Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 31 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Besoin d'aide

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par laurenzo, 22 Novembre 2009.

  1. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Bonsoir Ivan et désolé pour le délai de réponse,

    Pour ce qui est des causes physiologiques, excepté le test pour l'apnée du sommeil (la pneumologue consultée et mon médecin traitant n'y croient pas du tout), le reste a été vérifié. J'ai consulté un ORL, RAS.


    J'y songe effectivement, reste à trouver une personne avec qui je me sentirai à l'aise et qui réunit les critères que vous évoquez, dans ma région il n'y en a pas bc malheureusement.


    Je reprends mes oppressions matinales de ces derniers temps, je fais de la respiration ventrale, je ne suis vraiment pas en hyper-ventilation et pourtant le problème ne se règle pas, je ne sais pas quoi faire de plus au niveau de la respiration.
     
  2. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    La psychanalyse que j'avais faite ne reposait en rien sur les émotions, la psychanalyste ne m'avait rien expliqué donc je ne faisais... qu'analyser sans ressentir les choses. La thérapie actuelle se base bc sur le ressenti, si ma thérapeute sent que j'analyse trop, elle m'arrête tout de suite pour recadrer la séance.

    Pour recadrer les croyances, elle me parle quand je suis dans le ressenti, dans l'émotion.
     
  3. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Il est certain que le fait de vouloir être un enfant qui n'embête pas les autres, qui donne satisfaction et qui a peur que les autres soient mal ne favorise pas l'expression des émotions. Au bout d'un moment on s'oublie et c'est ce qui m'est arrivé.

    Vous ne pensez pas que travailler sur les émotions soit une bonne chose?
     
  4. Vous pouvez donner un exemple que je me rende compte du travail plus précisément ? malgré que j'ai un peu mon idée de ce recadrage ...
     
  5. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Par exemple je revis une situation de mon enfance ou mon adolescence où je me suis comporté comme un adulte, des émotions remontent, de la tristesse, de la peur et là par exemple la thérapeute me dit que ça n'était pas à un enfant de réagir comme ça, que je n'avais pas à me sentir responsable. Si ça n'est pas assez précis dites le moi je vous en dirai plus en mp.
     
  6. Disons que je me doutais de cette réponse, mais ce n'est pas suffisant, au niveau cognitif ça n'agit pas, cela reste une compréhension logique dans votre perception consciente d'adulte aujourd'hui, mais émotionnellement rien ne change, vous comprenez ? ce n'est pas ce que j'appelle du recadrage, mais normal votre psy n'a pas d'autres outils avec lesquels travailler ; alors elle fait avec son recadrage de psy.
     
  7. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    Vous vouliez bien faire, donner satisfaction à vos parents. Vous avez placé la barre très haut. Vous vous êtes oublié peut être, sacrifié ?

    Vous pouvez faire différemment maintenant. C'est cela qui compte. Ce qui importe c'est ce que vous faites maintenant pour être un adulte épanoui.
     
  8. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Je suis bien d'accord, je me suis effectivement pas mal oublié et je ne demande pas mieux que profiter désormais de la vie mais c'est compliqué qd on a des symptômes dans tous les sens.
     
  9. Et surtout quand votre psy n'a pas les outils adaptés à ce changement... :idea:
     
  10. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Le problème c'est que là où je suis il n'est pas évident d'en trouver avec des techniques variées. :?
     
  11. Ou habitez vous ?
     
  12. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    En Moselle.
     
  13. OK, je vous envoie un mp.
     
  14. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Non pas qu'il soit mauvais de travailler sur les émotions... ce qui est "mauvais" c'est d'être coincé la dans citation que j'ai laissé ci-dessus, en rouge.
    Si vous étiez perfectionniste, vous n'êtes plus obligé de vous sentir perfectionniste aujourd'hui, pour quelques part, tout de même continuer à l'être (par exemple, a vouloir simplement trop bien analyser ce qui ne marche pas chez vous !) De ce point de vue, découle une considération importante : il faut surtout alléger la quantité de négatif qui vous traverse l'esprit ! Pour cela vous pouvez agir sur vos émotions et/ou sur vos cognitions. Si ce que vous faites, en thérapie ou hors thérapie, n'allège pas cette quantité de négatif, vous pouvez très bien resté coincer et continuer à ressentir vos angoisses quand bien même, en arrière plan, les traumas seraient éliminés...
     
  15. Je ne partage pas du tout ce que vous dites Ivan, et excusez moi,mais je trouve cela un peu bateau/confus, surtout avec les propos que vous reprenez de Laurenzo. Pour moi depuis le début, il ne s'agit pas de perfectionniste, mais la peur de l'échec créant de l'impuissance voire même un schéma d'exclusion ..., et aussi je pense à un schéma d'assujettissement, d’imperfection... là je me repose sur tout ce que je sais de vous Laurenzo via le forum sans les questionnaires des schémas.

    Bref pour moi il y a un travail de fond qui n'a jamais été fait, car maintenant que vous arrivez Laurenzo à vous connecter à vos émotions et souvenirs, il y a ce travail de recadrage de croyances négatives qui demande d'avoir une boite à outils suffisante... :idea:
     
  16. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    Peut on toujours réparer même avec tous les outils ?
     
  17. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Tu ne me penses pas "réparable"?
     
  18. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    Si "la voiture " a trop de kilometres au compteur, ou trop vieille, ou trop usée, on a beau réparer, à peine une panne est résolue, qu'il y en a une nouvelle. Alors on ne peut qu'extraire ce qui est encore opérationnel ou en état, ou bon, et le réutiliser dans un nouveau véhicule.

    On peut fondre l'ancienne structure pour en faire un véhicule neuf. Quand on a passé 59 pages de reflexion sur les réparations possibles, le doute finit par m'envahir.

    Quels éléments peuvent plaider en une réparation possible ?

    Moi, je n'y crois plus.

    Il ne s'agit plus de réparations, mais de reconstruction, de re construire de nouvelles fondations, incluant toutes les dimensions de ce qu'on appelle le désir.
    De se re-construire son identité, en fonction de ses gouts, de ses aspirations, expérimentations avec l'émotion qui y est associée. Un vaste travail... mais cela ne serait pour vous déplaire.

    Et vous même n'y croyez plus (en regard du dernier mp envoyé). Vous êtes dans l'illusion d'y croire en certaines circonstances. (il faut bien tenter quelque chose) Il n'y a pas le coeur à l'ouvrage.

    Et si je ne devais plus discuter avec vous, re connectez à ce qui va, ou ce qui a été, avant, avant les troubles, plutot que de chercher des explications qui vous égarent.

    Cherchez là où ça va. Et vous pourrez commencer à progresser sur votre chemin et à apprécier l'amélioration.

    A votre santé,
     
  19. Abde65

    Abde65

    Inscrit:
    19 Février 2012
    Bonjour Laurenzo,

    Votre présence sur ce forum signe l'espoir, la qualité de votre raisonnement logique, l'argumentation de vos réponses en confirmant votre éducation scientifique signe par là même une bonne et sérieuse défense face aux discours légers ou ésotériques spécieux.

    Tout le travail que vous avez fait, que vous avez le courage de faire partager en démontrant votre honnêteté intellectuelle démontre par là même une guérison possible. Pour ne citer qu'un exemple, cette connexion et l'écoute de vos émotions, chose que vous avez fini par découvrir grâce à votre pugnacité et l'aide des gens que vous avez contacté.

    La déprime, certes, vous a peut être assailli et vous l'avez confié en message privé.

    Qui n'a jamais douté de lui ou de la congruence du chemin qu'il avait choisi au point de l'affaiblir profondément quelque temps ?

    Bon courage Laurenzo et à bientôt.
     
  20. Réparer ou reconstruire, j'ai envie de dire qu'en matière de thérapie on peut l'associer, après on peut jouer sur les mots (maux)....

    La reconstruction d'un individu me fait penser à la construction d'une maison, d'ailleurs JUNG en donne une très juste symbolique...c'est à dire qu'on doit suivre des procédures ou protocoles afin de ne passer passer une couche de peinture avant que l'enduit soit sec pour exemple, et ainsi de suite. Dans la thérapie c'est pareil, il y a des règles à respecter, sinon la maison comme l'individu se fissure - couche superficielle de thérapie - (ou peinture pour la maison)

    Donc les bons outils sont indispensables et savoir s'en servir autant en suivant les protocoles élémentaires...
     
  21. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    La reconstruction dun individu me fait penser à la reconstruction d'une maison.

    Cette métaphore me plait.
     
  22. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    pour info, c'est une métaphore que les personnes utilisent souvent...
    et le nombre de fois où ils ont tout rasé pour tout reconstruire...
     
  23. Vous en avez de la chance d'avoir autant de personnes qui utilisent cette métaphore, mais combien la comprenne ou la mette en place ?... :idea:
    Car tout reconstruire demande beaucoup de ressources, donc il y a un travail de fond à faire et cela ne se fait pas juste par la pensée, mais avec un thérapeute compétent ayant tous les outils disponibles en matière de thérapie.
     
  24. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Merci pour ce message Adbe65, ça fait plaisir à lire !
     
  25. castorix

    castorix

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Bravo :wink: :) 8)
     
  26. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Imaginez:

    La nuit du lundi se passe bien, le mardi vous avez mal au dos, très mal au point que vous ne dormez pas de la nuit, le mercredi idem de fortes douleurs, le jeudi ça va et le vendredi à nouveau grosses douleurs.
    Pourtant de toute la semaine, vos journées ont été similaires, rien de différent d'une journée à l'autre, vous vous couchez dans le même état d'esprit. Pourtant une nuit sera agréable et l'autre sera très pénible.

    On vous dit de regarder là où ça va, vous regardez les nuits du lundi et du jeudi, vous vous êtes endormi comme tous les soirs après avoir lu le journal sans avoir de pensée particulière. Vous faites de même le samedi et là fortes douleurs toute la nuit.

    Vous faites quoi?
     
  27. papusza

    papusza

    Inscrit:
    2 Mai 2011
    Imaginez :

    Vous en profitez pour passer un superbe jeudi.

    Vous vous couchez en ayant une humeur différente le jeudi soir (meilleure).

    Vous appréciez d'avoir passé une bonne nuit de lundi à mardi.

    Vous savez qu'il est possible de passer de bonnes nuits tout comme il est possible de passer de bonnes journées. Vous savez que cela peut vous aider dans les moments difficiles que vous savez qu'ils ont une fin.
    Vous aurez des journées différentes alors et vous vous coucherez dans des états d'esprit variables. Le contenu de votre journée, les ressentis à ce propos, modulent notre état d'esprit.
    On est content de passer une bonne journée. Les pensées sont alors infléchies autrement.

    S'il pleut pendant une semaine et qu'il y a un jour de soleil, pensez vous à toute la pluie qui risquerait de revenir ou à profiter de ce jour de soleil ?

    Vos journées ne seront plus identiques alors.

    Et observez vos pensées, il est fort à parier qu'elles ne puissent être exactement identiques en toutes circonstances sans quoi on vous assimilerait à un parfait robot.
    Et un robot n'a pas de douleurs, pas de joies, ni peines.
     
  28. C'est plutôt bien dit, j'ai pas mieux... nos pensées nous conditionnent dans un état d'être. Et si vous dites que vous n'avez pensé à rien de particulièrement négatif, c'est impossible, votre mal de dos par exemple vous a conditionné et enfermé dans cette douleur, et surtout la peur qu'elle revienne ; cette pensée est inconsciemment enregistrée comme devant revenir. Ce que propose Papuzsa est juste, acceptez d'avoir cette douleur en vous disant qu'à chaque heure qui passe elle diminue, et demain elle ne sera plus là, conditionnez vous à penser différemment...
     
  29. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Si 1 nuit sur 2 vous avez des douleurs au dos, vous arriverez à avoir un état d'esprit serein alors que ces douleurs surviennent de façon aléatoire? Si vous arrivez à zapper que la moitié de vos nuits sont un calvaire alors c'est vous qui êtes des robots. :?
     
  30. Alors vous n'avez plus qu'à souffrir toute votre vie, puisque vous vous condamnez d'avance Laurenzo...

    Liser ce bouquin :

    http://www.amazon.fr/Comment-apprivoise ... 221&sr=1-1

    Ca vous aidera peut être ?... si vous en avez envie !

    ou :

    http://www.amazon.fr/Anatomie-lesprit-r ... 346&sr=1-1

    Ce sont des livres de poche pas chers et efficaces quand on souhaite comprendre et se libérer de ses blocages... facile à lire.

    Il en existe pleins d'autres, soyez curieux... :idea: