Formation Hypnose

psychose et hypnose

Suite à un débat sur un autre topic:

Y a t'il une origine organique (ou neurologique) attestée pour certaines psychoses?
Que peut on améliorer avec l'hypnose et comment?

La psychose n'est elle pas simplement une inadaptation très marquée à notre société, une différence ( qui est aussi une différence de perception) parce que simplement c'est une minorité qui "perçoit" de cette façon.

Imaginons qu'il soit de règle d'avoir en moyenne 10 personnalités différentes, celui qui en aurait qu'une, serait considéré comme psychotique.
Ca donne à reflechir... ?

Donc les traitements visent à adapter le sujet à la société, à son entourage, pourqu'il puisse être plus en harmonie avec son environnement...

Vu la difficulté de soin (et résultats peu probants), nos approches ne sont elles pas simplement pas inadéquates ?
 

Gaulgaut

Membre
On sait que certaines maladies peuvent déclencher des schizophrénies, comme le psychisme repose sur les neurones, si une partie du cerveau est endommagée, il peut y avoir des répercutions sur le psychisme.
Par exemple, une concentration en cuivre ( je crois que c'est le cuivre, mais je peux me trompé, c'est peut être un autre métal ) dans le sang trop importante provoque des problèmes de type schizophréniques ( le patient entend des voix la plupart du temps ).
 

Eluno

Membre
Justement, ce débat m'a interpellé.

Il semblerait que les troubles psychotiques sont dus à une altération de la perception de la réalité, comme la schizophrénie, la paranoïa, etc.

Ainsi, la personne s'enferme dans une sorte de contre-réalité -dont la systémique est fort pertinente et cohérente- de laquelle il est difficile de la faire sortir

Ainsi, un travail avec un psychotique reposerait dabord et avant tout sur des croyances selon MA vision des choses.

Je n'exclus pas la responsabilité d'éléments physiques extérieurs dans le développement de troubles psychotiques, mais je suis convaincu que la majorité des cas sont autogénérés : Pour moi, tout prend forme dans le mental avant de se repercuter physiquement, neurologiquement, somatiquement etc.

J'ai tout un tas de théories sur le fonctionnement de l'humain, mais malheureusement aucun moyen de les vérifier par moi-même... :(
 

Gaulgaut

Membre
Moi aussi je pense que l'immense majorité des psychoses sont avant tout d'origine psychique, cependant, comme il existe des cas dus à un problème physique, on comprend pourquoi les psychiatres apprennent un peu de neurologie et pas seulement de la psychologie ( sinon, ils pourraient mettre le suppositoire du mauvais côté ).
 

Leo Lavoie

Membre
Voilà... C'est comme ça que je vois le problème moi aussi. De plus, tant que les compagnies pharmaceutiques auront leur grand nez dans les recherches je me méfierai des "nouvelles découvertes" de la médecine.

On sait déjà que des problèmes d'origine psychologique auront un impact sur la physiologie du cerveau, donc sur la perception des choses. Donc...traumatisme affectif---fausses croyances allant jusqu'à des perceptions vraiment erronnées de "réalités" évidentes---réactions de démences en résultant.

C'est pour cela que je dis que tant qu'il n'est pas prouvé que le trouble soit issu de quelque chose de bien concret comme la consommation de drogues ou d'alcool ou de carance aigue en nutriments ou d'un choc comme un coup sur la tête ou d'une "infirmité" mentale, on devrait considérer l'aspect de l'origine psychologique affective.
 

Leo Lavoie

Membre
katia (zoulouk) à dit:
Suite à un débat sur un autre topic:

Y a t'il une origine organique (ou neurologique) attestée pour certaines psychoses?
Que peut on améliorer avec l'hypnose et comment?

La psychose n'est elle pas simplement une inadaptation très marquée à notre société, une différence ( qui est aussi une différence de perception) parce que simplement c'est une minorité qui "perçoit" de cette façon.

Imaginons qu'il soit de règle d'avoir en moyenne 10 personnalités différentes, celui qui en aurait qu'une, serait considéré comme psychotique.
Ca donne à reflechir... ?

Donc les traitements visent à adapter le sujet à la société, à son entourage, pourqu'il puisse être plus en harmonie avec son environnement...

Vu la difficulté de soin (et résultats peu probants), nos approches ne sont elles pas simplement pas inadéquates ?
Votre question est bien ciblée et bien claire. Je me la suis posée y'a de ça très longtemps. Il me fallait des paramètres de comparaison.

Le seul paramètre que l'on a est le mammifère et, en particulier, le grand singe. C'est le pourquoi de la logique de la névrose et de la psychose qui est une forme maligne et chronique de la névrose. Donc plus on s'éloigne de l'animalité et plus on se rapproche de la psychose...

Y'a des exceptions cependant et elles se trouvent dans la conscientisation de la spiritualité... dans l'élévation de l'humain, dans sa sublimation par le surconscient. Alors là on ne parle pas de psychose mais quelque chose qui peut parfois lui ressembler de façon bien paradoxale.
 
Gaulgaut à dit:
Moi aussi je pense que l'immense majorité des psychoses sont avant tout d'origine psychique, cependant, comme il existe des cas dus à un problème physique, on comprend pourquoi les psychiatres apprennent un peu de neurologie et pas seulement de la psychologie ( sinon, ils pourraient mettre le suppositoire du mauvais côté ).
Juste une petite parenthèse: il parait que le psychiatre n'a pratiquement aucune formation en psychologie ... Le psychiatre est avant tout un medecin qui décèle les maladies et prescrit des médicaments. Je crois aussi qu'il n'a pas été formé pour jouer au thérapeute.
 

Gaulgaut

Membre
J'ai pu voir chez des enfants hyperactifs ( pas tous, justes certains ) qu'ils sont très calmes et capables de se concentrer facilement jusqu'au moment où quelqu'un va dire quelque chose d'incongruent qui concerne quelque chose d'important pour l'enfant ( par exemple, on demande à papa et maman si les choses se passent bien entre eux, ils répondent oui de façon pas vraiment congruente, et le gosse se lève, crie, cour autour de ses parents jusqu'à ce qu'ils le grondent, et que donc ils ne parlent plus de ce sujet délicat ). C'est comme si l'enfant "fuyait" la situation, d'une certaine manière. Pour d'autres enfants, qui font parti des hyperactifs même s'ils restent très calmes, on s'apperçoit que face à papa qui dit à son enfant qu'il l'aime ( de façon peu congruente ), le gosse "fuie" la scène en fixant son attention sur autre chose, et n'arrive pas à se concentrer sur ce qui est dit ( oh une coccinelle, qu'elle est jolie !! ). Ce serait ce phénomène de "fuite" qui serait à l'origine de la dissociation psychotique :

Je pense que les psychoses sont, dans la majorité des cas, dues à une incongruence extrême : par exemple, maman écrase sa cigarette sur le bras de son enfant avec de la haine dans le regard en lui disant avec de l'amour plein la voix " je t'aime mon petit" ( cas réel ). Les 2 messages incompatibles n'étant pas gérables en même temps par un enfant qui n'est pas encore très bien structuré psychiquement va faire qu'une partie du vécu va se dissocier ( "fuir" ) le reste du psychisme ( dans ce cas, la partie auditive du vécu ) et comme cette partie a quand même des choses à dire, elle va les transmettre sous forme auditive, ce que l'on appelle couramment une hallucination auditive.
Dans certains cas, le vide laissé par l'expérience traumatisante va devoir être comblé avec ce que la personne a sous la main ( les autres me veulent du mal, je suis la maîtresse de Jésus, ... )qui va être une "réalité psychotique", ou pas ( comme dans les cas de psychose où la personne n'a plus accès à certaines émotions comme la peur, l'amour ( je vous épargne les noms compliqués ) ) , car la "réalité réelle" est dissociée, et la personne n'y a pas accès.
...
J'explique de façon compréhensible, ou j'ai un discours trop farfelu??
Est-ce que c'est à peut près ça ou j'ai rien compris?
Vous pensez que c'est autre chose?
Si vous aussi vous pensez que c'est vrai tapez 1 ( mince, je regarde trop la télé réalité moi )
Pour les hyperactifs, est-ce que vous aussi vous êtes tombé sur des cas comme ça ou est-ce que j'ai juste pas eu de chance?
Et surtout, si le cerveau a un problème ( du point de vue physique ), personnellement, je ne vois pas comment il pourrait y avoir une personnalité multiple... peut être que vous oui, dans ce cas abonnez vous à notre magazi... ( ... faut que j'arrête de regarder les pub pour essayer d'y trouver du Milton Model,... ).
 

Leo Lavoie

Membre
Gaulgaut à dit:
J'ai pu voir chez des enfants hyperactifs ( pas tous, justes certains ) qu'ils sont très calmes et capables de se concentrer facilement jusqu'au moment où quelqu'un va dire quelque chose d'incongruent qui concerne quelque chose d'important pour l'enfant ( par exemple, on demande à papa et maman si les choses se passent bien entre eux, ils répondent oui de façon pas vraiment congruente, et le gosse se lève, crie, cour autour de ses parents jusqu'à ce qu'ils le grondent, et que donc ils ne parlent plus de ce sujet délicat ). C'est comme si l'enfant "fuyait" la situation, d'une certaine manière. Pour d'autres enfants, qui font parti des hyperactifs même s'ils restent très calmes, on s'apperçoit que face à papa qui dit à son enfant qu'il l'aime ( de façon peu congruente ), le gosse "fuie" la scène en fixant son attention sur autre chose, et n'arrive pas à se concentrer sur ce qui est dit ( oh une coccinelle, qu'elle est jolie !! ). Ce serait ce phénomène de "fuite" qui serait à l'origine de la dissociation psychotique :

Je pense que les psychoses sont, dans la majorité des cas, dues à une incongruence extrême : par exemple, maman écrase sa cigarette sur le bras de son enfant avec de la haine dans le regard en lui disant avec de l'amour plein la voix " je t'aime mon petit" ( cas réel ). Les 2 messages incompatibles n'étant pas gérables en même temps par un enfant qui n'est pas encore très bien structuré psychiquement va faire qu'une partie du vécu va se dissocier ( "fuir" ) le reste du psychisme ( dans ce cas, la partie auditive du vécu ) et comme cette partie a quand même des choses à dire, elle va les transmettre sous forme auditive, ce que l'on appelle couramment une hallucination auditive.
Dans certains cas, le vide laissé par l'expérience traumatisante va devoir être comblé avec ce que la personne a sous la main ( les autres me veulent du mal, je suis la maîtresse de Jésus, ... )qui va être une "réalité psychotique", ou pas ( comme dans les cas de psychose où la personne n'a plus accès à certaines émotions comme la peur, l'amour ( je vous épargne les noms compliqués ) ) , car la "réalité réelle" est dissociée, et la personne n'y a pas accès.
...
J'explique de façon compréhensible, ou j'ai un discours trop farfelu??
Est-ce que c'est à peut près ça ou j'ai rien compris?
Vous pensez que c'est autre chose?
Si vous aussi vous pensez que c'est vrai tapez 1 ( mince, je regarde trop la télé réalité moi )
Pour les hyperactifs, est-ce que vous aussi vous êtes tombé sur des cas comme ça ou est-ce que j'ai juste pas eu de chance?
Et surtout, si le cerveau a un problème ( du point de vue physique ), personnellement, je ne vois pas comment il pourrait y avoir une personnalité multiple... peut être que vous oui, dans ce cas abonnez vous à notre magazi... ( ... faut que j'arrête de regarder les pub pour essayer d'y trouver du Milton Model,... ).
Vous voyez clair vous... Vous pigez totalement. :D
 
La psychose serait alors une fuite par rapport à une réalité paradoxale, comme un évanouissement est une fuite pour par exemple lutter contre la douleur physique, et la psychose une fuite pour sortir d'une réalité psychologique plus endurable?

