Formation Hypnose

Cabinet public

  • Initiateur de la discussion Arobaz
  • Date de début
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 426
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

je ne suis pas sûr que vous ayez tout saisi : je ne travaille une croyance que lorsqu'elle est forte émotionnellement. le but étant de la descendre à 3-4

En effet, je n’avais pas remarqué le signe « > » dans votre message. J’en déduis que si l’intensité n’est pas suffisante vous ne pouvez opérer directement sur le postulat ou la croyance erronée de la personne par votre méthode.

en pratique, dès que cela atteint 3-4 sur 10, la croyance a extrêmement peu d'effet. il est donc souvent inutile de descendre plus bas.
au dessus de 4, on peut pratiquement toujours trouver une/des origines.

cela reste à prouver ... corrélation ne vaut pas causalité. (ca vaut pour moi aussi)

Les pistes sont nombreuses pour ce qui concerne l’anxiété. On pense à une hypersensibilité des amygdales cérébrale, des déséquilibres chimiques, un disfonctionnement au niveau de l’hippocampe…mais, pour l’heure, c’est vrai, rien de vraiment déterminé. Il n’en reste pas moins que le nouveau-né n’est pas une tabula rasa et qu’il existe des individus par nature plus émotifs ou plus peureux que d’autres.

cela reste à prouver. comme l'expérimentateur fait partie de l'expérience et qu'un bébé est sensible aux personnes qui l'entoure, cela pourrait être en fait les réactions du bébé, en miroir, face à l'anxiété de l'expérimentateur...

après il se peut qu'une mère anxieuse ait par le biais de ses hormones influencé le développement du bébé... ce ne serait pas génétique mais dû au contexte.
cela reste aussi à démontrer.
 
M

Métaphore

Invité
-Réalité- à dit:
Cela dépend de la phobie que l’on traite. Si vous avez peur des pigeons d’accord.
En revanche, S’il s’agit de réactions émotionnelles, à ce niveau d’intensité, dans le contexte d’un rapport humain, cela ne me semble pas forcément problématique. N’est-il pas normal qu’il y ait parfois des colères, des tensions, des conflits, des peurs ? Viseriez-vous l’ataraxie ? A moins que ce ne soit la bouddhéité ?

Je pense que vous n'avez pas vraiment compris l'intérêt de l'hypnothérapie.

Quelque soit la phobie ou le trouble angoissant vécu par un individu, si celui-ci le limite dans sa vie sociale, ou lui créé tout un tas de symptômes récurrents avec des réactions émotionnelles en chaîne, cela devient forcément problématique et l'hypnothérapie peut intervenir efficacement.

On parle de thérapie hypnotique quand les troubles émotionnels ou symptômes récurrents viennent gâcher la vie d'un individu.

Vous confondez des émotions normales, la colère si on vient d'emboutir votre voiture, la tristesse si vous venez d'apprendre une mauvaise nouvelle, des conflits divers et variés, tout cela fait partie de la vie de chacun.

Mais celui qui a un trouble profond, phobie sociale, dépression, douleurs et symptômes permanents (sans cause organique), etc..., il s'agit là d'un schéma dysfonctionnel, et non d'une émotion normale face à une situation ponctuelle.


:arrow: en pratique, dès que cela atteint 3-4 sur 10, la croyance a extrêmement peu d'effet. il est donc souvent inutile de descendre plus bas.

Alors ça vraiment, incompréhensible pour moi...ce reliquat d'intensité peut être vite réactivé.
Imaginez vous un feu de camp qui s'éteint, mais finalement pas vraiment, il y a toujours une petite braise presque invisible, alors il est facile de s'imaginer que le vent peut se lever et que le feu peut reprendre de plus belle et brûler une partie de la forêt...

Comprenez vous la métaphore ?
Cette petite intensité peut très vite être réactivée par des situations...

Et vous êtes vous posez la question pourquoi un individu ne peut pas descendre en dessous d'une intensité de 3 ?... et bien vous devriez, car il s'agit probablement d'un état du Moi qui coince... et oui...c'est là où tout prend son importance.


:arrow: au dessus de 4, on peut pratiquement toujours trouver une/des origines.

Qu'importe les origines, c'est l'intensité émotionnelle qu'il faut faire descendre à 0 pour instaurer une croyance positive.

Nous n'avons décidément pas les mêmes critères de valeurs... :?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 426
Points
6 360
Localisation
lyon
Métaphore à dit:
:arrow: en pratique, dès que cela atteint 3-4 sur 10, la croyance a extrêmement peu d'effet. il est donc souvent inutile de descendre plus bas.

Alors ça vraiment, incompréhensible pour moi...ce reliquat d'intensité peut être vite réactivé.
Imaginez vous un feu de camp qui s'éteint, mais finalement pas vraiment, il y a toujours une petite braise presque invisible, alors il est facile de s'imaginer que le vent peut se lever et que le feu peut reprendre de plus belle et brûler une partie de la forêt...

Comprenez vous la métaphore ?
Cette petite intensité peut très vite être réactivée par des situations...


non, cela ne sera pas réactivé par des situations, mais par quelque chose en la personne... genre mes parents sont un modèle que je doit suivre, genre je suis prisonnier d'eux, genre cela fait tellement partie de moi...

je comprends très bien la métaphore, mais une croyance n'est pas un feu...

vous voyez, pour reprendre la métaphore, ce serait alors le vent dont il faut s'occuper, car ce serait lui le problème.... car tant qu'il y a du vent pour souffler sur la braise, aussi petite soit elle, le feu reprendrait.

et puis s'il y a du vent, le feu que vous éteignez ici, peut très bien reprendra ailleurs ou démarrer d'ailleurs...

la personne vous dira 0, parce qu'elle la sent tellement peu que cela se confond avec, ou pour vous faire plaisir, mais dès 3-4... il n'y a plus d'effet.

Et vous êtes vous posez la question pourquoi un individu ne peut pas descendre en dessous d'une intensité de 3 ?... et bien vous devriez, car il s'agit probablement d'un état du Moi qui coince... et oui...c'est là où tout prend son importance.
:arrow: au dessus de 4, on peut pratiquement toujours trouver une/des origines.

Qu'importe les origines, c'est l'intensité émotionnelle qu'il faut faire descendre à 0 pour instaurer une croyance positive.

Nous n'avons décidément pas les mêmes critères de valeurs... :?
:arrow: si vous ne travaillez pas sur les origines, vous ne pouvez pas faire descendre cette croyance.
:arrow: vous confondez les valeurs et la méthodologie et la théorie.... décidément, si vous confondez tout, comment pouvez vous sortir des croyances pour être rationnelle et tirer parti de vos erreurs et être efficace?
 
M

Métaphore

Invité
Je pense que là il s'agit de vos croyances, et que vous ne savez pas faire autrement... vos arguments ne tiennent pas debout... d'ailleurs votre commentaire sur le feu me confirme que vous n'avez rien compris...

C'est pas mon problème finalement... moi je suis convaincue de mes applications qui se révèlent chaque jour plus efficaces autant pour moi que pour les autres.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Métaphore à dit:
Je pense que là il s'agit de vos croyances, et que vous ne savez pas faire autrement... vos arguments ne tiennent pas debout... d'ailleurs votre commentaire sur le feu me confirme que vous n'avez rien compris...

C'est pas mon problème finalement... moi je suis convaincue de mes applications qui se révèlent chaque jour plus efficaces autant pour moi que pour les autres.
Du contraire...

Comme d'hab !


:roll:
 
M

Métaphore

Invité
surderien à dit:
Métaphore à dit:
Je pense que là il s'agit de vos croyances, et que vous ne savez pas faire autrement... vos arguments ne tiennent pas debout... d'ailleurs votre commentaire sur le feu me confirme que vous n'avez rien compris...

C'est pas mon problème finalement... moi je suis convaincue de mes applications qui se révèlent chaque jour plus efficaces autant pour moi que pour les autres.
Du contraire...
Comme d'hab

Quels arguments... aussi peu pertinents... comme d'hab... :?
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Métaphore à dit:
surderien à dit:
Métaphore à dit:
Je pense que là il s'agit de vos croyances, et que vous ne savez pas faire autrement... vos arguments ne tiennent pas debout... d'ailleurs votre commentaire sur le feu me confirme que vous n'avez rien compris...

C'est pas mon problème finalement... moi je suis convaincue de mes applications qui se révèlent chaque jour plus efficaces autant pour moi que pour les autres.
Du contraire...

Comme d'hab

Quels arguments... aussi peu pertinents... comme d'hab... :?


vous êtes en contradiction avec tout ce qui ne vient pas de vous

c'est une évidence sur ce forum

mais vous ne vous en rendrez jamais compte, car c'est votre propre mode existentiel auto-thérapeutique :


Tout ce qui pourrait vous faire changer est en opposition avec vos principes.


.
 
M

Métaphore

Invité
Mais oui c'est ça... vous me traitez d'intégriste avec ma formation alors que vous n'essayez même pas de comprendre de quoi je parle... puisque a priori vous ne connaissez pas...

Vous êtes obnibulé par votre image, moi je vous parle de techniques et vous renchérissez toujours par le même discours par des attaques personnelles et en plus en tant que modo... :evil:

Franchement de la part d'un sois disant pro, c'est peu valoriser votre savoir... :? c'est plutôt vous qui tournez dans votre propre mode existentiel auto-thérapeutique...


Vous n'apportez rien à la discution en cours, relisez vous... au lieu de vous regarder dans votre miroir de Narcisse.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Métaphore à dit:
Mais oui c'est ça... vous me traitez d'intégriste avec ma formation alors que vous n'essayez même pas de comprendre de quoi je parle... puisque a priori vous ne connaissez pas...

Vous êtes obnibulé par votre image, moi je vous parle de techniques et vous renchérissez toujours par le même discours par des attaques personnelles et en plus en tant que modo... :evil:

Franchement de la part d'un sois disant pro, c'est peu valoriser votre savoir... :? c'est plutôt vous qui tournez dans votre propre mode existentiel auto-thérapeutique...


Vous n'apportez rien à la discution en cours, relisez vous... au lieu de vous regarder dans votre miroir de Narcisse.

Vous ne faites que me confirmer ce que j'ai écrit ci-dessus !

Je vous laisse à vous valoriser en faisant le vide sur ce forum

Et à n'y rien comprendre à la chose.

.
 
M

Métaphore

Invité
Ah oui le vide ? :shock: ... mais vous vous prenez pour qui mon cher Surderien ?... relisez vous... :x
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor

en pratique, dès que cela atteint 3-4 sur 10, la croyance a extrêmement peu d'effet. il est donc souvent inutile de descendre plus bas.
au dessus de 4, on peut pratiquement toujours trouver une/des origines.

En pratique, si vous croyez que le soleil tourne autour de la terre, cela n’aura pas grande incidence dans votre existence. En revanche, si vous croyez que tous les champignons que vous avez ramassés dans les bois pour votre omelette sont comestibles, cela peut tout changer. Dans ces exemples on voit bien que l’intensité émotionnelle n’a aucune importance et même que l’erreur contenue de la croyance peut très bien ne pas en avoir non plus.



cela reste à prouver. comme l'expérimentateur fait partie de l'expérience et qu'un bébé est sensible aux personnes qui l'entoure, cela pourrait être en fait les réactions du bébé, en miroir, face à l'anxiété de l'expérimentateur...


L’anxiété de l’expérimentateur, c’est un peu gros tout de même ! Pourquoi pas ne pas dire aussi, pendant que vous y êtes, que l’expérimentateur s’attendant à trouver des enfants peureux, il leur a foutu la trouille inconsciemment ! Mais qu’importe. S’il n’y a pas de nouveau-nés plus peureux que d'autres, c’est que les mécanismes et les organes qui interviennent dans la peur sont rigoureusement identiques chez tous ces enfants. Donc nous pourrions avoir des enfants dont les caractéristiques physiques externes sont différentes (couleur de peau, de cheveux, d’yeux, taille, poids , constitution) mais de façon tout à fait extraordinaire, à l'intérieur, ils seraient semblables et pour ce qui concerne la peur, elle se manifesterait à l’identique ?

après il se peut qu'une mère anxieuse ait par le biais de ses hormones influencé le développement du bébé... ce ne serait pas génétique mais dû au contexte.
cela reste aussi à démontrer.

Si vous admettez des différences génétiques, chez les humains, il vous faut admettre des différences physiologiques. Ce qui implique qu’un stimulus aboutira à une réponse qui variera d’un sujet à l'autre.


Métaphore

Je pense que vous n'avez pas vraiment compris l'intérêt de l'hypnothérapie.

Quelque soit la phobie ou le trouble angoissant vécu par un individu, si celui-ci le limite dans sa vie sociale, ou lui créé tout un tas de symptômes récurrents avec des réactions émotionnelles en chaîne, cela devient forcément problématique et l'hypnothérapie peut intervenir efficacement.

On parle de thérapie hypnotique quand les troubles émotionnels ou symptômes récurrents viennent gâcher la vie d'un individu.

Vous confondez des émotions normales, la colère si on vient d'emboutir votre voiture, la tristesse si vous venez d'apprendre une mauvaise nouvelle, des conflits divers et variés, tout cela fait partie de la vie de chacun.

Mais celui qui a un trouble profond, phobie sociale, dépression, douleurs et symptômes permanents (sans cause organique), etc..., il s'agit là d'un schéma dysfonctionnel, et non d'une émotion normale face à une situation ponctuelle.

Puisque visiblement vous savez faire la distinction entre la douleur de vivre et une souffrance névrotique, par conséquent, ce n’est pas l’intensité émotionnelle ressentie qui saurait prouver l’existence d’un problème. D’autre part, si une personne manifeste de l’anxiété ou du stress dans une relation sociale mais que cela ne la conduit ni à éviter la situation ni à agir, je ne vois pas trop l’intérêt d’une thérapie. D'où parfois ma question à la personne: « vous ne pouvez vivre avec cela ? »
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Cela m’amène à réflexion :

Si l’on part du principe que ce n’est pas l’intensité de l’émotion qui entre principalement en jeu dans son retentissement sur mon comportement mais la qualité ( le « type », la « typologie » ) de l’émotion ,

Evaluer de 0 à 10 le niveau d’une émotion permettrait indirectement en fait de prendre conscience de l’émotion : de ses « qualités » ?

En acceptant le niveau de son émotion on accepte par cela même d’être dans une émotion, de reconnaître et d’ explorer ?

L’hypnose permettrait de travailler directement sur le ressenti « intérieur » qui crée l’émotion et indirectement de façon automatique, sur tous les éléments « extérieurs » qui ont amené à cette émotion ?

:roll:
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 174
Points
6 410
Localisation
là bas,
moi cela m'amène a la réflexion suivante 10/10.
cela semble très cohérent en tous cas.

c'est clair pour l'avoir expérimenté notamment dans les facteurs de résistances.

on est dedans avec le terme <impression >
comme dans la question l'impression que cela fait partie de soi, ses parents.


c'est en quelque sorte conscientisé, reste donc juste le coup de pouce de la stimulation alternative pour trouver le lien et de tout foutre a la poubelle.

je ne suis pas sur de cela.
a vrais dire je m'en fout, du moment que cela marche . :roll:
 
M

Métaphore

Invité
surderien à dit:
Cela m’amène à réflexion :

Si l’on part du principe que ce n’est pas l’intensité de l’émotion qui entre principalement en jeu dans son retentissement sur mon comportement mais la qualité ( le « type », la « typologie » ) de l’émotion ,

Evaluer de 0 à 10 le niveau d’une émotion permettrait indirectement en fait de prendre conscience de l’émotion : de ses « qualités » ?

En acceptant le niveau de son émotion on accepte par cela même d’être dans une émotion, de reconnaître et d’ explorer ?

L’hypnose permettrait de travailler directement sur le ressenti « intérieur » qui crée l’émotion et indirectement de façon automatique, sur tous les éléments « extérieurs » qui ont amené à cette émotion ?
:roll:

Ben voilà, vous allez finir par comprendre.... :idea:
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Bonjour surderien.

Cela m’amène à réflexion :

Si l’on part du principe que ce n’est pas l’intensité de l’émotion qui entre principalement en jeu dans son retentissement sur mon comportement mais la qualité ( le « type », la « typologie » ) de l’émotion ,

Evaluer de 0 à 10 le niveau d’une émotion permettrait indirectement en fait de prendre conscience de l’émotion : de ses « qualités » ?

D’accord pour la prise de conscience de l’émotion mais qu’entendez-vous par « qualité » de l’émotion ?

En acceptant le niveau de son émotion on accepte par cela même d’être dans une émotion, de reconnaître et d’ explorer ?

Dans cette exploration que faut-il découvrir ?

L’hypnose permettrait de travailler directement sur le ressenti « intérieur » qui crée l’émotion et indirectement de façon automatique, sur tous les éléments « extérieurs » qui ont amené à cette émotion ?

Selon-vous en quoi consiste ce travail sur le ressenti et que fait-il sur ce ressenti ?
Mais surtout, comment pourriez-vous agir sur les « éléments extérieurs »?
Car à vous entendre les uns et les autres, cette émotion viendrait d’une expérience passée. Or on ne change pas le passé. :p
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
cette émotion viendrait d’une expérience passée. Or on ne change pas le passé.
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

non mais on peut changer la perception du passé....
ou tout du moins la compréhension de l'évènement traumatique, et surtout la motivation et les antécédents de l'acteur qui partie prenante dans la fabrication de l'évènement qui a crée le "traumas"...pour pardonner et effacer l'empreinte originelle.. qui en est la cause....(en partie)
cette émotion est toujours attachée a un évènement qu'on retrouve dans l'abréaction....

car cet évènement n'est pas , souvent la cause réelle du symptôme directement, mais le ressenti, la haine , la colère ou la culpabilité que l'on a vis avis des acteurs ( qui ont creé l'évènement!) ou vis a vis de soi même pour n'avoir pas dit non!
choses que l'on ne peut exprimer, ou rarement sur le coup ... et qui est vite enterré par le subconscient....

déjà le phénomène abréaction par lui même est une découverte de l'origine et la preuve que le ressenti de cette action a été souvent mal digéré....
c'est comme cela que l'on peut dire que a partir de cette boucle origine se construit une réaction en chaine de maillons déconnectés de boucles similaires qui dans le temps vont aggraver le niveau de tolérance du système sécuritaire que la phobie est... installée par le subconscient et qui dans le temps s'aggrave parce qu'elle ne trouve pas de réponses ( sécuritaire satisfaisantes)....
d'où un schéma que l'on retrouve dans toutes " maladies" qui est basée sur la même structure....

celle de la répétition et de la progression....
dans toutes les thérapies on utilise ce schéma ne remontant la chaine des maillons , pour découvrir l'origine.....
la seule chose qui différencie un style de l'autre , c'est sa vitesse et très important la tolérance du client a sa longueur!

et c'est évident que les thérapies "très brèves " ont beaucoup plus de chances!
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Non mais on peut l'accepter !

Accepter l'émotion, la valider, se pardonner....lacher prise.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 426
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

en pratique, dès que cela atteint 3-4 sur 10, la croyance a extrêmement peu d'effet. il est donc souvent inutile de descendre plus bas.
au dessus de 4, on peut pratiquement toujours trouver une/des origines.

En pratique, si vous croyez que le soleil tourne autour de la terre, cela n’aura pas grande incidence dans votre existence. En revanche, si vous croyez que tous les champignons que vous avez ramassés dans les bois pour votre omelette sont comestibles, cela peut tout changer. Dans ces exemples on voit bien que l’intensité émotionnelle n’a aucune importance et même que l’erreur contenue de la croyance peut très bien ne pas en avoir non plus.

en pratique, qqn qui croit à 3/10 qu'ils sont comestibles, vous dira plutôt je ne crois ni qu'ils sont tous comestibles, ni qu'ils sont tous non-comestibles. :wink:

comme qqn qui me dira, après un travail sur la capacité à dire non (alors qu'il ne savait aps dire non avant): "c'est facile de dire non. on peut dire que c'est difficile de dire non à 3/10, "

cela reste à prouver. comme l'expérimentateur fait partie de l'expérience equ'un bébé est sensible aux personnes qui l'entoure, cela pourrait être en fait les réactions du bébé, en miroir, face à l'anxiété de l'expérimentateur...

L’anxiété de l’expérimentateur, c’est un peu gros tout de même ! Pourquoi pas ne pas dire aussi, pendant que vous y êtes, que l’expérimentateur s’attendant à trouver des enfants peureux, il leur a foutu la trouille inconsciemment ! Mais qu’importe. S’il n’y a pas de nouveau-nés plus peureux que d'autres, c’est que les mécanismes et les organes qui interviennent dans la peur sont rigoureusement identiques chez tous ces enfants. Donc nous pourrions avoir des enfants dont les caractéristiques physiques externes sont différentes (couleur de peau, de cheveux, d’yeux, taille, poids , constitution) mais de façon tout à fait extraordinaire, à l'intérieur, ils seraient semblables et pour ce qui concerne la peur, elle se manifesterait à l’identique ?

après il se peut qu'une mère anxieuse ait par le biais de ses hormones influencé le développement du bébé... ce ne serait pas génétique mais dû au contexte.
cela reste aussi à démontrer.

Si vous admettez des différences génétiques, chez les humains, il vous faut admettre des différences physiologiques. Ce qui implique qu’un stimulus aboutira à une réponse qui variera d’un sujet à l'autre.

pas assez de faits ni de données sures pour une discussion rationnelle...
je lâche prise.
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 174
Points
6 410
Localisation
là bas,
toute les études sur le bébé notamment, sur l'autisme
vont dans me même sens.
bébé est en effet une éponge
bébé vois et ressens l'état émotionnel des parents et des proches
en pouponnière on organise des rotations régulières du personnel
pour éviter une trop forte empreinte.

notez que l'inverse est souvent vraie aussi
il arrive par exemple de les mamans se réveille la nuit juste avant que leur enfant de mette a pleurer...
c'est ésotérique certes,
c'est que qui est constaté en labo ...
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 174
Points
6 410
Localisation
là bas,
j'ajoute un truc,

Réalité n y voyer aucuns jugement de ma part,

mais je fait d'avoir des enfants aide a percevoir cette réalité.
 
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
jeangeneve à dit:
toute les études sur le bébé notamment, sur l'autisme
vont dans me même sens.
bébé est en effet une éponge
bébé vois et ressens l'état émotionnel des parents et des proches
en pouponnière on organise des rotations régulières du personnel
pour éviter une trop forte empreinte.

Salut Jean,

Tu verrais une cause psy à l'autisme?
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 174
Points
6 410
Localisation
là bas,
non :oops:

je ne dit rien de tel

il a juste été remarqué clairement que dans les groupes "normaux"
il y a ce mimétisme
les parents heureux semblent faire des enfant plus heureux :lol:
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor

en pratique, qqn qui croit à 3/10 qu'ils sont comestibles, vous dira plutôt je ne crois ni qu'ils sont tous comestibles, ni qu'ils sont tous non-comestibles.

Relisez-vous, c’est exactement comme si vous me disiez que quelqu’un qui doute n’est pas sûr. Et vous avez pas mal dérivé par rapport à mon propos car je ne vous parlais pas d’incertitude mais de conviction. A savoir qu’une personne peut être convaincue d’une chose, que tous les champignons de son panier sont comestibles sans qu’il y ait d’intensité émotionnelle qui accompagne cette conviction. Bien entendu, vous, de votre côté, ne partagez pas cette conviction…

comme qqn qui me dira, après un travail sur la capacité à dire non (alors qu'il ne savait aps dire non avant): "c'est facile de dire non. on peut dire que c'est difficile de dire non à 3/10, "

Non pas « comme ». Car, là, nous sommes dans un cas tout à fait différent. La personne énonce un jugement objectif sur un fait : « je ne peux dire non ». Et vous savez qu’elle dit la vérité.


pas assez de faits ni de données sures pour une discussion rationnelle...
je lâche prise.


De toute façon dire que nous n’avons pas de particularité ou de différence à la naissance n’est pas soutenable. Et à l’impossible nul n’est tenu.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 426
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

en pratique, qqn qui croit à 3/10 qu'ils sont comestibles, vous dira plutôt je ne crois ni qu'ils sont tous comestibles, ni qu'ils sont tous non-comestibles.

Relisez-vous, c’est exactement comme si vous me disiez que quelqu’un qui doute n’est pas sûr. Et vous avez pas mal dérivé par rapport à mon propos car je ne vous parlais pas d’incertitude mais de conviction. A savoir qu’une personne peut être convaincue d’une chose, que tous les champignons de son panier sont comestibles sans qu’il y ait d’intensité émotionnelle qui accompagne cette conviction. Bien entendu, vous, de votre côté, ne partagez pas cette conviction…

pour moi, croire est de façon inhérente quelque chose d'émotionnel, quelque chose de ressenti. en clair, ce n'est pas objectif ni rationnel.
vous soutenez qu'il peut y avoir des convictions non ressenties, je soutiens le contraire.
seule l'expérience et l'observation peuvent départager.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
-Réalité- à dit:
Bonjour surderien.

Cela m’amène à réflexion :

Si l’on part du principe que ce n’est pas l’intensité de l’émotion qui entre principalement en jeu dans son retentissement sur mon comportement mais la qualité ( le « type », la « typologie » ) de l’émotion ,

Evaluer de 0 à 10 le niveau d’une émotion permettrait indirectement en fait de prendre conscience de l’émotion : de ses « qualités » ?

D’accord pour la prise de conscience de l’émotion mais qu’entendez-vous par « qualité » de l’émotion ?

En acceptant le niveau de son émotion on accepte par cela même d’être dans une émotion, de reconnaître et d’ explorer ?

Dans cette exploration que faut-il découvrir ?

L’hypnose permettrait de travailler directement sur le ressenti « intérieur » qui crée l’émotion et indirectement de façon automatique, sur tous les éléments « extérieurs » qui ont amené à cette émotion ?

Selon-vous en quoi consiste ce travail sur le ressenti et que fait-il sur ce ressenti ?
Mais surtout, comment pourriez-vous agir sur les « éléments extérieurs »?
Car à vous entendre les uns et les autres, cette émotion viendrait d’une expérience passée. Or on ne change pas le passé. :p

Bonjour Réalité


Les questions que vous posez sont exactement celles que la plupart des thérapistes viennent à résoudre :


- Dans cette exploration que faut-il découvrir ?


Précisément des éléments qui vont effacer les troubles et faire ressentir différemment les ressentis antérieurs

et la façon antérieure de ressentir du patient pour ensuite ressentir différemment selon un autre mode qui sera satisfaisant !



- Selon-vous en quoi consiste ce travail sur le ressenti et que fait-il sur ce ressenti ?


Voilà ce qui s'explore et se découvre précisément en thérapie, hypnotique principalement



- Car à vous entendre les uns et les autres, cette émotion viendrait d’une expérience passée. Or on ne change pas le passé.


Le passé peut-être un bon éclairage... ou une zone d'ombre que l'on peut ou non chercher à explorer

on ne change pas le passé mais on peut changer son présent, ce qui changera son futur à la lumière

des bonnes expériences du passé récent...


car l'essentiel c'est de toujours découvrir d'autres éléments éclairants pour avancer...

8)
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Bonjour paulelie.

non mais on peut changer la perception du passé....
ou tout du moins la compréhension de l'évènement traumatique, et surtout la motivation et les antécédents de l'acteur qui partie prenante dans la fabrication de l'évènement qui a crée le "traumas"...pour pardonner et effacer l'empreinte originelle.. qui en est la cause....(en partie)
cette émotion est toujours attachée a un évènement qu'on retrouve dans l'abréaction....

car cet évènement n'est pas , souvent la cause réelle du symptôme directement, mais le ressenti, la haine , la colère ou la culpabilité que l'on a vis avis des acteurs ( qui ont creé l'évènement!) ou vis a vis de soi même pour n'avoir pas dit non!
choses que l'on ne peut exprimer, ou rarement sur le coup ... et qui est vite enterré par le subconscient....

déjà le phénomène abréaction par lui même est une découverte de l'origine et la preuve que le ressenti de cette action a été souvent mal digéré....
c'est comme cela que l'on peut dire que a partir de cette boucle origine se construit une réaction en chaine de maillons déconnectés de boucles similaires qui dans le temps vont aggraver le niveau de tolérance du système sécuritaire que la phobie est... installée par le subconscient et qui dans le temps s'aggrave parce qu'elle ne trouve pas de réponses ( sécuritaire satisfaisantes)....
d'où un schéma que l'on retrouve dans toutes " maladies" qui est basée sur la même structure....

celle de la répétition et de la progression....
dans toutes les thérapies on utilise ce schéma ne remontant la chaine des maillons , pour découvrir l'origine.....
la seule chose qui différencie un style de l'autre , c'est sa vitesse et très important la tolérance du client a sa longueur!

et c'est évident que les thérapies "très brèves " ont beaucoup plus de chances!

Votre conception me semble très influencée par la théorie freudienne ! Pourtant Freud lui-même a très vite abandonné sa théorie de la catharsis au profit de la perlaboration. Il s’était aperçu qu’il était très difficile voire impossible de retrouver ce supposé événement traumatique et que ses patients construisaient en réalité de faux souvenirs. Mais je modérerai mon propos car d’un autre côté, il y a aussi dans votre exposé cette idée d’un schéma de fonctionnement qui se serait construit au fil du temps et se serait renforcé (mais que pour ma part, j'imagine aussi quelque peu différent de l'origine. ). Malgré tout, qu’il y ait des conceptions, des émotions particulières, des comportements qui ont alimenté ces schémas et qui l’alimentent toujours me semble tout à fait plausible. Cependant, puisque ce schéma de fonctionnement déficient s’actualise dans le présent, plutôt que de faire une sorte d’archéologie psychique pour le moins aléatoire ne serait-il pas possible et plus pertinent de revisiter en hypnose une expérience récente et donc plus accessible ou le « schéma » était activé afin d'agir sur l’un ses facteurs (cognitions, émotions, comportements) ?


valikor


pour moi, croire est de façon inhérente quelque chose d'émotionnel, quelque chose de ressenti. en clair, ce n'est pas objectif ni rationnel.
vous soutenez qu'il peut y avoir des convictions non ressenties, je soutiens le contraire.
seule l'expérience et l'observation peuvent départager.

Dites, ne feriez-vous preuve de résistance et de mauvaise foi, ici ? :shock: Vous devez bien avoir quelques connaissances d’ordre scientifique auxquelles vous croyez mais aussi un savoir tiré de votre expérience personnelle, n’est-ce pas ? Et puisque vous vous référez à l’expérience, n’est-il pas vrai que lorsque vous interprétez un phénomène particulier ou simplement ce qui se passe autour de vous, vos interprétations ne sont pas systématiquement imprégnées de vives émotions ?
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 426
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor
pour moi, croire est de façon inhérente quelque chose d'émotionnel, quelque chose de ressenti. en clair, ce n'est pas objectif ni rationnel.
vous soutenez qu'il peut y avoir des convictions non ressenties, je soutiens le contraire.
seule l'expérience et l'observation peuvent départager.

Dites, ne feriez-vous preuve de résistance et de mauvaise foi, ici ? :shock: Vous devez bien avoir quelques connaissances d’ordre scientifique auxquelles vous croyez mais aussi un savoir tiré de votre expérience personnelle, n’est-ce pas ? Et puisque vous vous référez à l’expérience, n’est-il pas vrai que lorsque vous interprétez un phénomène particulier ou simplement ce qui se passe autour de vous, vos interprétations ne sont pas systématiquement imprégnées de vives émotions ?

c'est votre interprétation.

pour illustration, une interprétation que l'on a forgé depuis longtemps peut toujours s'appuyer sur une impression ressentie du type "oui, cela fait longtemps que j'ai cette interprétation".

j'ai entendu une citation d'un philosophe portuguais, faite par le psychiatre bruno falissard lors de la journée de conférences " vérité scientifique, vérité subjective". En substance c'était : tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.
au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....

comme je vous disais, "seule l'expérience et l'observation peuvent départager." car nous allons discuter à partir d'exemples qui ne sont qu'une représentation partielle et personnelle de la réalité.... une réalité subjective.

petite question : spontanément, a quel point vous croyez que je me trompe ? sur une échelle de 0 à 10?
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
Votre conception me semble très influencée par la théorie freudienne ! Pourtant Freud lui-même a très vite abandonné sa théorie de la catharsis au profit de la perlaboration.

avec les résultats qui s'appelle la psychanalyse.....thérapie élitiste chère, et longue! avec des resultats statistiques pauvres!

Il s’était aperçu qu’il était très difficile voire impossible de retrouver ce supposé événement traumatique et que ses patients construisaient en réalité de faux souvenirs.
parce qu'il fabriquait ces faux souvenirs!ou les encourageais!
il est tout a fait possible si on prends des précautions .... d'éviter ce piège! car sous somnambulisme profond on peut écarter le conscient et son intervention!
Mais je modérerai mon propos car d’un autre côté, il y a aussi dans votre exposé cette idée d’un schéma de fonctionnement qui se serait construit au fil du temps et se serait renforcé (mais que pour ma part, j'imagine aussi quelque peu différent de l'origine. ).

bien sur! l'origine n'est que l'effet déclencheur!
ce qui importe c'est la construction dans le temps( réaction en chaine de maillons déconnectés) qui est, dans la thérapie des 5 phases pris strictement, dans une de-construction... ce qui la rend très efficace!

Malgré tout, qu’il y ait des conceptions, des émotions particulières, des comportements qui ont alimenté ces schémas et qui l’alimentent toujours me semble tout à fait plausible.
ah tiens! :D
Cependant, puisque ce schéma de fonctionnement déficient s’actualise dans le présent, plutôt que de faire une sorte d’archéologie psychique pour le moins aléatoire ne serait-il pas possible et plus pertinent de revisiter en hypnose une expérience récente et donc plus accessible ou le « schéma » était activé afin d'agir sur l’un ses facteurs (cognitions, émotions, comportements) ?
c'est exactement ce que l'on fait et ce n'est pas aleatoire! mais construit en remontant dans le temps avec la regression! sans trappe de faux souvenirs... car cette methode a ces "garde fous".... qui justement teste les effets de la therapie sous somnanbulisme.... bien avant que la "seance(s)" soit finie.... ce qui comme les ancrages avec la nlp.....est une assurance et une preuve du bien fondé de la therapie!
ce schéma va agir comme vous le dites sur les " facteurs (cognitions, émotions, comportements)"

je vois que vous avez compris la méthode dans son ensemble! et qui la seule chose qui vous retienne pour la pratiquer sont vos croyances .... que si justement souligne valikor , vous limitent!
comme vous disiez modérez vos propos!
car dans votre exposé vous mettez a jour vos propres jugements.... pour le moins .... douteux :
>>>>une sorte d’archéologie psychique pour le moins aléatoire <<<<<
pour finir freud etait un mauvais...
en ce qui concerne l'hypnose! on le sait et depuis nombre de gens ont remis en cause ces theories!
votre exposé met a presque a jour ( je modère mes propos!) ce qui pourrai être pris pour de la mauvaise foi? ( croyances!)
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 093
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
valikor à dit:
-Réalité- à dit:
valikor
pour moi, croire est de façon inhérente quelque chose d'émotionnel, quelque chose de ressenti. en clair, ce n'est pas objectif ni rationnel.
vous soutenez qu'il peut y avoir des convictions non ressenties, je soutiens le contraire.
seule l'expérience et l'observation peuvent départager.

Dites, ne feriez-vous preuve de résistance et de mauvaise foi, ici ? :shock: Vous devez bien avoir quelques connaissances d’ordre scientifique auxquelles vous croyez mais aussi un savoir tiré de votre expérience personnelle, n’est-ce pas ? Et puisque vous vous référez à l’expérience, n’est-il pas vrai que lorsque vous interprétez un phénomène particulier ou simplement ce qui se passe autour de vous, vos interprétations ne sont pas systématiquement imprégnées de vives émotions ?

c'est votre interprétation.

pour illustration, une interprétation que l'on a forgé depuis longtemps peut toujours s'appuyer sur une impression ressentie du type "oui, cela fait longtemps que j'ai cette interprétation".

j'ai entendu une citation d'un philosophe portuguais, faite par le psychiatre bruno falissard lors de la journée de conférences " vérité scientifique, vérité subjective". En substance c'était : tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.
au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....

comme je vous disais, "seule l'expérience et l'observation peuvent départager." car nous allons discuter à partir d'exemples qui ne sont qu'une représentation partielle et personnelle de la réalité.... une réalité subjective.

petite question : spontanément, a quel point vous croyez que je me trompe ? sur une échelle de 0 à 10?


tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.

au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....



car là est tout le poids de nos certitudes !

et à quel point je crois que vous avez raison ? 10/10 !

:)
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
>>>>>tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.

au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....


car là est tout le poids de nos certitudes !

et à quel point je crois que vous avez raison ? 10/10 ! <<<<<

vous venez de prouver, ma theorie de reaction en chaine.... construite sur des boucles (evenements , emotions!) merci!
 
Vous aimerez:
S
  • Question
  • Scouicy
Réponses
2
Affichages
2 K
Scouicy
S
vonglover
  • Question
  • vonglover
Réponses
2
Affichages
2 K
mmts
M
N
  • Question
  • nicog
Réponses
9
Affichages
3 K
Anonymous
A
Nouveaux messages
D
  • Question
  • DUCOS
Réponses
1
Affichages
23
moune
moune
ANNY-FRANCE RISTAGNO
  • Question
  • ANNY-FRANCE RISTAGNO
Réponses
13
Affichages
62
Nossolar
Nossolar
A
  • Question
  • Alx00
Réponses
7
Affichages
56
Alx00
A
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut