Formation Hypnose

Cabinet public

  • Initiateur de la discussion Arobaz
  • Date de début
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Quand je dis acceptation ,validation de n'importe quel sujet, émotions, ne veux pas dire que j'ancre un peu plus la chose ! non !

Je dis que accepter d'être nul, d'être violent, d'être boulimique etc....et le valider laisse ducoup l'affaire au mental( ex:ha :idea: ok, j'en suis là).....ce qui fait de la place !! parce qu'il n'est plus dans le conflit intérieur...le moi qui dit ça et le Soi qui sait que non.

Quand on laisse de la place, qu'on lache prise ducoup il à moins de force et là ,avec toute la place, car plus de jugement(culpabilité etc..) il y a tranquilité d'esprit et arrive l'autre solution.....

Celui du Soi qui sait bien tout celà, qui voir le manège du jeu du Moi(mental) et qui sait qu'il n'est pas réellement ainsi, mais parce que où transmis ou ancrer par défense.

Alors c'est possible de se pardonner et/ou de pardonner car c'est plus le présent !

Bon, je sait pas si j'arrive à me faire bien comprendre ?
Toute façon c'est pas en le lisant mais en le pratiquant qu'on voit comment ça marche.et de plus, c'est difficile d'exprimer vraiment ça en mot.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Si une personne qui a été battue dans son enfance, n'agresse personne parce qu'elle comprend que c'est immoral, il ne faut pas croire que cela finit comme ça et que tout est bien...

Elle vivra autrement les conséquences des violences subies. La question du thérapeute n'est pas de savoir si la personne qui vient vous consulter est responsable de ces gestes actuels ou non. La question du thérapeute est de faire en sorte que la personne quérisse d'abord pour son propre bien à elle. Une personne bien dans sa peau n'agresse personne sauf en légitime défense réelle.

On ne peut pas régler des trucs ancrés dans l'inconscient en travaillant au niveau du conscient. Si l'on a a changer des croyances elle doivent être changées au niveau du subconscient et la seule façon d'y arriver c'est en changeant le ressenti traumatique. Je ne peux voir comment ça pourrait en être autrement.

Le fait d'introduire une nouvelle donnée au niveau du conscient ne changera presque rien du tout. Ce n'est pas au même niveau.
 
corfinas

corfinas

Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
Métaphore à dit:
Corfinas, j'ai envie de reprendre vos exemples pour lesquels vous ne faites qu'un simple recadrage, mais imaginons une cause plus profonde pour laquelle votre recadrage ne sera pas suffisant, et qu'importe si vous commencez par le ressenti/croyance ou inversement. Puisque il est évident qu'une croyance se construit sur un fort ressenti négatif du passé.


1er exemple du permis de conduire

Eventualité d'une cause plus profonde : sa meilleure amie qui a son permis a déjà eu plusieurs accidents de voiture.

On peut donc supposer que sa croyance (Je suis incapable de bien conduire) et son ressenti (stress intense) a une cause bien plus profonde, et votre recadrage ne sera pas suffisant.


2ème exemple du barbu (je vais juste changer en disant que tous les barbus sont des hommes "malsains")

Eventualité d'un cause plus profonde: Evènement du passé, attouchements par un ami de la famille qui était barbu sur cette femme qui aura refoulé son ressenti (forte méfiance) et aura développé cette croyance (tous les barbus sont malsains).

Ce n'était pas l'objet de mes exemples simplismes et pédagogiques.

Cela dit, plus les problèmes seront "profonds" et plus commencer par le ressenti prendra tout son sens pour moi, le changement de croyance étant alors une conséquence de ce changement de ressenti.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
corfinas à dit:
Métaphore à dit:
Corfinas, j'ai envie de reprendre vos exemples pour lesquels vous ne faites qu'un simple recadrage, mais imaginons une cause plus profonde pour laquelle votre recadrage ne sera pas suffisant, et qu'importe si vous commencez par le ressenti/croyance ou inversement. Puisque il est évident qu'une croyance se construit sur un fort ressenti négatif du passé.


1er exemple du permis de conduire

Eventualité d'une cause plus profonde : sa meilleure amie qui a son permis a déjà eu plusieurs accidents de voiture.

On peut donc supposer que sa croyance (Je suis incapable de bien conduire) et son ressenti (stress intense) a une cause bien plus profonde, et votre recadrage ne sera pas suffisant.


2ème exemple du barbu (je vais juste changer en disant que tous les barbus sont des hommes "malsains")

Eventualité d'un cause plus profonde: Evènement du passé, attouchements par un ami de la famille qui était barbu sur cette femme qui aura refoulé son ressenti (forte méfiance) et aura développé cette croyance (tous les barbus sont malsains).

Ce n'était pas l'objet de mes exemples simplismes et pédagogiques.

Cela dit, plus les problèmes seront "profonds" et plus commencer par le ressenti prendra tout son sens pour moi, le changement de croyance étant alors une conséquence de ce changement de ressenti.

Ben oui, évidemment. C'est le ressenti qui importe. Celui qui est à l'origine de la marque psychologique; C'est de là que viendra la croyance débilitante. La croyance est le résultat d'une conclusion forcée par des automatismes du cerveau qui ont la fonction de mettre du sens sur le ressenti.

Le ressenti actuel, il ne sert à rien en soi sauf si l'on s'en sert pour faire le lien avec le ressenti initial. Donc on ne peux presque rien faire a un niveau conscient. Ça ne se raisonne pas.
 
M

Métaphore

Invité
:shock: Ben vous répétez la même chose que moi Léo :shock:
Bon enfin... voilà vous avez tous compris maintenant car pour moi c'était déjà très clair... :D


Ah oui Corfinas vous exemples étaient un peu trop simplistes, car je ne pense pas qu'un individu va payer 70 à 80 € pour les exemples cités...
pour le reste ressenti/croyance, depuis le départ on dit la même chose, mais bon là je sature... :arrow:
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Métaphore à dit:
:shock: Ben vous répétez la même chose que moi Léo :shock:
Bon enfin... voilà vous avez tous compris maintenant car pour moi c'était déjà très clair... :D


Ah oui Corfinas vous exemples étaient un peu trop simplistes, car je ne pense pas qu'un individu va payer 70 à 80 € pour les exemples cités...
pour le reste ressenti/croyance, depuis le départ on dit la même chose, mais bon là je sature... :arrow:

Je sais bien que l'on dit la même chose dans le fond. Bon là... Vous la voyez cette tendance que vous avez à vous opposer alors que le fond est pareil? Vous devez avoir la figure pleine d'ecchymoses à force de trébucher dans les fleurs du tapis... :roll:
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
:shock: Ben vous répétez la même chose que moi Léo :shock:
Bon enfin... voilà vous avez tous compris maintenant car pour moi c'était déjà très clair... :D


Ah oui Corfinas vous exemples étaient un peu trop simplistes, car je ne pense pas qu'un individu va payer 70 à 80 € pour les exemples cités...
pour le reste ressenti/croyance, depuis le départ on dit la même chose, mais bon là je sature... :arrow:

Je sais bien que l'on dit la même chose dans le fond. Bon là... Vous la voyez cette tendance que vous avez à vous opposer alors que le fond est pareil? Vous devez avoir la figure pleine d'ecchymoses à force de trébucher dans les fleurs du tapis... :roll:

Trébucher ? humm ... si ça vous fait plaisir... néanmoins jamais tomber... donc pas d'ecchymoses, c'est gentil de vous occuper de mon apparence... :D

Et puis vous savez c'est dans l'opposition que l'on avance, ben oui je suis comme ça, les débats complaisants ne m'intéressent pas...
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
:shock: Ben vous répétez la même chose que moi Léo :shock:
Bon enfin... voilà vous avez tous compris maintenant car pour moi c'était déjà très clair... :D


Ah oui Corfinas vous exemples étaient un peu trop simplistes, car je ne pense pas qu'un individu va payer 70 à 80 € pour les exemples cités...
pour le reste ressenti/croyance, depuis le départ on dit la même chose, mais bon là je sature... :arrow:

Je sais bien que l'on dit la même chose dans le fond. Bon là... Vous la voyez cette tendance que vous avez à vous opposer alors que le fond est pareil? Vous devez avoir la figure pleine d'ecchymoses à force de trébucher dans les fleurs du tapis... :roll:

Trébucher ? humm ... si ça vous fait plaisir... néanmoins jamais tomber... donc pas d'ecchymoses, c'est gentil de vous occuper de mon apparence... :D

Et puis vous savez c'est dans l'opposition que l'on avance, ben oui je suis comme ça, les débats complaisants ne m'intéressent pas...

Ouais ben vous savez, ces piétinements affreux qui font de nombreux morts parfois dans des rassemblements comme des mosquées. Ben ça commence toujours par un seul qui trébuche. Bref...On avance pas dans l'opposition stérile et la vôtre, à mon avis, l'est souvent.
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
:shock: Ben vous répétez la même chose que moi Léo :shock:
Bon enfin... voilà vous avez tous compris maintenant car pour moi c'était déjà très clair... :D


Ah oui Corfinas vous exemples étaient un peu trop simplistes, car je ne pense pas qu'un individu va payer 70 à 80 € pour les exemples cités...
pour le reste ressenti/croyance, depuis le départ on dit la même chose, mais bon là je sature... :arrow:

Je sais bien que l'on dit la même chose dans le fond. Bon là... Vous la voyez cette tendance que vous avez à vous opposer alors que le fond est pareil? Vous devez avoir la figure pleine d'ecchymoses à force de trébucher dans les fleurs du tapis... :roll:

Trébucher ? humm ... si ça vous fait plaisir... néanmoins jamais tomber... donc pas d'ecchymoses, c'est gentil de vous occuper de mon apparence... :D

Et puis vous savez c'est dans l'opposition que l'on avance, ben oui je suis comme ça, les débats complaisants ne m'intéressent pas...

Ouais ben vous savez, ces piétinements affreux qui font de nombreux morts parfois dans des rassemblements comme des mosquées. Ben ça commence toujours par un seul qui trébuche. Bref...On avance pas dans l'opposition stérile et la vôtre, à mon avis, l'est souvent.

C'est votre point de vue pas le mien... le pietinement ne m'intéresse nullment... c'est là où vous vous trompez complètement... et puis je ne vois pas le rapport avec vos mosquées... n'importe quoi... :?
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor


justement, si elle n'a plus cette intensité, elle n'est donc plus convaincue....

Allons ! Cela impliquerait qu’induire un état de calme suffirait à faire perdre toutes ses convictions à la personne. Vous voyez bien que cela ne tient pas. Et c’est pour cela que je vous dis que vous pensez faire une chose alors qu’en réalité vous en faites une autre.


dans quel sens? au sens ou une démonstration serait insuffisante? ou au sens ou vous pensez que la discussion peut encore aboutir?

Oui, je pense que nous arriverons à nous comprendre.

Avez vous reçu en thérapie beaucoup de personnes boulimiques et entendu leurs propos?

je n'en n'ai pas du tout l'impression à vous lire...Q

Que ce soit la bouffe, le sexe, le jeu, ou l’héroïne, un toxicomane vous dira toujours que sa drogue est plus forte que lui. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il considère qu’il ne peut y arriver seul. Pourtant il y a des toxicos qui y parvienne et d’autre qui n’auront besoin que d’un peu de soutient. Alors faut-il les croire absolument ? Non.

être victime d'un schéma qui se répète ne vous exonère pas de votre responsabilité : en effet, on peut toujours demander "quelles actions avez vous entreprise pour éviter de reproduire cela, alors que vous en aviez les possibilités?"

Oui, plus exactement : la personne avait ou à peut-être aujourd’hui les capacités ou la solution à portée de sa main, c’est l’idée. Et, là, je pense que l’hypnose "sèche" à toute sa valeur. Dans le cas contraire, il faut développer les capacités, apporter des informations nouvelles, ouvrir la perspective de la personnes, élaborer une stratégie de résolution du problème.


complètement d'accord bien sûr, mais la façon dont on aborde le problème va influencer fortement la mise en place éventuelle de la/les solution(s).c

Tout à fait.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor


justement, si elle n'a plus cette intensité, elle n'est donc plus convaincue....

Allons ! Cela impliquerait qu’induire un état de calme suffirait à faire perdre toutes ses convictions à la personne. Vous voyez bien que cela ne tient pas. Et c’est pour cela que je vous dis que vous pensez faire une chose alors qu’en réalité vous en faites une autre.

alors clairement vous n'avez pas totalement saisi ce que j'ai expliqué : le calme induit est la conséquence du travail sur les ressentis par rapport au passé... et donc la croyance est désactivée...
une fois qu'il est obtenu, si tout se passe bien, la personne reste dans cet état.

c'est ce que je constate tous les jours et c'est le feedback des personnes qui reviennent à la 2me séance ou 3me...
dans quel sens? au sens ou une démonstration serait insuffisante? ou au sens ou vous pensez que la discussion peut encore aboutir?

