Formation Hypnose

ou, comment, pourquoi péter un plomb.

Leo Lavoie

Membre
katia (zoulouk) à dit:
Vivre sa liberté n'est il pas plus compliqué que metro boulot dodo ?

Et 5 semaines de vacances pour la plupart, la bouffe, le menage, ou le jardin, les papiers, les objets qui cassent, les enfants, les grands parents malades...
Enfin toute la routine quotidienne des A faite...

Heureux s'il te reste du temps pour ton sport, pour lire ou pour un truc qui te plait...

Finalement peu de chance à notre époque qu'un leornard de vinci naisse: il aurait le Rsa.
Le Rsa?
 
Tout à fait d'accord avec vous également, Léo.
Et puis, c'est pas parce que Bush est un con, qu'il déteindra sur moi. Encore que, con, j'en suis même pas sur : un simple pantin, peut-être.

Vous cautionnez l'immoralité, jeangeneve ? Vous trouvez que c'est une bonne chose, l'immoralité ?
Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce que vous prônez, au juste ? L'anticonformisme ?

Si nous pouvions un peu nous concentrer sur les solutions qu'on peut proposer ça serait surement plus intéressant. C'est souvent facile de dire qu'un point de vue est stupide... mais la question centrale reste posée : qu'est-ce qui est mieux ?

Personnellement, je n'ai pas mieux à dire que ce que vient de dire Léo. S'il ne l'avait pas dit, c'est moi qui l'aurais fait.
 
Revenu de solidarité active, autour des 460 euros pour une personne seule sans emploi et non indemnisée par l'assurance chômage (anciennemment RMI)

Les "génies" sont dans les hp ou au chômage à notre époque !

Le "génie" est il compatible avec un esprit procédurier et dans la norme d'un métro boulot dodo ?
 
Lemaléduqué à dit:
Vous trouvez pas que tout devient de plus en plus organisé, planifié, standardisé, obligatoire quand c’est pas interdit, les loisirs comme le boulot, la bouffe comme la culture, la baise comme le tourisme, et même pour ceux qui ont des ronds, notez bien qu’ils s’emmerdent autant que les autres, qu’ils perdent leur vie comme les autres, et qu’ils sont aussi robotisé que les autres. Rien d’étonnant que plus on avance dans cette vie imbécile et plus on se rend compte que tout ça rime à rien, et la tangente devient de plus en plus une nécessité impérieuse, le dernier sursaut sans doute du peu de santé vrai qui a réussi à survire en vous dans ce désert d’ennui et de conformisme qui s’appelle la vie des gens (…)».

*Extrait tiré de l'ouvrage "N'être" de Roger Gentis 8) :twisted:.
ça, c'est un problème...
De là à dire que la solution consiste à péter un plomb, j'ai un doute. Et ça fait aussi un bout de temps que je retourne cette question dans tous les sens possibles. J'en arrive a penser que ce problème correspond en gros, à l'habitude de se dissocier de ses émotions. Je crois qu'on vit tellement souvent dans notre intellect (ou encore, dans le "il faut, je dois, je devrais") qu'on se coupe de ce qu'on a d'humain, d'émotionnel. On devient des machines et, de temps à autre, on pète les plombs, comme le sursaut du mourant... ou encore : on tente une cure d'hypnose, pour retrouver l'autre versant de soi.
Est-ce que la spiritualité est une réponse ? La pleine conscience ? Peut-être. Malgré tout, j'ai l'intime conviction que la réponse est plus simple encore...
 
Lemaléduqué à dit:
Ivan SCHMITT à dit:
mais la question centrale reste posée : qu'est-ce qui est mieux ?
Tout ce qui libère les fonctions vitales de l'animal humain et qui permet de vivre globalement épanoui !
Certainement !
Mais parfois, ça reste difficile de faire la différence entre ce qui libère et épanoui et... ce qui nous rend encore plus névrosé que nous ne le sommes
 

jeangeneve

Membre
ouais, restez dans votre confort, vous avez cette chance.
tant mieux pour vous.
je prend de grandes distances avec vos propos qui serais une moralisation.
votre morale elle a un intérêt évident pour vous, quitte a déformer ou ne pas comprendre mes propos.
mon opigon est faite sur le sujet.
défendez votre confort sinon vous pourriez le perdre.
c'est humain et je vous comprend.

moi j'ai rien .
je ne défend rien, en effet et je ne vais pas renoncer à gêner de temps en temps sous le prétexte que cela remet en question votre confort ou vos croyances.

salut les moralisateurs, les bien pensant, qui pensent mieux penser que nous, ce qui leur donnerais le droit de penser pour nous sur ce qu'il serais bon que l'on pense.
et c'est pourtant exactement ce que vous faites ici même en vous défendent du contraire .

comme dirais intemporelle, je vous laisse a votre enfumage....
 
jeangeneve à dit:
ouais, restez dans votre confort, vous avez cette chance.
tant mieux pour vous.
je prend de grandes distances avec vos propos qui serais une moralisation.
votre morale elle a un intérêt évident pour vous, quitte a déformer ou ne pas comprendre mes propos.
mon opigon est faite sur le sujet.
défendez votre confort sinon vous pourriez le perdre.
c'est humain et je vous comprend.

moi j'ai rien .
je ne défend rien, en effet et je ne vais pas renoncer à gêner de temps en temps sous le prétexte que cela remet en question votre confort ou vos croyances.

salut les moralisateurs, les bien pensant, qui pensent mieux penser que nous, ce qui leur donnerais le droit de penser pour nous sur ce qu'il serais bon que l'on pense.
et c'est pourtant exactement ce que vous faites ici même en vous défendent du contraire .

comme dirais intemporelle, je vous laisse a votre enfumage....
Eh bien, ça va peut-être vous étonner... mais je vous comprend aussi.
C'est surement vrai, qu'il y a des moments, des situations, des tranches de vie, ou il n'y pratiquement pas moyen de faire autrement.
Pour autant, c'est pas ce qu'on veut pour la société, pour l'avenir de nos enfants...
 
jeangeneve à dit:
ouais, restez dans votre confort, vous avez cette chance.
tant mieux pour vous.
je prend de grandes distances avec vos propos qui serais une moralisation votre morale et a un intérêt évident pour vous quitte a déformer en ne pas comprendre mes propos.
mon opigon est faite sur le sujet.
défendez votre confort sinon vous pourriez le perdre.
c'est humain et je vous comprend.

moi j'ai rien .
je ne défend rien, en effet et je ne vais pas renoncer à gêner de temps en temps sous le prétexte que cela remet en question votre confort ou vos croyances.

salut les moralisateurs, les bien pensant, qui pensent mieux penser que nous, ce qui leur donnerais le droit de penser pour nous sur ce qu'il serais bon que l'on pense.
et c'est pourtant exactement ce que vous faites ici même en vous défendent du contraire .
Défendre son confort, ou essayer de l'obtenir, c'est ce qui est le plus energivore.

Eh ben tous ceux qui se demandent comment ils vont placer leur argent, et si la bourse perd 0,1 % .. la cata, en souci par ce quils ont pas pu le camping pour des milliers d'euros, et qui se font chier et "rechier" autant que les autres.

Il y a des gens qui ont tout le confort et qui se suicicident et des marginaux heureux dans leur caravane.

Et des marginaux malheureux...

Est ce une question de confort ?

Plutot une question de caractère !

Finalement c'est ce qu'on veut et qu'on a pas qui crée le problème ! Et il y aura toujours des choses qu'on n'aura pas !

Vue la normalisation de la société, et de ce qu'il "faut" être, je t'accorde qu'il y a peu de place pour des reflexions existentielles... alors ben oui, il y a du pétage de plomb en l'air.

Le pétage de plomb peut aussi se voir comme une tentative de "révolution", de "contestation" à ce qui est établi, et parfois fédérateur pour une société. (même si parfois on rentre aussi dans l'horreur)

Et petez les plombs "correctement" rarement possible, sinon ce n'est plus péter les plombs.
 
Je n'avais pas lu...

Ivan SCHMITT à dit:
De là à dire que la solution consiste à péter un plomb, j'ai un doute (...) Est-ce que la spiritualité est une réponse ? La pleine conscience ? Peut-être. Malgré tout, j'ai l'intime conviction que la réponse est plus simple encore...
Pour moi en tout cas, " péter un plomb" permet d'éviter de "péter un câble", de démissionner. Une solution hygiénique qui entretient l'action et donc l'audace. Importante l'audace pour survivre dans un monde comme le nôtre. Pour ce qui est de LA SOLUTION, je dirais qu'elle est là où les dominants ne veulent surtout pas qu'elle soit : EN NOUS !
 
Ivan SCHMITT à dit:
Mais parfois, ça reste difficile de faire la différence entre ce qui libère et épanoui et... ce qui nous rend encore plus névrosé que nous ne le sommes
Ce qui épanouit et libère, c'est ce qui fait du bien à l'être. Et si la névrose n'était finalement qu'un bon moyen de renêtre ?
 
katia (zoulouk) à dit:
jeangeneve à dit:
ouais, restez dans votre confort, vous avez cette chance.
tant mieux pour vous.
je prend de grandes distances avec vos propos qui serais une moralisation votre morale et a un intérêt évident pour vous quitte a déformer en ne pas comprendre mes propos.
mon opigon est faite sur le sujet.
défendez votre confort sinon vous pourriez le perdre.
c'est humain et je vous comprend.

moi j'ai rien .
je ne défend rien, en effet et je ne vais pas renoncer à gêner de temps en temps sous le prétexte que cela remet en question votre confort ou vos croyances.

salut les moralisateurs, les bien pensant, qui pensent mieux penser que nous, ce qui leur donnerais le droit de penser pour nous sur ce qu'il serais bon que l'on pense.
et c'est pourtant exactement ce que vous faites ici même en vous défendent du contraire .
Défendre son confort, ou essayer de l'obtenir, c'est ce qui est le plus energivore.

Eh ben tous ceux qui se demandent comment ils vont placer leur argent, et si la bourse perd 0,1 % .. la cata, en souci par ce quils ont pas pu le camping pour des milliers d'euros, et qui se font chier et "rechier" autant que les autres.

Il y a des gens qui ont tout le confort et qui se suicicident et des marginaux heureux dans leur caravane.

Et des marginaux malheureux...

Est ce une question de confort ?

Plutot une question de caractère !

Finalement c'est ce qu'on veut et qu'on a pas qui crée le problème ! Et il y aura toujours des choses qu'on n'aura pas !

Vue la normalisation de la société, et de ce qu'il "faut" être, je t'accorde qu'il y a peu de place pour des reflexions existentielles... alors ben oui, il y a du pétage de plomb en l'air.

Le pétage de plomb peut aussi se voir comme une tentative de "révolution", de "contestation" à ce qui est établi, et parfois fédérateur pour une société. (même si parfois on rentre aussi dans l'horreur)

Et petez les plombs "correctement" rarement possible, sinon ce n'est plus péter les plombs.
Très bonne remarque, katia !
Juste à propos de la dernière phrase : lors d'un cours, la psycho nous demandait : vous faites une longue queue devant un guichet parce que vous allez prendre le train. Arrivé à votre tour, on vous annonce que le guichet ferme et qu'il faut prendre la queue d'à coté. Que faites-vous ? La guichetière n'y peut rien... vous ne pouvez donc pas péter un plomb !
Eh bien, je répondais que si : je péterais un plomb. Mais, au passage, je dirais aussi que c'est une problème d'organisation et que si la guichetière n'y peut rien, elle n'a qu'à faire remonter le problème !
C'est vrai qu'on peut pas vraiment péter un plomb "correctement". Mais un semblant de plombs pétés, tout comme un semblant de maladie, permet bien souvent d'éviter le vrai pétage de plombs, et la vraie maladie.
 
Lemaléduqué à dit:
Ivan SCHMITT à dit:
Mais parfois, ça reste difficile de faire la différence entre ce qui libère et épanoui et... ce qui nous rend encore plus névrosé que nous ne le sommes
Ce qui épanouit et libère, c'est ce qui fait du bien à l'être. Et si la névrose n'était finalement qu'un bon moyen de renêtre ?
La névrose, c'est lorsque l'on oublie d'être vraiment. Lorsque le semblant, s'installe, mais surtout, lorsque le semblant ne sert plus à rien. Alors la névrose est une tentative, comme toutes maladies, de revenir sur les bons rails. Bien souvent il faut donc plus d'expression de l'être... mais je ne crois pas qu'il s'agisse seulement de ça. Il faut également, et tout autant, trouver une autre manière de développer sa capacité à paraître. Je ne partage pas le point de vue psy qui consiste à dire : "défoulez-vous et vous irez mieux !" Surtout, parce que c'est loin d'être aussi simple !
Savoir "être" et savoir "paraître" sont deux choses intimement liées qu'il convient de retravailler pour allez mieux, la plupart du temps.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
jeangeneve à dit:
suite à la remarque de surderien
il en parle ici : https://www.transe-hypnose.com/sujet/burn-out-out.4780/page-8

en fait c'est une question qui me turlupine :

du comment s'aménager un espace pour péter un plomb
ou ?
se donner le droit, de lâcher, d'explorer, d'éclater....
sans jugement ?
cela passe par des années de paintball ou de club macramé ?

ou bien quoi ?
péter un plomb c'est une forme extrême de décadrage de secours

pour se décharger de tout son ressenti orageux

et repartir calme et serein

:p


savoir ré-équilibrer empiriquement son météostat intérieur. par une forme de transe hypnotique extrême ...

:?
 

Leo Lavoie

Membre
jeangeneve à dit:
ouais, restez dans votre confort, vous avez cette chance.
tant mieux pour vous.
je prend de grandes distances avec vos propos qui serais une moralisation.
votre morale elle a un intérêt évident pour vous, quitte a déformer ou ne pas comprendre mes propos.
mon opigon est faite sur le sujet.
défendez votre confort sinon vous pourriez le perdre.
c'est humain et je vous comprend.

moi j'ai rien .
je ne défend rien, en effet et je ne vais pas renoncer à gêner de temps en temps sous le prétexte que cela remet en question votre confort ou vos croyances.

salut les moralisateurs, les bien pensant, qui pensent mieux penser que nous, ce qui leur donnerais le droit de penser pour nous sur ce qu'il serais bon que l'on pense.
et c'est pourtant exactement ce que vous faites ici même en vous défendent du contraire .

comme dirais intemporelle, je vous laisse a votre enfumage....
C'est pourtant très simple ce que je dis... Remettez en question ce que vous voudrez...Mon confort, le vôtre et celui du voisin. Vous avez la liberté de parole mais il faut en user intelligemment. Comme il faut manger intelligemment et même se torcher intelligemment.

Mais si vous manifestez, voulez vous faire attention de ne pas pétér les vitres de ma maison? Car vous ne savez pas si j'ai les moyens de les faire changer. Vous ne savez rien des autres mais vous présumez. Vous ne savez pas si la personne que vous dérangez au nom de votre pétage de plomb personnel n'a pas que quelques mois à vivre et voudrait les vivre en paix. Si vous bloquez les rues, vous ne savez pas le drame possible de celui emmène son épouse à l'hôpital en hémorragie. C'est bien plus facile de faire comme un enfant qui fait "NA" et de faire sa crisette! Je vous fais la morale? Je m'en tape... La morale existe comme ce qui est immoral et je n'ai pas peur des mots. Je n'attends pas que les supposés "grands" de ce monde prennent soin de moi pour prendre soin de mon prochain, tout au moins en faisant attention de ne pas nuire.

Ma "morale" en est une très simple de charité humaine. Ghandi a fait la preuve que l'on peut changer bien des choses avec la non violence alors n'allez pas faire l'apologie de votre pétage de plomps personnel au nom de changer les choses, c'est de la frime et de la justification de l'infantilisme.

C'est pour tout cela que je dis que pour le bien de la personne comme pour celui de son prochain, il faut péter les plombs intelligemment.
 
La névrose -pour moi en tout cas- est une habile stratégie existentielle pour mieux supporter l'incessant conflit entre ses volontés de vie et les contraintes sociales. C'est un "pétage de plomb" plus ou moins prolongé qui peut être profitable s'il est d'abord bien accepté et ensuite bien manoeuvré. Et dans ce cas, le "renêtre" au monde suffit. Plus besoin donc du "savoir paraître" qui n'est qu'un erstaz de notre socioculture infirme.
 
Lemaléduqué à dit:
La névrose -pour moi en tout cas- est une habile stratégie existentielle pour mieux supporter l'incessant conflit entre ses volontés de vie et les contraintes sociales. C'est un "pétage de plomb" plus ou moins prolongé qui peut être profitable s'il est d'abord bien accepté et ensuite bien manoeuvré. Et dans ce cas, le "renêtre" au monde suffit. Plus besoin donc du "savoir paraître" qui n'est qu'un erstaz de notre socioculture infirme.
Je ne vois, en fait, pas de vraie différence entre ce que vous dites et ce que je dis. Le névrosé est habituellement dans le paraître et son problème est qu'il l'ignore. Parler de "pétage de plomb plus ou moins prolongé du névrosé" est juste une autre manière de l'exprimer. En fait, le névrosé pète les plombs de manière plus ou moins prolongé parce qu'il ne parvient pas à être lui-même comme il aimerait.
Ex : Si je suis franc, on me reproche d'être trop franc. Si je fais semblant, on me reproche de faire semblant. Alors je ne sais plus que faire... et ça m'énerve, et je pète les plombs. Péter les plombs intelligemment, devient alors une manière d'exploiter la névrose pour la rendre normale. Mentalement, cela reviendra à se dire : je prend acte du fait que je suis contrarié et que je dois l'exprimé ; aussi, je choisi de l'exprimer mais pas n'importe comment. Si je dois péter les plombs, pourquoi pas, d'accord, mais pas n'importe ou, pas avec n'importe qui !
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Le névrosé ne pète pas les plombs, il entretient une pression intérieure qui lui est précieuse, et qu'il ne peut donc pas parvenir à éliminer, même si parfois çà déborde un peu...

Si le névrosé pétait un grand coup, çà irait beaucoup mieux !

Mais il préfère entretenir des paradoxes intestins.

:wink:
 

jeangeneve

Membre
Bonjour,

comment dire sans vexer.
autant rien dire...

je me délecte des réponses de ivan et de léo.
et puis il y a ce nouvel étiquetage.

je ne vais pas trop en dire plus, je m'en voudrais de gâcher votre élan et votre auto-hypnose si prolifique et...
je suis très curieux de la suite, continuer je vous en prie, développez, cela est passionnant .
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Je persiste dans l'idée que ce sont les psychotiques qui pètent les plombs de façon totalement répétitive
et que la névrose en elle-même constitue un fusible protecteur qui rend inutile même les électrochocs thérapeutiques.
mais cela reste un étiquetage totalement surderien !

:roll:
 
surderien à dit:
Je persiste dans l'idée que ce sont les psychotiques qui pètent les plombs de façon totalement répétitive
et que la névrose en elle-même constitue un fusible protecteur qui rend inutile même les électrochocs thérapeutiques.
mais cela reste un étiquetage totalement surderien !

:roll:
Prenez l'exemple de l'hystérie, surderien. Il s'agit bien d'une névrose et pourtant... il est réputé péter les plombs quand il ne fait pas directement de la conversion. C'est vrai que cependant on souligne souvent le fait que le névrosé intériorise....
 
jeangeneve à dit:
Bonjour,

comment dire sans vexer.
autant rien dire...

je me délecte des réponses de ivan et de léo.
et puis il y a ce nouvel étiquetage.

je ne vais pas trop en dire plus, je m'en voudrais de gâcher votre élan et votre auto-hypnose si prolifique et...
je suis très curieux de la suite, continuer je vous en prie, développez, cela est passionnant .
Dommage, jeangeneve que vous ne puissiez nous faire part de vos commentaires sans nous vexer. Vraiment, je serais intéressé de discuter avec vous sans que cela ne tourne en querelles stériles...
 
Je précise (pas certain en même temps :lol:). Le pathologique est à mon sens une "expérimentation buissonnière". Le mal-aisé cherche à vivre sa philosophie de vie et de l'existence dans sa névrose ou sa psychose. Au bout de l'aventure où tout est péripéties, imprévus et improvisations, un possible retour "anormal", extra-ordinaire à la vie. Le thérapeute éventuellement sollicité n'a qu'un petit rôle de tâcheron dans ce vagabondage : prêter main forte au déracinement du sol disgracié ; sol destiné à la culture de son désir. Pour le reste, c'est à l'Autre et à lui seul de cultiver son devenir.
 

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
il fût un temps où l'on m'avait expliqué que le thérapeute était un "passeur" qui permettait de transporter le thérapé d'une rive à l' autre...

Depuis, je suis plutôt un explorateur qui organise des explorations à accompagner d'autres apprentis explorateurs

qui finalement ont plus de capacité d'exploration

que ce que l'on m'avait appris, il fût un temps...

8)
 

jeangeneve

Membre
Bien...

dans les années 80 en Angleterre s'ouvrais dans diverses villes des lieu dit de décompensation .
on y venais pour vider un chargeur après le travail, dormir 10 heures dans une chambre complètement insonorisée, tapper dans un sac de boxe ou passer un week end mystique.

puis c'est devenu compliqué, il falais prendre rendez-vous, le personnel revendiquais des congés....
cela commençais a faire tache et a se savoir.
un débat s'est installé sur d' ou venais l'argent et les vannes on été fermée...
depuis tout le monde est retourné à son pub préféré...
doser librement son anxiolytique :lol:

depuis on est invité a entrer dans des cabinets au teintes qui ressemble de plus en plus a des salles d'induction de bloc opératoires agrémenté de quelques pousses de bambous ...
pleurer un bon coup et rentrer sagement chez soit ou...
se faire peur sur une attraction de la foire du trône .
les comportement archaïques ne sont toléré que si il on été induit par une bonne campagne publicitaire et que cela rapporte le plus possible.
on focalise les personnes avec de trucs ludiques sur des écrans toujours plus petits et on les fait régresser très rapidement, juste avant et après le travail, en les délestant d'une bonne centaine d'euros par mois bien plus qu'une console de jeu.
ca marche, on se ramasse des milliers d'euros...
c'est convenable, gène personne tous les passager des bus sont en transe et chez eux c'est bobone ou le gosse qui ramasse...

faire autrement c'est pas bien, dangereux mais surtout c'est pas productif utile.
faut cadrer, respecter je ne sait quoi alors que il semble tout a fait normal d'hurler n'importe quoi, dès que une sonnerie retentit...

et donc imaginer faire autrement, le faire remarquer c'est sûrement passer pour un névrosé en mal de conversion.
s'interroger s'asseoir et regarder ces humaines manières, c'est être mal dans sa peau développer une névrose à distiller dans une psychanalyse à 200 euros de l'heure...
pour que se soit convenable et accepté socialement.
le grand avantage de la construction freudienne c'est que elle ne guéris pas et amènent des revenus confortables juste avec des hummm, des ha, ou quelques tiens.
il faut juste convaincre le patient qu'il est malade.
et si "il" ne le crois pas c'est qu'il est malade,il suffis alors de le dire psychotique ou alors schizophrène.
quitte à lui bousiller la vie .

Mais, bien sur ces propos sont paranoïaques, cela n'est pas la réalité, c'est le fruit d'une construction mentale érodée nécessitant des soins urgents.

il y a tant de gens a aider... finalement
c'est probablement pour cela que l on a construit un gigantesque hopital psychiatrique dont en fait on entre à la naissance et ressort que en cendres, après avoir payé le gaz bien entendu .

ça vous à fait rire ?
moi aussi .
 
:lol:

[align=justify]Entre nous, je suis ravi que les "lieux de compensation" aient été obligés de fermer. Certes ils ont permis à quelques "gens biens" d'exprimer un instant durant toute leur vive gratitude à l'égard de leur redevable Société-Providence :lol:, mais... Institutionnaliser le "pétage de plomb", c'est l'adopter. Et l'adopter, c'est finalement l'intégrer. Retour à la case départ ! Et c'est reparti pour un tour... raisonnable !

On ne "guérit" pas le "pétage de plomb" en le "corrigeant", en le "normalisant". On ne "guérit" pas le "pétage de plomb" tout bonnement. Le "pétage de plomb" est une expression de la vie qui s'affirme désespérément. Cessez donc de l'"étiqueter", de le "cataloguer". Laissez-le donc se vivre pleinement. Laissez-le enfin se propager et transformer cette foutue vie (si) ordinaire. J'utopise...
 

collinmad

Membre
merci de remonter le sujet...
pour moi se defouler ce n'est pas peter un plomb ,peter un plomb
,c'est fleurter avec la folie...Au risque de ne plus revenir...
Peter les plomb c'est experimenter la vraie liberte.

Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. (M. Audiard)

Mais bon depuis que j'ai des enfants je fais tres attention a ne plus peter de plomb...Je lache les soupapes regulierement..
J'attend impatiement le demence senile...(on pardonne facilement au vieux qui font des choses qui ne sont font pas...)

C'est pourtant très simple ce que je dis... Remettez en question ce que vous voudrez...Mon confort, le vôtre et celui du voisin. Vous avez la liberté de parole mais il faut en user intelligemment. Comme il faut manger intelligemment et même se torcher intelligemment.

Mais si vous manifestez, voulez vous faire attention de ne pas pétér les vitres de ma maison? Car vous ne savez pas si j'ai les moyens de les faire changer. Vous ne savez rien des autres mais vous présumez. Vous ne savez pas si la personne que vous dérangez au nom de votre pétage de plomb personnel n'a pas que quelques mois à vivre et voudrait les vivre en paix. Si vous bloquez les rues, vous ne savez pas le drame possible de celui emmène son épouse à l'hôpital en hémorragie. C'est bien plus facile de faire comme un enfant qui fait "NA" et de faire sa crisette! Je vous fais la morale? Je m'en tape... La morale existe comme ce qui est immoral et je n'ai pas peur des mots. Je n'attends pas que les supposés "grands" de ce monde prennent soin de moi pour prendre soin de mon prochain, tout au moins en faisant attention de ne pas nuire.

Ma "morale" en est une très simple de charité humaine. Ghandi a fait la preuve que l'on peut changer bien des choses avec la non violence alors n'allez pas faire l'apologie de votre pétage de plomps personnel au nom de changer les choses, c'est de la frime et de la justification de l'infantilisme.

C'est pour tout cela que je dis que pour le bien de la personne comme pour celui de son prochain, il faut péter les plombs intelligemment.
Mais quand on pete un plomb:eek:n est pas intelligent,on est instinctif...
Mes instincts ne sont pas tres violent ...

Je comprend ce que vous dites mais j'ai de la peine a rester intelligente tout le temps...toujours vouloir se controler...il y a quelquechose de pas humain la dedans
Ghandi :un saint homme...mais dois je dire que je n'ai pas envie de lui ressembler..
pas dans cette vie en tout cas...
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres + Accès au ChatRoom

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut