Formation Hypnose

l'esprit... comment ça marche?

  • Initiateur de la discussion Paul Elie
  • Date de début
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Je pense que c'est néfaste de dire à un enfant "tu n'es pas gentil", c'est le juger lui, négativement, lui coller une étiquette sur ce qu'il est lui. On peut aussi lui dire que ce qu'il a fait n'est pas bien. Et montrer la différence entre les actes et l'être. Ca arrive à tout le monde de faire des bêtises, c'est pas pour autant qu'on est bête ou pas intelligent. Pour moi les deux "tu es méchant" et "tu n'es pas gentil" devraient être bannis de notre vocabulaire. Pour les repères on peut sanctionner les actes sans sanctionner la personne.
Pareil pour un adulte, au lieu de lui dire "tu es con" ou "tu n'est pas malin" on peut lui faire remarquer qu'on n'a pas compris pourquoi il avait fait ça.
 
lod

lod

Membre
messages
28
Points
1 180
oui prudence j'avais bien compris que vous n'étiez pas en accord avec ce que je dit , c'est votre droit . Vous avez un point de vue défendable ( moi personnellement je ne comprends pas le côté "étiquette" par rapport à : tu n'es pas gentil ?????? je ne pense pas que cela nuise ...., mais en ayant longuement discuter avec des professionnels de la petite enfance ; je constate que vous avez un autre avis et tant mieux chacun son petit monde.Et pour ma part il me parait difficile de sanctionner "les actes" sans sanctionner la personne qui a accompli l'acte .
Si je suis un tel raisonnement un meurtrier n'est pas "meurtrier" car il a tuer .................?( le dénie amène à des bavures). Trop de psychologie tue la psychologie.(ce n'est que mon avis).
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Il y a aussi l'effet Pygmalion. Dire à un gamin "tu n'es pas gentil" c'est faire ce qu'il faut pour qu'il ne le soit effectivement pas, c'est autre chose de lui expliquer pourquoi il ne doit pas faire telle ou telle chose, quelles sont les conséquences etc. Que l'étiquette soit "tu es méchant" ou "tu n'es pas gentil" le fond à la même signification on lui dit ce qu'il est. On ne lui dit pas que ce qu'il a fait n'est pas bien/mal non on lui dit que lui l'est, ça peut faire une grosse différence et c'est ça le côté étiquette.
J'aime bien les approches de Filiozat et de CNV.
Pour le "meurtrier" on peut aussi dire que c'est quelqu'un qui a commis un meurtre, il ne se réduit pas à ça. En thérapie pas mal de thérapeutes (pas tous) vont éviter de dire en parlant d'une personne (devant elle ou non): la schizophrène, le dépressif, mais vont plutôt formuler en tant qu'elle souffre de schizophrénie, elle passe par une période de dépression etc. La différence est dans l'identité (figée) que l'on attribue à la personne. J'ai déjà vu reprendre un "je suis agoraphobe" par un "vous souffrez/vous avez un problème d'agoraphobie" on passe d'une identité à quelque chose qui fait partie (momentanément ou non) d'une des caractéristiques de la personne.
 
lod

lod

Membre
messages
28
Points
1 180
je vous comprends prudence et comme votre nom l'indique il est toujours plus subtil d'être "prudent" avec nos intentions à vouloir "aider" soit dans l'éducatif , soit dans la thérapie . Pour ce qui est de mes (entre autres lecture) dolto , Montessori Bullinger, Hubert Reeves, Daniel Coum, Zorman "parler bambin"....................... et bien d'autres . Bien sûr , j'ai lu et même "manger" quelques vidéos de notre très chère amie canadienne Isabelle Filiozat (très intéressant).Mais ça , ça n'a aucuns intérêts si ce n'est flatter mon égo. Donc pour moi prudence c'est "poussé" loin le concept pour ce qui est de l'étiquette (mais ça je pense qu'on en a fait le tour :)) vous avez votre avis et moi le mien . Je lis beaucoup sur le sujet et des rencontres "du milieu" m'ont permis d'avoir une globalité de ce qui est "a la mode" au niveau socio - éducatif , ce qui ne m'empêche pas d'avoir mon propre avis . Pour ce qui est de la Conversation Non Violente (rosenberg) , peut être qu'il m'arrive de la pratiquer aussi , je ne m'auto -analyse pas encore , désolé. (humour!).
Je suis d'accord sur le fait que l'on ne peut pas "réduire" à ça le fait que quelqu'un qui a commis un meurtre n'est qu'un meurtrier , mais vous conviendrez que c'est une bonne base de travail !
Je comprends aussi le fait de ne pas dire devant un schizophrène (et là je sais de quoi je parle) où d'un dépressif etc...... qu'il l'est. On parle souvent d'attitude où de tendance etc........... le voc ne manque pas . Petite parenthèse , avez - vous lu "Bête noire" d'Eric Dupond-Moretti je vous le recommande vivement , très intéressant .
Enfin bref , prudence , restons prudent .:rolleyes:
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Je ne connais pas ce livre, je note dans un coin (mais je ne sais pas encore si je le prendrai j'ai plusieurs piles de livres à lire pour le moment).
J'avais lu "paternité imposée" écrit par une avocate, il y avait des choses intéressantes mais... pas assez fouillé pour moi. Il est comment "Bête noire"? (j'ai juste trouvé une description courte du thème du livre).
 
Couchetard22

Couchetard22

Membre
messages
401
Points
3 310
Localisation
Bretagne
lorsque c'est un médecin qui utilise le langage sans tenir compte des implicites des mots et tournures de phrases qu'il utilise, çà çà génère ce qu'on appelle des maladies iatrogènes (au sens large)...
 
Prudence

Prudence

Moderateur
Membre de l'équipe
messages
3 893
Points
9 260
Localisation
Nancy
Couchetard22 à dit:
lorsque c'est un médecin qui utilise le langage sans tenir compte des implicites des mots et tournures de phrases qu'il utilise, çà çà génère ce qu'on appelle des maladies iatrogènes (au sens large)...
ça me rappelle un excellent bouquin écrit par deux médecins, dans le titre il y avait maux et mots il me semble. Je viens de retourner mes bibliothèques mais impossible de mettre la main dessus. Ils ont beaucoup travaillé dans des contextes d'immigration et son polyglottes et parlaient des représentations par les mots et la culture derrière les maux, et au travers de différentes langues et cultures.
 

Vous aimerez:

Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut