Formation Hypnose

Besoin d'aide

laurenzo

Membre
surderien a dit:
point positif vous êtes conscient d'être dans une double contrainte

la solution c'est une double contrainte thérapeutique

elle ne peut s'imposer à vous que par un thérapeute qui en a l'usage.

8)
J'ai consulté pendant plusieurs mois un thérapeute utilisant cette stratégie mais sans résultat. P-e suis-je passé à côté de sa thérapie.
 

laurenzo

Membre
Bonsoir Ivan,


Ivan.67 a dit:
C'est tout le principe obsessionnel / perfectionniste. Saviez-vous que le perfectionnisme est une névrose ?
Lorsque vous essayez d'être parfait, sans défaut, vous vous coupez de vos émotions et, en réalité, vous essayez de donner une image de ce qu'est la perfection alors qu'emotionnellement, vous savez bien que ça n'ira pas. Si vous persistez à essayer d'aller dans cette direction, ce sont les symptomes qui vous rappellerons à l'ordre.
Il y a de nombreuses définitions pour le concept de névrose, voici la mienne qui s'inscrit dans une visée énergétique : la névrose est un système de pensée qui conduit à l'épuisement.
Ce que vous empèchera d'être parfait, et cela, jusqu'à la fin de votre vie, c'est qu'énergétiquement cela coute bien trop cher ! Vous posiez la question de la dépression dans un autre post : eh bien, la dépression se manifeste toujours sur fond de stress, de fatigue, d'anxiété et l'épuisement (ou la dépression) c'est un peu tout cela. La dépression, l'anxité, le stress, la fatigue, sont des symptomes d'un système de pensées épuisant !

Alors que pouvez-vous faire ? Prendre conscience de vos forces et gérer votre désir de perfection en fonction de celles-ci. Dès lors, s'il y a un symptome, cela signifie tout simplement : "je me suis encore surmené !"
Apprenez à vous écouter et devenez prévenant, à votre égard. Il n'y a pas de perfection à se maltraiter soi-même...
Il y avait dans mon précédent post un certain nombre de propositions de solutions également. Vous devriez essayer de les considérer et de voir en quoi il s'agissait de solutions...

Avant tout, il faut essayer d'expérimenter la manière de vivre que je vous propose. Lorsque vous reviendrez me dire : "j'ai fait ceci et cela... j'ai constaté telle amélioration ou telle absence d'amélioration" alors vous serez prêt pour intégrer d'autres dimensions des principes que je suis en train de vous expliquer.
Pour l'heure je me repose beaucoup, j'essaye de récupérer, les dernières semaines ont été très éprouvantes physiquement et moralement. J'observe également mes réactions. J'ai remarqué que j'ai une forte tendance à projeter des maux présents dans le futur. Si j'ai des nausées, je me dis "et si ça m'arrivait dans tel contexte, j'aurais l'air stupide". J'applique alors au maximum les conseils de Léo concernant l'instant présent, en faisant en sorte de couper ces pensées parasites.

Je bloque néanmoins encore beaucoup sur mon image, en pensant bc trop à ce que les autres pourraient en dire. J'ai bc trop tendance à considérer que ce l'on peut penser de moi est la vérité, sans doute parce que j'ai moi-même une image assez peu glorieuse de moi.
 
I

Intemporelle

Invité
laurenzo a dit:
Bonsoir,

Intemporelle a dit:
:arrow: Ce que je voudrais? Bonne question. Je crois que là aussi je suis dans une double contrainte: ce que je veux implique toujours d'être "bien", sans défaut. Il me faut réussir à penser à moi, à mon propre plaisir, moins penser que tout ce que je fais a de l'importance, il me faut trouver de la légèreté.


Ce passage me fait réagir en me demandant quelle est cette partie de vous qui se sent obligé à être toujours à la hauteur. En AH appeler cette partie de vous, donnez lui un nom, essayez de vous rappeler à quel moment cette partie est apparue en vous le plus loin que vous pouvez vous rappeler... il faut lui parler et lui dire qu'elle vous fait souffrir...
Aussi loin que je me souvienne (juste avant la maternelle), j'ai toujours eu cette tendance à vouloir être "bien comme il faut". A cet âge je disais déjà à ma mère que je voulais aller à l'école (si j'avais su...), ça me donnait l'impression d'être un grand, d'être courageux.
Ensuite à l'école maternelle, j'avais déjà cette crainte de mal faire. Je me souviens d'épisodes où chaque enfant devait participer à l'élaboration d'une frise, je trouvais ma contribution nulle par rapport à bc d'autres, pourtant je m'étais donné du mal. A cette époque je voulais déjà savoir compter, faire des calculs, j'avais déjà ce côté responsable, l'insouciance et le lâcher prise me manquaient déjà.

Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit de faire des bêtises comme tous les gamins, en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage, j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur, pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
Bonsoir Laurenzo,

Je comprends bien, et d'ailleurs je ne suis pas surprise de lire ce que vous écrivez.

Néanmoins ce que vous me dites, c'est en pensée consciente ? ce n'est pas en AH ? moi ce que je vous proposais c'est de rentrer en AH et de parler à ce petit Laurenzo à la maternelle qui avait cette crainte de faire mal, qui voulait rester l'enfant sage ? que se passait-il chez ce petit Laurenzo ? faites appel à vos émotions, ressentez dans le corps où s'exprime ces émotions. Faites parler ce petit garçon en vous, demandez lui de quoi il a besoin, rassurez le avec Laurenzo adulte. Votre état actuel représente l'enfant isolé en vous que vous n'écoutez pas...n'ayez pas honte de lui, vous pouvez aujourd'hui le rassurer... apporte lui ce qu'il vous demande...

Pensez vous pouvoir le faire ?

Par contre je suppose que vous avez évoqué tout cela avec votre thérapeute ? et où en êtes vous ?
 
I

Intemporelle

Invité
laurenzo a dit:
Je bloque néanmoins encore beaucoup sur mon image, en pensant bc trop à ce que les autres pourraient en dire. J'ai bc trop tendance à considérer que ce l'on peut penser de moi est la vérité, sans doute parce que j'ai moi-même une image assez peu glorieuse de moi.
Avez vous déjà fait l'exercice de ce que les autres pensaient vraiment de vous ? l'avez vous déjà écrit noir sur blanc ? si la réponse est non, faites le.

Pour l'image de soi, vous pouvez faire l'exercice suivant très connu :

Vos points faibles et vos points forts d'une façon générale (pas ce que pense les autres)

Moi je l'ai fait cet exercice, au début cela m'a paru compliqué, et au final ma colonne de points forts était bien plus longue que l'autre...

Soyez sincère avec vous même et vous verrez votre image va changer automatiquement. Et relisez la colonne des points forts, je suis sûre que vous serez surpris agréablement... :D

Il y a d'autres exercices connus par les thérapeutes, mais je suis surprise de voir qu'aucun thérapeute ne propose ce type d'exercice de base.

Un qui est très intéressant :" le savoir être"
 

xorguina

Membre
Bonsoir Laurenzo,


laurenzo a dit:
Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit

Es tu vraiment sûr de celà ?
Se sentir responsable pour un enfant hummm, ne t'a t'on pas plutôt appris à l'être ? celà t'apparteint t'il vraiment ?


de faire des bêtises comme tous les gamins,

ne t'a t 'on pas dit que l'on grandissait et qu'on devenait également responsable par les bétises que nous faisons ? comment devenir responsable si tu ne le fais pas par l'expérience justement ?

en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage,

ca n'empêche pas d'être sensible aux autres de faire des bétises, ni de perturber les autres, par contre ça fait prendre conscience :D

j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur,Je crois que c'est là ta problématique Laurenzo !!!

pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
Alors ose pour une fois de faire d'après tes envies et te foutre radical de ce que les autres peuvent en penser ! OSE !! Ose VIVRE ta vie, tes désirs, tes envies !!! comme tu dis tu es sensible aux autres alors tu ne vas pas faire grandes bétises, grand mal...l'important est que tu en ai marre d'être un observateur et que tu passes à l'acteur !!

Tu as repris des forces, alors maintenant ré/agis pour ! toi !!!
et pas en fonction de ce que pourrais penser ta famille, tes voisins, tes amis, ton thérapeute, ou jsait pas qui d'autres !!!

Qu'est ce que t'a a perdre toute façon, tu crois pas que ce sera mieux que tu "es", joue en ce moment ? fonce !
 
I

Intemporelle

Invité
xorguina a dit:
Bonsoir Laurenzo,


laurenzo a dit:
Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit

Es tu vraiment sûr de celà ?
Se sentir responsable pour un enfant hummm, ne t'a t'on pas plutôt appris à l'être ? celà t'apparteint t'il vraiment ?


de faire des bêtises comme tous les gamins,

ne t'a t 'on pas dit que l'on grandissait et qu'on devenait également responsable par les bétises que nous faisons ? comment devenir responsable si tu ne le fais pas par l'expérience justement ?

en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage,

ca n'empêche pas d'être sensible aux autres de faire des bétises, ni de perturber les autres, par contre ça fait prendre conscience :D

j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur,Je crois que c'est là ta problématique Laurenzo !!!

pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
Alors ose pour une fois de faire d'après tes envies et te foutre radical de ce que les autres peuvent en penser ! OSE !! Ose VIVRE ta vie, tes désirs, tes envies !!! comme tu dis tu es sensible aux autres alors tu ne vas pas faire grandes bétises, grand mal...l'important est que tu en ai marre d'être un observateur et que tu passes à l'acteur !!

Tu as repris des forces, alors maintenant ré/agis pour ! toi !!!
et pas en fonction de ce que pourrais penser ta famille, tes voisins, tes amis, ton thérapeute, ou jsait pas qui d'autres !!!

Qu'est ce que t'a a perdre toute façon, tu crois pas que ce sera mieux que tu "es", joue en ce moment ? fonce !
Je pense que si Laurenzo pouvez oser, il n'en serait pas là... donc vos propos peuvent devenir culpabilisants s'il n'y arrive pas... Donc je doute que ce que vous dites le fasse beaucoup avancer... :roll:
 

xorguina

Membre
Intemporelle a dit:
xorguina a dit:
Bonsoir Laurenzo,


laurenzo a dit:
Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit

Es tu vraiment sûr de celà ?
Se sentir responsable pour un enfant hummm, ne t'a t'on pas plutôt appris à l'être ? celà t'apparteint t'il vraiment ?


de faire des bêtises comme tous les gamins,

ne t'a t 'on pas dit que l'on grandissait et qu'on devenait également responsable par les bétises que nous faisons ? comment devenir responsable si tu ne le fais pas par l'expérience justement ?

en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage,

ca n'empêche pas d'être sensible aux autres de faire des bétises, ni de perturber les autres, par contre ça fait prendre conscience :D

j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur,Je crois que c'est là ta problématique Laurenzo !!!

pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
Alors ose pour une fois de faire d'après tes envies et te foutre radical de ce que les autres peuvent en penser ! OSE !! Ose VIVRE ta vie, tes désirs, tes envies !!! comme tu dis tu es sensible aux autres alors tu ne vas pas faire grandes bétises, grand mal...l'important est que tu en ai marre d'être un observateur et que tu passes à l'acteur !!

Tu as repris des forces, alors maintenant ré/agis pour ! toi !!!
et pas en fonction de ce que pourrais penser ta famille, tes voisins, tes amis, ton thérapeute, ou jsait pas qui d'autres !!!

Qu'est ce que t'a a perdre toute façon, tu crois pas que ce sera mieux que tu "es", joue en ce moment ? fonce !
Je pense que si Laurenzo pouvez oser, il n'en serait pas là... donc vos propos peuvent devenir culpabilisants s'il n'y arrive pas... Donc je doute que ce que vous dites le fasse beaucoup avancer... :roll:
J'en ai rien à foutre de ce que tu penses...garde tes doutes et tes suppositions pour toi, Laurenzo a tjrs été assez grand pour ne pas ou nous répondre.
 
I

Intemporelle

Invité
xorguina a dit:
Tu as repris des forces, alors maintenant ré/agis pour ! toi !!!
Je doute fort quand je lis Laurenzo qu'il ait repris des forces ... :roll:

laurenzo a dit:
Pour l'heure je me repose beaucoup, j'essaye de récupérer, les dernières semaines ont été très éprouvantes physiquement et moralement. J'observe également mes réactions. J'ai remarqué que j'ai une forte tendance à projeter des maux présents dans le futur.
Laurenzo est surtout très poli pour répondre à tout le monde... il reste à l'image qu'il s'est imposée...
 
Bonjour Laurenzo,
Vous disiez :


Bonsoir Ivan,

Pour l'heure je me repose beaucoup, j'essaye de récupérer, les dernières semaines ont été très éprouvantes physiquement et moralement.
C'est une bonne chose. D'une certaine manière, la récupération peut devenir le centre de gravité de votre vie, jusqu'à ce que vous alliez mieux. Récupérez et faites des choses. Si ça ne va pas, recommencez à récupérer. Puis refaites des choses. Puis revenez-en à la récupération. Un peu comme un malade qui quitterait son lit pour tenter des incursions dans le monde extérieur : n'oubliez pas de quitter votre lit, cependant.
J'observe également mes réactions. J'ai remarqué que j'ai une forte tendance à projeter des maux présents dans le futur. Si j'ai des nausées, je me dis "et si ça m'arrivait dans tel contexte, j'aurais l'air stupide". J'applique alors au maximum les conseils de Léo concernant l'instant présent, en faisant en sorte de couper ces pensées parasites.
Techniquement les conseils de Léo rejoignent tout à fait la notion de repos, mais mentalement, cette fois-ci. Vous faites bien de le suivre. Cette tendance à se projeter dans l'avenir, c'est de l'anxiété d'anticipation. D'une manière générale, vaincre l'anxiété d'anticipation c'est :
1) Repérer les anxiété au sujet de l'avenir
2) Se dire : c'est une anxiété, je n'en veux pas. (autosuggestion). L'éliminer, penser à autre chose... au présent par exemple etc...
3) Prendre conscience qu'il est inutile de craindre un avenir hypothétique qui n'arrivera pas. Donc : apprendre à laisser à l'avenir le temps de vous fournir des preuves qu'effectivement quelque chose d'inquiétant se produit.


Je bloque néanmoins encore beaucoup sur mon image, en pensant bc trop à ce que les autres pourraient en dire.
Celui qui Juge Laurenzo, c'est Laurenzo lui-même. et personne d'autre ! Vous pouvez écouter les critiques, les avis etc. Mais faites-vous un jugement de vous-même et répétez-vous cette phrase autant de fois que nécessaire.
Se préoccuper de la pensée des autres c'est ce que l'on appelle de la lecture de pensée. Comme vous n'êtes pas voyant, ma proposition est simple : vous ne savez pas ce qu'ils pensent. Vous n'en savez fichtrement rien... alors il ne sert a rien de se faire des films. D'ailleurs, s'ils pensent quelque chose de vous, ils n'ont qu'a vous le dire, alors on verra bien ce que vous ferez.

J'ai bc trop tendance à considérer que ce l'on peut penser de moi est la vérité, sans doute parce que j'ai moi-même une image assez peu glorieuse de moi.
Laissez l'image que vous avez de vous, de coté pour l'instant. Oublier cet aspect du problème et je vous propose d'en reparler plus tard. La seule chose qu'il convient de faire à ce sujet pour l'instant est de chercher à vous faire plaisir et de réfléchir à ce que vous pourriez faire pour cela.
Faites-vous des petits plaisirs, et nous reparlerons de l'image de soi



Je répète encore : essayez de mettre mes propositions en pratique... sinon, toutes mes paroles (ou celles des autres) c'est du vent qui vous fera autant de mal que de bien. Testez, expérimentez. Validez un résultat ou au contraire rejetez les hypothèses de travail qu'on vous propose si nécessaire, au moins provisoirement.
Faites le tri et ainsi vous avancerez.
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
Celui qui Juge Laurenzo, c'est Laurenzo lui-même. et personne d'autre ! Vous pouvez écouter les critiques, les avis etc. Mais faites-vous un jugement de vous-même et répétez-vous cette phrase autant de fois que nécessaire.
Se préoccuper de la pensée des autres c'est ce que l'on appelle de la lecture de pensée.
C'est tout à fait pertinent de le souligner, néanmoins, il peut s'avérer utile d'écouter les critiques, de prendre de la distance par rapport à ça, les critiques répétitives peuvent amener une prise de consience chez l'individu. Mais rappelons que la critique n'est pas à prendre au 1er degré, mais seulement dans la répétion.

Dans ce cas, il faut que la personne concernée se demande pourquoi elle agit comme cela.

Exemple : "je cherche toujours à plaire à tout le monde, car je ne supporte pas la critique"

Qu'est ce qui se passe en elle ? travailler sur le ressenti en hypnose, à quel évènement du passé cela la ramène, etc...
 
Oui, intemporelle. Mais, écouter la critique, ça Laurenzo sait le faire. Il le sait même trop bien. Je lui proposait donc d'apprendre à faire l'inverse, en lui donnant cet exemple.
Je ne crois pas pour autant, qu'il va du jour au lendemain devenir complètement borné et psychorigide... (Il en est loin d'ailleurs !!)

Bonne journée à vous !
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
Oui, intemporelle. Mais, écouter la critique, ça Laurenzo sait le faire. Il le sait même trop bien. Je lui proposait donc d'apprendre à faire l'inverse, en lui donnant cet exemple.
Je ne crois pas pour autant, qu'il va du jour au lendemain devenir complètement borné et psychorigide... (Il en est loin d'ailleurs !!)

Bonne journée à vous !
J'ai bien compris et mon exemple n'est donc pas anodin... :wink:

Exemple : "je cherche toujours à plaire à tout le monde, car le jugement des autres me mettent mal à l'aise"
 

laurenzo

Membre
Bonsoir Intemporelle,

Intemporelle a dit:
Bonsoir Laurenzo,

Je comprends bien, et d'ailleurs je ne suis pas surprise de lire ce que vous écrivez.

Néanmoins ce que vous me dites, c'est en pensée consciente ? ce n'est pas en AH ? moi ce que je vous proposais c'est de rentrer en AH et de parler à ce petit Laurenzo à la maternelle qui avait cette crainte de faire mal, qui voulait rester l'enfant sage ? que se passait-il chez ce petit Laurenzo ? faites appel à vos émotions, ressentez dans le corps où s'exprime ces émotions. Faites parler ce petit garçon en vous, demandez lui de quoi il a besoin, rassurez le avec Laurenzo adulte. Votre état actuel représente l'enfant isolé en vous que vous n'écoutez pas...n'ayez pas honte de lui, vous pouvez aujourd'hui le rassurer... apporte lui ce qu'il vous demande...

Pensez vous pouvoir le faire ?

Par contre je suppose que vous avez évoqué tout cela avec votre thérapeute ? et où en êtes vous ?
J'ai réalisé cet exercice en AH, je pense m'être bc amélioré dans ce domaine, j'arrive désormais bien à me connecter à des situations passées sans être dans l'analyse, simplement dans le vécu et le ressenti.

L'exercice a été intéressant, j'ai ressenti de la tristesse à voir cet enfant anxieux et ayant si peur de mal faire et de décevoir. J'ai ressenti un mal être chez cet enfant, une responsabilité inadaptée à son âge. Il était fragile comme un enfant mais avait en quelque sorte des problèmes d'adulte. Il avait peur d'être trop mauvais, dans la solitude, exclu. Il n'avait pas d'égoïsme dans le sens où il se souciait déjà de ce que les autres pouvaient penser de lui.
 

laurenzo

Membre
Intemporelle a dit:
Avez vous déjà fait l'exercice de ce que les autres pensaient vraiment de vous ? l'avez vous déjà écrit noir sur blanc ? si la réponse est non, faites le.

Pour l'image de soi, vous pouvez faire l'exercice suivant très connu :

Vos points faibles et vos points forts d'une façon générale (pas ce que pense les autres)

Moi je l'ai fait cet exercice, au début cela m'a paru compliqué, et au final ma colonne de points forts était bien plus longue que l'autre...

Soyez sincère avec vous même et vous verrez votre image va changer automatiquement. Et relisez la colonne des points forts, je suis sûre que vous serez surpris agréablement... :D

Il y a d'autres exercices connus par les thérapeutes, mais je suis surprise de voir qu'aucun thérapeute ne propose ce type d'exercice de base.

Un qui est très intéressant :" le savoir être"
J'ai déjà fait ça oui. Ca paraît pas super modeste dit comme ça mais j'ai bc d'amis qui pensent du bien de moi, je suis loin d'être sous le feu des critiques, je crois même ne pas avoir d'ennemi. (je me la père un peu là quand même...).

A vrai dire il y a un décalage entre ce que les autres pensent de moi (qui est globalement positif) et la façon dont je me vois (pas super positive). Ma crainte vient donc du fait que les autres se rendent compte que je suis faible, d'être moqué, moins aimé. J'ai peur qu'ils soulèvent ce qui peut me complexer ou m'angoisser.

C'est un peu la même chose que dans ma famille où j'ai toujours été très bien perçu, c'est à la fois agréable mais dans le même temps ma façon de le vivre (pression de décevoir) a été nocive.
 

laurenzo

Membre
Salut Xorguina,

xorguina a dit:
Bonsoir Laurenzo,


laurenzo a dit:
Ca me semble être une de mes principales problématiques: j'ai grandi en étant déjà très responsable, en ne m'accordant pas le droit

Es tu vraiment sûr de celà ?
Se sentir responsable pour un enfant hummm, ne t'a t'on pas plutôt appris à l'être ? celà t'apparteint t'il vraiment ?


de faire des bêtises comme tous les gamins,

ne t'a t 'on pas dit que l'on grandissait et qu'on devenait également responsable par les bétises que nous faisons ? comment devenir responsable si tu ne le fais pas par l'expérience justement ?

en étant très sensible au fait que je pouvais perturber les autres si je sortais d'un comportement d'enfant sage,

ca n'empêche pas d'être sensible aux autres de faire des bétises, ni de perturber les autres, par contre ça fait prendre conscience :D

j'étais très observateur et pas mal à l'affut des signaux d'énervement chez les gens. J'étais donc plutôt spectateur qu'acteur,Je crois que c'est là ta problématique Laurenzo !!!

pas vraiment dans la perspective de coller à mes envies puisque je ne me posais même pas la question.
Alors ose pour une fois de faire d'après tes envies et te foutre radical de ce que les autres peuvent en penser ! OSE !! Ose VIVRE ta vie, tes désirs, tes envies !!! comme tu dis tu es sensible aux autres alors tu ne vas pas faire grandes bétises, grand mal...l'important est que tu en ai marre d'être un observateur et que tu passes à l'acteur !!

Tu as repris des forces, alors maintenant ré/agis pour ! toi !!!
et pas en fonction de ce que pourrais penser ta famille, tes voisins, tes amis, ton thérapeute, ou jsait pas qui d'autres !!!

Qu'est ce que t'a a perdre toute façon, tu crois pas que ce sera mieux que tu "es", joue en ce moment ? fonce !
Merci pour tes conseils qui me serviront par la suite. Pour le moment je n'en suis pas encore au stade où j'ai "repris des forces", je me repose bc. Je pense qu'il me faudra ensuite lever certains blocages pour agir comme tu me le conseilles.

Merci encore pour ta présence. :wink:
 
I

Intemporelle

Invité
laurenzo a dit:
Bonsoir Intemporelle,

Intemporelle a dit:
Bonsoir Laurenzo,

Je comprends bien, et d'ailleurs je ne suis pas surprise de lire ce que vous écrivez.

Néanmoins ce que vous me dites, c'est en pensée consciente ? ce n'est pas en AH ? moi ce que je vous proposais c'est de rentrer en AH et de parler à ce petit Laurenzo à la maternelle qui avait cette crainte de faire mal, qui voulait rester l'enfant sage ? que se passait-il chez ce petit Laurenzo ? faites appel à vos émotions, ressentez dans le corps où s'exprime ces émotions. Faites parler ce petit garçon en vous, demandez lui de quoi il a besoin, rassurez le avec Laurenzo adulte. Votre état actuel représente l'enfant isolé en vous que vous n'écoutez pas...n'ayez pas honte de lui, vous pouvez aujourd'hui le rassurer... apporte lui ce qu'il vous demande...

Pensez vous pouvoir le faire ?

Par contre je suppose que vous avez évoqué tout cela avec votre thérapeute ? et où en êtes vous ?
J'ai réalisé cet exercice en AH, je pense m'être bc amélioré dans ce domaine, j'arrive désormais bien à me connecter à des situations passées sans être dans l'analyse, simplement dans le vécu et le ressenti.

L'exercice a été intéressant, j'ai ressenti de la tristesse à voir cet enfant anxieux et ayant si peur de mal faire et de décevoir. J'ai ressenti un mal être chez cet enfant, une responsabilité inadaptée à son âge. Il était fragile comme un enfant mais avait en quelque sorte des problèmes d'adulte. Il avait peur d'être trop mauvais, dans la solitude, exclu. Il n'avait pas d'égoïsme dans le sens où il se souciait déjà de ce que les autres pouvaient penser de lui.
Bonsoir Laurenzo,

Quand vous dites : J'ai réalisé cet exercice en AH
Vous l'avez seul ou avec votre thérapeute ?

Vous dites avoir eu plusieurs ressentis, comment l'avez vous vécu dans le corps cette tristesse et cette peur ? aviez vous une douleur, pression au ventre ? à la gorge ? ...

La façon de décrire vos ressentis me donne l'impression que c'est une projection que vous faites de l'enfant en vous, comme si vous regardiez un écran et que vous avez ce sentiment de tristesse de ce que vous voyez, mais l'avez vous vraiment ressenti intérieurement, l'avez vous ressenti dans vos tripes ?

Je peux me tromper, mais votre façon de présenter la chose me donne l'impression d'une dissociation émotionnelle, seulement un ressenti mental.

Je m'interroge sur la phrase ci-dessous :

J'ai ressenti un mal être chez cet enfant, une responsabilité inadaptée à son âge

Pourquoi mettre tant de distance avec l'enfant qui vit en vous et qui a besoin de vous, se sentait-il en sécurité ce petit Laurenzo ? de quoi il avait peur ? avez vous pu le rassurer ?...
 
I

Intemporelle

Invité
laurenzo a dit:
Intemporelle a dit:
Avez vous déjà fait l'exercice de ce que les autres pensaient vraiment de vous ? l'avez vous déjà écrit noir sur blanc ? si la réponse est non, faites le.

Pour l'image de soi, vous pouvez faire l'exercice suivant très connu :

Vos points faibles et vos points forts d'une façon générale (pas ce que pense les autres)

Moi je l'ai fait cet exercice, au début cela m'a paru compliqué, et au final ma colonne de points forts était bien plus longue que l'autre...

Soyez sincère avec vous même et vous verrez votre image va changer automatiquement. Et relisez la colonne des points forts, je suis sûre que vous serez surpris agréablement... :D

Il y a d'autres exercices connus par les thérapeutes, mais je suis surprise de voir qu'aucun thérapeute ne propose ce type d'exercice de base.

Un qui est très intéressant :" le savoir être"
J'ai déjà fait ça oui. Ca paraît pas super modeste dit comme ça mais j'ai bc d'amis qui pensent du bien de moi, je suis loin d'être sous le feu des critiques, je crois même ne pas avoir d'ennemi. (je me la père un peu là quand même...).

A vrai dire il y a un décalage entre ce que les autres pensent de moi (qui est globalement positif) et la façon dont je me vois (pas super positive). Ma crainte vient donc du fait que les autres se rendent compte que je suis faible, d'être moqué, moins aimé. J'ai peur qu'ils soulèvent ce qui peut me complexer ou m'angoisser.

C'est un peu la même chose que dans ma famille où j'ai toujours été très bien perçu, c'est à la fois agréable mais dans le même temps ma façon de le vivre (pression de décevoir) a été nocive.
Vous étiez le petit garçon idéal pour les parents, l'entourage, l'enfant qui répondait exactement à ce qu'on lui demandait, mais avait-il sa place d'enfant ? ce petit garçon qui n'avait pas droit à l'erreur a conservé cette image pour ne pas décevoir.

Encore une fois allez le rejoindre en AH et laissez vous aller à vos émotions, ressentez sa tristesse dans les tripes, dites lui que vous êtes devenu grand et que vous allez prendre soin de lui pour l'aider à grandir, car il est bloqué dans sa petite enfance de petit garçon sage... ne vous limitez plus, apprenez à dire non, à vous affirmer.


:arrow: A vrai dire il y a un décalage entre ce que les autres pensent de moi (qui est globalement positif) et la façon dont je me vois (pas super positive). Ma crainte vient donc du fait que les autres se rendent compte que je suis faible, d'être moqué, moins aimé. J'ai peur qu'ils soulèvent ce qui peut me complexer ou m'angoisser.

Cela reflète un conflit intérieur, vous êtes coincé par l'image de votre conditionnement, comment vais je être aimé et apprécié si je me montre réellement avec mes défauts et mes faiblesses....
Vous ne perdrez rien, bien au contraire et vous serez fier de vous d'être vous même, et soulagerez bien vos symptômes ... :D
 

laurenzo

Membre
Bonsoir Ivan et merci pour vos messages,

Ivan.67 a dit:
C'est une bonne chose. D'une certaine manière, la récupération peut devenir le centre de gravité de votre vie, jusqu'à ce que vous alliez mieux. Récupérez et faites des choses. Si ça ne va pas, recommencez à récupérer. Puis refaites des choses. Puis revenez-en à la récupération. Un peu comme un malade qui quitterait son lit pour tenter des incursions dans le monde extérieur : n'oubliez pas de quitter votre lit, cependant.
Récupérer oui je me repose bc. Par contre actuellement je ne trouve pas vraiment de plaisir dans quoique ce soit, mes passions habituelles ne me motivent pas. P-e est-ce dû à l'épuisement que je ressens. Excepté en soirée, je suis dans une double contrainte je crois (dédicace à Surderien): soit je me force à faire une activité mais cela m'épuise d'autant plus et ne m'apporte pas de plaisir, soit je ne fais rien ce qui favorise les pensées toxiques et autres angoisses. Pour sortir d'une double contrainte, il faut trouver une 3ème voie, pour le moment je bloque sur ce point.

Ivan.67 a dit:
Techniquement les conseils de Léo rejoignent tout à fait la notion de repos, mais mentalement, cette fois-ci. Vous faites bien de le suivre. Cette tendance à se projeter dans l'avenir, c'est de l'anxiété d'anticipation. D'une manière générale, vaincre l'anxiété d'anticipation c'est :
1) Repérer les anxiété au sujet de l'avenir
2) Se dire : c'est une anxiété, je n'en veux pas. (autosuggestion). L'éliminer, penser à autre chose... au présent par exemple etc...
3) Prendre conscience qu'il est inutile de craindre un avenir hypothétique qui n'arrivera pas. Donc : apprendre à laisser à l'avenir le temps de vous fournir des preuves qu'effectivement quelque chose d'inquiétant se produit.
Consciemment et d'un point de vue logique ça me semble plein de bon sens et j'adhère totalement. D'un point de vue plus pratique et pour avoir essayé d'appliquer ces conseils depuis plusieurs jours c'est bc moins facile. En clair, 1ère pensée toxique, j'y arrive, 2ème pensée toxique, ça passe etc... mais au bout d'un moment une forme d'angoisse reprend le dessus et là difficile de m'en défaire.


Ivan.67 a dit:
Celui qui Juge Laurenzo, c'est Laurenzo lui-même. et personne d'autre ! Vous pouvez écouter les critiques, les avis etc. Mais faites-vous un jugement de vous-même et répétez-vous cette phrase autant de fois que nécessaire.
Se préoccuper de la pensée des autres c'est ce que l'on appelle de la lecture de pensée. Comme vous n'êtes pas voyant, ma proposition est simple : vous ne savez pas ce qu'ils pensent. Vous n'en savez fichtrement rien... alors il ne sert a rien de se faire des films. D'ailleurs, s'ils pensent quelque chose de vous, ils n'ont qu'a vous le dire, alors on verra bien ce que vous ferez.
Là également c'est plein de bon sens. Si ce n'est que cette forme de lecture de pensée est devenue un vrai réflexe, c'est un peu comme si ça s'imposait à moi. Je dirais que consciemment j'adhère mais inconsciemment je galère.

Après il est clair que je dois parvenir à tirer ma confiance de moi et non la chercher chez les autres.
 

laurenzo

Membre
valikor a dit:
coté réassociation, vous en êtes où?
J'ai énormément avancé de ce point de vue. Avant j'avais vraiment beaucoup de mal à accéder à un souvenir, que ce soit en hypnose ou en analyse, je décrochais et voyais ça de manière très détachée.

Désormais j'arrive bien à me plonger dans des situations, de manière durable, je ressens les émotions, je revois le contexte, mon esprit ne fuit plus.

En soirée je fais des petites régressions pour voyager dans mon passé, je le fais sans difficulté. C'est un des aspects qui me donne de l'espoir pour enfin aller bien.
 

valikor

Membre
laurenzo a dit:
valikor a dit:
coté réassociation, vous en êtes où?
J'ai énormément avancé de ce point de vue. Avant j'avais vraiment beaucoup de mal à accéder à un souvenir, que ce soit en hypnose ou en analyse, je décrochais et voyais ça de manière très détachée.

Désormais j'arrive bien à me plonger dans des situations, de manière durable, je ressens les émotions, je revois le contexte, mon esprit ne fuit plus.

En soirée je fais des petites régressions pour voyager dans mon passé, je le fais sans difficulté. C'est un des aspects qui me donne de l'espoir pour enfin aller bien.
Alors c'est le moment de capitaliser tous ces efforts : commencez par nettoyer votre ligne de temps.
Et gommez l'impression, le ressenti que pendant longtemps vous avez souffert a cause de tous ces pbs.
 
Ok, alors poursuivons...


Récupérer oui je me repose bc. Par contre actuellement je ne trouve pas vraiment de plaisir dans quoique ce soit, mes passions habituelles ne me motivent pas. P-e est-ce dû à l'épuisement que je ressens.
Effectivement, c'est lié à l'épuisement.
Excepté en soirée, je suis dans une double contrainte je crois (dédicace à Surderien): soit je me force à faire une activité mais cela m'épuise d'autant plus et ne m'apporte pas de plaisir, soit je ne fais rien ce qui favorise les pensées toxiques et autres angoisses. Pour sortir d'une double contrainte, il faut trouver une 3ème voie, pour le moment je bloque sur ce point.
Je ne pense pas qu'il faille trouver une troisième voie, en tout cas, je ne la connais pas. Je pense qu'il faut que vous vous forciez, mais modérément. Habituellement, comme l'appétit qui vient en mangeant, les plaisirs reviennent en pratiquant des activités plaisir. Vous pouvez par exemple faire une liste de ces activités (du moins ce qui normalement vous faisait plaisir) puis essayer de les pratiquer. Préférez les activités calmes, reposantes aux autres. Ou alors, à l'inverse, les activités sportives (ça c'est pour le coté manque d'énergie). Prenez votre temps pour faire cela, et ménagez-vous. Ce sont de petits efforts bien orienté qui vous aideront le mieux. Si vous forcez trop vous aurez un résultat paradoxal d'épuisement et de "ça ne marche pas".



Consciemment et d'un point de vue logique ça me semble plein de bon sens et j'adhère totalement. D'un point de vue plus pratique et pour avoir essayé d'appliquer ces conseils depuis plusieurs jours c'est bc moins facile. En clair, 1ère pensée toxique, j'y arrive, 2ème pensée toxique, ça passe etc... mais au bout d'un moment une forme d'angoisse reprend le dessus et là difficile de m'en défaire.
"tu m'étonnes..." ;-) Vous faites cet exercice de façon trop rigoureuse. L'idée est de se défaire des pensées toxiques, pas d'essayer d'absolument les éviter. Prenez votre temps, allez-y doucement. A la fin du compte, ce que vous devez vraiment faire, c'est oublier les pensées toxiques. Vous parviendrez vraiment à les oublier lorsque vous réussirez à penser aux choses positives.
Aussi continuer à faire cette exercice, mais comprenez l'esprit de l'exercice, son but, son aboutissement. Ne le faites pas comme si vous vouliez programmer un ordinateur. Vous avez des émotions... c'est votre coeur que vous soignez. C'est lui qui vous le rendra.



Là également c'est plein de bon sens. Si ce n'est que cette forme de lecture de pensée est devenue un vrai réflexe, c'est un peu comme si ça s'imposait à moi. Je dirais que consciemment j'adhère mais inconsciemment je galère.
Si je comprends bien vous ne pouvez pas vous empêcher de lire automatiquement la pensée des autres. Ok.

Je vous propose une autre approche, très importante, et à utiliser le plus souvent possible (enfin, vous connaissant, on va dire assez souvent), notamment lorsque vous faites de la lecture de pensée.
Dorénavant, au lieu de simplement lire la pensée des gens, au lieu de simplement penser au négatif, ou tenter de lutter contre... essayez de vous dire au bout de 5, 10 minutes : "voilà tout ce que j'ai pensée, ressassé (...) maintenant, qu'est-ce que j'en conclu ?". L'idée de cette approche est de bloquer les autoverbalisations négatives en les structurant, en les faisant évoluer. Le problème habituellement, lorsqu'on "broie du noir" c'est que ça tourne en rond, ça boucle avec les mêmes choses en permanence. C'est pourquoi il faut que vous vous demandiez une conclusion. En parvenant à conclure, vos pensées négatives vont évoluer et vous commencerez à sortir de l'ornière.
C'est une technique centrale, parce qu'elle à peu d'inconvénient, à coté de ses nombreux avantages. En l’occurrence elle favorise la "synthèse émotionnelle" et c'est probablement ce qui vous manque.



Un dernière chose : ménagez-vous ! Vous en faites de trop. Vous pratiquez les exercices trop vite (pas seulement les miens...). Vous répondez trop vite. Bref, vous travaillez trop et vous vous surmenez. C'est une partie de votre épuisement.
L'apprentissage du calme, le calme de l'esprit. Le "faire doucement", le "penser doucement" sera une partie importante de votre guérison.


PS : je tire de conclusions de ce que je comprends de votre situation ; si je m'égare et que vous avez le sentiment que je parle d'un autre que de vous, n'hésitez pas à me le dire.
 
I

Intemporelle

Invité
Pour une fois Ivan, je ne partage pas votre point de vue, en fait je ne vois pas d'approche thérapeutique dans ce discours, tout simplement une question de bon sens, surtout ne le prenez pas mal, car je partage souvent votre approche.

Laurenzo, vous avez pu remarquer que beaucoup sur ce forum s'intéresse à vous... :wink: , sur ce j'aimerais bien avoir vos commentaires sur mes messages précédents, car je pense que la clé du problème/solution est là entres autres ...
 
Intemporelle a dit:
Pour une fois Ivan, je ne partage pas votre point de vue, en fait je ne vois pas d'approche thérapeutique dans ce discours, tout simplement une question de bon sens, surtout ne le prenez pas mal, car je partage souvent votre approche.

Laurenzo, vous avez pu remarquer que beaucoup sur ce forum s'intéresse à vous... :wink: , sur ce j'aimerais bien avoir vos commentaires sur mes messages précédents, car je pense que la clé du problème/solution est là entres autres ...
Si c'est du bon sens, c'est déjà pas mal ! Pour ce que je comprends de la situation de Laurenzo, il faudra alors beaucoup de bon sens. J'utilise effectivement une approche qui fonctionne par l'apprentissage d'une certaine hygiène de vie et qui nécessite la mise en place de conditionnements positifs. Ce n'est pas la même approche que la votre, dans le sens ou je ne m'occuperais pas vraiment du traumatisme enfoui.
Si ça marche, c'est thérapeutique, non ?
Je fais ce que beaucoup de thérapeutes négligent : je m'occupe de la dimension énergétique pour qu'il retrouve ses forces.
 

Paul Elie

Membre
mes meilleurs vœux!
quelles sont vos résolutions?
je vois avec plaisir que vous allez dans la bonne direction!
et en lisant nos messages passés..... vous avez changé d'avis sur de nombreuse choses...... ce qui est un progrès!
tout comme mes "confrères "
qui ..... avec le temps..... :D
semblent s'approcher lentement , mais surement...... des méthodes, et des opinions que j'avais émise ( sur le métier et la thérapie, pas sur votre cas en particulier!).....
a propos de la confiance, de la régression..... etc
bientôt le pardon?
c'est une bonne chose!

pour que vous fassiez des progrès ....rapidement.....
maintenant
il vous faut....regarder honnêtement ... cette ligne du temps et constater cette courbe exponentielle....
qu'est votre état aujourd'hui....par rapport a ce que vous étiez!
et en tirer les conclusions qui s'imposent!

l'humiliation vient elle avant l'humilité?
la douleur est elle nécessaire?....pour prendre conscience , que quelque chose ne vas pas bien....
le bonheur existe -t-il vraiment? ou n'est il question seulement que d'une successions de petits plaisirs.....
le choix est il votre?
 
I

Intemporelle

Invité
Ivan.67 a dit:
Intemporelle a dit:
Pour une fois Ivan, je ne partage pas votre point de vue, en fait je ne vois pas d'approche thérapeutique dans ce discours, tout simplement une question de bon sens, surtout ne le prenez pas mal, car je partage souvent votre approche.

Laurenzo, vous avez pu remarquer que beaucoup sur ce forum s'intéresse à vous... :wink: , sur ce j'aimerais bien avoir vos commentaires sur mes messages précédents, car je pense que la clé du problème/solution est là entres autres ...
Si c'est du bon sens, c'est déjà pas mal ! Pour ce que je comprends de la situation de Laurenzo, il faudra alors beaucoup de bon sens. J'utilise effectivement une approche qui fonctionne par l'apprentissage d'une certaine hygiène de vie et qui nécessite la mise en place de conditionnements positifs. Ce n'est pas la même approche que la votre, dans le sens ou je ne m'occuperais pas vraiment du traumatisme enfoui.
Si ça marche, c'est thérapeutique, non ?
Je fais ce que beaucoup de thérapeutes négligent : je m'occupe de la dimension énergétique pour qu'il retrouve ses forces.
Yvan,

Nous n'allons pas polémiquer sur la notion du sens... :D , mais le bon sens n'est pas suffisant pour un individu dépressif, c'est mon humble avis, car connaissant suffisamment le sujet, je pense que le travail thérapeutique doit se faire en profondeur, non seulement sur les distorsions cognitives mais aussi sur les schémas erronés, enfin pour moi, c'est une évidence.


Et quand vous dites :Ce n'est pas la même approche que la votre, dans le sens ou je ne m'occuperais pas vraiment du traumatisme enfoui.

Et pourtant Laurenzo met bien en évidence la peur de ce petit garçon qui vit en lui, ne s'autorisant pas le droit à l'erreur, sentant déjà (à la maternelle) une responsabilité d'adulte qui ne lui incombe pas. Et à ce jour Laurenzo adulte a la capacité de revisiter son passé chose qu'il n'arrivait pas à faire avant, maintenant reste l'émotion associée qu'il doit ressentir dans ses tripes, et non une projection de cette émotion, quand il parle de son enfant intérieur à la 3ème personne, il ne doit pas prendre cette distance, il doit l'intégrer, ce processus est indispensable...

Vous savez les techniques Ericksonniennes (je parle des techniques et non de M. ERICKSON) ne m'apparaissent pas suffisantes mais complémentaires intégrées à d'autres approches.


Et quand vous dites :Je fais ce que beaucoup de thérapeutes négligent : je m'occupe de la dimension énergétique pour qu'il retrouve ses forces.

Et bien je ne vois pas en quoi il s'agit d'une dimension énergétique :shock: vous connaissez la psychologie de l'énergie ? ce que vous proposez à Laurenzo est effectivement du bon sens, une hygiène de vie, mais je ne vois pas de dimension énergétique.

Encore une fois Yvan, ne le prenez pas mal, car je souhaite partager les connaissances de chacun, mais certaines propositions m'apparaissent plus pertinentes... :D

Bon voilà, j'attends les commentaires de Laurenzo, ces écrits en disent long sur lui, comme tout un chacun d'ailleurs.

Bon dimanche à tous.
 

xorguina

Membre
Salut Laurenzo :D

J'ai deux petits trucs pour toi l'âme(i), jsait pas si t'aidera mais jte les donne :wink:






http://www.mp3-hypnose-gratuit.com/mp3- ... tm#qualite


Dans ces liens, il y a un petit nouveau, pour ton enfant qui appréciera surrement :wink:

http://www.mp3-hypnose-gratuit.com/cgi- ... er-anxiete


Moi aussi quand je suis mal, j'ai envie de rien, c'est normal !

Alors je me force en quelque sorte...j'essaie de regarder des trucs marrant, d'écouter de la musique qui me fait du bien, d'aller respirer, marcher, de faire de l'argile, bref tout ce qui peut m'aider a remonter mes énergies...et puis parfois, rien que la solitude m'aide, pas envie de voir du monde, même mes amis alors que quand ils me voient, ils me font du bien, parfois pas...

Je dors beuacoup dans ces cas là, toute façon je suis quelqu'un qui dort beaucoup, un besoin qui stagné depuis l'adolescence, un refuge conscient.

Te prends pas trop la tête, prends plutôt ton coeur :wink:
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Haut