éprouver lorsqu'on est malade. Et peut-être que si j'étais thérapeute, je répondrais la même chose, étant donné que j'aurais appris la même chose.
En tant que malade, je suis désespérée par les certitudes des thérapeutes. Si Monsieur Erickson était un si grand thérapeute, c'est qu'il n'était pas dans la théorie, mais dans la maladie. Je ne souhaite bien sûr pas aux thérapeutes d'être malades, mais seulement qu'ils comprennent que ce qui est facile pour eux, ne l'est pas pour un malade. Les guérisons en deux coups de cuiller à pot, ou alors, c'est la faute du malade, sont une double souffrance infligée au malade, celle de la culpabilisation, et celle du mensonge qui casse la confiance.

Singin vous faites dans la surgénéralisation de tout ce qui est dit sur ce forum, et vous êtes donc affectée par ce qui est dit mais qui ne s'adresse pas à vous.

Vous devez faire la différence entre "vous" le forum, et la thérapie.

Et personnellement je n'ai jamais dit que la guérison se faisait pour certains en deux coups de cuillière, c'est bien pour ça qu'on ne peut pas dire à un client si sa thérapie va durée un mois et un an et qu'on ne peut pas savoir le résultat car là il s'agit des ressources du client, etc...

Un thérapeute ne doit pas être dans la maladie mais dans l'empathie.


Tout à fait d'accord avec Hypnomed, c'est bien pour ça que tout bon thérapeute doit faire sa thérapie pour bien comprendre le fonctionnement...
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
 
M

Métaphore

Invité
laurenzo à dit:
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
Mais je n'ai jamais validé pour ma part ce que disent ces thérapeutes...Il est possible que certaines phobies isolées se résorbent en très peu de séances ou même certains TOCS. Mais une pathologie lourde certainement pas comme la dépression profonde.
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
laurenzo à dit:
HYPNOMED à dit:
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !


Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
La question serait alors: Pourquoi aussi peu de psychiatres hypnothérapeutes? Pourquoi aussi peu de psychologues hypnothérapeutes?
ben quand j'entends certains psychologues que j'ai rencontré dire "non la douleur ne peut jamais partir".... on peut se dire qu'il y a un problème dans leur enseignement....
ensuite, que je sache et arrêtez moi si je me trompe mais il me semble que les psychiatres ne sont pas formés à être psychothérapeutes...
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
laurenzo à dit:
valikor à dit:
laurenzo à dit:
Il s'agit simplement de constater que faute de preuves scientifiques et de résultats à 'grande échelle', les médecins (pas tous bien sûr mais une assez grande majorité) orientent très peu les malades vers cette méthode et démontrent un certain scepticisme à son encontre. Vous en donniez une très bonne illustration avec le retour de votre amie qui travaille dans un hôpital.
il sera très difficile de faire des essais en double aveugle comme en temps habituel vu qu'en thérapie, le thérapeute fait partie de l'expérience et qu'ils ne sont pas intercheangeables...
pas plus que ne sont leurs compétences et l'alliance thérapeutique qu'ils pourront construire...
et les gens non plus ne sont pas intercheangeables...
c'est cependant possible si on sait ce qu'on fait et si on utilise la logique de construction de l'esprit des personnes...
Mais par exemple, pourquoi des études sortent-elles sur l'EMDR ou sur les TCC?
parce que la part du transfert et la part intuitive est bien bien plus faible, par construction....
en TCC et EMDR, la thérapie se déroule justement suivant un cadre méthodologique bien précis, qui cherche à s'affranchir du thérapeute et du transfert, mais si la personne ne peut correspondre au cadre, alors cela échoue... d'ailleurs ces approches, si elles sont pratiquées de façon rigide, aboutissent parfois à un échec.
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
Mais je n'ai jamais validé pour ma part ce que disent ces thérapeutes...Il est possible que certaines phobies isolées se résorbent en très peu de séances ou même certains TOCS. Mais une pathologie lourde certainement pas comme la dépression profonde.
tiens et vous mettriez en doute alors le témoignage de David Servan Schreiber (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)?

si c'est ponctuellement possible pour une personne, c'est que c'est théoriquement possible pour tous, à condition de lever les freins et résistances de la personne...
 
M

Métaphore

Invité
valikor à dit:
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
Mais je n'ai jamais validé pour ma part ce que disent ces thérapeutes...Il est possible que certaines phobies isolées se résorbent en très peu de séances ou même certains TOCS. Mais une pathologie lourde certainement pas comme la dépression profonde.
tiens et vous mettriez en doute alors le témoignage de David Servan Schreiber (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)?

si c'est ponctuellement possible pour une personne, c'est que c'est théoriquement possible pour tous, à condition de lever les freins et résistances de la personne...
Ben vous reprenez ce que je dis : (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)et puis tout dépend pourquoi encore une fois ? donc vous n'apportez aucun élément nouveau... :?
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
Métaphore à dit:
valikor à dit:
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
Mais je n'ai jamais validé pour ma part ce que disent ces thérapeutes...Il est possible que certaines phobies isolées se résorbent en très peu de séances ou même certains TOCS. Mais une pathologie lourde certainement pas comme la dépression profonde.
tiens et vous mettriez en doute alors le témoignage de David Servan Schreiber (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)?

si c'est ponctuellement possible pour une personne, c'est que c'est théoriquement possible pour tous, à condition de lever les freins et résistances de la personne...
Ben vous reprenez ce que je dis : (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)et puis tout dépend pourquoi encore une fois ? donc vous n'apportez aucun élément nouveau... :?
il parlait d'une dépression....
 
M

Métaphore

Invité
valikor à dit:
Métaphore à dit:
valikor à dit:
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Vous reconnaitrez Métaphore qu'un certain nombre de thérapeutes ici parlent de 4-5 séances maximum. Difficile ensuite pour le patient de comprendre que finalement la thérapie devrait durer p-e une année.
Mais je n'ai jamais validé pour ma part ce que disent ces thérapeutes...Il est possible que certaines phobies isolées se résorbent en très peu de séances ou même certains TOCS. Mais une pathologie lourde certainement pas comme la dépression profonde.
tiens et vous mettriez en doute alors le témoignage de David Servan Schreiber (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)?

si c'est ponctuellement possible pour une personne, c'est que c'est théoriquement possible pour tous, à condition de lever les freins et résistances de la personne...
Ben vous reprenez ce que je dis : (qui disait que quelque fois en emdr, une séance suffisait)et puis tout dépend pourquoi encore une fois ? donc vous n'apportez aucun élément nouveau... :?
il parlait d'une dépression....
Je suppose que vous devez savoir qu'il existe 4 niveaux de dépression... :roll: de la plus légère à la plus lourde... et qu'il est facile de le détecter avec les questionnaires dont j'ai souvent parlé sur le forum... Ensuite tout dépend des ressources du client.

Toutefois un cas isolé est loin de faire la majorité concernant les dépressions.


Et je vous signale encore une fois que si le sujet est dissocié, l'EMDR ne fonctionnera pas, tout comme il est fortement déconseillé de faire de l'EMDR sur un sujet très fragile n'ayant pas assez de ressources.
 
M

Métaphore

Invité
Source :

http://www.jpcauver.com/techniques-ine- ... sommaire_8[/color]

Quelle est la durée du traitement et le nombre de séances EMDR?

La durée du traitement et le nombre de séances dépendent essentiellement du trouble ou de la pathologie dont souffre le patient. D'une manière générale, le praticien ne commence "vraiment la thérapie" qu'après quelques entretiens consacrés.


Les perturbations dissociatives peuvent être secondaires ou progressives, transitoires ou chroniques.

On distingue des dissociations :

• Primaires, comme celles qui séparent en cas d'un traumatisme simple, disons unique, l'investissement d'un état émotionnel, d'un état de personnalité apparemment normal.

• Secondaires, quand nous avons affaire à une personnalité polytraumatisée et ayant développé de nombreux systèmes de défense • Tertiaires quand, généralement sous l'effet de nombreux et violents traumatismes de longue durée, la personnalité s'est fragmentée en plusieurs états du moi distincts et ne se reconnaissant pas les uns les autres. A la lumière des récents progrès en neurosciences, les processus dissociatifs semblent être un phénomène clef dans la compréhension des pathologies et ouvrent des pistes thérapeutiques concernant notamment le vaste domaine de la psychotraumatologie.

Les participants souffrant de crises de panique et d'agoraphobie n'ont pas bien répondu à la thérapie EMDR.

Goldstein (cité dans Shapiro, 2001) suggère que ces participants avaient besoin d'une phase de préparation plus importante, que celle qui a été fournie dans l'étude, pour développer une tolérance au stress.

Les auteurs suggèrent que la thérapie EMDR puisse ne pas être aussi efficace que la thérapie cognitive-comportementale dans le traitement des crises de panique avec ou sans agoraphobie .[/i]

***************************************************


http://www.passeportsante.net/fr/Therap ... oc=emdr_th

Plus récemment, les applications de l'EMDR se sont étendues à différents problèmes d'ordre psychique, comme les phobies et la dépression – inspirées dans ce cas par la théorie généralement admise voulant qu'un grand nombre de problèmes personnels découlent d'expériences difficiles vécues dans l'enfance.

Toutefois, l'EMDR fonctionnerait mieux avec des patients souffrant d'un seul traumatisme bien cerné ou d'une phobie bien précise, plutôt que d’un trouble plus diffus. «

Il se peut que l'EMDR soit plus efficace dans le traitement des troubles liés au stress qui suit une expérience traumatique (par exemple, la phobie des chiens après une morsure), et moins efficace pour ceux dont le point de départ est inconnu (par exemple, phobie des serpents depuis la naissance) », affirme, à ce propos, le Dr David Servan-Schreiber.


Ce qui est souvent le cas des dépressions, malaise diffus avec point de départ inconnu...
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
8066
Points
9360
Localisation
Suscinio 56
HYPNOMED à dit:
laurenzo à dit:
HYPNOMED à dit:
Métaphore à dit:
Alors on s'est mal compris, les médecins dont me parlaient ma copine, pratiquent l'hypnose mais ne le disent pas de cette façon à leurs patients notamment la pratique des TCC sur les personnes addictes, et leur parle de relaxation.
J"avais mal compris vos premiers commentaires, mais là je suis d'accord ausi !

Les "bons" professionnels en relation d'aide utilisent "l'entretien motivationnel" qui marche et motive les personnes

malades ou en recherche de développement personnel. Ils ont beaucoup de clients et pas besoin de faire de pub

et ils ne se posent pas la question de prouver ce qui marche...

Reste une minorité de professionnels qui continuent de chercher à prouver( et devinez pourquoi !)

et de patients qui cherchent et qui cherchent à faire prouver aussi(et devinez aussi pourquoi !)

Plutôt que de conflicter, mieux vaut se transmettre les outils ! les échanges avec Boul sur l'éreutophobie sont clairs sur ce point et trés instructifs !

Merci à tous de jouer ce jeu hypnotique : source de bien-être pour tous !

Hypnomed.
La question serait alors: Pourquoi aussi peu de psychiatres hypnothérapeutes? Pourquoi aussi peu de psychologues hypnothérapeutes?
Les psychiatres sont formatés avec une obscession : la peur de la dissociation !

De là vient probablement leur difficulté de vivre l'expérience de l'hypnose..

Là je rejoins peut-être un peu Singin : tant qu'ils n'ont pas pris conscience qu'en bonne thérapie, on se dissocie soi-même pour comprendre

la problématique du patient, et ce sans aucun risque si on a compris comment renvoyer les infos en miroir...

Ils n'oseront pas l'hypnose.

H.
En thérapie hypno, quand la personne a compris le coup du jeu de rôle...

(par la dissociation miroir)

elle peut prendre la place du thérapeute...

(et se réaliser être devenue elle même son propre thérapeute permanent, ayant acquis la technique)


Remplacez "thérapie" par "formation"et "thérapeute" par "formateur"et le jeu formatif sera joué...

8)
 

valikor

Membre
messages
2410
Points
6260
Localisation
lyon
Métaphore à dit:
Source :

http://www.jpcauver.com/techniques-ine- ... sommaire_8[/color]

Quelle est la durée du traitement et le nombre de séances EMDR?

La durée du traitement et le nombre de séances dépendent essentiellement du trouble ou de la pathologie dont souffre le patient. D'une manière générale, le praticien ne commence "vraiment la thérapie" qu'après quelques entretiens consacrés.


Les perturbations dissociatives peuvent être secondaires ou progressives, transitoires ou chroniques.

On distingue des dissociations :

• Primaires, comme celles qui séparent en cas d'un traumatisme simple, disons unique, l'investissement d'un état émotionnel, d'un état de personnalité apparemment normal.

• Secondaires, quand nous avons affaire à une personnalité polytraumatisée et ayant développé de nombreux systèmes de défense • Tertiaires quand, généralement sous l'effet de nombreux et violents traumatismes de longue durée, la personnalité s'est fragmentée en plusieurs états du moi distincts et ne se reconnaissant pas les uns les autres. A la lumière des récents progrès en neurosciences, les processus dissociatifs semblent être un phénomène clef dans la compréhension des pathologies et ouvrent des pistes thérapeutiques concernant notamment le vaste domaine de la psychotraumatologie.

Les participants souffrant de crises de panique et d'agoraphobie n'ont pas bien répondu à la thérapie EMDR.

Goldstein (cité dans Shapiro, 2001) suggère que ces participants avaient besoin d'une phase de préparation plus importante, que celle qui a été fournie dans l'étude, pour développer une tolérance au stress.

Les auteurs suggèrent que la thérapie EMDR puisse ne pas être aussi efficace que la thérapie cognitive-comportementale dans le traitement des crises de panique avec ou sans agoraphobie .[/i]

***************************************************


http://www.passeportsante.net/fr/Therap ... oc=emdr_th

Plus récemment, les applications de l'EMDR se sont étendues à différents problèmes d'ordre psychique, comme les phobies et la dépression – inspirées dans ce cas par la théorie généralement admise voulant qu'un grand nombre de problèmes personnels découlent d'expériences difficiles vécues dans l'enfance.

Toutefois, l'EMDR fonctionnerait mieux avec des patients souffrant d'un seul traumatisme bien cerné ou d'une phobie bien précise, plutôt que d’un trouble plus diffus. «

Il se peut que l'EMDR soit plus efficace dans le traitement des troubles liés au stress qui suit une expérience traumatique (par exemple, la phobie des chiens après une morsure), et moins efficace pour ceux dont le point de départ est inconnu (par exemple, phobie des serpents depuis la naissance) », affirme, à ce propos, le Dr David Servan-Schreiber.


Ce qui est souvent le cas des dépressions, malaise diffus avec point de départ inconnu...
forcément le traitement habituel ne concerne que le vécu : les évènements...
hors il faut traiter aussi :
-le caractère (notamment les traits de caractère "se faire peur" et "s'agoisser")
-les périodes de temps (exemple : "je ressens que toute ma vie je me suis fais peur")
-l'impression pour la personne que ca fait partie d'elle ( ce qui veut dire de son identité)

faute d'adresser tout cela et surtout de la résoudre, la thérapie est invariablement un échec.

notez bien que les TCC essaient de construire dans la personne un changement positif qui va devenir un changement émotionnel et qui va contre-balancer l'effet émotionnel direct du caractère...
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
valikor à dit:
ben quand j'entends certains psychologues que j'ai rencontré dire "non la douleur ne peut jamais partir".... on peut se dire qu'il y a un problème dans leur enseignement....
ensuite, que je sache et arrêtez moi si je me trompe mais il me semble que les psychiatres ne sont pas formés à être psychothérapeutes...
D'où finalement un certain manque de notoriété de l'hypnose dans les filières 'reconnues' (à tort ou à raison là n'est pas le débat).
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 33 000 Membres + Accès Privé

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Accéder librement aux Vidéos MP3 et Livres d'Hypnose
Haut