Je n'en peux plus...

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par LAPRUN, 8 Novembre 2010.

  1. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Je n'en peux plus ...de l'ambiance au travail, de ne pas savoir comment me comporter avec les collègues, envie de me cacher dans les tiroires à mes retours d'arrêt de travail, je ne sais plus quoi dire pour ne pas blesser, je suis dépassée par le travail, ça devient trop compliqué et très mal organisé, je n'a jamais su ce que je voulais faire et je me retrouve là car ça apporte le salaire, il y en a besoin!! mais je voudrais être moins stressée par tout ça! car notre établissement est en train de se cacher la figure....

    Je n'en peux plus d'avoir mal au ventre qui m'empêche d'être bien, bien travailler, pouvoir réfléchir et ne pas dépendre des collègues qui m'emmènent aux urgences et à qui je n'ose plus faire d'éventuels reproches ou demandes professionnelles...

    J'étais en arrêt jeudi et vendredi dernier, j'ai encore mal au ventre, tout est coincé, pb de transit, soit disant colopathie fonctionnelle pour les gastro et conséquences d'anorexie légère selon le psy,

    RAS LE BOL;

    AU SECOURS!!!

     
  2. corfinas

    corfinas

    Inscrit:
    5 Mai 2007
    Hello,

    Je vous dirai bien de prendre un tiroir du bureau et de le mettre sur la tête pour détendre l'atmosphère mais je crains que ça ne revienne à dire que le ciel est bleu à qqn qui regarde ses pieds.

    Quand vous dites AU SECOURS!!! et comme nous sommes sur un forum : que voulez vous dire par là, pouvez vous nous en dire plus ?
     
  3. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    :) Je souffre d'atroces douleurs abdominales due à la constipation conséquence d'une trophie de la paroi de mon intestin causée par une anorexie de jeunesse.
    Certaines anorexiques ressentent cela de façon moins intense. Moi, cela a été mon point fragile et l'anorexie s'est imbriquée avec une colopathie fonctionnelle.
    Je suis suivie par quelqu'un de très bien en qui j'ai grande confiance même si parfois je le critique disant qu'il ne comprend rien (contre transfert). Mais j'auraiS aimé savoir si l'hypnose peut accélérer le suivie.

    De plus en ce moment j'ai de gros soucis au travail et j'ai très peur des conséquences.
    Ce serait trop long à expliquer (ambiance, restructuration, demande de nouveau poste avec sollicitation de notre élu, risque et conséquence)...je voudrais guérir de ces douleurs, prendre confiance en moi, être sympathique avec les gens tout en me fichant de ce que penseront les gens, être sure que si j'accède au poste je réussirai etc)

    Ca fait bcp...
    SL
     
  4. apo77

    apo77

    Inscrit:
    13 Juin 2009
    Il me parais necessair pour commencer de vous metre a la meditation, auto-hypnose, afin de vous recentrer, de vous rerencontrer vous meme, de reprendre le controle sur vous, de prendre du recul..

    Il est temps pour vous de faire un pas dans ce monde, il est temps pour vous de faire un pas dans votre monde ;)
     
  5. Je ne comprends pas votre question sur l'hynose vu qu'en date du 16/10/2010 vous disiez cela :
     
  6. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Je suis suivie par quelqu'un de très bien en qui j'ai grande confiance même si parfois je le critique disant qu'il ne comprend rien (contre transfert).
    Mais j'aurais aimé savoir si l'hypnose peut accélérer le suivie.


    Chercher vous quelqu'un qui vous suive dans votre "ras le bol", ou quelqu'un qui vous montre le chemin que vous accepterez de suivre ?

    :?:
     
  7. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Vos questions sont trop subtiles pour moi.
    Désolée, je ne comprends pas ce que vous voulez dire.

    Je me posais la question de savoir si l'hypnose pourrait accélérer le suivi car l'an dernier quand j'avais fait les séances d'hypnose, j'avais arrêté le suivi avec on thérapeute, alors que là je voudrais combiner les deux si ça peut accélérer ma guérison.

    Surderien, je ne veux pas qu'on me suive dans mon ras le bol, mais j'ai parfois du mal à accpeter ce que me dit mon thérapeute, comme si j'avais besoin que tout le monde me dise la même chose que lui : besoin de convaincre tout le monde que c'est bien l'ano qui est la cause de es douleurs...
    De plus, lui considère que je suis capable d'assumer les fonctions d'un poste d'attaché cadre A, mais moi je me dis que je risque de tout perdre si je suis retenue et que je ne suis pas à la hauteur des fonctions, surtout que je suis souvent en arrêt de travail, alors j'aimerais prendre confiance en moi, ne plus avoir mal, ne plus douter de mon thérapeute, et avoir la capacité d'apprendre et de comprendre ce que je dois savoir pour mon travail et ne pas craindre ce qui sera dit sur moi ni continuer à parler à tords et à travers de mes soucis personnels à mes collègues mais je n'y arrive pas, j'ai besoin de parler et je me confie à qui veut bien m'entendre...

    Concernant les problèmes abdominaux, j'ai confirmation par des sites Internet de santé que la paroi de l'intestin subit des conséquences de l'ano (donc mon thérapeute a raison), même si je ne suis plus à un poids de danger, je suis tjs trop faible, et je voudrais me convaincre de prendre quelques kilos en espérant que ça me soulagera et que les crises seraient moins intense, il y en aurait tjs mais moins fortes...je suis déjà monté à 48 kg? J4AVAIS ENCORE DES CRISES MAIS MOINS DURES, mais je ne m'aime pas à ce poids je me trouve bouffie....voilà, je parle encore encore encore...
     
  8. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    j'aimerais prendre confiance en moi

    mais je ne m'aime pas

    encore encore encore...



    Voilà un surlignage rapide, mais la troisième ligne se rattache-t-elle plus à la première ou à la seconde ?

    :roll:


    Il y a peut-être un élément subtil qui vous échappe, mais peut-être n'êtes vous pas si loin de l'attraper ?

    8)
     
  9. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Je ne sais pas à quelle ligne la troisème se rapproche le plus.

    La confiance en moi est absente, ou du moins enfouie, et si j'ai le poste (ce n'est pas gagné car je suis grillée à la DRH de ma ville apparemment à cause du psy du travail), cela me demanderait de travailler beaucoup, car il me faut bcp de temps pour comprendre, il faut que je travaille dur pour réussir et là je suis fatiguée, surtout avec les douleurs qui empêchent toute concentration et qui m'empêche de travailler rigoureusement. En plus j'ai peur de l'ambiance dans un nouveau service car l'ambiance dans ma collectivité est très mauvaise depuis changement de municipalité, je suis fragile, je suis comme une petite fille quia peur de tout, qui dit oui à tout, qui ne sais pas se défendre...

    Je ne m'aime pas quand je fais plus de poids et pourtant si je ne prends pas de poids, je continuerai à souffrir, alors il faut que j'arrive à me convaincre qu'il vaut mieux ne pas s'aimer de trop physiquement mais ne pas avoir mal, et si je fais quelques kilos de plus, je pourrai (si je n'ai pas mal et si je garde mon travail) me faire belle, coiffure, soins, etc...mais il va falloir que j'accepete de refaire toute ma garde robe si je grossis, et ça veut dire des dépenses que je ne parviens pas à m'autoriser non plus car j'ai peur de manquer d'argent un jour si je perds mon travail à cause de la maladie et de mon manque de mtivation, et de lenteur à la compréhension..

    Je parle, j'en ai besoin, mais il ne faut pas me dire que je ne dois pas grossir car sinon, je ne guérirai jamais, même si je conserve quelques crises, ce sera moindre car je serai plus résistante...

    Bla bla bla bla, mais au moins, vous n'êtes pas un collègue de travail, vous ne me connaissez pas...
     
  10. Heu... en quoi mes questions sont subtiles ?... :roll: vous avez fait 8 séances d'hypnose, vous avez arrêté car a priori cela ne donnait pas de résultats et maintenant vous redemandez si vous pouvez les associer à vos séances de psy... mais c'est ce que vous faisiez déjà à l'époque non ?

    Alors pourquoi pensez vous que ces séances ne vous apportez rien ? vos crises ? pensez vous réellement que 8 séances règlent tout ?

    J'ai lu votre dernier message à propos de votre poste d'encadrement, pensez vous vraiment que ce poste est une priorité pour vous dans les conditions actuelles ?

    Y a t-il une époque de vie où vous vous sentiez aimée ? appréciée pour ce que vous êtes, quelles sont vos sources de plaisir ? à quel moment vous vous sentez le mieux, en faisant quoi ?


    Au moment de vos crises abdominales, vous êtes vous demandé ce que vos douleurs pourraient vous dire, comme si elles pouvaient parler, en AH, vous devriez essayer de les faires parler, qu'est ce qui ce passe en vous, quelles émotions vous vient ? quelles images peut être peuvent survenir dans un total lâcher prise... peut être une petite fille en souffrance qui attend que vous l'aidiez à l'intérieur de vous... car cette petite fille est devenue une adulte mais cette adulte ressent toujours la fracture de cette petite fille intérieure...

    En hypnose, avez vous appris à faire ce type de visualisations ?
     
  11. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    et ça veut dire des dépenses que je ne parviens pas à m'autoriser non plus car j'ai peur de manquer

    Là vous semblez exprimer clairement ce paradoxe, cet aspect "subtil" qui vous mine, et c'est là que l'hypnose peut précisément

    vous aider si vous vous y autorisez subtilement

    8)
     
  12. LAPRUN,

    L'urgence de votre message initial est probalement devenu moins urgent ? :roll: car depuis mon message du 11 Novembre 2010, plus de nouvelles...
     
  13. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    vous savez qu'on peut obtenir beaucoup plus d'aide d'une personne que d'un ordinateur ou d'un forum?
     
  14. Certainement, mais j'ai remarqué que Laprun vient sur le forum de façon assez espacée en rapportant un malaise de plus en plus fort et ce malgré des interventions extérieures et en venant ici avec des appels au secours, et quand on lui pose des questions, elle disparaît... comme si elle n'avait plus envie de se remettre en question, c'est une constatation étonnante c'est tout!!!
     
  15. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    oh vous savez, depuis que j'ai entendu il y a 2 semaines une jeune adulte déclarer qu'elle était à ses parents, qu'elle leur appartenait... cela devient difficile de s'étonner...
     
  16. Je ne vois pas le rapport avec Laprun ?...

    C'est évident que les personnes que vous recevez ont des troubles émotionnels/pathologiques, sinon vous n'auriez pas de boulot... :D
     
  17. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Bonsoir,

    je vois que mes problèmes génèrent même des conflits sur ce forum donc je vais surement m'abstenir de venir demander de l'aide ici, mais je ne vais pas cesser de me battre.

    Simplment, je souhaitais dire que ce n'est pas parce que mes messages sont espacés que je vais mieux ou que je me fiche de ce qu'on me dit, mais il se trouve que je suis obligée de me battre tous les jours pour aller bosser, aller en formation, etc, avec les douleurs. Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, loin de là, mais vu les réactions je me dis que j'en ai assez des conflits au travail et dans la famille pour en gérer encore sur ce forum.

    Merci tout de même. :shock:
     
  18. surderien

    surderien

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Il y a des situations dont on voudrait se sortir, mais on ne peut pas car on doit y rester ( obligations de travail, de famille etc )

    On peut utiliser alors des techniques de décadrage, de décentrage, qui permettent en pratique de rester dans le cadre mais de changer le ressenti de ses émotions qui font qu'on ne se sent plus prisonnier, obligé, contraint, conflicté et conflicteur

    Vous finirez progressivement par trouver cette aide et ressentir les choses différemment d'avant et de voir que vos problèmes auront été comme le moyen d'évoluer vers de nouvelles possibilités de changement sans changer trop de chose d'un coup, mais en vous rendant compte que çà avance tout doucement alors vers ce changement qui va arranger les choses en trouvant confiance..


    8)
     
  19. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Bonjour Surderien,

    j'aimerais changé simplement ma façon de ressentir ce que pourront penser les gens de moi et surtout mes douleurs.

    Je ne veux pas me changer complètement ni remettre en cause ma vie personnelle, ni tout bouleverser mais je voudrais vivre, ne pas souffrir, faire des trucs, ou même me reposer sans avoir mal...

    Je ne sais vraiment pas où trouver cette ressource, car à force d'essayer de chercher on s'épuise, on doute et en plus les finances en supportent les conséquences...je ne suis pas toute seule, j'ia un mari et un fils et je ne peux pas ne penser qu'à moi...

    SL
    Merci de vos réponses apaisées contrairement
     
  20. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    mais votre fils et votre mari souffrent de votre incapacité à résoudre vos problèmes ce qui nécessite impérativement que vous pensiez à vous et que vous y consacriez ce qui est nécessaire pour y arriver.

    commencez par essayer d'accorder aucune importance au regard et au jugement des autres, par arrêter de vous mettre la pression, de vouloir faire les choses bien.
    d'arrêter de partager les problèmes des autres, les autres, ont besoin qu'on les aide, sans partager leurs problèmes car quand on se mets à partager leurs problèmes, finalement cela leur fait encore plus mal.
    et si vous avez du mal à dire non, apprenez à le faire, les autres vous respecteront alors davantage.
    si vous vous sacrifiez pour les autres, la souffrance est automatique...
    pour finir, votre mal-être prends sa source dans votre passé, il est donc important de se détacher du passé, voire de ses parents le cas échéant.

    valikor
     
  21. J'ai connu une personne qui souffrait de symptômes de tout ordre au quotidien la rendant très fragile, se focalisant jour après jour sur la survenue de ces symptômes, et les renforçant de manière inconsciente un peu plus chaque jour, un jour elle apprend que sa mère est atteinte d'un cancer grave (elle était très proche de sa mère), et peu à peu ses symptômes se sont réduits de façon incroyable et depuis elle a entamé une thérapie afin de comprendre ce qu'il avait amené à maintenir ses symptômes et comprendre sa relation avec sa mère et sa place qu'elle avait eu dans sa famille.

    L'attention qu'elle a porté sur sa mère l'a détourné de ses propres souffrances.


    Intéressant non ?
     
  22. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Merci Valikor de l'intérêt que vous portez à mon message.
    Ne pas attacher d'importance à ce que pensent les autres, j'ai déjà essayé de nombreuses fois, j'y arrive un jour et le lendemain je retombe,et je regrette ce que j'ai pu dire quand j'étais plus sure de moi,
    j'écoute les problèmes des autres mais j'en ai tellement que je ne peux pas aider les autres de toute façon,
    dire non, c'est vrai que je ne sais pas faire, vouloir tout faire bien et à la perfection, c'est ce que je voudrais car c'est loin d'être le cas, tant au travil qu'à la maison (je cuisine mal, c'est tjs du vite fait, je ne peux pas bien faire le ménage et m'occuper de ma maison car je suis constamment malade, donc c'est tout du vite fait, je n'ai pas de loisirs je ne rencontre personne car j'ai mal et qu je ne veux pas encore raconter mes pbs aux gens que je rencontrerai car le jugement est facile, au travail je m'entends bien avec un membre de la Direction mais c'est plus parce qu'il est sympa avec moi et mes collègues n'aiment pas trop ça!, j'ai postulé sur un poste de cadre A correspondant à mon concours (qui n'est plus valable qu'un an et demi) mais je ne me sens pas à la hauteur et si je ne l'ai pas je serai déçue! car j'ai bcp travaillé pour avoir le concours et dans des conditions pas faciles (crises et douleurs), mais l'ambiance dans la collectivité n'est pas simple et en plus cette semaine j'étais en formation et à cause de mes douleurs je n'ai rien pu retenir, il va falloir que j'en refasse mais je voudrais ne pas être malade la prochaine fois et bien tout comprendre et retenir!), avoir confiance en moi comment faire? être curieuse avoir envie d'apprendre encore, etc et réaliser aussi ms projets personnels (enfant, voayages et cela nécessite de valider mon concours car les moyens financiers seraient un peu plus adaptés)...c'est surement trop de pression, trop de choses et trop de désir qui ne sont peut-être pas réalisables en même temp, mais je n'ai plus bcp de temps devant moi (horloge du concours et horloge biologique pour le reste).
    Côté lacher les parents, j'ai mis de la distance géographique (700KM) mais ça me fait souffrir de les faire souffrir car ils souffrent de cet éloignement du fait que leur petit fils est loin et que leur fille ne sera pas là pour les assister sur leurs derniers jours! et ne même temps je me dis que la vie aurait été plus simple près d'eux car en cas de maladie ou d'envie de sortir on aurait pu compter sur eux!
    En début de semaine j'ai enterré ma grand mère, ça été dur car j'ai l'impression d'avoir râté bcp de choses avec elle, un peu à cause de ma mère qui avait mis bcp de distance avec sa belle famille mais aussi àcause de moi qui n'ai pas su réagir alors que je n'étais majeure mais tjs dans les jupes de ma mère! (WE chez eux, où tout était prêt, et où je récupérai les plats cuisinés pour la semaine, que mon linge était fait etc, ça jusqu'environ 25 ans!! mais même si je sais tout ça, ça n'enlève pas les douleurs...la constipation, l'irritation après chauqe prise de médicament même très léger même lansoyl me donne des brulures à l'intestin, mon psy dit que c'est le fait que ma pari intestinale est trop fine et atrophiée par l'ano que je souffre et que je dois prendre du poids mais c'est long!
    Je suis longue, mais j'avais envie de vous l'écrire, ça fait du bien et je sais que vous saurai vous protéger contrairement à des amis qui finissent par partir car ils ne veulent surement pas se rendre mal à cause de mes pbs...
    SL
     
  23. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    interprétation ratée car trop simpliste....

    je vous en propose une autre : les souffrances de sa mère lui ont fait prendre du recul apr rapport à son vécu, elle s'est donc détaché de son passé, en se disant probalement :
    - "ce que j'ai vécu, c'est rien par rapport à ce qu'elle vit", cela l'a donc fait relativiser
    et éventuellement :
    - les problèmes que j'ai eu avec elle, c'est sans importance par rapport à ce qui lui arrive et nous arrive.

    et c'est pas possible pour tout le monde...
     
  24. Votre interprétation est totalement erronée...

    La seule chose de juste c'est qu'elle a pris un recul juste nécessaire pour ne plus focaliser sur ses douleurs, il y a eu un déplacement de la pensée, et ce recul lui a permis une prise de conscience pour laquelle elle a travaillé par la suite. Sans la maladie de sa mère, ce recul et cette prise de conscience n'auraient peut être pas pu se faire.

    Et c'est très loin de ce que vous avancez.


    Mais en fait j'aimerais que Laprun me dise ce que message suscite en elle ?
     
  25. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Métaphore,

    la situation de cette personne me renvoie une nouvelle fois à la figure que si j'arrêtais de penser à moi et que je regardais autour de moi les souffrances des autres, j'arrêterais de me plaindre et là j dis STOP!

    Je sais que je ne suis pas la plus malheureuse, qu'il y a des gens en fauteuil roulant, des SDF, des veuves, des parents faisant le deuil de leurs enfants etc, je le sais, et ce n'est pas parce que je le sais que je n'ai plus mal.
    Lors de la maldie et du décés d'un proche, j'étais malade et je n'ai pas pu assister à ses funérailles et cela m'a été particulièrement pénible...

    Ma grand mère est décédée il y a une semaine et ça a été douloureux,

    Ma mère a eu un cancer de la thiroîde et une opération du rein, je n'étais pas près d'elle, j'étais malade, j'étais loin et nous étions en conflit, et cela n'a rien changé,

    Mon mari a été malade, j'étais tjs malade,

    Mon fils a été malade, j'étais malade...

    Alors je ne sais pas ce qui pourra me faire réagir....

    Désolée, je suis sure que vous essayé de me tendre des perches, mais j'en ai un peu ras le bol d'entendre des choses du genre "arrête de te plaindre", ou "tu as tout pour être heureuse" ou ""si tu continues ton mari va te quitter" etc

    Je ne le fais pas exprès!
     
  26. valikor

    valikor

    Inscrit:
    9 Septembre 2008
    il faut aussi se dégager du jugement et du regard de ses parents, c'est ce qui fait qu'on est impacté par celui des autres ds le présent.

    essayez de lire la file :
    https://www.transe-hypnose.com/sujet/therapie-strategique.2950/
    ca pourrait éclairer certaines choses.

    comment faire? en acceptant certaines choses.
    et en mettant les choses négatives passées à la poubelle.

    c'est leur problème d'accepter que votre vie et votre évolution soit différente de ce qu'ils voudraient.
    arrêtez de partager leurs problèmes.

    et le sacrifice aussi!
    la mort, cela fait partie de la vie, ce qui est fait, est fait, il faut en accepter les conséquences.
    cela l'arrangeait aussi votre mère !

    un thérapeute qui partage les problèmes des ses patients, c'est un thérapeute mort.

    Essayez d'écrire un journal ! cela peut aussi vous soulager et vous aider à évoluer.

    Valikor
     
  27. Laprun,

    Vous avez donc mal saisi mon message et l'histoire racontée n'est peut être pas le reflet de la vôtre, le hasard fait que votre mère a eu aussi un cancer de la thyroïde, néanmoins je trouve cette histoire intéressante.

    Maintenant j'aimerais bien que vous me répondiez à mon message de la fin de la 1ère page...

    Quand à la fin de votre message, je pense que là vous faites dans la surgénéralisation entre autre ...ce qui fait partie d'une distorsion cognitive.
     
  28. LAPRUN

    LAPRUN

    Inscrit:
    14 Août 2009
    Au moment de vos crises abdominales, vous êtes vous demandé ce que vos douleurs pourraient vous dire, comme si elles pouvaient parler, en AH, vous devriez essayer de les faires parler, qu'est ce qui ce passe en vous, quelles émotions vous vient ? quelles images peut être peuvent survenir dans un total lâcher prise... peut être une petite fille en souffrance qui attend que vous l'aidiez à l'intérieur de vous... car cette petite fille est devenue une adulte mais cette adulte ressent toujours la fracture de cette petite fille intérieure...

    En hypnose, avez vous appris à faire ce type de visualisations ?
    [/quote]

    Métaphore,

    lors des scéances d'hypnose l'an dernier, je réussissais à bien partir, mais à condition de ne pas avoir mal. En grosse crise je ne partais pas.
    Par contre, les visualisations étaient difficiles, elles ne venaient pas spontanément, le conscient avait le dessus, je me rappelais mon grand père, la ferme maternelle, mais pas de lieu idéal où je me sente super bien, c'était seulement une époque d'insouciance qui a été stoppée par la mort de mon grand père, le déménagement de ma grand mère (grand mère dépendante de ma mère, assistait par ma mère et qu'il fallait visiter deux fois par semaine au détriment des jeux avec mes copines de mon village, grand mère handicapée et très peu dynamique, se pleignant sans cesse, ne sachant que manger, j'en ai un pas très bon souvenir et pourtant elle était gentille, elle faisait ce qu'elle pouvait à sa façon!)

    Voilà,

    C'est surement cette petite fille qui n'arrive pas à faire le deuil de la ferme maternelle, de cette époque heureuse avec ce grand père génial, et même si je le sais je ne parviens pas à changer...
     
  29. Je ne vais pas discourir plus que ça, je vous conseille de lire un bouquin très facile à lire et pas cher, de Caroline MYSS, "Anatomie de l'esprit", je pense qu'il pourrait vous éclairer sur l'existence de vos symptômes et vous faire prendre conscience que vous avez la capacité de vous guérir si "vous" le souhaitez.

    Je remarque dans votre message que vous ne citez que des moments déplaisants, ou douloureux, et je me demande si votre mariage ou votre vie commune ou encore la venue de votre enfant ont été vécus de façon aussi douloureuse ?

    Je pense que vous n'avez pas trouvé le bon thérapeute, car non seulement vous ne répondez pas à mes questions, mais par exemple votre thérapeute aurait pu partir de votre douleur abdominale en vous demandant par exemple de vous concentrer que cette douleur et d'y associer une image, un symbole, pratiquer une désensibilisation en prenant des moments agréables avec votre grand père, etc...

    Un bon thérapeute doit toujours donner des exercices à son patient pour le stabiliser, pour le renforcement du Moi, etc...

    Une thérapie discursive ne guérit pas (c'est à dire dans la répétition d'un discours sur la problématique).
     
  30. Quand je relis ce passage, je pense que vous ne comprenez ce que je vous dis, je n’essaie pas de vous culpabiliser, aucun intérêt, j’ai essayé à travers cette histoire de vous dire que cette personne a réussi à prendre juste le recul nécessaire qui lui a permis une prise de conscience, etc… et que finalement ces souffrances, elles se les infligeaient inconsciemment par sa manière de penser, mais cette prise de conscience lui a permis de comprendre que ce bénéfice secondaire (symptômes récurrents) a été pendant des années une sorte de protection pour ne pas travailler sur les causes plus profondes et la relation avec sa mère et qu’elle était prête à ce moment là à réparer le trauma refoulé.

     
Chargement...