Formation Hypnose

Cabinet public

  • Initiateur de la discussion Arobaz
  • Date de début
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
paulelie à dit:
>>>>>tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.

au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....


car là est tout le poids de nos certitudes !

et à quel point je crois que vous avez raison ? 10/10 ! <<<<<

vous venez de prouver, ma theorie de reaction en chaine.... construite sur des boucles (evenements , emotions!) merci!
au fait Paul, je pense que vous avez raison au sens où la profondeur de transe a une influence sur la capacité à changer de la personne : elle devient plus forte et donc les suggestions ont donc plus d'impact.

j'ai un peu théorisé les choses et c'est un "résultat" logique du modèle conceptuel que je construit. Cela vient en complète contradiction avec ce que l'on m'a enseigné mais cela s'explique bien et cela explique aussi certaines choses.
exemple : j'ai souvent observé que quelqu'un qui fait une transe légère, ne pourra cibler que peu d'impressions en même temps alors qu'avec une transe bien plus profonde, il pourra défaire toutes les impressions/sensations/émotions liées à qqchose/qqn. le travail sera plus complet.
 
Paul Elie
Paul Elie
Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
ce qui en toute logique donnerai une "explication" quand au effets "dramatiques" qu'on observe avec l'ultra height"...
en passant je viens de finir mon cd et vais le mettre sur le marché!
ce qui est important a savoir est que la resistance , comme les changements qui ne "tiennent pas dans la durée" sont le fait de notre ennemi..... le conscient ( logique et rationnel)qui, va reconstruire petit a petit dans le futur....
une même réaction en chaine ( symptomes et problemes) si:
la thérapie n'as pas en profondeur fait un ménage complet et... très important établit un nouveau "chemin "viable" et adaptée a la personne.... donc construit et découvert par la même personne... avec un support hypno ,tenu a minima.... comme guide!
les therapies breves sont une compression dans le temps.... pour cette raison... il est primordial d'avoir une méthode concise et précise.... qui évite une certaine improvisation de la part de l'hypno qui conduirai a créer ces faux souvenirs!

si l'hypno prend son temps pour préparer le client, induire la confiance et très important.... utilise ces 2 principes pour approfondir:
la progression et la répétition....
en 20 minutes a la première séance on doit pouvoir atteindre le niveau.... puis au seances suivante c'est beaucoup plus rapide!
il faut tester!

ce que l'hypno doit vaincre avant tout est la peur!( pour lui même et ces clients!)....qui est fabriquée par l'inconnu!

>>>>>exemple : j'ai souvent observé que quelqu'un qui fait une transe légère, ne pourra cibler que peu d'impressions en même temps alors qu'avec une transe bien plus profonde, il pourra défaire toutes les impressions/sensations/émotions liées à qqchose/qqn. le travail sera plus complet.<<<<<

ce qui s'explique d'une manière très simple je crois!

le conscient qui a une influence en transe légère analyse et rationalise....les propositions avec l'aide d'autres " reactions en chaine"( dans le sub!) qui n'ont aucun rapport direct avec le problème traité et constitue une pollution a la solution, le résultat...
quand on sait que le conscient ne peut traiter qu'une seule chose a la fois et le subconscient plusieurs choses en même temps .... tout s'eclaire!
 
Leo Lavoie
Leo Lavoie
Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Ben oui quoi, une transe plus profonde filtre moins ce qui "entre" et ce qui "sort". L'efficacité doit en être améliorée nécessairement il me semble, malgré ce que les éricksonniens en disent.

Ceci dit, l'on a parlé de Freud... Oui il y a eu des bévues et des erreurs...Même certaines qui pourraient être qualifiées de grossières. Mais attention... Je connais la psychanalyse et je connais l'hypnose en régression et en abréaction et cette dernière n'est possible, dans sa structure thérapeutique telle que pratiquée par Banyan, que parce que Freud a découvert ce qu'il a découvert et qu'il a rendu la psychologie enfin dynamique dans son concept.

Freud a abandonné l'hypnose parce qu'il ne savait pas comment structurer une thérapie avec cela. Mais d'autres l'on fait et avec les bases freudiennes qui tiennent toujours dans leur fondements. Ça tient parce que c'est logique, c'est tout.

La catharsis sera toujours le st graal de la psychanalyse mais c'est l'aiguille dans la botte de foin. C'est l'hypnose qui met la table et sert copieusement les thérapeutes et les patients avec les denrées de la psychologie dynamique bien freudiennement basée.

Avec l'hypnose on peut faire beaucoup et avec la psychanalyse l'on peut comprendre ce que l'on fait en hypnose en profondeur. Et à moins que l'on fusse freudien ou lacanien orthodoxe, l'hypnose se fond très bien dans l'application et la théorie d'une psychothérapie dite "analytique" ou d'inspiration freudienne.
 
M
Métaphore
Invité
:arrow: Avec l'hypnose on peut faire beaucoup et avec la psychanalyse l'on peut comprendre ce que l'on fait en hypnose en profondeur.

Ben voilà un bon résumé... :!:
 
Paul Elie
Paul Elie
Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
c'est une approche.... mais il y en a d'autres!
qu'il ne faut pas ignorer au sacro saint nom de la science!
la psychanalyse est encore une logique et un rationnel ( conscient) qui essaie de traiter le subconscient! n'oublions pas que les thérapies brèves ont pris le pas ....en efficacité sur toute psychothérapie!
les résultats juste sur les phobies sont la pour prouver que la "connaissance analytique.... n'as pas les résultats de l'hypnose thérapeutique.....
alors avant de frayer avec les analystes....il faut réfléchir!
 
R
-Réalité-
Membre
messages
53
Points
1 590
valikor

c'est votre interprétation.
Ce n’était pas une interprétation mais une question que je vous posais : seriez-vous de mauvaise foi ? Car il est évident que nos croyances sur le monde ou sur nous-même ne s’accompagne pas systématiquement d’intensité émotionnelle comme vous le dites.

pour illustration, une interprétation que l'on a forgé depuis longtemps peut toujours s'appuyer sur une impression ressentie du type "oui, cela fait longtemps que j'ai cette interprétation".
Si vous recourez à votre mémoire, le ressenti que vous avez c’est le ressenti particulier de recourir à votre mémoire. Ce n’est pas une émotion.

j'ai entendu une citation d'un philosophe portuguais, faite par le psychiatre bruno falissard lors de la journée de conférences " vérité scientifique, vérité subjective". En substance c'était : tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.
au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....
Je ne vois pas pourquoi il faudrait considérer l’ensemble de notre savoir comme quelque chose de susceptible d’être remis en question. Comme s’il n’y avait aucune vérité sur laquelle s’appuyer et que tout était subjectif. Vous savez bien que vous allez mourir un jour ? Remettez-vous cela en question ? Par ailleurs, je pense qu’ici vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis. En effet, si vous poursuivez cette discussion, n’est-ce pas parce vous pensez que cette vérité existe, quelle peut se découvrir et qu’elle est transmissible ?


comme je vous disais, "seule l'expérience et l'observation peuvent départager." car nous allons discuter à partir d'exemples qui ne sont qu'une représentation partielle et personnelle de la réalité.... une réalité subjective.
Les faits sont les faits, après c’est l’interprétation que vous en faites qui peut être juste ou fausse. Au passage, vous pouvez constater que je m’appuie sur des faits pour vous contredire. Ainsi, si vous me dites que tous les cygnes sont blancs, comme dans la présente discussion, il me suffit de vous montrer un seul exemple de cygne noir pour invalider votre proposition.


petite question : spontanément, a quel point vous croyez que je me trompe ? sur une échelle de 0 à 10?
Sur le point qui nous oppose depuis un bon moment, à savoir que la croyance n’aurait d’impact que si elle associée à une forte intensité émotionnelle. Je suis en désaccord total avec vous.
Tout comme une réaction émotionnelle peut ne pas être associée à une pensée et déclencher un comportement, l’inverse est également vrai.
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
valikor

c'est votre interprétation.
Ce n’était pas une interprétation mais une question que je vous posais : seriez-vous de mauvaise foi ? Car il est évident que nos croyances sur le monde ou sur nous-même ne s’accompagne pas systématiquement d’intensité émotionnelle comme vous le dites.
la question était liée à votre interprétation de la situation, de la discussion et ma réponse est "non".

le "il est évident que" est justement là le soucis : démontrez le, si c'est si évident que cela :!:

je considère que l'intensité de (émotion, sensation, ressenti) = importance, poids du message




pour illustration, une interprétation que l'on a forgé depuis longtemps peut toujours s'appuyer sur une impression ressentie du type "oui, cela fait longtemps que j'ai cette interprétation".
Si vous recourez à votre mémoire, le ressenti que vous avez c’est le ressenti particulier de recourir à votre mémoire. Ce n’est pas une émotion.
non, c'est effectivement un ressenti mais liée à la période de temps :!: et on recourt à sa mémoire pour un trauma aussi :!:
et ce ressenti lié à la période de temps, suivant son intensité, confèrera plus ou moins de poids à la croyance associée.

j'ai entendu une citation d'un philosophe portuguais, faite par le psychiatre bruno falissard lors de la journée de conférences " vérité scientifique, vérité subjective". En substance c'était : tout savoir accumulé depuis longtemps devient une croyance.
au sens où c'est quelque chose que l'on croit et que l'on va donc difficilement remettre en question....
Je ne vois pas pourquoi il faudrait considérer l’ensemble de notre savoir comme quelque chose de susceptible d’être remis en question. Comme s’il n’y avait aucune vérité sur laquelle s’appuyer et que tout était subjectif. Vous savez bien que vous allez mourir un jour ?
il faut pouvoir facilement se remettre en question quand c'est nécessaire. sinon, vous n'apprenez pas facilement de vos erreurs quand ce qu'on observe n'est pas en accord avec la théorie, spécialement en psycho...

Remettez-vous cela en question ? Par ailleurs, je pense qu’ici vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis. En effet, si vous poursuivez cette discussion, n’est-ce pas parce vous pensez que cette vérité existe, quelle peut se découvrir et qu’elle est transmissible ?
la vérité est partielle, vous fonctionnez en noir/blanc; vrai/faux.... or c'est plus compliqué que cela... cela peut être partiellement vrai et partiellement faux en même temps...
en l'occurrence, je parle rarement de vérité, mais de théorie, de modélisation, sachant qu'ils sont aidant, partiellement justes mais qu'avec le temps on pourra les améliorer...
comme je vous disais, "seule l'expérience et l'observation peuvent départager." car nous allons discuter à partir d'exemples qui ne sont qu'une représentation partielle et personnelle de la réalité.... une réalité subjective.
Les faits sont les faits, après c’est l’interprétation que vous en faites qui peut être juste ou fausse. Au passage, vous pouvez constater que je m’appuie sur des faits pour vous contredire. Ainsi, si vous me dites que tous les cygnes sont blancs, comme dans la présente discussion, il me suffit de vous montrer un seul exemple de cygne noir pour invalider votre proposition.
j'attends toujours l'exemple, ce que vous appelez "exemple" n'en est pas un pour moi.
petite question : spontanément, a quel point vous croyez que je me trompe ? sur une échelle de 0 à 10?
Sur le point qui nous oppose depuis un bon moment, à savoir que la croyance n’aurait d’impact que si elle associée à une forte intensité émotionnelle. Je suis en désaccord total avec vous.
Tout comme une réaction émotionnelle peut ne pas être associée à une pensée et déclencher un comportement, l’inverse est également vrai.
vous ne répondez pas à ma question.... mais votre style me suggère un fort ressenti, or si la discussion était purement rationnelle, elle ne devrait pas générer autant de ressenti.
pourtant on parlait de faits, d'observations, d'interprétations, de théorie.

s'il n'y avait eu que du savoir, sans ressenti important associé, à mon sens, il ne pourrait y avoir de conflit si fort.

en l'occurrence, votre croyance "une croyance peut avoir de l'impact indépendamment de l'intensité de son ressenti qui l'accompagne" est, elle, accompagnée d'un ressenti important sinon votre réaction ne serait pas aussi vive.

sur ce, j'ai ma TVA mensuelle à faire et je clos la discussion car elle n'aboutit pas.
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
dernier essai : cherchez en vous une croyance dont vous avez l'impression qu'elle a un impact effectif, factuel, que vous ressentez. Une fois que vous l'avez, on pourra en discuter.

et j'insiste bien, croire est intrinsèquement émotionnel.
 
R
-Réalité-
Membre
messages
53
Points
1 590
paulelie

c'est exactement ce que l'on fait et ce n'est pas aleatoire! mais construit en remontant dans le temps avec la regression! sans trappe de faux souvenirs... car cette methode a ces "garde fous".... qui justement teste les effets de la therapie sous somnanbulisme.... bien avant que la "seance(s)" soit finie.... ce qui comme les ancrages avec la nlp.....est une assurance et une preuve du bien fondé de la therapie!
ce schéma va agir comme vous le dites sur les " facteurs (cognitions, émotions, comportements)"
je vois que vous avez compris la méthode dans son ensemble! et qui la seule chose qui vous retienne pour la pratiquer sont vos croyances .... que si justement souligne valikor , vous limitent!
comme vous disiez modérez vos propos!
car dans votre exposé vous mettez a jour vos propres jugements.... pour le moins .... douteux :
>>>>une sorte d’archéologie psychique pour le moins aléatoire <<<<<

Ecoutez, mes croyances sont ce qu’elles sont, mais elles s’appuient sur des faits et lorsque je débats avec quelqu’un, je ne peux que faire preuve de scepticisme si ses propos me semblent les contredire. Alors si je m’accorde en grande partie à votre théorie car elle très proche de la théorie du schéma précoce inadapté de Jeffrey E. Young, en revanche le processus de régression hypnotique s’appuie sur la possibilité de retrouver l’origine du schéma. Et pourquoi, selon moi, cela relève d’une archéologie psychique aléatoire? Pour les raisons suivantes: premièrement notre mémoire est loin d’être infaillible. Énormément de choses s’oublient au fil du temps et, au final, nous ne nous ne conservons que très peu de souvenirs de notre passé lointain. Bien sûr, si vous avez vraiment vécu une expérience très traumatisante comme un viol, vous aurez peu de chance de l’oublier. Mais s’il est concevable qu’un événement fortement chargé émotionnellement puisse avoir de grande chance de persister, il faut savoir qu’un stress important suivit d’une mauvaise nuit de sommeil peut aussi nous le faire oublier. De plus, dans le cadre de la construction du schéma, l’événement qui l’aurait favorisé n’ayant plus d’utilité pour le sujet, en toute logique, son souvenir devrait avoir tendance à s’effacer avec le temps. Deuxième point, notre mémoire n’est pas comme un tiroir dans lequel on retrouve une photo jaunie du passé. On reconstruit voire même on fantasme bien plus le passé qu’on ne le retrouve à l’aune de nos représentations actuelles (plasticité cérébrale).




pour finir freud etait un mauvais...
Allons ! Je n’ai jamais dit qu’il était « un mauvais ».


en ce qui concerne l'hypnose! on le sait et depuis nombre de gens ont remis en cause ces theories!
votre exposé met a presque a jour ( je modère mes propos!) ce qui pourrai être pris pour de la mauvaise foi? ( croyances!)

Ecoutez, je ne suis pas là pour jouer les fanfarons, faire de l'opposition systématique ou je ne sais quoi, mais pour avoir des discussions sérieuses, si possible. Donc si vous pensez avoir des arguments solides à m’opposer, n’hésitez pas. Dans le cas contraire et si d’aventure ma présence sur ce forum vous dérangeait, je crois que le mieux serait de vous abstenir de me lire.
 
Paul Elie
Paul Elie
Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
>>>>>Ecoutez, je ne suis pas là pour jouer les fanfarons, faire de l'opposition systématique ou je ne sais quoi,
moi j'ai une idée pourquoi vous etes la! pour promouvoir l'arche!
mais pour avoir des discussions sérieuses, si possible.
bien sur! serieuses! :roll: nous n'avons pas la même définition....
moi j'appelle cela du hors sujet , monologue de position.... et compétition au dernier mot..... une tactique bien connue qui ne sert qu'a promouvoir une position!

Donc si vous pensez avoir des arguments solides à m’opposer,
vous dites donc que je ne serai pas de taille, que mes arguments ne valent rien? je ne relèverai même pas!
et ne joue pas a votre jeu.... en reprenant vos arguments et essayant de vous convaincre!
votre amorçage est réussit vous avez tenu valikor en haleine pendant 22 pages a vous répondre et argumenter.... bravo!

n’hésitez pas. Dans le cas contraire et si d’aventure ma présence sur ce forum vous dérangeait, je crois que le mieux serait de vous abstenir de me lire.
non elle ne me dérange pas a partir du moment que vous acceptez... que je dise ce que j'en pense!
et ce que j'en pense est: que vous avez très habilement tenu le haut du pavé ... 22 pages, en glissant HS pour promouvoir votre école!
ce n'est pas une discussion, un partage! ( vous avez , avec mauvaise foi, tenu avec des affirmations frisant la malhonnêteté, des positions qui defient le bon sens!.... pourquoi?)( parce que vous avez un agenda caché qui est de promouvoir le cabinet public!) ... mais de la pub déguisée!

ne nous prenez pas pour des imbéciles, ceux qui sont ici pour un certain temps, savent que l'enjeu de ce forum est strictement un jeu de colleur d'affiche.... et de compétition de pêche au client!
tous les sujets sérieux ici.... n'interresent personne ou sont boycottés a grand renforts de pollution!
le proprio du forum en montre l'exemple avec sa pub.... tolère la pollution et les troll car ils fabriquent du chiffre.... et tout le monde y joue le jeu... faisant sa propre pub!
 
M
Métaphore
Invité
-Réalité- à dit:
Ecoutez, mes croyances sont ce qu’elles sont, mais elles s’appuient sur des faits

Lesquels ? êtes vous hypnothérapeute ?

et lorsque je débats avec quelqu’un, je ne peux que faire preuve de scepticisme si ses propos me semblent les contredire.

Donc vous ne pouvez accepter une autre vision de ce que vous pensez juste ?... en rejetant systématiquent tout ce qui ne fait pas partie de vos croyances/certitudes, sinon sur quoi basez vous vos affirmations ? A vous lire vous reprenez systématiquement tout ce qu'on vous dit sans apporter d'arguments sur une autre proposition.

Alors si je m’accorde en grande partie à votre théorie car elle très proche de la théorie du schéma précoce inadapté de Jeffrey E. Young,

Si vous connaissez la thérapie des schémas de Jeffrey E. Young, je suis très étonnée de ce que vous dites par la suite qui est complètement à l'opposé.

en revanche le processus de régression hypnotique s’appuie sur la possibilité de retrouver l’origine du schéma. Et pourquoi, selon moi, cela relève d’une archéologie psychique aléatoire? Pour les raisons suivantes: premièrement notre mémoire est loin d’être infaillible. Énormément de choses s’oublient au fil du temps et, au final, nous ne nous ne conservons que très peu de souvenirs de notre passé lointain. Bien sûr, si vous avez vraiment vécu une expérience très traumatisante comme un viol, vous aurez peu de chance de l’oublier. Mais s’il est concevable qu’un événement fortement chargé émotionnellement puisse avoir de grande chance de persister, il faut savoir qu’un stress important suivit d’une mauvaise nuit de sommeil peut aussi nous le faire oublier.

Complètement en désaccord avec ce paragraphe (par rapport aux schémas de Jeffrey E. Young).
Généralement, tous évènements traumatiques et d'autant plus dans la toute petite enfance, nous n'avons plus le souvenir de l'évènement, mais une empreinte du ressenti émotionnel enkystée dans l'hémisphère droit (siège des ressentis émotionnels) . D'ailleurs beaucoup d'évènements traumatiques (souvenirs) sont passés dans la case du refoulement profondément enfouis, certaines personnes ont parfois totalement oublié toute une partie de leur vécu enfant, n'ont plus aucun souvenir, pourquoi ?... tout simplement que cette période a été souvent traumatisante, et que ces souvenirs ont été refoulés à n'en plus se souvenir... Mais voilà le ressenti émotionnel est quelque part en nous même si le souvenir de l'évènement est superficiellement effacé de notre conscient, c'est ce qu'on appelle les mécanismes de défense...


Un adulte pourra très bien avoir tout oublié consciemment de son passé traumatisant pour se protéger et continuer à avancer dans la vie, mais ses impacts émotionnels du passé ressortiront d'une façon ou d'une autre, et se demandera à l'âge adulte mais que m'arrive t-il ? ...(symptômes récurrents, psychosomatiques entres autres...)

De plus, dans le cadre de la construction du schéma, l’événement qui l’aurait favorisé n’ayant plus d’utilité pour le sujet, en toute logique, son souvenir devrait avoir tendance à s’effacer avec le temps.

Complètement faux, relisez la construction d'un schéma et à quoi il sert au moment où il s'installe chez l'individu.

Deuxième point, notre mémoire n’est pas comme un tiroir dans lequel on retrouve une photo jaunie du passé. On reconstruit voire même on fantasme bien plus le passé qu’on ne le retrouve à l’aune de nos représentations actuelles (plasticité cérébrale).

Pas d'accord du tout, justement notre mémoire c'est comme des tiroirs, des tiroirs de ressources, des tiroirs de traumas, ....
Fantasmer sur le passé, j'ai jamais entendu qqchose d'aussi délirant...
Cette plasticité cérébrale dont vous parlez permet justement de réharmoniser ce déséquilibre traumas/ressources grâce à l'hypnothérapie.

Je pense que vous séparez un évènement/situation à un comportement/réaction émotionnelle.

Une pensée engendre une réaction émotionnelle qui va déterminer notre comportement...

Imaginez une situation simple : vous vous présentez à un nouveau poste, suivant le recruteur et son discours, tout cela va déterminer une réaction en chaîne de ma phrase précédente.
 
R
-Réalité-
Membre
messages
53
Points
1 590
Valikor


dernier essai : cherchez en vous une croyance dont vous avez l'impression qu'elle a un impact effectif, factuel, que vous ressentez. Une fois que vous l'avez, on pourra en discuter.

et j'insiste bien, croire est intrinsèquement émotionnel.

Mais vous la connaissez déja car je vous l’ai dit : lorsque la personne souffre d'une phobie sociale ou d’anxiété généralisée, le traitement est plus complexe et plus long que la phobie des pigeons ou des araignées. On ne transforme pas aussi facilement les schémas relatifs à l'évaluation de soi que la représentation mentale sur les animaux.
Et pour la personne, il y a lieu de développer de nouvelles compétences sociales : apprendre le calme, mieux écouter, oser affirmer son point de vue sans agressivité, négocier avec autrui, oser de nouveaux comportements, affronter ses peurs. Donc de mon mon point de vue, cela ne peut se faire en 2 ou 3 séances d’hypnothérapie. Voilà ma croyance!



Métaphore


Lesquels ? êtes vous hypnothérapeute ?
Ne nous arrive-t-il pas à tous de l’être parfois ? Mais si vous pensez à la profession, non, absolument pas.
Pour les faits, j’en parle ci-après :


Donc vous ne pouvez accepter une autre vision de ce que vous pensez juste ?... en rejetant systématiquent tout ce qui ne fait pas partie de vos croyances/certitudes, sinon sur quoi basez vous vos affirmations ? A vous lire vous reprenez systématiquement tout ce qu'on vous dit sans apporter d'arguments sur une autre proposition.
C’est qu’à l’évidence vous me lisez mal. Sur ce forum j’ai déjà cité plusieurs références d’ouvrages, des noms de chercheurs, des exemples et mon argumentation s’appuie pour l’essentiel sur leurs travaux. Après c’est à chacun de faire l’effort de recherche et de s’informer sur internet, en bibliothèque ou par un autre moyen sur les études scientifiques auxquelles je me réfère. Vous ne croyez pas quand même pas que je vais vous mâcher le boulot !


Généralement, tous évènements traumatiques et d'autant plus dans la toute petite enfance, nous n'avons plus le souvenir de l'évènement, mais une empreinte du ressenti émotionnel enkystée dans l'hémisphère droit (siège des ressentis émotionnels) .
Premièrement, le circuit émotionnel n’appartient pas plus à l’hémisphère droit que le gauche.
Voir à ce sujet les ouvrages d’Antonio Damasio et du neuroanatomiste Joseph LeDoux. Vous avez ici un article qui résume assez bien les processus : http://www.cairn.info/article.php?ID_AR ... F_029_0073
Deuxio, ce n’est pas parce que les expériences traumatiques avant deux ans ne sont pas mémorisables (parce qu’à cet âge le langage n’est pas acquis et que le cerveau n’en est qu’au début de son développement) qu’il faut généraliser à tous les âges. A 4-5 ans, quel que soit l’événement (décès d’un proche, accident, viol…), l’expérience étant violente, il y a de grandes chances que 30 ou 40 ans plus tard et toute au long de votre vie vous puissiez vous en souvenir.


D'ailleurs beaucoup d'évènements traumatiques (souvenirs) sont passés dans la case du refoulement profondément enfouis, certaines personnes ont parfois totalement oublié toute une partie de leur vécu enfant, n'ont plus aucun souvenir, pourquoi ?... tout simplement que cette période a été souvent traumatisante, et que ces souvenirs ont été refoulés à n'en plus se souvenir...
Oui, ça peut arriver ce genre de « refoulement », mais vous en faites une généralité. Et je préfère quant à moi plutôt parler de « déni » sur ce point. Par contre, pour ce qui est du véritable traumatisme, vous pouvez avoir des images qui envahissent régulièrement la conscience du sujet, phénomène assez fréquent notamment dans les traumatismes de guerre.


Mais voilà le ressenti émotionnel est quelque part en nous même si le souvenir de l'évènement est superficiellement effacé de notre conscient, c'est ce qu'on appelle les mécanismes de défense...
Les mécanismes de défense à la sauce Freud vous devriez dire !


Un adulte pourra très bien avoir tout oublié consciemment de son passé traumatisant pour se protéger et continuer à avancer dans la vie, mais ses impacts émotionnels du passé ressortiront d'une façon ou d'une autre, et se demandera à l'âge adulte mais que m'arrive t-il ? ...(symptômes récurrents, psychosomatiques entres autres...)
Comment peut-on oublier ou ne pas penser à quelque chose consciemment ? Vous connaissez sans doute cette petite expérience cognitive amusante : essayez de ne pas penser à un ours blanc, plus vous efforcerez de le faire moins vous y parviendrez.



Complètement faux, relisez la construction d'un schéma et à quoi il sert au moment où il s'installe chez l'individu.
Il me semble que c'est plutôt à vous de me lire correctement, je parlais du souvenir de l’événement. Et prenez le temps de vous informer sur l’ouvrage de psychologie sur la mémoire de Tiberghien (« La mémoire oubliée ») et les travaux plus récent d’Alain Lieury sur le sujet.


Pas d'accord du tout, justement notre mémoire c'est comme des tiroirs, des tiroirs de ressources, des tiroirs de traumas, ....
Fantasmer sur le passé, j'ai jamais entendu qqchose d'aussi délirant...

Ou sont vos passés vos arguments ? Là, Vous ne faites qu’exprimez vos préjugés personnels.
Sachez qu’une des raisons qui ont pesé dans la désaffection des américains à la méthode psychanalytique c’est précisément qu’elle pouvait créer de faux souvenir tout comme l’hypnose. Voir ici :
http://www.psyfmfrance.fr/documents/cerclepsy.pdf


Cette plasticité cérébrale dont vous parlez permet justement de réharmoniser ce déséquilibre traumas/ressources grâce à l'hypnothérapie.

Oui, mais cette plasticité cérébrale implique de fait que nos souvenirs se transforme également dans ce processus.


Je pense que vous séparez un évènement/situation à un comportement/réaction émotionnelle.

Une pensée engendre une réaction émotionnelle qui va déterminer notre comportement...
Pas du tout, je ne sépare rien, je fais simplement des distinctions sur certaines choses que des personnes semblent confondre ou avoir une idée peu claire. Maintenant, au sujet des réactions en chaine, un comportementaliste vous dira que c’est le comportement qui prime et que les pensées ne sont que des rationalisations après-coup. Et ceci est aussi recevable que votre proposition.

Imaginez une situation simple : vous vous présentez à un nouveau poste, suivant le recruteur et son discours, tout cela va déterminer une réaction en chaîne de ma phrase précédente.

Là encore, si je m’habille en clown, ou que je joue les personnes distinguées, ou encore le rôle de "Monsieur Crade" pour cet entretien (donc des comportements), c’est le discours du recruteur qui risque fort d’être changé. Vous avez des expériences de psychologie sociale très intéressantes là-dessus.
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
Valikor


dernier essai : cherchez en vous une croyance dont vous avez l'impression qu'elle a un impact effectif, factuel, que vous ressentez. Une fois que vous l'avez, on pourra en discuter.

et j'insiste bien, croire est intrinsèquement émotionnel.

Mais vous la connaissez déja car je vous l’ai dit : lorsque la personne souffre d'une phobie sociale ou d’anxiété généralisée, le traitement est plus complexe et plus long que la phobie des pigeons ou des araignées. On ne transforme pas aussi facilement les schémas relatifs à l'évaluation de soi que la représentation mentale sur les animaux.
Et pour la personne, il y a lieu de développer de nouvelles compétences sociales : apprendre le calme, mieux écouter, oser affirmer son point de vue sans agressivité, négocier avec autrui, oser de nouveaux comportements, affronter ses peurs. Donc de mon mon point de vue, cela ne peut se faire en 2 ou 3 séances d’hypnothérapie. Voilà ma croyance!
Ah, mais là c'est un savoir rationnel, étayé par des faits et vérifiables. C'est de l'expérience.
Qui en s'amassant un certain temps va de plus générer un ressenti accompagnateur lié.
:arrow: A quel point vous ressentez que vous en savez beaucoup sur le sujet? Que vous avez l'expérience du sujet?

et en plus inexact, il m'est arrivé de passer plus de séances sur une phobie que sur de l'anxiété....
sur des personnes différentes, certes .

et vous pouvez faire un tour chez moi, comme stagiaire...
vous pourrez observer à votre guide. La plupart des personnes n'ont aucune objection à un stagiaire.

sur ce, bon week end!
 
M
Métaphore
Invité
Réalité, je ne vais pas reprendre toutes vos annotations car je ne partage pas du tout ce que vous dites, et ce que je constate, c'est que vous n'avez que des références à me citer, mais rien venant de vous, de vos expériences, tout ce que je vous dit je l'ai appris, expérimenté sur moi même et sur autrui, donc quand vous serez capable de parler de vos propres expériences et non ceux des scientifiques, et bien peut être aurez vous une autre vision des choses...

Juste pour vous dire que dans la dépression par exemple, on constate beaucoup de refoulement qui n'a rien à voir avec le déni, vous n'avez aucune idée donc des schémas des schémas de Jeffrey E. Young que vous évoquez... et c'est bien dommage car tout repose la dessus.

Quand vous dites : A 4-5 ans, quel que soit l’événement (décès d’un proche, accident, viol…), l’expérience étant violente, il y a de grandes chances que 30 ou 40 ans plus tard et toute au long de votre vie vous puissiez vous en souvenir.

Absolument pas , c'est ce que j'ai essayé de vous expliquer, mais a priori vous n'intégrez pas cetaines choses élémentaires... :roll:

:arrow: Là encore, si je m’habille en clown, ou que je joue les personnes distinguées, ou encore le rôle de "Monsieur Crade" pour cet entretien (donc des comportements), c’est le discours du recruteur qui risque fort d’être changé. Vous avez des expériences de psychologie sociale très intéressantes là-dessus.

Si ça vous amuse de changer les paramètres, mais ma phrase tient toujours : Une pensée engendre une réaction émotionnelle qui va déterminer notre comportement... ce sera alors le recruteur qui sera déstabilisé, mais vous en connaissez beaucoup vous des personnes qui prendrait ce risque en cherchant du boulot ?... une façon déguisée de ne pas répondre, ou bien vous n'avez aucun argument pouvant justifier du contraire.

Donc je vous retourne votre phrase : Vous avez des expériences de psychologie sociale très intéressantes là-dessus


PS : Je n'ai lu que le 1er paragraphe de votre lien, ben j'ai rien appris d'intéressant... et de rien nouveau surtout...

 
L
laurenzo
Membre
messages
1 638
Points
4 480
Bonjour,

Si l'on reprend le post il y a quand même des choses surprenantes:

Métaphore à dit:
A vous lire vous reprenez systématiquement tout ce qu'on vous dit sans apporter d'arguments sur une autre proposition.
Alors que Réalité donne un maximum de références (que l'on peut partager ou non) et voici la réponse qui lui est faite ensuite:

Métaphore à dit:
Réalité, je ne vais pas reprendre toutes vos annotations car je ne partage pas du tout ce que vous dites, et ce que je constate, c'est que vous n'avez que des références à me citer, mais rien venant de vous, de vos expériences, tout ce que je vous dit je l'ai appris, expérimenté sur moi même et sur autrui, donc quand vous serez capable de parler de vos propres expériences et non ceux des scientifiques, et bien peut être aurez vous une autre vision des choses...
Donc si Réalité ne donne pas de références c'est pas recevable et s'il en donne ça n'est pas plus recevable, pas simple...

Ajouté à cela il est taxé de citer les expériences de la littérature qui finalement seraient beaucoup moins plausibles que quelques expériences personnelles. Pourtant des expériences tirées de la littérature sont des synthèses de 100aines d'expériences personnelles.
Accepteriez-vous Métaphore que des thérapeutes expérimentés ici balayent vos arguments en disant qu'ils ne reposent que sur peu de thérapies comparées à des décennies de thérapies pour eux?

Je trouve ce débat très intéressant, la contradiction de Réalité pourrait être prise pour une possibilité d'affiner certains points de vue ou d'avoir d'autres perspectives, c'est dommage de les rejeter. Plusieurs ont une attitude très virulente à son encontre sous prétexte qu'il n'accepterait pas de changer ses croyances, bel effet miroir quand on voit les réactions agressives de ceux qui ne partagent pas les siennes...

Pour en revenir à l'échange avec Valikor, je me demande s'il ne faudrait pas distinguer plusieurs types de croyances. Si je dis que je crois qu'il fera beau demain, la charge émotionnelle sera nulle, si je dis que je crois que ma femme est amoureuse de moi la charge émotionnelle sera là plus importante. Y verriez-vous dans les 2 cas des croyances?

Bonne soirée
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
laurenzo à dit:
Pour en revenir à l'échange avec Valikor, je me demande s'il ne faudrait pas distinguer plusieurs types de croyances. Si je dis que je crois qu'il fera beau demain, la charge émotionnelle sera nulle, si je dis que je crois que ma femme est amoureuse de moi la charge émotionnelle sera là plus importante. Y verriez-vous dans les 2 cas des croyances?

Bonne soirée
bonsoir laurenzo,

je dirais plutôt, 2 croyances d'intensité très différentes.
la première on peut la contester sans problème, la deuxième, non.

1 seul type de croyance, 2 intensités différentes, des causes aussi très différentes.
 
M
Métaphore
Invité
Mais je n'ai jamais demandé de références à Réalité, mais je comprends Laurenzo que vous soyez très proche de Réalité quant aux revues scientifiques, vous fonctionnez pareil...

Mais je vous laisse entre vous, car vraiment cela ne m'apporte pas qqchose de fondamental bien au contraire, désolée hein... nous avons des approches différentes, moi j'ai mes références, vous ou lui les vôtres... il en faut pour tout le monde... mais j'ai l'impression que vous tournez en rond tous les deux malgré tout...

Et quand vous parlez d'affiner certains points, ça va faire bientôt 23 pages et rien n'a changé, donc je ne vois pas d'avancées...

Donc j'appelle ça de la masturbation intellectuelle, mais bon y en a qui aime a priori :roll: ...
 
R
-Réalité-
Membre
messages
53
Points
1 590
Valikor

Ah, mais là c'est un savoir rationnel, étayé par des faits et vérifiables. C'est de l'expérience.
Qui en s'amassant un certain temps va de plus générer un ressenti accompagnateur lié.
A quel point vous ressentez que vous en savez beaucoup sur le sujet? Que vous avez l'expérience du sujet?

Votre question me parait vraiment très étrange. Pour moi, il ne s’agit pas d’un ressenti mais d’un savoir accumulés sur de nombreuses années. Par ailleurs, il se trouve que j’étais moi-même une personne anxieuse et timide. Alors on peut dire que j’ai acquis en ce domaine une certaine expertise. Et comment vous dire, si j’ai une personne devant moi qui a ce genre de difficultés, en général, je ne cherche pas, c’est intuitif et spontané, je sais quoi lui dire et comment me comporter, les choses sont claires.


et en plus inexact, il m'est arrivé de passer plus de séances sur une phobie que sur de l'anxiété....
sur des personnes différentes, certes .

Oui, c’est vrai, et pour le coup, je m’aperçois que j’ai généralisé.Il arrive quelquefois que l’on touche très juste rapidement et que les choses s’enchainent à merveille pour la personne. Ça tient presque de la magie! Mais bon, pour ce qui concerne les troubles anxieux généralisés, dans mon expérience, c’est rare.



et vous pouvez faire un tour chez moi, comme stagiaire...
vous pourrez observer à votre guide. La plupart des personnes n'ont aucune objection à un stagiaire.

sur ce, bon week end!

Je trouve votre invitation sympathique et je vous en remercie. Malheureusement vous êtes un peu loin et puis je n’ai guère le temps. Mais je vous avoue que ce n’est pas vraiment un hasard si je suis arrivé directement sur la partie vidéo de ce forum. Alors si un jour vous veniez à en mettre une ici, je la regarderais avec intérêt.

Bon week-end à vous aussi. :D


Métaphore

Réalité, je ne vais pas reprendre toutes vos annotations car je ne partage pas du tout ce que vous dites, et ce que je constate, c'est que vous n'avez que des références à me citer, mais rien venant de vous, de vos expériences, tout ce que je vous dit je l'ai appris, expérimenté sur moi même et sur autrui, donc quand vous serez capable de parler de vos propres expériences et non ceux des scientifiques, et bien peut être aurez vous une autre vision des choses...
Allez donc à Lourdes et vous trouverez aussi des gens qui vous disent que ça marche ! Et dans le même ordre, vous pouvez aussi trouver des rebouteux et des gourou-thérapeutes qui vous diront que leur méthode marchent merveilleusement et que leurs explications sont les bonnes.
Métaphore, l’expérience personnelle c’est bien joli mais cela ne veut pas dire que vos interprétations sont justes. Et voilà pourquoi je m’appuie sur des faits qui ont été validées par des expériences scientifiques dans cette conversation. Maintenant si vous avez un problème avec la science, c’est votre problème pas le mien.

En vous souhaitant une bonne continuation.
 
M
Métaphore
Invité
:arrow: Maintenant si vous avez un problème avec la science, c’est votre problème pas le mien.

Pourquoi voyez vous des problèmes partout ? ... :shock:

Je lis, je trie et et je fais mes expériences, faites en de même... vous n'en serez que plus authentique...

Sur ce bonne continuation, et regardez NIP TUCK, ça recommence ce soir, moi j'adooooreee... :D
 
corfinas
corfinas
Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
-Réalité- à dit:
... le processus de régression hypnotique s’appuie sur la possibilité de retrouver l’origine du schéma. Et pourquoi, selon moi, cela relève d’une archéologie psychique aléatoire? Pour les raisons suivantes: premièrement notre mémoire est loin d’être infaillible. Énormément de choses s’oublient au fil du temps et, au final, nous ne nous ne conservons que très peu de souvenirs de notre passé lointain. Bien sûr, si vous avez vraiment vécu une expérience très traumatisante comme un viol, vous aurez peu de chance de l’oublier. Mais s’il est concevable qu’un événement fortement chargé émotionnellement puisse avoir de grande chance de persister, il faut savoir qu’un stress important suivit d’une mauvaise nuit de sommeil peut aussi nous le faire oublier. De plus, dans le cadre de la construction du schéma, l’événement qui l’aurait favorisé n’ayant plus d’utilité pour le sujet, en toute logique, son souvenir devrait avoir tendance à s’effacer avec le temps. Deuxième point, notre mémoire n’est pas comme un tiroir dans lequel on retrouve une photo jaunie du passé. On reconstruit voire même on fantasme bien plus le passé qu’on ne le retrouve à l’aune de nos représentations actuelles (plasticité cérébrale).
Hello,

Perso j'ai expérimenté avec bonheur les régressions hypnotiques et je me moque bien de savoir si le souvenir retrouvé était "réel" ou "fantasmé", ce qu'il m'importe c'est que j'ai soldé, ou recadré ou traité, ce souvenir et que ça m'a "débloqué des émotions coincées" (pas d'autres mots) et qu'après certaines de mes croyances avaient évoluées et que ça allait mieux.

Je l'ai dit sur un autre post et je le redis ici: A mon avis plus on a confiance en soi et en la vie et plus la notion de "vérité vraie" devient accessoire.

a+
 
M
Métaphore
Invité
corfinas à dit:
-Réalité- à dit:
... le processus de régression hypnotique s’appuie sur la possibilité de retrouver l’origine du schéma. Et pourquoi, selon moi, cela relève d’une archéologie psychique aléatoire? Pour les raisons suivantes: premièrement notre mémoire est loin d’être infaillible. Énormément de choses s’oublient au fil du temps et, au final, nous ne nous ne conservons que très peu de souvenirs de notre passé lointain. Bien sûr, si vous avez vraiment vécu une expérience très traumatisante comme un viol, vous aurez peu de chance de l’oublier. Mais s’il est concevable qu’un événement fortement chargé émotionnellement puisse avoir de grande chance de persister, il faut savoir qu’un stress important suivit d’une mauvaise nuit de sommeil peut aussi nous le faire oublier. De plus, dans le cadre de la construction du schéma, l’événement qui l’aurait favorisé n’ayant plus d’utilité pour le sujet, en toute logique, son souvenir devrait avoir tendance à s’effacer avec le temps. Deuxième point, notre mémoire n’est pas comme un tiroir dans lequel on retrouve une photo jaunie du passé. On reconstruit voire même on fantasme bien plus le passé qu’on ne le retrouve à l’aune de nos représentations actuelles (plasticité cérébrale).
Hello,

Perso j'ai expérimenté avec bonheur les régressions hypnotiques et je me moque bien de savoir si le souvenir retrouvé était "réel" ou "fantasmé", ce qu'il m'importe c'est que j'ai soldé, ou recadré ou traité, ce souvenir et que ça m'a "débloqué des émotions coincées" (pas d'autres mots) et qu'après certaines de mes croyances avaient évoluées et que ça allait mieux.

Je l'ai dit sur un autre post et je le redis ici: A mon avis plus on a confiance en soi et en la vie et plus la notion de "vérité vraie" devient accessoire.

a+
Tout à fait...moi également j'ai fait ces expériences...
ceux qui restent figés dans le scientifique restent coincés dans un cadre intellect qui les rassure peut être, mais ne pourront atteindre l'éveil de la conscience...


Surtout qu'il parle de la construction d'un schéma et qu'il dit tout le contraire... :? son discours n'a donc pas de sens à ce sujet.
 
corfinas
corfinas
Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
De plus je précise que le gout pour la vérité vraie je crois que je l'ai perdu pendant ma formation pnl, je crois que j'étais dans un cadre suffisamment sécurisé alors j'ai essayé de faire "comme si" la vérité vraie avait moins d'importance et je me suis aperçu que mes doutes/peur n'étaient pas plus grand et que je m'en portait que mieux finalement alors j'ai gardé.

a+
 
L
laurenzo
Membre
messages
1 638
Points
4 480
Métaphore à dit:

en rejetant systématiquent tout ce qui ne fait pas partie de vos croyances/certitudes
Vous reprochez à Réalité ce que vous faites vous-même. Il argumente point par point concernant vos remarques et vous rejetez tous ses arguments pour d'obscures raisons.
Vous dites que vous avez vos références, justement c'est l'occasion de les citer pour enrichir le débat autrement que par "ce que vous écrivez c'est nul". Quand bien même ce ne sont pas des études scientifiques (Réalité ne se limite pas à des études scientifiques au passage, il parle de références ce qui est plus large), donnez des exemples qui viendraient nourrir le débat. :idea:
 
surderien
surderien
Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 078
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Merci à Réalité pour ses infos !

Allez donc jeter un oeil au topo de Thierry Melchior sur :

communication hypnotique, symptômes et émotions...


http://www.cairn.info/revue-cahiers-cri ... ge-123.htm

la partie language dissociatif me parait trés suggestive...

ainsi que la formation d'une bulle communicationnelle symbiotique...


:idea:
 
valikor
valikor
Membre
Pro
messages
2 418
Points
6 360
Localisation
lyon
-Réalité- à dit:
Valikor

Ah, mais là c'est un savoir rationnel, étayé par des faits et vérifiables. C'est de l'expérience.
Qui en s'amassant un certain temps va de plus générer un ressenti accompagnateur lié.
A quel point vous ressentez que vous en savez beaucoup sur le sujet? Que vous avez l'expérience du sujet?

Votre question me parait vraiment très étrange. Pour moi, il ne s’agit pas d’un ressenti mais d’un savoir accumulés sur de nombreuses années. Par ailleurs, il se trouve que j’étais moi-même une personne anxieuse et timide. Alors on peut dire que j’ai acquis en ce domaine une certaine expertise. Et comment vous dire, si j’ai une personne devant moi qui a ce genre de difficultés, en général, je ne cherche pas, c’est intuitif et spontané, je sais quoi lui dire et comment me comporter, les choses sont claires.
elle parait étrange mais j'insiste, à quel point vous ressentez, spontanément, sur une échelle de 0 à 10, que c'est un savoir accumulé sur de nombreuses années qui s'appuie aussi sur une expérience personnelle?
:wink:

et en plus inexact, il m'est arrivé de passer plus de séances sur une phobie que sur de l'anxiété....
sur des personnes différentes, certes .

Oui, c’est vrai, et pour le coup, je m’aperçois que j’ai généralisé.Il arrive quelquefois que l’on touche très juste rapidement et que les choses s’enchainent à merveille pour la personne. Ça tient presque de la magie! Mais bon, pour ce qui concerne les troubles anxieux généralisés, dans mon expérience, c’est rare.
c'est ce qui m'a donné envie de comprendre pourquoi certains y arrivaient et d'autres non....
et maintenant du coup, cette compréhension fait que c'est bien plus facile avec presque tous. ceux avec qui c'est très difficile, c'est ceux qui ne comprennent pas les questions, ou répondent je ne sais pas, ou sont coupés de leurs émotions (du coup l'emdr ne marche pas), ou avec un gros gros problème de concentration.
pour ceux qui analysent beaucoup, tout le temps, s'ils acceptent, on peut même diminuer cela pour diminuer leur résistance au travail.

et vous pouvez faire un tour chez moi, comme stagiaire...
vous pourrez observer à votre guide. La plupart des personnes n'ont aucune objection à un stagiaire.

sur ce, bon week end!

Je trouve votre invitation sympathique et je vous en remercie. Malheureusement vous êtes un peu loin et puis je n’ai guère le temps. Mais je vous avoue que ce n’est pas vraiment un hasard si je suis arrivé directement sur la partie vidéo de ce forum. Alors si un jour vous veniez à en mettre une ici, je la regarderais avec intérêt.

Bon week-end à vous aussi. :D
il me faudrait une webcam et surtout un témoin indépendant... j'ai déjà eu une stagiaire de licence de psycho. Ca s'est bien passé.
peut etre avec un/une de master...
 
M
Métaphore
Invité
:shock:
surderien à dit:
Merci à Réalité pour ses infos !

Allez donc jeter un oeil au topo de Thierry Melchior sur :

communication hypnotique, symptômes et émotions...


http://www.cairn.info/revue-cahiers-cri ... ge-123.htm

la partie language dissociatif me parait trés suggestive...

ainsi que la formation d'une bulle communicationnelle symbiotique...
Où est la nouveauté ? :shock:

Tout ce que je constate c'est que Réalité est comme Laurenzo, et je ne sais pas Laurenzo si toutes ces études scientifiques vous a fait beaucoup avancer, oui je sais je parle de vous en tant que personne, mais à un moment donné pour moi c'est ça les preuves...

Réalité c'est bien planté concernant la construction des schémas qui n'a pas compris ce qui pourrait laisser à penser que toutes ces lectures scientifiques sont intégrées de la même façon...

Maintenant je vous laisse dans votre bulle d'égos en ébullition... :lol:
 
L
laurenzo
Membre
messages
1 638
Points
4 480
Métaphore à dit:

Tout ce que je constate c'est que Réalité est comme Laurenzo, et je ne sais pas Laurenzo si toutes ces études scientifiques vous a fait beaucoup avancer, oui je sais je parle de vous en tant que personne, mais à un moment donné pour moi c'est ça les preuves...
C'est particulier Métaphore, vous êtes la 1ère à venir nous dire que c'est légitime de venir 'bouger' les intervenants parce qu'il faut être rigoureux et quand on vous parle de références, de preuves etc... on se retrouve pointé du doigt, léger paradoxe quand même, la rigueur oui mais quand ça va dans votre sens...

Vous semblez rejeter la science entièrement, on vous dit "études scientifiques" à chaque fois la réaction est la même avec ce rejet d'emblée. Pourtant quand des études scientifiques sont évoquées ici, que représentent-elles? Des compilations d'expériences rien de plus. De la même manière que votre formation se base sur des expériences pour en ressortir ce qui semble être le plus efficace, de la même manière que vous-même vous tirez de votre pratique ce qui vous semble le plus efficace. Là aussi paradoxe, vous rejetez ce sur quoi se base votre pratique et les attaques perso qui accompagnent votre raisonnement ne lui donnent pas plus de crédibilité quoique vous sembliez en penser.

Si Surderien ou Valikor vous parlent de leurs expériences personnelles, vous leur dites: "c'est nul, zéro" parce que ça ne colle pas aux schémas qu'on vous a appris et qui vous parlent et si d'autres vous parlent d'autres schémas démontrés, pareil "c'est nul c'est de la science", le point commun c'est que ça ne colle pas avec votre croyance rien de plus...

Métaphore à dit:

Réalité c'est bien planté concernant la construction des schémas qui n'a pas compris ce qui pourrait laisser à penser que toutes ces lectures scientifiques sont intégrées de la même façon...
Appliquons ce raisonnement qui généralise à l'extrême à votre cas: lorsque vous avez fait un topo sur Erickson, vous avez fait erreur sur erreur. On va donc considérer que vous ne maitrisez pas les bases de l'hypnose ericksonnienne, ce qui pourrait laisser penser qu'il en va de même pour le reste du domaine de la psychothérapie. Ca vous semble juste comme façon de vous catégoriser?
 
M
Métaphore
Invité
Et bien relisez mes messages, je ne demande jamais de références, je demande d'argumenter sur une pratique, et pas de me donner un lien scientifique...

Vous savez je suis abonnée à une revue hypnotique sans compter mes nombreuses lectures pas forcément scientifiques, mais spirituelles, ben oui ça élargit notre champ de vision (vous devriez essayer...) donc je le répète je lis, je trie, et je fais mes expériences, maintenant si vous avez un besoin de vous raccrocher à des vérifications scientifiques en permanence, c'est votre problème pas le mien...

Concernant mon propos sur Erickson, non je ne me suis pas plantée... je maintiens ce que j'ai dit, maintenant si vous souhaitez penser autrement, à vous de voir... ce n'est pas parce qu'un type m'a sorti sa science que ça va changer ma manière de percevoir les choses...

Comme dirait Corfinas la vérité vraie n'existe pas, elle est ce que vous en faites...

Continuez votre petite conversation sans moi... j'ai mes positions, je sais de quoi je parle, et comme on disait une fois sur le forum chacun apprend sur ce forum, même si ce n'est pas ce qu'il est venu chercher...
 
L
laurenzo
Membre
messages
1 638
Points
4 480
Métaphore à dit:
Et bien relisez mes messages, je ne demande jamais de références, je demande d'argumenter sur une pratique, et pas de me donner un lien scientifique...
Toujours cette aversion pour la science c'est assez particulier pour quelqu'un qui se dit ouverte d'esprit d'exclure à ce point un domaine... Je vous le répète: une étude scientifique ce sont des retours d'expériences Métaphore, exactement ce sur quoi vous basez votre discours. Peut-être préféreriez-vous que l'on parle plutôt de retour d'expériences si cela vous permettait de ne pas avoir ce blocage dès que le mot 'science' apparaît et qui empêche tout débat? :oops:
Vous demandez une argumentation, relisez la dernière réponse que vous a faite Réalité, c'est plein d'arguments.

Métaphore à dit:
Vous savez je suis abonnée à une revue hypnotique sans compter mes nombreuses lectures pas forcément scientifiques, mais spirituelles, ben oui ça élargit notre champ de vision (vous devriez essayer...) donc je le répète je lis, je trie, et je fais mes expériences, maintenant si vous avez un besoin de vous raccrocher à des vérifications scientifiques en permanence, c'est votre problème pas le mien...
Où avez-vous lu que je ne m'attachais qu'aux expériences scientifiques? Connaissez-vous mes lectures? Vous avez des croyances même sur les gens... :?
Et nous sommes d'accord c'est bien d'avoir plein de références, c'est encore mieux de ne pas se couper d'emblée d'une partie d'entre elles (références scientifiques, enfin je veux dire des retours d'expériences...), non? Sinon nous ne sommes plus dans l'ouverture d'esprit, ce qui serait dommage.

Métaphore à dit:
Concernant mon propos sur Erickson, non je ne me suis pas plantée... je maintiens ce que j'ai dit, maintenant si vous souhaitez penser autrement, à vous de voir... ce n'est pas parce qu'un type m'a sorti sa science que ça va changer ma manière de percevoir les choses...
Effectivement à partir du moment où vous affirmez que Erickson n'a jamais rien publié et que l'on vous sort des publications par dizaines, vous ne vous êtes pas plantée du tout. :roll:

Métaphore à dit:

Comme dirait Corfinas la vérité vraie n'existe pas, elle est ce que vous en faites...
Ce qui ne vous empêche pas de venir dire aux gens qu'ils n'ont rien compris, que ce qu'ils écrivent est nul, tout faux. Comme si vous déteniez la vérité vraie en fait...

Métaphore à dit:

Continuez votre petite conversation sans moi... j'ai mes positions, je sais de quoi je parle, et comme on disait une fois sur le forum chacun apprend sur ce forum, même si ce n'est pas ce qu'il est venu chercher...
Un peu contradictoire de dire dans la même phrase "j'ai mes positions" (figées) et "on apprend sur ce forum" (évolution).
Surtout que même lorsqu'un intervenant vous apporte la preuve que vos connaissances sont faillibles sur un domaine (cf Erickson), plusieurs mois après vous nous dites que vous maintenez vos propos erronés. Si on n'apprend même plus de ses erreurs... :?
 
M
Métaphore
Invité
Laurenzo moi ce qui m'intéresserait ce sont vos propres expériences, vos propres avancées... on peut se demander depuis votre premier post si vous avez appris des choses qui vous ont permis de dépasser vos symptômes... pour moi c'est ça qui est intéressant, si vos diverses thérapies vous ont donné cet accès à la liberté de vous sentir vous même ?

Le reste pour moi n'est que littérature et conflits d'égos...

Vous pensez ce que vous voulez de moi, j'ai un franc parler, ça en dérange certains, ben OK, et alors ? si vous préférez rester dans votre bulle d'intellos, alors pas de problème pour moi...

Ce qui est intéressant pour moi, c'est ce qui m'apporte qqchose pour mon bien être, alors que ce soit scientifique ou pas, je m'en fou...

Et encore une fois je n'ai aucune aversion pour la science, ça devient obsessionnel chez vous... :roll:
 
Vous aimerez:
Nouveaux messages
Votre avis nous intéresse !

Posez vos questions, échangez et partagez votre point de vue sur le forum transe-hypnose.com

Hypnopraticien
REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ MAINTENANT
Haut