Peut-être même que la "psychose" réduit la souffrance, ( une réponse trouvé à...), d'où la difficulté d'en sortir... (les ponts de la communication peuvent etre coupés)

Parfois la psychose est abordée aussi comme une "crise spirituelle" ou une volonté du sujet de sortir de son enfer... précédent... un pas vers une solution (un passage pour aboutir à autre chose).
Sauf que des sujets peuvent rester bloquer toute leur vie dans cet état.

Cela me semble très surprenant en regard du developpement médical et scientifique, finalement qu'on n'ait pas de réponses.

Et comment aider à surmonter... car il y a bien un moment où ça bascule?
 

xorguina

Membre
Vous parlez souffrance!! oui je suis là, oui c'est moi!!
Alors pour me rabacher un peu,je n'y connais rien en termes psy!!juste un peu pour y avoir fait un stage il y a fort longtemps.....je suis d'accord avec le fait que quand nous souffrons trop, nous fuyons car celà est insupportable a vouloir mourrir parfois aussi....celà peut se faire aussi dans l'auto destruction drogue,alcool,sclarification,addiction en tous genre(même le gateau au chocolat..heu non ça c'est pas moi!!)
Donc une psychose spirituelle?pour sortir de là!! ha!! :D ...

Donc les 5émotions pertubatrices(colère,jalousie,orgueil,désir_attachement,ignorance)sont des névroses? qui amènent a une psychose? le darma, la voie spirituelle qui amènent a la vérité ultime, l'illusion ?dont la solution, la guérison serait le lacher prise, par l'analyse de la vrai vérité des voiles,des névroses en chacun de nous tous?

ESt ce que j'ai bien compris ?
 

Leo Lavoie

Membre
katia (zoulouk) à dit:
La psychose serait alors une fuite par rapport à une réalité paradoxale, comme un évanouissement est une fuite pour par exemple lutter contre la douleur physique, et la psychose une fuite pour sortir d'une réalité psychologique plus endurable?

Ben oui...voilà...

Peut-être même que la "psychose" réduit la souffrance, ( une réponse trouvé à...), d'où la difficulté d'en sortir... (les ponts de la communication peuvent etre coupés)

Oui, en effet. C'est un mécanisme de survie. C'est, en gros, la recherche naturelle de l'homeostasie. Il est fait pour des situations naturelles mais la société nous donnes des situations surnaturelles et folles il faut alors s'attendre à des résultats psychologique de "folie"

Parfois la psychose est abordée aussi comme une "crise spirituelle" ou une volonté du sujet de sortir de son enfer... précédent... un pas vers une solution (un passage pour aboutir à autre chose).
Sauf que des sujets peuvent rester bloquer toute leur vie dans cet état.

Oui et je ne sais pas pourquoi l'un passe au surconscient et l'autre cède à la tyrannie du subconscient.

Cela me semble très surprenant en regard du developpement médical et scientifique, finalement qu'on n'ait pas de réponses.

Ah oui? Moi, je ne suis pas surpris. Idigné, oui...mais pas surpris. Mais la réponse n'est pas là. Car la médecine est acoquinée avec l'industrie pharmaceutique. J'ai l'air d'un type qui crie à la conspiration mais ce n'est pas ça du tout. C'est juste une autre bêtise humaine.

Et comment aider à surmonter... car il y a bien un moment où ça bascule?

Oui en effet. Alors on emmène le type à l'hopital et on le bourre de médocs après ça, ici en tout cas, on le fout à la rue tout en se demandant pourquoi y'a bien plus d'itinérants qu'avant à Montréal.

Mais bon... Je ne sais même pas si on peut finir par guérir un type qui est totalement assiégé par un subconscient rempli de fausses croyances et qui ne lui reste plus un seul coin de conscience comme levier à sa thérapie.

 
Enfin, les médocs deviennent une accoutumance et ainsi ne rétablissent ils que péniblement l'équilibre d'avant la prise de départ.
Peut-etre aussi certains sont ils des camisoles pour éviter des violences.

Depuis des siècles, il y a problème, et on n'est guère plus avancé... Notre regard stigmatisant, qui donne l'étiquette, n'aide t'il pas le sujet à jouer le rôle qu'on lui donne ?

Ne reste t'il vraiment plus un seul coin comme levier à sa thérapie?
 

Leo Lavoie

Membre
katia (zoulouk) à dit:
Enfin, les médocs deviennent une accoutumance et ainsi ne rétablissent ils que péniblement l'équilibre d'avant la prise de départ.
Peut-etre aussi certains sont ils des camisoles pour éviter des violences.

Depuis des siècles, il y a problème, et on n'est guère plus avancé... Notre regard stigmatisant, qui donne l'étiquette, n'aide t'il pas le sujet à jouer le rôle qu'on lui donne ?

Ne reste t'il vraiment plus un seul coin comme levier à sa thérapie?
Je n'en suis pas tout à fait sûr. Mais c'est bien cela l'essence de la psychose et qui la différencie de la névrose. Le conscient n'a plus d'emprise alors que pour faire des progrès en thérapie, il faut vouloir bien consciemment. C'est déjà difficile de se motiver parfois même juste en névrose...

Et, oui, c'est bien entendu que les médocs d'aujourd'hui ce sont les camisoles d'hier. Et un désengagement de l'état.
 

Eluno

Membre
Eh bien M. Lavoie j'ai une petite hypothèse.

Je vais créer un sujet d'ici peu (quand j'aurai le temps de le formaliser) qui s'intitulera "la toute puissance inconsciente".
Et ce que vous dites là à propos de volonté consciente met en évidence une piste de réflexion (ça pique!) : Je pense que TOUT est inconscient. Ainsi, quand on dit qu'il faut avoir la volonté de guérir pour guérir, c'est simplement que l'on utilise une partie de soi, et qu'on l'aide à s'élever au dessus de toutes les autres et donc de toutes les oppositions.
Etant donné que cette idée vient tout juste d'émerger, je développerai la réflexion qui tourne autour plus tard. Mais je voulais le signaler.
Nous en discuterons sur mon super topic de la mort si vous le voulez.
 
Oui et je ne sais pas pourquoi l'un passe au surconscient et l'autre cède à la tyrannie du subconscient.

Peut-être parceque surconscient et subconscient puise à la même source ?

Enfin, ma réflexion à moi va dans le même sens que celle d'eluno...
J'ai bien hâte de vous lire !
 

Eluno

Membre
Petite fleur à dit:
Peut-être parceque surconscient et subconscient puise à la même source ?
Je pense surtout que c'est dû au fait qu'un psychotique a "craqué" à un moment donné. Tout un tas de croyances contradictoires cohabitent. Et un jour, ces conflits inconscient génèrent une sorte de déclic.
Alors qu'une personne qui s'élève spirituellement est convaincue que la réalité n'existe pas. Mais en même temps, elle en a la preuve devant elle. Son système de croyance lui permet de passer d'une illusion à l'autre, sans aucune rupture.
Ainsi, elle peut utiliser la réalité partagée avec son client, son papa, son fiston, ou son chaton.
Puis la minute d'après, discuter avec les esprits et attendre d'eux des révélations sur le fonctionnement de la matrice, du monde etc.

D'ailleurs, ce qui caractérise une personne psychotique, c'est qu'elle a peur : d'elle-même ou du monde, mais elle a peur.
Ces croyances contradictoires aussi lui font peur.
Et ce déclic que je décris plus haut, c'est là le départ de sa psychose.
Elle peut vivre des milliers d'années avec ces conflits, sans jamais être psychotique.
Il suffit en fait qu'elle prenne conscience qu'elle peut basculer, pour basculer...
Encore une fois, je parle au présent, mais ce ne sont que des hypothèses qui ne demandent qu'à être confirmées ou infirmées.

Bon faut que je m'entraîne à la rédaction claire d'un paragraphe improvisé... :?
Petite fleur à dit:
Enfin, ma réflexion à moi va dans le même sens que celle d'eluno...
J'ai bien hâte de vous lire !
Pourtant, je n'ai rien dit sur le sujet ici exposé dans mon dernier message :)
 
Enfin, ma réflexion à moi va dans le même sens que celle d'eluno...
J'ai bien hâte de vous lire !
Pourtant, je n'ai rien dit sur le sujet ici exposé dans mon dernier message :)
Je n'ai fait qu'anticipé ... à moins que ce soit une transmission de pensée :shock:

J'attends tout de même votre paragraphe avec impatience ! :wink:
 

Eluno

Membre
Je fais monter la pression d'abord ;)
Il n'y aura rien d'extraordinaire, juste une petite réflexion qui s'est imposée à moi.
Et puis, je ne suis pas fan du vouvoiement...
 
Ainsi, quand on dit qu'il faut avoir la volonté de guérir pour guérir, c'est simplement que l'on utilise une partie de soi, et qu'on l'aide à s'élever au dessus de toutes les autres et donc de toutes les oppositions.
Comme objet de toute la concentration sans aucun obstacle, tout entier mobilisé à cela, ce qui permet pour le temps de la guérison de surmonter tout le reste... (et de réaliser le "miracle" parfois...

J'attends aussi ton interessante reflexion, Eluno.

L'IC et subconscient me semblent aussi beaucoup plus forts que le conscient. C'est à dire aussi nous voudrions tout pouvoir diriger, et régimenter par celui ci, et faire plier le "reste" à notre gré.
D'où problème.

Prendre conscience que ça pourrait basculer, donc la simple peur, qui créerait? Inquiétant, réellement!
Vivre inconsciemment, sans voir le danger, l'éviterait


J'ai adoré l'image du basculement de plans de réalité (discuter avec des proches, avec le chaton, et aller dans la matrice) presque instantanément.
Beaucoup de vrai là dedans.

Aussi il ya des prisonniers du quotidien et d'autres des mondes parallèles, mais toujours prisonniers d'une seule réalité.
(A choisir il vaut mieux le quotidien!)

Pour soigner alors, une personne psychotique, il faudrait pouvoir aller dans son monde, dialoguer avec son langage pour la ramener.
(combien de personnes psychotiques disent mon medecin ne me comprend pas du tout.. ce qui est somme toute logique et personne d'ailleurs, ce qui est logique aussi.)
 
M

Métaphore

Invité
J'ai lu en diagonale les échanges, mais pour moi les psychotiques sont des individus aux multiples personnalités d'où la szchizophrénie .

Donc l'hypnose ne peut être conseillé pour ce type de pathologie, mais peut même aggraver le sujet dans son délire.

La psychose est comme une dissociation permanente de l'état conscient du sujet et donc n'a plus conscience de sa véritable personnalité.

L'origine est insidieuse et vient souvent à la suite de névroses profondes où le sujet se dissossie de plus en plus pour échapper à la souffrance.

Voilà comment je me représente la psychose.

Malheureusement, les médocs sont indispensables pour rétablir "l'alimentation" neurologique de l'individu et le protéger de l'angoisse morbide de ses délires.
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) à dit:
Pour soigner alors, une personne psychotique, il faudrait pouvoir aller dans son monde, dialoguer avec son langage pour la ramener.
(combien de personnes psychotiques disent mon medecin ne me comprend pas du tout.. ce qui est somme toute logique et personne d'ailleurs, ce qui est logique aussi.)
Cela me paraît impossible, puisque le sujet psychotique peut changer de personnalité à tout moment, il faut comprendre qu'il n'est plus dans la réalité...

Ce qu'il acceptera éventuellement aujourd'hui, ne sera plus valable le lendemain. Donc le dialogue est souvent impossible.
 
Il est toutefois dans une réalité, la sienne, ce qui est encore une réalité.
Ne sommes nous pas tous dans notre réalité à divers degrés?

Ceci ne semble pas une contre indication.

Ne pourrait t'on pas à l'aide de l'hypnose faire défiler (en cas de personnalités multiples) et les associer progressivement en une?
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) à dit:
Il est toutefois dans une réalité, la sienne, ce qui est encore une réalité.
Ne sommes nous pas tous dans notre réalité à divers degrés?

Ceci ne semble pas une contre indication.

Ne pourrait t'on pas à l'aide de l'hypnose faire défiler (en cas de personnalités multiples) et les associer progressivement en une?
Oui enfin faut pas faire croire non plus que l'hypnose est une cour des miracles, et non je ne pense pas à cette possibilité... :?
 

nate

Membre
Eluno à dit:
Eh bien M. Lavoie j'ai une petite hypothèse.

Je vais créer un sujet d'ici peu (quand j'aurai le temps de le formaliser) qui s'intitulera "la toute puissance inconsciente".
Et ce que vous dites là à propos de volonté consciente met en évidence une piste de réflexion (ça pique!) : Je pense que TOUT est inconscient. Ainsi, quand on dit qu'il faut avoir la volonté de guérir pour guérir, c'est simplement que l'on utilise une partie de soi, et qu'on l'aide à s'élever au dessus de toutes les autres et donc de toutes les oppositions.
Etant donné que cette idée vient tout juste d'émerger, je développerai la réflexion qui tourne autour plus tard. Mais je voulais le signaler.
Nous en discuterons sur mon super topic de la mort si vous le voulez.

IDEM

J'ai hate de lire Ton Topic...
 

Eluno

Membre
Comme je l'ai signalé ci-dessus, malgré mon absence totale d'expérience à propos des psychotiques (j'en connais aucun...), je suis convaincu que quelque soit sa personnalité ou sa réalité, elle est cohérente, et a une logique propre.
Nous en avons déjà débattu avec Surderien (entre autres), et Gaulgaut l'a signalé : il "suffit" de s'immiscer dans la réalité du psychotique et de revenir avec lui.

Une anecdote d'Erickson : Il a un patient qui ne s'exprime qu'en "salade verbale" (on le parle en salade verbalie), il est réputé incompréhensible. Erickson commence alors à lui parler dans le même style de langage. Petit à petit, Erickson arrive à communiquer réellement avec lui, et le ramène à un langage plus normal.
Autre anecdote : Un schizophrène qui se frotte contre le mur de sa chambre et qui n'a jamais dit un seul mot depuis qu'il est enfermé. Erickson entre dans sa chambre et commence à marcher en longeant le mur également. Au bout d'un temps, le malade stoppe net et lui hurle "eh vous là! Qui êtes-vous? Et que voulez-vous?" Dès lors, il a pu être traité!

Un autre cas de Bandler, en paradoxale : Un type qui se prend pour Jésus. Bandler vient le voir, et mesure son envergure. Il revient alors avec deux planches et des clous. Le malade lui demande "Mais que faites-vous?" "Eh bien vous êtes Jésus? Vous savez donc ce qui vous attend!"
Eh bien le malade a cessé immédiatement de se prendre pour le Messie...
Et bien d'autres cas similaires, mais comme les personnes qui ne croient pas à l'efficacité de l'hypnose sur de tels cas déteste l'ericksonnien et la PNL (je ne parle pas que de vous Métaphore), il sera difficile de les convaincre...


Pour ce qui est de mon futur message, eh bien je crois que vous vous attendez à un sujet extraordinaire, alors que c'est simplement une de mes théories sur le fonctionnement du psychisme...
M'enfin, vous verrez dès que j'aurais la motivation de l'écrire! (Dur dur avec le Ramadan...)
 

Eluno

Membre
katia (zoulouk) à dit:
Et donc ses élèves...?
Le problème est que les formateurs ne veulent pas prendre ce risque, le risque de transfert de symptôme qui posera problème s'il arrive...
alors ils annoncent à leurs élèves que les psychotiques sont délicats à traiter.

Lockert prétend que l'hypnose humaniste est toute indiquée pour les cas de psychoses, je t'invite donc à regarder le post intitulé "Hypnose Humaniste", en faisant abstraction de toute la partie clash avec Paul Elie (eh oui, déjà à l'époque ;) )
Pour faire bref, l'HH est basée sur la réassociation du sujet, et non sur la dissociation comme en HE.
Tout le travail se fait en Conscience.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Haut