Formation Hypnose

Besoin d'aide

I

Intemporelle

Invité
Bonjour Laurenzo,

Je suppose que vous ne souhaitez pas répondre à mon dernier message (ci-dessous).

Intemporelle a dit:
J'ai relu en diagonale tout votre topic Laurenzo, et je me demandais si vous l'aviez relu récemment ? notamment en page 25, l'intervention de Métaphore... je me demande si votre réponse serait la même aujourd'hui ?...
Perso, je vous ai dit ce que je pensais de votre état de santé, de spécialiste en spécialiste... alors que c'est de votre esprit qu'il faut vous occupez.

Vu votre état de santé, il me semble pour l'instant préférable d'opter pour les AD, mais ce n'est qu'un traitement d'appoint et vous le savez...

J'ai une question : pensez vous vraiment que votre état de santé ne s'inscrit pas dans les troubles psychosomatiques ?

Avez vous parlé de votre état de santé à votre psy ? si oui qu'en pense t-elle ?
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Ivan vous a redonné des pistes

la consultation en centre anti douleur est une consultation multidisciplinaire qui utilise le classique et le non classique, l'associatif et le dissociatif.

Cela devrait donc vous convenir.
.
 

jeangeneve

Membre
vous consulter un rhumatologue, ha bien
concernant la douleur j'irais quand même avant de prétendre qu'ils prescrirons des AD .

d'après ce que vous expliquer les antibiotiques on fait des dégas
avoir des candida veux probablement dire que votre système immunitaire est démolis.
ce qui semble être confirmé par votre fatigue chronique
( ou en sont vos blanc ? )

ATTENTION

avec le candida albicans le pronostic vital est engagé !!!

l'urgence des urgences est votre système immunitaire et d'évacuer cette saloperie. (antifongiques)

a ce stade les psys ne vous sont d'aucuns secours sauf pour la mise en état lytique !

soigner vous bordel.

donner a votre système immunitaire de quoi se battre

à ce stade vous n'êtes pas obligé de communiquer publiquement .
 

Oratorioo

Membre
jeangeneve a dit:
ATTENTION

avec le candida albicans le pronostic vital est engagé !!!

.
Ce n'est peut-être pas la peine de faire peur de cette manière.
C'est dangereux effectivement chez le cancéreux, le malade du sida ou en cas de système immunitaire extrêmement affaibli, mais généralement cela se soigne très bien.

Laurenzo, vous avez pris beaucoup d'antibiotiques apparemment, cela a quelque peu perturbé (c'est le moins qu'on puisse dire) votre flore intestinale.
Votre alimentation est dans ce cas très importante, comme toujours d'ailleurs.
Le corps et l'esprit sont indissociables.
Il faudra limiter fortement le sucre sous toutes ses formes, les aliments raffinés etc...
L'aromathérapie est très efficace en cas de candidose.
Allez voir un médecin naturothérapeute, et croyez-moi si vous vous prenez en charge "naturellement," tout ira beaucoup mieux, physiquement et psychologiquement, très prochainement...
 

jeangeneve

Membre
ma volonté n'est pas de faire peur
la fatigue extrême est un symptôme aussi, le candida "blanc' est des plus tenaces.
si le système immunitaire n'est pas affaiblis il y aurai pas vraiment de candida en tous cas pas blanc.
diriger vers un naturopate me semble a mon avis un peu lègé
cette patho n'est pas a prendre a la légère .

encore une fois je ne suis pas médecin
j'ai juste accompagné quelque personnes avec cette patho.

soigne toi...

je me permet de faire remarquer que cela fait un moment que cela dure et que
laurenzo est en demande d'aide depuis un moment.
notre compassion, nos conseils, l'hypnose on démontré leurs limites ici même.

je ne suis pas un féru de la médecine moderne, attention aussi au gourou !
 

Oratorioo

Membre
jeangeneve a dit:
je ne suis pas un féru de la médecine moderne, attention aussi au gourou !
Qu'est-ce qu'un gourou vient faire ici?
Un médecin nutritionniste connaissant la naturothérapie (et non pas la naturopathie, qui est une approche différente, plus symptomatique) n'a rien à voir avec un gourou!
Je dis simplement à Laurenzo de se prendre véritablement en main et de ne pas se reposer uniquement sur les "psys" de toute nature et les praticiens de toute obédience...
 

xorguina

Membre
Mange de la levure de biere vivante pour ta flore intestinale et de l'ail (si possible cru) pour tuer ton champignon, si les antibios n'ont pas fait leurs effêts dessus...

Une petite cuillère d'huile d'olive et te conseille vivement du miel, mais celui avec les pelotes de l'abeille( pollen en pelotte) une cuillère également tous les matins .

 

laurenzo

Membre
Merci à tous pour vos gentils messages qui me donnent des pistes.

C'est vrai que mon état s'est incroyablement détérioré en quelques semaines. Je ne sais pas à quoi cela peut être dû: une avancée de la thérapie? un affaiblissement fort de mon organisme du fait des antibio (j'en ai pris pendant 14 semaines en tout avec des breaks mais bon les doses semblaient fortes selon la pharmacienne)? j'ai aussi pris du DMPS, un médecin ayant considéré que mes symptômes venaient d'une intoxication aux métaux lourds, y aurait-il un lien? Ou les candida albicans? Un peu de tout ça?

Bref je n'en sais rien mais c'est impressionnant, je vomis plusieurs fois par jour, j'ai des douleurs partout, je me sens plus qu'épuisé, dans le brouillard même, mal au ventre, tout cela est relativement éloigné de mes symptômes "classiques" et encore plus désagréable d'où mon inquiétude.
 
I

Intemporelle

Invité
Pensez vraiment qu'un membre de ce forum a LA solution ?... peut être même que ce forum entretien ce mal être à travers un discours très personnel suivant les individus...

Hum... déconnectez vous et faites des relaxations, rappelez vous quand vous ne ressentiez pas du tout ces symptômes, et dites vous que c'est possible, abandonnez l'idée que vous êtes condamné à vivre toujours avec ces malaises qui ne prennent leur sources que dans votre esprit, même si les antibios ont eu leurs actions (ce que je nie pas, car c'est une évidence), mais bon rappelez moi depuis combien de temps vous avez de type de malaise ? la thérapie vous a de nouveau affaibli ? peut être un bénéfice secondaire, loin d'être préjoratif, avez vous pensez être vous même, ne plus être à l'image des autres, et avoir droit à vos faiblesses, sans être au top à chaque instant... vous n'avez pas besoin de créer vos malaises, mais simplement de dire STOP...

Avec mes sincères encouragements ...
 

valikor

Membre
laurenzo a dit:
Merci à tous pour vos gentils messages qui me donnent des pistes.

C'est vrai que mon état s'est incroyablement détérioré en quelques semaines. Je ne sais pas à quoi cela peut être dû: une avancée de la thérapie? un affaiblissement fort de mon organisme du fait des antibio (j'en ai pris pendant 14 semaines en tout avec des breaks mais bon les doses semblaient fortes selon la pharmacienne)? j'ai aussi pris du DMPS, un médecin ayant considéré que mes symptômes venaient d'une intoxication aux métaux lourds, y aurait-il un lien? Ou les candida albicans? Un peu de tout ça?

Bref je n'en sais rien mais c'est impressionnant, je vomis plusieurs fois par jour, j'ai des douleurs partout, je me sens plus qu'épuisé, dans le brouillard même, mal au ventre, tout cela est relativement éloigné de mes symptômes "classiques" et encore plus désagréable d'où mon inquiétude.
peut etre est-ce dû à la réassociation en cours qui vous permettra de vous débarrasser de tout cela...

ce serait alors le passage par un état intermédiaire avant d'atteindre un stade plus stable, plus positif...

au fait, depuis le temps, vos symptômes ont pu devenir un trait de caractère, faudra aussi les gommer sur toute la période pendant laquelle ils se sont produits...
 
I

Intemporelle

Invité
valikor a dit:
laurenzo a dit:
Merci à tous pour vos gentils messages qui me donnent des pistes.

C'est vrai que mon état s'est incroyablement détérioré en quelques semaines. Je ne sais pas à quoi cela peut être dû: une avancée de la thérapie? un affaiblissement fort de mon organisme du fait des antibio (j'en ai pris pendant 14 semaines en tout avec des breaks mais bon les doses semblaient fortes selon la pharmacienne)? j'ai aussi pris du DMPS, un médecin ayant considéré que mes symptômes venaient d'une intoxication aux métaux lourds, y aurait-il un lien? Ou les candida albicans? Un peu de tout ça?

Bref je n'en sais rien mais c'est impressionnant, je vomis plusieurs fois par jour, j'ai des douleurs partout, je me sens plus qu'épuisé, dans le brouillard même, mal au ventre, tout cela est relativement éloigné de mes symptômes "classiques" et encore plus désagréable d'où mon inquiétude.
peut etre est-ce dû à la réassociation en cours qui vous permettra de vous débarrasser de tout cela...

ce serait alors le passage par un état intermédiaire avant d'atteindre un stade plus stable, plus positif...

au fait, depuis le temps, vos symptômes ont pu devenir un trait de caractère, faudra aussi les gommer sur toute la période pendant laquelle ils se sont produits...
C'est devenu une phrase culte pour vous Valikor, mais ce n'est pas un trait de caractère, c'est un conditionnement d'une façon de pensée qui fait que...

Pour moi Laurenzo est coincé dans un voire plusieurs états du Moi qui rentre en conflit avec sa personnalité. A priori aucun de ses psy/hypnos n'ont eu l'air de travaillerr sur le sujet jusqu'à présent...
 

valikor

Membre
Intemporelle a dit:
valikor a dit:
laurenzo a dit:
Merci à tous pour vos gentils messages qui me donnent des pistes.

C'est vrai que mon état s'est incroyablement détérioré en quelques semaines. Je ne sais pas à quoi cela peut être dû: une avancée de la thérapie? un affaiblissement fort de mon organisme du fait des antibio (j'en ai pris pendant 14 semaines en tout avec des breaks mais bon les doses semblaient fortes selon la pharmacienne)? j'ai aussi pris du DMPS, un médecin ayant considéré que mes symptômes venaient d'une intoxication aux métaux lourds, y aurait-il un lien? Ou les candida albicans? Un peu de tout ça?

Bref je n'en sais rien mais c'est impressionnant, je vomis plusieurs fois par jour, j'ai des douleurs partout, je me sens plus qu'épuisé, dans le brouillard même, mal au ventre, tout cela est relativement éloigné de mes symptômes "classiques" et encore plus désagréable d'où mon inquiétude.
peut etre est-ce dû à la réassociation en cours qui vous permettra de vous débarrasser de tout cela...

ce serait alors le passage par un état intermédiaire avant d'atteindre un stade plus stable, plus positif...

au fait, depuis le temps, vos symptômes ont pu devenir un trait de caractère, faudra aussi les gommer sur toute la période pendant laquelle ils se sont produits...
C'est devenu une phrase culte pour vous Valikor, mais ce n'est pas un trait de caractère, c'est un conditionnement d'une façon de pensée qui fait que...

Pour moi Laurenzo est coincé dans un voire plusieurs états du Moi qui rentre en conflit avec sa personnalité. A priori aucun de ses psy/hypnos n'ont eu l'air de travaillerr sur le sujet jusqu'à présent...
un conditionnement ou un trait de caractère, c'est la même chose, vous ne pouvez pas plus lutter contre l'un ou l'autre s'ils sont forts...
sortez de votre conditionnement à penser toujours de la même façon et élargissez en voyant les choses de façon plus globale...
 
I

Intemporelle

Invité
valikor a dit:
Intemporelle a dit:
valikor a dit:
laurenzo a dit:
Merci à tous pour vos gentils messages qui me donnent des pistes.

C'est vrai que mon état s'est incroyablement détérioré en quelques semaines. Je ne sais pas à quoi cela peut être dû: une avancée de la thérapie? un affaiblissement fort de mon organisme du fait des antibio (j'en ai pris pendant 14 semaines en tout avec des breaks mais bon les doses semblaient fortes selon la pharmacienne)? j'ai aussi pris du DMPS, un médecin ayant considéré que mes symptômes venaient d'une intoxication aux métaux lourds, y aurait-il un lien? Ou les candida albicans? Un peu de tout ça?

Bref je n'en sais rien mais c'est impressionnant, je vomis plusieurs fois par jour, j'ai des douleurs partout, je me sens plus qu'épuisé, dans le brouillard même, mal au ventre, tout cela est relativement éloigné de mes symptômes "classiques" et encore plus désagréable d'où mon inquiétude.
peut etre est-ce dû à la réassociation en cours qui vous permettra de vous débarrasser de tout cela...

ce serait alors le passage par un état intermédiaire avant d'atteindre un stade plus stable, plus positif...

au fait, depuis le temps, vos symptômes ont pu devenir un trait de caractère, faudra aussi les gommer sur toute la période pendant laquelle ils se sont produits...
C'est devenu une phrase culte pour vous Valikor, mais ce n'est pas un trait de caractère, c'est un conditionnement d'une façon de pensée qui fait que...

Pour moi Laurenzo est coincé dans un voire plusieurs états du Moi qui rentre en conflit avec sa personnalité. A priori aucun de ses psy/hypnos n'ont eu l'air de travaillerr sur le sujet jusqu'à présent...
un conditionnement ou un trait de caractère, c'est la même chose, vous ne pouvez pas plus lutter contre l'un ou l'autre s'ils sont forts...
sortez de votre conditionnement à penser toujours de la même façon et élargissez en voyant les choses de façon plus globale...
Et bien vous, apprenez peut être ce qu'est un Etat du Moi, et vous éviterez de répéter toujours votre phrase culte... :D
Vous élargirez votre point de vue...
 

laurenzo

Membre
Bonjour Ivan et désolé pour le délai de réponse.


Ivan.67 a dit:
Au début, j’avoue avoir été étonné de l’approche de votre psy : elle vous apprend à vous associer ? Et puis, je me suis dit : c’est logique, s’il vit constamment en dissociation : en d’autres termes : si en permanence vous vivez sur le registre du contrôle, il est normal que votre inconscient un jour ou l’autre vous dise : « tu ne comprends rien à ce qui se passe. Arrête ce que tu fais ! » et que cela se manifeste par des symptômes. En fait, vous avez en permanence des symptômes et au restaurant ou en réunion, vous savez au moins ce qu’il faut faire pour aller mieux : fuir ! Mais vous ne pouvez pas. D’où le conflit : que faire… Contrôler ces symptômes que je n’arrive pas à contrôler ? Je ne peux pas partir, alors, que faire ? Angoisse : et ça va de plus en plus mal parce que plus vous angoissez, plus vous vous épuisez… et plus vous vous épuisez, plus vous vous angoissez.
C'est exactement ça oui:

- A une période de ma vie, je ne pouvais pas me permettre (à mon sens) d'être "dérangé" par des émotions, je n'en avais pas le temps. Pendant cette période je me suis donc blindé et c'est à la fin de cette période que sont arrivés les symptômes. Ceux-ci m'ont en quelque sorte encore plus détourné des émotions, j'avais déjà trop à gérer avec tous ces maux. Et puis quand j'étais gamin j'étais plutôt sensible, j'ai vécu cela comme une faiblesse d'où également l'intérêt de m'en éloigner.

- Concernant la gestion des crises, là aussi c'est très juste c'est un cercle vicieux avec une double contrainte: soit je reste et je galère à gérer des symptômes ingérables, soit je fuis et je passe pour une personne bizarre.


Ivan.67 a dit:
« On peut se lever 1 fois, pas 5 fois à chaque réunion ou passer la moitié du repas dehors. Quand mon esprit est occupé et libre (ou p-e en fuite), alors les symptômes sont moins présents. »
Vous êtes dans un paradoxe : dès lors que l’on tente de contrôler ce qu’il ne faudrait pas contrôler, on obtient un paradoxe qui ne fait que renforcer ce que l’on tente d’éviter. La solution ? Se calmer, pour commencer. Se souvenir que vous êtes réellement libre et que vous pouvez quitter vos convives pour n’importe quel prétexte, mais aussi que, fort probablement ça ne sera pas nécessaire de partir. Détendez-vous, respirez. Faites-vous confiance. Demandez à votre inconscient : que veux-tu ? Plus exactement : demandez-vous à vous-même : de quoi ai-je besoin réellement et qu’est-ce qui pourrait vraiment me faire plaisir en cet instant ? Vous n’aurez peut-être pas de vraie réponse, mais le but étant de se calmer, vous finirez peut-être par trouver un « ils m’ennuient avec cette réunion, j’ai envie de leur dire ! » Ou encore : « J’ai besoin de parler un peu, de bouger, de boire un café… un petit rien qui me donnera l’impression de penser un peu plus à moi ». N’essayez pas d’aller mieux… essayez d’avoir envie d’aller mieux (c’est très différent et cette dernière formulation contourne le paradoxe). Finalement, détendez-vous et essayez de penser à autre chose…
Je crois que dans ces instants j'ai peur de "perdre" quelque chose, peur de perdre l'estime des gens, peur d'être rejeté, moqué, regardé bizarrement, de paraître faible.


Ivan.67 a dit:
Globalement, vous êtes épuisé ! Cela peut expliquer tous les symptômes que vous avez. Vous êtes fatigué, dites-vous ; mais combien d’heure dormez-vous la nuit ? Je l’ai déjà dis, toute thérapie devrait commencer par cette question surtout si la plainte concerne la fatigue. Maintenant, si à un moment de votre vie vous vous sentiez particulièrement fort, je vous encourage aussi à vous méfier de cet idéal qui n’en est pas un. L’épuisement entraîne fréquemment une sorte de trouble bipolaire : ça va très bien, puis très mal. On stress, puis on déprime. Et l’équilibre n’est pas le remède à tous ces mots… contrairement à ce qu’on en dit souvent… Il s’agit de devenir plus flexible… de se reposer, de s’économiser, de doser le stress, d’augmenter le repos et de chercher ce qui vous fait réellement du bien et seulement à la fin du compte vous obtiendrez cet équilibre souple dont vous avez besoin. La marche ? Très bon exemple de ce qui vous aidera… Et le bien-être psy ? Qu’aimeriez vous ? Pour vous ? Qu’est-ce qui vous ferait plaisir, ici et maintenant ? Demain ou dans dix ans ?
Je dors environ 7-8h par nuit, mon sommeil n'est néanmoins pas très réparateur.

Ce que je voudrais? Bonne question. Je crois que là aussi je suis dans une double contrainte: ce que je veux implique toujours d'être "bien", sans défaut. Il me faut réussir à penser à moi, à mon propre plaisir, moins penser que tout ce que je fais a de l'importance, il me faut trouver de la légèreté.

Ivan.67 a dit:
L’excès de contrôle vous empêche d’être à votre écoute. Il faut réapprendre à s’associer pour s’écouter (et avoir de l’information). A se dissocier pour souffrir moins (et analyser l’information). Mais, comme vous vous dissociez de trop, la solution (se dissocier) est devenu le problème. J’ai envie de dire, comme tout à l’heure : apprenez à vous dissocier utilement et à vous associer pour sentir la vie, notamment le plaisir qui vous manque tant
Exactement oui c'est l'objectif.


Ivan.67 a dit:
« J'ai également progressé dans le fait de dire quand ça ne va pas. J'exprime ma colère par exemple, je le dis quand quelque chose ne me plait pas. »
C’est bien. Cela vous permet de vous rééquilibrer de vous écouter vous-même un peu plus. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’exprimer sa colère est la seule solution….
Quelles seraient d'autres solutions potentielles?

Merci encore pour cette réponse détaillée qui va me servir. Surtout n'hésitez pas si certains de mes écrits vous font réagir, je répondrai plus vite cette fois.

Bonne soirée
 
I

Intemporelle

Invité
:arrow: Ce que je voudrais? Bonne question. Je crois que là aussi je suis dans une double contrainte: ce que je veux implique toujours d'être "bien", sans défaut. Il me faut réussir à penser à moi, à mon propre plaisir, moins penser que tout ce que je fais a de l'importance, il me faut trouver de la légèreté.


Ce passage me fait réagir en me demandant quelle est cette partie de vous qui se sent obligé à être toujours à la hauteur. En AH appeler cette partie de vous, donnez lui un nom, essayez de vous rappeler à quel moment cette partie est apparue en vous le plus loin que vous pouvez vous rappeler... il faut lui parler et lui dire qu'elle vous fait souffrir...

Mais tout seul pas facile ce dialogue intérieur, mais tout cela vous devriez le travailler avec votre thérapeute, je suis toujours un peu surprise que ce ne soit pas le cas ... :roll:
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
point positif vous êtes conscient d'être dans une double contrainte

la solution c'est une double contrainte thérapeutique

elle ne peut s'imposer à vous que par un thérapeute qui en a l'usage.

8)
 
Ce que je voudrais? Bonne question. Je crois que là aussi je suis dans une double contrainte: ce que je veux implique toujours d'être "bien", sans défaut. Il me faut réussir à penser à moi, à mon propre plaisir, moins penser que tout ce que je fais a de l'importance, il me faut trouver de la légèreté.
C'est tout le principe obsessionnel / perfectionniste. Saviez-vous que le perfectionnisme est une névrose ?
Lorsque vous essayez d'être parfait, sans défaut, vous vous coupez de vos émotions et, en réalité, vous essayez de donner une image de ce qu'est la perfection alors qu'emotionnellement, vous savez bien que ça n'ira pas. Si vous persistez à essayer d'aller dans cette direction, ce sont les symptomes qui vous rappellerons à l'ordre.
Il y a de nombreuses définitions pour le concept de névrose, voici la mienne qui s'inscrit dans une visée énergétique : la névrose est un système de pensée qui conduit à l'épuisement.
Ce que vous empèchera d'être parfait, et cela, jusqu'à la fin de votre vie, c'est qu'énergétiquement cela coute bien trop cher ! Vous posiez la question de la dépression dans un autre post : eh bien, la dépression se manifeste toujours sur fond de stress, de fatigue, d'anxiété et l'épuisement (ou la dépression) c'est un peu tout cela. La dépression, l'anxité, le stress, la fatigue, sont des symptomes d'un système de pensées épuisant !

Alors que pouvez-vous faire ? Prendre conscience de vos forces et gérer votre désir de perfection en fonction de celles-ci. Dès lors, s'il y a un symptome, cela signifie tout simplement : "je me suis encore surmené !"
Apprenez à vous écouter et devenez prévenant, à votre égard. Il n'y a pas de perfection à se maltraiter soi-même...
Il y avait dans mon précédent post un certain nombre de propositions de solutions également. Vous devriez essayer de les considérer et de voir en quoi il s'agissait de solutions...

Avant tout, il faut essayer d'expérimenter la manière de vivre que je vous propose. Lorsque vous reviendrez me dire : "j'ai fait ceci et cela... j'ai constaté telle amélioration ou telle absence d'amélioration" alors vous serez prêt pour intégrer d'autres dimensions des principes que je suis en train de vous expliquer.
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
! Vous posiez la question de la dépression dans un autre post : eh bien, la dépression se manifeste toujours sur fond de stress, de fatigue, d'anxiété et l'épuisement (ou la dépression) c'est un peu tout cela. La dépression, l'anxité, le stress, la fatigue, sont des symptomes d'un système de pensées épuisant !

Oui tout à fait, ce sont les signes alertant que l'individu est en dépression.

Alors que pouvez-vous faire ? Prendre conscience de vos forces et gérer votre désir de perfection en fonction de celles-ci. Dès lors, s'il y a un symptome, cela signifie tout simplement : "je me suis encore surmené !"
Apprenez à vous écouter et devenez prévenant, à votre égard. Il n'y a pas de perfection à se maltraiter soi-même...

Perso, je ne pense pas qu'on puisse prendre conscience de ces forces quand on est en dépression, ce que je veux dire c'est que je ne prendrais pas le problème dans le même sens que vous.

Il est important de savoir quelle est cette partie de l'individu qui le perfectionniste par exemple, qui veut être à la hauteur sans faille, qui veut faire plaisir, qui doit rendre des comptes ?... :roll:

Je me répète souvent, mais la thérapie des Etats du Moi fait partie d'une thérapie qui ne laisse rien au hasard ... Le Laurenzo adulte doit se réconcilier avec tous les petits laurenzo, laissez leur la place de s'exprimer...

Dites moi quand même Laurenzo, votre thérapeute travaille t'elle avec les Etats du Moi ? les croyances négatives/stimulations/ recadrage avec croyances positives ?
 
Petite précision (mais vous pouvez également retrouver ces éléments dans mon avant dernier message...) :
Je vous repose la question de savoir ce que vous voulez. Il y très peu choses qui nécessitent d'être bien en permanence pour les obtenir.
Posez-vous cette question pour commencer : "quelles sont les choses que je veux ?" et essayez de les obtenir. Mais dorénavant :
- accordez vous le temps de les obtenir
- avancez plus doucement, en tenant compte de vos forces
- restez à l'écoute de vos émotions (lorsque vous pensez "oui" et que votre coeur vous signale "oui, mais..." écoutez le message et essayant de le comprendre en termes de gestion de forces
- Donnez-vous du mal pour ce qui le mérite vraiment. Laissez tomber le reste (parce qu'autrement vous risqueriez d'avoir vraiment mal, à force de vous le donner)
 
Intemporelle a dit:
Ivan.67 a dit:
! Vous posiez la question de la dépression dans un autre post : eh bien, la dépression se manifeste toujours sur fond de stress, de fatigue, d'anxiété et l'épuisement (ou la dépression) c'est un peu tout cela. La dépression, l'anxité, le stress, la fatigue, sont des symptomes d'un système de pensées épuisant !

Oui tout à fait, ce sont les signes alertant que l'individu est en dépression.

Alors que pouvez-vous faire ? Prendre conscience de vos forces et gérer votre désir de perfection en fonction de celles-ci. Dès lors, s'il y a un symptome, cela signifie tout simplement : "je me suis encore surmené !"
Apprenez à vous écouter et devenez prévenant, à votre égard. Il n'y a pas de perfection à se maltraiter soi-même...

Perso, je ne pense pas qu'on puisse prendre conscience de ces forces quand on est en dépression, ce que je veux dire c'est que je ne prendrais pas le problème dans le même sens que vous.

Il est important de savoir quelle est cette partie de l'individu qui le perfectionniste par exemple, qui veut être à la hauteur sans faille, qui veut faire plaisir, qui doit rendre des comptes ?... :roll:

Je me répète souvent, mais la thérapie des Etats du Moi fait partie d'une thérapie qui ne laisse rien au hasard ... Le Laurenzo adulte doit se réconcilier avec tous les petits laurenzo, laissez leur la place de s'exprimer...

Dites moi quand même Laurenzo, votre thérapeute travaille t'elle avec les Etats du Moi ? les croyances négatives/stimulations/ recadrage avec croyances positives ?
J'entends bien, intemporelle. Je comprends ce que vous essayez de faire et c'est effectivement une autre approche qui à son intérêt. Je suis également d'accord avec le fait qu'il n'est pas facile d'apprendre à avoir une bonne hygiène de vie...
Dites-moi cependant, vous avez fait plusieurs fois référence à la thérapie des états du moi. Est-ce que vous parlez d'AT ? Qui est l'auteur de cette thérapie des états du moi ?
 
Un peu d'humour: Laurenzo a le post qui a suscité le plus de réponses et de pages sur ce forum.

Il a donc un talent certain pour mobiliser l'attention, passionner les autres par ses réponses, que c'est bien écrit et agréable à lire, et que ça suscite l'envie de répondre et de l'aider.

Un talent d'écrivain, de conférencier, d'animateur de débat (un conférencier qui pourrait peut etre même se permettre d'aller aux toilettes au milieu de la conférence.

A méditer... :wink:

(peut etre que des milliers de personnes liraient avec plaisir ton carnet intime ?)
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan, j'ai une formation d'hypnothérapie intégrative, ce qui veut dire qu'elle intègre plusieurs concepts et pas que l'AT...on travaille avec tous les outils thérapeutiques existants de la regression (pont d'affect) aux stimulations alternatives, l'hypno-analyse, ...

Je manque de temps pour vous répondre mais voici un lien :

http://ose-l-hypnose.com/index.php?opti ... &Itemid=64

http://www.satas.com/fr/psychologie/708 ... 30746.html

Je pense que ma consoeur Métaphore a déjà développé le sujet de long en large, nous sommes issues de la même formation... :D
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
La thérapie des parties a aussi été décrite par certains auteurs comme la "spacialisation" : le space system, par d'autres comme une modélisation de modèles interférant les uns dans les autres et les uns par rapport aux autres, d'une manière complémentaire

le principe reste le même, imaginer un processus d'interraction, et ses outils d'intégration ...

De là à penser dynamique systémique...

C'est qu' on aura tous compris qu'on se comprend tous là dedans !

:)
 
Merci Intemporelle et Surderien. Je me demandais si cette approche avait été structurée par un auteur en particulier. On en parle beaucoup, un peu comme le modèle des parties (Bandler et Grinder), sans toujours savoir à qui se référer au juste...
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
Merci Intemporelle et Surderien. Je me demandais si cette approche avait été structurée par un auteur en particulier. On en parle beaucoup, un peu comme le modèle des parties (Bandler et Grinder), sans toujours savoir à qui se référer au juste...
Ben si dans mon 2ème lien, vous avez regardé ?...

Bandler et Grinder, beaucoup entendu parler sur ce forum, mais je ne connais pas ou de très loin... et pas envie de les connaître plus d'après ce que j'ai pu lire sur ce forum...
 
Oui, j'ai regardé, mais les auteurs du livre ne semblait pas être forcément des pionniers de la thérapie des états du moi. Cela dit, l'ouvrage peut être intéressant. Vous l'avez lu ?
Pour ce qui est de Bandler et Grinder, ce sont les fondateurs de la PNL et il serait dommage que vous rejetiez cette approche. Vous en aurait-on mal parlé ? Il est toujours difficile d'expliquer simplement ce qu'est la PNL...
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
Oui, j'ai regardé, mais les auteurs du livre ne semblait pas être forcément des pionniers de la thérapie des états du moi. Cela dit, l'ouvrage peut être intéressant. Vous l'avez lu ?
Pour ce qui est de Bandler et Grinder, ce sont les fondateurs de la PNL et il serait dommage que vous rejetiez cette approche. Vous en aurait-on mal parlé ? Il est toujours difficile d'expliquer simplement ce qu'est la PNL...
Toujours en passant rapidement... la PNL est une technique de communication, utile certes, mais je pense d'après ce que je lis sur ce forum que mon apprentissage thérapeutique n'est pas axé sur le neuro marketing. A ce sujet je vais créer un post qui va en déranger plus d'un, et pourtant tous sur ce forum vantent les mérites des techniques PNL et Cie... :roll:
 
La PNL a été beaucoup utilisée pour le marketing... au départ, ça n'a rien a voir avec du marketing.
C'est tout simplement un modèle de ce que pratiquait Erickson (principalement) Fritz Perls et Virginia Satir.... et d'autres encore.

Je ne sais pas si c'est une bonne idée, d'ouvrir un post, si je comprends bien votre visée... ;-)
Ne vaudrait-il pas mieux essayer d'envisager les avantages et les inconvénients de la PNL plutôt que de disqualifier dès le départ la possibilité même que cela peut être utile ou intéressant ?
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
La PNL a été beaucoup utilisée pour le marketing... au départ, ça n'a rien a voir avec du marketing.
C'est tout simplement un modèle de ce que pratiquait Erickson (principalement) Fritz Perls et Virginia Satir.... et d'autres encore.

Je ne sais pas si c'est une bonne idée, d'ouvrir un post, si je comprends bien votre visée... ;-)
Ne vaudrait-il pas mieux essayer d'envisager les avantages et les inconvénients de la PNL plutôt que de disqualifier dès le départ la possibilité même que cela peut être utile ou intéressant ?
Je comprends le fond de votre pensée, néanmoins, je pense qu'il faut parfois dire les choses comme elles se pratiquent réellement... (voir mon nouveau post sur le NEUROMARKETING).

Quant au modèle de ERICKSON et autres, je pense que dès que l'on a une formation adaptée à l'hypnothérapie, la PNL est incluse... :D
 

laurenzo

Membre
Bonsoir,

Intemporelle a dit:
:arrow: Ce que je voudrais? Bonne question. Je crois que là aussi je suis dans une double contrainte: ce que je veux implique toujours d'être "bien", sans défaut. Il me faut réussir à penser à moi, à mon propre plaisir, moins penser que tout ce que je fais a de l'importance, il me faut trouver de la légèreté.


Ce passage me fait réagir en me demandant quelle est cette partie de vous qui se sent obligé à être toujours à la hauteur. En AH appeler cette partie de vous, donnez lui un nom, essayez de vous rappeler à quel moment cette partie est apparue en vous le plus loin que vous pouvez vous rappeler... il faut lui parler et lui dire qu'elle vous fait souffrir...
Aussi loin que je me souvienne (juste avant la maternelle), j'ai toujours eu cette tendance à vouloir être "bien comme il faut". A cet âge je disais déjà à ma mère que je voulais aller à l'école (si j'avais su...), ça me donnait l'impression d'être un grand, d'être courageux.
Ensuite à l'école maternelle, j'avais déjà cette crainte de mal faire. Je me souviens d'épisodes où chaque enfant devait participer à l'élaboration d'une frise, je trouvais ma contribution nulle par rapport à bc d'autres, pourtant je m'étais donné du mal. A cette époque je voulais déjà savoir compter, faire des calculs, j'avais déjà ce côté responsable, l'insouciance et le lâcher prise me manquaient déjà.

Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit de faire des bêtises comme tous les gamins, en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage, j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur, pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Haut