Formation Hypnose

votre niveau de bien etre

  • Initiateur de la discussion valikor
  • Date de début

A quel point vous sous sentez bien globalement spontanément, sur une échelle de 0 à 10 ?

  • ->0

    Votes: 0 0.0%
  • ->1

    Votes: 0 0.0%
  • ->2

    Votes: 0 0.0%
  • ->3

    Votes: 0 0.0%
  • ->4

    Votes: 0 0.0%
  • ->5

    Votes: 0 0.0%
  • ->6

    Votes: 0 0.0%
  • ->7

    Votes: 0 0.0%
  • ->7-8

    Votes: 0 0.0%
  • ->8

    Votes: 0 0.0%
  • ->9

    Votes: 0 0.0%
  • ->10

    Votes: 0 0.0%

  • Total des votants
    0
  • Sondage fermé .
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
valikor à dit:
En conclusion, si le passé d'une personne est fortement chargé en ressentis négatifs, alors la synthèse ne peut être que négative, la personne ne peut être heureuse et ce, même si la personne a toutes les raisons du monde de l’être.

valikor à dit:
c'est alors que tu n'oberve pas assez que tu réagis trop émotionnellement au lieu de vraiment lire ce que j'écris...

cela n'interdit en rien la résilience....
ni la thérapie.

le but de la thérapie c'est justement de travailler ces ressentis négatifs, jusqu'à ce que la synthèse soit complètement positive...

Heu. Je n'avais pas l'impression d'être particulièrement dans l'émotionnel mais bon. Je reprends à froid.
Je ne vois pas comment avec cette phrase on peut arriver à: plein de ressentis négatifs et une synthèse positive puisque tu dis exactement le contraire. Et la thérapie ça ne l'autorise que si c'est une thérapie qui retravaille les ressentis. La résilience je ne vois pas comment on peut l'intégrer à ce système et du coup pas non plus les autres thérapies.

Je veux bien que plus tu as eu une vie difficile plus tu auras des risques que la vie soit encore plus difficile après à vivre, mais je ne suis pas d'accord avec l'obligation d'être malheureux parce qu'on a eu un passé pourri.

katia (zoulouk) à dit:
On peut choisir comment aller bien sans archéologie
Voilà
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
On peut aussi aller mieux avec de l'archeologie

On peut aussi choisir comment aller bien maintenant sans archéologie.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
valikor à dit:
En conclusion, si le passé d'une personne est fortement chargé en ressentis négatifs, alors la synthèse ne peut être que négative, la personne ne peut être heureuse et ce, même si la personne a toutes les raisons du monde de l’être.

valikor à dit:
c'est alors que tu n'oberve pas assez que tu réagis trop émotionnellement au lieu de vraiment lire ce que j'écris...

cela n'interdit en rien la résilience....
ni la thérapie.

le but de la thérapie c'est justement de travailler ces ressentis négatifs, jusqu'à ce que la synthèse soit complètement positive...

Heu. Je n'avais pas l'impression d'être particulièrement dans l'émotionnel mais bon. Je reprends à froid.
Je ne vois pas comment avec cette phrase on peut arriver à: plein de ressentis négatifs et une synthèse positive puisque tu dis exactement le contraire. Et la thérapie ça ne l'autorise que si c'est une thérapie qui retravaille les ressentis. La résilience je ne vois pas comment on peut l'intégrer à ce système et du coup pas non plus les autres thérapies.

Je veux bien que plus tu as eu une vie difficile plus tu auras des risques que la vie soit encore plus difficile après à vivre, mais je ne suis pas d'accord avec l'obligation d'être malheureux parce qu'on a eu un passé pourri.

katia (zoulouk) à dit:
On peut choisir comment aller bien sans archéologie
Voilà

bon alors je vais faire plus étapes par étapes avec des + et des =

ca sera peut etre plus clair... :?:

0°) 1 élément du passé = faits + ressentis

1°) les faits on s'en fout, c'est le ressenti qui décide si le fait est utilisé pour se construire ou pas. Pas de ressenti = rangé dans l'histoire mais ne participe pas à la construction émotionnelle. Participe à la construction de l'expérience. un trauma qui ne fait plus rien n'a donc plus d'impact car il ne contribue plus à la synthèse.

2°) l'esprit d'une personne est une synthèse (une somme) entre son passé + l'interaction de son passé avec le contexte présent qui fait aussi intrinsèquement participer le caractère (lui-même conséquence de son vécu)(
:arrow: en AH, en mode réflexif, en thérapie, le contexte présent, c'est l'interaction avec le vécu :!: ça introduit la possibilité de changer le ressenti relatif à l'élément du passé sur lequel on se concentre),

3°) si somme des ressentis trop forte => synthèse négative => personne pas heureuse => thérapie nécessaire => si thérapeute efficace => somme des ressentis devient de moins en moins négative => personne va de mieux en mieux....

4°) résilience : capacité de la personne à digérer/surmonter au fur et à mesure les expériences négatives. Les ressentis négatifs liés à l'expérience diminuent dans le temps, par le biais des rêves et de l'effet des traits de caractère dans le temps.


Pour moi, traits de caractère ou croyances qui permettent d'être résilient =
  • ne pas être attaché au passé;
  • le passé ne fait pas partie de soi;
  • le passé n'est pas important, c'est ce qui est à venir qui est important;
  • je suis libre / au passé, / mes parents et les autres
  • je suis capable d'un bon lâcher prise = d'accepter les choses que l'on ne peut pas changer;
  • je ne suis pas anxieux (= se faire du soucis, s'angoisser, se faire des films, vision négative, se faire peur...)
  • je vis un truc négatif, c'est pas grave, dans peu de temps j'aurais surmonté et je m'en foutrais complètement;
  • capable de relativiser : rien n'est grave, rien n'est important au regard de ce que vivent certains;
  • mon but dans la vie c'est d'être heureux, c'est comme un voyage, il peut y avoir des tours et détours, des nids de poule, des accidents, mais je m'en fous car je profite des aspects positifs, je fais tout pour qu'il y en ait d'ailleurs plein, et je reste concentré dessus
  • je fais de l'hypnose, de l'autohypnose, de la méditation;
  • je prends soin de moi
  • un bon problème, c'est un problème résolu, pas un truc qu'on fout dans un coin en espérant qu'il passera tout seul (du coup le stress provoqué par les problèmes sera réduit);
  • liste non limitative bien sûr.


bon du coup, j'ai pris de l'avance sur mon article sur la rélisience que je voulais faire...
 
papusza

papusza

Membre
messages
288
Points
1 160
La lecture de Boris Cyrulnik, des "vilains petits canards" m'a enseigné cela:
- être résilient c'est réecrire son histoire en y trouvant ce qu'il y a de positif, et s'en servir comme levier pour l'action.

Dans chaque malheur il y a du bon, et ce qui fait ma force et ma spécificité de mon histoire, c'est de transformer ce quil y a de plus difficile, de plus ingrat en quelque chose qui va me motiver, me dynamiser, à aller vers autre chose où je peux m'épanouir et me rendra plus fort.

Ma faiblesse, ma faille devient ma force.

Le résilient a compris le processus de transformation, Il sait sa fragilité, et il la "sublime".
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Puis je me permettre d'aggrandir ta liste ? ça pourraît t'aider....

Etre résilient c'est :

_Voir que la vie peut être comprise en regardant derière soi mais seulement vécu qu'en regardant vers l'avant .

_"Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions sensorielles, ni mes expériences. Je ne suis aps le contenu de ma vie . Je suis dans l'espace dans lequel tout se produit .Je suis la conscience, je suis le présent, je suis ." ekart tollé.

_Le possible est trjs un tout petit pas....après l'impossible

_Que la vie, ce n'est aps d'attendre que l'orage passe mais de danser sous la pluie !

_ Que ce qui se trouve derrière nous et devant nous importe peu comparé a ce qui se trouve en nous !

_Une période d'échec est un moment rêvé pour semer les graines du succés.

_On peut bâtir quelque chose de beaux avec les pierres qui entravent le chemin.

_Avance sur ta route car elle n'existe que par ta marche.

_ "Que le plus grand secret est que la vie n'est pas un processus de découverte, mais de création" . neale donald walsch

_ la vie est comme un arc en ciel ,il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.

_ Heureux soient les félés, car ils laisseront passer la lumière
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
papusza à dit:
La lecture de Boris Cyrulnik, des "vilains petits canards" m'a enseigné cela:
- être résilient c'est réecrire son histoire en y trouvant ce qu'il y a de positif, et s'en servir comme levier pour l'action.

Dans chaque malheur il y a du bon, et ce qui fait ma force et ma spécificité de mon histoire, c'est de transformer ce quil y a de plus difficile, de plus ingrat en quelque chose qui va me motiver, me dynamiser, à aller vers autre chose où je peux m'épanouir et me rendra plus fort.

Ma faiblesse, ma faille devient ma force.

Le résilient a compris le processus de transformation, Il sait sa fragilité, et il la "sublime".

c'est ce qu'il se passe dans l'esprit d'une personne qui a les traits de caractère cités....
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
C'est encore plus que ça je crois, plus qu'une trans/formation, plus qu'une sublimation , plus !!!

Enfin dans mes tripes , je le ressent comme ça !

Même si je suis créatrice je sait que l'image que je reflète repose déjà sur un MENSONGE ,une illusion : la stabilité de ce que je suis .

Alors que c'est le changement qui me/nous définit !!!.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
xorguina à dit:
C'est encore plus que ça je crois, plus qu'une trans/formation, plus qu'une sublimation , plus !!!

Enfin dans mes tripes , je le ressent comme ça !

Même si je suis créatrice je sait que l'image que je reflète repose déjà sur un MENSONGE ,une illusion : la stabilité de ce que je suis .

Alors que c'est le changement qui me/nous définit !!!.
tiens ca m'a permis de rajouter un truc en plus :

je suis un survivant : qqn qui surmonte l'adversité !

avoir ça dans son identité, c'est comme une super-prophétie auto-réalisante!
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 185
Points
4 530
Localisation
Pays basque
valikor à dit:
xorguina à dit:
C'est encore plus que ça je crois, plus qu'une trans/formation, plus qu'une sublimation , plus !!!

Enfin dans mes tripes , je le ressent comme ça !

Même si je suis créatrice je sait que l'image que je reflète repose déjà sur un MENSONGE ,une illusion : la stabilité de ce que je suis .

Alors que c'est le changement qui me/nous définit !!!.
tiens ca m'a permis de rajouter un truc en plus :

je suis un survivant : qqn qui surmonte l'adversité !

avoir ça dans son identité, c'est comme une super-prophétie auto-réalisante!

Heuuu oui, si tu veux...c'est bien mais l'identité ma gène, ne va pas avec ce que je t'exprime...une identité c'est stable, quelque chose qui bouge pas, change pas...moi je te dis que c'est une illusion de croire ça ! que nous sommes définit par le changement et non la stabilité !

J'aime a te rappeller le sphynx qui renaît de ces cendres à chaque fois :wink: Il va avec ton adversité, ma persévérance :wink:
 
papusza

papusza

Membre
messages
288
Points
1 160
valikor à dit:
papusza à dit:
La lecture de Boris Cyrulnik, des "vilains petits canards" m'a enseigné cela:
- être résilient c'est réecrire son histoire en y trouvant ce qu'il y a de positif, et s'en servir comme levier pour l'action.

Dans chaque malheur il y a du bon, et ce qui fait ma force et ma spécificité de mon histoire, c'est de transformer ce quil y a de plus difficile, de plus ingrat en quelque chose qui va me motiver, me dynamiser, à aller vers autre chose où je peux m'épanouir et me rendra plus fort.

Ma faiblesse, ma faille devient ma force.

Le résilient a compris le processus de transformation, Il sait sa fragilité, et il la "sublime".

c'est ce qu'il se passe dans l'esprit d'une personne qui a les traits de caractère cités....

Un instinct de sur- vie ?
 
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
valikor à dit:
c'est ce qu'il se passe dans l'esprit d'une personne qui a les traits de caractère cités....

Parfois une personne qui se définit comme optimiste et accrocheuse lâchera complètement en cas de gros coup dur à sa surprise et à la surprise de son entourage. Une autre personne qui se voit comme faible et pessimiste fera preuve d'un acharnement et d'une volonté à toute épreuve dans les mêmes conditions.

Je crois qu'un évènement très grave peut révéler une personnalité et modifier des traits de caractère que l'on pensait acquis.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
laurenzo à dit:
valikor à dit:
c'est ce qu'il se passe dans l'esprit d'une personne qui a les traits de caractère cités....

Parfois une personne qui se définit comme optimiste et accrocheuse lâchera complètement en cas de gros coup dur à sa surprise et à la surprise de son entourage. Une autre personne qui se voit comme faible et pessimiste fera preuve d'un acharnement et d'une volonté à toute épreuve dans les mêmes conditions.

Je crois qu'un évènement très grave peut révéler une personnalité et modifier des traits de caractère que l'on pensait acquis.

bien sûr !

la personne optimiste a peut etre un peu trop accumulé et l'autre personne fait typiquement montre d'un manque de lacher prise (elle ne renonce pas)
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
valikor à dit:
0°) 1 élément du passé = faits + ressentis

1°) les faits on s'en fout, c'est le ressenti qui décide si le fait est utilisé pour se construire ou pas. Pas de ressenti = rangé dans l'histoire mais ne participe pas à la construction émotionnelle. Participe à la construction de l'expérience. un trauma qui ne fait plus rien n'a donc plus d'impact car il ne contribue plus à la synthèse.

2°) l'esprit d'une personne est une synthèse (une somme) entre son passé + l'interaction de son passé avec le contexte présent qui fait aussi intrinsèquement participer le caractère (lui-même conséquence de son vécu)

[...]
[*]le passé ne fait pas partie de soi;

Pour "le passé ne fait pas partie de soi" ça ne contredit pas le 0 et le 2?
Pour le 1, et les refoulements?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
valikor à dit:
0°) 1 élément du passé = faits + ressentis

1°) les faits on s'en fout, c'est le ressenti qui décide si le fait est utilisé pour se construire ou pas. Pas de ressenti = rangé dans l'histoire mais ne participe pas à la construction émotionnelle. Participe à la construction de l'expérience. un trauma qui ne fait plus rien n'a donc plus d'impact car il ne contribue plus à la synthèse.

2°) l'esprit d'une personne est une synthèse (une somme) entre son passé + l'interaction de son passé avec le contexte présent qui fait aussi intrinsèquement participer le caractère (lui-même conséquence de son vécu)

[...]
[*]le passé ne fait pas partie de soi;

Pour "le passé ne fait pas partie de soi" ça ne contredit pas le 0 et le 2?
Pour le 1, et les refoulements?

pour le 1°) :
un truc refoulé, tu ne t'en souviens plus mais si on te remets pile le doigt dessus, ca fait mal et c'est la cata.... bref c'est du ressenti insupportable rangé dans un placard verrouillé avec une partie de toi qui a la clé et qui fait tout le temps des efforts importants pour maintenir le placard fermé....
cela n'a donc rien à voir....

pour le 0°) et le 2°) : tu te construis ta réalité, ton point de vue peut etre bloquant ou aidant et ne rien à voir avec les faits.

pour dire autrement : le Soi = le Moi = l'identité de la personne, ce n'est pas son esprit tout entier !


le moi est un sous ensemble de l'esprit tout entier. le paradoxe n'existe pas si tu sors du cadre d'une logique binaire habituelle .

tout comme tu ne peux pas trouver la racine carrée de -1 dans le corps (=l'ensemble) des nombres réels mais que tu peux l'avoir dans le corps des nombres complexes qui se composent d'une partie réelle et d'une partie imaginaire (programme terminale C dans le temps).
 
I

Intemporelle

Invité
Je ne partage pas ce que vous dites Valikor...

Le moi n'est pas un sous ensemble, le Moi comporte des sous-ensembles c'est à dire des "parties" du Moi, le Soi c'est la partie pure, la pleine conscience de son individualité.

Les schémas erronés sont représentés par les parties du Moi en souffrance, à travailler en hypno analyse, l'individu n'est pas souvent conscient de ces état du Moi erronés...

Plus le temps de développer...
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Je ne me souviens pas d'avoir vu les nombres imaginaires mais je n'ai pas une bonne mémoire et je suis allée voir ce que c'était. Si des personnes veulent s'amuser avec des nombres complexes, des carrés négatifs, tant mieux pour eux, enjoy! Mais bon si je dois réparer un meuble, perso, je vais chercher une règle et m'en tenir à une nombres réels.
(la physique quantique, à laquelle est visiblement liée i est une des trois choses que je suis complétement incapable de comprendre).

Pour le 0 et le 2 je pense comprendre ce que tu veux dire.
Pour le 1, je ne suis pas sûre parce que si le ressenti est refoulé... bah il n'y a plus de ressenti (cqfd) à moins que ce ne soit pas forcément un ressenti ressenti mais un... une charge émotionnelle consciente et/ou inconsciente?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
Je ne me souviens pas d'avoir vu les nombres imaginaires mais je n'ai pas une bonne mémoire et je suis allée voir ce que c'était. Si des personnes veulent s'amuser avec des nombres complexes, des carrés négatifs, tant mieux pour eux, enjoy! Mais bon si je dois réparer un meuble, perso, je vais chercher une règle et m'en tenir à une nombres réels.
(la physique quantique, à laquelle est visiblement liée i est une des trois choses que je suis complétement incapable de comprendre).

Pour le 0 et le 2 je pense comprendre ce que tu veux dire.
Pour le 1, je ne suis pas sûre parce que si le ressenti est refoulé... bah il n'y a plus de ressenti (cqfd) à moins que ce ne soit pas forcément un ressenti ressenti mais un... une charge émotionnelle consciente et/ou inconsciente?

ecoute, il y a bien des choses de ton passé qui ne te font plus rien, dirais tu alors que tu les refoules?
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
valikor à dit:
Prudence à dit:
Pour le 1, je ne suis pas sûre parce que si le ressenti est refoulé... bah il n'y a plus de ressenti (cqfd) à moins que ce ne soit pas forcément un ressenti ressenti mais un... une charge émotionnelle consciente et/ou inconsciente?

ecoute, il y a bien des choses de ton passé qui ne te font plus rien, dirais tu alors que tu les refoules?

Ca ne veut pas forcément dire que c'est refoulé mais c'est une possibilité, non?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
valikor à dit:
Prudence à dit:
Pour le 1, je ne suis pas sûre parce que si le ressenti est refoulé... bah il n'y a plus de ressenti (cqfd) à moins que ce ne soit pas forcément un ressenti ressenti mais un... une charge émotionnelle consciente et/ou inconsciente?

ecoute, il y a bien des choses de ton passé qui ne te font plus rien, dirais tu alors que tu les refoules?

Ca ne veut pas forcément dire que c'est refoulé mais c'est une possibilité, non?

utilise le rasoir d'ockham au lie de voir des problèmes là où il n'y en aurait pas....
 
I

Intemporelle

Invité
Prudence à dit:
valikor à dit:
Prudence à dit:
Pour le 1, je ne suis pas sûre parce que si le ressenti est refoulé... bah il n'y a plus de ressenti (cqfd) à moins que ce ne soit pas forcément un ressenti ressenti mais un... une charge émotionnelle consciente et/ou inconsciente?

ecoute, il y a bien des choses de ton passé qui ne te font plus rien, dirais tu alors que tu les refoules?

Ca ne veut pas forcément dire que c'est refoulé mais c'est une possibilité, non?

C'est possible, si l'individu est trop fragilisé va se dissocier lors de la séance si on utilise l'EMDR en travaillant sur des traumatismes, je ne sais pas si ça répond à votre question...
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
valikor à dit:
utilise le rasoir d'ockham au lie de voir des problèmes là où il n'y en aurait pas....

Intéressant... Ce serait plus simple, mais ça rendrait ma vision du monde moins complexe, moins colorée et j'aime, à travers mon filtre, voir tous ces petits détails même si la vue d'ensemble est moins facile à saisir. Sans aucun jugement de valeur, je préfère par goût ce qui va être plus exhaustif et précis que ce qui va être plus simple et général, dans les cas je ne peux obtenir les deux, car dans ce cas j'adore le "clair net et précis".
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
valikor à dit:
utilise le rasoir d'ockham au lie de voir des problèmes là où il n'y en aurait pas....

Intéressant... Ce serait plus simple, mais ça rendrait ma vision du monde moins complexe, moins colorée et j'aime, à travers mon filtre, voir tous ces petits détails même si la vue d'ensemble est moins facile à saisir. Sans aucun jugement de valeur, je préfère par goût ce qui va être plus exhaustif et précis que ce qui va être plus simple et général, dans les cas je ne peux obtenir les deux, car dans ce cas j'adore le "clair net et précis".

moi je préfère qu'elle soit plus juste !
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
valikor à dit:
Prudence à dit:
Intéressant... Ce serait plus simple, mais ça rendrait ma vision du monde moins complexe, moins colorée et j'aime, à travers mon filtre, voir tous ces petits détails même si la vue d'ensemble est moins facile à saisir. Sans aucun jugement de valeur, je préfère par goût ce qui va être plus exhaustif et précis que ce qui va être plus simple et général, dans les cas je ne peux obtenir les deux, car dans ce cas j'adore le "clair net et précis".

moi je préfère qu'elle soit plus juste !

L'un n'empêche pas l'autre. Je préfère aussi la justesse mais dans ma métaphore il ne s'agissait pas de cela, il s'agissait de deux représentations supposées "vraies" mais imparfaites parce qu'impossibles d'être vues en entier. Le bleu n'est ni plus vrai ni moins vrai que le rouge, c'est une question de goût si je préfère le bleu...
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Prudence à dit:
valikor à dit:
Prudence à dit:
Intéressant... Ce serait plus simple, mais ça rendrait ma vision du monde moins complexe, moins colorée et j'aime, à travers mon filtre, voir tous ces petits détails même si la vue d'ensemble est moins facile à saisir. Sans aucun jugement de valeur, je préfère par goût ce qui va être plus exhaustif et précis que ce qui va être plus simple et général, dans les cas je ne peux obtenir les deux, car dans ce cas j'adore le "clair net et précis".

moi je préfère qu'elle soit plus juste !

L'un n'empêche pas l'autre. Je préfère aussi la justesse mais dans ma métaphore il ne s'agissait pas de cela, il s'agissait de deux représentations supposées "vraies" mais imparfaites parce qu'impossibles d'être vues en entier. Le bleu n'est ni plus vrai ni moins vrai que le rouge, c'est une question de goût si je préfère le bleu...

autant on peut dire cela sur la vision, car dire que le bleu est plus juste que le rouge n'a pas de sens, autant je persiste à penser qu'à propos des choses discutées auparavant, il y en a de plus justes que d'autres.

et quand on a une vision plus juste, on est mieux à même d'aider la personne...
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 à dit:
Je ne sais pas si l’on peut démontrer mathématiquement le poids du passé sur la synthèse présente, mais je suis plutôt d’accord avec les concepts d’accumulation (de négatif, de douleur etc…) autant que je pense que le passé fait continuellement partie de la synthèse présente.
Si, ici et maintenant, je me concentre sur mon ordinateur, je peux effectivement ne penser à rien d’autre…. Du moins quand tout fonctionne bien. Si, au contraire, j’ai passé une mauvaise journée, et que je risque d’en avoir une mauvaise demain, cette concentration deviendra plus difficile. J’aurais le sentiment d’être troublé et mes pensées reviendront à ce qui s’est passé aujourd’hui ou, au contraire, à ce qui risque de se passer demain. C’est le principe de l’anxiété d’anticipation, ou encore de la culpabilité qui est souvent une anxiété qui s’adresse au passé.
Valikor semble croire que tout le passé s’accumule : ça, personnellement rien ne me l’a jamais prouvé. C’est toutefois aussi ce que pensent les psychanalystes (ou presque) : c’est dans le passé qu’il faut chercher à déterrer une ribambelle de traumas, petits ou grands, qui nous empêchent de bien vivre au présent.
Je crois cependant qu’on peut accumuler longtemps et se fourvoyer longtemps, jusqu’à en arriver un jour à ne plus pouvoir avancer ni reculer : c’est là qu’apparait le symptôme qui fonctionne un peu comme une soupape de sécurité pour relâcher la pression. Par exemple, depuis des années j’ai accumulé du négatif, j’ai tenté de le nier, de l’accepter, de me battre ou de faire avec, mais aujourd’hui une goutte d’eau a fait déborder le vase : je n’en peux plus. Comme (en plus) j’ai peur, depuis longtemps, des microbes, mon inconscient à décidé pour moi : je passerais mon temps à me laver les mains, ça m’évitera peut-être de penser, de ressentir tout ce négatif. C’est un mécanisme de défense de l’inconscient qui n’a rien à voir avec la peur des microbes : il s’agit avant tout de se préserver du négatif.

Je viens de prendre connaissance de ce message que je partage, sauf la phrase soulignée car il me semble évident que notre passé nous formate, et cette phrase est contradictoire avec la suite de votre message...

La fin de votre message est bien le résultat d'un trop plein de négatif, et on arrive au symptôme qui là se résume par un TOC, mais cela aurait pu être bien autre chose ...

Mais vous avez raison de dire que c'est un mécanisme de défense, ce qui n'empêche pas de gâcher la vie de l'individu...
 
Ivan Schmitt

Ivan Schmitt

Membre
messages
797
Points
3 260
Localisation
Strasbourg
Intemporelle à dit:
Ivan.67 à dit:
Je ne sais pas si l’on peut démontrer mathématiquement le poids du passé sur la synthèse présente, mais je suis plutôt d’accord avec les concepts d’accumulation (de négatif, de douleur etc…) autant que je pense que le passé fait continuellement partie de la synthèse présente.
Si, ici et maintenant, je me concentre sur mon ordinateur, je peux effectivement ne penser à rien d’autre…. Du moins quand tout fonctionne bien. Si, au contraire, j’ai passé une mauvaise journée, et que je risque d’en avoir une mauvaise demain, cette concentration deviendra plus difficile. J’aurais le sentiment d’être troublé et mes pensées reviendront à ce qui s’est passé aujourd’hui ou, au contraire, à ce qui risque de se passer demain. C’est le principe de l’anxiété d’anticipation, ou encore de la culpabilité qui est souvent une anxiété qui s’adresse au passé.
Valikor semble croire que tout le passé s’accumule : ça, personnellement rien ne me l’a jamais prouvé. C’est toutefois aussi ce que pensent les psychanalystes (ou presque) : c’est dans le passé qu’il faut chercher à déterrer une ribambelle de traumas, petits ou grands, qui nous empêchent de bien vivre au présent.
Je crois cependant qu’on peut accumuler longtemps et se fourvoyer longtemps, jusqu’à en arriver un jour à ne plus pouvoir avancer ni reculer : c’est là qu’apparait le symptôme qui fonctionne un peu comme une soupape de sécurité pour relâcher la pression. Par exemple, depuis des années j’ai accumulé du négatif, j’ai tenté de le nier, de l’accepter, de me battre ou de faire avec, mais aujourd’hui une goutte d’eau a fait déborder le vase : je n’en peux plus. Comme (en plus) j’ai peur, depuis longtemps, des microbes, mon inconscient à décidé pour moi : je passerais mon temps à me laver les mains, ça m’évitera peut-être de penser, de ressentir tout ce négatif. C’est un mécanisme de défense de l’inconscient qui n’a rien à voir avec la peur des microbes : il s’agit avant tout de se préserver du négatif.

Je viens de prendre connaissance de ce message que je partage, sauf la phrase soulignée car il me semble évident que notre passé nous formate, et cette phrase est contradictoire avec la suite de votre message...

La fin de votre message est bien le résultat d'un trop plein de négatif, et on arrive au symptôme qui là se résume par un TOC, mais cela aurait pu être bien autre chose ...

Mais vous avez raison de dire que c'est un mécanisme de défense, ce qui n'empêche pas de gâcher la vie de l'individu...


Effectivement, mon explication est un peu confuse. Mais voilà ce que je voulais dire :
Je pense qu’effectivement, il peut y avoir accumulation et que cette accumulation est source de problèmes. Par exemple : « On me fait tellement suer ces derniers temps que je m’énerve facilement. Un rien m’énerve ». Ce qui me semble moins convaincant, c’est de dire : « On m’a fait suer lorsque j’étais jeune, donc aujourd’hui, un rien m’énerve ». Non pas que cela soit faux, mais je peine à croire que ce soit réellement de cette manière que les choses se passent. Je crois, au contraire, qu’il y a un mécanisme d’autoentretien du processus d’énervement qui, en vérité, explique l’énervement facile, à l’âge adulte. Il faudrait donc dire : « On m’a trop fait suer lorsque j’étais jeune. Dès lors, j’ai appris à m’énerver facilement. Aujourd’hui, si je m’énerve facilement, ce n’est plus par accumulation, mais parce que j’ai peur qu’on me fasse suer (éventuellement : comme lorsque j’étais jeune) ».

Un tel point de vue porte à conséquence dans une pratique thérapeutique, ou mon approche serait plutôt d’aider l’individu « à faire autrement que de s’énerver », plutôt que d’essayer de recadrer le passé.

Cela dit, il semble que Valikor obtienne de bons résultats en agissant comme s’il s’agissait d’accumulation. L’EMDR est l’un des pivots de sa méthode. Dès que j’aurais un peu de temps, je me pencherais encore sur la question…
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
Ivan.67 à dit:
Intemporelle à dit:
Ivan.67 à dit:
Je ne sais pas si l’on peut démontrer mathématiquement le poids du passé sur la synthèse présente, mais je suis plutôt d’accord avec les concepts d’accumulation (de négatif, de douleur etc…) autant que je pense que le passé fait continuellement partie de la synthèse présente.
Si, ici et maintenant, je me concentre sur mon ordinateur, je peux effectivement ne penser à rien d’autre…. Du moins quand tout fonctionne bien. Si, au contraire, j’ai passé une mauvaise journée, et que je risque d’en avoir une mauvaise demain, cette concentration deviendra plus difficile. J’aurais le sentiment d’être troublé et mes pensées reviendront à ce qui s’est passé aujourd’hui ou, au contraire, à ce qui risque de se passer demain. C’est le principe de l’anxiété d’anticipation, ou encore de la culpabilité qui est souvent une anxiété qui s’adresse au passé.
Valikor semble croire que tout le passé s’accumule : ça, personnellement rien ne me l’a jamais prouvé. C’est toutefois aussi ce que pensent les psychanalystes (ou presque) : c’est dans le passé qu’il faut chercher à déterrer une ribambelle de traumas, petits ou grands, qui nous empêchent de bien vivre au présent.
Je crois cependant qu’on peut accumuler longtemps et se fourvoyer longtemps, jusqu’à en arriver un jour à ne plus pouvoir avancer ni reculer : c’est là qu’apparait le symptôme qui fonctionne un peu comme une soupape de sécurité pour relâcher la pression. Par exemple, depuis des années j’ai accumulé du négatif, j’ai tenté de le nier, de l’accepter, de me battre ou de faire avec, mais aujourd’hui une goutte d’eau a fait déborder le vase : je n’en peux plus. Comme (en plus) j’ai peur, depuis longtemps, des microbes, mon inconscient à décidé pour moi : je passerais mon temps à me laver les mains, ça m’évitera peut-être de penser, de ressentir tout ce négatif. C’est un mécanisme de défense de l’inconscient qui n’a rien à voir avec la peur des microbes : il s’agit avant tout de se préserver du négatif.

Je viens de prendre connaissance de ce message que je partage, sauf la phrase soulignée car il me semble évident que notre passé nous formate, et cette phrase est contradictoire avec la suite de votre message...

La fin de votre message est bien le résultat d'un trop plein de négatif, et on arrive au symptôme qui là se résume par un TOC, mais cela aurait pu être bien autre chose ...

Mais vous avez raison de dire que c'est un mécanisme de défense, ce qui n'empêche pas de gâcher la vie de l'individu...


Effectivement, mon explication est un peu confuse. Mais voilà ce que je voulais dire :
Je pense qu’effectivement, il peut y avoir accumulation et que cette accumulation est source de problèmes. Par exemple : « On me fait tellement suer ces derniers temps que je m’énerve facilement. Un rien m’énerve ». Ce qui me semble moins convaincant, c’est de dire : « On m’a fait suer lorsque j’étais jeune, donc aujourd’hui, un rien m’énerve ». Non pas que cela soit faux, mais je peine à croire que ce soit réellement de cette manière que les choses se passent. Je crois, au contraire, qu’il y a un mécanisme d’autoentretien du processus d’énervement qui, en vérité, explique l’énervement facile, à l’âge adulte. Il faudrait donc dire : « On m’a trop fait suer lorsque j’étais jeune. Dès lors, j’ai appris à m’énerver facilement. Aujourd’hui, si je m’énerve facilement, ce n’est plus par accumulation, mais parce que j’ai peur qu’on me fasse suer (éventuellement : comme lorsque j’étais jeune) ».

Un tel point de vue porte à conséquence dans une pratique thérapeutique, ou mon approche serait plutôt d’aider l’individu « à faire autrement que de s’énerver », plutôt que d’essayer de recadrer le passé.

Cela dit, il semble que Valikor obtienne de bons résultats en agissant comme s’il s’agissait d’accumulation. L’EMDR est l’un des pivots de sa méthode. Dès que j’aurais un peu de temps, je me pencherais encore sur la question…
ivan, il y a la cause initiale et le trait de caractère (conséquence des causes initiales) qui se développe ensuite, c'est 2 choses différentes et les deux doivent etre traitées....
 
papusza

papusza

Membre
messages
288
Points
1 160
Pouvez vous faire d'une rose une tulipe, Valikor ?

Modifier un trait de caractère c'est violent. L'utiliser à meilleur escient !
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
papusza à dit:
Pouvez vous faire d'une rose une tulipe, Valikor ?

Modifier un trait de caractère c'est violent. L'utiliser à meilleur escient !

cela peu paraître violent en effet.
il en est rien.
disons que c'est justement tout le travail et une certaine approche du partenaire thérapeutique...

il se peut que on a l'impression que un trait de caractère fasse tellement partie de soit que justement cela paraisse violent, voir insurmontable .

mais ece que "çà" (le trait de caractère) c'est vraiment moi ?
a un moment donné cela à été sûrement utile...
et là maintenant c'est toujours le cas ?

ce serrais un peu comme un château de carte qui s'effondre en retirant juste une carte...
cela se produit en quelques jour, se rendre compte et établir de nouvelles connections de nouvelles options.

ce qui n'est pas a soit, est alors dégonflé? ce serais un peu comme ce que décris M.Rossi ( une illumination, un flash )

ce qui est vu comme violent de l'extérieur, n'est pas forcément perçu comme tel, en ayant une présence pleinement confiante en vos capacités.

bon, je ne suis pas sur que je soit bien clair.

souvent quand on veux nettoyer on utilise des pastilles à plusieurs phases
et puis on peut tomber sur un th qui a le Powerball® :lol:
on en ressort avec un vaisselle rayonnante.
c'est pas forcément violent, juste rayonnant .
 

Similar threads

valikor
Réponses
52
Affichages
6 K
Intemporelle
I
MAGILIUS
Réponses
10
Affichages
3 K
Brieuc du Garay
Brieuc du Garay
kyle9117
Réponses
30
Affichages
2 K
surderien
surderien
xorguina
Réponses
0
Affichages
1 K
xorguina
xorguina
surderien
Réponses
16
Affichages
4 K
Paul Elie
Paul Elie
Vous aimerez:
Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut