Formation Hypnose

Thérapie stratégique

valikor

Membre
bonjour,

j'ai mis sur mon site tout un article sur la méthodologie que j'utilise.

il ne s'adresse pas aux néophytes pour l'instant.

il peut manquer de clarté ou d'explications ou d'exemples.

il manque la partie où je voudrais expliquer que les personnes peuvent intégrer leurs problèmes à leur identité (genre : " la cigarette fait partie de moi") et comment le résoudre.

http://www.hypnose-mieux-etre.com/index ... =strategie

bonne lecture.
 
Merci Valikor pour cet exposé méthodologique, très clair et très compréhensible.

L'anamnèse au niveau du temps se chiffre à combien de temps ?

Il y a une question à propos des parents, à quel point les parents étaient dans le double choix négatif ?
(me fait penser au double bind....)
Mais le sujet peut il y répondre... ? (à l'expérience ?)
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
Merci Valikor pour cet exposé méthodologique, très clair et très compréhensible.

L'anamnèse au niveau du temps se chiffre à combien de temps ?

Il y a une question à propos des parents, à quel point les parents étaient dans le double choix négatif ?
(me fait penser au double bind....)
Mais le sujet peut il y répondre... ? (à l'expérience ?)
merci!

ca dépend des personnes, de leurs justifications/rationnalisations, de la facilité avec laquelle ils notent.
dès fois cela peut prendre 15 min
dès fois en 45 min on n'a pas fini....
en général, je m'en tiens à 30 min, elle est incomplète car pour la 1ere séance, je ne fais que la partie personnalité et parents, le vécu est attaqué une fois le travail fait sur les parents...

pour le double choix, c'est tout à fait cela et le sujet le sait souvent : il n'y avait pas de bons choix....
 

surderien

Moderateur
Membre de l'Équipe
Merci Valikor pour ce travail colossal !

Je vais donner mes premières impressions en live !

soit on est trés rigoureux et on respecte cette procédure mot pour mot et çà marche.

soit on s'inspire du "ressenti" global et on en déduit plein de procédures personnalisées ...ce qui explique comment çà marche...

j'y reviendrai...

8)
 
Je suis entrain de tester en tant que sujet, l'anamnèse...

J'ai bien du mal à répondre aux questions sur les parents...
vraiment du mal...

et je sortirais complètement de ce cadre là... s'il fallait les décrire...
 

valikor

Membre
surderien a dit:
Merci Valikor pour ce travail colossal !

Je vais donner mes premières impressions en live !

soit on est trés rigoureux et on respecte cette procédure mot pour mot et çà marche.

soit on s'inspire du "ressenti" global et on en déduit plein de procédures personnalisées ...ce qui explique comment çà marche...

j'y reviendrai...

8)
je ne suis pas rigoureux à ce point en séance car chaque personne a son fonctionnement à elle...

et plusieurs points peuvent être travaillés spontanément par l'inconscient de la personne sans même qu'elle s'en doute...

perso souvent, je commence par les facteurs de résistance et après on voit ce qui reste....
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
Je suis entrain de tester en tant que sujet, l'anamnèse...

J'ai bien du mal à répondre aux questions sur les parents...
vraiment du mal...

et je sortirais complètement de ce cadre là... s'il fallait les décrire...
faut être spontané !
 

Leo Lavoie

Membre
Toujours autant de générosité Mr Valikor.

Je crois bien que j'en ferai usage,moi, de ce formulaire là...
 
M

Métaphore

Invité
valikor a dit:
katia (zoulouk) a dit:
Je suis entrain de tester en tant que sujet, l'anamnèse...

J'ai bien du mal à répondre aux questions sur les parents...
vraiment du mal...

et je sortirais complètement de ce cadre là... s'il fallait les décrire...
faut être spontané !
katia (zoulouk) a dit:
En spontané donnerait beaucoup de "je ne sais pas"....... surtout pour les parents....
Je suis vraiment d'accord avec Katia, surtout et en plus si le sujet n'a pas été élevé par ses parents, ou parents séparés, ou beau père tardif voire même plusieurs beaux père..., etc, etc...

Personnellement le questionnaire sur les parents ne me parle pas vraiment...

:arrow: Pour résoudre alors une possibilité de rechute, j'utilise la technique du fil vers le passé (pont d'affect):

C'est ce que vous appelez la ligne de temps ? ou c'est autre chose ?

Une autre question Valikor, cela voudrait dire que dans votre formation initiale, vous n'avez jamais eu de supports de cours avec des questionnaires de ce type ou ressemblant ? (que j'appelle les schémas fondementaux de Young&Klosko).

D'ailleurs c'est une question générale que je me pose pour ceux qui font de l'HE, pas de supports de cours ? (comprenant entre autre...des suggestions d'AH confiance en soi, renforcement du moi, etc.)
 
Je me suis pretée à l'approche stratégique de Valikor, avec son accord, pour les parents j'ai eu beaucoup plus de mal à répondre, que pour la première partie où il était simplement question de ma propré évaluation.

La dernière partie de l'anamnèse qui concerne son propre vécu, la réponse est venue plus spontanément... dans ce qui a suscité des émotions négatives par le passé et en susciteraient encore aujourd'hui.

Là apparait alors la nécessité de travailler sur cela (pour Valikor c'est en cours)

Une question à Valikor, j'ai fait l'anamnèse à blanc... sans problématique pour consulter, après comment relies tu la (les) problématiques du sujet avec ce questionnement .

Par rapport à mes réponses on constate qu'il reste quelque chose qui m'embête...qui suscite ma reflexion, à savoir qu'est ce que je peux modifier pour que ça ne m'embête plus.. et en assumer les conséquences par ailleurs...
 

laurenzo

Membre
Salut Katia,

Je me demande si le fait de ne pas pouvoir répondre spontanément aux questions dans un domaine comme la famille n'est pas déjà révélateur d'un 'problème' ou d'une forme de blocage (refoulement etc...). Qu'en penses-tu?
 
C'est un je ne sais pas qui est apparu spontanément... après je n'en sais pas plus...

C'est à dire quelque chose qui n'a pas été perçu dans l'enfance...

Je peux décrire un ressenti sur les parents, mais qui n'entrerait pas forcément strictement dans le cadre de ces questions là... ce que j'aurais exprimé en face à face...

Ce qui est important c'est l'impact qui m'en reste à l'heure actuelle, et les parents je le vois maintenant au jour d'aujourd'hui, car ils ont évolué eux aussi, et moi aussi...

Par rapport au passé, aux parents, parfois ce qui peut nous gêner ce sont des croyances qu'on a admises et qu'on tient pour vraies...parce qu'expérimentées.
Et qu'on ne met plus en doute.

Après reste à savoir je garde cela ou je le laisse... qu'est ce qui sera le mieux pour moi... ?
Parfois la réponse n'est pas simple...
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) a dit:
Par rapport au passé, aux parents, parfois ce qui peut nous gêner ce sont des croyances qu'on a admises et qu'on tient pour vraies...parce qu'expérimentées.
Et qu'on ne met plus en doute.

Si je peux me permettre, je dirais ça autrement, les comportements "nocifs" (dépréciation, humiliation, abandon, etc.) des parents ont évidemment un impact significatif sur l'enfant qui gère la situation en adoptant des schémas qui deviendront erronés à l'âge adulte.

J'ai beaucoup de mal avec le terme de croyances qui ne me parle pas du tout...


Après reste à savoir je garde cela ou je le laisse... qu'est ce qui sera le mieux pour moi... ?
Parfois la réponse n'est pas simple...

Ben je pense que le malaise on le ressent même si on ne l'identifie pas vraiment, donc le plus difficile c'est comment dépasser ce ressenti, ce malaise qui nous bloque.

Ce qui est intéressant c'est de comprendre quelle technique sera la plus adaptée une fois le "diagnostic" établi si on peut appeler ça comme ça...

Bon pour finir la méthodologie de Valikor est certainement intéressante pour ceux qui n'ont rien et qui ont besoin d'un support, mais, et cela va encore déplaire à certains... :oops: dans ma formation d'hypnose intégrative, des questionnaires de ce type sont intégrés au support de cours comme je l'ai dit précédemment d'où ma question à Valikor...)
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
En spontané donnerait beaucoup de "je ne sais pas"....... surtout pour les parents....
*

donc c'est que la question ne s'applique pas à toi et que tu peux répondre 0.
 

valikor

Membre
Leo Lavoie a dit:
Toujours autant de générosité Mr Valikor.

Je crois bien que j'en ferai usage,moi, de ce formulaire là...
le but est que la stratégie soit diffusée. Cela m'est apparu comme la façon la plus facile pour moi et permettant d'assurer une bonne diffusion...
 

valikor

Membre
Métaphore a dit:
valikor a dit:
katia (zoulouk) a dit:
Je suis entrain de tester en tant que sujet, l'anamnèse...

J'ai bien du mal à répondre aux questions sur les parents...
vraiment du mal...

et je sortirais complètement de ce cadre là... s'il fallait les décrire...
faut être spontané !
katia (zoulouk) a dit:
En spontané donnerait beaucoup de "je ne sais pas"....... surtout pour les parents....
Je suis vraiment d'accord avec Katia, surtout et en plus si le sujet n'a pas été élevé par ses parents, ou parents séparés, ou beau père tardif voire même plusieurs beaux père..., etc, etc...


ce qui compte c'est l'empreinte des personnes ayant beaucoup cotoyé le consultant ds l'enfance et l'adolescence bien sûr!

Personnellement le questionnaire sur les parents ne me parle pas vraiment...

:arrow: Pour résoudre alors une possibilité de rechute, j'utilise la technique du fil vers le passé (pont d'affect):

C'est ce que vous appelez la ligne de temps ? ou c'est autre chose ?
autre chose,retrouvez le post sur le sujet que j'ai fait il y a qq temps...
c'est une technique utilisant le lien émotionnel sous jacent reliant le symptome, le ressenti ds le présent avec ses causes ds le passé.
Une autre question Valikor, cela voudrait dire que dans votre formation initiale, vous n'avez jamais eu de supports de cours avec des questionnaires de ce type ou ressemblant ? (que j'appelle les schémas fondementaux de Young&Klosko).

D'ailleurs c'est une question générale que je me pose pour ceux qui font de l'HE, pas de supports de cours ? (comprenant entre autre...des suggestions d'AH confiance en soi, renforcement du moi, etc.)
ce sont des formations en hypnose, pas en psychothérapie! non il n'y as pas eu de tels questionnaires...ni schémas...
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
Je me suis pretée à l'approche stratégique de Valikor, avec son accord, pour les parents j'ai eu beaucoup plus de mal à répondre, que pour la première partie où il était simplement question de ma propré évaluation.

La dernière partie de l'anamnèse qui concerne son propre vécu, la réponse est venue plus spontanément... dans ce qui a suscité des émotions négatives par le passé et en susciteraient encore aujourd'hui.

Là apparait alors la nécessité de travailler sur cela (pour Valikor c'est en cours)

Une question à Valikor, j'ai fait l'anamnèse à blanc... sans problématique pour consulter, après comment relies tu la (les) problématiques du sujet avec ce questionnement .

Par rapport à mes réponses on constate qu'il reste quelque chose qui m'embête...qui suscite ma reflexion, à savoir qu'est ce que je peux modifier pour que ça ne m'embête plus.. et en assumer les conséquences par ailleurs...
la méthode est publiée pour être utilisée, pas besoin de mon autorisation donc!

le travail sur les composantes de la personnalité et leur sources ds celles des parents permet de résoudre le stress ds le présent ...

ta question est trop vague pour que je sache quoi te répondre...
 

valikor

Membre
laurenzo a dit:
Salut Katia,

Je me demande si le fait de ne pas pouvoir répondre spontanément aux questions dans un domaine comme la famille n'est pas déjà révélateur d'un 'problème' ou d'une forme de blocage (refoulement etc...). Qu'en penses-tu?
il se peut qu'effectivement on ressente plutot l'absence du parent en question qui justifie qu'on ne sache pas.
 

valikor

Membre
katia (zoulouk) a dit:
C'est un je ne sais pas qui est apparu spontanément... après je n'en sais pas plus...

C'est à dire quelque chose qui n'a pas été perçu dans l'enfance...

Je peux décrire un ressenti sur les parents, mais qui n'entrerait pas forcément strictement dans le cadre de ces questions là... ce que j'aurais exprimé en face à face...

Ce qui est important c'est l'impact qui m'en reste à l'heure actuelle, et les parents je le vois maintenant au jour d'aujourd'hui, car ils ont évolué eux aussi, et moi aussi...

Par rapport au passé, aux parents, parfois ce qui peut nous gêner ce sont des croyances qu'on a admises et qu'on tient pour vraies...parce qu'expérimentées.
Et qu'on ne met plus en doute.

Après reste à savoir je garde cela ou je le laisse... qu'est ce qui sera le mieux pour moi... ?
Parfois la réponse n'est pas simple...
ds le doute, je gomme les ressentis qui gênent la personne ou qui me gênerait moi car cela donne plus de possibilité de choix à la personne ds le présent...

d'autant que ce qui a été construit ds l'enfance, l'a été à un moment ou on n'était absolument pas rationnel...
 

valikor

Membre
Métaphore a dit:
katia (zoulouk) a dit:
Par rapport au passé, aux parents, parfois ce qui peut nous gêner ce sont des croyances qu'on a admises et qu'on tient pour vraies...parce qu'expérimentées.
Et qu'on ne met plus en doute.

Si je peux me permettre, je dirais ça autrement, les comportements "nocifs" (dépréciation, humiliation, abandon, etc.) des parents ont évidemment un impact significatif sur l'enfant qui gère la situation en adoptant des schémas qui deviendront erronés à l'âge adulte.

J'ai beaucoup de mal avec le terme de croyances qui ne me parle pas du tout...


Après reste à savoir je garde cela ou je le laisse... qu'est ce qui sera le mieux pour moi... ?
Parfois la réponse n'est pas simple...

Ben je pense que le malaise on le ressent même si on ne l'identifie pas vraiment, donc le plus difficile c'est comment dépasser ce ressenti, ce malaise qui nous bloque.

Ce qui est intéressant c'est de comprendre quelle technique sera la plus adaptée une fois le "diagnostic" établi si on peut appeler ça comme ça...

Bon pour finir la méthodologie de Valikor est certainement intéressante pour ceux qui n'ont rien et qui ont besoin d'un support, mais, et cela va encore déplaire à certains... :oops: dans ma formation d'hypnose intégrative, des questionnaires de ce type sont intégrés au support de cours comme je l'ai dit précédemment d'où ma question à Valikor...)
ce qu'elle a d'intéressante c'est qu'elle permet à coup presque sûr d'identifier les facteurs de résistance et de les désarmer dès le début afin que la thérapie soit la plus courte possible.

faire autrement serait immoral pour moi.
 
M

Métaphore

Invité
valikor a dit:
Métaphore a dit:
katia (zoulouk) a dit:
Par rapport au passé, aux parents, parfois ce qui peut nous gêner ce sont des croyances qu'on a admises et qu'on tient pour vraies...parce qu'expérimentées.
Et qu'on ne met plus en doute.

Si je peux me permettre, je dirais ça autrement, les comportements "nocifs" (dépréciation, humiliation, abandon, etc.) des parents ont évidemment un impact significatif sur l'enfant qui gère la situation en adoptant des schémas qui deviendront erronés à l'âge adulte.

J'ai beaucoup de mal avec le terme de croyances qui ne me parle pas du tout...


Après reste à savoir je garde cela ou je le laisse... qu'est ce qui sera le mieux pour moi... ?
Parfois la réponse n'est pas simple...

Ben je pense que le malaise on le ressent même si on ne l'identifie pas vraiment, donc le plus difficile c'est comment dépasser ce ressenti, ce malaise qui nous bloque.

Ce qui est intéressant c'est de comprendre quelle technique sera la plus adaptée une fois le "diagnostic" établi si on peut appeler ça comme ça...

Bon pour finir la méthodologie de Valikor est certainement intéressante pour ceux qui n'ont rien et qui ont besoin d'un support, mais, et cela va encore déplaire à certains... :oops: dans ma formation d'hypnose intégrative, des questionnaires de ce type sont intégrés au support de cours comme je l'ai dit précédemment d'où ma question à Valikor...)
ce qu'elle a d'intéressante c'est qu'elle permet à coup presque sûr d'identifier les facteurs de résistance et de les désarmer dès le début afin que la thérapie soit la plus courte possible.

faire autrement serait immoral pour moi.

Excuse moi mais je ne vois pas en quoi ce questionnaire permet d'identifier les facteurs de résistance ? mais peut être devrait-on définir ce que vous appelez "résistances" ?

Sachez Valikor que je ne cherche pas à être désagréable mais j'aime comprendre les choses et aller jusqu'au bout des explications qu'on partage ou non la vision d'une technique. Cela permet de faire avancer les choses...
 
Je vais donner un exemple simpliste de croyances qui peuvent être intégrées, par rapport à un comportement parental dans notre enfance.

On voit ses parents être timides par exemple pour demander un renseignements dans un hall de gare, dans un hopital etc... Ils sont hésitants, en parlent, demandent ou ne demandent pas, sont visiblement gênés, et ça fait aussi un sujet de discussion à domicile.

Alors cela s'intériorise, et il parait naturel à l'enfant qu'on est, et peut être encore au futur adulte, d'etre timide... pour demander quelque chose... parce qu'on a vu ses parents être timides...et que ça parait naturel...tout simplement...

Mais ça peut être beaucoup plus subtil....

Il y a des choses à garder, d'autres à laisser, mais un examen est nécessaire....
 
M

Métaphore

Invité
katia (zoulouk) a dit:
Je vais donner un exemple simpliste de croyances qui peuvent être intégrées, par rapport à un comportement parental dans notre enfance.

On voit ses parents être timides par exemple pour demander un renseignements dans un hall de gare, dans un hopital etc... Ils sont hésitants, en parlent, demandent ou ne demandent pas, sont visiblement gênés, et ça fait aussi un sujet de discussion à domicile.

Alors cela s'intériorise, et il parait naturel à l'enfant qu'on est, et peut être encore au futur adulte, d'etre timide... pour demander quelque chose... parce qu'on a vu ses parents être timides...et que ça parait naturel...tout simplement...

Mais ça peut être beaucoup plus subtil....

Il y a des choses à garder, d'autres à laisser, mais un examen est nécessaire....
Oui je pense que c'est beaucoup plus subtil...

Je ne pense pas qu'un enfant est un copié/collé de ses parents, sinon tous les enfants d'une meme fratrie se ressembleraient dans leur caractère...

Dans l'exemple cité, chacun des enfants peuvent développer des schémas très différents donc des comportements totalement opposés...

D'ailleurs je pense que chacun de nous a déjà pu le constater chez des tiers ou dans sa propre famille...qu'en ayant le meme vécu, nous ne réagissons pas pareil, nous ne ressentons pas les memes choses...
 

corfinas

Membre
Hello Valikor,

Bravo pour ta page de méthodologie sur ton site, j'ai trouvé que c'était du concentré de rationalité pour chasser les problèmes irrationnels, très bon !

Et puis j'ai découvert ton blog, très bon aussi, je l'ai survolé en diagonal mais j'y reviendrai surement, notamment suivant mes besoins pour ma reconversion :wink: .

a+
 

Paul Elie

Membre
j'ai lut votre thérapie stratégique avec intérêt....
et je rejoint vos conclusions a propos des principes ,des raisons,des causes... qui aident a installer un trauma dans le subconscient pour avec le temps....pour créer le symptôme pour le quel le client vient vous voir....

le seul point sur lequel je diverge est la valeur de l'anamnèse a l'état de veille, pendant l'interview....
pour moi la mise en scène de cet entretien préliminaire ne sert qu'a:
-installer une super confiance
-écouter le client
-rétablir la vérité sur les mythes et aprioris de l'hypnose

l'anamnèse ne peut être valide que sous hypnose (mon opinion!) au moment ou l'on va chercher cette origine, l'obtenir avec abréaction....
la raison pour laquelle j'attaque le probleme d'une façon "brutale" est que j'ai appris avec ma petite expérience....que le client a besoin de résultats ou de commencement de résultats a la première séance!

je suis tout a fait de votre avis a propos du suivi que vous préconisez ou sous entendez.... car pendant la thérapie de petites choses peuvent nous échapper! et de toutes façon le subconscient va dans un premier... se battre contre le changement et installer des doutes....

ce qui se resouds facilement avec la suggestions directe et les renforcements post hypnotiques comme je les pratiques....mais pour moi c'est le client qui détermine la fin de la thérapie!

ceci dit merci pour le partage de votre expérience, méthode, savoir....
 

valikor

Membre
Métaphore a dit:
Excuse moi mais je ne vois pas en quoi ce questionnaire permet d'identifier les facteurs de résistance ? mais peut être devrait-on définir ce que vous appelez "résistances" ?

Sachez Valikor que je ne cherche pas à être désagréable mais j'aime comprendre les choses et aller jusqu'au bout des explications qu'on partage ou non la vision d'une technique. Cela permet de faire avancer les choses...
une personne qui arrive détachée du passé, qui n'a pas l'impression que le passé fait partie d'elle, et pas sous emprise, peut nettoyer toute sa vie et aller complètement bien en 1-2 séances.

quelqu'un qui arrive avec un attachement au passé de 10/10, l'impression que son passé fait complètement partie de lui 10/10 et probablement sous emprise, n'arrivera jamais à aller bien, quelque soit l'approche utilisée, même en emdr à raison de 1 séance par semaine, sauf si on l'aide à éliminer ces choses là.
en plus les séances sont très dures à vivre pour les personnes attachées...

mais si on les détache du passé, qu'on les aide à éliminer l'emprise et l'impression que le passé fait partie de soi, alors, elles redeviennent capable d'évacuer complètement un mauvais souvenir en qq minutes (<5) en emdr auditif ou kinesthésique

voila.

une fois ces facteurs éliminés, cela devient extrêmement facile....

indice : la plupart des personnes qui viennent en thérapie sont attachées au passé et un nombre non négligeable sont sous emprise
 

valikor

Membre
Métaphore a dit:
katia (zoulouk) a dit:
Je vais donner un exemple simpliste de croyances qui peuvent être intégrées, par rapport à un comportement parental dans notre enfance.

On voit ses parents être timides par exemple pour demander un renseignements dans un hall de gare, dans un hopital etc... Ils sont hésitants, en parlent, demandent ou ne demandent pas, sont visiblement gênés, et ça fait aussi un sujet de discussion à domicile.

Alors cela s'intériorise, et il parait naturel à l'enfant qu'on est, et peut être encore au futur adulte, d'etre timide... pour demander quelque chose... parce qu'on a vu ses parents être timides...et que ça parait naturel...tout simplement...

Mais ça peut être beaucoup plus subtil....

Il y a des choses à garder, d'autres à laisser, mais un examen est nécessaire....
Oui je pense que c'est beaucoup plus subtil...

Je ne pense pas qu'un enfant est un copié/collé de ses parents, sinon tous les enfants d'une meme fratrie se ressembleraient dans leur caractère...

Dans l'exemple cité, chacun des enfants peuvent développer des schémas très différents donc des comportements totalement opposés...

D'ailleurs je pense que chacun de nous a déjà pu le constater chez des tiers ou dans sa propre famille...qu'en ayant le meme vécu, nous ne réagissons pas pareil, nous ne ressentons pas les memes choses...
bien sûr, car chaque enfant ne ressent pas les mêmes choses de la même façon...
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 32 000 Membres

Meilleur partage

Vous aimerez:

Haut