Formation Hypnose

Besoin d'aide

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
laurenzo à dit:
Métaphore à dit:
Je partage tout à fait ce point de vue, laisser le conscient en coulisse.

Faites vous des rêves Laurenzo ? ne vous ait-il jamais arrivé de faires des rêves symboliques que peut être vous n'avez pas compris justement à cause des symboles oniriques délivrés par votre inconscient.

Si la métaphore est utilisée en hypnose c'est justement pour mieux communiquer avec l'inconscient car le conscient reste à un niveau critique et ne comprends pas la symbolique.

Oui je fais des rêves et j'en ai analysé un certain nombre en psychanalyse. De là à vous dire que j'en ai perçu toutes les subtilités symboliques, n'étant pas spécialiste de la chose, je ne peux pas vous l'affirmer.
Comment étaient-ils étudiés alors ces rêves ? faisiez vous que votre propre association libre sans intervenant du psy ?

Avez vous des rêves récents qui vous perturbent ?
C'était de l'association libre oui avec parfois une intervention de l'analyste pour mettre le doigt sur un point qui lui semblait important.

Concernant mes rêves, je vais vous en citer 2:
- Dans le 1er je dors, je suis chez moi mais je ne peux pas sortir de mon sommeil. J'ai l'impression d'entendre ce qu'il se passe autour, j'essaye de faire des gestes pour me réveiller mais rien n'y fait, je suis comme enfermé dans mon corps. (c'est un rêve récurrent)

- Dans le 2nd je suis peu avant un examen important que je dois repasser alors que je l'ai déjà réussi. Je sais que je suis quelques jours avant une échéance importante et pourtant j'ai conscience que je n'ai pas les connaissances pour réussir cet examen. Je sens que je vais le rater mais je reste sans vraie réaction. Une incapacité à réagir. (rêve assez récurrent aussi)
 
messages
3076
Points
2580
Que l'eft soit efficace ou non, Laurenzo, n'est pas forcément le problème...
Il n'est aucunément dangeureux d'essayer et de se construire une idée par l'expérience menée sans à priori.
Vous supposez que ça risque de ne pas marcher, comment pouvez vous savoir si ça marche ou pas ?

Vos reves sont plus que révélateurs, mais il appartient à Métaphore de répondre à cela...

Questions aux thérapeutes du site: le réveil peut il se faire en douceur ou vraiment avec la sono branchée à fond ?

Sur ce, pour un meilleur à venir, Laurenzo... 8)
 

Petite fleur

Membre
messages
452
Points
1260
Le rêve peut se lire à divers niveaux et toutes ces lectures peuvent s'adapter au vécu et aux émotion de la personne...
Quand une lecture nous apparait évidente, ce qui est sans doute le cas ici, il nous faut creuser un peu plus loin...

Je me garde de m'avancer ici dans quelques pistes d'interprétation mais gardez toujours à l'esprit laurenzo que le rêve, derrière une apparence parfois évidente, cache une problématique qui pourrait même ébranlé votre esprit critique !
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
katia (zoulouk) à dit:
Que l'eft soit efficace ou non, Laurenzo, n'est pas forcément le problème...
Il n'est aucunément dangeureux d'essayer et de se construire une idée par l'expérience menée sans à priori.
Vous supposez que ça risque de ne pas marcher, comment pouvez vous savoir si ça marche ou pas ?
Je vous dis juste que s'il y a 10 thérapies, que 2 obtiennent des résultats et me 'parlent 'alors j'aurai plutôt tendance à me tourner vers ces thérapies. Il existe des 10aines de thérapies, s'il faut toutes les essayer ça va vite devenir compliqué.

katia (zoulouk) à dit:
Vos reves sont plus que révélateurs, mais il appartient à Métaphore de répondre à cela...
Bien sûr qu'ils sont révélateurs et je crois les avoir suffisamment interprétés en analyse pour avoir une petite idée sur leur signification. Mais ça ne fait pas avancer...
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Bien sûr qu'ils sont révélateurs et je crois les avoir suffisamment interprétés en analyse pour avoir une petite idée sur leur signification. Mais ça ne fait pas avancer...

Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ? qu'en avez vous compris ? ou que comprenez vous de ces derniers rêves que vous évoquez ?
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
:arrow: Bien sûr qu'ils sont révélateurs et je crois les avoir suffisamment interprétés en analyse pour avoir une petite idée sur leur signification. Mais ça ne fait pas avancer...

Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ? qu'en avez vous compris ? ou que comprenez vous de ces derniers rêves que vous évoquez ?
- Dans le 1er je dors, je suis chez moi mais je ne peux pas sortir de mon sommeil. J'ai l'impression d'entendre ce qu'il se passe autour, j'essaye de faire des gestes pour me réveiller mais rien n'y fait, je suis comme enfermé dans mon corps. (c'est un rêve récurrent)

Pour moi cela symbolise très bien ma situation actuelle, je suis dans une situation dont je n'arrive pas à sortir, comme dans un mauvais rêve. Je me débats dans tous les sens (les thérapies etc...) mais je n'arrive pas à me réveiller et à revivre.


- Dans le 2nd je suis peu avant un examen important que je dois repasser alors que je l'ai déjà réussi. Je sais que je suis quelques jours avant une échéance importante et pourtant j'ai conscience que je n'ai pas les connaissances pour réussir cet examen. Je sens que je vais le rater mais je reste sans vraie réaction. Une incapacité à réagir. (rêve assez récurrent aussi)

Je crois que cela reflète un certain manque de confiance, une peur de l'échec, une incapacité à bien réagir face à une situation qui me nuit (comme la situation actuelle).

Voilà en résumé ce que cela m'évoque Métaphore.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Petite fleur à dit:
Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ?
Ou que l'interprete n'a pas été suffisament en profondeur ...
Je pense avoir pas mal bossé dessus mais je n'arrive pas à en tirer quelque chose de bien concret face à ma situation actuelle. :?
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Petite fleur à dit:
Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ?
Ou que l'interprete n'a pas été suffisament en profondeur ...
Je pense avoir pas mal bossé dessus mais je n'arrive pas à en tirer quelque chose de bien concret face à ma situation actuelle. :?
Le but de l'analyse en psychanalyse comme en thérapie analytique c'est de toucher à quelque chose qui n'est pas dans le domaine de l'analyse, soit les ressentis. Mais pas les ressentis d'aujourd'hui, les ressentis de l'enfance. Et de les connaître pour les connaître ne donne rien, il faut se sensibiliser à son "soi" enfant, vraiment l'aimer et se sentir concerné par son sort.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Petite fleur à dit:
Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ?
Ou que l'interprete n'a pas été suffisament en profondeur ...
Je pense avoir pas mal bossé dessus mais je n'arrive pas à en tirer quelque chose de bien concret face à ma situation actuelle. :?
Le but de l'analyse en psychanalyse comme en thérapie analytique c'est de toucher à quelque chose qui n'est pas dans le domaine de l'analyse, soit les ressentis. Mais pas les ressentis d'aujourd'hui, les ressentis de l'enfance. Et de les connaître pour les connaître ne donne rien, il faut se sensibiliser à son "soi" enfant, vraiment l'aimer et se sentir concerné par son sort.
Pour le coup je trouve pas ça simple. En fait j'ai une vision assez 'neutre' de ce 'moi enfant', presque extérieure. :?
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Petite fleur à dit:
Cela voudrait dire qu'il n'y a aucune prise de conscience de votre part par rapport à vos rêves ?
Ou que l'interprete n'a pas été suffisament en profondeur ...
Je pense avoir pas mal bossé dessus mais je n'arrive pas à en tirer quelque chose de bien concret face à ma situation actuelle. :?
Le but de l'analyse en psychanalyse comme en thérapie analytique c'est de toucher à quelque chose qui n'est pas dans le domaine de l'analyse, soit les ressentis. Mais pas les ressentis d'aujourd'hui, les ressentis de l'enfance. Et de les connaître pour les connaître ne donne rien, il faut se sensibiliser à son "soi" enfant, vraiment l'aimer et se sentir concerné par son sort.
Pour le coup je trouve pas ça simple. En fait j'ai une vision assez 'neutre' de ce 'moi enfant', presque extérieure. :?
Ben voilà où le bat blesse alors. "presque extérieure" est très révélateur. Avez vous ce sentiment envers les enfants en général?
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Pour le coup je trouve pas ça simple. En fait j'ai une vision assez 'neutre' de ce 'moi enfant', presque extérieure.

Je trouve que votre réponse résume assez bien le problème, et oui ce n'est pas si simple de se reconnecter avec son enfant intérieur.

La réponse que vous m'avez fait en mp résume aussi ce problème vous restez trop sur le mental, l'analyse, ce n'est pas ça que je vous ai demandé, c'est d'aller chercher vos ressentis dans vos tripes, aller chercher l'émotion, immergez vous de l'émotion, à quoi vous ramène t'elle ? Ce que vous me rapportez c'est une manière consciente d'analyser un problème.

Il y a certainement une partie de vous qui n'arrive pas à décrocher, mais là je ne vois pas ce que l'on peut faire de plus sur le forum, à part comme vous l'a suggéré Surderien, vous autoprogrammer vous faire un rêve en rapport avec vos blocages.
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Ben voilà où le bat blesse alors. "presque extérieure" est très révélateur. Avez vous ce sentiment envers les enfants en général?
Ah non pas du tout.
Donc vous voyez bien que vous avez une indifférence anormale envers vous-même enfant. Et cette indifférence ne vient pas tout seul. L'amour de soi est inné et gratuit. Les adultes doivent canaliser l'amour de soi mais, à la place, ils le rendent très conditionel... presque innaccessible. C'est bien programmé en vous.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Ben voilà où le bat blesse alors. "presque extérieure" est très révélateur. Avez vous ce sentiment envers les enfants en général?
Ah non pas du tout.
Donc vous voyez bien que vous avez une indifférence anormale envers vous-même enfant. Et cette indifférence ne vient pas tout seul. L'amour de soi est inné et gratuit. Les adultes doivent canaliser l'amour de soi mais, à la place, ils le rendent très conditionel... presque innaccessible. C'est bien programmé en vous.
En fait je ressens cette neutralité par rapport à un être qui appartient au passé, ce 'moi enfant' me paraît très loin et j'ai du mal à y accéder.
Je n'ai pas bien saisi ce que vous dites sur l'amour de soi à l'âge adulte, pourriez-vous détailler svp?
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Métaphore à dit:
:arrow: Pour le coup je trouve pas ça simple. En fait j'ai une vision assez 'neutre' de ce 'moi enfant', presque extérieure.

Je trouve que votre réponse résume assez bien le problème, et oui ce n'est pas si simple de se reconnecter avec son enfant intérieur.

La réponse que vous m'avez fait en mp résume aussi ce problème vous restez trop sur le mental, l'analyse, ce n'est pas ça que je vous ai demandé, c'est d'aller chercher vos ressentis dans vos tripes, aller chercher l'émotion, immergez vous de l'émotion, à quoi vous ramène t'elle ? Ce que vous me rapportez c'est une manière consciente d'analyser un problème.

Il y a certainement une partie de vous qui n'arrive pas à décrocher, mais là je ne vois pas ce que l'on peut faire de plus sur le forum, à part comme vous l'a suggéré Surderien, vous autoprogrammer vous faire un rêve en rapport avec vos blocages.
Je suis d'accord, j'ai du mal à décrocher et à accéder aux émotions, aux ressentis, pas de doute là-dessus.
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Ben voilà où le bat blesse alors. "presque extérieure" est très révélateur. Avez vous ce sentiment envers les enfants en général?
Ah non pas du tout.
Donc vous voyez bien que vous avez une indifférence anormale envers vous-même enfant. Et cette indifférence ne vient pas tout seul. L'amour de soi est inné et gratuit. Les adultes doivent canaliser l'amour de soi mais, à la place, ils le rendent très conditionel... presque innaccessible. C'est bien programmé en vous.
En fait je ressens cette neutralité par rapport à un être qui appartient au passé, ce 'moi enfant' me paraît très loin et j'ai du mal à y accéder.
Je n'ai pas bien saisi ce que vous dites sur l'amour de soi à l'âge adulte, pourriez-vous détailler svp?
La souffrance fait que l'adulte se détache de lui même enfant. On enlève la partie de soi qui fait mal.

Ce que je dis sur les adultes c'est que les adultes qui font l'environnement de l'enfant, ou ceux qui en ont la charge, rendent conditionnel et souvent inaccessible cet amour de soi, inné et naturel. Alors que leur rôle est de le canaliser.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Leo Lavoie à dit:
La souffrance fait que l'adulte se détache de lui même enfant. On enlève la partie de soi qui fait mal.

Ce que je dis sur les adultes c'est que les adultes qui font l'environnement de l'enfant, ou ceux qui en ont la charge, rendent conditionnel et souvent inaccessible cet amour de soi, inné et naturel. Alors que leur rôle est de le canaliser.
Si votre commentaire va dans le sens de mal s'aimer alors ça me parle en effet. Je crois avoir bc cherché l'estime et l'amour des autres à travers un comportement parfait, sans accroc, à travers de bons résultats, le syndrome du bon garçon qui en arrive sans doute à s'oublier :?
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
La souffrance fait que l'adulte se détache de lui même enfant. On enlève la partie de soi qui fait mal.

Ce que je dis sur les adultes c'est que les adultes qui font l'environnement de l'enfant, ou ceux qui en ont la charge, rendent conditionnel et souvent inaccessible cet amour de soi, inné et naturel. Alors que leur rôle est de le canaliser.
Si votre commentaire va dans le sens de mal s'aimer alors ça me parle en effet. Je crois avoir bc cherché l'estime et l'amour des autres à travers un comportement parfait, sans accroc, à travers de bons résultats, le syndrome du bon garçon qui en arrive sans doute à s'oublier :?
Voilà... Le conditionel à outrance a remplacé le gratuit. Et ce n'est pas venu comme ça tout seul. On vous a mis des conditions entre vous et votre amour de soi et entre vous et la personne qui aurait du vous aimer inconditionellement. Vous n'avez sûrement pas conscience à quel point ça fait mal dans un coeur d'enfant. Tellement qu'il voudra nier qu'il en a un.
 

laurenzo

Membre
messages
1649
Points
4480
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
La souffrance fait que l'adulte se détache de lui même enfant. On enlève la partie de soi qui fait mal.

Ce que je dis sur les adultes c'est que les adultes qui font l'environnement de l'enfant, ou ceux qui en ont la charge, rendent conditionnel et souvent inaccessible cet amour de soi, inné et naturel. Alors que leur rôle est de le canaliser.
Si votre commentaire va dans le sens de mal s'aimer alors ça me parle en effet. Je crois avoir bc cherché l'estime et l'amour des autres à travers un comportement parfait, sans accroc, à travers de bons résultats, le syndrome du bon garçon qui en arrive sans doute à s'oublier :?
Voilà... Le conditionel à outrance a remplacé le gratuit. Et ce n'est pas venu comme ça tout seul. On vous a mis des conditions entre vous et votre amour de soi et entre vous et la personne qui aurait du vous aimer inconditionellement. Vous n'avez sûrement pas conscience à quel point ça fait mal dans un coeur d'enfant. Tellement qu'il voudra nier qu'il en a un.
Et quels sont les angles d'attaque pour 'réparer' ce désamour ou ce mal-amour? Y a-t-il des techniques, des méthodes?
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
En un mot, c'est le deuil. Mais avant de faire le deuil d'un être cher décédé, il faut constater le décès et pleurer comme il se doit.

Quand on vit dans le déni, comme notre subconscient nous y fait vivre, on souffre de l'absence du décédé en admettant jamais qu'il est mort.

Y'a pas de techniques spéciales. Faut parler de cette enfance pour la reconnaître et accompagner l'enfant qui y est. Et il y est encore...abandonné et apeuré.
 

zorro

Membre
messages
212
Points
1520
Corfinas avait donc parfaitement raison, mais il fallait passer par le raisonnement de Léo pour l'accepter. Quelle équipe!

Que reste-t-il à accomplir pour accéder au petit garçon planqué dans sa cabane depuis des lustres?

Laurenzo, relis attentivement tout le topic, il est possible que de nombreux conseils ou explications résonnent en toi maintenant.

Et si tu es prêt à abandonner ton sens critique pour des métaphores qui t'auraient parues hier bidon, on peut t'en suggérer de très efficaces ayant fait leurs preuves.
 
M

Métaphore

Invité
Dans toutes problématiques, il s'agit souvent de l'enfant intérieur oublié, c'est tellement d'un classique que parfois l'adulte n'ose l'imaginer.

Tenez moi au courant de l'exercice que je vous ai proposé Laurenzo.

Mais Zorro a raison, relisez tout le topic même sur plusieurs jours en décalés, c'est fou comme des choses peuvent apparaîre différente parfois.

 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
En un mot, c'est le deuil. Mais avant de faire le deuil d'un être cher décédé, il faut constater le décès et pleurer comme il se doit.
Là je ne suis pas trop d'accord, il ne s'agit pas de deuil à faire, à moins que ce soit véritablement le cas, mais plutôt d'un reparentage, et de redonner à l'enfant intérieur sa véritable place.
 
M

Métaphore

Invité
:arrow: Et quels sont les angles d'attaque pour 'réparer' ce désamour ou ce mal-amour? Y a-t-il des techniques, des méthodes?

Et bien on dirait déjà qu'il y a une prise de conscience alors que depuis le début, vous aviez l'air de nier en disant que votre enfance ou adolescence avait été parfaite.

Il existe 3 types de schéma de carence affective à ne pas confondre avec le schéma d'abandon (ce qu'à évoqué au départ Corfinas...)

Le schéma de carence affective peut se décomposer de la sorte :

1) Maternage (tendresse, attention, soins, marques physiques d'affection de l'un ou des deux parents

2) Empathie : (compréhension de l'univers personnel de l'enfant, prise en cmpte des sentiments de l'enfant)

3) Protection, (créer un climat de confiance, donner des conseils, orienter l'enfant)

Car un enfant n'a pas forcément vécu l'abandon, donc avec des parents bien présents mais une carence affective suivant ces 3 aspects s'ils n'ont pas été respectés.

Mais encore une fois, ce n'est pas en prenant conscience de cet état de fait que tout va changer, il faut vous connecter à cet enfant intérieur avec le ressenti de sa souffrance, le rencontrer à nouveau et lui apporter tout votre soutien d'adulte, mais là c'est un lâcher prise total....

Je peux vous dire que ça remue les tripes quand on prend contact avec son enfant intérieur (expériences personnelles en rêves éveillés).
 
M

Métaphore

Invité
Ah désolée Corfinas, je viens de relire votre message, vous disiez :

:arrow: En PNL, il y a un protocole de dépendance affective

Donc vous ne parliez pas d'abandon, désolée :oops:
 

Leo Lavoie

Membre
messages
2269
Points
5010
Localisation
Montréal Québec
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
En un mot, c'est le deuil. Mais avant de faire le deuil d'un être cher décédé, il faut constater le décès et pleurer comme il se doit.
Là je ne suis pas trop d'accord, il ne s'agit pas de deuil à faire, à moins que ce soit véritablement le cas, mais plutôt d'un reparentage, et de redonner à l'enfant intérieur sa véritable place.
C'est le deuil de ce que l'on aura jamais et que l'on espère encore "à mort" ; l'approbation parentale gratuite de qui on est. Il faut faire le deuil de ça. C'est la seule façon saine d'aller de l'avant dans la vie.
 

zorro

Membre
messages
212
Points
1520
Leo Lavoie à dit:
C'est le deuil de ce que l'on aura jamais et que l'on espère encore "à mort" ; l'approbation parentale gratuite de qui on est. Il faut faire le deuil de ça. C'est la seule façon saine d'aller de l'avant dans la vie.
Lâcher prise quoi.
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
En un mot, c'est le deuil. Mais avant de faire le deuil d'un être cher décédé, il faut constater le décès et pleurer comme il se doit.
Là je ne suis pas trop d'accord, il ne s'agit pas de deuil à faire, à moins que ce soit véritablement le cas, mais plutôt d'un reparentage, et de redonner à l'enfant intérieur sa véritable place.
C'est le deuil de ce que l'on aura jamais et que l'on espère encore "à mort" ; l'approbation parentale gratuite de qui on est. Il faut faire le deuil de ça. C'est la seule façon saine d'aller de l'avant dans la vie.
Ben non je ne suis pas d'accord dans la définition qui est quand même assez précise en matière d'hypnose.

Exemple : une régression, un affect, une désensiblisation, un reparentage, etc... donc le terme de deuil n'est pas approprié pour moi dans le cas présent.

Le lâcher prise est un passage obligé pour atteindre l'enfant intérieur qui est en souffrance.
 

Vidéo + MP3 + Script d'Hypnose + 33 000 Membres + Accès Privé

L'Hypnose et Moi

Mon Hypno-Challenge
Mettez vous au défi!

Mon Hypno-Apprentissage
Apprendre l'Hypnose?

Mon Hypno-Journal
Votre carnet pratique!

Meilleur partage

Accéder librement aux Vidéos MP3 et Livres d'Hypnose
Haut