1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

méta modèles et politique

Discussion dans 'PNL et Modélisation' créé par Klok, 22 Mars 2009.

  1. Klok

    Klok Membre

    Inscrit:
    21 Février 2009
    Messages:
    58
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour, bonsoir
    toutes, tous !

    J'entraîne actuellement ma capacité à "métamodéliser" cad à repérer dans un discours lorsque l'orateur utilise des méta modèles.

    En lisant la presse anarcho communiste (le monde libertaire et la décroissance) je me suis rendue compte que je ne comprenais presque rien de ce qui y était écrit.
    Je m'explique :
    Lorsque l'on passe les articles au peigne fin, il y a tant de nominalisations, ommisions (suppression de l'index de référence), de cause effet, généralisatons et autres processus désymétrisés que j'en viens à ne plus savoir de quoi ils parlent et à me demander si eux mêmes le savent...
    J'ai la même impression en lisant les textes fondateurs du communisme, quelques txt capitalistes ou même socialistes

    Comment avez vous vécu votre apprentissage du méta modèle ?
    Avez vous eu , vous aussi, un choc quant à l'incohérence de certains textes fondateurs de partis politique ?
    Avez vous changé votre opinion politique ?



    Ce topic a pour seul vocation le partage et l'expression du vécu et des opinions de chacun, en toute harmonie avec les autres, lecteurs et posteurs. Merci de les respecter.
    Je pense être raisonnable en précisant que les réponses non argumentées et n'apportant rien au débat (donner son avis est apporter au débat, quel qu'il soit. Dire "non" parce que l'on a une émotion désagréable ne l'est pas bien que cette émotion soit complètement légitime) étant écrit ou non par qqun de choqué, sûrement à juste titre d'ailleurs, n'intéressent pas cette section.
    Si la notion de méta modèle vous est inconnue merci de bien vouloir ouvrir un autre fil consacré à son explication ou bien de vous renseigner auprès d'un enseignant PNL.

    Merci de tenir compte de tout cela avant de poster


    bien à vous,


    Klok.
     
  2. Joey

    Joey Membre

    Inscrit:
    13 Décembre 2006
    Messages:
    258
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1590
    Les politiciens, dans une très grande globalité, se sont toujours inspirés du milton modèle, c'est à dire un langage flou dans lequel la personne va pouvoir se reconnaitre et interpréter à son gré. A l'opposé donc du méta modèle, il s'agit pour les politiciens de fédérer avant tout sans jamais indiquer qui fera quoi exactement et dans quel délai précisément. D'ailleurs, une autre bonne façon de fédérer est de définir le "nous" (notre groupe) en opposition à "eux" (l'adversaire).
     
  3. Klok

    Klok Membre

    Inscrit:
    21 Février 2009
    Messages:
    58
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    j'entends bien, mais qu'en est il des textes fondateurs des doctrines ?

    ou pourquoi pas de la philo également...?

    ça me donne l'impression de croire qu'on parle de la réalité alors qu'on continue à ne parler que des mots avec les mots...

    :?

    et je suis mitigée lorsque c'est un texte qui est censé servir de base à la direction de l'espèce humaine... hum ? :?
     
  4. Roudil-Paolucci nathalie

    Roudil-Paolucci nathalie Membre

    Inscrit:
    15 Mars 2007
    Messages:
    158
    J'aime reçus:
    1
    Points:
    1790
    Localité:
    Avignon - Ajaccio
    Oui métamodèle, machine à phrases aussi eeeeeeeet nous voilà plongés à l'écoute ou à la lecture de beaucoup de textes politiques, philosophiques, romans, essais, discours mais aussi de nos propres discussions entre amis...dans la dimension d'une vraie idée pour 10 phrases...
    C'est comme de l'ornement mais certains ne se servent plus que de de ça...
    L'écume des vagues...finit tout de même par révéler les mouvements de fond...
    Nathalie
     
  5. Klok

    Klok Membre

    Inscrit:
    21 Février 2009
    Messages:
    58
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1360
    Bonjour Roudil

    je n'ai pas compris ton message est ce possible d'expliquer s'il te plait ?

     
  6. MENGAL

    MENGAL Membre

    Inscrit:
    17 Avril 2008
    Messages:
    238
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Localité:
    Namur
    Bonjour,

    Si le métamodèle consiste à se représenter des modèles d’un point de vue particulier, alors, comme le souligne Gilles-Gaston Granger, «les sciences de l’homme se trouvent, de par leur propre nature, placées devant un dilemme. Ou réduire totalement les significations à des sens strictement mis en forme, au risque de voir s’évanouir la spécificité de leur objet, et dégénérer en exercices logicomathématiques. Ou introduire massivement et naïvement les significations comme telles, et, perdant toute possibilité de construire vraiment des modèles abstraits, se muer, dans le meilleur des cas en herméneutique philosophique, en vaticinations mythiques dans le pire. » (1)

    Tout modèle passe par une reconstruction du réel qui implique une activité de structuration. « Il ne s’agit pas d’entendre ici l’activité de structuration que sous-tend le modèle au sens où les structuralistes entendaient rendre manifestes les structures du réel (tendance à ontologiser les structures, à y voir la « vraie » réalité…). Il s’agit de montrer en quoi la construction du modèle permet de passer d’une structuration faible, implicite, individuée, à une structuration forte, contrôlée, explicite des objets et, par là, de gagner l’universel sans pour autant renvoyer le vécu à une simple illusion, ni tendre à ontologiser les structures »

    Bien qu’ils soient très différents, les modèles présentent tous une caractéristique commune : ils consistent en une représentation particulière d’un système à partir d’un point de vue qui est lui-même particulier. Ainsi, « le modèle s’exprime dans un langage aussi rigoureux que possible, qui exclut toute forme de métaphore. Il s’oppose clairement sur ce point au récit. Il est souvent le lieu d’une formalisation, à tel point que certains auteurs définissent tout modèle comme une représentation formelle. Ainsi, pour Malinvaud, « un modèle consiste en la représentation formelle d’idées ou de connaissances relatives au phénomène »".

    Conclusion :

    Pour moi, la perception du réel n’est, en réalité, pas du tout le réel, mais, l’image subjective qu’on voudrait qu’il nous donne de la réalité ! J'en parle, en connaissance de cause, puisque ayant fait moi-même l'expérience d'une approche épistémologique des sciences, je me suis rendu compte que pour qu'un modèle existe, il faut d'abord obtenir un consensus au sein des acteurs intéressés par ce modèle.


    Sur ce, bonne réflexion épistémologique ! :2:

    Peter.


    (1) Gilles-Gaston Granger, Formes opérations objets, p. 272.
     
Chargement...