Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 31 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

Besoin d'aide

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par laurenzo, 22 Novembre 2009.

  1. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    C'est normal entre nous de se soutenir .....voilà ce que j'ai demandé pour toi à l'instant et que j'appuie .

    Amadéo mon ange, je te demande que tu ailles apaiser ,par la connection qui nous rejoint tous, l'ange de laurenzo ...
    Lui redonner courage, force , confiance ....
    Qu'il nettoie son corps de son mal qui a dit ,de tous les antibios qui le détraquent et le fatigue pour retrouver la santé....
    Qu'il peut enfin oser croire réellement a son propre miracle créatif et qu'il est encouragé par toi,moi, mon amadéo.

    Que Laurenzo prenne enfin confiance en son sur moi qui peut agir pour lui !



    Je ne sait pas si celà te sera utile, mais j'ai confiance aux possibilitées de mon amadéo ...qui sait, peut être arrivera t'il a persuader le tien d'agir... je ne pense pas que tu t'inresserais à l'hypnose pour vouloir te connecter à ton inconscient si quelque part tu ne croyais pas que ct possible....serais ce ton sur moi qui te demande d'essayer de te connecter ? comme je ne crois pas que ce message ne soit qu'inconscient......je ne crois pas au hasard l'âme (i) et nous sommes (amadéo et moi) avec toi ...

    Bonne soirée et bonne nuit réparatrice :wink:
     
  2. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    Bonjour Laurenzo.

    vous êtes là depuis plus longtemps que moi, vous avez réactivé ce sujet, ce qui est difficile et vachement courageux de votre part.
    je n'ai pas pris soin de lire entièrement ce sujet, je me permettrais de revenir plus librement ensuite .

    vous êtes en quelque sorte un pilier de ce forum,
    il est tellement normal d'aller bien que parfois on oublie de le partager.
    on se retrouve alors un peu comme le mouton noir le dépressif...
    malgré tout nous avons fait un petit bout de route ensemble ou chacun a été un peu attentif à l'autre .
    ne croyez pas que votre témoignage me laisse indifférant.

    votre état a de plus et probablement des implications sur vos proches, c'est pas anodin.
    et puis je ne me vois pas assener des il y a ka, faut que ...
    à plus tard Laurenzo, cela me fait vraiment chier de vous voir un peu seul là sur ce chemin sans trop savoir que dire dans l'immédiat.
    juste que c'est possible d'aller mieux, que c'est non pas possible mais faisable .
     
  3. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Merci à tous les 2 pour vos gentils messages qui me touchent. C'est vrai qu'on se "connaît" depuis quelques temps maintenant et ça fait plaisir de voir de tels retours.
     
  4. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Bonsoir Laurenzo,

    Tu parles de la distance que tu prenais avant par rapport aux évènements et qui maintenant s'est réduite.

    Que ressens tu à présent fàce à ces évènements ?

    Perçois tu plus d'affectation fàce à certaines choses et ou aussi plus de positif par rapport à d'autres choses ?

    Peut être es tu entrain de te découvrir aujourd'hui sous un jour avec des difficultés, et demain sous un autre jour peut être ? C'est possible, faisable aussi.

    En nous, nous avons le noir, le blanc et différentes nuances de gris. nous sommes constitués de différentes facettes.

    Notre corps peut être en souffrance, souvent c'est l'indicateur qu'il y a quelque chose à changer en nous, quelque chose qui veut changer.

    En étant en mauvaise santé physique, il y a des choses alors que nous ne faisons pas et d'autres que nous faisons, parce que nous en trouvons le temps.

    Le temps m'a appris, que ce je faisais quand j'étais en mauvaise santé, (en arret maladie) sont des choses qui se sont révélées particulièrement bienfaisantes en temps normal, et permettaient de garder la santé.

    Par là, je veux dire, chaque fois que j'étais malade, je dessinais, plusieurs heures par jour; ce que je ne faisais pas autrement. Maintenant il s'avère que dessiner m'aide beaucoup pour toutes les émotions que je vis, et que j'exprime ainsi. (et alors ça va beaucoup mieux)

    Peut être as tu des choses comme cela à observer ?

    Des lectures que l'on fait que l'on ne fait pas autrement... etc...

    On se trouve un chemin quelque part...

    Je te souhaite un bon repos pour cette nuit, et des autres, des jours qui deviennent meilleurs de jour en jour.

    A plus, Katia :)
     
  5. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Salut Katia,

    Disons qu'avant quand je pensais à un évènement passé, je me voyais de manière dissociée, sans émotion, avec un regard très distant, comme si ça m'était égal. Désormais, j'arrive à me remettre dans la situation, à m'associer avec ce que je ressentais à ces instants là. Je ne dis pas que j'y arrive toujours parfaitement mais c'est déjà beaucoup mieux.

    Quand je bosse ça en thérapie, je me connecte bien aux choses. Par contre dès que je sors du cabinet, je pense à autre chose et donc prise de distance.

    Bah là comme j'ai eu pas mal de galères depuis cet été et que mes symptômes sont très présents, j'ai une baisse de moral. En gros je suis dans la phase où je me demande si tous ces symptômes et cet abattement vont partir ou si je m'installe dans un sale truc, la tête sous l'eau en quelque sorte.

    Que la situation n'est plus tenable oui.

    J'ai bc lu avant l'été, principalement sur les thérapies, l'hypnose etc... Actuellement comme je me sens vidé, je ne lis plus. J'essaye plutôt de me changer les idées pour ne pas trop penser aux symptômes. Globalement je ne fais pas grand chose de très constructif, du mal à sortir la tête de l'eau.
     
  6. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Je réponds à Paul ici afin de ne pas empiéter sur un autre post.

    J'ai expérimenté les 5 phases avec un thérapeute NGH. J'étais dans une transe profonde je pense (avec des amnésies etc...). Mais aucune image ne me revenait lorsqu'il s'agissait de trouver une cause à mon état, écran noir. Les séances ont été longues, sur ce que j'ai lu dans vos posts, ce que ce thérapeute faisait était similaire à votre description mais vraiment rien ne me revenait.
     
  7. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    je vous invite donc avec/ainsi que votre thérapeute....
    de venir partager votre expérience sur :https://www.transe-hypnose.com/sujet/cal-banyan-et-les-5-phases.1270/page-6
    ( si vous créez un autre sujet, soyez gentil de me prévenir! :D )

    afin que nous " trouvions " le pourquoi , le comment ou autre éclaircissement-
    qui vous faire dire que rien ne revenait.....

    car si la technique est suivie au pied de la lettre...
    et la régression bien menée ( en evitant tous faux souvenirs!( fabriqués))
    il est impossible que rien ne revienne.....
    car chacun de nous a vécu une émotion négative ou/et un trauma dans son passé.....
    quelle soit la cause ou non est une autre histoire qui est définie ( détectée) par l’abréaction....
     
  8. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Ne travailles tu pas sur tes émotions présentes ?

    Ressens tu les choses que tu vis ou t'en protèges tu beaucoup pour le présent ?

    Luttes tu contre ton état d etre ?
     
  9.  
  10. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Dans mes souvenirs:

    Le thérapeute a procédé à une mise en transe progressive, il a pris le temps en renforçant bien la profondeur. Puis il m'a dit quelques phrases pour annoncer que l'évènement allait revenir quand il taperait sur ma tête avec sa main. Ce qu'il a fait quelques instants après, ça créait comme un choc quand il tapait avec sa main sur mon front mais vraiment rien ne revenait. Il était alors assez pressant, me disait "jour ou nuit" pour que je dise ce que je voyais. Au bout d'un moment je lui ai dit un évènement que j'aurais dit consciemment, la transe n'a vraiment rien révélé.
     
  11. On peut aussi partir d'un symptôme récurrent et en hypnose amener l'individu à ressentir ce symptôme comme les nausées pour vous, et à partir du ressenti, du malaise, en hypnose surtout profonde, il devrait y avoir une connection pas forcément un souvenir du passé, mais une croyance ou même une image, c'est à dire vous demander par exemple au moment où vous ressentez le malaise comment vous vous représentez la nausée, est ce une grosse boule noire, ou n'importe quoi d'autre, forme, couleur, densité, température, etc..., après c'est au thérapeute de savoir mener la séance dans ce sens...
    En hypnose profonde, on arrive la plupart du temps à obtenir ce type de renseignement, ensuite il y a une façon de travail avec cette image afin qu'elle devienne moins encombrante pour finir par disparaître
     
  12. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    d'apres ce que vous dites il ne s'agit pas des 5 phases, mais d'une regression a la recherche d'un evenement....
    or
    pour ce qui est des 5 phases , le thérapeute ne vas jamais rechercher un événement mais amplifier une emotion liée a votre symptome pour eventuellement que le client l'associe a un evenement , souvent le départ de l'abreaction

    comment pouvez vous dire que vous avez ete dans une transe somnanbulique ( leminimun de profondeur pour les 5 phases!) quand et comment votre thérapeute vous as t-il testé?
    avant ou apres avoir ete insistant pour que l'evenement revienne?
     
  13. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    La problématique est double chez moi (je ne sais pas si cela a un intérêt pour les thérapeutes):

    - Des symptômes présents tout le temps (fatigue, nausées, parfois oppressions etc...)
    - Des symptômes renforcés dans certains contextes (globalement ceux où je me sens enfermé dans une situation avec assez souvent la présence d'autres personnes).
     
  14. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Les séances ont eu lieu il y a plus d'un an donc très honnêtement je me rappelle plus si ce thérapeute est parti de l'émotion, je me souviens simplement qu'il tapait sur ma tête pour que le souvenir revienne.

    Plusieurs choses me font penser que l'état de transe était profond:
    - J'ai eu des amnésies (enfin je pense, il m'a fait des tours de mentalisme et m'a dit que je lui avais donné les réponses sous hypnose).
    - Lorsque je suis sorti de la séance, j'étais très désorienté, complètement dans le gaz, je me suis même trompé de métro...

    Si cela vous intéresse je peux vous donner un lien vers son site Internet en mp.
     
  15. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    merci pour votre réponse oui cela m'interresse...
     
  16. Je comprends tout à fait ce que vous évoquez, c'est une problématique souvent récurrente chez les individus, cela implique donc qu'une croyance négative est ancrée sur des souvenirs occultés ou ignorés qui se renforce avec des situations présentes.

    Savez vous ou pouvez vous identifier ce qui se passe en présence de ces autres personnes, je veux dire qu'est ce qui se passe à ce moment là pour vous, un rejet de leur part, de votre part ?... pouvez vous définir ce sentiment de malaise, colère, frustration, etc... mais je pense que si vous avez consultés plusieurs hypnothérapeutes, la question a déjà été abordée non ?

    Mais bon je ne pense pas aller bien loin sur le forum, vous avez un thérapeute en qui vous avez confiance n'est ce pas ?


    PS : si vous pratiquez l'AH, vous pouvez toujours essayer l'exercice de l'image pour représenter votre malaise... à vous de voir ...
     
  17. Vous savez pas besoin d'être en hypnose profonde pour être désorienté et se tromper de station de métro... en travaillant sur moi j'ai eu le même effet... :D

    Moi aussi je veux bien le lien du site si c'est possible... :D
     
  18. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Dans ces moments, je suis comme replié sur moi, enfermé dans mes symptômes tout comme je me sens enfermé dans la situation. Par exemple si je suis au restaurant ou en réunion, je peux difficilement partir en plein milieu donc cette absence de liberté me fait focaliser sur ces maudits symptômes et ça les amplifie. Si je peux m'enfuir, les symptômes diminuent aussi vite qu'ils sont arrivés. C'est une mauvaise stratégie puisque ça épuise au bout d'un moment tout comme le fait de rester à vivre ces symptômes épuise.

    C'est un sentiment d'impuissance, d'infériorité, ça me donne l'impression d'être bizarre, anormal, mon corps m'échappe et plus il m'échappe plus cela m'angoisse.
     
  19. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    S'enfuir de quoi ?

    Rester prisonnier de quoi ?


    Le corps semble prendre ses libertės là où l'esprit ne les prendrait pas ? ( on peut toujours se lever en plein milieu d'une réunion... Peut etre que ça ne le fait pas, mais on peut...)

    Peut etre (piste de réflexion) te fixes tu des barrières comportementales vis à vis des autres ?

    Ou est Laurenzo libre ?

    Qui est Laurenzo ?

    Et fondamentalement, hormis L'inverse de l'état de santé actuel, à quoi aspires tu ?

    A méditer...
     
  20. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    "Si je peux m'enfuir, les symptômes diminuent aussi vite qu'ils sont arrivés "

    Une réponse est incluse dans cette phrase. Suffit de laisser un espace de liberté

    Savoir qu 'un repas pénible, en famille, ou n'importe où, on peut le quitter... Si on s'ennuie trop. Personne n'est enchainé à table.

    Savoir dire Non à ce qu'on ne veut pas.. Même si ça déplait ou socialement pas top.

    En bref etre soi ... :idea:
     
  21. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    De ces symptômes si désagréables et de cette angoisse de sembler inférieur ou bizarre.

    On peut se lever 1 fois, pas 5 fois à chaque réunion ou passer la moitié du repas dehors. Quand mon esprit est occupé et libre (ou p-e en fuite), alors les symptômes sont moins présents.

    Oui je n'ai pas envie de paraître inférieur ou bizarre.

    Je ne sais pas. Mes symptômes sont arrivés à la fin de ma prépa, période pendant laquelle je me sentais enfermé, prisonnier des impératifs de la prépa. C'est au moment où je devais me libérer de tout ça que j'ai été encore plus prisonnier.
     
  22. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Il ne s'agit pas forcément de ne pas apprécier un repas ou une réunion, parfois cela m'arrive dans des situations qui ne me déplaisent pas. Il s'agit plutôt de situations où je me sens coincé. Ce ne sont pas les situations qui me déplaisent et me donnent donc des symptômes mais plutôt des situations où je vais très souvent avoir des symptômes et qui de ce fait m'angoissent désormais.

    Je te donne un exemple: je n'ai rien contre les resto à la base mais comme je m'y sens coincé alors ça me devient pénible.
     
  23. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    C'est au moment où je DEVAIS me libérer de tout ça, que je suis senti encore plus prisonnier...


    Devoir se libérer implique la non liberté

    Comme si la porte de ma cage s'ouvre et que je doive quitter ma cage

    La liberté et libération consiste à choisir de rester dans sa cage ou en sortir en toute conscience.

    J'ai l'impression, qu'il t'arrive ce que tu n'aurais vraiment pas voulu consciemment ( par exemple se sentir "inférieur" )

    En sachant que ce qu'on ne veut pas, et sur ce quoi on met alors de l'énergie, ça arrive très souvent. Comme si on disait de ne pas penser à la couleur bleue, rien que de la mentionner, on y pense.

    Il y a beaucoup à apprendre par là.

    Sur le sentiment d'infériorité aussi. Inférieur par rapportvà qui, à quoi ? Doit on se placer sur cette échelle d'ailleurs, inférieur, égal, supérieur ?
     
  24. xorguina

    xorguina

    Inscrit:
    22 Août 2009
    Bonjour Laurenzo,

    En lisant tes échanges, je m'apperçoit que ce manque de confiance est bien tjrs présent .

    Inférieur c'est un jugement que tu portes sur toi !
    Te sentir ainsi c'est un senti/ment qui te ment .
    Les senti/ments sont des ressentis inscrits, ancrés en nous .

    Au fond, j'aime à penser que tu ne le pense pas, que c'est juste un senti/ment difficile à alcher prise ,mais que ce n'est pas toi .

    Tu es bien plus qu'un senti/ment d'infériorité....laisse le là ou tu penses qu'il doit être...à la prépa....comme s'il avait été la fin de la prépa , de l'école qui t'a appris, ancré des connaissances, souvenirs et senti/ments ,pour te préparer à te souvenir du vrai toi .

    Celui que tu as tjrs été et qui est plus "fort" qu'une éducation qui aurait fini par te mentir (senti/ment), par te sentir "inférieur".

    Nous continuons d'agir avec toi.


    Amicalement



     
  25. jeangeneve

    jeangeneve

    Inscrit:
    25 Avril 2010
    bien, bien,

    je m'aperçois que tu revins au concept de la dissociation.
    je ne suis pas sur que c'est mal ou bien de dissocier .
    ce que je me suis rendu compte c'est que ceux qui se dissocient parviennes mieux a leur objectifs.
    il y a aussi une part de mystère avec les personnes qui réussissent.
    elles retiennes les informations pour mieux régner.
    d'un autre coté elle essayent d'obtenir le plus d'informations possibles .
    elle on en effet besoins de cela pour obtenir ce qu'elles veulent des autres.

    en fait laurenzo, avez vous des objectifs, des envies dans votre vie ?
    ensuite ne les partager pas, vous vous apercevrez que tout à coup tout se dresse contre vous .
    cultiver votre jardin secret.

    vous êtes il possible ici d'exprimer ce qui vas bien pour vous ?
    de nous parler de votre progression.

    je veux aussi vous demander si vous n'avez pas remarqué quelque chose au cours de vos entretiens avec les thérapeutes et les psys ...
    quelque chose de commun a toutes ces relations .
    j'aimerais bien savoir ce qui vous pousse a continuer une psychothérapie, une analyse, a rechercher une nouvelle approche.
    c'est pas un peu chiant ?
     
  26. Je comprends bien vos symptômes/angoisse/impuissance, ma question est : avez-vous déjà travaillé sur ce que vous me dites dans ces termes en séance ?

    Si oui, est ce toujours le problème du ressenti qui ne se fait pas ?

    :arrow: Si je peux m'enfuir, les symptômes diminuent aussi vite qu'ils sont arrivés.

    Pourquoi ressentez vous le besoin de s’enfuir d’une réunion, ou d’un restau ? qu’est ce qui provoque les symptômes décrits.

    N’ayez crainte d’ouvrir la porte secrète de votre être, laissez-vous aller et laisser s’exprimer cet enfant ou adolescent ou jeune adulte qui se sent impuissant, est ce le prix à payer pour vous, avez-vous peur de décevoir ? de montrer que vous n'êtes pas celui que vous avez envie d’être réellement ?

    Même s’il est difficile de vous conseiller sur un forum car il faut ressentir les émotions en expérimentant ce que je vous propose, mais en état conscient il est évident que vous ne pouvez juger de l’utilité de ces informations.

    Fuir une situation ne sert à rien, et rester vous bloque, alors que faire ? oser exprimer ce qui reste coincé en vous, car vous seul pouvez savoir, autorisez vous à vouloir l’exprimer, que ce soit vos parents ou entourage proche qui vous ont motivé à vos études, vous ne devez pas vous sentir redevable, vous devez être vous-mêmes, et pas rester prisonnier d’une image que les autres ont voulu.

    Cette pression que vous avez ressenti à l’époque de vos études, même si elles étaient de votre choix, quand cette pression devient symptomatique, c’est qu’il y a un décalage entre le choix et votre être profond.

    Voilà je ne sais pas si ce que je vous dit vous parle, mais il est difficile de faire plus sur un forum encore une fois.

    Vous sentez vous en confiance avec votre thérapeute ? un CV n’est que la représentation que vous vous en faites, l’essentiel est la relation thérapeutique et non les diplômes obtenus…, vous sentez vous obsessionnel de la perfection ? d’un niveau social ? d’une image ?...

    A force de vouloir correspondre à ce que les autres veulent de nous, on fini par se perdre soi même.

    Bonne journée :D
     
  27. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Salut Katia,

    J'emploie "devais" dans le sens où c'était pour moi le moment tant attendu pour ça, je n'y voyais pas de contrainte mais une belle libération, je n'y voyais que du positif ça faisait 2 ans que j'attendais ça et j'y étais enfin.

    Oui, je ne sais pas pour les autres mais j'ai souvent eu un sentiment d'infériorité. Quand j'arrivais dans une classe, je me disais toujours que les autres semblaient plus forts que moi, j'avais la hantise d'être le plus mauvais et d'être pointé du doigt.

    Pour moi l'infériorité signifie moqueries, exclusion, manque de considération donc oui ça me fait peur.
     
  28. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Salut Xorguina,

    Oui j'ai bien conscience qu'un sentiment d'infériorité est une sorte d'ancrage négatif, une croyance. Les périodes de ma vie où j'étais le plus heureux étaient celles où je me sentais fort, j'avais alors une vraie sérénité.
    Avec mon corps qui déconne j'ai beaucoup de mal à retrouver cette forme de sérénité, je me sens en permanence en danger d'être "celui qui ne va pas bien" ou qui a un problème.
     
  29. laurenzo

    laurenzo

    Inscrit:
    26 Août 2006
    Salut Jean,

    Je dirais que se dissocier c'est bien quand ça n'est pas permanent. Ces dernières années, j'avais une sorte d'indifférence lorsque j'évoquais mon passé. Ca me saoulait parce que je ne voyais pas en quoi ça allait m'aider, j'avais déjà assez de difficultés dans le présent pour revenir à celles du passé. Désormais j'accepte d'aller me connecter avec mon passé et je le fais sérieusement.


    Oui j'en ai, mais elles me paraissent lointaines, je me sens un peu dissocié de ces envies, j'ai du mal à me connecter à elles. :?

    Ma progression c'est de désormais réussir à m'associer à mes émotions, je les exprime plus. Avant par exemple je pouvais pleurer mais en voyant un film où une situation m'émouvait. C'était ce que les autres vivaient qui m'émouvait, pas quelque chose qui me concernait directement.

    J'ai également progressé dans le fait de dire quand ça ne va pas. J'exprime ma colère par exemple, je le dis quand quelque chose ne me plait pas.

    Autant ça m'a souvent ennuyé par le passé, autant avec cette thérapie je me sens plus libre d'exprimer les choses. Je me sens à l'aise avec cette psy, pas dans le jugement alors que par le passé je pouvais avoir du mal à aborder certaines choses. Parfois je ne suis pas d'accord avec elle, elle peut émettre des idées que je ne ressens pas, qui ne me parlent pas, donc je le lui dis. Ca fait environ 1 an que l'on travaille ensemble. Selon elle, la vraie thérapie n'a commencé qu'il y a 3 mois. Avant c'était presque un duel parce que je me braquais vite et ne lâchais pas prise, je voulais contrôler le déroulement des séances. Elle a dû me recadrer 50 fois, me faire remarquer que mon esprit était ailleurs, ce qui était vrai.
     
  30. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Tu te sens en danger d etre celui qui ne va pas bien pour les autres

    Quel est le danger là dedans même si c'était le cas ?

    Parfois on est le dernier, le plus mauvais, le plus malade, le moins fortuné. Et alors ? Il faut des derniers... Parfois c'est nous.

    Et à force, comme dit Jeangeneve, c'est pas un peu chiant, toutes ses thérapies et thérapeutes et aussi dans l'épuisement de chercher des solutions ?

    Se reconnecter à ses émotions, ben ça va servir à quoi ?
    Qui sait ce que tu vas retrouver comme affects et alors ça pourrait etre encore plus difficile à contrôler qu'avant ?