Oui, je pense que nous arriverons à nous comprendre.

non, car nous n'avons pas les mêmes bases et définitions, et que vous venez de montrer que ce que j'avais expliqué, basé sur des observations, ne vous satisfait pas.

je vous le répète, ce que j'écris, je m'appuie sur des faits, votre point de vue sur le passé, par exemple, s'appuie sur vos convictions, sans aucune justification théorique, ni argumentation sérieuse.
j'ai construit ma propre théorie, à partir surtout de mes observations... des ressentis qu'exprimaient les personnes, des conséquences qu'elles ressentaient après les séances, à partir de leur réalité subjective (et pas la mienne)
Avez vous reçu en thérapie beaucoup de personnes boulimiques et entendu leurs propos?

je n'en n'ai pas du tout l'impression à vous lire...Q

Que ce soit la bouffe, le sexe, le jeu, ou l’héroïne, un toxicomane vous dira toujours que sa drogue est plus forte que lui. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il considère qu’il ne peut y arriver seul. Pourtant il y a des toxicos qui y parvienne et d’autre qui n’auront besoin que d’un peu de soutient. Alors faut-il les croire absolument ? Non.

c'est pas vos convictions par rapport à votre réalité subjective qui aideront la personne a évolué, c'est comment vous pouvez entrer dans sa réalité subjective à elle, pour l'aider à se changer elle.....

vous venez juste de montrer que vous êtes et resté dans vos convictions et que vous n'êtes pas à l'écoute de la personne en face de vous, que vous ne faites pas avec sa réalité subjective.

vous ne pouvez donc pas pour l'instant être bon thérapeute, ni bon psychologue.
vous n'avez pas à "croire" ou "ne pas croire" la personne mais à accepter ce qu'elle vous dit comme étant un élément de sa réalité à elle... comme une donnée, une observation.

ce que vous venez de dire c'est équivalent à cela : vous allez consulter un médecin, il vous ausculte, exerce une pression, vous avez mal, vous lui dites, il répond : "non, vous ne pouvez pas avoir mal là, je ne vous crois pas"....


:arrow: pour ceux qui n'y arrivent pas, il faut d'abord les aider à aller bien mieux avant qu'ils puissent lutter et y arriver... c'est la seule stratégie efficace et durable.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
valikor à dit:
-Réalité- à dit:
valikor


justement, si elle n'a plus cette intensité, elle n'est donc plus convaincue....

Allons ! Cela impliquerait qu’induire un état de calme suffirait à faire perdre toutes ses convictions à la personne. Vous voyez bien que cela ne tient pas. Et c’est pour cela que je vous dis que vous pensez faire une chose alors qu’en réalité vous en faites une autre.

alors clairement vous n'avez pas totalement saisi ce que j'ai expliqué : le calme induit est la conséquence du travail sur les ressentis par rapport au passé... et donc la croyance est désactivée...
une fois qu'il est obtenu, si tout se passe bien, la personne reste dans cet état.

c'est ce que je constate tous les jours et c'est le feedback des personnes qui reviennent à la 2me séance ou 3me...
dans quel sens? au sens ou une démonstration serait insuffisante? ou au sens ou vous pensez que la discussion peut encore aboutir?

Oui, je pense que nous arriverons à nous comprendre.

non, car nous n'avons pas les mêmes bases et définitions, et que vous venez de montrer que ce que j'avais expliqué, basé sur des observations, ne vous satisfait pas.

je vous le répète, ce que j'écris, je m'appuie sur des faits, votre point de vue sur le passé, par exemple, s'appuie sur vos convictions, sans aucune justification théorique, ni argumentation sérieuse.
j'ai construit ma propre théorie, à partir surtout de mes observations... des ressentis qu'exprimaient les personnes, des conséquences qu'elles ressentaient après les séances, à partir de leur réalité subjective (et pas la mienne)
Avez vous reçu en thérapie beaucoup de personnes boulimiques et entendu leurs propos?

je n'en n'ai pas du tout l'impression à vous lire...Q

Que ce soit la bouffe, le sexe, le jeu, ou l’héroïne, un toxicomane vous dira toujours que sa drogue est plus forte que lui. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il considère qu’il ne peut y arriver seul. Pourtant il y a des toxicos qui y parvienne et d’autre qui n’auront besoin que d’un peu de soutient. Alors faut-il les croire absolument ? Non.

c'est pas vos convictions par rapport à votre réalité subjective qui aideront la personne a évolué, c'est comment vous pouvez entrer dans sa réalité subjective à elle, pour l'aider à se changer elle.....

vous venez juste de montrer que vous êtes et resté dans vos convictions et que vous n'êtes pas à l'écoute de la personne en face de vous, que vous ne faites pas avec sa réalité subjective.

vous ne pouvez donc pas pour l'instant être bon thérapeute, ni bon psychologue.
vous n'avez pas à "croire" ou "ne pas croire" la personne mais à accepter ce qu'elle vous dit comme étant un élément de sa réalité à elle... comme une donnée, une observation.

ce que vous venez de dire c'est équivalent à cela : vous allez consulter un médecin, il vous ausculte, exerce une pression, vous avez mal, vous lui dites, il répond : "non, vous ne pouvez pas avoir mal là, je ne vous crois pas"....


:arrow: pour ceux qui n'y arrivent pas, il faut d'abord les aider à aller bien mieux avant qu'ils puissent lutter et y arriver... c'est la seule stratégie efficace et durable.


Ben voilà. Moi d'accord...
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor


alors clairement vous n'avez pas totalement saisi ce que j'ai expliqué : le calme induit est la conséquence du travail sur les ressentis par rapport au passé... et donc la croyance est désactivée...
une fois qu'il est obtenu, si tout se passe bien, la personne reste dans cet état.

c'est ce que je constate tous les jours et c'est le feedback des personnes qui reviennent à la 2me séance ou 3me...

Votre explication n’est pas valable pour toutes les croyances. Car il en existe une infinité qui viennent d’un autre lieu que la sphère familiale et qui perturberont le sujet. Par exemple, vous pouvez avoir dans la sphère des croyances culturelles celle-ci: « la masturbation est une pratique honteuse et dangereuse ».Tenez, dans le même registre, un certain courant de la psychologie en France avait déclaré que l’autisme était du à l’attitude distante de la mère à l’égard de son enfant. Vous imaginez les dégâts qu’a pu occasionner chez les mères une telle conception ? Et vous pensez qu’il aurait suffit de revisiter les ressentis passés des psychanalystes de l’époque pour qu’ils perdent celle-ci ?




non, car nous n'avons pas les mêmes bases et définitions, et que vous venez de montrer que ce que j'avais expliqué, basé sur des observations, ne vous satisfait pas.
je vous le répète, ce que j'écris, je m'appuie sur des faits, votre point de vue sur le passé, par exemple, s'appuie sur vos convictions, sans aucune justification théorique, ni argumentation sérieuse.

Oui, c’est bien vos interprétation que je remets en question. Et ce n’est que rhétorique de votre part car chacun peut constater que mes propos sont argumentés et étayés par des faits et des exemples vérifiables par tous. Vous, de votre coté, vous me dites que ce vous faites est efficace et que vous le constatez personnellement , comme explication vous trouvez cela suffisant ?
Maintenant sachez que je suis tout prêt à argumenter et discuter de ma conception du passé ou plutôt je dirais : celle que vous croyez être la mienne.


j'ai construit ma propre théorie, à partir surtout de mes observations... des ressentis qu'exprimaient les personnes, des conséquences qu'elles ressentaient après les séances, à partir de leur réalité subjective (et pas la mienne)

En gros, vous avez tout vu, tout compris et vous avez bâti une théorie infaillible qui vous permet de ne plus faire d’erreur. Ce n’est pas un peu prétentieux ?


c'est pas vos convictions par rapport à votre réalité subjective qui aideront la personne a évolué, c'est comment vous pouvez entrer dans sa réalité subjective à elle, pour l'aider à se changer elle.....

Ce dont je vous ai parlé au sujet des toxicomanies n’est en rien ma « réalité subjective » mais sont des faits avérés et vérifiables. Il existe bel et bien des personnes qui n’ont besoin que de très peu de soutient et d’autres qui s’en sortent seul.

vous venez juste de montrer que vous êtes et resté dans vos convictions et que vous n'êtes pas à l'écoute de la personne en face de vous, que vous ne faites pas avec sa réalité subjective.

Faire avec sa réalité subjective n’implique pas de croire tout ce qu’elle dit.


vous ne pouvez donc pas pour l'instant être bon thérapeute, ni bon psychologue.

Ce jugement sur ma personne, n'a aucune valeur à mes yeux.

vous n'avez pas à "croire" ou "ne pas croire" la personne mais à accepter ce qu'elle vous dit comme étant un élément de sa réalité à elle... comme une donnée, une observation.

Ah ! Nous sommes d’accord.

ce que vous venez de dire c'est équivalent à cela : vous allez consulter un médecin, il vous ausculte, exerce une pression, vous avez mal, vous lui dites, il répond : "non, vous ne pouvez pas avoir mal là, je ne vous crois pas"....

Laissez tomber, sur ce point, nous étions dans un quiproquo.

pour ceux qui n'y arrivent pas, il faut d'abord les aider à aller bien mieux avant qu'ils puissent lutter et y arriver... c'est la seule stratégie efficace et durable.

Oui.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Mr Réalité,

Il est une chose que je peux dire de Mr Valikor c'est qu'il m'a semblé, comme il le dit d'ailleurs, avoir fait de nombreuses conclusions basées sur sa pratique qui concordent plus ou moins directement avec ce qui est convenu de savoir en psychologie dynamique, voire en psychanalyse.

Je reconnais sa façon de travailler et d'évoluer dans l'expérience de ce qu'il fait et la raison de son succès me semble bien simple. D'abord un désir de voir s'éradiquer la souffrance de ses clients et ensuite une honnêteté intellectuelle. En fait, ce que je reconnais le plus c'est justement une honnêteté intellectuelle, une simplicité dans un esprit rationel et méthodique.

Encore ici, j'ai lu en diagonale vos propos. Et à moins que j'eusse manqué quelques détails, à mon avis, y'a des trucs que vous ne comprenez pas du tout. Et vous avez l'air d'avoir peur que l'on déresponsabilise les gens et ça n'a rien à voir.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

vous ne pouvez donc pas pour l'instant être bon thérapeute, ni bon psychologue.

Ce jugement sur ma personne, n'a aucune valeur à mes yeux.

vous n'avez pas à "croire" ou "ne pas croire" la personne mais à accepter ce qu'elle vous dit comme étant un élément de sa réalité à elle... comme une donnée, une observation.

Ah ! Nous sommes d’accord.

ce que vous venez de dire c'est équivalent à cela : vous allez consulter un médecin, il vous ausculte, exerce une pression, vous avez mal, vous lui dites, il répond : "non, vous ne pouvez pas avoir mal là, je ne vous crois pas"....

Laissez tomber, sur ce point, nous étions dans un quiproquo.

pour ceux qui n'y arrivent pas, il faut d'abord les aider à aller bien mieux avant qu'ils puissent lutter et y arriver... c'est la seule stratégie efficace et durable.

Oui.

le jugement était causé par le quiproquo...
 
katia (zoulouk)

katia (zoulouk)

Membre
messages
3 075
Points
2 580
-Réalité- à dit:
valikor

Allons ! Cela impliquerait qu’induire un état de calme suffirait à faire perdre toutes ses convictions à la personne. Vous voyez bien que cela ne tient pas. Et c’est pour cela que je vous dis que vous pensez faire une chose alors qu’en réalité vous en faites une autre.

Je vois très bien cela.... par simple experience personnelle... Si on pense etre nul pour x et y chose, ce qui peut être pensé dans un état de calme, comme une réalité en soi, l'etat de calme ou de nervosité n'y change pas grand chose....

Que ce soit la bouffe, le sexe, le jeu, ou l’héroïne, un toxicomane vous dira toujours que sa drogue est plus forte que lui. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il considère qu’il ne peut y arriver seul. Pourtant il y a des toxicos qui y parvienne et d’autre qui n’auront besoin que d’un peu de soutient. Alors faut-il les croire absolument ? Non.

C'est presque une évidence.

être victime d'un schéma qui se répète ne vous exonère pas de votre responsabilité : en effet, on peut toujours demander "quelles actions avez vous entreprise pour éviter de reproduire cela, alors que vous en aviez les possibilités?"

Oui, plus exactement : la personne avait ou à peut-être aujourd’hui les capacités ou la solution à portée de sa main, c’est l’idée. Et, là, je pense que l’hypnose "sèche" à toute sa valeur. Dans le cas contraire, il faut développer les capacités, apporter des informations nouvelles, ouvrir la perspective de la personnes, élaborer une stratégie de résolution du problème.

C'est vraiment logique :wink: Une personne qui consulte pour un problème n'a pas trouvé les moyens de résoudre seule la question. Elle sait même pas qu'elle peut les resoudre... parfois... ou souvent....
Evidemment que des tas de problematiques peuvent etre résolues comme cela, mais comment la personne deviendra autonome ? Qu'aura t'elle appris sur ses capacités propres? On ne fait qu'enlever, mais que crée t'on ? Et comment va t'elle faire quand un nouveau problème apparaitra ? Elle retournera chez le therapeute qui la soulage...

Faire de l'hypnose sans appprendre à mobiliser ses capacités ça me parait vraiment triste... :? , apprende à sortir du statut de victime à quelqu'un qui choisit sa vie...
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

alors clairement vous n'avez pas totalement saisi ce que j'ai expliqué : le calme induit est la conséquence du travail sur les ressentis par rapport au passé... et donc la croyance est désactivée...
une fois qu'il est obtenu, si tout se passe bien, la personne reste dans cet état.

c'est ce que je constate tous les jours et c'est le feedback des personnes qui reviennent à la 2me séance ou 3me...

Votre explication n’est pas valable pour toutes les croyances. Car il en existe une infinité qui viennent d’un autre lieu que la sphère familiale et qui perturberont le sujet. Par exemple, vous pouvez avoir dans la sphère des croyances culturelles celle-ci: « la masturbation est une pratique honteuse et dangereuse ».Tenez, dans le même registre, un certain courant de la psychologie en France avait déclaré que l’autisme était du à l’attitude distante de la mère à l’égard de son enfant. Vous imaginez les dégâts qu’a pu occasionner chez les mères une telle conception ? Et vous pensez qu’il aurait suffit de revisiter les ressentis passés des psychanalystes de l’époque pour qu’ils perdent celle-ci ?
bien sûr que non, mais qu'elles prennent de la distance avec ce qu'on leur a transmis, si.
non, car nous n'avons pas les mêmes bases et définitions, et que vous venez de montrer que ce que j'avais expliqué, basé sur des observations, ne vous satisfait pas.
je vous le répète, ce que j'écris, je m'appuie sur des faits, votre point de vue sur le passé, par exemple, s'appuie sur vos convictions, sans aucune justification théorique, ni argumentation sérieuse.

Oui, c’est bien vos interprétation que je remets en question. Et ce n’est que rhétorique de votre part car chacun peut constater que mes propos sont argumentés et étayés par des faits et des exemples vérifiables par tous. Vous, de votre coté, vous me dites que ce vous faites est efficace et que vous le constatez personnellement , comme explication vous trouvez cela suffisant ?
Maintenant sachez que je suis tout prêt à argumenter et discuter de ma conception du passé ou plutôt je dirais : celle que vous croyez être la mienne.

un exemple imaginaire ne fait pas un argument, un raisonnement ne peut pas être plus juste que l'hypothèse qui le base.

un exemple interprété, imaginaire, n'est pas un fait, mais une interprétation, une hypothèse.

toute la difficulté réside comme je le disais en des bases non communes qui ont toutes des postulats différents

de mon coté, le postulat c'est que le ressenti des personnes dans le présent est une donnée fiable, ie : si elle me dit qu'elle n'a pas peur, je vais l'accepter.

si je travaille tout ses ressentis passés et qu'elle me dit plus tard je ne suis pas anxieuse, je n'ai plus peur, (suite à ce travail exclusivement consacré aux ressentis qu'elle a vis à vis de choses passé), je vais l'accepter et c'est ce qu'il se produit. et quand je la revoie, il arrive que j'entende : "c'est bizarre, je ne me fais plus de soucis."
c'est, encore une fois, la façon dont je travaille et ce que j'observe.

quand vous disiez "je ne vais pas le croire", il est probable que vous vouliez dire "je ne vais pas accepter sa croyance, son ananlyse, son interprétation". Ce qui me va complètement au passage.


j'ai construit ma propre théorie, à partir surtout de mes observations... des ressentis qu'exprimaient les personnes, des conséquences qu'elles ressentaient après les séances, à partir de leur réalité subjective (et pas la mienne)

En gros, vous avez tout vu, tout compris et vous avez bâti une théorie infaillible qui vous permet de ne plus faire d’erreur. Ce n’est pas un peu prétentieux ?

certes pas, ce n'est que votre interprétation....

et j'en commets largement moins qu'au début de mon activité et il devient rare que je ne puisse pas aider une personne.

pour ceux qui n'y arrivent pas, il faut d'abord les aider à aller bien mieux avant qu'ils puissent lutter et y arriver... c'est la seule stratégie efficace et durable.

Oui.

c'est d'ailleurs aussi celle que j'emploie pour toutes les addictions : nourriture, drogue, jeu, achat....

en plus, il faut aussi que la personne cesse de ressentir que l'addiction fasse partie d'elle, car dire cela signifie que cela fait partie de son identité... quand c'est complètement le cas, on peut tout à fait aller bien et être incapable de s'arrêter....

bon sur ce, week end.... repos...dodo, et j'espère que mes enfants vont se débarrasser de leur grippe que je puisse mieux dormir et m'en débarrasser moi aussi
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Bonjour Léo Lavoie

Mr Réalité,

Il est une chose que je peux dire de Mr Valikor c'est qu'il m'a semblé, comme il le dit d'ailleurs, avoir fait de nombreuses conclusions basées sur sa pratique qui concordent plus ou moins directement avec ce qui est convenu de savoir en psychologie dynamique, voire en psychanalyse.

Vous ne vous en êtes pas douté ? Je ne souscris guère aux concepts de la psychanalyse qui n’a rien d’une science. Mais je ne discuterai pas de ce sujet avec vous car on ne serait pas rendus. En revanche, si cela vous intéresse, vous pouvez toujours vous référer à la littérature nombreuse qui existe sur le sujet de la valeur de sa théorie et de sa pratique. Et vous avez un journal scientifique récent qui en parle ici : https://www.pseudo-sciences.org/293-Hors-serie-Psychanalyse
Maintenant vous êtes tout à fait libre de rester cramponné à vos conceptions, ça vous regarde…

Je reconnais sa façon de travailler et d'évoluer dans l'expérience de ce qu'il fait et la raison de son succès me semble bien simple. D'abord un désir de voir s'éradiquer la souffrance de ses clients et ensuite une honnêteté intellectuelle. En fait, ce que je reconnais le plus c'est justement une honnêteté intellectuelle, une simplicité dans un esprit rationel et méthodique.

Bien, votre message est passé. Valikor reconnaitra en vous un supporter et en sera peut-être flatté.

Encore ici, j'ai lu en diagonale vos propos. Et à moins que j'eusse manqué quelques détails, à mon avis, y'a des trucs que vous ne comprenez pas du tout. Et vous avez l'air d'avoir peur que l'on déresponsabilise les gens et ça n'a rien à voir.

Si vous me lisez en diagonale pour ensuite m’adresser un message, désormais il vaut mieux vous abstenir.

Cordialement.


katia (zoulouk)


Evidemment que des tas de problematiques peuvent etre résolues comme cela, mais comment la personne deviendra autonome ? Qu'aura t'elle appris sur ses capacités propres? On ne fait qu'enlever, mais que crée t'on ? Et comment va t'elle faire quand un nouveau problème apparaitra ? Elle retournera chez le therapeute qui la soulage...

Faire de l'hypnose sans appprendre à mobiliser ses capacités ça me parait vraiment triste... , apprende à sortir du statut de victime à quelqu'un qui choisit sa vie...

Je suis entièrement d’accord avec votre perspective.
Mais à toutes fins utiles, je ferai ce petit commentaire : une thérapie est faite pour régler un problème ponctuel et elle vise la santé. Il serait préjudiciable pour la personne que cette orientation soit confondue avec un chemin beaucoup moins fréquenté qui consiste en la croissance personnelle et l’épanouissement de l'individu et qui, à mon sens, relève d’une décision personnelle.


Valikor

bien sûr que non, mais qu'elles prennent de la distance avec ce qu'on leur a transmis, si.


Ah vous en convenez ! Bon, dans le cas précis que j’ai évoqué qu’entendez-vous exactement par cela et comment procéderiez-vous pour que les personnes « prennent de la distance » et ce que vous feriez ou faites en premier.

PS : je n’ai pas souhaité répondre sur la suite de votre message car vous avez la fâcheuse tendance à croire que je juge de l’efficacité de votre pratique ou que je cherche à vous convaincre de quelque chose. Or ce n’est pas tant que je cherche à vous convaincre qu’il y a des choses qui ne collent pas dans ce que vous me dites. Donc plusieurs possibilité : soit vous avez omis de me fournir des informations, soit, en effet, vous vous trompez, soit c’est moi qui n’ai pas saisi quelque chose.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
Merci Léo !!!

Pour la suite, j'y reviendrais quand j'aurais un peu plus de temps.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
Je suis entièrement d’accord avec votre perspective.
Mais à toutes fins utiles, je ferai ce petit commentaire : une thérapie est faite pour régler un problème ponctuel et elle vise la santé. Il serait préjudiciable pour la personne que cette orientation soit confondue avec un chemin beaucoup moins fréquenté qui consiste en la croissance personnelle et l’épanouissement de l'individu et qui, à mon sens, relève d’une décision personnelle.

le seul soucis c'est que souvent, le problème est une des conséquences de plein de choses.
exemple : dépression = conséquence de plusieurs évènements/personnes/périodes dont le ressenti (s) est encore difficile + éventuelle anxiété + ne sais pas dire non+le jugement des autres n'est pas facilement supporté+ elle doit répondre aux attentes des autres (et donc ne sait pas qui elle est)+ se met trop la rpession et trop de perfectionnisme...


Valikor

bien sûr que non, mais qu'elles prennent de la distance avec ce qu'on leur a transmis, si.


Ah vous en convenez ! Bon, dans le cas précis que j’ai évoqué qu’entendez-vous exactement par cela et comment procéderiez-vous pour que les personnes « prennent de la distance » et ce que vous feriez ou faites en premier.

PS : je n’ai pas souhaité répondre sur la suite de votre message car vous avez la fâcheuse tendance à croire que je juge de l’efficacité de votre pratique ou que je cherche à vous convaincre de quelque chose. Or ce n’est pas tant que je cherche à vous convaincre qu’il y a des choses qui ne collent pas dans ce que vous me dites. Donc plusieurs possibilité : soit vous avez omis de me fournir des informations, soit, en effet, vous vous trompez, soit c’est moi qui n’ai pas saisi quelque chose.

facile : elles se concentrent sur leur éducation ds leur jeunesse, elles ressentent (>3-4/10, en général fort) que cela vient de là, un peu d'AH-EMDR audio ou kinesthésique et hop quelque temps plus tard : oui cela vient de là, je le sais mais je ne le ressens plus et plus d'impact car soudainement, cela leur paraît facile de faire différemment.

exemple précis (fréquence = plusieurs fois par jour): ds le présent dur de dire non (à qqn, globalement) à 8/10.
/ au passé : c'était dur de dire non à mes parents (cas général, il y a des variantes, comme ma mère ne savait pas dire non)) 9-10/10, en ressenti.
travail sur ce point précis, jusqu'à ce qu'ils disent "je sais que c'était très dur le leur dire non, mais je ne le ressens plus" et là, très souvent dans le présent , la personne dit : "ce n'est pas difficile de dire non, j'ai bien avancé." et en général elle a du mal à concilier avec le fait que peu de temps auparavant elle avait du mal à dire ce "non", en général, d'ailleurs les personnes vont mieux mais il est rare qu'elles aient compris pourquoi elles vont mieux et pourquoi on a travaillé comme cela, alors qu'en général je leur explique.
les fois ou cela reste un peu difficile de dire non, cela vient probablement de :
-soit d'autres personnes encore à travailler
-soit "toute ma vie cela a été dur de dire non" avec un ressenti important.
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor

le seul soucis c'est que souvent, le problème est une des conséquences de plein de choses.
exemple : dépression = conséquence de plusieurs évènements/personnes/périodes dont le ressenti (s) est encore difficile + éventuelle anxiété + ne sais pas dire non+le jugement des autres n'est pas facilement supporté+ elle doit répondre aux attentes des autres (et donc ne sait pas qui elle est)+ se met trop la rpession et trop de perfectionnisme...

Oui, je comprends bien. Mais si j’ai fait ce commentaire, c’est que je pense qu’il y a des thérapeutes qui ont ce type d’orientation pour eux-mêmes et qu’une dérive est toujours possible et surtout parce qu’il m’a été donné de rencontrer des personnes qui suivaient un « parcours spirituel » ou un programme de « développement personnel » alors que leur désir était de résoudre des problèmes précis et qu’une thérapie adaptée aurait bien mieux convenue.

facile : elles se concentrent sur leur éducation ds leur jeunesse, elles ressentent (>3-4/10, en général fort) que cela vient de là, un peu d'AH-EMDR audio ou kinesthésique et hop quelque temps plus tard : oui cela vient de là, je le sais mais je ne le ressens plus et plus d'impact car soudainement, cela leur paraît facile de faire différemment.

Merci pour votre réponse, voilà que tout s’éclaire !

Une intensité émotionnelle de 3 sur une échelle de 10, c’est de la petite bière ! Moi, au risque de vous heurtez, j’aurais tendance à dire à la personne : « vous ne pouvez pas vivre avec cela ? » Et dans certaines phobies importantes, lorsqu’un thérapeute spécialisé en TCC arrive à faire descendre son client à ce niveau, il est vachement satisfait !

exemple précis (fréquence = plusieurs fois par jour): ds le présent dur de dire non (à qqn, globalement) à 8/10.
/ au passé : c'était dur de dire non à mes parents (cas général, il y a des variantes, comme ma mère ne savait pas dire non)) 9-10/10, en ressenti.
travail sur ce point précis, jusqu'à ce qu'ils disent "je sais que c'était très dur le leur dire non, mais je ne le ressens plus" et là, très souvent dans le présent , la personne dit : "ce n'est pas difficile de dire non, j'ai bien avancé." et en général elle a du mal à concilier avec le fait que peu de temps auparavant elle avait du mal à dire ce "non", en général, d'ailleurs les personnes vont mieux mais il est rare qu'elles aient compris pourquoi elles vont mieux et pourquoi on a travaillé comme cela, alors qu'en général je leur explique.
les fois ou cela reste un peu difficile de dire non, cela vient probablement de :
-soit d'autres personnes encore à travailler
-soit "toute ma vie cela a été dur de dire non" avec un ressenti important.


Oui, quelles ne comprennent pas pourquoi elles vont mieux est normal car globalement vous abordez la personne sur le plan du ressenti mais avec cette réserve toutefois que les propos que vous lui tenez au sujet de l’influence de ses parents doivent être considérés comme un abord et une influence sur ses cognitions. Et sur ce point, je me permettrai d’insister. Vous semblez croire qu’il y aurait comme un déterminisme ici et lui annoncer une vérité en disant cela. Or rien de plus faux, il y peut y avoir des causes biologiques à l’anxiété comme il y a des natures timides (à ce sujet, lire ou relire les travaux de Jérôme Kagan sur le bébé timide.). Mais attention, ce n’est pas tant que je dise qu’il ne faut pas travailler sur les cognitions du sujet, loin de là ! Mais au moins lui dire des choses qui correspondent à la réalité. Mais bon, c’est mon orientation personnelle et je suis bien conscient qu’un gros mensonge peut tout aussi bien faire l’affaire. Sinon, je vous préciserai aussi que je suis d’accord sur ceci : lorsque l’émotion est vive votre approche me semble la meilleure mais cela ne dispense pas le sujet anxieux ou timide de remettre en cause ses postulats dramatiques ou ses pensées erronées si on veut que le résultat soit durable.

Eh bien, je pense que nous avons fait le tour de la question, si vous avez quelque chose à rajouter…
Dans le cas contraire, je vous remercie pour cette conversation de qualité et empreinte de respect.

Ah ! J’allais oublier, dans mon dernier message privé, je vous demandais des précisions sur l’EMDR audio et je vous parlais des « expositions ». Il semblerait que vous ne l’ayez pas reçu.
 
valikor

valikor

Membre
Pro
messages
2 420
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
facile : elles se concentrent sur leur éducation ds leur jeunesse, elles ressentent (>3-4/10, en général fort) que cela vient de là, un peu d'AH-EMDR audio ou kinesthésique et hop quelque temps plus tard : oui cela vient de là, je le sais mais je ne le ressens plus et plus d'impact car soudainement, cela leur paraît facile de faire différemment.

Merci pour votre réponse, voilà que tout s’éclaire !

Une intensité émotionnelle de 3 sur une échelle de 10, c’est de la petite bière ! Moi, au risque de vous heurtez, j’aurais tendance à dire à la personne : « vous ne pouvez pas vivre avec cela ? » Et dans certaines phobies importantes, lorsqu’un thérapeute spécialisé en TCC arrive à faire descendre son client à ce niveau, il est vachement satisfait !

je ne suis pas sûr que vous ayez tout saisi : je ne travaille une croyance que lorsqu'elle est forte émotionnellement. le but étant de la descendre à 3-4.


exemple précis (fréquence = plusieurs fois par jour): ds le présent dur de dire non (à qqn, globalement) à 8/10.
/ au passé : c'était dur de dire non à mes parents (cas général, il y a des variantes, comme ma mère ne savait pas dire non)) 9-10/10, en ressenti.
travail sur ce point précis, jusqu'à ce qu'ils disent "je sais que c'était très dur le leur dire non, mais je ne le ressens plus" et là, très souvent dans le présent , la personne dit : "ce n'est pas difficile de dire non, j'ai bien avancé." et en général elle a du mal à concilier avec le fait que peu de temps auparavant elle avait du mal à dire ce "non", en général, d'ailleurs les personnes vont mieux mais il est rare qu'elles aient compris pourquoi elles vont mieux et pourquoi on a travaillé comme cela, alors qu'en général je leur explique.
les fois ou cela reste un peu difficile de dire non, cela vient probablement de :
-soit d'autres personnes encore à travailler
-soit "toute ma vie cela a été dur de dire non" avec un ressenti important.


Oui, quelles ne comprennent pas pourquoi elles vont mieux est normal car globalement vous abordez la personne sur le plan du ressenti mais avec cette réserve toutefois que les propos que vous lui tenez au sujet de l’influence de ses parents doivent être considérés comme un abord et une influence sur ses cognitions. Et sur ce point, je me permettrai d’insister. Vous semblez croire qu’il y aurait comme un déterminisme ici et lui annoncer une vérité en disant cela. Or rien de plus faux, il y peut y avoir des causes biologiques à l’anxiété comme il y a des natures

cela reste à prouver :!: ... corrélation ne vaut pas causalité. (ca vaut pour moi aussi)

timides (à ce sujet, lire ou relire les travaux de Jérôme Kagan sur le bébé timide.). Mais attention, ce n’est pas tant que je dise qu’il ne faut pas travailler sur les cognitions du sujet, loin de là ! Mais au moins lui dire des choses qui correspondent à la réalité. Mais bon, c’est mon orientation personnelle et je suis bien conscient qu’un gros mensonge peut tout aussi bien faire l’affaire. Sinon, je vous préciserai aussi que je suis d’accord sur ceci : lorsque l’émotion est vive votre approche me semble la meilleure mais cela ne dispense pas le sujet anxieux ou timide de remettre en cause ses postulats dramatiques ou ses pensées erronées si on veut que le résultat soit durable.

Eh bien, je pense que nous avons fait le tour de la question, si vous avez quelque chose à rajouter…
Dans le cas contraire, je vous remercie pour cette conversation de qualité et empreinte de respect.

Ah ! J’allais oublier, dans mon dernier message privé, je vous demandais des précisions sur l’EMDR audio et je vous parlais des « expositions ». Il semblerait que vous ne l’ayez pas reçu.

si mais je n'en avais pas retiré l'impression que vous vouliez des précisions.

suite en mp
 
M

Métaphore

Invité
valikor à dit:
-Réalité- à dit:
facile : elles se concentrent sur leur éducation ds leur jeunesse, elles ressentent (>3-4/10, en général fort) que cela vient de là, un peu d'AH-EMDR audio ou kinesthésique et hop quelque temps plus tard : oui cela vient de là, je le sais mais je ne le ressens plus et plus d'impact car soudainement, cela leur paraît facile de faire différemment.

Merci pour votre réponse, voilà que tout s’éclaire !

Une intensité émotionnelle de 3 sur une échelle de 10, c’est de la petite bière ! Moi, au risque de vous heurtez, j’aurais tendance à dire à la personne : « vous ne pouvez pas vivre avec cela ? » Et dans certaines phobies importantes, lorsqu’un thérapeute spécialisé en TCC arrive à faire descendre son client à ce niveau, il est vachement satisfait !

je ne suis pas sûr que vous ayez tout saisi : je ne travaille une croyance que lorsqu'elle est forte émotionnellement. le but étant de la descendre à 3-4.

Tout cela me fait un peu bondir... dire qu'on a terminé son travail sur une intensité émotionnelle à 3/4 est aberrant... l'émotion doit retomber à 0.

Soit le travail n'est pas suffisant, soit il y a un blocage d'énergie, (donc travailler sur les corrections d'énergie) soit il y a un état du Moi qui coince...(donc travailler sur l'état du Moi) L'émotion négative doit toujours redescendre à 0, sinon il est impossible d'instaurer une croyance positive...

Oui cela s'appelle la thérapie intégrative, amener une émotion négative à 0.
 
A

Anonymous

Invité
laissons la "bondir", c'est son choix.

quand on ne veux pas comprendre, que peut on y faire
 
M

Métaphore

Invité
Edité [ message supprimé: Pour les messages personnels, merci d'utiliser la messagerie privée ]
 
Dernière modification par un modérateur:
M

Métaphore

Invité
Tiens pourquoi mon message a été supprimé et pas celui qui me précède... y aurait-il du favoritisme sur ce forum ?... :roll:

HYPNOSE ou M2taph0re (anciennement Métaphone) sont la même personne : Jeangenève que ce soit clair pour tout le monde...
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
on va finir par croire que vous batifolez avec le proprio .... car vous êtes en nombre celle qui a le record de pollution et vous êtes toujours la!
a croire que les chiffres sont plus important que le contenu ( qui d'ailleurs baisse de jour en jour!) j'espère qu'il va lire se message et se rappeler de la prédiction que je lui ai faite!
nous sommes prêt a enfanter une nouvelle place intelligente de meeting..... en laissant celle la au main de publicistes et de mercantiles!
 
M

Métaphore

Invité
paulelie à dit:
on va finir par croire que vous batifolez avec le proprio .... car vous êtes en nombre celle qui a le record de pollution et vous êtes toujours la!
a croire que les chiffres sont plus important que le contenu ( qui d'ailleurs baisse de jour en jour!) j'espère qu'il va lire se message et se rappeler de la prédiction que je lui ai faite!
nous sommes prêt a enfanter une nouvelle place intelligente de meeting..... en laissant celle la au main de publicistes et de mercantiles!

Je pense aussi que vous devriez faire gaffe à vos propos, votre image a déjà disparu, donc vos accusations injurieuses et n'ayant aucun rapport avec le sujet devraient être supprimées...

A bon entendeur...
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
C’est précisément là où je veux en venir : de mon point de vue, la conscience n’implique pas forcément le contrôle. Par ailleurs, l’hypnose n’est-elle pas justement l’abolition du contrôle chez le sujet ?
Peut-être n’est-ce qu’une question de niveau dans l’expérience hypnotique et qu’il est possible de faire des choses que votre morale réprouverait en temps normal ? Ce qui m’amène à le penser, c’est certaines expérimentations qui ont été faites et ont parfaitement réussi à une époque où on s’autorisait quelques libertés avec les patients afin de comprendre l’étendue du pouvoir de l’hypnose. Dans ses ouvrages (consultables sur le site de la B.N.F) Hyppolite Bernheim raconte des choses pour le moins étonnantes. Des jeunes filles dont la moralité est irréprochable se mettent à voler, un homme sous transe hypnotique hallucine la présence d’un individu (en fait, il s’agit d’une porte) et sur les ordres du professeur le poignarde de plusieurs coup de couteau, puis s’accuse de meurtre…
Il apparait que dans ces expérimentations, les sujets sont en effet conscients de leurs actions car quand le professeur Bernheim ou quelqu'un d'autre leur demande pourquoi ils ont agi de la sorte, ils ne nient pas les faits et tentent de trouver quelques raisons à leurs actes.
Il semble donc que l’hypnose puisse aller bien au-delà du simple « jeu » coopératif que l’on rencontre dans une thérapie ou d’un spectacle.

ce qui vraiement confirme ce que vous croyez etre!
car pour votre info j'ai decidé de n'avoir plus d'image....
j'ai vu que vous avez arreté de pleurer?
seriez vous par hasard dov en personne?
ou sa copine?
en attendant ce sont les vôtres qui sont supprimés!


Je comprends que mon propos puisse vous paraitre choquant, mais plus je lis sur ce phénomène hypnotique plus je pense qu'il s'agit d'une vision naîve que de croire que le sujet pourrait toujours opposer une certaine résitance. Et je pense que des hypnothérapeutes talentueux comme Hyppolite Bernheim où encore Milton Erikson disposaient parfois d’un terrible pouvoir sur leur patient. Mais, heureusement, ils respectaient une certaine éthique.

PS : à toute fins utiles, je précise que je ne suis pas là pour polémiquer.
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
valikor

je ne suis pas sûr que vous ayez tout saisi : je ne travaille une croyance que lorsqu'elle est forte émotionnellement. le but étant de la descendre à 3-4

En effet, je n’avais pas remarqué le signe « > » dans votre message. J’en déduis que si l’intensité n’est pas suffisante vous ne pouvez opérer directement sur le postulat ou la croyance erronée de la personne par votre méthode.

cela reste à prouver ... corrélation ne vaut pas causalité. (ca vaut pour moi aussi)


Les pistes sont nombreuses pour ce qui concerne l’anxiété. On pense à une hypersensibilité des amygdales cérébrale, des déséquilibres chimiques, un disfonctionnement au niveau de l’hippocampe…mais, pour l’heure, c’est vrai, rien de vraiment déterminé. Il n’en reste pas moins que le nouveau-né n’est pas une tabula rasa et qu’il existe des individus par nature plus émotifs ou plus peureux que d’autres.


Métaphore

Tout cela me fait un peu bondir... dire qu'on a terminé son travail sur une intensité émotionnelle à 3/4 est aberrant... l'émotion doit retomber à 0.

Soit le travail n'est pas suffisant, soit il y a un blocage d'énergie, (donc travailler sur les corrections d'énergie) soit il y a un état du Moi qui coince...(donc travailler sur l'état du Moi) L'émotion négative doit toujours redescendre à 0, sinon il est impossible d'instaurer une croyance positive...

Oui cela s'appelle la thérapie intégrative, amener une émotion négative à 0.


Cela dépend de la phobie que l’on traite. Si vous avez peur des pigeons d’accord.
En revanche, S’il s’agit de réactions émotionnelles, à ce niveau d’intensité, dans le contexte d’un rapport humain, cela ne me semble pas forcément problématique. N’est-il pas normal qu’il y ait parfois des colères, des tensions, des conflits, des peurs ? Viseriez-vous l’ataraxie ? A moins que ce ne soit la bouddhéité ?
 
Vous aimerez:
S
  • Question
  • Scouicy
Réponses
2
Affichages
2 K
Scouicy
S
vonglover
  • Question
  • vonglover
Réponses
2
Affichages
2 K
mmts
M
N
  • Question
  • nicog
Réponses
9
Affichages
3 K
Anonymous
A
Nouveaux messages
dide70
  • Question
  • dide70
4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Réponses
524
Affichages
8 K
cl7777
cl7777
Dov Aim
  • Discussion épinglée
  • Question
  • Dov Aim
Réponses
20
Affichages
472
Vhaltef
V
V
  • Question
  • Vhaltef
Réponses
0
Affichages
33
Vhaltef
V
>> Vous aimez cette page ? Inscivez-vous pour participer
Haut