Retraite à 65 ans ou travail à vie

  • Initiateur de la discussion dide70
  • Date de début
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Bonjour,
De nouvelles mesures en discussions qui vont profiter une fois de plus aux personnes en difficultés. Retraite à 65 ans et malheureusement synonyme de travail à vie pour beaucoup, aides pour motiver les médecins retraités à reprendre ou travailler plus longtemps...
Encore une fois, des mesures à payer car on ne sait pas recréer une dynamique d'emploi pour les jeunes (pour payer les retraites) et que la mécanique d'aide à la personne (soignants) est fracturée...
A l'heure où il devient vital de calmer les troupes avant l'explosion, on pousse encore un peu plus le bouchon...;)
Voilà, moi je suis évidement contre, j'aime bien bosser mais quand je vois le nombre de connaissances qui n'arrivent pas à la retraite ou qui en profite peu ça interroge...
Je ne suis pas certain que la moyenne d'âge des gens des années 70 augmente vraiment, un peu avant oui et c'est celle là que l'on regarde parce qu'elle arrange pour la mesure
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Vu l’allongement de l’espérance de vie
Vraiment ce n'est pas ce que j'observe surderien ou c'est propre à l'Est de la France avec la cause possible Tchernobyl. Je le répète, oui il y a bien des personnes qui viennent à des âges avancés en ce moment même mais à partir des naissances début 70 c'est bien plus compliqué avec une observation de beaucoup de décès dans la cinquantaine malheureusement... Des cancers de plus en plus fréquent chez les jeunes voir très jeune c'est pourtant observé clairement dans les hôpitaux. Donc non désolé, si encore s'était le cas pourquoi pas mais là non.
Même au-delà de ça, la majorité des jeunes travaillent bien plus tard avec un parcours de plus en plus en pointillé, beaucoup peuvent se résigner à juste ne pas en avoir malheureusement et ça peut conduire à quoi de bénéfique ?
 
surderien

surderien

Toujours savoir trouver le plaisir de chercher…
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 618
Points
9 760
Localisation
Suscinio 56
.
Ben si :


Plus de trente ans de pension de retraite !

C’est nientot le cas de mon beau père ancien instit qui péte la forme !

Mais Différents paramètres sont à considérer afin de pondérer les conditions d’accès à la retraite comme l’état de santé et la pénibilité du job


🤗
 
sentydi

sentydi

Les plus beaux chemins sont rarement tout droits
messages
30
Points
1 010
ou c'est propre à l'Est de la France

Non, je ne pense pas, le mal être semble être assez généralisé.

"Cancers", oui si les chiffres sont là, mais comment isoler les facteurs causaux ?
S'agit t-il d'ondes, comme la 5g qui rien qu'au pur plan éléctromagnétique n'arrange rien ?
S'agit t-il de la nourriture industrielle, du glyphosate et des pesticides ? (sur ce point on est déjà bien fixés -sic-)

Mais comment faire pour les foyers modestes ? contraints à donner la moitié de leur sueur et de leur leur labeur à la personne qui possède leur logement ? à de grands groupes aux super profits, ceux qui ont niés le plus longtemps possible un hypothétique réchauffement global alors que leur plateformes pétrolières ont déjà été construites surélevées (le sachant .. ) en 1970... car oui ils sont contraints à la voiture ne pouvant habiter plus proches...

C'est pieds et poings liés.

S'agit t-il de stress ? Oui mais de quel genre ? Des cadences élevées ? Une hiérarchie délétère, baffouant les émotions, n'accordant aucune reconaissance ou alors de manière parfaitement mécanique et/ou calculée ? Voire pire ? Un chefton, un drh narcissique voire donnant dans la prédation délibérée ?
De la déshumanisation mécanique orchestrée par de bien sinistres actionnaires, et tous les 'échelons' 'hiérarchiques' entre.

Il ya quelques temps j'ai regardé un épisode d'une série documentaire que je trouve pas mal du tout, sur les replay de RTS, "dans la tête d'un".
Là il s'agit de "dans la tête d'un pauvre". En fait c'est simple : avec la pression sociale, la criminalisation de la pauvreté ect.. sans cesse croissante. Eh bah avec les ruminations, l'auto dénigrement et tout ça tu perds 20% de ta bande passante. Et ce n'est qu'une partie du cercle vicieux.

Si c'est pas un joyeux massacre. A l'intérieur des gens.

Tu veux faire quoi comme thérapie avec quelqu'un comme ça ? (ça n'empêche pas pas d'être passioné par l'hypnose mais de mon point de vue c'est à inclure DANS l'équation).

Moi "j'ai eu de la chance". Mon père était le mal et le remède. Etant parti bien de travers j'avais quand même la culture autodidacte. La croyance de pouvoir tout apprendre, tout décomposer quoiqu'il arrive. Et même si ça m'a pris du temps. Et m'en sortir. Pires soient les pièges. Et finalement oui.
Il ya d'autres gens qui ont fortement intérioriser leur 'incapacité', que 'ce n'est pas pour eux'. C'est pas que je suis mieux : dans mon malheur (peu vécu comme tel), j'ai eu cette chance, ce hasard, ce bagage culturel, malgré tout le reste... qui mle l'a permis.. et sinon je serais déjà mort, fou, en prison, voire les trois à la fois.

Non je ne suis pas 'anti-travail', 'anti-système'. Par contre je pense que le travail tel qu'il est incapacitant en terme d'autonomie individuelle et collective. Et c'est un vrai problème. Quelqu'un au chômage, qui déprime, on lui dit souvent : "Travail et ça ira mieux". Et ça marche (enfin de moins en moins).
Le problème ce n'est pas ce que le travail PEUT apporter. Le problème c'est de considérer qu'il est la seule solution à ce qu'il PEUT apporter. En tuant, en criminalisant les alternatives qui feraient assez facilement mieux au niveau Humain, (car pas suffisament génératrices de PIB ou de CACA-40.)

Je range tout cela dans la catégorie "human exploit based" : à savoir comment des besoins humains figurant par exemple dans la pyramide de Maslow sont exploités non pas pour porter l'Humanité dans ce qu'elle a de plus beau en elle, mais pour exploiter de Humains soudainement considérés comme bétails par 3 couillons en cols blancs et la ribambelle de sbiraillons pensant qu'il est (toujours de bon augure de manger dans la main qui soi disant nous nourrirait). Un autre human exploit based pour l'exemple : whats app qui me fait de la pub sur mon Android en mettant une photo de bébé, je pense que quelques-uns au moins ici auront lu le truc de mettre une photo de bébé dans son portefeuille pour augmenter la chance qu'il soit rendu, bon ça date, mais c'est comment ce qu'on a de plus humain en nous peut être utilisé pour nous exploiter à des fins mercantiles. HUMAN EXPLOIT BASED.

Le problème ce n'est pas qu'il faille travailler pour vivre. Le problème c'est l'exploitation. La division. Les inégalités dégueulasses, la hiérarchie sociale sauf période covid : là les 'invisibles', ceux qui le reste dutemps 'ne sont rien' selon manu (ce mépris...) ont comptés histoire de se ré-aacaparé la peur le temps de la réorienter.

Je me rappelle une phrase de Alain Jeanneau sur thinkerview (non verbatim) dans l'interview "le langage au service des puissants": La division n'est plus seulement inter-individus, elle est maintenant intra individuelle : il s'agit d'exploiter des dipositions qui nous échappent à nous même.". Bref à l'insu de notre plein gré. Finalement c'est une redite de l'human exploit based.
Et ça à mon avis ça génère des émotions insidieuses et éloignant du bonheur (l'humain a besoin d'un certain contrôle sur sa destinée).
De façon assez curieuse j'ai écouté des podcasts sur les rituels de transe récemment. Une personne disait que la transe c'est (bon de mon point de vue c'est un type de transe (si les Inuits ont des centaines de termes pour qualifier tel ou tel type de neige, je pense de plus en plus qu'il en va de même pour les transes (positives ou négatives)) .. que la transe c'est l'absortpion dans le non soi (en l'occurence elle parlait des pluies en Mongolie, qu'on se sent tout petit). J'ai écouté Alexis Righetti récemment et il disait la même chose sur sa pratique de montagne : que c'est un besoin de l'humain, d'être rendu humble, 'remis à sa place' par la nature.

"C'est pas l'homme qui prends la mer" ....

Mais au niveau social je pense qu'un besoin de contrôle est salvateur pour la santé mentale.
Le truc c'est que c'est exploitations sont insidieuses émotionnellement parlant, et que c'est indicible, ça produit comme un grincement lointain insupportable, avec une forte charge émotionnelle,et je pense (non sourcé) que cela produit bien des maux : rupture du lien social, agressivité interindividuelle (agressivité redirigée en fait car la source est difficilement recoupable dans une réalité chaotique difficile à lire et que les médias mainstream ne rendent pas plus facile d'accès), santé mentale en berne (ce qui fera plaisir au princiers de la pharmacopée qui ont pratiqué un joyeux lobbying envers les médecins et l'institution en général). Quand le malheur collectif sourit (une fois de plus) à quelques scélérats.


Donc absence de contrôle et réalité illisible renforçant le tout...
Puis étant fatigué de travail et de chaos les dimensions onaniques voire toxicomaniques rentrent en jeu : resserant l'étau.

Cette réalité est insupportable : vite mon NNNEEETTT' FFFIXXEEE ^^

Je parle des pratiques télévisuelles, mon âne Houna et autres débilisateurs publics spéculants sur un mal être latent doublé d'une forte charge émotionnelle pour parachevé l'égarement de toute forme d'esprit critique. (voire reportage "temps de cerveau disponible" de france 2 avec Bernard Stiegler sur la pulsionnalisation et la rétractation des fonctions cognitives supérieures qui vont avec. Evidemment ça date carrément donc les technologies exploitatives ont énormément évoluées.
Je parle également des réseaux (a-)sociaux (dont l'auteur précédemment cité a fait des analyses fines). Donc les trucs GAFAMIQUES : des gens tout bonnement formés pour coder des algorithmes exploitant les circuits de récompenses basés sur le besoin de reconnaissance sociale (tiens ?! un autre human exploit based ? oui.) La dopamine (voire l'excellente série sur Arte du même nom).

Tous ces gens nous volent nos transes : introspectives, méditatives, sociales , créatives, et j'en passe.. tout ça par des écrans de toutes sortes qui nous brulent la rétine et nous aliéne...
pour le compte de l'économie de l'attention. -sic-

J'aurais pu faire meilleure synthèse, j'aurais voulu.. sûrement; plutôt que de livrer tel brouillon.
Problème : les journées ne font que 24h et le boulot qui aura contribué à me tuer bien avant mes 64 ans m'en prends quelques-unes.

 
Dernière édition:
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
"Cancers", oui si les chiffres sont là, mais comment isoler les facteurs causaux ?
S'agit t-il d'ondes, comme la 5g qui rien qu'au pur plan éléctromagnétique n'arrange rien ?
S'agit t-il de la nourriture industrielle, du glyphosate et des pesticides ? (sur ce point on est déjà bien fixés -sic-)
un peu de tout ça probablement
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Le critère déterminant est trop souvent négligé, c'est l'adaptation des gens qui fera que ça ne fonctionnera pas. L'arrêt maladie et le risque majeur qui va aider encore les soignants. Dans les conversations, il est fréquent d'entendre "pas question pour moi d'aller jusqu'à 64" sous entendu "je vais trouver une solution". La réalité est que beaucoup ne veulent déjà plus aller jusqu'à 62 voir 60. La pénibilité elle est pour tout le monde, perso pour connaitre les deux, un travaille assis est encore plus destructeur que d'être la journée complète debout.
 
sentydi

sentydi

Les plus beaux chemins sont rarement tout droits
messages
30
Points
1 010
Paradoxalement, il ya plein de retraités qui aimeraient participer plus.
Mais pas forcément à plein rythme ou à pleine cadence.
Le problème c'est cette binarité. Travailler à fond puis bam d'un coup s'arrêter.
L'envie de ne pas / plus travailler (comme ça), couplée à l'appréhension, la difficulté de cet arrêt brutal.

Probablement dû au fait que le travail est devenu un trop unique et strict composant de l'identité (identité sociale au moins)*(a).
Et du lien social (quid des alternatives ? quid de la propagande méritocratique (qui tue dasn l'oeuf la reconnaissance des inégalités) et productiviste ?)
Qui es-tu ? "Moi, je suis plombier." - bof
- "Moi, je suis délégué à la commission inter ministérielle opérationnelle du secteur territorial". - whouaoh !
(au passage on remarquera une sorte de montée virale et addictive à la novlangue-de-bois, aux étiquettes plates finissant de vidanger certaines sémantiques de leur contenu, ne se cantonnant plus qu'à un monde d'étiquettes au niveau de la culturelle, vrai problème).

Alors le retraité : "J'étais contremaître". Ca y est quelquepart : on 'était' déjà... (*(a))
En plus de ce cloisonnement statique, quasi castique des fonctions sociales.

Et tout ça multiplié par la contrainte physique / physiologique (fatigue) et temporelle qui réduit toute marge de manœuvre autonome. Couplé aux éléments de spirales 'toxicomaniaques' (principalement numériques).
On ne peut plus faire par soi-même car trop incapacité par ces facteurs.

Je me répète.. pardon.

Une des vraies solutions, pour casser ces boucles de dépossessions de vies, c'est de se ré-approprier les moyens de travail, pour le rendre moins absurde (division des tâches à leur dimension la plus élémentaire par vue au moins productiviste (bien que cela reste également un moyen de soumission potentiel), moins lessivant, et que l'individu garde une marge décisionnaire à son niveau opérationnel.
Et moins intense en rythme afin de pouvoir être plus facilement d'autres sois. Plus de soi hors travail. Plus d'alternatives.

Rendre le travail moins mortifère ne serait donc qu'un début :

 
surderien

surderien

Toujours savoir trouver le plaisir de chercher…
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 618
Points
9 760
Localisation
Suscinio 56
Je suis en retraite progressive depuis 5 ans à 80 % et je demande une année supplémentaire jusqu’à 68 ans.
Si je suis toujours à peu près bon pied bon œil à cette date, je prolongerai peut-être…
Cette formule répond aux besoins de solidarité actuelle, et çà me permet de prendre mon mercredi, de pleine hypnose, comme dans ma jeunesse…
😉
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Encore un lien sur l’espérance de vie
inutile de s'attacher à l’appréciation bonne ou mauvaise de ce que l'on peut retrouver via les médias, il y a juste à relever ce que l'on peut observer autour de soi. Dans ton article, ça se stabilise voir diminue en 2020, c'est probablement vrai et là encore, le covid est la bonne explication. Non, j'ai bien la certitude que la courbe est inversée depuis bien avant...
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
e suis en retraite progressive depuis 5 ans à 80 % et je demande une année supplémentaire jusqu’à 68 ans.
Que celui qui veut travailler travaille mais que celui qui ne veut plus puisse s'arrêter, la contrainte crée de la résistance et des tensions et ça peut laisser espérer quoi en vrai ?
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Paradoxalement, il ya plein de retraités qui aimeraient participer plus.
Mais pas forcément à plein rythme ou à pleine cadence.
c'est une bonne intention mais pourquoi ne pas laisser la place aux jeunes qui pour certains ne peuvent pas travailler ? Peut-être que dans le médicale c'est justifié par manque de médecin et autres mais on ne peut pas généraliser à toutes les professions de plus majoritairement plus représentative. Celui qui à passer sa vie à l'atelier ou dans la nature la plus part du temps n'acceptera pas un poste plus tranquille assis (bureau ou autres). Et les risques pour la conduite des engins ou autres ? Et d'ailleurs pourquoi ceux qui sont les plus en difficulté devraient contribuer autant que ceux qui ne le sont pas ?
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 324
Points
6 260
Localisation
Vosges
Si les conditions de travail étaient meilleures ou disons bonnes, retarder l'âge de la retraite ne serait pas vraiment un problème : beaucoup de personnes auraient encore envie d'aller travailler.
Et visiblement ce n'est pas le cas, sauf quelques exceptions.

Au travail actuellement, je croise beaucoup de personnes en réelle souffrance dans les collègues. Rien qu'en passant dans les couloirs, je me sens mal à l'aise. C'est triste. Les personnes en emploi sont plus mal que celles qui ne travaillent pas. J'ai l'impression de voir des robots et qu'on peut deviner le burn out ou la maladie poindre son nez.

En pareil contexte, retarder de deux ans la retraite apparait comme une catastrophe, car chaque jour est difficile. Je me suis toujours demandée pourquoi accepter pareil fardeau ??? Pourquoi une si grande masse de personnes si mal à l'aise se laisse faire et vit une vie qu'elle ne veut pas ?
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
C'est sur la motivation des gens qu'il faudrait jouer pour de vrai résultats, pas sur du "travailler jusqu'au bout et fermer là" malheureuse on est pas très loin de ça...
Perso des mesures comme celles-là me motive encore à arrêter plus tôt 62 j'y pensais déjà même pas...
 
sentydi

sentydi

Les plus beaux chemins sont rarement tout droits
messages
30
Points
1 010
Merci jumb, oui c'est insupportable de voir un tel massacre à l'intérieur des gens (pas tous heureusement, certains épousent des alternatives).


C'est ce dans quoi on marine, doublée de diffèrentes propagandes (méritocratiques, culpabilisantes, ultra normatives). Puis si on s'oppose soit on est qu'un traître de feignant, soit on a le toupet, la prétention de penser hors cadre. Oui des robots, des zombies, tout ce matraquage à grand coup d'émotion, de culte de la hiérarchie et de domination, de compétition (diviser pour mieux régner n'est plus un délire lointain comme je l'ai pensé il ya longtemps, il remplacera prochainement plutôt "liberté égalité fraternité" sur la face de nos instituitons)...
Lorsqu'on ne parle pas d'éco-terrorisme, voire d'éco fascisme pour des jeunes ou moins jeunes à la colère bien légitime.

A propos des manifestants, un de mes petit collègue (26 ans) en parle dans des termes hallucinants. Mais pour l'instant je n'ai pas la relation à part l'écouter vomir (j'ai commencé de petites touches à y repenser).
Bercé trop prêt du mur par l'âne houna et autres débilisateurs publics ...
Sympa par ailleurs..

Puis bon sur ce qui (ont) continués à vouloir se lever, on crève quelques yeux puis 'on' les (nous) fait passer pour des pitres sur des chaînes à fort audimat. Le tout dans une contrainte physico temporelle qui par essence, par structure, empêche la formation de pensées plus profondes.... Le chant des sirènes...
La peur est générée, la résignation grandissante, avec une petite zone de fix' numérique aux recettes finement élaborées comme un mac do délètere ...
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
De toutes façons, pour Macron la retraite est déjà au second plan car il sait très bien que ça va passer d'une manière ou d'une autre. Il y des armes, chars, avions à livrer pour espérer aider à gagner une guerre avec la croyance que la Russie va s'y résigner :rolleyes:
C'est aussi le bon moment pour les décorations 🙃 avec la croyance que l'on peut espérer avancer dans le bon sens avec de la provocation. 🙃🙃🙃. Il y a urgence et matière à consulter un thérapeute et un bon...:cool:
 
sentydi

sentydi

Les plus beaux chemins sont rarement tout droits
messages
30
Points
1 010
Le même quelques années plus tard (maintenant), toujours passionnant.

"Pour se libérer de ses chaînes, faut-il commencer par en prendre conscience".

Une dé-hypnotisation de dogme dominant ??

 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
C'est certain, une prise de conscience et le premier pas qui va permettre de se libérer de ses chaines, à condition qu'elle soit appuyée de persévérance et d'actions, c'est là souvent tout le problème.
Si on prend l'exemple des grèves, ça s’essouffle avec le temps et on fini par accepter. Pour le cas des retraites, je l'observe assez nettement dans mon environnement entre le début et ce jour. Pire que ça, beaucoup acceptent avant même d'engager la moindre action, malgré la prise de conscience...
J'ai regardé partiellement la vidéo, elle semble expliquer très justement un pourquoi, ça peut aider à prendre conscience oui. Le problème de nos jours est que l'on est trop sur le pourquoi en oubliant souvent le comment et l'action qui peut s'en suivre, sans cette condition que ce soit pour les retraites ou autres choses, il ne peut rien se passer...
La seule question que je me pose depuis l'annonce de cette prolongation, est la suivante :
Comment je vais au plus vite arrêter ce jeu (travailler) avec un salaire à minima équivalent et plus de temps libre, ceci sans compter sur la retraite qui devient de moins en moins accessible ?
C'est encore plus vrai chez les jeunes...
 
Dernière édition:
jumb

jumb

Membre
messages
2 324
Points
6 260
Localisation
Vosges
Comment je vais au plus vite arrêter ce jeu (travailler) avec un salaire à minima équivalent et plus de temps libre, ceci sans compter sur la retraite qui devient de moins en moins accessible ?
Je commence à voir des personnes de 60 ans, voir jusqu'à 63 ans, me solliciter pour se former car la retraite est à 67 ans pour eux, voire jamais car les revenus ne seront pas suffisants.
Avoir du temps libre, c est un souhait (voire necessité) souvent avec moins de revenus que le temps plein. 28h sem c est tres agréable pour soi, juste souvent pas trop pour le porte monnaie.
Sinon en tant que salarié tu peux solliciter le Cep (conseil en évolution pro)..
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Avoir du temps libre, c est un souhait (voire necessité) souvent avec moins de revenus que le temps plein.
Le problème et que ces gens vont trouver une autres façons pour compenser, probablement dans illégalités malheureusement. IL ne faut pas perdre de vue que beaucoup vivent bien sans pour autant travailler. C'est dommage, mai oui c'est aussi une dynamique qui va exemplifier, c'est un risque en tout cas... Après il y a aussi les accidents de travailles, pendant mon service militaire, j'ai vu des gens se mutiler pour ne pas marcher ou sortir de l'obligation militaire. Tout est possible, moi je ne suis pas du genre mais je sais que ce n'est pas si rare...
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
3 280
Points
7 860
Localisation
France
Je suis comme Surderien je ne me vois pas glandouiller et compter mes sous sans pouvoir partir là ou je rêve de partir comme l’Egypte ou la Jordanie
Alors autant travailler pour bien dépenser tant que mon corps le permet
Je ne suis pas encore bonne à être jetée à la poubelle
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 324
Points
6 260
Localisation
Vosges
Je suis comme Surderien je ne me vois pas glandouiller et compter mes sous sans pouvoir partir là ou je rêve de partir comme l’Egypte ou la Jordanie
Alors autant travailler pour bien dépenser tant que mon corps le permet
Je ne suis pas encore bonne à être jetée à la poubelle
Tu as de la chance, tous les metiers n offrent pas cette recompense.. En 5 semaines de congés, peu d opportunités de grands congés car on ne peut pas trop poser comme on veut. Je vais plus loin que l egypte rien qu en déplacement pour aller travailler et tout ça s enleve du salaire. Le voyage se transforme en trajets quotidiens...
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Le truc est que quand on en voit beaucoup travailler et profiter pas ou peu de leur retraite, il apparait impossible de voir ça de cette façon... En générale le retraité ne glandouille pas ou il faut vraiment qu'il soit à court d'imagination avec un gros poil dans la main...
J'apprécie toujours ceux qui veulent, c'est nos problème et bon pour la courbe, mais forcer ceux qui ne veulent pas va la plomber plus bas encore. Les dernières grèves et discussions en cours sont quand même représentatives et très orientées refus...
Penser aux jeunes et leurs libérer des places serait plus sérieux, leur expliquer que pour eux la retraite c'est du passé et que d'ici là il sera aussi facile de l'atteindre que d'être sélectionné comme élève astronaute.
De toutes façons vu la vitesse avec laquelle les choses en générale se dégradent grasse à l'intelligence et le soutient des mesures, on sera probablement dans le mûr dans les premières années qui viennent...
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
3 280
Points
7 860
Localisation
France
L’intelligence artificielle va bientôt remplacer les travailleurs
Et qui va s’en plaindre ?
réfléchissez
Ma voiture me conduit seule je pose juste les mains sur le volant
Il existe déjà des taxis sans conducteur …..
Des machines qui fabriquent seules des pizzas

Un jeune a créé et programmé une machine qui coupe les cheveux
….
Quand je passe en caisse c’est une machine qui compte et encaisse mes courses
……
Oui continuez à faire la grève sans voir que le monde a déjà changé
…..
Le bitcoin va remplacer notre argent
….
Plus d’argent sonnant et trébuchant , il sera virtuel
….
Comme
…. notre vie

….
allez une petite réponse pour faire des joutes verbales

On va légaliser l’euthanasie prochainement

Quoi d’autre ?
 
dide70

dide70

Membre
messages
5 068
Points
7 860
Localisation
Belfort
Une machine ça accepte tout car elle est programmée pour ça c'est exactement la même chose pour nous. Libre à qui veut de se laisser programmer comme il le souhaite ou pas....
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 324
Points
6 260
Localisation
Vosges
Il y a un système de pensee plutôt unique qui nous dit de travailler pour pouvoir depenser.. Et quelque part on nous oblige à plus d assistance pour des objets du quotidien, comme par exemple les voitures. Tout devient de plus en plus automatique pour couter de plus en plus cher.. Qui n a pas son robot, son lave vaisselle...? Cela nous rend t il heureux ? En avons nous besoin ?
Beaucoup de personnes ne reflechissent plus comment elles veulent vivre, et ce que c est d ailleurs une question à se poser ?
Et beaucoup attendent la retraite pour enfin faire ce qu ils souhaitent ? Et encore plus à attendre... Et pourquoi attendre si tard pour avoir une vie interessante ?
Il est clair que dans certains metiers nous pourrions travailler jusque 70 ans voire plus
 
moune

moune

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
3 280
Points
7 860
Localisation
France
Pensez-vous sérieusement que c’est le nirvâna d’être vieux moche …et méchant ?
Les vieux sont toujours pressés et râlent en permanence …..
La vie active est synonyme de jeunesse où tout est encore possible
 
jumb

jumb

Membre
messages
2 324
Points
6 260
Localisation
Vosges
Ah mdr, beaucoup de choses sont possibles tres longtemps, même avec des hanches en plastoc, certains attaquent Compostelle à 70 piges... La vie est toujours devant soi tant qu on est là. Je vois plein de vieux, faire du ski, etre dans des assos et en profiter à fond. Je suis en montagne et il y en a un paquet.
Etre jeune, actif et en forme, sérieux c est pas toujours le cas.
Le fait de me sentir jeune ou pas jeune n a rien à voir avec le travail pour moi. Plus un etat d esprit, une façon de se sentir dans sa tete dans son corps et ce ne sont pas quelques rides qui vont m arreter...
 
Vous aimerez:
herveg
  • Question
  • herveg
Réponses
13
Affichages
3 K
Sereine Attitude
Sereine Attitude
Viederêve13
Réponses
28
Affichages
1 K
Viederêve13
Viederêve13
Jeanefraise
  • Question
  • Jeanefraise
Réponses
13
Affichages
2 K
Alpha-therapie
Alpha-therapie
Nouveaux messages
dide70
  • Question
  • dide70
Réponses
6
Affichages
236
Pattricky
Pattricky
Peggy.hypnose
  • Peggy.hypnose
Réponses
0
Affichages
7
Peggy.hypnose
Peggy.hypnose
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut